Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Lui, la retraite, il ne s’en soucie pas ! A 74 ans, le député de la première circonscription de l’Yonne a remis le pied à l’étrier dans la vie active, laissant de côté ses passions habituelles pour la nature et son territoire de prédilection, la Puisaye dont il est fier de défendre les intérêts au palais Bourbon. Un septuagénaire à l’estampille RN au niveau de ses convictions politiques mais qui ouvre grande la porte de sa permanence à qui veut y pénétrer…au service de tous ses administrés.

 

TOUCY : Illustre inconnu ou presque il y a encore quelques mois dans le paysage politique départemental – hormis de quelques aficionados inféodés au parti bleu marine -, Daniel GRENON est sorti de sa « retraite » de commerçant, prise en 2010, pour reprendre du service. Non pas dans une boutique de proximité dont il assurait jadis le devenir – à Villeneuve-sur-Yonne, puis à Toucy, ce personnage affable et plutôt discret vantait les mérites des produits alimentaires vendus dans son épicerie fine -, mais dans la vie publique.

Un retour en grâce à 74 ans pour le natif de Saint-Fargeau, par le biais d’un autre et inattendu bout de la lorgnette d’une existence pourtant riche et intense au niveau professionnel : la politique. Un nouveau corollaire à sa carrière à arborescence multiple l’ayant mené également sur le continent sud-américain en Colombie en mode BTP !

Le septuagénaire dont bon nombre d’observateurs de la chose politique régionale ne connaissait guère le patronyme ni même le visage avant son succès électoral s’est donc retrouvé un soir de juin, sous le feu nourri des projecteurs médiatiques, après sa victoire au second tour de la législative.

Certes, Daniel GRENON avait essuyé les plâtres de son engagement politique lors des élections régionales de 2021, figurant bel et bien sur la liste du futur président du groupe RN à Dijon Julien ODOUL mais sans avoir validé positivement son ticket d’entrée pour siéger dans l’hémicycle du boulevard de la Trémouille à Dijon.

Il en aura été de même lors des élections départementales de 2021 où sur le canton « Cœur de Puisaye » - appellation de l’époque – il passera le cap du premier tour avant de rejoindre le camp des battus quelques jours plus tard, son étiquette « Rassemblement National » ne lui permettant pas de franchir le Rubicon de la victoire.

 

Optimiser la communication après six mois d’observation…

 

Pugnace, volontaire, perfectionniste comme il aime se définir, l’ex-commerçant tentera bien encore une fois l’expérience, se prenant au goût de la politique appliquée au plus près du terrain. Surtout sur ce secteur géographique qu’il l’a vu naître, lui qui se dit très attaché à ce « terroir » de Puisaye dont il est si fier.

On connaît la suite. La troisième tentative sera donc la bonne, confortant ainsi la déclinaison de ce vieil adage usité autrefois, « jamais deux sans trois ».

Avec 51,1 % des suffrages, un score obtenu au second tour face à la candidate d’Europe Ecologie Les Verts, Florence LOURY, affiliée à la NUPES, voilà donc notre retraité à la discrétion quasi absolue qui, à la surprise générale, se retrouve avec l’écharpe et la cocarde officielles de représentant de l’Assemblée Nationale dans sa besace ! Exit les prétendants aux dents longues de la majorité présidentielle, à l’instar de Victor ALBRECHT ! Exit le député sortant, à l’influence hexagonale et au profil ministériel évident, le Républicain Guillaume LARRIVE qui devait en principe renouveler son bail sans trop de difficultés ! Siégeant désormais contre toute attente à la commission des Finances au palais Bourbon, Daniel GRENON venait de faire son entrée de manière fracassante dans la « cour des grands » comme député d’une circonscription de l’Yonne qui ne s’en est toujours pas remise chez certains de ses contradicteurs.

 

 

Beaucoup se souviendront longtemps des premières images, retransmises par nos confrères de France 3 au soir du verdict définitif : la première interview d’un Daniel GRENON peu inspiré et mal à l’aise face caméra. L’effet de surprise, sans doute ?

« 2023 sera propice à davantage de communication et de prise de parole, confie l’homme, assis à son bureau dans sa permanence à Toucy. Je me suis dans un premier temps, à la suite de mon élection, concentré sur l’observation et l’apprentissage de cette fonction importante qu’est la députation. Maintenant, je vais construire ma trajectoire politique autour des dossiers que je vais porter et défendre dans l’intérêt de mes administrés, en pratiquant l’art de la communication… ».

Depuis janvier, Daniel GRENON ne veut plus le même homme. Il a laissé sa relative timidité de côté, venant au contact de ses interlocuteurs en leur serrant une franche poignée de main, prenant la parole lors des réunions où il est invité, sans omettre dans l’hémicycle où il s’est depuis distingué à maintes occasions. Dans le sillage du tribun et très médiatique Julien ODOUL, l’un des porte-étendards du Rassemblement national qui l’inspire, peut-être…

 

Eradiquer les zones blanches de la téléphonie : l’une de ses priorités…

 

Le « novice » de la députation le précise avec fermeté : il va assumer pleinement son rôle de nouvel élu de la République. « Je ne lâcherai rien, j’irai jusqu’au bout de mon engagement au service de mes concitoyens, je ferai taire celles et ceux qui pensaient que je suis « le gars élu par hasard et qui ne maîtrise rien ! ». Vous savez, je suis avant tout un perfectionniste, cela m’a accompagné durant toute ma carrière… ».

Pour conforter ses dires, de nombreux dossiers en cours de traitement aux couleurs de pochette multicolores sont rangées de manière méthodique sur les meubles qui environnent son bureau. Dans la pièce d’à côté, son attaché parlementaire, le jeune Corentin GELOT, veille à la moindre information. Il n’est jamais très loin pour apporter sa science technique.

Durant deux heures, Daniel GRENON, membre d’une fratrie de sept enfants, nés d’un père ouvrier et d’une mère au foyer, parle à cœur ouvert. Tranquillement. Avec pudeur, parfois. Ouvrant la porte de l’intime. « Je n’ai pas pu aller à l’école au-delà du certificat d’études, explique-t-il, et pourtant, j’aurai tellement aimé devenir architecte… ».

Il se confie sur sa prime jeunesse. Son adolescence, aussi où il découvre l’apprentissage, la plus belle des écoles, selon lui. En qualité d’électricien, puis dans le BTP, avant d’embrasser la carrière de commerçant.

Satisfait de l’ergonomie de sa permanence – les travaux s’étaient achevés en septembre -, le député de la première circonscription n’a pas attendu de prendre ses marques sous les ors de Paris pour travailler avec minutie ses dossiers. En particulier, le premier d’entre eux : les zones blanches de la téléphonie.

« Comme tous les habitants de l’Yonne, je suis très préoccupé par ces carences sur notre territoire, souligne-t-il, il n’est pas normal que les citoyens soient privés de la possibilité d’utiliser un téléphone portable ou un ordinateur chez eux. J’ai entamé un certain nombre de démarches auprès des quatre opérateurs qui ont tous pris des engagements favorisant l’accélération de l’implantation d’antennes sur ce secteur géographique. Nous progressons petit à petit… ».

 

 

Se situer bien au-delà des querelles politiciennes…

 

La fermeture du collège de Bléneau – « l’histoire n’est évidemment pas terminée » insiste-t-il – l’a mobilisé sur le terrain. A l’identique des occupations illégales de terrains non-constructibles. « C’est une grave source d’inquiétude pour les maires, affirme-t-il, j’ai pris soin d’organiser une rencontre avec un avocat spécialisé en droit de l’Urbanisme à Branches avant d’informer les élus de la circonscription sur les moyens dont ils disposent pour lutter contre ce fléau… ».

Une observation qui l’affecte quelque peu dont il ne comprend pas la teneur : « je n’ai pas toujours été invité depuis ma prise de fonction à des événements où pourtant le député a tout son rôle à jouer. J’espère que cela va progressivement changer…Je suis le député au service de tous mes concitoyens ».

Personnage entier, né sous le signe du lion, Daniel GRENON place l’intérêt général bien au-dessus des luttes partisanes et politiciennes. Et des étiquettes politiques. En multipliant les démarches favorables au désenclavement de la Puisaye (vers l’axe Vierzon/Auxerre notamment) et le contournement d’Auxerre, à la réorganisation de la couverture médicale qui fait défaut sur ce territoire, en maintenant les écoles et les collèges ruraux. Daniel GRENON veut être sur tous les « fronts ».

En représentant de la Nation qu’il est devenu officiellement en ce jour de juin 2022 sur cette partie occidentale de l’Yonne, où il entend bien désormais imposer sa griffe et ses méthodes sur le terrain.

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil