Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Avec des taux de réussite tutoyant les sommets (85 %), le Pôle de formation des industries technologiques de la Nièvre et de l’Yonne, accueilli au sein de la Maison de l’Entreprise à Auxerre, a décerné ses récompenses lors d’une animation protocolaire où la fierté de l’appartenance à ces métiers a été mise en exergue par les récipiendaires. In fine, c’est un total de 104 diplômés qui a pu briguer cette année les précieux sésames. Bien calés dans leurs besaces, ceux-ci leur ouvrent grandes les portes vers la réussite professionnelle…

AUXERRE : La fierté, en cas de succès, elle se partage entre le jeune diplômé et le maître de stage qui lui inculque les fondements prioritaires de sa future profession. Elle était d’ailleurs très palpable à l’annonce des résultats de la promotion 2018 du Pôle Formation des industries technologiques Nièvre Yonne, en présence de nombreux chefs d’entreprises, d’enseignants et de représentants familiaux.

Responsable du « Business Unit » (la formation initiale), Edita KOZAR orchestra en qualité de maîtresse de cérémonie la déclinaison auxerroise de cette remise de récompenses, très suivie. La même animation eut lieu dès le lendemain dans les locaux du Pôle de formation à Sens. Celle qui concernait le public nivernais venant se greffer en sus à ce triple évènementiel.

Avec un panel de 104 lauréats sur 122 prétendants, le cru 2018 est de belle facture. Si on analyse le seul territoire de l’Yonne, le Pôle Formation fait flamboyer ses objectifs vers la performance, avec un total de 47 jeunes diplômés sur cinquante-et-une possibilités !

milieu articles

Cumuler les diplômes, c’est possible !

Qu’il s’agisse de CAP, Bac pro ou BTS, les espérances de réussite sont au rendez-vous. Quelques exemples le démontrent dans cette succession de satisfecit. Cent pour cent des apprentis préparant le baccalauréat professionnel en chaudronnerie industrielle ont ainsi décroché leur précieux examen. Idem pour les alternants qui préparaient le bac pro maintenance des équipements industriels. Quant aux détenteurs du bac pro de technicien d’usinage, ils n’ont rien à envier à leurs camarades : les résultats sont d’une veine identique, c’est le carton plein !

Et la liste de s’égrener au fil d’une cérémonie conviviale où tour à tour, candidats et enseignants des diverses disciplines techniques se congratulaient.

L’un des enseignements majeurs de cette cérémonie met en exergue l’opportunité faite aux apprentis de pouvoir accumuler les diplômes. Le cas du jeune Maxime TEIXERA illustre dans l’absolu cette possibilité. Le jeune homme vient d’obtenir son BTS : il avait déjà glané par le passé, son CAP et son baccalauréat au sein du centre de formation des industries technologiques d’Auxerre.

La montée en puissance de la filière BTS se confirme par ailleurs par son taux de réussite, avec 93 % d’obtention.

 

Réagissant à chaud sur l’obtention du titre de l’un des meilleurs apprentis de France (MAF) de la jeune icaunaise Justine TARDY (cette dernière poursuit sa formation en alternance entre le CIFA de l’Yonne et la Côte Saint-Jacques), le chef étoilé félicite le travail d’une jeune fille passionnée, et toujours en quête d’échanges nourris aux côtés des professionnels des arts de la table et du service restauration…

JOIGNY : Lauréate du prestigieux concours de l’un des meilleurs apprentis de France, Justine TARDY, encore toute auréolée par sa brillante victoire obtenue la semaine dernière en région parisienne, a été félicitée par son maître d’apprentissage, le chef étoilé Jean-Michel LORAIN.  

La jeune fille poursuit en effet sa formation pédagogique en alternance, entre le CIFA de l’Yonne à Auxerre, et au sein de la maison gastronomique, La Côte Saint-Jacques.

milieu articles

Interrogée, la Toque française s’est dite très satisfaite de ce très beau résultat : « concernant Justine, c’est toujours une grande joie de voir l’un ou l’une de nos collaboratrices réussir au meilleur niveau. Nous avons eu par le passé des meilleurs ouvriers de France, un meilleur jeune sommelier de France et divers jeunes qui se sont distingués dans tous les corps de métier de la restauration. Quant à Justine, c’est une jeune fille que nous avons déjà formée en sommellerie et qui a souhaité revenir chez nous pour terminer son cursus en service. Pour ce concours, sa réussite est due à son travail mais aussi à un véritable échange avec les maîtres d’hôtels, mais également les professionnels qui exercent leur savoir-faire au quotidien, à la cuisine, la pâtisserie et la sommellerie ».

La jeune Icaunaise prépare désormais son bac pro service restaurant qu’elle espère décrocher au printemps prochain.

 

Fréquentant le CIFA de l’Yonne pour y décrocher le baccalauréat professionnel dans la filière « service restaurant », la jeune fille, touchée par la grâce, est devenue « l’une des meilleures apprenties de France ». Récompensée pour son perfectionnisme et l’excellence de sa prestation, Justine TARDY a su séduire le jury du concours national qui se déroulait la semaine dernière en Seine-Saint-Denis. Ce très beau résultat est aussi l’œuvre de ses deux formateurs et coaches qui l’ont accompagnés, Patricia CHATELAIN, formatrice au CIFA et Sébastien CAVALLES, meilleur ouvrier de France en 2007 qui exerce au lycée Vauban…

AUXERRE : Est-ce le sourire éclatant qu’elle affiche sur son visage juvénile qui a conquis le jury d’experts et de professionnels devant la juger au terme de l’épreuve, disputée dans la catégorie « Arts de la table et du service » ?

Sans doute, y est-il pour beaucoup ! Mais, lorsque l’on prétend assurer une prestation professionnelle de qualité, respectueuse des règles de l’art, dans cette filière des métiers de l’hôtellerie et de la restauration ; on doit présenter de manière ostensible son désir d’être performante…et surtout, souriante !

Malgré la rude concurrence (une quinzaine de potentiels vainqueurs venus de neuf régions de l’hexagone), Justine TARDY n’a donc pas failli à son objectif primordial. Celui de décrocher la victoire d’un concours national, réputé fort complexe et difficile à appréhender.

Passionnée, vivante, toujours disponible dans sa quête infinie de l’apprentissage et de la progression, la jeune collaboratrice de la Côte Saint-Jacques a pu contourner les obstacles de cette journée épique pour tutoyer les sommets à la conquête de son Graal personnel.

Ce succès, elle le doit aussi à l’abnégation et le travail sans relâche que lui ont imposé ses maîtres d’apprentissage. De véritables coaches qui l’auront préparé avec une patience redoutable et une rare efficacité.

milieu articles

Intégrer un établissement français étoilé comme objectif…

Hommage est donc rendu à Patricia CHATELAIN, formatrice en arts de la table et service restaurant qui œuvre au sein du CIFA, le centre de formation professionnel d’Auxerre. Hommage, aussi, à l’ancien Meilleur ouvrier de France (MOF) de la même discipline, Sébastien CAVALLES, qui obtenait en 2007 ce précieux sésame.

Les deux réunis ont su former une paire d’as idéale pour glaner une très belle étoile. Celle que Justine TARDY pourra faire briller tout au long de sa carrière dans ce métier universel.

Alors qu’elle espère obtenir son bac pro pour 2019, la jeune fille, déjà détentrice d’un CAP restauration, agrégé d’une mention complémentaire en sommellerie, envisage une carrière à l’international pour accroître ses dispositions linguistiques en anglais.

Une immersion aux antipodes, sur la terre ancestrale des Maoris (la Nouvelle-Zélande), la tenterait beaucoup. Avant, pourquoi pas, de briguer une seconde auréole : le titre de Meilleur ouvrier de France !     

 

Associée à son partenaire WIZBII, plateforme professionnelle spécialiste de l’emploi et l’entrepreneuriat des jeunes, la Banque Verte reconduit le judicieux concept « Premier stage, premier job ». Une nouvelle déclinaison de ce dispositif se déroulera le 11 décembre à Dijon, sous la forme d’un job dating. Lors de sa première édition, l’année dernière, l’initiative a fait largement ses preuves. 83 % des entreprises participantes ont envisagé, voire entamé, depuis un processus de recrutement. Tandis que 71 % des jeunes gens sensibilisés par cette mise en relation directe avec les services RH des entreprises, devaient la trouver fort utile dans leur recherche d’emploi…

DIJON (Côte d’Or) : Initié à l’échelle de l’hexagone, le concept « Premier stage, premier job » se révèle être un réel succès pour ses organisateurs. Traduite par le déroulement de 80 opérations de « job dating », déclinées entre septembre 2017 et juin 2018, l’initiative portée conjointement par le Crédit agricole et WIZBII, a fait ses preuves.

L’animation a su séduire à la fois les jeunes en quête d’un précieux sésame leur permettant d’intégrer la vie active mais aussi les entreprises. Par le biais de leurs responsables des ressources humaines qui n’ont jamais boudé leur plaisir d’assister à ce type de rencontres.

A chaque rendez-vous, ce sont entre 60 et 80 candidats qui se réunissent dans un lieu convivial autour d’un apéritif dînatoire pour échanger avec les dirigeants et cadres d’entreprises. Des moments privilégiés qui permettent aux jeunes d’obtenir des contacts directs avec les recruteurs de la région.

milieu articles

Briser le cadre traditionnel d’un entretien classique

Ce travail de proximité et de réseau comporte de sérieux avantages pour les interlocuteurs des deux parties. Les codes ordinaires des entretiens professionnels volent en éclat. Réunis dans des lieux insolites (musées, bars, opéras, châteaux, stades de football et même aquarium !), les participants se déconnectent avec volontarisme d’un protocole cérémonial superfétatoire pour présenter leurs arguments en toute convivialité. Le bilan est plutôt surprenant : cela fonctionne parfaitement bien !

La saison dernière, à l’échelon national, 102 manifestations ont ainsi été proposées. Elles ont permis l’accueil de plus de 6 600 candidats, préalablement sélectionnés, et 825 entreprises. Le nombre de postes à pouvoir s’élevait, quant à lui, à 1 800 offres.

Alors que 34 caisses régionales du Crédit agricole ont rejoint l’initiative, celle de Champagne Bourgogne a opté dès 2017 son choix d’être un acteur essentiel de ce concept dynamique.

Trois opérations de job dating ponctuèrent le calendrier 2017/2018, à Auxerre, Dijon et Troyes. 170 candidats y prenaient part. Ils ont eu l’opportunité de pouvoir rencontrer 25 entreprises de la région.

Le 11 décembre, la capitale de Bourgogne Franche-Comté accueillera le premier des rendez-vous proposés cette saison. Une dizaine d’entreprises ont déjà confirmées leur présence. Parmi celles-ci, Super U ou le Crédit agricole. Elles y dévoileront leur stratégie en matière de recrutement, recherchant de futurs collaborateurs.

Des postes de développeurs informatiques, responsables HSE, responsables achats, responsables communication et marketing, attachés commerciaux, mais aussi de commerciaux de terrain, conseillers commerciaux, managers et employés commerciaux ou hôtes de caisse seront à pourvoir.

Les candidats doivent obligatoirement s’enregistrer sur le lien suivant (https://bit.ly/2Pm8x25) pour y prendre part. Il est possible de contacter la plateforme WIZBII (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ou le lien téléphonique, 06.69.67.10.87.

 

Un rapprochement sous la forme d’un partenariat officiel se peaufine à l’heure actuelle entre les instances dirigeantes de l’association régionale, spécialisée dans la formation et l’accompagnement des porteurs de projets, et l’antenne icaunaise de l’Université Dijon Bourgogne à Auxerre. Objectif : créer le champ des possibles pour que les étudiants qui fréquentent les différentes sections de l’enseignement supérieur dispensé localement puissent se glisser dans la peau d’un futur entrepreneur…

AUXERRE : La validation de ce nouveau concept fusionnel prendra toute son efficience au cours du premier semestre 2019. Mais d’ores et déjà, BGE Nièvre Yonne et le pôle universitaire IUT d’Auxerre, filiale de l’Université Dijon Bourgogne qui rayonne dans la partie septentrionale de la région, prépare les fondements pratico-pratiques d’une future convergence d’intérêt.

L’information a été rendue publique par le président de BGE Nièvre Yonne, Arnauld MERIC, en guise de préambule à la conférence organisée dans le cadre de la sensibilisation à la transition écologique faite aux entreprises ce lundi 26 novembre dans l’enceinte de l’IUT Auxerre.

Ce partenariat serait bénéfique aux 850 étudiants accueillis sur le site de la Plaine de l’Yonne à Auxerre. Ces derniers se répartissent parmi trois grands pôles d’enseignement : technique de commercialisation, génie civil et construction durable, et télécommunication.

milieu articles

Connaître davantage la génération « Z » dans son approche fonctionnelle…

Directeur de l’IUT Auxerre, Jean-François FONTAINE a réagi aux propos du président de BGE Nièvre Yonne en insistant sur la pertinence de ce rapprochement opérationnel qui affirmera l’étroite collaboration entre la structure associative et le pôle universitaire.

Cet accompagnement des milieux estudiantins pourrait se traduire de manière didactique à travers des études de cas et des exercices préparant les jeunes gens aux responsabilités dirigeantes et au statut d’entrepreneur.

Pour BGE, c’est aussi un moyen tangible de pouvoir s’immerger au plus près de la génération « Z » et de mieux en cerner les besoins.

Page 1 sur 27
Bannière droite accueil