Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

En bras de chemise, d’un bleu azuréen, il est au meilleur de sa forme. Jonglant avec les jeux de mots, il dose ses interventions avec zestes d’humour et subtilités sémantiques. L’art de la maîtrise de l’exercice oratoire, mâtinée par de longues années d’expérience dans la vie institutionnelle et politique territoriale. Guy PARIS excelle quand il se fait le « Monsieur Loyal » de la structure associative dont il défend chaque année le bilan, à savoir « AMIDON 89 ». Une entité pas ordinaire dans le paysage icaunais, puisque positionnée dans l’insertion. Une structure qui obtient de bons résultats…

 

AUXERRE : L’écran de télévision placé à côté du pupitre projette un plan fixe. On y voit sur son pourtour un fond céleste avec au centre une boule lumineuse pareille à une étoile incandescente éclairant le chemin. Le titrage est sans équivoque, aucun : « assemblée générale, AMIDON 89 ». En sus de la date du jour : histoire de revenir sur Terre en nous raccrochant à la réalité.

Il aura été d’ailleurs souvent question d’astronomie et de références célestes dans la bouche du principal orateur du jour, le président de l’association Guy PARIS. Il parle d’aurores boréales. Il invoque Sirius, l’astre nocturne le plus brillant de la voûte céleste, après le Soleil, qui illumine de son irradiante luminosité comme chacun le sait (là, il y a un doute !), la constellation du Grand Chien !

Mais quelle mouche spatiale a-t-elle piqué aujourd’hui le dynamique président de l’association d’insertion icaunaise, qui a pour raison d’être de répondre au besoin de retour à l’emploi des personnes qui en sont éloignées pour de multiples causes ?!

Le plaisir de se retrouver là en compagnie de ses fidèles « suiveurs » qui l’accompagnent dans cette vertueuse mission sociétale ? Sans doute !

L’envie de nous montrer son allant pour l’avenir avec des projets ambitieux à venir sur 2024 ? Certainement !

Si nul n’est prophète en son pays dit l’adage, pourtant Guy PARIS – il n’a rien d’un gourou, rassurez-vous ! – convainc l’assistance studieuse qui assiste à cette traditionnelle assemblée générale ordinaire avec des mots simples mais percutants sur les bien-fondés de cet « AMIDON 89 » qui décape dur en ce jour de retrouvailles annuelles ! « Bienveillance, exigence, autonomie, réussite ». On pourrait y ajouter deux autres mots de ce lexique associatif qui réchauffe tant le cœur, à défaut de l’âme : la convivialité et la solidarité.

 

Un taux de retour à l’emploi de 72 % : pas mal !

 

« Je suis chez AMIDON pour devenir quelqu’un ! ». Tel un prof de philosophie énonçant son sujet de dissertation sur lequel les potaches doivent plancher durant quatre heures – un peu plus pour la filière littéraire ! -, voilà un Guy PARIS pédagogue qui en citant une phrase quasi légendaire prononcée un jour par l’une des bénéficiaires de ce système d’entraide performant en vient à rappeler les fondements de cette association qu’il faudrait inventer si elle n’existait pas. Ici, le repassage, le lavage, la couture, la broderie – depuis peu – sont synonymes d’espérance et de retour progressif vers la vie sociale. « Chez nous, nos clients sont des adhérents qui s’engagent dans une démarche gagnant/gagnant… ».

Etre de « passage » dans la structure grâce au « repassage » afin de mieux rebondir après, en somme ! Même Guy PARIS débordant d’humour aurait pu nous la lâcher cette expression, c’est sûr !

Regroupant plus de 300 adhérents – 98 % d’entre eux se disent très satisfaits ou satisfaits -  AMIDON 89 est devenue au fil des ans une institution incontournable dans le département. Son chiffre d’affaires a augmenté de 14,7 % en 2023, ce qui témoigne d’une stratégie commerciale bien définie et pas que sur le papier par la responsable de l’association, Sophie GOIRAND.

Trente-sept salariés à 92 % des représentantes de la gent féminine et allocataires du RSA pour la moitié d’entre elles sont répertoriés parmi les effectifs à date. La reconversion vers l’emploi atteint des proportions très intéressantes pour ce public, initialement laissé pour compte. Comme en 2022, 72 % des personnes ayant fréquenté AMIDON sont allées vers un emploi stable ou une formation l’an dernier.

Pour la directrice Sophie GOIRAND, « c’est un résultat excellent qui nous place au-dessus de l’objectif conventionné avec l’Etat et le Département (soit 60 %). ».

 

 

 

Le hic en 2023, la fermeture de l’atelier de Saint-Florentin…

 

Une année 2023 qui aura d’autres faits significatifs : d’une part, la fermeture de l’atelier de Saint-Florentin au grand dam de Guy PARIS et la démarche entreprise par la structure en matière de responsabilité environnementale, la RSE.

« Malgré tous les efforts réalisés et en l’absence d’un soutien de la collectivité locale (bing, la flèche du président d’AMIDON 89 est décochée !), nous avons été dans l’obligation de fermer l’atelier de Saint-Florentin, non rentable, qui menaçait la pérennité de la structure associative. Un soulagement, toutefois, tous les salariés sont retournés vers un emploi durable… ».

L’impact sur les finances est à ce titre attendu en 2024. Quant à la démarche RSE, elle a pour vocation de décrocher un label très positif pour la notoriété de la structure auprès de ses futurs clients que représentent les entreprises et les particuliers faisant appel aux services d’AMIDON 89.

Impact immédiat pour l’encadrement : « cela nous a obligé à revisiter tous nos processus afin de dégager des plans d’amélioration, explique Sophie GOIRAND, et cela a enrichi notre tableau de bord ».

 

Lever les freins à l’emploi avec l’aide de ses amis !

 

Il reste les freins à l’emploi. Des barrières tangibles et parfois psychologiques qu’il s’agit de faire tomber les unes après les autres afin de remettre tout ce joli monde sur le chemin de l’intégration professionnelle.

« Ces freins, quels sont-ils ?, s’interroge Guy PARIS, c’est simple : la mobilité – un récurrent problème dans le département -, le logement, la garde d’enfant, le budget, etc. parfois, il s’agit aussi de la langue et de la connaissance informatique… ».

Pour y remédier, AMIDON 89 a fait appel à la manière de l’émission télé de Jean-Pierre FOUCAULT à un ami ! Outre les bénévoles du sérail qui assurent des formations, c’est le CIDFF 89 (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles) qui intervient sur les droits ; FETE (Femme Egalité Emploi) qui agit via des ateliers ad hoc et des expositions sur les discriminations ; quand ce n’est pas l’UDAF qui s’y colle avec des approches pédagogiques sur l’élaboration d’un budget et comment le gérer ! Précisons que 472 entretiens individuels ont été réalisés la saison dernière dans le seul but de l’accompagnement.

Côté production, il est à noter pour l’anecdote que 4 586 panières de linge ont été recueillies en 2023, soit 80 559 articles repassés ! Quant à l’activité couture, elle enregistre un bel essor avec une hausse de 15 % de son chiffre d’affaires. L’exercice comptable se clôt sur un excédent de 1 473 euros, pour un budget total de 708 000 euros.

 

Une communication mieux maîtrisée via le digital…

 

Côté perspectives, elles s’orientent prioritairement vers des actions permettant d’éradiquer les freins au retour à l’emploi avec en particulier les problématiques de santé, le renforcement de liens avec les entreprises qui recrutent, élargir le panel de la clientèle entreprises ainsi que l’apparition de nouvelles activités supports à l’instar de la blanchisserie qui se met en ordre de marche, via un fructueux partenariat avec le centre hospitalier d’Auxerre.

Un bémol, toutefois, dans cette « piste aux étoiles » pavée de belles intentions : la communication. Aujourd’hui, et c’est plutôt surprenant 18 % des adhérents de la structure ne connaissent pas les véritables objectifs de l’association. La solution passe par la poursuite du développement de l’axe informationnel via le site Internet (www.amidon89.org) et les réseaux sociaux, notamment Facebook. Une newsletter est même diffusée aux adhérents chaque début de trimestre tandis que les infos diffusées par les mails et les sms sont très appréciées de ses destinataires.

Pas de doute : Guy PARIS peut donc garder la tête dans les étoiles et se fier à Sirius, sa « bonne étoile, pour résoudre ses préoccupations premières vis-à-vis de son public, le « aller vers l’emploi grâce à l’emploi »…et notre ami et confrère de l'Yonne Républicaine Jean-Luc TABOUREAU d'en prendre note pour la réalisation de son article...

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le Parc de la Tête d’Or, l’un des endroits de verdure et poumon environnemental le plus fréquenté par les Lyonnais, accueillera le 07 juin prochain la finale nationale du concours du Meilleur Apprenti de France (MAF) dans la catégorie, jardins et espaces verts. Deux candidats, élèves du CFA La Brosse de VENOY, doublement médaillés or à l’issue des sélections départementales et régionales, défendront les couleurs de l’Yonne et de la Bourgogne-Franche-Comté. Avec l’espoir d’un sacre hexagonal ?

 

VENOY : Ils étaient huit à se lancer dans l’aventure par un petit matin d’avril. Huit candidats, aucunement dépaysés par le lieu de cette épreuve devant durer près de huit heures accueillie dans l’une des parties du complexe éducatif agricole de La Brosse. Tout près des bureaux du CFA.

Sous le regard avisé des membres du jury, ils se sont lancés le défi de devenir, pourquoi pas, l’un des Meilleurs Apprentis de France, de la catégorie jardins et espaces verts, de la double sélection départementale et régionale. Une épreuve en cas d’obtention de la meilleure note et de la plus belle des médailles, l’or, qualificative au dernier round final, disputé le 07 juin dans la capitale des Gaules, à Lyon, au cœur même de ce parc de la Tête d’Or de notoriété internationale.

Grand bien leur en a pris ! Les huit candidats ne rentreront pas à la maison (et il faut le signaler car c’est loin d’être systématique !) bredouilles de ce challenge. Tous repartiront avec une breloque autour du cou ! Preuve que la pugnacité et l’effort restent des valeurs porteuses auprès des jeunes !

L’épreuve comportait différentes étapes : la réalisation d'une scène de jardin comprenant un muret en pierre sèche et une zone de pavage, un test de reconnaissance de végétaux et un oral de questions techniques.

 

 

Un copieux programme qui n’a pas visiblement effrayé les futurs paysagistes en herbe ! Compte tenu des résultats définitifs.

Présidé par l’inoxydable Marc LABARDE, le jury composé de Franck BIANCHI, dirigeant de la SARL éponyme à Appoigny, Kévin ARRAULT, responsable de la société « Espaces Paysages Services » installée à Champignelles et Jean-Marc COEUGNEIT, agent de la mairie d'Auxerre au service des espaces verts, eut du mal à trancher pour départager les futurs lauréats.

Le sourire revint sur les visages fatigués des candidats qui, le temps d’une séance photographique, prirent la pose afin de recevoir leurs récompenses.

 

 

Les résultats :

Clément LAVEAU,  apprenti chez Espaces Paysages Services (Champignelles), médaille d’or départementale et médaille d’or régionale, sélectionné pour la finale nationale à Lyon le 07 juin prochain.

Mathéo ZAJAC, apprenti chez Liperi Jardins & Paysages (Pourrain), médaille d’or départementale et médaille d’or régionale sélectionné pour la finale nationale à Lyon le 07 juin prochain.

Théo PLANSON, apprenti chez SARL Yverneau (Daniel Moquet à Pourrain), médaille d’argent départementale et médaille d’argent régionale.

Corentin VALENTI, apprenti chez David Paysage (Tronchoy), médaille d’argent départementale.

Mattis DESCHAMPS, apprenti chez Edward Paysage (Annay-la-Côte), médaille de bronze départementale.

Alexis GOULET, apprenti chez Yannick Fauviot (Villeneuve-sur-Yonne), médaille de bronze départementale.

Kélio MUNOZ, apprenti chez Massot EV (Saint-Georges-sur-Baulche), médaille de bronze départementale.

Théo VANG, apprenti chez Baulieu Paysage (Besançon), médaille de bronze départementale

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

L’aide aux devoirs ? Pourquoi pas ! Maman de deux jeunes bambins, la ministre déléguée en charge du Renouveau démocratique – c’est déjà tout un programme dans les termes ! – et porte-parole du gouvernement s’y est testée lors de son immersion à la maison de quartier Saint-Siméon, à Auxerre, en effectuant les exercices de lecture de jeunes élèves de l’école Marie Noël, installés là, durant leur temps de goûter et d’étude. Une manière pertinente pour la représentante de l’Etat de pouvoir échanger avec les enfants de CP et de CE1 sur la place que prend le numérique dans leur existence…Inquiétant.

 

AUXERRE : Franchement, il fallait être là pour n’en manquer aucune miette ! Une bonne vingtaine de minutes d’une discussion sans fard et à leur portée avec des minots de 7 à 9 ans, scolarisés en classes préparatoires ou élémentaires, niveau première année. Une sorte de récréation, façon bol d’air régénérant et salvateur que s’était accordé le staff organisationnel de ce déplacement ministériel en terre de l’Yonne, après une rencontre se voulant constructive et transparente avec le monde agricole en plein désarroi et en perpétuelle attente des aides promises par l’Etat qui ne viennent toujours pas, et la visite rapide au pas de charge à Chablis de quelques parcelles frappées par la grêle la nuit dernière, après un passage obligé dans les locaux de la coopérative viticole « La Chablisienne ». De cela, nous reparlerons.

C’est donc à la maison de quartier Saint-Siméon que devait s’achever l’après-midi icaunais de la jeune ministre qui en sa qualité de porte-parole du gouvernement ne pratique pas la langue de bois. On l’aura constaté de visu quelques minutes auparavant où lors d’un très succinct point presse d’à peine cinq minutes chrono à Chablis où l’interviewée aura renvoyé dans ses vingt-deux mètres la journaliste de RTL lui posant une question hors sujet (ni le lieu, ni le moment !) sur la démission de huit membres de son cabinet ! Un fait survenu il y a déjà quelques semaines, loin de faire la une de l’actualité depuis alors que les vignerons sont en surchauffe existentielle depuis 24 heures…

 

 

Ils se lèvent tous pour la tablette et le smartphone !

 

Changement de registre à 360 ° donc pour Prisca THEVENOT immergée dans cette ambiance salle de classe élémentaire, fleurant bon la nostalgie qui participera au dispositif d’aide aux devoirs (ah, les droits et les devoirs, voilà une bonne leçon de choses et de civisme à inculquer à certains !) aux côtés des équipes encadrantes de l’école Marie Noël (la fameuse poétesse auxerroise).

Séances photos et crépitements des flashes – surtout ne pas prendre la fillette avec le chouchou vert dans les cheveux dixit la consigne officielle assénée à maintes reprises par l’organisation ! – et voilà que notre ministre, accompagnée du préfet de l’Yonne Pascal JAN, de Carole CRESSON-GIRAUD, première adjointe de la Ville et du DASEN (Direction des services départementaux de l’Education nationale – l’inspection académique), Jean-Baptiste LEPETZ, improvisent séance tenante avec la bénédiction de la ministre une table ronde adultes/enfants !

Un grand moment de communication, ai-je dit, qu’il ne fallait pas louper sous aucun prétexte ! Une fois les présentations faites par la représentante de l’Etat (« je travaille pour Emmanuel MACRON et Gabriel ATTAL… vinrent alors les questions d’usage adressées à ces charmantes têtes blondes et brunes : « connaissez-vous MM. ATTAL et MACRON ? ».

Bon, il s’avère que sur la petite dizaine de gamins présents, peu levèrent la main, à croire qu’ils ignoraient totalement l’existence du duo de l’exécutif hexagonal. Ce serait bien les seuls ! Heureusement, que les sondages réalisés par la noria d’instituts spécialisés ne s’opèrent pas sur ces tranches d’âge avant les européennes ! Tout serait faussé, c’est sûr !

 

 

Voyant cela, Prisca THEVENOT, une petite fille bien calée sur ses genoux, poursuivit l’animation de cette séance impromptue en abordant la grande thématique qui concerne tous celles et tous ceux qui doivent gérer cela au quotidien avec leur progéniture et plus ou moins de réussite : la possession d’un smartphone ou d’une tablette.

Et là, comme une nuée d’oiseaux fonçant à tire d’aile sur les plus belles cerises du jardin – celles qui n’ont pas été touchées par la grêle évidemment ! -, toutes les mains sauf une se dirigèrent vers le ciel !

Le débat pouvait donc commencer entre personnes sachant de quoi elles parlent ! Question de Mme THEVENOT : « quel usage fais-tu de ta tablette ? ». Réponse d’un garçonnet un brin déluré verbalement : « je joue à ça et à ça – listant toute une série de jeux au sabir imprononçable dont beaucoup d’adultes ignoraient jusqu’alors l’existence – et je regarde « You Tube » ! ». Comme si cela ne suffisait pas !

  

Chassez le naturel, il revient au triple galop !

 

Si les garçons sont particulièrement véloces dans leurs réponses en s’arrachant l’index pour être vus de tous et tout en énumérant les innombrables jeux auxquels ils consacrent leurs soirées, les fillettes, a contrario, n’osent prendre la parole. S’évertuant à écouter poliment les échanges sous le regard amusé du préfet de l’Yonne Pascal JAN, dubitatif quant aux usages personnels établis avec les appareils digitalisés par ces enfants, déjà à la limite de l’addiction.

La ministre du Renouveau démocratique en remet d’ailleurs une couche supplémentaire. « Et si l’on interdisait l’usage des tablettes en dessous de 13 ans, est-ce que cela serait grave à vos yeux ? ».

L’un des juniors en herbe ne se démonte pas. Il répond à la représentante de l’Etat du tac au tac : « Ce n’est pas grave, dit-il d’un air sérieux, du moment que je puisse regarder la télévision et aller sur la chaîne « You Tube » ! ».

Chassez le naturel, il revient au triple galop !

Poussée dans son élan, Prisca THEVENOT interroge alors la juvénile assistance sur la lecture. Une question centrale de notre éducation et de notre savoir, comme chacun le sait.

« Et les livres ? Qu’est-ce que vous lisez en ce moment ? ». Un ange passe dans la petite salle où tous les regards des officiels scrutent les gamins qui ne pipent mot. Un silence pesant qui en dit long sur les pratiques livresques à la maison !

Pugnace et ne se contenant pas de cela, madame la ministre revient à l’attaque en demandant aux bambins le message qu’ils auraient à transmettre à l’hôte de l’Elysée ! On ne sait jamais, après tout. Persistante, elle amorce une suggestion : « doit-on dire au Président qu’il interdise « You Tube » pour les jeunes enfants ?! ». Avant de rajouter très vite : « je plaisante, naturellement ! ».

Timide, une petite glisse, enfin, la main dans sa bouche, « je vais passer en CE 2 ! ». Une autre, façon perle de comptoir : « moi, je vais jouer au rugby ! ». Et, ce sera tout ou presque !

Que la délégation ministérielle se rassure : il n’y a aucune connotation d’ordre politique dans ces deux messages livrés par de jeunes Français à leur Président de la République, c’est certain.

Reste en substance, et beaucoup plus sérieusement, que le poids des smartphones et des tablettes sur l’environnement direct de notre progéniture hors de l’école (et ce dès le plus jeune âge) a de quoi inquiéter pour l’avenir.

Tout est consacré dans le numérique et les jeux vidéo à outrance, rien ou si peu n’est accordé aux bandes dessinées et aux bouquins : à défaut de l’appeler la « génération X, Y, Z  ou autre », on appelle cela la « génération perdue »…

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il est fier d’être bourguignon. Même s’il vante désormais les arts culinaires et la gastronomie du Bugey, du côté de Poncin, à quelques encablures de Pont d’Ain et d’Ambérieu-en-Bugey, Jérôme BUSSET n’en oublie pas ses racines originelles de… Joigny ! Et cette grand-mère, qui jadis lui donna dès sa prime jeunesse le goût des saveurs exquises au fond de l’assiette et du « bien manger » en lui mitonnant de savoureux petits plats ! Jeune quadragénaire talentueux qui a fait ses gammes derrière les pianos du lycée Vauban à Auxerre, le garçon vient d’obtenir sa première étoile au Michelin, confirmant ainsi ses qualités de toque experte à « l’AinTimiste »…

 

PONCIN (Ain) : Son plat signature évoque à lui seul son patrimoine géographique originel. Des escargots délicatement poêlés au jus de bœuf dégraissé avec de la crème fouettée. Symbole séculaire de cette Bourgogne gastronomique que nous envient bon nombre d’épicuriens et de férus de bonne chère de la planète.

La Bourgogne, sa mère patrie ! Et plus particulièrement, Joigny. Là où il vit le jour en juillet 1984. Il le dit fort bien : « cette ville de l’Yonne me prédestinait à la restauration gastronomique car mon enfance fut baignée de gourmandises dans la cuisine de ma grand-mère… ».

Il est vrai que Joigny pourrait être l’épicentre de cette cuisine haut de gamme du territoire le plus septentrional de la Bourgogne. « La Côte Saint-Jacques » de Jean-Michel LORAIN, « Le Rive Gauche » de Jérôme JOUBERT : autant de références gustatives qui ont largement dépassé les frontières de l’Yonne, quand ce n’est pas le « Paris Nice ». Bref, il est dit qu’à Joigny quand on est jeune, on aime prendre du plaisir à cuisiner et à élaborer de nouvelles recettes, même celles transmises par sa grand-mère !

 

 

Un parcours incroyable au cœur de la piste aux étoiles !

 

« Mon nez furetait toujours au niveau du plan de travail quand j’étais môme, explique le nouvel étoilé Michelin 2024, le seul et unique du département de l’Ain à avoir gagné un galon cette année, un terroir qui revendique pourtant un lourd apport qualitatif par le passé à cette cuisine traditionnelle que ne renient pas les adeptes de l’art d’ESCOFFIER, du côté de Bourg-en-Bresse et de ses célèbres et goûteuses volailles, de Vonnas avec l’illustre Georges BLANC ou encore à Nantua, ville étape indiscutable pour s’y sustenter des sublimes quenelles de poisson (ou de volaille) nappées de cette remarquable sauce à la couleur orangée.

Entre les effluves des bons petits plats réalisés de main de maître par la parente et le désir de s’y coller aussi en apprenant toutes les subtilités et techniques permettant de s’épanouir derrière les fourneaux, il n’y a qu’un pas unique que le jeune Jérôme saura vite franchir.

De Joigny, le garçon se déplacera de quelques kilomètres, une trentaine, pour se rendre à Auxerre, dans l’un des saints des saints de ces établissements favorisant l’apprentissage d’un métier de la filière hôtellerie/restauration. Le lycée Vauban et sa curieuse topographie, d’ancienne enceinte militaire. C’est là qu’il apprendra tous les rudiments et un peu plus de cet art culinaire, fleuron de notre Hexagone, afin d’y obtenir un bac technologique hôtelier. Il complétera d’ailleurs cet accessit par un BTS option Art de la table, obtenu à Thonon-les-Bains, sur les bords du Léman, une autre région de Savoie où les recettes régalent les habitants.

D’ailleurs, Jérôme est un peu touche à tout très inspiré. De maître d’hôtel, il devient directeur d’établissement, où il travaille en étroite osmose avec des chefs de cuisine renommés. Ses pérégrinations le conduisent à Lyon, temple de la gastronomie hexagonale si ce n’est mondiale ! L’y accueillent de très belles maisons : Léon de Lyon (double étoilé au Michelin), Mathieu VIANNAY (une étoile), Guy LASSAUSAIE (deux étoiles) et La Rotonde (doublement étoilé également). Une vraie piste aux étoiles qui le conforte encore et encore à gravir les échelons ! L’énergie ? Le garçon en a à revendre ! La volonté, elle accompagne sa vie.

 

 

« Ici, à Poncin, j’ai vraiment lâché les chevaux ! »

 

A l’été 2008, il quitte la capitale des Gaules pour s’installer à quelques encablures de là, de l’autre côté de la frontière départementale, dans ce territoire de l’Ain, propice aux belles sollicitations professionnelles.

« Je voulais vivre un projet à dimension humaine, confie-t-il. Et de manière sous-entendue, ne plus être un « pion » quelconque dans une structuration même bien huilée mais reprendre les rênes de son destin, en devenant un véritable acteur. Bref, vivre enfin pour sa cuisine ?

Là, se plait-il à commenter « tous nos efforts et nos exigences de qualité sont récompensés par l’obtention d’une étoile au Guide Michelin... ». Mais, la COVID changera bientôt la donne.

Cette fois-ci, Jérôme BUSSET (et son épouse, Isabelle) décident de franchir un autre cap en prenant leur envol définitivement sur leur propre patronyme. Ils investissent le joli village médiéval de Poncin, non loin du vignoble de Cerdon, en reprenant à cœur la destinée de « L’AinTimiste ».

« J’étais enfin libre d’exercer ma passion de la cuisine, souligne-t-il, accomplir vraiment mon rêve de gosse… ».

 

 

 

 

Le cadre est splendide. Chargé d’histoire et de souvenirs : c’est aussi la plus ancienne bâtisse médiévale de l’endroit. Toutefois, l’intérieur est résolument moderne. Mieux pour les regards curieux des convives, la cuisine où excelle le chef Jérôme s’ouvre sur la salle. La terrasse dès que revient le soleil est splendide.

« Ici, j’ai vraiment lâché les chevaux, plaisante le nouvel étoilé Michelin, tout y est ! Le cadre d’exception avec son puits de lumière d’une trentaine de mètres de hauteur, la cave voûtée. Cet établissement me correspond. Il est aussi le reflet de ma cuisine… ».

La clientèle le lui rend bien. Cosmopolite, elle fait une étape logique en provenance de la Suisse, de l’Allemagne, de l’Italie, du Luxembourg. Sans omettre les Français qui, venant de l’Isère, des deux Savoie et de Lyon, voire de plus loin, en connaissent un rayon sur la gastronomie haute en couleurs et excellente en bouche !

Créative, changée très régulièrement, intuitive, élaborée à partir de produits du sérail, la cuisine de Jérôme BUSSET se déguste avec délectation en se concentrant sur le sens ; envoûtante au palais, régalant le plaisir des yeux. Ici, les volailles de Bresse sont magnifiées par la toque de Joigny. A l’instar des gibiers (en saison), des morilles et des poissons de rivière. Ne parlons pas des desserts !

Côté vins, on se satisfait à laper de petites gorgées de ces excellents Seyssel, vins du Bugey ou ce rosé et effervescent Cerdon qui pétille avec grande fraîcheur en bouche ! Même les truffes sont les bienvenues pour aromatiser une cuisine pleine de surprises agréables.

 

 

En savoir plus :

L’AinTimiste

4 Rue de la Pompe

01450 PONCIN

Tel : 04.74.38.06.66.

Menus de 80 euros à 145 euros.

Ouverture du mardi au samedi.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Serait-ce la source d’inspiration de la chanteuse Olivia RUIZ qui se fit connaître au grand public en 2005 avec ce titre emblématique de « Femme chocolat » ? Non, bien sûr ! Mais, en tout cas, cette demoiselle, un brin timide originaire du Nord de la France et fréquentant à date le lycée des métiers de l’hôtellerie/restauration Vauban à Auxerre, sait transmuter le plomb en or, en véritable alchimiste du sucre et du chocolat, pour en faire de succulents desserts. La preuve ? La championne de France junior de la spécialité s’est qualifiée après l’obtention de deux nouveaux titres pour la finale hexagonale du concours d’Un des Meilleurs Apprentis de France…

 

AUXERRE: C’est bien la fille de son père, la « Marion » ! Tous les observateurs de la chose culinaire et gastronomique de la place se souviennent encore du triomphe de son paternel, en 2022, lors de la précédente édition du fameux défi, « IRON COOK », porté par le centre de formation interprofessionnel par l’apprentissage de l’Yonne, le CIFA.

Mais, cette fois-ci, c’est comme au jeu des sept familles, avec ces habitants de Cassel, charmante bourgade de la partie la plus septentrionale de notre pays, située entre Hazebrouck et Dunkerque, à quelques encablures de la royale Belgique et qui n’hésitent pas à se délocaliser en parcourant près de cinq heures de route pour venir concourir dans…l’Yonne !

Normal, me direz-vous ! Marion WICKAERT, puisque tel est son patronyme fleurant bon les références sémantiques des coureurs cyclistes des Flandres voisines, effectue sa scolarité – du moins son apprentissage – au sein du lycée des métiers de l’hôtellerie et de la restauration auxerrois, dirigé par Capucine VIGEL.

 

 

Une « machine » à concours ? Que nenni ! C’est le plaisir et le fun…

 

Dire que la jeune fille est tombée dans les arts culinaires, en mode pâtisserie et chocolaterie, dès sa plus tendre enfance, n’est nullement rédhibitoire. C’est sûr avec un tel papa, Michaël, qui assure l’enseignement de ces disciplines bénies des dieux ! Inculquer l’esprit de compétition et l’envie de s’exprimer et de progresser au travers de concours furent une autre étape à accomplir dans l’existence de la demoiselle. Bon, c’est évident, malgré ses nombreux titres de gloire déjà obtenus pendant que d’autres filles de son âge consacrent leur temps à la console et aux jeux vidéo – notamment celui de championne de France de dessert de restaurant catégorie junior en 2024 – lui procure une certaine aisance à la réalisation de ces épreuves. Longues, très longues, tutoyant les cinq heures, avec stress, angoisse et technicité à formuler jusqu’au bout des ongles dans la maîtrise de la recette.

Aujourd’hui, derrière les fourneaux du CIFA, temple de l’excellence comme chacun le sait (!), Marion devra réaliser quatre desserts, quatre pré-desserts, trois mignardises différentes dupliquées dix fois, ainsi que d’autres accessoires gustatifs servant à présenter le chef d’œuvre du jour, imposé par le sacro-saint concours d’Un des Meilleurs Apprentis de France, sélection départementale de l’Yonne mais aussi régionale. La thématique est cocasse sur le papier : l’apiculture.

 

 

Un avenir déjà fait de sollicitations et de portes qui s’ouvrent !

 

Mais, dans la réalité et avec sa maestria, la jeune fille saura largement gérer les difficultés et créer des choses pâtissières de belle facture, à base de miel, de pollen, de propolis, de citron et…de chocolat.

Mais, chut ! On n’en dira pas plus sur la recette même qui lui fera décrocher le double pompon de MAF Yonne et MAF Bourgogne Franche-Comté avec dans l’escarcelle deux médailles d’or supplémentaires. Même les visuels de la réalisation définitive – plutôt sympathique à l’œil et sans aucun doute en bouche – seront proscrits !

Afin de ne pas contrarier les chances de la jeune candidate qui a gagné le droit de disputer la finale nationale de cette catégorie d’ici quelques semaines. Pour l’heure, on ne connaît encore ni le lieu ni la date…

C’est donc sous les yeux admiratifs et avisés du MOF Olivier VIDAL (esthète es chocolat de la place auxerroise !) et du professeur de cuisine, François HENNARD, que la jeune concurrente a écouté le verdict du président du jury, Marc LABARDE (MOF lui-même), président du Comité départemental des Meilleurs Ouvriers de France dans l’Yonne.

Ce dernier soulignera l’enthousiasme, le savoir-faire et le professionnalisme de la jeune Nordiste, mettant en exergue les couleurs de la Bourgogne, « la délibération aura été d’une extrême complexité, plaisanta l’homme à l’écharpe rouge, aussi longue qu’une poignée de secondes… ».

C’est tout dire !

Quant à l’avenir de Marion WICKAERT, il est quasi assuré avec la multiplication de ces récompenses de haut vol, sollicitations et portes qui s’ouvrent font partie de son lot quotidien !

L’ancienne apprentie de la manufacture Alain DUCASSE à Paris ne restera pas « chocolat » au bord de la route de l’emploi, c’est une évidence !

 

Thierry BRET

 

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99
Page 1 sur 127

Articles

Bannière droite accueil