Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Les membres du club des Ressources humaines, animé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, ont pu profiter de l’analyse conjoncturelle minutieuse de l’un des chargés des études économiques de la chambre consulaire lors d’un échange instructif. Cette présentation pertinente leur a permis de découvrir les ultimes statistiques et tendances se rapportant à l’évolution de l’emploi sur le territoire…Sous des auspices qui préfigurent au retour si attendu de l’optimisme…

AUXERRE : C’est une vérité digne des émules de La Palisse ! Mais, avec le retour d’une saine croissance, amorcée depuis plusieurs mois dans le paysage économique national, le nombre de postes à pourvoir au sein des entreprises tous secteurs confondus repart à la hausse. Engendrant déjà, a contrario, une réelle problématique qui affecte le travail quotidien des exégètes des ressources humaines : résoudre la très forte attente des chefs d’entreprise !

Cet état de fait impromptu pourrait très vite devenir le vilain caillou placé de manière sournoise au fond de la chaussure des recruteurs. Si l’on s’en réfère aux chiffres fournis par l’Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH), la charge de travail de cette caste corporatiste indissociable à la stratégie opérationnelle de l’outil entrepreneurial pourrait s’alourdir de 77 % dès 2019 compte tenu des immenses besoins des entrepreneurs.

Bref, les cellules RH des entreprises ne devraient pas connaître les instants parfois laborieux de l’oisiveté au cours de ces prochains mois. Y compris en 2019 où d’autres risques, tout aussi importants à maîtriser au sein de l’outil professionnel, devraient refaire surface avec ce retournement positif vers une embellie tant espérée. Il s’agit pour l’un d’entre eux de la revalorisation salariale. Au sein des grands groupes, on estime que le taux d’effort sur la valorisation des salaires pourrait s’élever à 3 % ! Autant dire que, d’âpres négociations pourraient s’engager à court terme entre collaborateurs et dirigeants de société…

Des indicateurs nationaux orientés vers l’optimisme

Il est vrai que les points conjoncturels successifs établis par les observateurs de la vie économique depuis quelques temps confirment le bien-fondé de cette reprise. Et, de facto, son corollaire légitime sur l’emploi. Responsable d’études économiques au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, Julien SISSOKO, n’a fait que conforter ces informations lors de son exposé, étayé par power point.

Depuis deux trimestres, la croissance s’est installée de manière progressive en France. Tutoyant presque les 2 % en matière d’augmentation avec un regain de bons de commande qui se traduit vers le secteur industriel. Côté emploi, plus de 100 000 créations de poste sont attendues. Localement, si la courbe des investissements présente une figure géométrique acceptable et si l’export suscite de nouvelles opportunités, en revanche, la balance commerciale de l’Yonne demeure dans le rouge, conservant une position négative.

Grâce au secteur intérimaire, l’emploi enregistre une croissance soutenue sur notre département à hauteur de 20 % (4 600 postes) tandis que le taux de chômage repasse la barre fatidique de 10 %. Ce dernier se stabilise depuis quelques semaines à 9 % même si au global, 26 500 demandeurs d’emplois demeurent en quête du précieux accessit leur permettant une insertion dans la vie sociale.

Parmi les données offrant une réelle vision de l’état actuel des choses sur le territoire, celles concernant la création de nouvelles entreprises (+ 2 %) ou encore le taux de pérennité à trois dans les activités de commerce (+ 60 %). Même le traditionnel bémol qui persistait toujours au niveau de la viabilité des entreprises (leur défaillance) infléchit la tendance avec – 17 % !

Des centaines d’emplois vont se créer dans l’industrie

Quant aux prévisions d’embauche, elles sont ténues dans certaines filières à l’instar de l’industrie qui envisagerait de recruter de nombreuses personnes. D’ailleurs, le seul secteur de l’aéronautique pourrait dépasser la centaine de nouveaux collaborateurs cette année ! Du jamais vu, dans l’Yonne !

In fine, ce sont 20 % des entreprises départementales qui espèrent augmenter leur effectif en 2018. Justifiant les + 2,5 % de taux de croissance en emplois salariés vécus à l’heure actuelle sur le Sénonais, ce qui situe cette zone géographique dans la même dynamique que le Doubs !

La typologie des filières porteuses de ces emplois, quant à elle, ne réserve guère de surprise : ce sont en effet l’intérim et l’industrie qui se taillent la part du lion. Inversement, le domaine de la construction et du commerce piétine et enregistre des soldes négatifs.

Quant aux contrastes territoriaux, ils révèlent que l’Auxerrois (+ 1,9 %) et le Sénonais (+ 1,4 %) se positionnent fort logiquement comme les zones les plus attractives à contrario d’Avallon (étale) et Joigny (- 1,2 %).

Si le commerce de détail se maintient, il n’en est rien, en revanche, au niveau du commerce de gros qui a chuté au niveau de l’emploi. Citons, aussi, parmi les filières où les postes sont les plus recherchés : le transport et l’entreposage, le conseil, le juridique, l’administratif et l’hôtellerie. Du côté des métiers, le magasinage, les relations commerciales, l’assistance adulte, l’assemblage, le tri, le conditionnement, le transport de longue distance et le personnel de cuisine figurent parmi les plus en vue.

Alors que les besoins de recrutement des entreprises de la métallurgie traduisent par la récurrence de leurs offres la réelle embellie observée sur ce secteur industriel depuis quelques mois, les professionnels peinent néanmoins à trouver chaussures à leurs pieds en cette fin de premier trimestre. Optimiser la connaissance de ces offres disponibles de façon immédiate tout en accentuant la stratégie de communication sur les potentialités actuelles proposées par cette filière économique intègrent les axes prioritaires de ce contrat de service qui a été paraphé entre l’Union des industries et des métiers de la métallurgie et Pôle emploi sur les territoires de la Nièvre et de l’Yonne.    

SAINT-FARGEAU : C’est au terme de la visite officielle que le préfet de l’Yonne Patrice LATRON a réservé à la société industrielle NOGUES ce vendredi 16 mars que les deux signataires de ce contrat de service novateur, Yves HUTIN, directeur territorial de Pôle emploi et Claude VAUCOULOUX, délégué général de l’UIMM, ont procédé à la signature d’un document validant leur désir de rapprochement. Ce texte, paraphé selon les codes et usages traditionnels sous le feu nourri des crépitements d’appareils photographiques, est applicable à la fois sur le territoire de l’Yonne mais également dans la Nièvre limitrophe.

Un contrat de service au service des entreprises de la métallurgie

Au service des entreprises métallurgiques de cette double zone sectorielle, ce contrat de service se décline autour d’actions engagées en faveur de l’emploi et de la qualification professionnelle.  

Avec un item fondamental qui aura servi de trame incontournable à ce texte : déployer toute la panoplie d’ingrédients nécessaires pour propager dans un rayonnement élargi les offres d’emploi qui existent.

Car, curiosité, ces offres sont nombreuses à l’heure actuelle, prouvant au demeurant que les besoins des industries de ces deux territoires ne trouvent pas leur origine dans un épiphénomène.

Le contenu de ce contrat a naturellement déjà été mis en exergue précédemment par les deux organismes institutionnels qui travaillent de concert à cette cause commune. Mais, afin d’en renforcer le trait et la caractéristique élémentaire, il semblait essentiel de l’inscrire dans le marbre et de pouvoir le dévoiler de manière officielle aux différents interlocuteurs institutionnels (chose qui a été faite au terme de cette matinée de visite industrielle à Saint-Fargeau en présence de nombreux élus et décideurs) et de pouvoir le présenter à la presse.

Si un potentiel de 40 000 demandeurs d’emplois est recensé sur les départements de la Nièvre et de l’Yonne, il est néanmoins indispensable de concentrer les actions sur la mise en relation entre les entreprises et les personnes en quête du précieux sésame, les insérant dans la vie active. Cette coordination sera assurée par les deux signataires de manière harmonieuse.

Diverses possibilités de se former pour répondre aux aptitudes des industriels

Fournir aux industriels les atouts humains qualifiés dont elles éprouvent le besoin se fera grâce à cette juxtaposition d’intérêts qui a réuni sur le tapis vert ces deux partenaires. Mais, d’autres vecteurs de la formation professionnelle comme l’AFPA ou le GRETA seront aussi partie prenante à ce support.

En 2017, un certain nombre d’actions avait été portés autour des postes offerts par les métiers de l’usinage via le biais de la qualification. Attestant de l’excellente complémentarité qui s’offrait déjà à ces deux  partenaires.

Grâce à ce contrat de service, l’organisation d’actions spécifiques et complètes autour de certaines formations pourra se concevoir, sous différents modes opérationnels à l’aide de modules plus courts et adaptés aux réels besoins des entrepreneurs. En facilitant l’intérêt de ces cursus vers le plus grand nombre de personnes qui sont en recherche d’emploi et intéressées par le volet industriel. En concoctant, aussi, des modules pédagogiques qui répondent à la très grande série comme au sur mesure, façon dentelle et broderie ! Bref, du cousu main, en somme…

L’association d’aide à l’emploi continue à s’implanter de manière progressive et régulière sur la partie centrale du territoire de l’Yonne. Soutenue par la municipalité de Courson les Carrières dans ses démarches, RENOUER 89 dispose désormais, et ce depuis le 13 mars, d’un nouveau point d’ancrage opérationnel dans cette commune, véritable épicentre de la Forterre. Une plus-value indispensable qui devrait favoriser le retour à l’emploi de personnes en manque de mobilité et de visibilité en quête de retour et d’insertion à la vie active…

COURSON LES CARRIERES : Elle est radieuse Blandine JOZON ! La coordinatrice emploi de l’association RENOUER 89 occupe depuis peu de superbes bureaux, lui permettant d’accomplir ses missions d’accompagnement à la recherche d’un emploi pour celles et ceux qui vivent sur ce secteur géographique de notre territoire et qui en seraient dépourvus.

L’efficience de la structure, dirigée par Isabelle JOAQUINA, n’est plus à démontrer depuis sa lointaine apparition parmi le microcosme territorial.

S’appuyant sur trois cœurs de cibles prioritaires en matière d’activités professionnelles (la mise à disposition de personnel-ce sera le cas de la nouvelle agence sise à Courson les Carrières-, la gestion de chantiers de maraîchage biologique ou les entretiens d’espaces verts), RENOUER 89 a assuré au cours du seul exercice 2017 un total de 100 500 heures de prestation en mettant à disposition de ses partenaires 574 salariés. Dont une soixantaine de personnes qui interviendront plus spécifiquement dans les domaines atypiques du maraichage et des espaces verts.

Fonctionnelle deux jours par semaine, les mardis et jeudis de 8h30 à 12h30 et de 14 h à 17 h, l’antépénultième vitrine de la structure associative bénéficie d’un complexe idéal pour aiguiser l’intérêt des personnes en demande d’emploi et de missions professionnelles.

Le site est localisé au 12, place du Château, c’est-à-dire à quelques encablures seulement de la mairie. Au centre de la commune. Frédéric VASSENT, premier adjoint à la municipalité, est, quant à lui, satisfait de l’ouverture de la structure, ayant pris soin de soutenir le projet dès l’origine…

Curieusement, l’une des références immobilières de l’Auxerrois, le Groupe 123 IMMOBILIER, n’avait encore jamais présenté ses velléités stratégiques et ses orientations commerciales lors d’une manifestation publique. Le Salon de l’Habitat, concocté par France Exposition à Auxerre, lui en offre l’opportunité jusqu’au 04 mars. C’est une étape intéressante de la communication que le responsable de la société Baptiste CHAPUIS qualifie de probante au soir de la première journée. Il n’exclut pas de renouveler l’initiative sur d’autres événementiels qui seraient programmés dans l’Yonne au cours de la saison…

AUXERRE : Vivant à son rythme de croisière la quatrième année de sa jeune existence, la structure immobilière d’Auxerre n’avait jusque-là pas encore participé au traditionnel salon de l’habitat de l’Auxerrois. Un évènement qualifié d’incontournable par ses organisateurs qui offrent ainsi une vitrine non négligeable aux 80 exposants qui y prennent part d’ordinaire.

Pour le Groupe 123 IMMOBILIER, d’autres priorités en matière de communication avaient pris le pas sur ce genre d’exercice les saisons précédentes. Avec notamment, en juillet 2016, la phase inaugurale de la troisième agence commerciale du groupe, avenue Gambetta à Auxerre, mobilisatrice d’énergie.

Assurer la convergence des visiteurs…

Désormais, l’année 2018 sera synonyme de nouveautés significatives grâce à la présence d’un stand qui ornemente l’une des travées du parc des expositions. Pour cette première, les choses ont été conçues avec beaucoup de sérieux et de minutie, suscitant l’intérêt et l’implication de l’ensemble des collaborateurs du groupe.

Désireux d’ancrer davantage sa présence territoriale sur le bassin de vie Auxerrois, le Groupe 123 IMMOBILIER a abordé la journée initiale de ce rendez-vous avec enthousiasme et efficience. Ne lésinant pas sur les pôles d’attractivité qui auront permis d’assurer la convergence des visiteurs vers cet espace de conseils et de vente. Les professionnels ont distillé au passage des informations pertinentes sur les 230 offres de vente répertoriées au sein des trois agences commerciales que compte l’entreprise sur sa zone de chalandise : à Appoigny et dans les deux entités d’Auxerre intra-muros.

Même la bouteille de champagne, posée délicatement dans son écrin, n’échappait pas aux regards intrigués des chalands qui, en cas de contractualisation officielle, possédaient toutes leurs chances de la déguster sur place !

Une embauche supplémentaire pour renforcer l’agence d’Appoigny…

Satisfait, Baptiste CHAPUIS avait pour objectif d’accorder le maximum de visibilité aux offres proposées par les vendeurs tout en suscitant les réactions légitimes de potentiels acquéreurs. N’excluant pas au passage de reproduire cet exercice de captation directe de prospects dès qu’une future animation sera déclinée sur le territoire.

Côté perspective, le Groupe 123 IMMOBILIER entame le nouvel exercice 2018 sur les chapeaux de roue, y compris en matière de recrutement. Un nouveau négociateur commercial rejoindra l’équipe dès le printemps en étant affecté à l’agence d’Appoigny afin d’apporter ses compétences sur la zone septentrionale de l’Auxerrois particulièrement sériée par l’entreprise icaunaise.

La grande opération régionale promue par le comité de pilotage englobant la fine fleur des spécialistes de l’orientation et de la formation par l’apprentissage en Bourgogne Franche-Comté ne pouvait faire abstraction des velléités participatives des centres de formation de l’Yonne. Qu’il s’agisse du CIFA (métiers de services, de la mécanique et de bouche), du CFA Bâtiment (artisanat et travaux publics), du Pôle Formation 58/89 (industrie) et du CFA de Champignelles à vocation agricole, tous auront à cœur d’accueillir un public de familles, d’adolescents et de jeunes adultes en quête des précieux sésames, l’orientation et les diplômes, conduisant au nirvana d’une existence professionnelle heureuse et clairement définie…

AUXERRE : La belle initiative de sensibilisation à l’apprentissage mise en œuvre par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bourgogne Franche-Comté, projet soutenu financièrement par la Région, fera naturellement une halte remarquée ce samedi 03 mars parmi le sérail Icaunais.

Le CFA agricole de Champignelles, le CFA Bâtiment de l’Yonne à Auxerre, le CFA interprofessionnel d’Auxerre et le Pôle Formation Nièvre Yonne, localisé au sein de la Maison de l’Entreprise dans la capitale du département, vivront de manière commune et complice cet événement qui représente une grande première dans l’environnement pédagogique. Sous le sceau de la convergence d’intérêts et de la saine coopération.

En chœur, les représentants des différents établissements, Véronique RIGUET, directrice adjointe du Pôle Formation 58/89, Valérie ROSSI, directrice du CFA agricole de Champignelles, Gérald JAFFRE, responsable du CFA Bâtiment, Marcel FONTBONNE, directeur du CIFA de l’Yonne, accompagné de son bras droit, Delphine ENGELVIN, ont pu clamer haut et fort, lors d’une conférence de presse concoctée au centre interprofessionnel auxerrois, leur volonté de profiter de cette judicieuse initiative pour sublimer l’image de l’apprentissage auprès des parents et de leurs enfants.

Les taux d’insertion de ces centres de formation plaident en leur faveur mettant en exergue leur sens de la responsabilité éducative et l’excellence de l’enseignement prodigué auprès de leurs jeunes pensionnaires. Selon les filières professionnelles et les niveaux requis, ces taux oscillent de 65 % à 90 %. Démontrant à qui veut l’entendre que l’apprentissage représente bel et bien un véritable facteur d’insertion, où les valeurs intrinsèques de la vie en entreprise se marient de la meilleure des manières au taux de réussite des apprenants et de leurs appétences à faire honneur à la filière qui les emploiera.

Le savoir-être est capital à transmettre

Alors que les entreprises éprouvent les plus grandes des difficultés pour pouvoir recruter, l’alternance apparaît comme la solution idéale pouvant résoudre cette problématique parfois insurmontable pour les services des ressources humaines. Des postes sont à pourvoir dans bon nombre de secteurs corporatistes mais faute de candidats à proposer en face, les demandes demeurent lettres mortes.

« Il existe un réel problème d’image de l’apprentissage en France, concède l’un des intervenants. Les parents se sentent davantage rassurés si leurs enfants fréquentent un lycée professionnel plutôt que de se confronter tout de suite au réalisme du monde professionnel… ».

Ce sera l’une des vertus essentielles de cette campagne de vulgarisation et d’explication de texte autour de l’orientation et la formation par l’apprentissage : rassurer !

« L’orientation représente le nœud indissociable aux besoins des territoires, précise Véronique RIGUET, aujourd’hui, nous tissons des liens ténus avec les professionnels afin de présenter leurs métiers et la réalité de l’apprentissage vécue de l’intérieur. Il nous faut une communication de choc comme cette première initiative afin de créer un mouvement amplificateur vers l’ensemble des filières professionnelles… ».

Les professionnels et institutionnels aux côtés des centres de formation

D’ailleurs, que ce soit sous la forme d’ateliers ou de stands de démonstration, beaucoup de structures entrepreneuriales ont confirmé leur présence au cours de cette journée éclatée sur les quatre établissements icaunais et leurs différents sites.

Profiter des contacts directs avec les personnes intéressées lors de portes ouvertes s’avère toujours très positif de l’avis général. Lors de sa dernière animation, le CIFA de l’Yonne a noué 135 liens de belle facture avec des visiteurs. Reste ensuite à concrétiser ces contacts et les muer en contrats officiellement paraphés de signatures.

Quant à Gérald JAFFRE (CFA Bâtiment), il constate à l’heure actuelle le renchérissement de la demande des entreprises artisanales qui est supérieure au nombre de jeunes pouvant prétendre rejoindre le marché professionnel. Mais, le fait d’accueillir le seul et unique cursus de niveau BTS (enveloppe des bâtiments et étanchéité) au sein du centre auxerrois s’apparente à une très belle valeur ajoutée. Désormais, les jeunes gens qui souhaitent évoluer dans la filière, y compris celle des travaux publics, savent que l’exigence des diplômes ne se limite pas au niveau le plus faible et que le spectre des opportunités se diversifie à la hausse, ouvrant de réelles possibilités de carrière.

Le CFA agricole de Champignelles, comme devait le préciser sa directrice Valérie ROSSI, offre lui aussi son panel de cursus diplômants autour de trois axes essentiels que constituent les filières du paysagisme, du milieu équestre et de l’agriculture. Là-aussi, il existe une large palette de possibilités professionnelles pouvant satisfaire celles et ceux qui auraient choisi de vivre cette aventure, menant à la passion…

Page 1 sur 14
Bannière droite accueil