Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Spécialisée dans la pose de canalisations électriques et numériques, qu’elles soient sous-terraines et aériennes, la société de travaux publics de Saint-Florentin diversifie ses activités. Un mode opératoire qu’elle va intensifier au cours de ces trois prochaines années, pour faire face à la baisse conséquente de la commande publique dont elle était trop dépendante. Une perspective encourageante selon son dirigeant, Eric CHARTON, qui ambitionne de s’entourer de nouvelles compétences professionnelles pour parvenir à ses desseins. Une vingtaine de postes, au profil qualifié, devraient renforcer les effectifs des quatre centres d’activité d’ici le terme de l’année…

SAINT-FLORENTIN : Le changement de tactique devrait s’avérer payant pour DRTP, la PME positionnée dans le domaine des travaux publics. Grâce à la diversification de ses activités et l’ouverture vers la multi-clientèle dont le secteur privé, la structure contournera la récurrente problématique inhérente à la restriction de la commande publique. A laquelle l’entreprise était un peu trop liée depuis plusieurs années, de l’aveu de son responsable, Eric CHARTON.

Conséquence immédiate de ce choix stratégique novateur : l’entité de Saint-Florentin recrute. Afin de pourvoir ses quatre centres de profit des personnels idoines en matière de compétences professionnelles, pouvant répondre aux besoins spécifiques. Ces centres sont implantés dans l’Ain, le Loiret, la Marne et l’Yonne.

Un chiffre est d’ores et déjà annoncé par le dirigeant de la PME ; une vingtaine de postes devraient être créés d’ici la fin de l’année. Quant au profil type, il vise à s’adjoindre le bénéfice de personnes diplômées, ayant parmi leurs appétences, outre leur motivation et qualification, le désir de manager des équipes. Ce personnel d’encadrement de chantier comprendra des techniciens supérieurs issus des écoles spécialisées dans les travaux publics.

milieu articles

S’appuyer sur les bienfaits de l’alternance…

Toutefois, la recherche de ces personnels qualifiés s’avère toujours complexe. Il est, en effet, très difficile aujourd’hui pour les entrepreneurs des travaux publics de pouvoir se doter de cette main d’œuvre indispensable à leur épanouissement. L’un des objectifs de l’entreprise est aussi le développement de la formation.

Son rayonnement national lui impose de répondre avec efficience et spontanéité à la complémentarité des équipes qui interviennent selon la typologie des chantiers.

Ainsi, l’apport de l’alternance, au niveau de l’accueil des apprentis, s’inscrit parmi les sages résolutions mise en exergue avec les besoins de la structure. Quant à la féminisation, elle gagne peu à peu du terrain.

De 5 à 10 % de l’effectif de la société proviennent de l’apprentissage. C’est le fruit de conventions formalisées avec les centres pédagogiques de Châtillon-sur-Seine et des écoles techniques qui préparent aux métiers des travaux publics (IUT Génie civil à Auxerre ou à Troyes). La démarche est similaire avec le CIFA de l’Yonne, via son atelier de mécanique et assistant PMI.

Réalisant un chiffre d’affaires annuel de vingt millions d’euros, DRTP entame donc la nouvelle année avec de sérieuses ambitions pour conquérir les marchés publics et privés. La PME emploie plus d’une centaine de collaborateurs.

 

Un dossier sur quatre déposé auprès des services de la Banque de France sur le territoire de l’Yonne est la résultante d’une difficulté immobilière. Ce phénomène va en s’amplifiant d’année en année et concerne le plus souvent de jeunes ménages qui ne peuvent plus faire face à leurs remboursements de crédit, contractés sur plusieurs années. Malgré un coût du logement moindre que l’Ile de France, l’endettement immobilier demeure très élevé dans notre département (45,1 %) et se situe bien au-delà du taux observé pour le reste de la Bourgogne Franche-Comté (38,6 %).

AUXERRE : Comment expliquer de tels écarts avec les autres départements de la région Bourgogne Franche-Comté ? Les chiffres à leur lecture parlent d’eux-mêmes. En matière de surendettement, l’Yonne affiche un zéro pointé pour ce qui est du dossier de l’accès à la propriété.

Cibles visées : les néo-propriétaires. De jeunes couples qui se saignent les veines pour honorer les échéances mensuelles de leurs prêts, venant grever de manière automatique leur budget.

A titre comparatif avec l’ensemble des départements de la région, le différentiel se creuse. Soit un écart de 6,5 % en défaveur du département le plus septentrional de la contrée.

De multiples causes peuvent amener à ces situations complexes à gérer. La perte d’un emploi, la mobilité qui engendre des frais supplémentaires, la recomposition familiale, la baisse du pouvoir d’achat.

Le chômage, à titre d’exemple, régresse quelque peu sur notre secteur. Toutefois, il touche encore 8,3 % de la population. Alors que la statistique n’excède pas 7,7 % à l’échelle régionale.

milieu articles

Un état de fait imputable à de multiples facteurs…

Faudrait-il rechercher les origines de la problématique dans la faiblesse des salaires versés dans notre département et au niveau de qualification professionnelle alors que le nombre d’allocataires bénéficiant du RSA (5,3 %) se positionne là aussi au-delà de la moyenne de la Bourgogne Franche-Comté (4 %) ?

Ce n’est pas pour rien que l’Yonne possède l’un des taux de surendettement les plus élevés de France. Même si la tendance est baissière pour la sixième année consécutive. Une observation qui impacte aussi l’Yonne et ses 1 350 personnes concernées.

Sociologiquement, l’Yonne ne brille pas au niveau de la réduction de son taux de pauvreté et de l’illettrisme, enregistrant des seuils importants (14,6 % de la population), tandis que les données régionales se stabilisent à 13,2 %.

Elément inquiétant à ajouter au dossier : plus de 50 % de ces personnes en situation précaire ne touchent guère que le SMIC en termes de revenus, voire ne disposent pas des capacités financières suffisantes pour honorer leurs remboursements d’emprunts.

Reste le paramètre du coût de la mobilité et des transports. Un facteur aggravant depuis la hausse inexorable du prix des carburants observée au cours de ces dernières semaines.

On le voit, et même si la situation ne s’aggrave pas dans l’Yonne, de nombreux sujets de préoccupation persistent encore selon les rapports officiels de la Banque de France. Le dernier en date se destine aux retraités dont la vie quotidienne se dégrade et qui intègrent dorénavant les paramètres de surveillance de la vénérable institution.

L’antisémitisme est l’affaire de la Nation toute entière. Mardi en fin d’après-midi, sur le parvis de l’Hôtel de ville d’Auxerre, les représentants de multiples formations politiques, mouvements et associations ont fait bloc face un public garni en manifestant leur désapprobation contre le fléau antisémite qui frappe à nouveau la France au plus profond de sa chair. Rejetant cette haine indigeste, devenue une incitation au meurtre, toutes et tous se sont recueillis avec beaucoup de solennité durant de longues minutes en souvenir des victimes innocentes de ces actes dramatiques…

AUXERRE : L’antisémitisme n’est pas la France ! Dénonçant la xénophobie et l’homophobie qui menacent les libertés individuelles dans notre pays, les représentants d’une quinzaine de partis politiques, mais aussi de mouvements associatifs, se donnaient le mot pour rejeter de manière publique cette forme honteuse d’ostracisme qui remet en cause les fondamentaux de notre société.

Une réaction spontanée qui avait pour objectif de condamner la multiplication de ces actes au cours de l’année 2018 et de ce début de nouvelle année.

A l’énoncé d’un credo répétitif, « ça suffit ! », femmes et hommes, qu’ils soient politiques ou de la sphère publique, écoutèrent à l’unisson le message lu par Mani CAMBEFORT, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste de l’Yonne.   

Ce dernier rappelait que « l’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit ». Puis, il égrena les patronymes de celles et ceux qui ont été les victimes de leurs bourreaux parce que Juifs : Ilan HALIMI, les enfants de l’école Ozar Hatorah, les malheureuses personnes de l’hyper cacher de Paris, Sarah HALIMI ou encore Mireille KNOLL. Tous décédés, assassinés, parfois torturés…

S’élever contre toute forme d’agression et de discrimination…

Le sens commun de la République, ces personnalités l’ont fièrement arboré sur l’esplanade de l’Hôtel de Ville. Même si, dans le débat public, leurs opinions peuvent devenir divergentes. Adoptant le principe vertueux de l’Union sacrée, face à la banalisation de la haine et à la barbarie, toutes et tous ont voulu témoigner par leur présence leur engagement dans le respect de la liberté et de ce refus inexpugnable de l’antisémitisme.

Réaffirmant que rien ne pouvait justifier de telles dérives et comportements, Mani CAMBEFORT, au terme de sa lecture, évoqua le principe de la constitution et de son article 1 : « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion » et le respect de toutes les croyances.

Une note d’espérance partagée par ces centaines d’Auxerrois qui, tous en chœur, ont clôt ce moment républicain, empli d’émotion, en entonnant la Marseillaise…

 

 

Présent dans l’effectif de la formation professionnelle icaunaise depuis juillet 2017, le gardien suppléant de l’AJ Auxerre profite de la période des transferts pour rompre son engagement avec son club. C’est une légère anticipation sur la fin de son contrat. Celui-ci arrivait à son terme au mois de juin. Le franco-américain, âgé de 32 ans, évoluera d’ici peu en MLS (Major League Soccer), la première division nord-américaine qui rassemble des équipes du Canada et des Etats-Unis.

AUXERRE : Départ imminent pour les States pour le natif de Suresnes. Un rêve qui devient réalité après l’accord trouvé avec l’AJ Auxerre. Le club de Ligue 2 a accepté de résilier le contrat qui le tenait avec son joueur jusqu’à la fin de cette saison.

Une anticipation réussie qui permettra à Quentin WESTBERG de quitter plus tôt que prévu ses partenaires afin de traverser l’Atlantique et de poser ses valises dans le pays continent d’ici quelques jours.

Là-bas, l’ex-gardien de but de l’AJA (il avait disputé une vingtaine de matches sous le maillot bleu et blanc) entamera une nouvelle carrière sportive. Sans pour autant être dépaysé. En effet, détenteur de la double nationalité, le footballeur connaît bien les USA pour y avoir déjà pratiqué son sport de prédilection dans les équipes de jeunes.

Avant de protéger les cages de l’AJA, Quentin WESTBERG avait officié à Troyes, Evian, Luzenac, Sarpsborg (Norvège) et Tours.

Ce départ profite, par effet gigogne, au jeune international Sonny LAITON. De fait, le garçon grimpe d’un cran dans la hiérarchie des gardiens du club bourguignon.

Le recyclage du verre ou le développement de la thermographie font déjà figure d’histoire ancienne dans la chronologie des nombreuses actions mises en œuvre par le mouvement associatif auxerrois. La pose de panneaux signalétiques destinés aux piétons, le développement des circuits courts par le biais des « Incroyables Comestibles », animation valorisante autour des végétaux et la promotion des quais de l’Yonne constituent le socle des priorités de la structure en 2019. Sans omettre le fameux concept qui se veut largement fédérateur pour celles et ceux qui y participent, « Tous les vins du mois, un vin du coin »…

AUXERRE : Indubitablement, le nouveau président de la Jeune chambre économique d’Auxerre, Adrien BAILLY, aura du pain sur la planche au cours de ces prochains mois. Lors de la passation de pouvoir, le copieux programme de cette année d’exercice devait être dévoilé.

Il s’articulera autour des axes de référence du mouvement associatif : le développement économique, l’environnement et le bien-être des citoyens. Conscient qu’il ne pourra rien faire sans l’aide bénéfique de son bureau, Adrien BAILLY n’a pas peur de relever le défi. Bref, comme devait lui suggérer amicalement Edouard LEPESME, son prédécesseur, sous le ton de la boutade : « il faudra se retrousser les manches ! ».

Une plaisanterie que son auteur aura aussi à cœur de réussir en sa qualité de membre du bureau en charge du développement des projets.

Si 2018 avait vu l’éclosion, au plan international avec une réminiscence icaunaise, d’un challenge novateur (le World Clean Up Day), propre à la sensibilisation autour de la collecte des déchets (90 000 tonnes de détritus récoltés dans les pays participants) ; 2019 se concentrera plus spécifiquement sur des actions de proximité. Favorisant la meilleure appréhension de la ville, tant au plan touristique (la mobilité de la circulation piétonne) que culturelle à l’aide d’un rendez-vous estival sur les quais.

Mention spéciale sur un autre projet qui verra le jour au printemps. Un dossier sur lequel les membres de la JCE s’investissent depuis bientôt deux ans.

milieu articles

Les « Incroyables Comestibles »-le nom évoque presque une nouvelle signée de la plume de J.K ROWLING-consistera à promouvoir le principe des jardins partagés en terre ou cultivés dans des bacs. Les légumineuses et les fruits y seront élevés par tous et pour tous, dans une optique solidaire et harmonieuse.  

C’est après avoir visionné le film culte « Demain » de Mélanie LAURENT et Cyril DION que l’une des membres de la JCE, Adeline BRETAGNE, a eu l’heureuse initiative de faire germer ce projet aux contours végétaux. L’idée étant la réappropriation des espaces publics et de les partager avec autrui.

« Tous les vins du mois, un vin du coin » : un réseau dans le réseau…

L’événement mensuel créé et porté par la Jeune chambre économique d’Auxerre continue en 2019. Le dix-septième rendez-vous aura lieu ce mercredi 20 février au bar « Les Brimbos ». Sont attendues entre 150 et 250 personnes. Pour mémoire, cet événement mensuel a pour objectif de mettre à l’honneur des bars/restaurants et des vignerons locaux. Son succès est croissant depuis le mois d’octobre 2017. Outre le coup de projecteur consacré au travail de vinification du producteur du cru et la dégustation de ses nectars, c’est également une excellente opportunité de pouvoir rencontrer des représentants de la Jeune chambre économique d’Auxerre et de tisser des échanges pérennes et constructifs en présence de leurs nombreux partenaires.

 

Page 1 sur 66
Bannière droite accueil
Bannière footer