Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

La cérémonie de remise des prix de la seconde édition de ces récompenses territoriales qui distinguent les initiatives entrepreneuriales des sociétés du bassin Tonnerrois aura lieu en mai 2019. Sans en connaître encore officiellement la date exacte, le président de l’Association des entrepreneurs du Tonnerrois (AET), Eric MONNOYER, l’a annoncé au terme de l’assemblée générale ordinaire. Celle-ci se déroulait ce mardi 16 octobre au Château de VAULICHERES…

TONNERRE : Inscrite au calendrier de l’association, la date du jeudi 13 décembre 2018 ne servira pas finalement à organiser la manifestation de remise des prix de l’AET. Toutefois, les 53 adhérents de la structure ont été rassurés par leur responsable, Eric MONNOYER : cette deuxième édition des Trophées ne passera pas à la trappe !

Le contraire eut été d’ailleurs étonnant. Surtout après le succès rencontré au terme de la première édition. Celle-ci avait facilité la découverte des réussites de plusieurs entreprises du terroir.

Pour corroborer ces dires, le président de l’Association des Entrepreneurs du Tonnerrois a expliqué que les représentants de la commission ad hoc se réuniront bientôt afin d’en peaufiner les modalités pratiques. Bien que le maintien de trois thématiques servant de référence à l’orientation de ces prix 2018 soit adopté.

A contrario, l’objectif avoué par Eric MONNOYER est de dépasser le nombre de dossiers de candidature. Au cours du précédent exercice, neuf sociétés avaient concouru pour briguer l’un des trois précieux accessits.

Ce léger décalage de la manifestation au printemps 2019 semble correspondre à une certaine forme de logique dans la configuration pratique de l’évènement.

 

Une nouvelle récompense est venue auréoler le 01er octobre Eric GOETTELMANN, chef sommelier exécutif de la Maison Bernard LOISEAU à Saulieu. Le titre de Meilleur Ouvrier de France (M.O.F.) de l’excellence et de l’expertise « sommellerie » s’ajoute à la (déjà) très longue liste de références que possède ce professionnel hors pair…

SAULIEU (Côte d’Or) : La présence de plusieurs œnothèques (créations exclusives) au sein des différents restaurants de la Maison Bernard LOISEAU n’explique pas tout. Même si ces précieux auxiliaires des arts de vivre contribuent au perfectionnement de l’un des spécialistes nationaux de la dégustation et de l’œnologie.

Chef sommelier exécutif de la célèbre enseigne de la gastronomie à la française, Eric GOETTELMANN a obtenu en début de mois une nouvelle consécration honorifique, devenant un des Meilleurs ouvriers de France de sa discipline.

Exégète du savoir-faire en matière de vins au sein de ce groupe familial, le nouveau récipiendaire du M.O.F. possède une sacrée panoplie de distinctions. Ce titre s’accumule aux faits de gloire désignés par la nomination de « Sommelier de l’année 2006 », délivrée par le magazine professionnel « Le Chef » ; celui identique du guide CHAMPERARD de 2010. Avant que cet expert ès viticulture ne tutoie les étoiles en 2016, lors de la remise des Trophées de la gastronomie à Dijon, avec l’obtention de ce glorieux titre de sommelier de l’année toujours amplement convoité.

Cette année, Eric GOETTELMANN avait déjà succombé aux chants des sirènes de la renommée : il a reçu la certification « Gold » de l’ASI (Association de la sommellerie internationale), la plus importante reconnaissance internationale…

L’antenne icaunaise de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (C.P.M.E.) désire accroître sa représentativité et le nombre de ses adhérents sur la partie septentrionale du territoire. Une stratégie voulue par son président Olivier TRICON qui sera pilotée par la responsable de la communication et du développement, Emmanuelle MIREDIN. Objectifs à brève échéance : dupliquer le copieux programme déjà mis en place sur l’Auxerrois et doper très vite le nombre de nouvelles recrues. Afin de rééquilibrer la présence du syndicat patronal sur sa zone d’influence…

AUXERRE : La Confédération des Petites et Moyennes Entreprises de l’Yonne se sent pousser des ailes. Sur la zone géographique du Sénonais, en matière de recrutement. Depuis quelques mois, ce sont de deux à trois nouvelles adhésions qui viennent enrichir les effectifs, déjà bien garnis avec plus de deux cents membres, du syndicat patronal destiné à défendre et protéger les intérêts des TPE/PME.

Le territoire le plus septentrional de notre département fait l’objet de cette convoitise qui n’est pas un secret de polichinelle. Régulièrement, la coordinatrice et animatrice de ce réseau de décideurs économiques, Emmanuelle MIREDIN, effectue des déplacements à Sens et sur son bassin à la rencontre de dirigeants de société. Des permanences factices puisque la proche collaboratrice du président Olivier TRICON organise des rendez-vous directement dans les entreprises qui le souhaitent.

Concrètement, les responsables de la C.P.M.E veulent renforcer leur présence dans le nord de l’Yonne. Comblant ainsi une légère lacune. Il est vrai que 50 % des adhérents actuels sont originaires d’Auxerre et de ses environs.

Dès novembre, et en accointance avec deux de ses partenaires historiques (CER France  et la Fédération française du Bâtiment), la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises proposera des rendez-vous réguliers, déclinés sous la forme de déjeuners business. Une méthodologie ayant déjà fait ses preuves sur l’Auxerrois, précisément.

Le 23 octobre, les trois partenaires, réunis à Sens, présenteront la feuille de route de ce nouveau concept transposable sur l’important bassin économique nordiste. La première déclinaison se mettrait en place dès novembre. Le concept de ce déjeuner d’affaires, assorti d’une conférence, serait accueilli vraisemblablement dans les locaux d’EURIPOLE, pilotés par Thierry HOFFMAN.

 

Espace consacré à la pratique et au développement de l’économie sociale et solidaire (ESS), La RECYCLERIE a validé son acte de naissance de manière officielle le 06 octobre lors d’une cérémonie protocolaire permettant aux acteurs institutionnels et économiques de PUISAYE-FORTERRE d’inaugurer ce processus. Opérationnel depuis le printemps, ce site, élaboré avec le précieux soutien de la Communauté de communes et l’aide de la Région, favorise l’essor de l’économie circulaire et la création d’emplois en accueillant déjà trois structures associatives : TOUCY ENTRAIDE, LA RECYCLERIE et BONJOUR CASCADE…

TOUCY : Employant près de 2,5 millions de salariés en France, soit 12,8 % de l’emploi privé, l’économie sociale et solidaire (ESS) connaît un net regain de croissance depuis plusieurs années. Par ce concept novateur, il faut entendre le développement de structures où agissent des entreprises organisées sous la forme de coopératives, mutuelles, associations ou fondations dont le fonctionnement interne et les activités s’inspirent d’un principe puisé autour de la solidarité et de l’utilité sociale.

Adoptant des systèmes de gestion, participatifs et démocratiques, ces entreprises proscrivent le profit individuel en réinjectant leurs résultats dans leur outil de production. Un cercle éminemment vertueux qui a trouvé grâce aux yeux du président de la Communauté de communes, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI. Adoubant l’existence de ce concept sur son territoire, l’élu icaunais a précisé que « ce principe économique à base de réutilisation possédait de l’éthique et du sens ».

Une opération indolore pour le porteur du projet…

Face à ce projet de 100 000 euros, dont il a eu connaissance courant 2017, le président communautaire ne cache pas son enthousiasme. Avec l’aval du conseil, obtenu en novembre, il est en quête de terrain susceptible de pouvoir accueillir la future structure. En friche depuis plusieurs années, l’ancien site qui accueillait autrefois les établissements du distributeur de produits pétroliers PLOTON, face à l’hôtel d’entreprises de la Chambre de Commerce et d’Industrie, apparaissent très vite comme une excellente opportunité.

La CCI et l’organisme institutionnel trouvent un accord sur l’acte d’achat de ces surfaces utiles à l’exploitation du futur concept. Propriétaire du site, la communauté de communes loue ensuite le terrain à La Californie, la structure exploitante du projet.

Réalisant ainsi une opération blanche et indolore puisque le montant des loyers couvre les frais engagés. De surcroît, une demande de subvention auprès de l’Etat dans le cadre de la DETR (dotation des équipements ruraux) à hauteur de 30 % a été faite.

Une cinquantaine de bénévoles déjà mobilisés sur le site…

Aujourd’hui, une cinquantaine de bénévoles se mobilisent pour faire vivre décemment les trois associations, créées en mars 2018, qui y développent déjà de l’activité. Complexe facilitant la récupération, la valorisation et le réemploi d’objets et matériaux, le lieu de ressource géré par l’association La Californie s’étale sur un ensemble immobilier comprenant un hangar de 600 mètres carrés, un bâtiment faisant office de boutique avec son hall d’exposition de 220 mètres carrés, un garage de 95 mètres carrés et une remise, plus petite, de 42 mètres carrés. La structure pilote déjà un projet connexe à Saint Amand en Puisaye.

Le président national du Conseil de surveillance de la BPCE, la puissante structure décisionnelle qui unit les destinées des réseaux bancaires de la Banque Populaire et des Caisses d’Epargne, prend toujours du plaisir à officier de manière solennelle lors de la remise de ces prix récompensant les lauréats de l’excellence artisanale. Aux côtés de Régis PENNECOT, président de la SOCAMA et de Jean-François LEMAITRE, président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Yonne, le Sénonais s’est dit émerveillé par cette aventure humaine que représente l’entrepreneuriat…

CHEVILLON : S’immerger au plus près des acteurs économiques en découvrant leur quotidien procure toujours une véritable bouffée d’oxygène pour le président du conseil d’administration de la Banque Populaire, Michel GRASS. « J’ai besoin de me retrouver régulièrement au contact des chefs d’entreprises pour vivre à leurs côtés cette émulation qui les porte dans cette aventure humaine, devait-il confier au sortir de la onzième cérémonie protocolaire des Prix Stars & Métiers 2018.

Entamant la dernière des deux années que court son mandat de haut responsable de la sphère bancaire nationale, pour le compte du conseil de surveillance de la BPCE, structure née en 2009 de la convergence d’intérêt entre les Banques Populaires et le réseau des Caisses d’Epargne, Michel GRASS n’en oublie pas moins ses origines de chef d’entreprise. Il évoluait dans le domaine de la santé, à la tête de plusieurs cliniques équitablement réparties sur le territoire nord-bourguignon.

Fier d’accompagner les professionnels…

Occupant un siège d’administrateur dès l’an 2000 au sein de la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté, Michel GRASS rappelle le rôle joué par son établissement fétiche aux côtés des professionnels.

« La Banque Populaire est très investie surs ses territoires. Elle accompagne un artisan sur trois dans leur projet de création, de développement ou de transmission. Soit plus de 31 000 artisans et commerçants. Rien que sur l’année 2017, elle a financé près de 8 000 projets pour un montant proche de 630 millions d’euros. L’établissement est aussi la première banque de la transmission/reprise d’entreprises… ».

L’ancien vice-président de la Ville de Sens, en charge du développement économique, se dit très fier d’accompagner ces porteurs de projets qui bénéficient d’une écoute attentive de sa part.

Partisan de l’intégration d’artisans au sein du conseil d’administration de la banque, afin que celle-ci continue à demeurer la référence bancaire auprès des professionnels de l’artisanat et du commerce, Michel GRASS travaille en symbiose parfaite avec Régis PENNECOT, président de la SOCAMA, la société de caution mutuelle artisanale de la Bourgogne Franche-Comté. Un organisme qui a avalisé en 2017 cinquante millions d’euros de prêts artisanaux avec plus de deux mille dossiers…

Page 1 sur 42
Bannière droite accueil