Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Même si la tâche s’annonce particulièrement ardue sur l’île de Beauté lors de ce déplacement périlleux face à l’Athlétic Club d’Ajaccio ce vendredi 15 décembre, le successeur provisoire de Francis GILLOT veut y croire. Pour l’ultime journée de la phase aller du championnat de France de Ligue 2, les Auxerrois, qui occupent une peu glorieuse seizième place après dix-sept rencontres, auront néanmoins maille à partir avec l’un des artisans majeurs du top cinq de cette compétition. Sauf si les attaquants retrouvent de leur superbe et surtout le chemin des filets…

AUXERRE : Un terme est revenu sans cesse dans les propos tenus par David CARRE, l’entraîneur de l’équipe B promu au poste de remplacement provisoire du coach Francis GILLOT en début de semaine : humilité ! Lors de la conférence de presse d’avant-match, le responsable de l’organisation du jeu s’est voulu à la fois rassurant sur les intentions de son équipe, pourtant ballotée le 08 décembre dernier face à la Berrichonne de Châteauroux (1-2), et surtout mesuré dans la modestie.

Après ce nouveau revers à domicile, la crise aura donc été fatale à Francis GILLOT dont le schéma tactique ne semblait plus correspondre à la situation actuelle. A la surprise générale. Nommé à le suppléer, au moins jusqu’à la trêve, l’entraîneur de l’équipe B de l’AJ Auxerre David CARRE a dû user de beaucoup de psychologie pour insuffler la confiance à son groupe, en proie à de sérieux doutes après la nouvelle déconvenue sportive.

Mettre à mal les pronostics favorables aux Corses

Pragmatique, humble, mais aussi clairvoyant, David CARRE n’incrimine personne. « Nous avons travaillé toute la semaine nos séances d’entraînement en insistant sur la confiance que nous devons retrouver devant les buts, expliqua-t-il, dans la motivation et l’enthousiasme. Certes, la phase aller de ce championnat ne nous a été guère favorable jusque-là, mais après la bascule, il restera encore dix-huit rencontres pour nous refaire la santé et repartir d’un bon pied… ».

Rappelant que la composition du groupe se structure avec 50 % de joueurs issus du centre de formation, David CARRE évoqua ce sentiment d’appartenance et de fierté de ses poulains. Souhaitant qu’ils soient conquérants en Corse, ce dernier aimerait clore l’année 2017 avec un panache en mettant à mal la faveur des pronostics plus enclins à voir l’équipe ajaccienne remportée la victoire que l’inverse.

« Nous avons aussi des arguments à faire valoir au niveau de notre jeu, concède-t-il, lors des phases préparatoires de la semaine, les garçons se sont montrés réceptifs aux enjeux. Même si l’AC Ajaccio est très forte… ».

Aborder cette rencontre à l’instar d’un match de coupe…

Simplifier et sécuriser le jeu, avec plusieurs changements dans la composition du groupe dès le début de la rencontre intègrent les éléments stratégiques de David CARRE.

« Je souhaite que chacun prenne ses responsabilités, espère-t-il, j’attends que nous produisions du jeu avec beaucoup d’humilité mais aussi avec les moyens de nos ambitions. Réussir serait un point collectif bienvenu ! »

Il est vrai qu’arracher les trois points de la victoire juste avant la trêve des confiseurs serait salutaire pour les observateurs. L’AJ Auxerre abordera cette partie comme un match de coupe où le couperet peut tomber à tout instant et dans une approche psychologique différente des autres rencontres.

« Il y aura aussi de la crainte mais aussi le désir de réussir un grand coup à l’extérieur en créant une énorme surprise…, conclut-il.

Rien d’impossible pour le nouvel entraîneur du club qui veut s’extraire de toute pression néfaste avant ce rendez-vous néanmoins capital.

Sécuriser les parcours professionnels des demandeurs d’emploi et des salariés du particulier employeur dans la région Bourgogne Franche-Comté représentait l’ambitieux objectif de cette signature de convention tripartite, survenue il y a quelques jours à Dijon. Le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, Pôle emploi et la Branche professionnelle des salariés du particulier employeur ont paraphé les documents officiels qui les lient désormais à ce partenariat valorisant le soutien à la professionnalisation du secteur de l’emploi à domicile autour des métiers de la petite enfance et de la prise en charge du handicap dans une contrée particulièrement propice…

DIJON : Océane CHARRET-GODARD, vice-présidente du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté et Frédéric DANEL, directeur régional de Pôle emploi n’ont pas hésité un seul instant à l’issue de cette cérémonie protocolaire et des commentaires avisés de l’ensemble des intervenants à apposer leurs signatures au bas des pages des documents officiels. Ceux qui entérinaient cette convention importante et inédite, permettant de sécuriser les parcours professionnels.

Depuis plus d’une vingtaine d’années, IPERIA L’Institut, fort de la confiance des branches professionnelles des assistants maternels et des salariés du particulier employeur, conçoit et déploie le dispositif de professionnalisation du secteur de l’emploi à domicile en forte croissance depuis une décade. L’institut est d’ailleurs devenu au fil des ans le référent incontournable de ce secteur d’activité par le truchement de son expertise et ses conseils prodigués dans le cadre de cette professionnalisation.

Aussi, était-il tout naturel de retrouver ses représentants aux côtés des partenaires institutionnels de ce protocole d’accord mis en place depuis peu. Partant du postulat qu’emploi et formation correspondent aux clés de la dynamique économique territoriale, chacun devait souligner les aspects fondamentaux de ce nouvel engagement.

Un enjeu collectif pour répondre à de véritables besoins identifiés…

Ainsi, la vice-présidente de la Région restait persuadée « que la loi sur la réforme de la formation professionnelle en 2015 a sans aucun doute révolutionné les choses avec l’apparition de la notion de compétences ». « Plus former et mieux former, c’est devenu une priorité pour le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, devait-elle rappeler à l’assistance. Cette convention symbolise les modes de coopération au service de la sécurisation des parcours professionnels des demandeurs d’emploi sur notre territoire… ».

Un item que ne démentait pas Frédéric DANEL, le directeur régional de Pôle emploi. « L’effort autour de la qualification pour un retour progressif vers l’emploi doit être encore plus important dans notre contrée car le niveau de formation est plus bas qu’à l’échelle nationale. Certes, devait-il poursuivre, l’emploi à domicile intègre les secteurs économiques qui recrutent le plus mais paradoxalement, ils éprouvent beaucoup de difficulté à pouvoir le faire… ».

Expliquant que cette convention tripartite représentait une formidable opportunité, le signataire de ce protocole d’accord appelait à une intense mobilisation suite à cet engagement entre les partenaires et à une mutualisation des moyens, notamment ceux visant à s’informer sur les besoins de ce secteur d’activité afin de pouvoir sensibiliser de manière optimale les demandeurs d’emploi à ces métiers.

Une activité économique en forte progression et porteuse d’emplois…

Vice-présidente de la Commission paritaire nationale de l’emploi et la formation professionnelle (CPNEFP) de la branche professionnelle des salariés du particulier employeur, Marielle BROUARD effectuait un focus intéressant sur la réalité de ce secteur qui recense plus de 64 000 particuliers employeurs et plus de 59 000 salariés en Bourgogne Franche-Comté. Attractifs aujourd’hui, les métiers de la famille le seront encore plus demain en présentant de réelles opportunités de développement économique équitable entre zones urbaines et zones rurales. Les projections sont simples : à horizon 2030, près de 45 000 nouveaux postes seront à pourvoir d’où la nécessité impérieuse d’y adjoindre de véritables dynamiques en termes de professionnalisation.

« Entre 2012 et 2016, constatait Marielle BROUARD, nous comptabilisons plus de 5 500 départs en formation continue en modules courts sur l’offre prioritaire de notre branche et celle des assistants maternels du particulier employeur et 1 500 parcours de certification… ».

Innovantes et actives, les branches du particulier employeur ont pu instaurer le titre d’assistant maternel/garde d’enfants qui œuvre à la reconnaissance des professionnels de ces métiers. « Celles qui le désirent peuvent même se spécialiser dans la prise en charge du handicap grâce au certificat de qualification professionnelle assistant maternel/garde d’enfants handicap qui a été mis en place récemment, souligna Véronique DELAITRE, la présidente de la même commission.

Déjà une application concrète de ce dispositif dans la Nièvre…

Se qualifier sur les problématiques inhérentes au handicap doit aussi permettre aux demandeurs d’emploi de bénéficier de solutions novatrices. La prise en charge de ces publics fragilisés au domicile intègre le cœur de métier des professionnels de la petite enfance. La création d’un certificat de qualification professionnelle handicap de spécialisation a traduit cette volonté ; d’une durée de 175 heures, il vient compléter les compétences générales sur la petite enfance déjà acquises par les stagiaires au cours de leur formation assistant maternel/garde d’enfants.

« Depuis 22 ans, saluait Anita POUPARD, présidente d’IPERIA L’Institut, nous n’avons jamais cessé de croire en l’importance de renforcer l’attractivité des métiers qui constituent le secteur de l’emploi à domicile : c’est-à-dire assistant de vie, assistant maternel, garde d’enfants et employé familial. Nous avons aussi noué des partenariats constructifs dont le socle repose sur ces certificats de professionnalisation handicap. L’un dans la Nièvre qui concerne un parcours long permettant à des demandeurs d’emploi de suivre un parcours de formation complet (le titre d’assistant maternel/garde d’enfants et le CQP handicap de l’enfant). L’autre en Côte d’Or qui concerne l’obtention du certificat de professionnalisation handicap adulte. Ce cursus se rapporte aux personnes déjà détentrices du titre d’assistant de vie dépendance. Grâce à ces deux spécialisations, les opportunités professionnelles se renforcent et existent mais elles ne rencontrent pas forcément les publics formés… ».

Mais, les choses devraient évoluer positivement à l’issue de la signature de cette convention tripartite puisque les futurs certifiés spécialisés disposeront dorénavant des savoirs et des savoir-faire pour prendre en compte les spécificités de chaque situation de handicap, adaptant au passage leur accompagnement aux besoins des particuliers employeurs ou des enfants au sein de leur domicile.

Enfin, Magali CAZENEUVE, directrice opérationnelle de l’INFA Bourgogne Franche-Comté Grand Est, expliqua le solide partenariat mis en exergue entre les branches professionnelles et IPERIA l’Institut, depuis plus de vingt ans. « Nous dispensons à l’heure actuelle plus de 50 modules de formation. Par exemple, depuis le 25 septembre, une dizaine de stagiaires sont ainsi formés à la Fondation INFA de Nevers au métier d’assistant maternel/garde d’enfants avec un CQP handicap enfance. Ce programme pédagogique est mené à titre expérimental dans le cadre des nouvelles actions co-construites par IPERIA L’Institut, Pôle emploi et le Conseil régional. Il se terminera à la fin du mois de février 2018… ».

Encadrés d’une experte en conseil et en formation indépendante, une vingtaine de professionnels du secteur tourisme évoluant sur le marché des groupes ont pu ébaucher les lignes directrices d’un nouveau concept collectif, à vocation participative. Cet outil mutuel des idées et préconisations a pris la forme d’un « club groupe ». Adoubé par Yonne Résa, le service commercial de l’agence Yonne Tourisme, il bénéficiera de son accompagnement afin de créer de véritables synergies entre les acteurs du tourisme Icaunais à l’avenir…

VENOY : A la tête du cabinet de consulting, INTER AGIR, Catherine LECOMTE a subjugué les participants de ce rendez-vous, révélateur d’un grand projet. Celui de constituer un « club groupe » où les représentants des filières touristiques du territoire qui travaillent d’ordinaire l’offre des groupes agiraient en commun accord à des fins de dynamique professionnelle.

Proposée dans les salons du « Moulin de la Coudre », hôtel/restaurant à fort potentiel d’attractivité auprès des autocaristes et des tours opérateurs du fait de sa proximité de l’autoroute A6, cette séance de travail permit à Bénédicte NASTORG, directrice de l’agence YONNE TOURISME, d’exposer les fondements de ce concept novateur.

La création d’un « club groupe » qui soit fédérateur pour les professionnels

La naissance d’un collectif de professionnels du marché groupe devenait nécessaire dans le but de fédérer l’ensemble des acteurs (sites touristiques, hôtels, restaurants, prestataires d’activités de loisirs…) et de partager, ensemble, les idées plus ou moins lumineuses.

« C’est le principe même d’un « club groupe », devait-elle expliquer dès le préambule de cette réunion de travail, la collaboration plus étroite entre les professionnels du tourisme afin de développer et fidéliser la clientèle groupe de passage dans l’Yonne nécessite l’implication de chacun… ».

Ce message essentiel aura donné la faculté de pouvoir réfléchir, à travers des exercices ludiques et pédagogiques à la mise en place de ce futur club, ses orientations stratégiques, son mode de fonctionnement et les projets d’actions collectives qui pourraient en découler dès 2018.

Grâce à Yonne RESA son outil promotionnel qui lui permet de s’ouvrir davantage vers la clientèle nationale et internationale, l’agence YONNE TOURISME veut susciter de nouvelles opportunités pour les professionnels du secteur.

Ce « club groupe » fonctionnera tel un forum ouvert participatif avec une multitude d’échanges positifs selon une fréquence à déterminer. YONNE TOURISME aura aussi pour objectif de soutenir les projets qui essaimeront de ce groupe de travail. Mais, nécessairement sur un plan financier.

Parmi les pistes évoquées, fruits de ce rapprochement, la naissance d’un salon, le transfert de fichiers relations publiques, voire la mutualisation de la communication. Sans omettre cet impérieux désir de renouveler sans cesse la clientèle. En vue d’optimiser du mieux possible la prochaine saison touristique…

Le module « Montez votre boîte ! » s’est posé dans la capitale de l’Yonne ce vendredi 08 décembre au matin, en réunissant une quinzaine de partenaires institutionnels et consulaires du Crédit agricole Champagne Bourgogne à l’écoute des futurs créateurs/repreneurs d’entreprise du bassin d’Auxerre. Le rythme de ces rendez-vous n’est pas encore arrêté de manière définitive. Mais, d’autres initiatives seront réitérées au cours du prochain semestre dans le département…

AUXERRE : Dès potron-minet ce vendredi 08 décembre, les plus courageux et téméraires des porteurs de projets d’entreprise se sont précipités malgré un froid humide dans une arrière-salle, mise à la disposition des organisateurs, par la Brasserie La RENAISSANCE.

Ils ont pu bénéficier des précieux conseils de partenaires consulaires et institutionnels qui travaillent au quotidien avec les collaborateurs du Crédit agricole Champagne Bourgogne, réunis à cette occasion, dans le cadre de ce nouveau cycle des « Cafés de la Création ».

Cette première rencontre avec les futurs créateurs et repreneurs d’entreprise du bassin auxerrois aura permis à ses participants de profiter des consignes d’usage devant conforter le lancement de leur projet.

Experts-comptables, avocats, notaires, juristes mais aussi membres de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne ou de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat occupaient chacun une table, qui facilitait ainsi les échanges directs avec leurs interlocuteurs avides de renseignements précis.

Accueillis par deux des acteurs de l’établissement bancaire régional, Etienne BERGERE, coordinateur Innovation et RSE ainsi que son collègue, Anthony SISTERNAS, directeur des agences du Grand Auxerrois, les porteurs de projets ont eu tout le loisir de pouvoir s’entretenir avec les incontournables spécialistes de l’entreprise au cours de cette matinée instructive.

Initiative nouvelle ayant déjà été mise en place dans l’Aube et la Côte d’Or, deux des territoires bénéficiant de la couverture professionnelle du Crédit agricole Champagne Bourgogne, le concept des « Cafés de la Création » a été préalablement testé à Avallon il y a quelques semaines. Une vingtaine de personnes en quête d’informations pratiques y avaient participé.

Confirmant par ce biais son ancrage territorial au plus près de l’économie, le Crédit agricole Champagne Bourgogne souhaite initier à travers un écosystème relationnel favorable une dynamique constante autour des apporteurs de projets. Avec un seul credo à l’esprit : le soutien sans bornes à l’attractivité du territoire et à son développement.

Leader sur le marché des entreprises, l’établissement bancaire déploie depuis quelques jours une application de conseils qui devrait révolutionner les échanges et préconisations avec les responsables de PME/PMI. Disponible sur tablette, cet outil digitalisé a pour objectif de guider et personnaliser la conduite des entretiens entre le chargé d’affaires et le dirigeant de société. Interactifs, simples, conviviaux et efficients, ces moments de partage privilégiés ont la particularité de ne plus se dérouler en face à face mais côte à côte…

AUXERRE : Imaginée pour créer de la valeur ajoutée en temps réel lors des entretiens entre les acteurs de l’économie et ses chargés d’affaires, la nouvelle application de conseils « ALLIANCE Entreprise » de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté offre une présentation dynamique, synthétique, voire ludique, des principaux services et ingénieries déclinés par l’établissement bancaire.    

Grâce à des contenus informatifs sans cesse réactualisés, le chargé d’affaires de la première structure bancaire à intervenir auprès des entrepreneurs de PME/PMI en France peut apporter des réponses concrètes et personnalisées à son interlocuteur. Testé auprès de 500 entrepreneurs, « ce concept numérique représente un indéniable atout pour réaffirmer les engagements de la banque vis-à-vis des entreprises », selon Jean-Yves COGNARD, directeur du marché des entreprises.

Des choix d’accompagnement judicieux pour décliner des stratégies adaptées…

Avec le concours de ce nouvel organe de prise de décision, la Banque Populaire entend confirmer son statut de partenaire idoine auprès des PME avec un taux de pénétration global de 41 %. Taux qui s’est d’ailleurs renforcé de plus de 3 % sur l’exercice 2017 selon l’étude KANTAR TNS, dédiée aux milieux bancaires et à leurs approches du traitement de la gestion des petites et moyennes entreprises.

« Nous soutenons les initiatives de l’économie territoriale en accompagnant les entrepreneurs dans leurs projets de croissance externe ou à l’international, explique Jean-Philippe BEZIN, directeur de centre d’affaires de l’Yonne, aujourd’hui, trois entreprises sur cinq de Bourgogne Franche-Comté sont clientes de notre établissement… ».

Soit 85 000 clients issus des entreprises sur la région, ce qui permet à ce groupe d’intégrer le clan très hermétique des banques leader avec 66 % de taux de pénétration. Quant au marché de l’Yonne, il représente plus d’1,5 million d’euros de chiffre d’affaires au niveau des PME pour un portefeuille de 700 entreprises qui sont suivies au quotidien par le centre d’affaires départemental. Parmi les secteurs dominants, citons l’agro-alimentaire avec ses composantes de l’agriculture, de la viticulture, la coopérative et les entreprises de transformation.

Forte de cet enracinement régional, la banque dévoilait l’année dernière sa nouvelle structure d’accompagnement personnalisé, « BFC Corporate », un concentré d’expertises dédiées aux entreprises dans les domaines de la croissance, de la performance, de la rentabilité et de l’optimisation. Cette marque est complémentaire de « BFC Croissance », autre filiale du groupe BFC, ayant pour but de prendre des participations au sein des entreprises en croissance jusqu’à un million d’euros.

Cette présence de tout premier plan s’illustre également à travers le milliard d’euros de crédits accordé chaque année aux entreprises et aux professionnels.

Une approche dynamique de la relation professionnelle dédiée à l’entreprise…

Le second groupe bancaire français, BPCE (Banque Populaire Caisse d’Epargne), n’hésite pas à dévoiler ses propres chiffres lors de ces entretiens avant-gardistes avec ses interlocuteurs au cours de ces rendez-vous. Avant de débuter l’échange avec l’entrepreneur qui s’articule autour de l’analyse approfondie des chiffres remis en amont par ses soins, le chargé d’affaires s’assied aux côtés de la personne, innovant ainsi avec les protocoles habituels.

« Avec eux, nous allons parler de leur activité globale, de l’évolution de leur chiffre d’affaires, des deux derniers exercices, de leur marge, tout cela avec des questionnements et des explications pour une meilleure compréhension financière de la vie de leur société, explique Jean-Philippe BEZIN, l’utilisation de ce support tactile donne du rythme à cet entretien et de l’originalité… ».

Les principaux chiffres du bilan de la société seront présentés sous la forme de tableaux et de camemberts. Introduisant ensuite les commentaires avisés du chargé d’affaires qui peut s’appuyer sur une foultitude de services permettant de mieux structurer les attentes de l’entrepreneur.

Au terme de deux heures d’entretien, uniquement sur rendez-vous, les chargés d’affaires de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté espèrent aussi conquérir de nouveaux marchés, tant en taux de pénétration (conquérir de nouvelles entreprises) qu’au niveau des parts de marché avec la croissance du crédit.

Page 1 sur 9
Bannière droite accueil