Peu significatif l’écart entre les deux listes se présentant aux élections de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat dans l’Yonne. Il n’aura manqué in fine que la bagatelle de 21 voix pour que « Fiers d’être artisans », liste conduite par la CPME et de la FFB ne remporte le suffrage. Victorieuse, la « Voix des Artisans » glane six des huit départements et consolide ainsi la prégnance de l’U2P…

 

AUXERRE : Vingt-et-une voix auront donc suffi pour faire la différence dans ce combat des chefs, farouche et animé, que se sont livrées les deux listes en présence ces dernières semaines lors de ces élections consulaires, se rapportant à la seule Chambre de Métiers et de l’Artisanat.

Le verdict, annoncé de manière officieuse mardi soir, s’est donc confirmé à la mi-journée de ce jeudi 21 octobre avec l’envoi d’un communiqué de presse adressé aux rédactions par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté.

L’U2P a donc bel et bien gagné cette élection 2021 sans qu’il y ait le moindre doute à avoir au vu des résultats. Sur les huit départements, la liste « La Voix des Artisans » totalise en effet six victoires.

Presque un grand chelem où ne figurent pas deux des départements franc-comtois que sont la Haute-Saône et le Territoire de Belfort. Pour le reste, il n’y a pas photo à l’arrivée. Même si sur certains secteurs géographiques, les résultats de ce scrutin très peu mobilisateur (à peine 7 000 artisans se sont prononcés sur les 61 529 professionnels référencés dans les registres) s’avèrent très serrés.

 

 

Attendre le lundi 08 novembre pour connaître le nom du président régional…

 

C’est le cas de l’Yonne. La liste pilotée par Jean-Pierre RICHARD, président de la CAPEB 89, totalise 386 voix. Elle est talonnée de peu par celle de l’alliance CPME/FFB (il y d’autres représentations corporatistes) à 365 voix. 21 voix qui changent tout. Mais, qui ne fait qu’accréditer l’échec du chef de file Baptiste CLERIN, qui rappelons-le, jouait sur les deux tableaux. L’élection régionale et celle au niveau du territoire de l’Yonne.

Il faudra désormais patienter jusqu’au lundi 08 novembre et l’assemblée générale constitutive pour connaître le nom du nouveau président régional de Bourgogne Franche-Comté. Ainsi que les patronymes de l’ensemble des membres du bureau régional. Une session devant se dérouler au siège à Dôle dans le Jura.

En toute logique, et après avoir obtenu un total de 3 966 voix positives contre 3 035, l’actuel président de la chambre consulaire BFC Emmanuel POYEN devrait renouveler son bail pour une durée de cinq ans supplémentaire. Il était candidat à sa propre succession.

Vu de l’Yonne, les choses allaient en revanche changées quel que soit le résultat puisque l’actuel président Jean-François LEMAITRE ne se représentait pas. C’est donc tout naturellement le président de la CAPEB 89 Jean-Pierre RICHARD qui devrait occuper ce poste dont la désignation officielle se fera un peu plus tard. Sans doute au mois de décembre…

 

Thierry BRET

 

 

 

Pas facile d’être une candidate à la présidentielle ! Il faut se frayer un chemin à travers une horde de journalistes avant de pouvoir s’installer au pupitre officiel pour y distiller ses messages ! Valérie PECRESSE a pu tester de visu ce scénario chaotique autour de sa personne à VENOY. Quant à la pierre de l’abbaye Saint-Germain, elle révèle son lourd secret…

 

BILLET : 

Lundi

 

D’année en année, le Père Noël semble remplir de plus en plus tôt les rayons des grandes surfaces. Il y a quelques années encore, il fallait attendre les premiers frimas de novembre pour le voir vider sa hotte. Désormais, tout est en place début octobre, à peine l’été envolé. Encore un peu et il fera sa tournée en bermuda et en tongs ! Une course au profit qui bafoue les règles du temps et qui s’accommodera sans doute cette année de l’effet panique engendré par le risque de pénurie annoncée, conséquence d’une demande mondiale exponentielle et d’un manque de conteneurs, au prix décuplé en un an. Il ne faut jamais courir après le temps, il finit toujours par vous rattraper…

 

Mardi

L’aura et le crédit d’un personnage politique se mesurent-t-ils au nombre de médias qui le suivent dans tous ses déplacements ? Le baromètre semblait être à la hausse à Venoy pour Valérie PECRESSE. Si l’on en juge par le nombre de caméras et micros qui entouraient la candidate à la prochaine élection présidentielle, à l’issue de la présentation de son programme pour l’école. Pas facile pour la presse locale de trouver sa place !

 

Mercredi

 

L’on apprend dans la presse people, que Laetitia HALLYDAY a enfin pu réaliser un rêve d’enfance : prendre le métro ! La veuve de notre rocker national a le carrosse modeste et aime le rappeler, photo à l’appui sur les réseaux sociaux, où on peut la voir lunettes de soleil sur le nez, masquée et chapeautée, risquer l’aventure en famille sur les quais de la station Monceau. En 2013, la candidate UMP à la Mairie de Paris, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET chantait déjà les louanges du métro parisien évoquant un « lieu de charme » et des « moments de grâce ». Quand on pense à tous ces usagers du quotidien, qui s’y entassent matin et soir, sans mesurer leur bonheur… Les ingrats !

 

 

Jeudi

 

L’histoire s’écrit parfois en lettres de pierre… Comme dans l’enceinte de l’Abbaye Saint-Germain où, sur l’un des piliers bordant le cloître, est gravé un message écrit de la main d’un natif de Villeneuve-la-Guyard. Il s’appelait LEMOINE, conscrit de son état, parti pour les guerres napoléoniennes le 16 octobre 1808, il y a 213 ans… En est-il revenu un jour ? A-t-il été blessé ? Tombé sur un champ de bataille à Eckmühl, Wagram ou Smolensk ? Mort pour la seule gloire d’un homme à l’ambition démesurée, mais vivant pour l’éternité grâce à la mémoire des pierres…

 

Vendredi

 

Une enquête IFOP est parue en septembre dernier, commandée par « Charlie Hebdo », sur l’état de l’opinion en matière de liberté d’expression, de blasphème et de caricatures. On y apprend que 47 % des moins de 25 ans, toutes religions confondues, jugent que les journaux ont tort de faire paraître ce type de dessins. Un jeune sur cinq ne condamnant pas explicitement les auteurs des attentats parisiens. A la veille du premier anniversaire de l’assassinat de Samuel PATY, ces chiffres interrogent et témoignent du long travail pédagogique restant à mener.

 

Samedi

 

On a pu lire dans les colonnes de « L’Yonne Républicaine », qu’un homme suicidaire a pu être sauvé in extremis par des policiers auxerrois. Après avoir réussi dans un premier temps à localiser l’appel et une fois rendus sur les lieux, l’un des fonctionnaires n’a pas hésité à mettre sa propre vie en danger pour empêcher l’individu de se jeter dans le vide une corde au cou. Un acte de bravoure qui rappelle le quotidien amer de ces femmes et de ces hommes souvent confrontés à la misère humaine et à la violence. Ils éclairent de lumière toute une profession.

 

Dimanche

Il y a juste soixante ans, une manifestation pacifique de ceux que l’on nommait alors « Français musulmans d’Algérie » était réprimée dans le sang à Paris. Un massacre devenu symbole d’une terreur étatique et du dévoiement de policiers chauffés à blancs par leurs supérieurs au premier rang desquels le préfet de police de l’époque, Maurice PAPON. Ils étaient peu nombreux alors à s’être opposés à la dérive totalitaire de leurs chefs, jetant un voile sombre sur la mémoire de la profession.

 

Dominique BERNERD

 

 

Alors que le Congrès national de l’Union des Démocrates et des Indépendants (UDI) ne devrait livrer son verdict définitif sur la conduite à tenir à propos de la présidentielle 2022 qu’à la date du 27 novembre, l’antenne de l’Yonne de la formation du centre droit vient de faire connaître sa position. En révélant le nom de son candidat pour la course à l’Elysée. Sans surprise, il s’agit de la présidente de la région Ile-de-France Valérie PECRESSE…

 

AUXERRE : On appelle cela l’art de l’anticipation ! Un choix qui s’affirme bien avant de connaître les directives du national. Sans surprise aucune, certes, quant au résultat. Mais qui marque, il est vrai, la volonté bien ancrée de ses auteurs de consolider leur décision.

En résumé, pas la peine d’attendre l’issue des travaux du Congrès national du mouvement centriste (il aura lieu à Aubervilliers le 27 novembre prochain) pour ergoter et se livrer à d’inutiles conjectures quant à la position à adopter en matière de candidature pour la présidentielle.

L’UDI de l’Yonne prend les devants et tranche dans le vif du sujet, en annonçant par la voie d’un communiqué de presse, ses desiderata : un soutien inconditionnel à celle de ses candidats à droite qui peuvent se qualifier et peut-être l’emporter au second tour, la présidente de « Soyons Libres », la Républicaine Valérie PECRESSE. « Elle sera la présidente qui fera avancer demain l’Yonne et la France ! » explique le document adressé aux rédactions.

 

 

Une double option possible : une candidature de l’UDI ou le ralliement à un candidat des Républicains…

 

Signé par la sénatrice Dominique VERIEN, présidente de l’antenne départementale de l’UDI Yonne et du président de la section UDI Jeunes, Kevin LEGENDRE-BONIFACE, le texte précise clairement que leurs signataires apportent après réflexion (et surtout avant le Congrès national de l’UDI) leur soutien dès aujourd’hui à la présidente de la région francilienne.

« Nous voulons pour notre pays une personnalité courageuse, ambitieuse, pour mener les réformes nécessaires dont nous avons besoin… ».

Le 27 novembre, en périphérie de la capitale, les ténors de l’UDI se réuniront lors du congrès annuel afin de déterminer les choix du parti de centre droit. Une option possible entre une candidature autonome qui représenterait les couleurs de la formation (on ne peut penser qu’à l’investiture de Jean-Christophe LAGARDE, patron de l’UDI) ou à un ralliement à l’un des candidats du Congrès des Républicains qui se déroulera le 04 décembre prochain. Un choix cornélien dans la famille de droite entre Xavier BERTRAND, Michel BARNIER et Valérie PECRESSE pour ne citer que les ténors.

Dans l’Yonne, on brûle les étapes et on gagne ainsi beaucoup du temps : c’est Valérie PECRESSE qui, à ce petit jeu, sort victorieuse de cette première étape !

 

Thierry BRET

 

Trois questions posées au chansonnier qui était de passage sur la scène de Saint-Georges-sur-Baulche il y a encore quelques jours. A 80 ans, Pierre DOUGLAS qui fut aussi l’un des trublions cathodiques de « Incroyable mais vrai » du regretté Jacques MARTIN fait des envieux parmi celles et ceux qui veulent conserver la pêche !

INTERVIEW : Avez-vous une pensée quotidienne pour celui sans qui vous n’auriez peut-être jamais quitté le journalisme politique ?

Pierre DOUGLAS : J’ai débuté en 1977 et à l’époque, je remerciais Georges MARCHAIS tous les matins en me levant ! Maintenant, cela m’est passé, disons que c’est tous les mois (rires).

Mais je n’oublie pas que j’ai démarré grâce à l’imitation que j’ai faite de lui. Je l’ai rencontré un jour, peu après mes débuts et il m’a dit que cela lui faisait plaisir car ses collègues à l’Assemblée nationale le félicitaient d’avoir lui aussi « son » imitateur. Le temps a passé et quand avec Thierry LE LURON, on lui faisait dire sur scène des choses plus en rapport avec l’actualité politique, ça passait moins bien, on ne s’est plus revu !

Par contre, un qui riait bien de m’entendre l’imiter, c’était François MITTERRAND, qui n’était pas toujours très drôle dans la vie, mais savait se marrer ! Sauf la première fois, lors de son meeting de campagne à Strasbourg en 1981, où il est resté de marbre. Un sphinx ! Il s’en est excusé après, m’avouant qu’il avait besoin des voix communistes au second tour et ne pouvait rire ouvertement en public. Et c’est comme ça que j’ai fait élire le président MITTERRAND ! (rires)

 

 

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur ce nouveau genre comique qu’est le « stand-up » et ses multiples acteurs ?

Ce n’est pas le style d’humour que l’on pratique à mon âge et je ne saurai pas écrire dessus. Ce que je trouve triste, c’est de voir que les jeunes ne se penchent plus sur l’humour politique, c’est fini ! Comme si les chansonniers étaient devenus désuets. Lorsque j’ai démarré, il y avait encore Robert ROCCA, Maurice HORGUES, Jean AMADOU, mon idole et le seul dont je puisse dire vraiment en 44 ans de métier qu’il était un ami… Aujourd’hui, nous ne sommes plus très nombreux à part Jacques MAILHOT, Michel GUIDONI et moi. C’est dommage.

Le monde politique continue-t-il à vous faire rire ?

Disons qu’il continue à me faire rire, pour ne pas passer mon temps à pleurer, comme disait BEAU MARCHAIS. En deux mots bien sûr ! (rires)

 

Propos recueillis par Dominique BERNERD

 

 

 

 

Le Rassemblement National a dispersé ses orateurs à travers la France afin de motiver ses électeurs. Philippe BALLARD, conseiller régional d’Ile-de-France et Alexandra MASSON, conseillère régionale de la région PACA, tous deux porte-paroles du parti, étaient accueillis à Sens par Julien ODOUL, conseiller régional et conseiller municipal de la mairie de Sens. 

 

SENS : Branle-bas de combat pour le Rassemblement National (RN) qui part à la conquête des voix avec ses nombreux ambassadeurs. Tous traversent la France pendant cinquante jours afin d’emmener les militants RN jusqu’aux urnes et d’apporter, évidemment, la victoire à Marine LE PEN.

« Aller au plus près de nos adhérents, de leur parler des propositions de notre candidate, de resituer les enjeux des élections présidentielles au-delà du battage médiatique, au-delà des sondages qui s’égrènent jour après jour… ».

Julien ODOUL rappelle la nécessité d’aborder le fond, plutôt que la forme, avec ses militants au cours d’une campagne qu’il juge « extrêmement courte », réduite par les nombreuses restrictions liées à l’épidémie de SRAS.

 

Le Rassemblement National : un parti qui a doublé ses effectifs…

 

Immigration, communautarisme, priorité aux Français, pouvoir d’achat, dans les grandes lignes, le Rassemblement National reste fidèle aux idéaux qu’il porte depuis ses débuts. Le fait est que depuis les élections présidentielles de 1995, le parti est en forte progression dans les suffrages exprimés.

Le RN flirte de plus en plus avec la victoire avec une hausse de 75 % du nombre de votants depuis 1988. Un effectif qui a quasiment doublé entre 2007 et 2017.

 

 

Depuis une dizaine d’années, même de nombreuses personnalités médiatiques et politiques ont rejoint leurs rangs. C’est le cas d’Alexandra MASSON, ancien membre de l’UMP (Union pour un Mouvement Populaire), devenue depuis Les Républicains.

« On dit ce qu’on pense et on fait ce qu’on dit ! » se félicite Julien ODOUL qui met en exergue la constance du parti qui serait le moteur principal de son succès.

Sciemment ou pas, le Rassemblement National profite peut-être aussi de l’instabilité des autres formations en proie à de nombreux clivages internes, émoussant un peu plus la confiance des Français en l’institution politique. Même si le taux d’abstention a toujours été important depuis le début de la Vème République, battant des records en 1969 (31,15 % au second tour), en 2002 (28,4 % au premier tour) et en 2017 (25,44 % au second tour).

 

« Les sondages à six mois des échéances n’ont aucun sens… »…

 

Le « pas-encore-candidat » ne semble pas les effrayer, outre mesure. Malgré des similitudes de programme avec celui de Marine Le PEN et les annonces des instituts de sondage que Philippe BALLARD n’hésite pas à railler considérant qu’« à six mois du second tour, ça n’a aucun sens ».

L’enquête Harris Interactive du 06 octobre réalisée pour « Challenges » avait effectivement révélé que « ZEMMOUR semble en position de se qualifier au second tour de l’élection présidentielle ».

« Faisant les frais de cette progression, Marine Le PEN recueille désormais entre 15 et 16 % d’intentions de vote et se trouve pour la première fois « exclue » du second tour ».

Sur une éventuelle récupération des voix des potentiels électeurs d’Eric ZEMMOUR, qu’il soit candidat ou pas, qualifié pour le second tour ou non, Alexandra MASSON montre une certaine prudence. « Les voix n’appartiennent jamais à personne : ce ne sont pas des mathématiques !».

La conseillère régionale reste tout de même persuadée que « Marine Le PEN est capable d’aller jusqu’au deuxième tour tranquillement, sereinement, avec de vraies équipes, avec un maillage territorial, avec un programme ».

En définitive, rien ne semble vraiment faire peur au Rassemblement National. Même La République en Marche (LREM) avec des députés au niveau intellectuel « inquiétant » selon Alexandra MASSON paraît manquer sérieusement de crédibilité.

 

Floriane BOIVIN

 

 

Page 1 sur 239

Articles

Bannière droite accueil