Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Convier une quarantaine de chefs d’entreprise afin de leur présenter les aléas subis en cas de fraude au virement et les moyens d’y faire face constituait la base informative d’une intervention proposée en cette période estivale par l’établissement bancaire régional. Mettre en garde les entrepreneurs contre les risques encourus aura permis un échange constructif et vertueux entre les participants de cette session à vocation pédagogique.

AUXERRE : La fraude au virement ne cesse de croître en France. Au détriment de celles et de ceux qui sont aux commandes des entreprises. Ou de leurs subordonnées. Car, le plus souvent, ce sont les cadres, voire les personnes intermédiaires évoluant à toutes les strates de la hiérarchie professionnelle qui en sont les victimes ; au grand dam des entrepreneurs eux-mêmes.

A cours de la seule année 2016, deux tiers des entreprises françaises ont subi une tentative de fraude alors qu’elles n’étaient encore que 55 % deux années auparavant. Même les services administratifs des structures institutionnelles intéressent dorénavant les fraudeurs.

Bref, face à cette envolée de méfaits qui nuit aux intérêts financiers des structures professionnelles tout secteur confondu, le Pôle entreprise de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté dans l’Yonne a décidé d’agir en provoquant des séances informatives sur cette thématique. Jean-Philippe BEZIN, responsable de la cellule icaunaise, n’a pas hésité à mobiliser ses troupes pour inviter des chefs d’entreprise à découvrir le fondement de ce problème pouvant s’avérer crucial pour la pérennité d’un outil de travail.

Il y a deux ans, on estimait le préjudice subi à 500 millions d’euros de pertes cumulées pour les milliers d’entreprises victimes de cet odieux désagrément sur le territoire national. Celui-ci, hybride, pouvant prendre différentes formes d’application. Toutefois, les spécialistes estiment que ce chiffre est encore plus élevé dans la réalité…

On ne lutte pas à armes égales, même en respectant la loi…

Une autre statistique, lâchée au cours de l’intervention du conférencier de la Banque Populaire, expert en la matière, aura suscité un léger remous parmi l’assistance. Près de 20 % de ces fraudes aboutissent in fine.

Les escrocs, jamais à court d’imagination, travaillent sur la duplicité de leurs victimes, se faisant passer pour leur responsable, un gros client, un partenaire, voire même un banquier. Les méthodes évoluent sans cesse et s’adaptent aux besoins d’un marché lucratif et fructueux, avec de nouveaux codes et des plans bien construits.

« Concrètement, explique l’intervenant dans un silence religieux, les faux ordres de virement qui soulagent les trésoreries engendrent de vrais virements au crédit de comptes ouverts à l’étranger. La plupart du temps dans les pays de l’Europe de l’Est. On peut citer ainsi la Pologne, la Hongrie, la République tchèque. Le modus operandi est toujours le même. Le faussaire usurpe l’identité du dirigeant de la société ou d’un cadre supérieur pour intimer un ordre de virement à un subalterne en le manipulant et en lui ordonnant d’exécuter l’opération dans les meilleurs délais sur la bonne foi de l’interlocuteur. On appelle cela la fraude au président. Parfois, le fraudeur emprunte l’identité d’un avocat ou d’un cabinet conseil. Mais, le résultat reste similaire avec le déclenchement de ce virement à l’étranger… ».

Dans l’absolu, le facteur temporel joue contre la victime. Car, l’exécution de l’ordre de virement se réalise très vite, dans l’heure qui suit l’appel. Il est difficile de pouvoir ensuite intercepter cet ordre.

Les moyens de communication jouent contre les entreprises…

Cette usurpation d’identité fonctionne bien dans la réalité. Utilisant les nombreux modes de communication à distance, les fraudeurs ne peuvent être identifiés. Par le biais de fax, d’appels téléphoniques, d’e-mails, voire de SMS, les supercheries font mouche et permettent aux fraudeurs d’agir en toute quiétude et sans risque. Le fax, qui atteste néanmoins une intervention sur papier, demeure le moyen le plus prisé des voleurs.

Parfois, des logiciels espions s’insèrent à l’aide de virus dans le circuit informatique de l’entreprise. Objectif : siphonner le contenu des informations. Ces attaques représentent un réel danger pour la société. Les fraudeurs ne se contentent pas de piller l’ensemble des informations financières et techniques d’une entreprise. Ils se servent de ce procédé pour demander une rançon. On appelle cela les crypto-attaques ou ransomware.

« Les fraudeurs cryptent l’ensemble des informations détenus par l’entreprise, ajoute l’expert, en les rendant indéchiffrables pour leurs propres utilisateurs. Un antidote est alors proposé, moyennant une rançon qu’il s’agira d’honorer en bitcoin, cette unité monétaire universelle facilement négociable sur le marché. Un conseil : il ne faut jamais s’acquitter de la rançon. Ce serait le début d’un engrenage douloureux et sans fin… ».

Parmi les parades éprouvées face à une telle situation : les sauvegardes systématiques qui doivent être mises en place. Toutefois, il est nécessaire d’employer des moyens à distance hautement plus sécurisants que les modes habituels (disque dur, clé USB, etc.).

Des règles élémentaires pour faire face à ce fléau…

Se prévaloir en amont de tels agissements est possible. Cela suppose de la vigilance et d’user de quelques méthodologies ayant fait leurs preuves. En premier lieu, l’emploi du tutoiement et du vouvoiement dans la relation exercée avec un contact clairement identifié. Si le message téléphonique de votre patron ne comporte pas de telles familiarités du fait de l’absence de l’habituel tutoiement le jour J d’un ordre de virement important à exécuter vers un pays de l’Est, c’est qu’il y a manifestement anguille sous roche. Ce sont autant de petites informations, aussi anodines qu’elles puissent paraître, qui peuvent être prises en compte pour faire la différence dans ce genre de situation controversée.

En parallèle, l’information faite à l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise est devenue indispensable pour lutter contre cette fraude au virement, fléau pouvant conduire au licenciement pour faute grave ou vers un état dépressif la personne qui en a été la victime.

Reste, enfin, comme ultime parade des plus efficaces à ces contraintes : l’adoption de la signature électronique sur les documents officiels de l’entreprise. Cet acte est fiable. Il représente à minima l’élément basique permettant de rassurer toutes celles et tous ceux qui pourraient avoir maille à partir avec des fraudeurs au bout de la ligne cet été…

Même en nombre restreint, les membres de la Jeune Chambre Economique auxerroise ont bravé la chaleur étouffante qui sévissait ce vendredi 20 juillet dans l’Yonne pour concocter leur traditionnelle opération déclinée chaque mois autour d’une rencontre pédagogique (et gustative) avec un viticulteur du cru. C’est au « Millésime », établissement de la rive droite d’Auxerre que l’association de ces jeunes leaders de la vie économique et sociétale de la ville a proposé ce 10ème rendez-vous de la saison. L’immersion dans le terroir local était des plus goûteuses inspirée par les nectars de très bonne tenue du Domaine Alain MATHIAS, situé à Epineuil…

AUXERRE : Même le président de la JCE Auxerre Edouard LEPESME a fait preuve d’exemplarité en participant à ce nouveau rendez-vous dont les Auxerrois raffolent tant. D’ordinaire, plus d’une centaine de personnes se précipitent tous les 20 de chaque mois à cette manifestation ludique et initiatique qui fait la part belle à la découverte du milieu viticole de notre territoire.

Apparu dans le circuit des « After work » locaux depuis septembre, le concept promotionnel « Tous les 20 du mois, un vin du coin » a trouvé son rythme de croisière, entre réunions plaisirs autour des vins et échanges nourris de potentialités économiques et sociétales à développer entre ses participants.

Preuve que ce succès fait aujourd’hui recette dans le sérail auxerrois, ce sont les établissements de la filière CHR (Café hôtel restaurant) eux-mêmes qui prennent les contacts en amont afin de proposer leurs services permettant de recevoir dans des conditions optimales l’équipe organisatrice de la Jeune Chambre et ses nombreux convives.

La résultante de « Booster ton centre-ville » en créant des animations régulières…

Ce ne fut pas le cas, certes, ce vendredi 20 juillet pour cause évidente de vacances estivales mais bon nombre d’élus et de personnalités institutionnelles ne boudent pas leur plaisir à chaque rendez-vous pour faire une apparition. On notait la présence néanmoins de Marité CATHERIN, présidente de la Maison des jumelages, de la francophonie et des échanges internationaux, de Charline LENFANT, dirigeante des Femmes Leaders de l’Yonne ou encore de Laurent DEVELLE, chef d’entreprise.

Outil de communication relationnel évident, ce procédé représente aussi un vecteur de recrutement intéressant pour la structure associative. Elle y puise ses ressources nourricières auprès de jeunes gens âgés de moins de 40 ans et désireux d’apporter leur pierre à la construction d’un idéal sociétal et économique positif. Plusieurs observatrices et observateurs ont ainsi fréquenté l’antichambre de la JCE cette année à la suite de leur présence sur cette opération. Des recrues potentielles…

La genèse de « Tous les 20 du mois, un vin du coin » n’est que la résultante de l’enquête « Booste ton centre-ville », initiée par la JCE au cours de la saison 2016/2017. Celle-ci avait révélé l’impératif besoin de créer des animations qui facilitent les contacts relationnels à Auxerre.

Deux nouvelles commissions se mettent en place à l’automne…

La première aurait pour objectif de créer un événementiel à l’été 2019. Précisément sur la rive droite de la ville. La manifestation s’apparenterait à un concept très en vogue à l’heure actuelle dans certaines villes traversées de fleuves et de rivières, « Auxerre Plage ». La seconde réfléchirait à la problématique récurrente de la mobilité et du stationnement en centre-ville. Un recensement précis du nombre de places existantes constituerait le préambule de cette analyse menée par la commission ad hoc.

Avant qu’il n’y ait un lot de propositions pour identifier lesdites places et leur fonctionnalité (pose de capteurs électroniques au sol, amélioration de la signalétique, incitation à occuper ces aires de stationnement, etc.).

Incubateur d’idées à part entière, la JCE via son mode opératoire initie les projets avant de les transmettre à d’autres structures qui en déclineront ensuite le concept. La Ville d’Auxerre, mais aussi l’Office du Tourisme Auxerrois ont pris connaissance de ces différents dossiers portés par la structure associative. Le Conseil de quartier du centre-ville d’Auxerre, exerçant ses activités en liant étroit avec les associations commerçantes locales, a lui aussi été mis dans la boucle.

La valorisation du territoire demeure l’axiome prioritaire de la JCE à travers ses actions qui ne peuvent s’effectuer que par la concertation et l’adoption des projets de l’ensemble des acteurs sociétaux reconnus.

S’inspirant de la célèbre émission culturelle de Jacques CHANCEL qui fit les beaux jours d’Antenne 2 dans les années 1970 et 1980, le fameux tandem franco-belge à la tête du théâtre rural d’Etais la Sauvin (Andrée et Gérard-André) convient ce week-end leurs fidèles à une immersion fantastique dans l’univers du « Grand Jacques ». Certes, le comédien/chanteur nous a quittés le 09 octobre 1978. Mais, jamais, sa mémoire et ses souvenirs n’auront été aussi présents parmi nous, grâce à une œuvre construite sous le sceau du génie artistique intemporel…

ETAIS LA SAUVIN : L’ombre de Jacques BREL planera au-dessus de la scène du théâtre rural de La Closerie ces 22 et 23 juillet. L’immense chanteur du « plat pays qui était le sien » recevra les hommages d’une kyrielle d’artistes aussi talentueux qu’éclectiques au cours de deux représentations exceptionnelles. Conçus sous la forme d’un « Grand Echiquier », concept cathodique de très haute volée culturelle qui s’inscrivit dans la durée sur l’ancienne France 2, ces deux rendez-vous ne laisseront pas le public de marbre.

D’autant que ces spectacles seront réalisés sous le parrainage de la fille de Maître Jacques, France BREL, et de la Fondation internationale Jacques BREL dont elle est la présidente.

Près de trois heures de représentation permettront à une vingtaine d’invités présents sur scène de déclamer un texte, d’interpréter une chanson, de jouer de la musique de cet artiste universel qui influença bon nombre de ses pairs, qu’ils soient artistes francophones ou anglo-saxons. On se souvient encore de la bouleversante version de la chanson « Amsterdam » interprétée par David BOWIE en 1973 dans l’album « Pin-up ».

Artistes, chanteurs, musiciens, récitants, photographe, journaliste, dessinateur, témoins…évoqueront en chœur le souvenir de ce personnage aux multiples facettes et aux nombreux talents (le cinéma aux côtés de Lino VENTURA dans « l’Emmerdeur » en 1973 ou l’année précédente « L’aventure, c’est l’aventure » dans le film de Claude LELOUCH), qui avait choisi de se retirer aux Marquises au début des années 1970 et de mettre ainsi entre parenthèse sa prestigieuse carrière.

Jacques BREL qui devait quitter définitivement la scène au summum de son succès en 1966 ne sera pas très loin de ces artistes venant exprimer leur passion à l’auteur de « Mathilde » ou des « Bonbons ».  Des images inédites dévoileront les facettes du chanteur. Elles sont l’œuvre de Jacques REVON qui les commentera sur scène.

Déjà une formule « Grand Echiquier » en novembre 1993…

Pour le quinzième anniversaire de la disparition du chanteur belge, Gérard-André avait concocté un précédent plateau, s’inspirant de la fameuse émission, entouré d’une quarantaine d’invités prestigieux dont Pierre BREL, le grand frère de Jacques, et l’émouvante Alice PASQUIER, la femme de « Jojo », l’ami fidèle à qui Jacques BREL déclara dans la très célèbre chanson éponyme : « Six pieds sous terre, Jojo, tu es frère encore, six pieds sous terre, Jojo, tu n’es pas mort ». Un film fut réalisé de cette expérience heureuse proposée à MORSANG sur Orge dans l’Essonne. C’est devenu depuis un document unique puisque Pierre BREL et Alice PASQUIER nous ont quittés depuis…

Pléthore d’invités se sont succèderont sur scène…

La liste définitive des invités de cette seconde mouture du « Grand Echiquier » spécial Jacques BREL n’est pas encore arrêtée. Nonobstant, la plupart des participants de cette fête sont identifiés.

Bernard BRUEL, artiste interprète, chante Jacques BREL depuis juillet 1988. Depuis, il se produit en France et à travers le monde (notamment au Québec), seul, accompagné de quelques musiciens ou d’un orchestre symphonique. Xavier CLEMENT, comédien, voisin de La Closerie, y présente chaque année une création. Ici, il a souhaité afficher sa belgitude et exprimer son admiration pour Jacques BREL. Andrée De SMET, l’ « amie-amour » de Gérard-André comme il aime la qualifier, témoignera de sa rencontre avec France BREL et de leur amitié. Christian FLAMAND, dessinateur et illustrateur de bande dessinée (« Pif Gadget »), bien connu dans l’Yonne, sera sur scène pour croquer les participants sur le vif. Marc FOUQUET, chanteur basse au Chœur de Radio France, vivant dans l’Yonne, a créé un tour de chant spécial Jacques BREL : il sera accompagné au piano par Yves AUDARD. En 2017, il a enregistré avec l’Orchestre d’Harmonie de la ville de Tonnerre. GEHEL, auteur-compositeur interprète icaunais, est un troubadour des temps modernes. Il pose un regard malicieux  sur notre société. Il interprètera aussi l’incontournable  Jacques BREL. Madame Sacha, chanteuse de cabaret et auteur-compositeur amoureuse de la belle chanson, balade sa voix forte et singulière dans tous les répertoires de la chanson française. Habitant le Loiret, elle se produit souvent en Bourgogne. Anne PEKO, chanteuse, interprète, comédienne et auteur-compositeur. Parmi ses nombreux spectacles et enregistrements, on retient « Madame » (l’artiste y chante Edith PIAF), « Ma Cantate à Barbara » et « D’Amsterdam à Göttingen » où la chanteuse puise dans le répertoire de ces deux monstres sacrés de la chanson francophone.

Après avoir exercé de nombreux métiers et s’être distingué dans plusieurs disciplines sportives, Michel POTIER se consacre désormais depuis une vingtaine d’années à la poésie. Il est le délégué régional de la Société des Poètes et Artistes de France pour la Bourgogne. Photographe, journaliste d’investigation, Jacques REVON présentera des photographies originales de Jacques BREL qu’il a réalisées en 1966 lors de ses adieux à l’Olympia et de vidéos datant des années 60 et 70.

Claude SERVAJEAN a plusieurs casquettes : auteur-compositeur interprète, violoniste, peintre et écrivain. Après avoir écumé tous les cabarets de Paris (en particulier il a été l'un des piliers du « Caveau de la Bolée » où se retrouvait la fine fleur des saltimbanques de Paris dont certains ont fait de très belles carrières, évoquera la mémoire du chanteur. Enfin, l’hôte de ces lieux, Gérard-André, auteur-compositeur-mélodiste (il a mis en musique Aragon, Victor Hugo), mais aussi interprète. On le connaît surtout pour ses interprétations réussies des textes de Ferrat, Aragon, Victor Hugo, Brassens… Il a également souvent interprété l’illustre BREL.

Présentation de plusieurs ouvrages sur le chanteur

En marge de cette soirée, et en collaboration avec la Librairie « Le Millefeuille » de Clamecy, sera organisé un dépôt vente des deux ouvrages, sortis le 02 mars, que France Brel a publiés sur l’œuvre de son père. Le premier ouvrage est consacré à Jacques BREL, auteur, qui propose dans cet opus la découverte de textes inédits, des scénarios, des billets radiophoniques commentés par France BREL qui les replace dans leur contexte. On y trouve des manuscrits, certains datant de son enfance, des illustrations, les souvenirs de nombreux témoins et près de 300 citations de Jacques BREL peu ou pas connues extraites de la presse de l'époque. Ce sont 600 pages, comprenant des photos inédites, trois cents citations et commentaires, des explications et des anecdotes écrites par sa fille.

Dans le second ouvrage, « Jacques BREL chanteur », sont rassemblés tous les textes chantés par Jacques BREL, présentés de manière conforme aux enregistrements, pour la première fois dans une fidèle retranscription. Quant au parrain de La Closerie, le chanteur Julos BEAUCARNE, il a également écrit un livre sur Jacques BREL. Il sera mis sous le feu des projecteurs lors de ce double événement…

« Grand Echiquier spécial Jacques BREL »

Samedi 21 juillet à 20h30 heure du début du spectacle.

Dimanche 22 juillet à 16h00 heure du début du spectacle.

Prix d’entrée : participation aux frais (PAF) 15 € ou 11 € si adhérent.   Réservation par site : http://www.lacloserie-spectacles.fr/ par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.   par téléphone : 03.86.47.28.16.

Prescrits par un praticien pour des raisons médicales, les arrêts de travail poursuivent leur constante progression sur notre territoire. Les premiers mois de 2018 ne dérogent pas une règle déjà observée l’année dernière. L’évolution se situe à 3,2 % de mieux par rapport à l’exercice antérieur, avec une forte poussée des arrêts maladie supérieurs à trois mois (6,7 %). Dans le même temps, les arrêts pour cause d’accident de travail ont augmenté de 7 % par rapport à 2016. Conséquence directe : le coût croissant qui est supporté par la Caisse primaire d’assurance maladie. Les indemnités journalières se sont envolées.  Pour atteindre au terme de l’exercice 2017, près de 62 millions d’euros sur le seul département de l’Yonne…

AUXERRE : « Quand on est malade, on reste à la maison et on se soigne ». Péremptoire, le message adressé par la Caisse primaire d’assurance maladie aux assurés est on ne peut plus clair ! Avec un débours précis de 61 734 000 euros de dépenses annuelles, les arrêts maladie grèvent fortement le budget de l’ancienne Sécurité sociale sur le territoire septentrional de la Bourgogne.

Connaissant toujours une forte augmentation d’année en année, les arrêts de travail entrent aussi dans le collimateur des services de contrôle de l’organisme financeur. Les fraudes sont récurrentes. Ce que ne tolère plus la CPAM de l’Yonne qui intensifie les vérifications à domicile…

L’organisme insiste désormais aux détours de ses campagnes de communication et de ses conférences de presse sur les droits et les obligations des personnes en arrêt de travail. La dernière d’entre elles rappelait avec véhémence parmi les arguments évoqués qu’un arrêt de travail n’est pas approprié pour pratiquer le jardinage, exécuter des travaux de maçonnerie à la maison, partir en vacances ou encore assister à des spectacles !

Une statistique retiendra l’attention des journalistes témoins de ces échanges instructifs : celui de 24 % d’absences injustifiées de la part des personnes indemnisées.

Les contrôles vont s’intensifier dès la rentrée…

Insistance vigoureuse de la part des responsables de la Caisse primaire d’assurance maladie de l’Yonne sur le fait que les contrôles existent (ils vont se propager dès l’automne prochain sur l’ensemble du territoire) et que les personnes arrêtées se doivent de respecter des horaires de présence à leur domicile, de 9h à 11h et de 14h à 16h, y compris les week-ends et les jours fériés. Quant aux convocations faites par un service médical, elles doivent être scrupuleusement respectées. Sous peine de remettre en cause l’arrêt de travail. Mais, force est de constater que depuis cinq ans, les dépenses continuent de progresser de manière constante dans le département.

« La prescription inadaptée d’arrêts de travail peut avoir des conséquences économiques, médicales et sociales fâcheuses qui ne doivent pas être prises à la légère, précise Etienne BERROUET, directrice adjointe de la CPAM de l’Yonne, de toute manière, l’arrêt de travail ne constitue pas une solution durable… ».

Dans l’Yonne, 14 699 salariés ont bénéficié au moins d’un arrêt indemnisé au cours des quatre premiers mois de l’année 2018, dont 12 288 pour maladie, 1 836 en raison d’un accident du travail, 218 pour un accident de trajet et 373 pour des maladies professionnelles.

« Le prolongement non justifié d’un arrêt de travail représente un frein à la reprise d’une activité professionnelle, continue Mme BERROUET, à terme, cela peut entraîner des effets délétères sur la vie du patient avec la désocialisation, la précarité, voire le licenciement… ».

A ce titre, la CPAM accompagne les assurés concernés par un arrêt de longue durée. Histoire de remettre la personne vers le retour progressif à l’emploi. Sur le territoire, 8 % des arrêts maladie indemnisés ont une durée ininterrompue de plus de six mois et représentent 52 % des indemnités journalières versées.

La Bourgogne Franche-Comté, seconde région de France où les arrêts de travail sont les plus nombreux…

L’Yonne représente l’un des départements les plus touchés par cette recrudescence des arrêts de travail observés au cours de ces dernières années. La hausse des dépenses d’indemnités journalières excède les 6,1 % en 2017. Un chiffre qui place le département au-delà de la Bourgogne Franche-Comté (+ 5,3 %) qui se positionne pourtant sur la seconde marche du podium national, et de l’Hexagone, avec une augmentation de 4,6 % des dépenses.

D’autres régions se situent dans le haut du panier. C’est le cas notamment de Nouvelle Aquitaine, qui précède notre contrée, mais aussi Pays de la Loire, Normandie et Bretagne. Curieusement aux idées reçues, PACA, l’Ile de France et…la Corse ferment le ban !

Il existe une explication rationnelle à cela. Les réformes des retraites ont conduit les salariés à différer leur départ hors de la vie active à minima 62 ans et non plus à 60 ans. Davantage de sexagénaires restent désormais en activité : ils peuvent éventuellement présenter un arrêt de travail s’ils sont fragilisés.

Conseillère régionale déléguée aux relations franco-suisses et à la solidarité internationale, Liliane LUCCHESI a pris part aux débats du 16 juillet organisés par ONU Habitat et le département des affaires économiques et sociales du Secrétariat des Nations Unies, consacrés aux collectivités. Aux côtés d’autres représentants de collectivités territoriales, l’élue régionale est intervenue pour expliquer la contribution des autorités locales lors de la mise en œuvre d’objectifs se rapportant au développement durable…

NEW-YORK (Etats-Unis) : Elue du groupe « Notre région avance La Gauche Unie », originaire du Doubs, Liliale LUCCHESI s’est rendue à New-York en début de semaine afin de prendre part aux travaux du Forum politique de Haut Niveau de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Instance intergouvernementale, ouverte aux acteurs non-étatiques, cet organe assure le suivi du nouveau programme de développement, « L’Agenda 2030 », qui s’articule autour de 17 objectifs de développement durable. Il a été ratifié par les 193 pays, membres de l’ONU. Son but est de mettre un terme à la pauvreté et de lutter contre les inégalités et injustices tout en faisant face aux bouleversements climatiques. Dans l’absolu, ce concept s’adapte aussi bien aux pays développés qu’aux pays émergents. C’est ce qui le différencie des précédents et en fait sa valeur ajoutée.

Un Forum annuel pour faire le point sur l’avancement des objectifs…

Réuni une fois par an au siège des Nations Unis au sud de Manhattan à New-York, ce forum reconnaît le rôle des autorités locales dans l’élaboration des politiques publiques au plus près des attentes des populations et des territoires. Plusieurs collectivités territoriales ainsi que des réseaux de collectivités français ont été conviés à cette session 2018 par l’Etat. Parmi lesquels : Cités Unies de France, Régions de France ou encore l’Association des départements de France.

La présence de la région Bourgogne Franche-Comté ne souffrait d’aucun complexe en ces lieux. En effet, depuis deux ans, ce territoire est l’un des rares à s’être réellement mobilisé en faveur du programme « L’Agenda 2030 », par le biais de sa politique internationale. Ce déplacement aux Etats-Unis de Liliane LUCCHESI aura permis de valoriser les politiques publiques de la Région mais aussi de partager et d’échanger des expériences avec des collectivités étrangères.

Le rôle des collectivités locales est essentiel…

A ce titre, les axes prioritaires de la Bourgogne Franche-Comté sont éclectiques. L’application de L’Agenda 2030, mis en œuvre à l’échelle locale, impactera le quotidien et la vie des populations. Tant au niveau de l’emploi que dans l’émergence de nouveau modèle de développement plus durable sans omettre la consolidation des valeurs de la fraternité par le renforcement des solidarités humaines et territoriales.

Comme devait le préciser l’élue régionale à la tribune de l’ONU, « le rôle joué par les collectivités locales apparaît comme essentiel car au plus près des citoyens ».

En totale cohérence avec les orientations de l’ONU, les actions portées par ces collectivités locales et territoriales relèvent les défis sociaux, économiques et environnementaux en menant des politiques publiques au service des enjeux de développement durable.

Page 1 sur 19
Bannière droite accueil