Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

L’une des dernières apparitions publiques du président du Conseil de la Caisse de l’Yonne, aux côtés d’officiels, et notamment du maire d’Auxerre, Guy FEREZ, a eu lieu le 24 mars lors de la pose de la stèle commémorative, rue du Moulin, où se situe le siège de la Caisse primaire d’assurance maladie départementale. Mémorisant deux des fondateurs nationaux de la Sécurité sociale, Ambroise CROIZAT et Pierre LAROQUE, le dépôt de cette plaque aura été l’un des derniers gestes symboliques effectué par le président qui achevait quelques jours plus tard son mandat de responsable territorial…Un dernier tour de piste exécutif qui nécessitait de glaner les pensées de ce serviteur de la CPAM de l’Yonne investi depuis 1997…

AUXERRE : Le 29 mars 2018 demeurera une date importante pour Paul GIRARD. L’ancien salarié de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne devait mettre un terme à sa fonction de président de la Conseil de la caisse, après un dernier mandat. Une aventure personnelle passionnante, débutée en 1997, date de sa première nomination. Qui aura pourtant été interrompue de 2010 à 2015, avec la désignation de Murielle BIGOT.

« Nonobstant, j’étais toujours membre du Conseil, précise-t-il, j’ai assuré de nouveau la fonction en 2015 jusqu’à aujourd’hui… ».

Un coût de fonctionnement parfaitement maîtrisé…

Revenant sur son parcours et sur l’institution qu’il a défendue pendant des années, Paul GIRARD ne cessera pas pour autant son indéfectible soutien à la Sécurité Sociale, et plus précisément à l’Assurance Maladie à travers la CPAM de l’Yonne.

« La CPAM compte vingt-deux membres pouvant siéger dans diverses commissions. Historiquement, le Conseil est lié au plan Juppé de 1995. En fait, poursuit Paul GIRARD, il faut distinguer deux époques dans l’histoire de la Sécurité sociale. La première porte sur les « Trente Glorieuses », une période qui ne rencontrait pas de problèmes majeurs et accordait une certaine liberté aux professions libérales. La seconde époque apparaît avec les difficultés économiques et les crises. Il s’agissait de mieux contrôler l’argent dépensé. Le déficit de la Sécurité sociale a mis en cause la gestion du système. Fallait-il envisager une gestion avec des assurances privées ? La rentabilité entre en ligne de compte. En réalité, le système est très bien géré puisque le coût de fonctionnement des organismes est seulement de 1,4 %. Un chiffre qui est très faible. Pour un budget de plus de 200 milliards par an, cela représente moins de 3 milliards de frais de fonctionnement. Par exemple, les organismes complémentaires ont un coût de fonctionnement supérieur… ».

Est-ce à dire que l’Assurance Maladie fonctionne bien ?

« Oui, répond l’intéressé, c’est le système de soins qui est défaillant. Il y a encore des soins non justifiés. Les intérêts économiques en jeu sont très importants. L’affaire du « Médiator » est une illustration du sujet avec le combat du Dr Irène FRACHON. D’ailleurs, je vous conseille de visionner le film « La fille de Brest ». L’Assurance Maladie a connu de profondes évolutions, une adaptation en réponse aux besoins de la société… ».

Un système qui se doit d’être régulé

Puis, évoquant l’inauguration de la stèle déposée le 24 mars près du siège de la CPAM, Paul GIRARD a voulu rendre un hommage aux fondateurs de ce système de solidarité qui existe depuis le dernier conflit mondial.

« Il était important de se souvenir par le biais de cette cérémonie d’Ambroise CROIZAT, alors ministre du Travail, sous le gouvernement d'union nationale, qui prit la décision politique de la création de la Sécurité Sociale, et à Pierre LAROQUE, haut fonctionnaire qui en fut le premier directeur général. Depuis ces soixante-dix ans, certes, l'institution a bien connu des péripéties, crée d'abord comme universelle, elle s'est peu à peu scindée en branches : recouvrement, famille et maladie. Trois régimes obligatoires qui se sont ainsi structurés autour des salariés, des professionnels du monde agricole et les indépendants. Pendant les « Trente Glorieuses », elle est alimentée exclusivement par les cotisations des entreprises et des salariés. C'est l'époque de la gestion de l'abondance, où augmentation des cotisations et la diminution des remboursements s'accordent pour assurer l'équilibre du régime. C'est durant cette période et dans un souci de santé publique, que la Caisse a créé deux œuvres, aujourd'hui encore actives, le Centre d'examens de Santé, et le centre Armançon pour la maladie alcoolique implanté à Migennes. A partir de 1975, avec la crise du pétrole, c’est la rupture avec le modèle économique précédent. Le « Trou » de la Sécu va conduire à une insinuation permanente de l'incapacité d'un système public à gérer cette institution. Il faudra attendre vingt ans pour que la distribution des soins à travers le pays soit prise en compte. Le déficit conduit l’Etat à adopter le « Plan Juppé ». L'Assurance Maladie est passée d'une tentative de gestion de l'équilibre à un véritable intérêt pour la gestion du risque et sur les coûts de distribution des soins, publics et privés. Le système doit être maîtrisé et régulé. Le Parlement sera amené à voter les montants des dépenses annuelles à ne pas dépasser… ».

Les attraits de l’évolution technologique et les carences des déserts médicaux…

Devenue un symbole de communication, la carte Vitale s’apparente à une clé électronique. Ce que deux cents banques ont mis plus de trente ans à réussir, l’Assurance Maladie a su relever le défi pour 45 millions d'assurés sociaux en un peu plus de dix ans.

« Cette fameuse carte Vitale permet aujourd’hui un remboursement sous cinq jours aux assurés, constate Paul GIRARD. Avec l’informatisation, la délocalisation des traitements des dossiers devient possible. La référence n'est plus géographique. Ces technologies autorisent une véritable « uberisation » du travail administratif des Caisses. La CNAM peut ainsi confier des missions, ou les retirer, aux caisses en fonction de leur performance. Ce qui peut être lourd de conséquences pour les emplois de la Caisse dans l'Yonne. Quant à la régulation et la distribution des soins, ce sont un enjeu actuel. Le système libéral a montré ses limites pour la médecine de ville, laissant des pans entiers de notre géographie rurale, mais aussi urbaine en déserts médicaux, c'est-à-dire sans accès aux soins. Nous ne manquons pas de médecins en France, la comparaison avec les densités des pays de l'OCDE le montre, mais nous manquons cruellement d'un outil de régulation permettant d'envoyer le personnel médial là où il y a des assurés sociaux à soigner. Compte tenu de l'intérêt marqué par les jeunes générations de médecins pour le statut de salarié, le Conseil de la CPAM, à l'instar du Conseil départemental de la Saône-et-Loire, a souhaité voir se créer une brigade de remplacement pour pallier aux déserts médicaux de notre département. Les ressources de la Sécurité sociale, qui dans l'esprit des fondateurs CROIZAT et LAROQUE, étaient exclusivement des cotisations, sont confrontées à la mutation des formes du travail. Elles évoluent, en faisant déjà appel depuis des années à une Contribution Sociale Généralisée (CSG) qui pèse de plus en plus dans les ressources. Comment devront contribuer les industries de l'Internet ? Les moyens doivent permettre d'assurer un accès aux soins à tous et des soins de qualité… ».

84 % de satisfaction parmi les assurés Icaunais

Quant à la branche maladie, elle se voit retourner aux fondamentaux de ses créateurs. En effet, récemment, le régime des travailleurs salariés a réintégré en son sein des régimes qui s'étaient historiquement dispersés : les mines, les cultes, les étudiants (une économie d’environ 260 euros pour chaque étudiant chaque année), la MGP et depuis le 1er janvier, le régime des indépendants (RSI).

Des éléments qui engendrent un commentaire de Paul GIRARD : « Ce clin d'œil à nos pères fondateurs valide de nouveau leur idée force d'un régime unique et universel, pourtant historiquement combattu par les particularismes corporatistes. La CPAM de l’Yonne poursuit son évolution dans sa politique de l’accueil avec la prise de rendez-vous qui a conduit à une augmentation du taux de satisfaction chez les assurés : il est de 84 %. Cela permet d’éviter les papiers oubliés (photocopies ou documents) et la file d’attente. Quant aux comptes, Ameli et ameli.fr, ils offrent des réponses à domicile… ».

Renouant avec une vieille tradition qui n’avait été guère employée par ses prédécesseurs lors de leur immersion sur notre territoire, le préfet de l’Yonne Patrice LATRON a décidé d’instaurer de manière régulière des petits déjeuners avec la presse où les échanges à bâtons rompus avec celles et ceux qui connaissent les arcanes de la vie quotidienne peuvent s’avérer très constructifs sur les dossiers brûlants de notre actualité départementale. Florilège de quelques sujets qui ont aiguisé les appétits des journalistes lors de cette rencontre fructueuse et originale avec le représentant de l’Etat et de quelques-uns de ses cadres…

AUXERRE : Saluant en guise de préambule la qualité de vie dont il a fait sienne depuis son arrivée à l’été 2016 sur le territoire icaunais, le préfet de l’Yonne Patrice LATRON a décidé de reconduire l’une des formules autrefois usitées par certains de ses prédécesseurs pour dialoguer en toute liberté et sans langue de bois avec les représentants de la presse régionale.

Il est vrai qu’un rendez-vous des plus cordiaux, dès potron-minet, sous les ors de la République en présence de journalistes n’est pas un exercice coutumier dont on nous avait habitués. Entre thé ou café, confitures d’abricot ou de fraise, croissants et brioches à satiété, étaient autant de précieux auxiliaires gustatifs qui auront permis aux convives de créer un climat de sérénité et de briser la glace, des atouts indéniables menant à une discussion franche et honnête sur bon nombre de dossiers.

Une convention multipartite au service de l’apprentissage dès la rentrée

Le premier d’entre eux qui eut le privilège d’ouvrir le bal ne fut autre que l’attractivité économique de ce territoire, idéalement situé puisque à quelques encablures de l’Ile de France et de la capitale.

« Nous avons à faire à un territoire qui souffre dans le recrutement de ses compétences pour accroître les besoins des entreprises, constate le représentant de l’Etat, ce qui est plutôt paradoxal au moment même où l’économie redémarre. Je salue néanmoins les dispositifs et le rôle joués par Pôle emploi en relation directe avec les chefs d’entreprises. L’apport des nouveaux pylônes facilitant l’accès à Internet débouchera d’ici deux ans à une plus grande souplesse d’utilisation pour les PME de notre contrée. Ce qui fut un frein au développement numérique pourrait être résolu. Autre voie de l’excellence que je désire soutenir : l’alternance et la pratique de l’apprentissage. Je suis surpris que chaque mois, le service public de l’emploi fait le même constat. Celui-ci est simple : deux cents offres proposées en apprentissage ne trouvent pas preneur, faute de candidats à mettre en face. Je me suis rapproché de l’Education nationale sur ce sujet préoccupant : nous allons procéder à la signature d’une charte avec les chambres consulaires, les spécialistes de la formation et l’Education nationale autour de la promotion de ce moyen pédagogique important dès la prochaine rentrée… ».

Mais, il restera toujours à convaincre les familles du bien-fondé de cette opportunité de l’orientation qui ne doit pas se vivre par défaut.

Les 80 km/h sur les routes testées dans l’Yonne : quid de l’expérimentation ?

Seconde actualité à se hisser sur la table de ce petit déjeuner : la diminution de la vitesse autorisée sur les routes du réseau secondaire national au 01er juillet. Ce thème, sujet de discorde politique pour les uns, voire d’incompréhension sur son champ d’utilité pour les autres, notamment auprès des automobilistes, supposait une réaction attendue de la part de Patrice LATRON.

« Trois tronçons ont servi de zones tests depuis 2015, expliqua-t-il, dans la Drôme, la Haute-Saône et l’Yonne, sur une distance de 32 kilomètres répartis entre la Nièvre et l’Yonne, sur la RN 151. Naturellement, via un centre national, il a été observé l’accidentalité de ce secteur très fréquenté. Sur une période de 32 mois incluse entre le 01er juillet 2015 au 28 février 2018. Mais, aussi, pour gagner en pertinence, au cours des 32 mois ayant précédé la mise en place de ce dispositif. Avant que la décision soit prise, ce sont 13 accidents corporels ayant engendré le décès de 6 personnes et 22 blessés qui ont été constatés. Après la mesure, le nombre d’accidents corporels s’est réduit de moitié, soit 6 sinistres ayant causé un décès et 11 blessés. Statistiquement, entre les deux périodes analysées, le nombre d’accidents a chuté de 54 % ; celui des personnes tuées de 83 % et de 28 % pour les blessés. Donc, il y a bien eu moins d’accidentologie pour un même flux de fréquentation.

Au 01er juillet, la généralisation de la mesure touchera tout le territoire national. J’ai demandé à ce que soit établie la liste des axes routiers existants avec un séparateur central. Ce sont les collectivités qui mettront en place la nouvelle signalétique avant que ne soit procédé leur remboursement par l’Etat… ».

Si la relance des immobilisations de véhicule a été souhaitée par le préfet auprès de ses services, il s’avère que l’insécurité routière gagne du terrain sur nos routes. Une quarantaine de personnes ont été ainsi contrôlées dernièrement circulant à bord d’automobiles sans permis de conduire et sans assurance. Quant à la lutte contre les puissantes cylindrées d’origine allemandes ou suisses qui empruntent à tombeau ouvert l’axe autoroutier de l’A6, elle va gagner en intensité à l’approche de la période estivale. Les possesseurs de Porsche, Ferrari et de Mustang sont prévenus !

Sécurité des personnes et fichier « S »…

Très attentif aux dérives terroristes actuelles qui secouent le pays, le préfet de l’Yonne préside chaque quinzaine une séance de travail avec les services dédiés où il est question de radicalisation via le suivi d’une dizaine de personnes résidant dans l’Yonne.

« Mais, attention, précisait-il, on ne suit pas les gens qui sont fichés « S ». Cela, c’est un outil de surveillance destiné aux enquêteurs ayant pour objectif d’analyser le comportement de personnes ne respectant pas le droit commun, comme les indépendantistes. Ce n’est pas du ressort du préfet. Le fichier dont nous parlons est bien celui du « FSPRT », c’est-à-dire le Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste.

Notre proximité avec l’Ile de France limitrophe engendre forcément des ramifications au nord de notre territoire avec ces milieux du fait également de l’influence de la délinquance… ».

Quant aux faisceaux d’indices et aux signalements, ils sont le plus souvent remontés par les instituteurs, voire les médecins dès que ces derniers constatent un changement comportemental et significatif de l’individu. La création d’un numéro Vert en 2015 aura permis aussi aux parents de pouvoir se manifester auprès de l’UCLAT, l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste.

« Une chose est sûre, ajouta Patrice LATRON, les mosquées dans l’Yonne ne posent pas de problème….

Précisons qu’un exercice de grande ampleur sera réalisé en juin dans une zone commerciale après les événements vécus dans l’Aude.

Les souffrances des milieux agricoles…

Si le préfet de l’Yonne s’accorde à dire que le secteur viticole se situe dans une courbe ascendante malgré les aléas climatiques récurrents, il est davantage inquiet pour l’agriculture traditionnelle, secteur économique fondamental de la société française.

« Ce sont des gens de tradition qui vivent viscéralement attachés à leur terre, avec passion. Or, ils éprouvent aujourd’hui de grande difficulté à pouvoir subsister. Il est anormal qu’ils ne puissent pas se payer des salaires, ce n’est pas bon pour l’ensemble de la société… ».

Et Patrice LATRON d’enchaîner : « il ne faut pas stigmatiser les paysans, ni la société de consommation : dès lors, tout le monde est coupable dans le monde consumériste actuel. Une chose est certaine : cela ne peut plus durer en l’état. Il est nécessaire de faire évoluer les techniques et les mentalités en proposant une alternative par de la production bio. Ce dossier m’interpelle au plus haut point : ma première visite a été faite auprès d’agriculteurs… ».

La participation collective pour éradiquer les cambriolages

La priorité a été faite à la mise en place d’un plan anti-cambriolage afin de réfléchir sur l’optimisation des méthodes de travail, tout en les partageants, avec les différentes forces en présence, gendarmerie et police nationale, voire par extension municipale.

« Je crois beaucoup aux vertus de l’action citoyenne, rappelle Patrice LATRON, en sensibilisant les habitants des communes et en les formant à la prévention, on développe le principe de la participation citoyenne. Plusieurs signatures de conventions avec les élus ont été dans ce sens depuis quelques semaines. Ces derniers désignent des personnes référentes et habilitées à pouvoir contacter les forces de l’ordre dès l’observation de choses suspectes. 70% des communes adhérentes ont déjà vu le nombre de cambriolages diminuer. Au-delà de cet aspect précautionneux et préventif, c’est aussi ramener du lien social entre les habitants de ces bourgades… ».

La problématique de l’eau : une inquiétude grandissante des Icaunais

Sur ce point, Patrice LATRON a été catégorique : malgré le défaut d’information et l’opacité qui existe sur ce sujet, l’Etat, quant à lui, ne reste pas les bras ballants.

« Dans notre département, l’eau est régulièrement polluée et beaucoup points de captage peuvent être fermés. Nous avons décidé d’agir en proposant une surveillance et une protection de ces points de captage grâce à une procédure administrative. Malheureusement, on ne le fait pas assez savoir. Quant au collectif « LUCITOYEN » qui avait déposé une pétition, ces personnes responsables car elles ont alerté sur la situation obtiendront des réponses précises de notre part. J’ai également constaté qu’il existe une confusion autour de deux notions importantes : la limite de la qualité et le risque sanitaire.

Exerçant mon travail sans être soumis sous la pression ni de quiconque ni de lobbys, je sais qu’il manque de la pédagogie autour des résultats que nous obtenons à la suite des contrôles effectuées sur les métabolites (les molécules de la dégradation des pesticides). Le territoire de l’Yonne les vérifie depuis l’année dernière. Et il n’existe aucune preuve de risques sanitaires avec les métabolites au moment où je vous parle… ».

Le passage à niveau de Jonches entre concertation publique et fermeture…

Dernier volet de l’entretien : la fermeture ou non du passage à niveau de Jonches, classé parmi les dix infrastructures ferroviaires les plus dangereuses de France depuis le dernier accident en date ayant provoqué le décès d’une automobiliste et de son jeune passager, étudiant à l’IUT d’Auxerre.

« Le processus décisionnaire est très long, concède le représentant de l’Etat, une première concertation a pourtant débuté en 2011, à la suite d’un accident d’autocar ayant occasionné de multiples blessés. Une tracé de contournement, qualifié de variante 5 parmi les diverses possibilités, a ainsi été validé dès l’année suivante par l’ensemble des acteurs réunis pour trancher sur ce dossier. Sachant que l’Etat financera le coût des travaux, évalué à vingt millions d’euros. Alors pourquoi attendre, me demanderez-vous ?

En juin 2017, le dossier a été relancé avec l’étude d’une nouvelle alternative à la variante 5. Ceci devant être présentée le 25 janvier 2018. Tout le monde était là-aussi d’accord sur le principe. Cependant, certains élus de Monéteau recherchent encore une variante supplémentaire qui aurait pour vocation de minimiser la gêne engendrée par le flux intempestif de 11 000 véhicules par jour sous les fenêtres des riverains. Aujourd’hui, alors que le souhait d’une concertation publique se fait jour, une question se pose : doit-on relancer une enquête publique qui risque de prendre beaucoup de temps ou doit-on fermer ce fameux passage à niveau ?

Un comité de pilotage a été créé. Il se réunira tous les trois mois autour de ce projet  de concertation publique. Mais, il ne faut pas oublier pour autant l’esprit de ce funeste 16 janvier 2018 (date de l’accident mortel) et ses conséquences. La concertation sera menée à son terme mais si l’intérêt général indique qu’il est nécessaire de fermer ce passage à niveau… ».

A quelques heures de la confrontation intéressante de ce vendredi 13 avril qui opposera à domicile les protégés de l’entraîneur franco-uruguayen au sixième de ce championnat de Ligue 2, Clermont Foot, le coach des couleurs bourguignonnes a invité son onze de départ à trouver très vite le bon équilibre sur le terrain pour pouvoir dérouler son jeu offensif, parfois en manque d’inspiration.

AUXERRE : Constatant avec impuissance les aléas musculaires de certains de ses joueurs et les problèmes inflammatoires vécus par quelques autres de ces éléments, Pablo CORREA s’est prêté lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant match à une analyse technique à la veille de ce rendez-vous qui s’apparente déjà comme une belle affiche pour les aficionados du ballon rond.

Sur une lancée très prometteuse, le club auvergnat, en effet, engrange depuis plusieurs journées les succès, lui permettant ainsi de posséder un capital de 52 points non négligeables au compteur. A quatre petits points seulement de la dernière marche du podium, cette fameuse troisième place qui donne l’opportunité de rêver encore de division supérieure en étant barragiste.

Pour l’heure, les Clermontois ont un objectif à réaliser : ne pas perdre de point au stade de l’Abbé Deschamps ; et s’y possible en gagner le maximum. L’équipe du Puy de Dôme possède de sérieux arguments à faire valoir. Un avis que partage le coach Icaunais qui estime que cette formation occupe une place légitime au classement après trente-deux journées de compétition effrénée.

Question que chacun se pose : comment Pablo CORREA et ses troupes aborderont-elles ce challenge devant leur public ? Après l’excellente série orchestrée au cours du mois de janvier, le club auxerrois est entré dans un cercle plus délicat côté confiance, alternant le bon comme le moins bon, sans réelle régularité.

De réelles ambitions pour retrouver la Ligue 1…

« Nous ne sommes pas capables à l’heure actuelle de casser ce rythme, observe l’entraîneur de l’AJA, il nous faut trouver dans la performance quelque chose de régulier qui n’entame pas notre capital confiance ».

Très ennuyé de voir que parfois son équipe type perd le fil au cours de certaines rencontres (Quevilly Rouen, Gazélec Ajaccio), Pablo CORREA insiste auprès de son environnement pour tenter de trouver des solutions heureuses. Notamment sur le couloir droit où plusieurs options ont été testées.

Mais, précise-t-il avec combativité, « face à des blessures, cela ne sert à rien de pleurer, ni de focaliser uniquement sur les inconvénients. Nous devons être capables de trouver un équilibre profitable à tous ».

L’engagement pour deux saisons supplémentaires de Romain PHILIPOTTEAUX représente en revanche fortement positif pour le staff et les dirigeants du club. L’auteur du fameux triplé a décidé de prolonger cette semaine : une décision qui ne surprend pas son entraîneur.

« Cela prouve que le joueur a compris que les dirigeants se destinaient à un autre challenge pour ce club, commente Pablo CORREA, celui de l’accession à la Ligue 1, de toute évidence. L’idée est de profiter des qualités intrinsèques de ces joueurs pour postuler à la montée. L’AJ Auxerre ne peut pas se cantonner dans le milieu de tableau. En nous armant davantage, nous travaillons tous en ce sens aux côtés du président pour que les énergies soient présentes dans l’atteinte de cet objectif. La présence d’un tel élément (Romain PHILIPOTTEAUX) dans notre schéma tactique devient donc indispensable pour nous permettre d’accéder à nos ambitions… ».

En aparté de ce rendez-vous avec les médias, le coach a pu donner son avis sur la décision arbitrale légitime sur le fameux penalty qui aura tenu en haleine les suiveurs du quart de finale de la Champion’s League, opposant la Juventus de Turin au Réal Madrid, à la dernière minute du temps réglementaire…

Le cadre pittoresque du Musée d’Eon accueillait, une fois n’est pas coutume, un événementiel à vocation strictement économique ce mardi 10 avril au soir à l’invitation de l’Association des Entrepreneurs du Tonnerrois. Tout auréolés de cet environnement suranné et authentique, plus d’une trentaine de chefs d’entreprise et membres de l’AET ont profité de leur venue en ces lieux chargés d’histoire, non pas pour s’imprégner des objets décoratifs et de l’atmosphère mais plutôt pour se faire connaître et mettre en exergue leurs capacités professionnelles en un laps de temps minimum à l’aide d’un speed business, savamment organisé par la grande « prêtresse » de ce type d’événementiels sur notre territoire, Christine JAN, cadre au sein de la Direction de l’Appui aux entreprises de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne…

TONNERRE : De magnifiques bûches offrant un feu de joie dans l’âtre de la cheminée. Une lumière diffuse et tamisée, conférant un voile de mystère et une profonde étrangeté autour des silhouettes des participants. Et çà et là, des tables rondes où s’installeront un peu timides de quatre à six personnes, prêtes à manifester de l’intérêt pour l’animation d’un soir. Celle que leur aura concoctée le président dynamique de l’AET, Eric MONNOYER, jamais en manque de créativité.

Le décor est posé et la séance de spiritisme en ces lieux chargés de bonnes vibrations peut alors débuter ! C’est là que la réalité dépasse la fiction et que les adorateurs de feu le prince des spirites Allan KARDEC, auteur du « Livre des Esprits », pouvaient revenir, une fois installés, à des considérations nettement moins ésotériques mais beaucoup plus terre à terre en attendant le top départ de ce que serait la séance de la soirée : le tour de table façon speed business.

Un délai imparti minimaliste pour assurer sa présentation…

Qui d’autre, hormis la « reine Christine », pas OKRENT, la journaliste, mais bien JAN, la consulaire, aurait pu avec une telle dextérité et une si grande maîtrise liée à la pratique de cet exercice où elle excelle depuis une décade, tenir en haleine la présente assistance, forte de trente-cinq personnes, parées à en découdre avec l’ennemi numéro un de ce jeu de rôle : le facteur temporel ? Personne, naturellement ! C’est pourquoi Eric MONNOYER avait décidé d’associer la conseillère auprès des entreprises de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne à ce rendez-vous attractif.

En guise de préambule, Christine JAN rappela les règles élémentaires de cet exercice minuté. Elle expliqua le poids stratégique de la fiche contact, remis dans les dossiers liminaires, et leur précieuse utilité.

« Cette fiche vous permettra de prendre des notes sur chaque participant rencontré à tour de rôle afin de mieux se souvenir de vos échanges. L’important est de bien identifier les personnes autour de la table, ainsi que les actions que vous vous engagez à prendre avec elles dès votre retour au bureau ou à d’autres occasions… ».

Une présentation succincte des aides à l’entreprise par la CCI

Un précieux pense-bête qui s’avèrera très vite indispensable devant la multiplicité des rotations imposées par la maîtresse de cérémonie du soir.

Se donner l’opportunité de se présenter répondait au plan philosophique à cette animation. La première du genre au sein de l’AET depuis sa naissance le 08 juillet 2015, et qui pourrait se réitérer de manière plus régulière au fur et à mesure des futures adhésions.

Avant que ne fut donné le coup d’envoi de cette session où certains piaffaient d’impatience de dévoiler toutes leurs avantages commerciaux et stratégiques de leurs outils de production, la représentante de la chambre consulaire fit un aperçu didactique de plusieurs structures inhérentes à la CCI au service des entrepreneurs. Notamment les méthodes d’amélioration de la performance (CCI MAP) ou encore les ateliers instaurés sur cette même thématique, proposés depuis Auxerre.

Quant à Pauline JANY, spécialiste maison de l’environnement, elle apporta des compléments d’information sur la gestion de l’eau et des déchets en entreprise, ou encore la sensibilisation individuelle à une approche responsable de l’énergie.

Enfin, l’interlocutrice de la CCI conclut sa prise de parole en évoquant l’opération « TPE gagnante à tous les coups », déclinée depuis peu par la chambre consulaire…

Soirée exceptionnelle vécue par de nombreuses personnalités de l’Yonne et de l’Auxerrois, le jeudi 05 avril, avec l’inauguration officielle du terme des travaux d’embellissement de l’un des établissements hôteliers les plus cosy et tendance de la place. Sylvie et Olivier RAMISSE, accompagnés de leur fille Laura, en parfaits maîtres de cérémonie de cette manifestation, ont accueilli une multitude d’invités qui se sont empressés de découvrir le nouveau décorum de cet hôtel trois étoiles, fonctionnel depuis avril…1960.

AUXERRE : De brèves allocutions, une fois n’est pas coutume, ont ponctué la partie purement protocolaire de cet évènement, rare dans le landerneau de l’hôtellerie icaunaise.

Aux côtés du président du Conseil départemental de l’Yonne, Patrick GENDRAUD, du maire d’Auxerre et président de la Communauté de l’Auxerrois, Guy FEREZ, de l’adjoint au commerce, Jean-Philippe BAILLY et du président de la Chambre de commerce et de l’industrie, Alain PEREZ, Sylvie RAMISSE a retracé l’existence de ce haut lieu de la villégiature tranquille, opérationnel depuis le début des années soixante sur notre territoire.

Un très beau témoignage adressé à la fondatrice de l’établissement…

Elle en a profité pour rendre un vibrant hommage à sa mère, présente dans l’assistance, qui avec son époux, fut à l’origine de cette très belle entreprise, devenue l’un des fleurons de la filière hôtelière bourguignonne. Emue, égrenant les étapes marquantes de cette maison qui devait l’accueillir, elle-aussi, un peu plus tard dans sa fructueuse carrière (après avoir été gouvernante plusieurs saisons dans des palaces parisiens), Sylvie RAMISSE, femme de caractère, au profil d’entrepreneuse aguerrie et engagée dans les instances consulaires, représente aujourd’hui ce supplément d’âme que les hôtes des lieux ont su partager avec les touristes du monde entier qui y font escale.

L’établissement s’est refait une virginité conceptuelle et décorative après deux longs mois de travaux, répartis dans les zones collectives de ce vaste édifice à plusieurs étages. Chambres à coucher, salles de bains, couloirs, mais aussi espace de jeux, salle de sport, hall d’entrée, salle de petit déjeuner et salon ont tous reçus la grâce professionnelle des artisans locaux qui, respectueux du cahier des charges imparti à ce dossier, devaient réaliser maintes prouesses. Techniques, d’une part, mais aussi esthétiques et ergonomiques, d’autre part.

Le résultat, très chic bon genre, offre un aspect cocooning des plus attrayants que ne bouderont pas les touristes de passage sur notre secteur géographique, ni les professionnels ayant choisi de faire une halte salvatrice en ce lieu.

Membre du groupement INTER HOTEL, gage d’authenticité et de charme en Europe

Offrant l’authenticité selon un modus opératoire tarifaire des plus abordables, Le NORMANDIE se définit comme un hôtel de charme où il fait bon s’évader le temps d’une nuitée ou d’un plus long séjour. Responsable de la coopérative à laquelle a adhéré le couple de gérants de l’établissement, Jacques LETANG, représentant IDE HOTEL, filiale de la société européenne d’hôtellerie, prit à son tour la parole pour expliquer cette étroite osmose qui unissait le site d’hébergement de l’Yonne à son groupement coopératif.

« Plus de 550 établissements hôteliers de charme ont intégré le réseau INTER HOTEL en Europe, précisait-il, et nous sommes heureux de recevoir en nos rangs Sylvie et Olivier RAMISSE qui véhiculent les valeurs intrinsèques de notre groupement. De notre côté, le groupe coopératif les accompagne à l’aide d’un plan de formation, et grâce à des préconisations utiles qui leur permettent d’être en phase avec le devenir de la corporation et les attentes consuméristes du marché… ».

La manifestation se poursuivait ensuite en profitant de nombreuses animations gustatives déclinées par Vianney et Alexis MADELIN (Bière de Chablis MADDAM), par Aymeric LUCZKIEWICZ, de la société PYNEAU PRUNUTZ, créateur de fantastiques gougères aux variantes et aux saveurs étonnantes et de Vincent, le gérant du QUART’S, qui délivra de succulents cocktails, avec ou sans alcool, dont il possède le secret de fabrication !

Page 1 sur 40
Bannière droite accueil