Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Sécuriser les parcours professionnels des demandeurs d’emploi et des salariés du particulier employeur dans la région Bourgogne Franche-Comté représentait l’ambitieux objectif de cette signature de convention tripartite, survenue il y a quelques jours à Dijon. Le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, Pôle emploi et la Branche professionnelle des salariés du particulier employeur ont paraphé les documents officiels qui les lient désormais à ce partenariat valorisant le soutien à la professionnalisation du secteur de l’emploi à domicile autour des métiers de la petite enfance et de la prise en charge du handicap dans une contrée particulièrement propice…

DIJON : Océane CHARRET-GODARD, vice-présidente du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté et Frédéric DANEL, directeur régional de Pôle emploi n’ont pas hésité un seul instant à l’issue de cette cérémonie protocolaire et des commentaires avisés de l’ensemble des intervenants à apposer leurs signatures au bas des pages des documents officiels. Ceux qui entérinaient cette convention importante et inédite, permettant de sécuriser les parcours professionnels.

Depuis plus d’une vingtaine d’années, IPERIA L’Institut, fort de la confiance des branches professionnelles des assistants maternels et des salariés du particulier employeur, conçoit et déploie le dispositif de professionnalisation du secteur de l’emploi à domicile en forte croissance depuis une décade. L’institut est d’ailleurs devenu au fil des ans le référent incontournable de ce secteur d’activité par le truchement de son expertise et ses conseils prodigués dans le cadre de cette professionnalisation.

Aussi, était-il tout naturel de retrouver ses représentants aux côtés des partenaires institutionnels de ce protocole d’accord mis en place depuis peu. Partant du postulat qu’emploi et formation correspondent aux clés de la dynamique économique territoriale, chacun devait souligner les aspects fondamentaux de ce nouvel engagement.

Un enjeu collectif pour répondre à de véritables besoins identifiés…

Ainsi, la vice-présidente de la Région restait persuadée « que la loi sur la réforme de la formation professionnelle en 2015 a sans aucun doute révolutionné les choses avec l’apparition de la notion de compétences ». « Plus former et mieux former, c’est devenu une priorité pour le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, devait-elle rappeler à l’assistance. Cette convention symbolise les modes de coopération au service de la sécurisation des parcours professionnels des demandeurs d’emploi sur notre territoire… ».

Un item que ne démentait pas Frédéric DANEL, le directeur régional de Pôle emploi. « L’effort autour de la qualification pour un retour progressif vers l’emploi doit être encore plus important dans notre contrée car le niveau de formation est plus bas qu’à l’échelle nationale. Certes, devait-il poursuivre, l’emploi à domicile intègre les secteurs économiques qui recrutent le plus mais paradoxalement, ils éprouvent beaucoup de difficulté à pouvoir le faire… ».

Expliquant que cette convention tripartite représentait une formidable opportunité, le signataire de ce protocole d’accord appelait à une intense mobilisation suite à cet engagement entre les partenaires et à une mutualisation des moyens, notamment ceux visant à s’informer sur les besoins de ce secteur d’activité afin de pouvoir sensibiliser de manière optimale les demandeurs d’emploi à ces métiers.

Une activité économique en forte progression et porteuse d’emplois…

Vice-présidente de la Commission paritaire nationale de l’emploi et la formation professionnelle (CPNEFP) de la branche professionnelle des salariés du particulier employeur, Marielle BROUARD effectuait un focus intéressant sur la réalité de ce secteur qui recense plus de 64 000 particuliers employeurs et plus de 59 000 salariés en Bourgogne Franche-Comté. Attractifs aujourd’hui, les métiers de la famille le seront encore plus demain en présentant de réelles opportunités de développement économique équitable entre zones urbaines et zones rurales. Les projections sont simples : à horizon 2030, près de 45 000 nouveaux postes seront à pourvoir d’où la nécessité impérieuse d’y adjoindre de véritables dynamiques en termes de professionnalisation.

« Entre 2012 et 2016, constatait Marielle BROUARD, nous comptabilisons plus de 5 500 départs en formation continue en modules courts sur l’offre prioritaire de notre branche et celle des assistants maternels du particulier employeur et 1 500 parcours de certification… ».

Innovantes et actives, les branches du particulier employeur ont pu instaurer le titre d’assistant maternel/garde d’enfants qui œuvre à la reconnaissance des professionnels de ces métiers. « Celles qui le désirent peuvent même se spécialiser dans la prise en charge du handicap grâce au certificat de qualification professionnelle assistant maternel/garde d’enfants handicap qui a été mis en place récemment, souligna Véronique DELAITRE, la présidente de la même commission.

Déjà une application concrète de ce dispositif dans la Nièvre…

Se qualifier sur les problématiques inhérentes au handicap doit aussi permettre aux demandeurs d’emploi de bénéficier de solutions novatrices. La prise en charge de ces publics fragilisés au domicile intègre le cœur de métier des professionnels de la petite enfance. La création d’un certificat de qualification professionnelle handicap de spécialisation a traduit cette volonté ; d’une durée de 175 heures, il vient compléter les compétences générales sur la petite enfance déjà acquises par les stagiaires au cours de leur formation assistant maternel/garde d’enfants.

« Depuis 22 ans, saluait Anita POUPARD, présidente d’IPERIA L’Institut, nous n’avons jamais cessé de croire en l’importance de renforcer l’attractivité des métiers qui constituent le secteur de l’emploi à domicile : c’est-à-dire assistant de vie, assistant maternel, garde d’enfants et employé familial. Nous avons aussi noué des partenariats constructifs dont le socle repose sur ces certificats de professionnalisation handicap. L’un dans la Nièvre qui concerne un parcours long permettant à des demandeurs d’emploi de suivre un parcours de formation complet (le titre d’assistant maternel/garde d’enfants et le CQP handicap de l’enfant). L’autre en Côte d’Or qui concerne l’obtention du certificat de professionnalisation handicap adulte. Ce cursus se rapporte aux personnes déjà détentrices du titre d’assistant de vie dépendance. Grâce à ces deux spécialisations, les opportunités professionnelles se renforcent et existent mais elles ne rencontrent pas forcément les publics formés… ».

Mais, les choses devraient évoluer positivement à l’issue de la signature de cette convention tripartite puisque les futurs certifiés spécialisés disposeront dorénavant des savoirs et des savoir-faire pour prendre en compte les spécificités de chaque situation de handicap, adaptant au passage leur accompagnement aux besoins des particuliers employeurs ou des enfants au sein de leur domicile.

Enfin, Magali CAZENEUVE, directrice opérationnelle de l’INFA Bourgogne Franche-Comté Grand Est, expliqua le solide partenariat mis en exergue entre les branches professionnelles et IPERIA l’Institut, depuis plus de vingt ans. « Nous dispensons à l’heure actuelle plus de 50 modules de formation. Par exemple, depuis le 25 septembre, une dizaine de stagiaires sont ainsi formés à la Fondation INFA de Nevers au métier d’assistant maternel/garde d’enfants avec un CQP handicap enfance. Ce programme pédagogique est mené à titre expérimental dans le cadre des nouvelles actions co-construites par IPERIA L’Institut, Pôle emploi et le Conseil régional. Il se terminera à la fin du mois de février 2018… ».

Encadrés d’une experte en conseil et en formation indépendante, une vingtaine de professionnels du secteur tourisme évoluant sur le marché des groupes ont pu ébaucher les lignes directrices d’un nouveau concept collectif, à vocation participative. Cet outil mutuel des idées et préconisations a pris la forme d’un « club groupe ». Adoubé par Yonne Résa, le service commercial de l’agence Yonne Tourisme, il bénéficiera de son accompagnement afin de créer de véritables synergies entre les acteurs du tourisme Icaunais à l’avenir…

VENOY : A la tête du cabinet de consulting, INTER AGIR, Catherine LECOMTE a subjugué les participants de ce rendez-vous, révélateur d’un grand projet. Celui de constituer un « club groupe » où les représentants des filières touristiques du territoire qui travaillent d’ordinaire l’offre des groupes agiraient en commun accord à des fins de dynamique professionnelle.

Proposée dans les salons du « Moulin de la Coudre », hôtel/restaurant à fort potentiel d’attractivité auprès des autocaristes et des tours opérateurs du fait de sa proximité de l’autoroute A6, cette séance de travail permit à Bénédicte NASTORG, directrice de l’agence YONNE TOURISME, d’exposer les fondements de ce concept novateur.

La création d’un « club groupe » qui soit fédérateur pour les professionnels

La naissance d’un collectif de professionnels du marché groupe devenait nécessaire dans le but de fédérer l’ensemble des acteurs (sites touristiques, hôtels, restaurants, prestataires d’activités de loisirs…) et de partager, ensemble, les idées plus ou moins lumineuses.

« C’est le principe même d’un « club groupe », devait-elle expliquer dès le préambule de cette réunion de travail, la collaboration plus étroite entre les professionnels du tourisme afin de développer et fidéliser la clientèle groupe de passage dans l’Yonne nécessite l’implication de chacun… ».

Ce message essentiel aura donné la faculté de pouvoir réfléchir, à travers des exercices ludiques et pédagogiques à la mise en place de ce futur club, ses orientations stratégiques, son mode de fonctionnement et les projets d’actions collectives qui pourraient en découler dès 2018.

Grâce à Yonne RESA son outil promotionnel qui lui permet de s’ouvrir davantage vers la clientèle nationale et internationale, l’agence YONNE TOURISME veut susciter de nouvelles opportunités pour les professionnels du secteur.

Ce « club groupe » fonctionnera tel un forum ouvert participatif avec une multitude d’échanges positifs selon une fréquence à déterminer. YONNE TOURISME aura aussi pour objectif de soutenir les projets qui essaimeront de ce groupe de travail. Mais, nécessairement sur un plan financier.

Parmi les pistes évoquées, fruits de ce rapprochement, la naissance d’un salon, le transfert de fichiers relations publiques, voire la mutualisation de la communication. Sans omettre cet impérieux désir de renouveler sans cesse la clientèle. En vue d’optimiser du mieux possible la prochaine saison touristique…

Cinq des plus grandes structures professionnelles inféodées au poids lourd mondial du bâtiment et des travaux publics dont a célébré les 350 ans en 2015 ont répondu favorablement à l’invitation de leur partenaire régional, le distributeur BIG MAT GOURMAND ce vendredi 08 décembre à Auxerre. Mêlant l’utile à l’agréable puisque cet évènement VIP se déroulait au club Europe de l’AJ Auxerre, les responsables commerciaux et promotionnels de ces marques phares sur ce segment d’activité ont apporté un éclairage très précis sur la stratégie de leurs enseignes à l’aune de 2018, dévoilant au passage quelques innovations techniques d’importance dont ont pris bonne note la soixantaine d’artisans et entrepreneurs réunis pour la circonstance…

AUXERRE : Exercice de communication et de relations publiques réussis pour le président directeur général de l’entité, BIG MAT GOURMAND, Frédéric GOURMAND qui devait accueillir plus d’une soixantaine de prestataires et clients en cette fin de soirée du 08 décembre dans l’enceinte du stade de l’Abbé Deschamps. En qualité de soutien indéfectible du club de football icaunais, le responsable de cet incontournable distributeur de produits et matériels du gros et second œuvre profitait du cadre sportif de la 17ème journée de Ligue 2, avec la rencontre opposant l’AJA à la Berrichonne de Châteauroux, pour concocter ce premier événementiel VIP qui d’après lui, en appellera d’autres à l’avenir.

« Ensemble, nous sommes plus forts pour développer les projets… »

Négociant en matériaux de construction, BIG MAT GOURMAND intègre la catégorie privilégiée des gros faiseurs dans les domaines de la couverture, de la zinguerie, de l’isolation, de l’étanchéité. Depuis ses origines, l’entité travaille aux côtés des leaders de ce marché avec succès. Son chiffre d’affaires excédant 30 millions d’euros l’atteste avec un effectif de plus d’une centaine de collaborateurs et un ancrage territorial bien identifié qui se renforce sur le territoire nord-bourguignon.

« La force des indépendants, devait rappeler Frédéric GOURMAND, lors de son propos introductif, c’est justement d’être à l’écoute de sa clientèle en optimisant sa disponibilité… ».

Cette manifestation relationnelle de belle facture répondait à une priorité majeure pour le dirigeant de la société : associer au développement de l’entreprise de l’Yonne un ensemble de partenaires industriels incontestables sur son secteur d’activité. Frédéric GOURMAND visait plus particulièrement ceux intervenant dans le monde des enduits, de la colle, de la façade, des isolants, des plaques de plâtre, de la laine de verre, de l’univers des faux-plafonds…

« Ensemble, nous sommes plus forts, assénait-il à plusieurs reprises, il est donc nécessaire de nous rencontrer et d’échanger en direct avec les professionnels du bâtiment pour qu’ils puissent identifier chacun d’entre nous et connaître les évolutions techniques de notre ingénierie… ».

Un tour de table pour mieux connaître les nouveautés techniques…

Successivement, les responsables commerciaux, évoluant sur le quart Grand-Est de la France, pour le compte des enseignes PLACOPLATRE, ISOVER, WEBER, ISONAT et EUROCOUSTIC, exposaient sur leurs mini-stands leurs atouts techniques prévus en 2018.

Laurent WISSON, directeur du développement client de PLACOPLATRE, leader national sur les systèmes de plâtre et isolation, rappelait les vertus bénéfiques en matière de résistance et d’adaptabilité de la nouvelle plaque « HABITO », plus endurante aux épreuves des chocs. Avec en guise de complément d’information un focus détaillé sur une gamme d’enduits à forte performance.

Les nouveautés sur la laine de verre, produit vedette de l’isolation thermique, furent présentées par Nicolas MORIM, responsable de secteur au sein du groupe ISOVER, l’une des filiales essentielles de l’hydre SAINT-GOBAIN, dans l’environnement industriel. Composée à 40 % de verre recyclé, la gamme « PAR PHONIC » suscita bon nombre de commentaires autour des valeurs environnementales puisque le produit est recyclable à 100 %. Ces arguments s’ajouteront à la gamme « IBR » déjà présente sur le marché de l’isolation.

Entreprise centenaire, dépassant les 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel pour 10 000 collaborateurs immergés dans une soixantaine de pays, WEBER, par la voix de l’un de ses cadres commerciaux, Antoine ROSSIGNOL, fut mis à l’honneur en sa qualité de leader mondial des solutions à base de mortiers. Ce spécialiste de l’isolation par l’extérieur des bâtiments propose de nouveaux enduits projetés pour les façades ainsi qu’une gamme de colles destinées à la pose de carrelages pour les revêtements de sol.

Ayant rejoint l’immense empire de SAINT-GOBAIN depuis quelques mois, ISONAT, filiale de l’entité ISOVER, se définit comme un fabricant de produits isolants bio-sourcés à base de fibre de bois. « C’est un concept éco-responsable qui ne cesse de gagner en puissance au plan marketing, devait confier Clément LABORDE, responsable commercial de la structure, dont l’unité de fabrication se situe aux abords de Roanne (Loire) à MABLY. C’est là que les essences de douglas, issues des forêts voisines des monts du Forez ou du Beaujolais sont transformées à des fins utiles pour l’isolation thermique principalement destinée aux maisons à ossature bois.

La conclusion de ce tour d’horizon passionnant fut apportée par Xavier SEN, responsable commercial de la structure EUROCOUSTIC, concepteur de faux-plafonds destinés à l’isolation acoustique. Après un explicatif sur le bien-fondé de sa gamme de produits (« Minerval »), le représentant de cette structure évoquera les vertus de « Tonga », un concept dont l’appellation fleure bon l’exotisme et ses antipodes, pouvant être posé dans des univers aussi disparates que les salles de restauration, les salles blanches en milieu hospitalier ou chez certains commerces (« Ultra Clean HP »).

La judicieuse initiative devait se clore après une heure d’exercice par des retrouvailles sportives avec le monde du football, et le suivi dans les tribunes de la partie mettant en présence les protégés de Francis GILLOT, coach de l’AJ Auxerre, à la solide formation de Châteauroux. Avec une défaite (1 à 2) dans la besace des locaux. Mais, cela est une autre histoire qui n’aura pas altéré l’esprit convivial de ce rendez-vous professionnel…

Dès le mois de janvier, une vingtaine de circonscriptions bénéficieront de nouveaux dispositifs et de méthodes de travail innovantes au niveau de la sécurité dans le paysage national. Qu’il s’agisse de zones urbaines ou de secteurs ruraux. Cette police, qualifiée de sur mesure par le Ministère de l’Intérieur, devrait apporter à chacun des territoires les réponses appropriées pour restaurer la tranquillité et le retour à la confiance. Histoire de rappeler que le Gouvernement ne demeure pas insensible aux préoccupations essentielles de nos concitoyens, notamment sur le volet sécuritaire. Une explication de texte que le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, a fourni, aux côtés du directeur départemental de la sécurité publique, Thomas BOUDAULT, et du colonel Rénald BOISMOREAU, commandant du groupement de gendarmerie de l’Yonne, aux forces de l’ordre ainsi qu’aux partenaires des instances locales dans un souci de concertation et d’échange…

AUXERRE : Alors que le nombre de cambriolages suscite les plus vives préoccupations chez les forces de l’ordre du département du fait de leur recrudescence, le représentant de l’Etat, Patrice LATRON, a exposé à une centaine de responsables du tissu institutionnel, judiciaire, associatif et de l’entrepreneuriat les contours du nouveau programme en faveur de la police de sécurité du quotidien. Un exercice que le préfet réitèrera par deux fois : devant les policiers du commissariat d’Auxerre (la réunion a eu lieu le 21 novembre) et face aux militaires de la gendarmerie nationale le 06 décembre prochain…

La PSQ repose sur la mutualisation de grands objectifs…

La constitution de cette police de sécurité du quotidien (PSQ) a été définie par le président de la République Emmanuel MACRON durant la campagne électorale au printemps dernier. S’appuyant sur une meilleure connexion entre les forces de police et celles de la gendarmerie, elle reposera sur l’articulation optimisée de ces structures afin de gagner en efficience tout en étant recentrée sur ses missions premières. Cette police de demain sera mieux équipée, mais aussi mieux protégée, et exercera son travail avec l’ensemble des acteurs publics ou privés, et non côte à côte comme c’est encore le cas à l’heure actuelle…

Bref, ce lifting ô combien nécessaire arrive à point nommé pour renforcer l’efficacité des forces de l’ordre dans l’accomplissement de leurs missions quotidiennes, et surtout lui restituer ses lettres de noblesse. D’ailleurs, Emmanuel MACRON avait formulé son intention dans un discours datant du 18 octobre, « d’agir efficacement pour redonner la confiance aux Français sur la capacité de l’Etat à les protéger et à réduire ce sentiment d’insécurité ressentie par les concitoyens face à la menace terroriste mais aussi vis-à-vis des infractions commises journellement… ».

Par ce dernier terme, il faut englober tout ce qui fait naître un sentiment d’insécurité chez les Français : les infractions routières, les cambriolages, mais aussi les implantations et campements illicites, les rodéos sauvages, les occupations de halls d’immeubles, les incivilités dans la rue et les transports, et naturellement, afin d’être raccord avec les soubresauts de l’actualité, le harcèlement des femmes dans la rue.

Une visibilité des forces de l’ordre qui va se renforcer…

Au cours de cet exercice de concertation, le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, a souhaité donné la parole à l’ensemble des participants. Mais, il écoutera avec grand intérêt dans le même temps les représentants des forces de l’ordre pour s’assurer que l’évolution de leurs missions sur le terrain soit au plus proche de leurs besoins et de leurs attentes.

Cette modernisation de la sécurité quotidienne en France passe par cette réflexion entre tous les acteurs même si des choses se pratiquaient déjà en fonction du bon sens et de l’intérêt général. Mais, cette fois-ci, avec le programme PSQ, les représentants des forces de l’ordre (policiers et gendarmes) ont envie d’inscrire durablement dans le marbre ces prérogatives.

Comme le précisait en aparté lors de la conférence de presse, le commissaire Thomas BOUDAULT, « la police est déjà engagée dans la concertation et un travail de proximité avec les représentants des forces économiques, tels que les artisans et les commerçants ».

L’apport de nouveaux outils numériques, on pense à la tablette digitale « NEO » qui équipe les forces de l’ordre, est un précieux auxiliaire pour mener à bien ces diverses missions. Mais, d’autres pistes existent à l’instar des unités équestres sur les lieux à forte concentration ou les forces circulant en VTT : mais, pour l’heure, ces dispositifs ne sont pas encore programmés dans l’Yonne.

On ne sait pas également si le département du nord de la Bourgogne Franche-Comté intègrera la liste de cette vingtaine de circonscriptions nationales devant servir de test expérimental dès janvier prochain.

Des expérimentations citoyennes observées dans les communes…

Une chose est sûre : les contrevenants ne connaîtront plus de répit dans un avenir proche car les forces de l’ordre intensifieront leur présence sur le terrain dès 2018. Notamment dans le domaine des infractions imputables au Code de la route. Quant aux effectifs, ils devraient croître puisque 10 000 nouveaux fonctionnaires, candidats à l’embauche, ont été programmés durant le quinquennat dont 1 800 dès 2018.

Enfin, sur le volet des cambriolages, des efforts supplémentaires et le renforcement de la coordination police/gendarmerie occuperont les esprits des cadres des forces de l’ordre au cours de ces prochaines semaines. Des propositions seront également faites auprès des élus des municipalités afin de susciter la mise en place de moyens à vocation citoyenne (signalement des voisins, auto-surveillance…). Une quarantaine de communes ont adopté ce processus de partenariat civique avec beaucoup de réalisme et efficacité : le nombre de cambriolages a ainsi diminué de plus de 70 % dans ces bourgades de l’Yonne.

Le 08 décembre, la Brasserie de la Renaissance à Auxerre accueillera le premier Café de la Création dans la capitale de l’Yonne. Un concept instauré par l’établissement bancaire qui se destine à l’ensemble des porteurs de projets, clients ou non de la banque verte. Le temps d’une matinée, encadrés par une multitude de partenaires institutionnels et consulaires, les entrepreneurs en herbe du territoire bénéficieront de conseils avisés et bienvenus, utiles à la préparation de leur dossier…

AUXERRE : Entre 8h30 et 11 heures, le vendredi 08 décembre, les créateurs d’entreprises (et ils sont de plus en plus nombreux à vouloir se lancer dans pareille aventure), seront invités à prendre part à la nouvelle initiative structurelle du Crédit agricole Champagne Bourgogne. 

Notaires, juristes, avocats, experts-comptables, mais aussi représentants de la Chambre de Commerce et d’Industrie, de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, de Pôle Emploi ou du RSI (Régime social des indépendants) constitueront la « dream team » efficiente et aguerrie de cette première rencontre conçue à Auxerre, après une expérience similaire déjà réalisée avec brio à Avallon il y a quelques semaines.

Concevoir un écosystème favorable aux projets d’entreprises…

Le prétexte organisationnel de ce Café de la Création, concocté à l’intérieur d’une brasserie au lieu d’une salle de réunion aseptisée d’une quelconque administration, est de transmettre un maximum de renseignements pratiques et utiles aux chefs d’entreprises en devenir. Qu’il s’agisse de pure création entrepreneuriale ou de reprise de société existante.

Partant du simple postulat que monter sa propre boîte et concrétiser ses ambitions professionnelles ressemblent parfois à un réel parcours du combattant aux limites de l’insurmontable, le Crédit agricole Champagne Bourgogne a voulu faire bénéficier les porteurs de projets de son propre tissu relationnel. Celui-ci s’articule autour d’un écosystème favorable à celles et ceux qui désirent développer des activités au plus près des territoires. La banque n’a éprouvé aucune difficulté à convaincre l’ensemble de ses partenaires habituels à la rejoindre dans ce concept.

Mis en place dans l’Aube et la Côte d’Or, il était judicieux de le voir intégrer le département de l’Yonne tôt ou tard. Chargée de la direction marketing, de l’innovation et de la RSE à Dijon, Isabelle AUGRAIN, se dit satisfaite des retours obtenus après les premières séances créatives de ces cafés qui facilitent les contacts.

« Notre volonté est de créer une vraie dynamique territoriale autour du concept et susciter l’envie d’initier des projets professionnels. Le Café de la Création est avant tout autre chose un lieu de rencontre où les experts et spécialistes de l’approche économique de l’entreprise apporteront tous les ingrédients nécessaires à la réussite de ces projets expliqués devant eux. L’autre motivation justifiant la mise en place de cette initiative repose sur la désacralisation de certaines fonctions professionnelles majeures qui cohabitent avec l’entreprise : je pense au notariat ou à la filière du chiffre et du droit (avocats, huissiers, experts-comptables…)… ».

Plus de 250 porteurs projets mobilisés autour de ce concept…

Respectant la confidentialité inhérente à ce type d’intervention, le Crédit agricole Champagne Bourgogne rappelle qu’en aucun cas ce support créé par ses soins équivaut à une manœuvre de démarchage commercial.

« Une des preuves les plus tangibles à ce propos, insiste Isabelle AUGRAIN, consiste à accueillir des personnes qui ne possèdent pas de compte bancaire au sein de notre établissement… ».

En petit comité, les sessions regroupent le plus souvent entre quinze à vingt porteurs de projets. Ces séances de travail à la couleur café, comme aimait le chanter Serge GAINSBOURG, ont déjà accueilli plus de 250 personnes en quête d’informations précises afin de peaufiner l’optimisation de leur projet.

Une fois, l’étape initiale franchie à Auxerre, la pérennisation du concept à période régulière (le deuxième vendredi du mois) deviendra une simple formalité pour le Crédit agricole et ses partenaires de l’économie…

Page 1 sur 12
Bannière droite accueil