Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Des visites personnalisées de ce nouveau lieu d’accueil conçu pour personnes âgées autonomes composeront l’essentiel de ce rendez-vous grand public, des portes ouvertes ayant pour objectif de présenter une résidence de très belle facture, ouverte depuis quelques jours en périphérie d’Auxerre à VILLEFARGEAU. Construite dans un cadre champêtre et verdoyant, et aux abords de la résidence des « Deux Jardins » (EHPAD), « Le CLOS du PARC » se décline sous la forme de six petites maisons individuelles à pans de bois, très cosy et plutôt coquettes…

 

VILLEFARGEAU : D’une superficie de 50 mètres carrés, chacune de ces six habitations écologiques a été soumise au label « EcoConstruction », une référence dans le bâtiment. Il vise à réduire la consommation énergétique, en priorité pour le chauffage et l’eau chaude.

La présence d’une ventilation et la conception bioclimatique de l’ensemble garantissent un respect optimal de l’environnement. Cela représente aussi un sérieux bonus pour les futurs occupants des lieux sur la facture d’énergie à la fin du mois !

Pourvues d’une terrasse privative qui prolonge les perspectives de la vue sur un magnifique parc arboré, les six habitations bénéficient d’un mobilier ergonomique et moderne, parfaitement adapté aux besoins usuels des résidents. Accessibles aux personnes à mobilité réduite car de plain-pied, ces logements flambant neufs disposent d’une cuisine ouverte sur un séjour très lumineux. Munis de systèmes de fermeture automatique des volets, les locataires y vivront en toute tranquillité et auront également l’opportunité de pouvoir stationner leur véhicule sur un parking dédié.

Habitables dès à présent, ces petites maisons du « CLOS du PARC » permettront à ses occupants de profiter de nombreuses offres de service, émanant de la société de services « PROXIMALIA », structure spécialisée basée sur place, à l’instar d’aides pour les actes de la vie quotidienne, de prestations de ménage sur-mesure, mais aussi de l’aide aux courses ou d’excursions/promenades.

La proximité de la résidence des « Deux Jardins » confèrera d’autres privilèges tels que la restauration avec un large choix de produits locaux et biologiques, ou la plus-value d’un service de blanchisserie. Les kinésithérapeutes et infirmières libérales répondront aux besoins d’urgence si nécessaire…

Sous un crachin désagréable, la troisième étape du rallye national ayant comme objectif de valoriser la capacité d’itinérance des véhicules électriques, soutenu par le Syndicat départemental d’énergie de l’Yonne (SDEY), devait prendre son envol depuis l’un des sites touristiques les plus fréquentés de Bourgogne Franche-Comté. Une manière insolite et sympathique de faire converger les enjeux modernistes de la voiture propre à l’ambitieuse édification d’un complexe d’inspiration médiévale reconnue au plan universel…

TREIGNY : La présence de trois bornes électriques permettant de recharger les véhicules qui font étape d’ordinaire sur le site du Château de GUEDELON ne pouvaient laisser les organisateurs de ce rallye national indifférents dans le futur tracé de leur parcours. Co-organisée avec le soutien des responsables du Syndicat départemental d’énergie de l’Yonne (SDEY), la venue pour la troisième année consécutive de cette initiative promotionnelle de très belle envergure sur le sol Icaunais aura une fois de plus suscité l’intérêt des élus et représentants institutionnels. Mais, aussi la curiosité de la population.

Arrivés la veille à Chablis, haut lieu de la viticulture française et fief de l’actuel président du Conseil départemental de l’Yonne, Patrick GENDRAUD, qui en fut encore le premier édile jusqu’au début de l’été, les concurrents de ce rallye « France Electrique Tour » devaient reprendre le départ de ce troisième périple, les menant à Chinon, le lendemain depuis le célèbre site de Puisaye. Sous un ciel gorgé de pluie mais qui n’altérait nullement la bonne humeur sur le camp de base.

Le SDEY, incontournable partenaire de la promotion des véhicules électriques

Avant de prendre la fille de l’air vers d’autres horizons, la vingtaine de pilotes engagées dans cette épreuve d’endurance profitaient de la présence des trois bornes électriques posées aux abords de GUEDELON pour augmenter leur autonomie. Mais, aussi pour dévoiler la physionomie de leurs véhicules aux observateurs. Notamment la toute récente « LEAF 30 », produite par le constructeur japonais NISSAN qui effectuait l’une de ses premières sorties officielles sur les routes de France. On notait également la présence de plusieurs modèles de l’américain TESLA, du français Renault (Zoé 40), de l’allemand Volkswagen (e-Golf) ou du sud-coréen KIA (Soul).

Accueillant les officiels, Jean-Noël LOURY, président du Syndicat départemental d’énergie de l’Yonne, rappelait le rôle fondamental de ces organismes dans le développement des infrastructures de recharge sur le territoire national.

« La mobilité électrique est essentielle à notre avenir dans le cadre de la transition énergétique, devait-il expliquer avant le départ de la troisième des cinq étapes, sur la période 2015/2017, le SDEY a un potentiel d’équipement de 157 bornes de charge pour faire du département de l’Yonne un territoire entièrement équipé au service de la mobilité électrique… ».

Une première sur le rallye : la présentation d’une moto électrique !

Avec à l’avenir, des points de charge évolutifs pouvant accueillir et recevoir un réseau Wi-Fi ou un écran tactile. Quant au rallye « France Electrique Tour 207 », il aura été le reflet démonstrateur idoine vis-à-vis de l’utilisation optimale des véhicules électriques, en faisant ressortir les capacités d’autonomie et les points d’amélioration de ces automobiles. Cette année, son kilométrage était plus conséquent avec une distance de 1 500 kilomètres à parcourir en quatre jours depuis Aix en Provence jusqu’à La Roche sur Yon. Le cortège devant emprunter de petites routes de campagne, mais aussi quelques tronçons d’autoroute.

Signe des temps, précisions que pour la première fois, le concept soutenu par une kyrielle de partenaires institutionnels et entreprises accueillait une moto électrique avec un équipage qui se partageait à tour de rôle un véhicule utilitaire NISSAN e-nv200 et un deux-roues Zéro.

La SMARTFLOWER a fait converger bon nombre de visiteurs interloqués par cette présence insolite lors des récentes Rencontres industrielles de Bourgogne Franche-Comté se déroulant à Auxerre le 28 septembre dernier. Responsable commercial du marché d'affaires chez EDF Bourgogne, Damien WOYNAROSKI s'est prêté au jeu de l'interview vidéo, scellant le partenariat mis en place entre la web TV de l'Yonne, COMCOM TV, et votre site d'informations à vocation économique et sociétale, PRESSE EVASION. Avec à la clé des éléments informatifs qui prouvent qu'en matière de technologie, l'opérateur national peut réserver de très belles surprises, pour la clientèle de particuliers, les collectivités et les professionnels...

60 % des locataires du parc social de l’Yonne (20 000 logements pour 45 000 habitants) bénéficient de l’APL (Aide personnalisée au logement). La diminution des loyers demandée aux bailleurs sociaux de notre territoire, dans le cadre de la future réforme du logement, impacterait directement l’économie locale. Entraînant de facto une perte cumulée des recettes de 8,5 millions d’euros annuels pour les bailleurs icaunais. Une situation intolérable pour les responsables de BRENNUS Habitat, DOMANYS, l’Office Auxerrois de l’Habitat et la SIMAD…

 

AUXERRE : « Si la situation devait perdurer, nos différents organismes rencontreraient rapidement des difficultés majeures. Outre la remise en cause de nombreux projets de développement, liés à la rénovation énergétique et au renouvellement urbain jugés nécessaires pour l’évolution des quartiers de nos villes, ce serait au final l’ensemble des locataires les plus modestes qui ferait les frais de ces dispositions. Car la baisse de loyer compenserait seulement la diminution de leur APL mais par contre, ils constateraient une diminution sensible de l’entretien du patrimoine… ».

Une prise de parole quadripartite face à la presse…

Réuni en congrès le 28 septembre à Strasbourg, le mouvement HLM ne s’est pas fait prier pour s’opposer avec véhémence et à l’unanimité contre les dispositions relatives au logement, prévues dans le projet de loi de finances présenté quelques heures auparavant au Conseil des ministres.

Leur emboîtant le pas, les bailleurs sociaux de l’Yonne n’ont guère attendu, eux aussi, pour manifester leur solidarité aux décisions prises par les congressistes en séance de travail en terre alsacienne. Face à la presse régionale, et au titre de leurs missions de service public, les représentants des quatre organismes (BRENNUS Habitat, DOMANYS, l’Office Auxerrois de l’Habitat et la SIMAD) ont donc choisi la prise de parole officielle afin d’alerter l’opinion publique sur les impacts que ces mesures engendreraient sur le logement si le législateur validait ce texte.

Au-delà d’un simple cri du cœur, c’est vers l’ensemble des acteurs ayant partie prenante avec la politique du logement dans l’Yonne qui devait connaître les positions des bailleurs sociaux : les habitants ne premier lieu mais aussi les entreprises et les élus…

Un manque à gagner pour l’économie de l’Yonne s’élevant à 300 millions d’euros…

« Pourquoi ? Parce ce qu’il faut craindre des pertes d’emploi dans le secteur du bâtiment et travaux publics et chez nos fournisseurs, expliquèrent de concert les bailleurs sociaux icaunais, en cinq ans, ce sont 300 millions d’euros qui vont amputer l’économie du département…».

Même s’ils devaient poursuivre leurs actions de gestion rigoureuse, avec une capacité d’autofinancement réduite au mieux à néant, les bailleurs sociaux perdraient alors toute opportunité d’emprunt et d’investissement. Ces mêmes investissements annuels qui représentent collectivement 60 millions d’euros…

« Pour maintenir nos équilibres financiers, nous devrons diminuer nos dépenses de manière significative et par conséquence l’entretien de notre parc de logements au détriment du confort des locataires et des enjeux liés à la transition énergétique… ». Et les bailleurs sociaux de renchérir : « nous sommes prêts à continuer à agir dans l’intérêt général mais aujourd’hui, les compensations annoncées ne sont pas à la hauteur des enjeux des territoires de l’Yonne… ».

Reste que pour dénoncer la méthode utilisée par l’Etat, les bailleurs sociaux stigmatisent l’ensemble des élus pour qu’ils puissent apposer leur griffe au bas de la pétition « Sauvons le logement social » qui circule à l’heure actuelle sur la toile. Un texte rédigé, paradoxe, par des élus locaux présents lors du congrès national HLM de Strasbourg. Cette pétition demande l’arrêt des mesures annoncées et la nécessité d’engager un dialogue approfondi et sans tabous avec le gouvernement…

Présente dans la ville la plus méridionale de l’Yonne depuis 2009, la société de services à la personne créée par Jérôme ATTIAVE a emménagé au sein de locaux plus spacieux et ergonomiques le 01er août. Une orientation stratégique au bénéfice de la notoriété puisque la PME à la centaine de collaborateurs optimise ainsi son image auprès d’un public composé majoritairement de personnes âgées et/ou en situation de handicap…

 

AVALLON : En guise de cadeau pour le dixième anniversaire de sa structure professionnelle, Jérôme ATTIAVE, le responsable de la société AJ SERVICES 89, s’est offert de nouveaux locaux à Avallon. Une manière volontariste de montrer que l’enseigne est toujours prête à aller de l’avant !

Huit ans après son implantation sur cette zone de chalandise, la PME opte pour un renforcement de sa présence visuelle, au cœur de l’hyper centre. Pourvu de plusieurs bureaux, le local qui accueillait autrefois une mutuelle, se situe Place du général de Gaulle et profite d’un flux important de piétons. Gagnant en confort et en aisance de travail, les salariés de l’entreprise reçoivent plus facilement les personnes âgées et à mobilité réduite qui éprouvaient jusque-là quelques difficultés à localiser le prestataire de services.

« Avallon, comparable à un grand village… »

Alors que la société ne cesse de déployer ses ailes sur l’Yonne (elle est d’ailleurs la seule parmi plus de 80 acteurs de cette filière à développer ce rayonnement géographique), son recentrage à Avallon devenait au fil du temps une obligation. Même si AJ SERVICES 89 connaît depuis ses débuts une courbe exponentielle de son chiffre d’affaires (non divulgué par le chef d’entreprise), revaloriser sa présence au niveau local s’imposait à l’aide d’une infrastructure moderne.

« Le marché de l’Avallonnais représente 30 % de nos résultats. Ces derniers sont en net progression bien qu’il faille prendre son temps pour imposer sa griffe. Nous vivons ici comme dans un grand village…» analyse Jérôme ATTIAVE.

Déclinant une kyrielle d’offres autour du petit bricolage, de l’entretien d’espaces verts (l’un des vecteurs importants qui explique le succès de cette entreprise), du maintien à domicile ou de l’aide-ménagère, AJ SERVICES 89 emploie près d’une centaine de personnes, réparties autour de quatre zones fondamentales que représentent le Sénonais, l’Auxerrois, la Puisaye et l’Avallonnais.

Plusieurs postes de personnel qualifié et diplômant sont à pourvoir de suite sur chacun de ces secteurs. Cela concerne des emplois d’auxiliaires de vie. Notons enfin, pour être tout à fait complet sur la philosophie de cette entité, qu’elle initie une politique novatrice autour du développement durable. Elle n’utilise que des produits biologiques lors de ses missions d’entretien et de nettoyage. Son dirigeant souhaite aussi introduire à l’avenir des véhicules électriques, moins gourmands en énergie fossile, pour équiper sa flotte automobile.

Page 1 sur 6
Bannière droite accueil