Il n’est pas question de s’illusionner sur les difficultés économiques, financières et sécuritaires qui existent, tant sur le plan national que sur le plan international. Mais, il est bon, aussi, de s’arrêter un peu sur les signes positifs autour de nous. Nous avons des raisons de croire en l’homme et dans sa capacité à aider son voisin dans la peine et le désarroi. Nous devons montrer à notre jeunesse qu’elle peut aussi sourire à la vie. Nous pouvons affirmer à nos anciens, que nous serons toujours présents pour les accompagner dans leurs difficultés ou leur mal-être…

 

TRIBUNE: La France doit faire face à une flambée d’incendies gigantesques. Résultats : plusieurs pays d’Europe nous envoient des dizaines de sapeurs-pompiers et deux d’entre eux, l’Italie et la Grèce nous prêtent des « Canadairs ». Un bel élan de solidarité qu’il faut saluer.

Ajoutons que de nombreux jeunes, des paysans, des locaux, ont apporté leur concours aux soldats du feu. À chaque fois qu’une catastrophe naturelle survient sur n’importe quel point chaud de la planète, la solidarité s’organise : envoi de professionnels et de bénévoles aguerris, expédition de vivres, de médicaments, de vêtements…

Plus récemment, l’Ukraine, la Russie, la Turquie… se sont bon an mal an organisés afin de permettre l’acheminement des céréales ukrainiennes bloquées. En France, comme partout en Europe, des familles ukrainiennes qui fuient la guerre sont accueillies…

 

 

Malgré ses contradictions, le monde peut se révéler fraternel…

 

En France, les associations sont nombreuses à soutenir nos contemporains dans la souffrance : les SDF, les vieillards, les sans-abris, les réfugiés, ceux qui souffrent de la faim, les mal-logés… C’est tout un monde qui connaît en profondeur les maux de nos sociétés modernes.

Au-delà des structures associatives, c'est aussi une fraternité qui s’impose d’elle-même. Les témoignages sont nombreux : tel jeune couple échange quelques heures de garde d’enfants avec des « anciens » contre les courses au supermarché, tel autre qui n’a plus la force de ramasser les fruits du verger en les laissant pourrir, partage ses petites récoltes afin de profiter aussi de quelques pommes…

Au moment des grandes inondations, c'est le même scénario : les populations locales hébergent les victimes du sinistre. Des collectes de nourriture et de vêtements s’organisent spontanément. D’autres apportent leur concours pour nettoyer la boue recouvrant les maisons…

Bref, même si nous vivons dans un monde imparfait et ourlé de contradictions, il peut se révéler fraternel.

 

 

« Honorer » ses parents constitue un droit et un devoir…

 

Les familles bougent sans cesse aujourd’hui. Rendant complexes les rapports « parents-enfants » qui sont de plus en plus difficiles, pour ne pas dire conflictuels. On entend trop souvent dire : « Je ne parle plus à mes parents » !

Douloureuse réalité, d’autant plus culpabilisante pour les croyants, si on doit suivre l’un des Dix Commandements communs aux juifs et aux chrétiens : « Tu honoreras ton père et ta mère » !

Précision linguistique fondamentale : « honorer » à l’époque signifiait : « Tu ne les laisseras pas mourir de faim ni de froid ».

Que nous coupions parfois certains liens avec la famille, c’est peut être une nécessité sur le terrain psychologique. Toutefois, cette disposition ne peut pas nous empêcher d’être solidaire de notre propre famille.

 

Le paradoxe de l’humain, tantôt fraternel, tantôt égoïste…

 

Imposer la fraternité par la loi, ça ne fonctionnera jamais. C’est d’abord une approche personnelle qui vient de l’esprit et du cœur. La fraternité, ça s’apprend dès le plus jeune âge par l’exemple et le témoignage.

Sur ce point, la France a toujours été un pays exemplaire. C’est d’abord la nation où sont nés « les Droits de l’Homme », une lumière pour le monde. Mais, aujourd’hui, sommes-nous fraternels ou égoïstes ?

Les deux, mon capitaine ! Là se situe notre paradoxe. Nous sommes tantôt l’un, tantôt l’autre. Retenons que les paradoxes peuvent être conciliés ! La différence qui existe entre deux choses qui paraissent diamétralement opposées, comme la fraternité et l’égoïsme, n’est qu’une différence de degré.

 

 

« Tous les paradoxes sont conciliables… »…

 

La fraternité et l’égoïsme peuvent se concilier si on considère qu’il s’agit de deux pôles d’un même axe. Fraternité et égoïsme sont identiques par nature. Mais, différentes par les degrés. Ce que l’on oppose n’est en fait que deux éléments reliés par un même axe : c’est la « réconciliation universelle » des pôles opposés. Il en va de même pour le tout : l’esprit et la matière ne sont que les deux pôles d’une même nature…

Parfois, notre attitude s’approche de l’égoïsme et souvent, elle se rapproche de la fraternité : là est notre espoir. Nous pouvons tout et son contraire. Mais, nous avons toujours été sensibles à la détresse de nos voisins sans se soucier de la couleur de leur peau, de leurs convictions politiques, de leurs pratiques religieuses…

« Tout est double… Tout a deux extrêmes ; semblable et dissemblable ont la même signification… Les extrêmes se touchent ; toutes les vérités ne sont pas des demi-vérités ; tous les paradoxes peuvent être conciliés ». Le Kybalion.

 

Jean-Paul ALLOU

 

 

Il a décidé de traverser l’Atlantique au beau milieu de l’été afin d’y poursuivre une carrière déjà bien remplie sur le volet de l’international. Exit Abou Dhabi et le Liban ! Oublier ou presque les saveurs acidulées du chablis découvertes lors de son passage de trois ans dans l’Auxerrois – il en sera désormais un ardent ambassadeur à l’instar de sa fibre footballistique pour l’AJA -, le directeur départemental de la Sécurité publique de l’Yonne Raphaël JUGE devra désormais s’habituer à vivre à l’heure américaine…

 

AUXERRE : Grandeurs et démesures de la société américaine. Profitera-t-il du court répit que lui confère la période estivale, synonyme de vacances amplement méritées, pour potasser tous les ouvrages consacrés à la real politique et aux arcanes du pouvoir lui permettant de mieux appréhender le poste qui lui tend désormais les bras aux States ?

Un poste éminemment stratégique d’attaché de sécurité intérieure à Washington que l’intéressé, déjà un brin globe-trotter dans ses vies antérieures aux multiples facettes, aura tout le loisir de découvrir d’ici quelques semaines une fois arrivé aux Etats-Unis.

Un réseau qui dépend de la direction de la Coopération internationale, placée sous l’égide du ministère de l’Intérieur, et qui se déploie à date dans une centaine d’ambassades qui couvrent 157 pays du globe.

 

 

Pas besoin de pendule pour vivre la conquête de l’Ouest…

 

Après le Moyen-Orient, région du monde dont il s’est pris d’affection – le commissaire divisionnaire de l’Yonne possède dans sa besace culturelle universaliste de sérieux rudiments de dialectes libanais dont il a la maîtrise et dont il n’aura pas fait usage lors de la cérémonie de son départ même à la demande du préfet de l’Yonne Pascal JAN pour une note d’exotisme ! -, Raphaël JUGE prend donc la tangente professionnelle en mettant cette fois-ci le cap vers l’Ouest.

A la façon d’un Tryphon TOURNESOL qui munit de son indispensable pendule pour les aficionados d’HERGE et de son célèbre reporter « Tintin », se complaît parmi ses aventures épistolaires à se diriger systématiquement avec ce précieux ustensile vers ce point cardinal où l’astre diurne se couche.

 

 

Là-bas, dans la capitale américaine, Raphaël JUGE n’aura nullement besoin de pendule pour trouver ses marques afin d’apposer sa patte de professionnel aguerri dans ses futures fonctions. Un attaché de sécurité intérieure a pour objectif d’assurer la protection des citoyens français et des intérêts de l’Etat tricolore à l’étranger. L’exécuter au cœur des arcanes de la première puissance mondiale devrait lui occasionner quelques battements de cœur accélérés supplémentaires !

En outre, le nouveau promu à l’ambassade française aura également pour tâche de lutter contre toutes les formes de criminalité internationale en renforçant la coopération opérationnelle avec le pays hôte.

 

 

La parfaite alternance entre la fonction territoriale et les missions à l’étranger…

 

Or, en la matière, les Etats-Unis n’ont rien à apprendre des autres puisque le pays du gigantisme possède à lui seul plus de 1 800 organismes différents qui agissent sur le domaine de la sécurité intérieure !

Enfin, pour être tout à fait complet sur les futures missions de l’ex-commissaire divisionnaire auxerrois, charge au futur attaché de sécurité intérieure qu’il devient de contribuer également à la sécurité des membres de la communauté française expatriée ou de passage, ainsi qu’aux intérêts de la nation à l’international.

Un poste qui sied à merveille à la ligne conductrice de Raphaël JUGE. Il est vrai que le garçon pratique depuis le début de sa carrière l’alternance entre des fonctions territoriales et des missions à l’international. Une diversité qui reflète l’une des qualités professionnelles du nouvel impétrant, sa capacité d’adaptation aux environnements des plus éclectiques.

Durant trois années vécues dans l’Yonne, le directeur départemental de la Sécurité Publique a su mettre en application les dimensions managériales, opérationnelles et stratégiques de son poste. En répondant du mieux possible avec ses équipes aux problématiques de la violence conjugale et intrafamiliale ou la lutte contre les violences urbaines.

L’accession attendue de l’AJ Auxerre parmi l’élite aura a contrario évité à Raphaël JUGE, passionné de la chose footballistique, d’exiger des renforts supplémentaires afin de pallier l’afflux de supporters extérieurs lors de futures rencontres qui ne manqueront pas de donner quelques suées à son successeur. Celui-ci devant arrivé dans l’Yonne à la fin du mois d’août. Pendant ce temps-là et loin de ces préoccupations, Raphaël JUGE vivra outre-Atlantique son nouveau rêve américain. Comme le chantèrent si bien en 1979 les membres cousus d’or de SUPERTRAMP dans « Breakfast in America »…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

C’est déjà l’heure des bilans (les premiers) pour les deux députés du Rassemblement national de l’Yonne ?! A peine installés dans l’hémicycle du Palais Bourbon – le second tour des législatives ne date finalement que du 19 juin -, et voilà que Julien ODOUL et Daniel GRENON se proposent de brosser un état des lieux de leurs « premières victoires » obtenues contre le gouvernement. Lors d’une réunion publique, suivi d’un déjeuner républicain, qui sera concocté ce dimanche 17 juillet à la salle des fêtes de Chaumot.

 

SENS : Ils ne perdent ni le nord ni de temps, les deux parlementaires du Rassemblement national de l’Yonne, côté communication ! Ils profitent de ce long week-end estival, le sacro-saint moment lié aux valeurs originelles et patriotiques de la République, pour inviter la population de l’Yonne à une réunion informative afin d’exposer plus précisément les actions et le bilan de leur travail depuis qu’ils siègent à l’Assemblée nationale. Soit depuis moins d’un mois !

Un rendez-vous dominical, ouvert à tous, puisqu’organisé dans l’esprit républicain, qui se prolongera par ailleurs dans la foulée par un déjeuner. La stratégie se veut cependant en léger déphasage avec le calendrier car, au cœur de l’été, et surtout après le 14 juillet, les Icaunais à l’instar des Français ne pensent plus qu’à leurs vacances salvatrices et au farniente à vivre sereinement sur la plage, loin des choses publiques. Du moins pour celles et ceux qui peuvent encore se payer des congés…

 

 

Un rendez-vous pour parler des « premières victoires »…

 

Pour autant, les deux élus du RN Julien ODOUL et Daniel GRENON ont voulu organiser ce rendez-vous dans un état d’esprit bon enfant. Façon grand-messe estivale et détendue. D’une part, pour occuper le terrain du jeu politique qui devrait tout de même se ralentir d’ici quelques jours faute de combattants ; d’autre part, parce qu’ils ont des choses à dire et veulent le faire savoir !

« Moins d’un mois après les législatives, le groupe des députés du Rassemblement National a su multiplier les victoires face au gouvernement et à l’extrême-gauche… dixit les intéressés. Rappelons que le Rassemblement National a glané deux des six vice-présidences de l’Assemblée.

 

 

C’est en guise de préambule ce qui justifie ces retrouvailles qui permettront au chef de file régional du RN Julien ODOUL d’évoquer l’interpellation faite par ses soins auprès du ministre de l’Economie Bruno LE MAIRE, ces jours-ci, à propos du coût de l’énergie en dénonçant la mise en place d’une hausse des prix à la carte selon les revenus.

« Je lui ai demandé de mettre fin à ce projet, explique le parlementaire de la troisième circonscription, et de revenir à des mesures simples, immédiates et efficaces. C’est-à-dire la baisse de la TVA de 20 à 5,5 % sur les tarifs de l’énergie. Des mesures de bon sens… ».

 

 

« Faudra-t-il présenter son bulletin de salaire pour s’acheter une bouteille de lait ? »…

 

Dans le même temps, l’opposition souverainiste mobilisée sur l’amélioration du pouvoir d’achat a proposé la constitution d’une commission d’enquête sur l’inflation. 

Ce qui fait dire à Julien ODOUL que « ce gouvernement est aujourd’hui sans solutions. La seule chose de certaine, c’est la fin du bouclier tarifaire d’ici la fin de l’année. Rien n’est prévu pour protéger durablement les Français de l’inflation mais nous avons un ministre qui imagine des mécanismes pour répartir les hausses des prix selon le revenu donc sur les classes moyennes. Et demain, quelle sera la nouvelle idée de Bruno LE MAIRE ? La présentation de la feuille d’impôt ou des bulletins de salaire pour acheter une bouteille de lait ou une baguette de pain ? Il faut redevenir sérieux et baisser la TVA, c’est le seul moyen de réduire les prix pour tous les Français sans alimenter l’inflation… ». 

Ne se cantonnant pas aux seuls dossiers économiques, l’élu de l’Yonne a également interrogé lors d’une séance la ministre de la Culture Rima Abdul MALAK sur la progression du « wokisme » dans l’Hexagone et sa politique culturelle à venir.

Bref, les deux élus RN de l’Yonne donneront donc le tempo oratoire, dimanche matin, contre la politique gouvernementale après leurs premières semaines de mandat. Promettant des rendez-vous réguliers de ce type avec leur électorat mais aussi leurs concitoyens afin de faire toute la lumière sur leurs actions de parlementaires.

 

Thierry BRET

 

 

Vertueuse francophonie ! Sous son égide, le Lions, club service international – il possède pourtant de solides racines bien ancrées dans la culture et le pragmatisme américains ! – organise tous les deux ans des séjours de découverte linguistique finement ciselés en France dont sont bénéficiaires des jeunes gens de la planète. Au nom du sacro-saint principe du rayonnement et de la connaissance patrimoniale autour de notre pays. Vingt-six d’entre eux ont ainsi été accueillis à Auxerre par deux vitrines de ce mouvement altruiste : le Lions Phoenix et le Lions Rives de l’Yonne…

 

AUXERRE : Il suffit brièvement de zyeuter les badges qui pendent au cou des participants de cette visite concoctée dans l’antre de la culture auxerroise – l’Abbaye Saint-Germain - pour mieux appréhender l’aspect cosmopolite de la chose. Les vingt-six jeunes gens, composant ce groupe de touristes étrangers si particuliers présents dans l’Hexagone ce jour-là grâce au Lions Club, proviennent de tous les horizons aussi insolites soient-ils !

Indonésie, République dominicaine, Etats-Unis, Brésil, Costa Rica, Kosovo, Maroc, Vietnam, Kenya ou Mongolie… : l’exotisme, c’est sûr, s’est invité à notre porte en ce joli mois de juillet ensoleillé, synonyme d’accueil de la délégation d’hôtes de marque participant à l’opération CIFCE.

Tous les deux ans, le mouvement international du Lions propose à la jeunesse du monde de découvrir le rayonnement de la langue et la culture hexagonale. Une concentration didactique qui s’effectue autour d’une thématique passionnante : celle de cette année est la suivante : « préserver durablement notre patrimoine ».

 

Un petit tour de centre-ville avec un érudit du patrimoine…

 

Cet été, le District Centre-Est 103 dans lequel figurent les clubs de Bourgogne Franche-Comté s’y colle, côté accueil. Organisant au passage des immersions concrètes sur des sites en rapport avec le thème du séjour.

Après une halte à Sens, le groupe a donc pris possession de ses quartiers dans la capitale de l’Yonne dès le lendemain, débutant ainsi de la meilleure des manières leur long périple qui se conclura le 21 juillet en France.

Accompagnés de Laurent DEVELLE, dont l’érudition sur le cœur de ville d’Auxerre et ses richesses patrimoniales aura tenu en haleine ces jeunes gens maîtrisant la langue de Molière à la perfection, nos visiteurs d’un jour purent ensuite se plonger dans les secrets et mystères de l’Abbaye Saint-Germain.

 

 

Sa fabuleuse crypte aura été la source de bon nombre de questionnements de la part du groupe, scindé en deux pour mieux en découvrir les moindres recoins. Et les tombes dont certaines sont encore habitées de leurs occupants séculaires !

Pour certains – beaucoup ont été formés à la connaissance et la pratique de la langue auprès de l’Alliance Française -, ce séjour en terre « gauloise » représentait en revanche leur tout premier grand voyage à l’étranger.

 

Des échanges entre jeunes pour rendre le monde meilleur…

 

Comme devait l’expliquer le vice-président du Lions Club Auxerre Phoenix, Pierre-Nicolas JOLIOT, « l’idée de ces séjours est d’allier à la fois la culture et la jeunesse à travers la francophonie dans le but de préparer à travers l’amitié entre les peuples un monde meilleur…». Vu le contexte actuel, Pierre-Nicolas, il y a du pain sur la planche pour y parvenir !

Une francophonie, en vedette américaine du jour – cela tombait bien puisqu’on parlait de Lions Club ! – dont la présence fut renforcée par la participation de la présidente de la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des Echanges internationaux de l’Auxerrois Marité CATHERIN et de plusieurs membres de son conseil d’administration. Ils ont pu ainsi deviser avec grand intérêt auprès de ces jeunes venus du monde entier.

Quant à l’adjointe à la Ville d’Auxerre Céline BAHR, dont l’une des missions se rapporte au patrimoine et à la culture, elle se montra très satisfaite de la présence de ces ambassadeurs de l’altruisme et de la solidarité sur le sol auxerrois.

 

Thierry BRET

 

 

 

Soixante-dix personnes mobilisées à cet effet, une douzaine de véhicules formant la caravane logistique, vingt-et-un cantons qui seront visités et une quarantaine de disciplines à découvrir qui, au bout du compte, égayeront l’emploi du temps de jeunes gens de la tranche 6/17 ans jusqu’à la mi-août. Après deux annulations successives, imputables à la crise sanitaire, le grand « barnum » du Département de l’Yonne refait surface sous le chaud soleil de l’été. Un évènement apprécié de tous…

 

PONT-SUR-YONNE : Bien avant dix heures montre en main, et aux abords du stade municipal inondé de soleil, la foule ronge son frein. Les enfants, surtout qui gesticulent et piaffent en virevoltant tels des moineaux d’en découdre au plus vite avec l’une des disciplines proposées en cette journée inaugurale !

A croire qu’ils attendent avec une impatience non feinte le retour tant espéré de cette programmation si ludique qui fleure bon la période estivale. Le « grand » retour, devrait-on dire !

Car, après deux années consécutives de disette et surtout d’absence totale du calendrier des manifestations – merci la COVID 19 ! -, parents et enfants se retrouvent enfin réunis sur un complexe sportif aménagé dans l’esprit de ce rendez-vous afin de pouvoir pratiquer de manière gratuite une kyrielle d’activités, parfois des plus originales et aux antipodes de leur ordinaire.

 

 

Lutter contre les inégalités territoriales, l’une des raisons d’être de l’évènement…

 

Pour cette édition 2022, les organisateurs – c’est-à-dire le service ad hoc qui porte le projet au sein du Conseil départemental de l’Yonne – n’ont pas mégoté sur les animations. De la plongée à l’escrime, du judo au biathlon avec carabines laser ou de la tyrolienne au mur d’escalade, le choix s’est voulu multiple, simple mais presque déroutant pour les néophytes un brin apeurés qui s’essaient tant bien que mal au maniement de quads et à la mini-moto !

« Yonne Tour Sport » représente une indéniable institution dans le paysage des évènementiels estivaux qui nous reviennent chaque année à pareille époque. Un concept éprouvé et rôdé dont les organisateurs connaissent le moindre morceau du puzzle, qui au jour le jour, va cheminer à travers le territoire dans vingt-et-un cantons de l’Yonne. Au total, ce seront 27 localités qui recevront la visite insolite de ce « grand barnum » de la pratique sportive et de la cohésion sociale, accessible à tous.

Permettre aux enfants vivant dans les zones rurales de bénéficier d’activités ludiques répond au premier critère justifiant cette opération portée par l’organe institutionnel départemental. Ceux qui sont visés, sont ceux qui ne partent pas en vacances. Le lien social est l’autre vecteur qui explique le succès de cette animation, décidément toujours aussi populaire.

De manière plus globale, le « Yonne Tour Sport » répond aussi à la vocation initiale du Département de lutter contre les inégalités territoriales et le maintien du service public en milieu rural.

Durant six semaines, au plus fort de l’été, rien n’arrêtera le périple journalier de ce rendez-vous si cocasse à l’allure de « cirque » - et ce n’est pas péjoratif, loin s’en faut ! – devant apporter de la joie et du bonheur aux plus jeunes. La formule se voulant la plus souple et pratique possible pour les familles qui peuvent inscrire leur progéniture selon des modules horaires très précis.

 

 

 

En savoir plus :

 

Voilà la liste non exhaustive des activités proposées qui peuvent varier selon les intempéries, le personnel disponible et la place sur site : trampoline aérien, trampoline 6 places, Biathlon/Tir à la carabine laser, murs d’escalade (9 m et 4 m), tir à l’arc, VTT Trial, VTT parcours Savoir Rouler à Vélo (SRAV), trikkes, trottinettes, balance bike, sumo, judo, kart à pédales, tyrolienne, home-ball, disc-golf, sports collectifs (football, handball, basket-ball, rugby...), quads et mini motos sur parcours, piste de BMX, break-dance, pana-foot, golf, boxe, hockey, escrime, tchouk-ball, canoë sur les sites adaptés, parcours de motricité, Training Tour, petit toboggan, UFO Street, etc.

 

 

Le calendrier :

 

JUILLET

 

  • Lundi 11/07/22 PONT-SUR-YONNE
    Rue de la résistance -Stade de football
  • Mardi 12/07/22 CHABLIS
    Stade - Avenue des enfants de Chablis
  • Mercredi 13/07/22 APPOIGNY
    Parc Communal - Rue du Gué de la Pucelle
  • Vendredi 15/07/22 MIGENNES
    Stade Lucien Masson
  • Lundi 18/07/22 AVALLON
    Centre-ville - Rue Mathé
  • Mardi 19/07/22 SAINT-FLORENTIN
    Stade Jean Lancray
  • Mercredi 20/07/22 MONÉTEAU
    Stade -Tennis - Quai
  • Jeudi 21/07/22 ANCY-LE-FRANC
    Parc Gymnase - Caserne des pompiers
  • Vendredi 22/07/22 CHEVANNES
    Salle Polyvalente - Rue des Écoles
  • Lundi 25/07/22 MONTHOLON (AILLANT-SUR-THOLON)
    Rue du Gymnase - Stade de football
  • Mardi 26/07/22 TONNERRE
    Le Pâtis - Rue du pâtis
  • Mercredi 27/07/22 LES VALLÉES DE-LA-VANNE (THEIL-SUR-VANNE)
    Route du Miroir - Salle des Fêtes
  • Jeudi 28/07/22 VENOY
    Espace des Joinchères - Stade - Salle des Fêtes
  • Vendredi 29/07/22 CUDOT
    Mairie - Rue du Château

 

AOÛT

  • Lundi 01/08/22 VILLIERS-SAINT-BENOÎT
    Le Pâtis - Rue Paul Huillard
  • Mardi 02/08/22 CHEROY
    Parc Höhenkirchen - Rue Jean Moulin
  • Mercredi 03/08/22 ANNAY-SUR-SEREIN
    Mairie - Parc - Grande Rue
  • Jeudi 04/08/22 MALAY-LE-GRAND
    Chemin de Covequelee - Salle des Fêtes
  • Vendredi 05/08/22 DEUX RIVIÈRES (CRAVANT)
    Rue des Fossés - Terrain de sport - Salle des Fêtes
  • Lundi 08/08/22 QUARRÉ-LES-TOMBES
    Parc - Rue des Écoles
  • Mardi 09/08/22 SAINT-SAUVEUR-EN-PUISAYE
    Rue des Renards - Parc du Château
  • Mercredi 10/08/22 ROGNY-LES-SEPT-ÉCLUSES
    L’île - Accès par Rue Léon Jaupitre
  • Jeudi 11/08/22 DIXMONT
    Terrain Communal - Rue de la Porte du Bois – City Stade
  • Vendredi 12/08/22 MONTILLOT
    Gymnase - Stade - Salle polyvalente - Rue des Framboisiers
  • Lundi 15/08/22 VINNEUF
    Plan d’eau des Graviers
  • Mardi 16/08/22 SAINT-CLÉMENT
    Rue des Vignes - Stade - Dojo
  • Mercredi 17/08/22 SAINT-GEORGES-SUR-BAULCHE
    Collège Jean Bertin - Complexe Sportif du SIVOS

 

 

Contact

Direction Jeunesse, Culture et Sports du Département de l'Yonne
Tél. : 03. 86. 72. 88.50.

 

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 343

Articles

Bannière droite accueil