Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

L’internationalisation représente une priorité essentielle pour les acteurs institutionnels et économiques de la région. Courant juillet, la Chambre de commerce et d’industrie régionale (CCIR), Business France, l’Agence économique régionale (AER) et le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté se sont réunis en présence du secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Baptiste LEMOYNE, pour entériner plusieurs conventions de partenariat favorables à l’ouverture vers le monde des entreprises. Une convergence d’esprit permettant de franchir un nouveau cap…

DIJON (Côte d’Or) : Chaque année, la Région consacre près de deux millions d’euros pour accompagner les entreprises dans les phases importantes de leur développement à l’international. Cet accompagnement se traduit en règle générale par de multiples étapes : conseil, prospection, recrutement, implantation. L’organe exécutif intervient alors sous formes d’avances remboursables ou de subventions, à titre individuel ou collectif.

En parallèle, les entreprises positionnées sur l’export peuvent bénéficier de la promotion assurée par la Région sur les salons professionnels, organisés en France mais aussi à l’étranger. Ces opérations se réalisent avec le concours de la Chambre de commerce et d’industrie régionale.

Les bons résultats de la Bourgogne Franche-Comté à l’international…

Se hissant en tête des régions françaises en termes de solde commercial par habitant, le territoire bourguignon-franc-comtois a réalisé plus de 20 milliards d’euros à l’exportation en 2017 pour 17 milliards d’euros d’importations. Placée derrière l’Occitanie et le Grand Est, elle occupe une méritoire troisième place au niveau du solde de la balance commerciale.

A travers sa politique d’internationalisation, la Région a pour ambition de satisfaire les besoins des entreprises du territoire en termes d’attractivité, de commercialisation des produits, de prospection et de rayonnement international. Non seulement, à travers les nouvelles conventions signées en ce mois de juillet, il d’agira d’aider les entreprises à exporter. Mais, l’attirance de nouvelles structures professionnelles sur le territoire intègre ses priorités stratégiques.

Trois conventions partenariales pour étoffer ce dynamisme à l’export…

La première de ses signatures se rapporte à une convention-cadre entre la Région et Business France. Les priorités et les compétences de la Région rejoignent celle de la mission de Business France. Signée par Patrick AYACHE, vice-président de la Région en charge de l’attractivité, du tourisme et de l’export, et Christophe LECOURTIER, directeur général de Business France, cette convention consolide le partenariat entre les deux entités.

Second document paraphé ce jour-là au siège de la société EUROGERM à Saint-Apollinaire (une PME qui a su profiter pleinement du levier de l’international pour se développer dans le secteur de l’agroalimentaire) : la convention tripartite entre la Région, Business France et la CCIR.

Profitant de la réforme du commerce extérieur, présentée par le Gouvernement le 23 février 2018, la Région a décidé d’entériner la création d’une « Team export BFC ». Dans l’absolu, cette convention se traduit concrètement par un renforcement des moyens humains pour apporter un service optimum et de proximité aux entreprises locales, et des solutions pour donner le goût de l’international au plus grand nombre d’entreprises.

Enfin, pour conforter la « Team Invest BFC », Business France et l’Agence économique régionale, bras armé de la Région, ont signé la nouvelle convention pour fortifier la prospection d’investisseurs. Il s’agit aussi de renforcer l’attractivité du territoire auprès de nouvelles entreprises.

En 2018, 135 contrôles concernant la préservation de la ressource en eau potable sont prévus dans le département de l’Yonne. La commune de Cruzy-le-Châtel a bénéficié de cette mesure le 05 juillet dernier…

AUXERRE : L’objectif de cette journée était de permettre aux services d’appréhender pleinement sur le plan technique la complémentarité de leurs domaines d’intervention respectifs, afin que les captages les plus sensibles aux pollutions fassent l’objet d’un suivi et de contrôles adaptés au regard des enjeux qui les caractérisent.

L’opération s’est inscrite dans une démarche pédagogique. Les réglementations contrôlées étant le respect des dispositions relatives à l’utilisation et au stockage des produits phytosanitaires par les collectivités et par les exploitants agricoles.

Le respect des servitudes en périmètres de protection de captages et des mesures de protection des ouvrages d’exploitation d’eau potable au titre du code de la santé publique, ainsi que le respect des zones de non-traitement à proximité des points d’eau, intégraient le programme de ces vérifications.

Afin d’assurer la préservation des ressources en eau et de lutter contre les pollutions ponctuelles et diffuses, les agents inspecteurs de l’environnement de la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF), de l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB) et de l’Agence Régionale de Santé (ARS), coordonnés par la Direction Départementale des Territoires (DDT) de l’Yonne dans le cadre de la Mission Inter-Services de l’eau et de la Nature (MISEN), devaient procédés à une opération visant à renforcer la coordination des contrôles.

La première rame ferroviaire aux couleurs de la Région et de la nouvelle marque « MOBIGO Bourgogne Franche-Comté » a été dévoilée par le vice-président en charge des transports, des déplacements et de l’intermodalité, Michel NEUGNOT en gare de Dijon à la mi-juillet. Entouré du directeur régional SNCF Mobilités, Eric CINOTTI, et de Jérôme GRAND, directeur territorial SNCF Réseaux, l’élu régional profitait de la manifestation pour rappeler le rôle prépondérant joué par l’organisme territorial en matière de transport et de mobilité. Avant de faire le point sur la modernisation du parc de trains circulant en Bourgogne Franche-Comté…

DIJON (Côte d’Or) : Depuis 1982, les Régions possèdent la compétence en matière de transports régionaux de voyageurs, en complément de celle attribuée aux Départements à l’époque. Un positionnement qui ne cessera de s’accroitre au fil des années. Devenues Autorité organisatrice des transports ferroviaires régionaux (AOT) en 2002, les Régions renforceront encore leur présence trois ans plus tard en ajoutant les transports interurbains, scolaires et à la demande.

Avant que la loi d’orientation sur les mobilités (LOM) ne s’applique d’ici quelques mois (ce texte devrait faire des Régions des autorités organisatrices des mobilités régionales responsables du pilotage de l’ensemble des solutions de mobilité sur leur territoire), celle de Bourgogne Franche-Comté a eu envie de se donner de la visibilité et de la cohérence sur cette nouvelle politique.

Elle a créé une nouvelle marque de mobilité régionale : MOBIGO Bourgogne Franche-Comté. Celle-ci couvre l’ensemble des solutions de mobilité proposées par l’institution. Aussi, cette nouvelle enseigne sera déployée progressivement sur de nombreux supports : véhicules et matériels roulants, abris-vélos, poteaux d’arrêts routiers, distributeurs de billets, documentation et fiches horaires…Il était naturel qu’elle apparaisse également pour la première fois sur une rame TER récemment mise en service. C’est chose faite depuis le 11 juillet dernier.

Un investissement global de 163 millions d’euros…

Acteur majeur de la mobilité et du transport en Bourgogne Franche-Comté, la Région se voit dorénavant confiée l’organisation des transports interurbains par car et des transports scolaires (à l’exception du transport des élèves en situation de handicap) en lieu et place des Départements. Seul le Territoire de Belfort n’intègre pas ce nouveau schéma de compétence.

En complément d’une offre ferroviaire et routière structurante, la Région souhaite placer l’usager au cœur de sa stratégie (le bon moyen de transport au bon endroit et au bon moment à un coût soutenable par la collectivité et à un prix acceptable par le voyageur) au centre de ses prérogatives. L’une des colonnes vertébrales idéales de cette stratégie se nomme le rail. Proposant un partenariat global avec la SNCF, l’appareil régional adopte en mai 2018 une convention spécifique concernant la promotion du TER Bourgogne Franche-Comté. Parallèlement, la Région assure par son engagement qu’aucune ligne ne sera fermée. Ce plan s’appuie sur la déclinaison d’investissements effectués au niveau de la maintenance et de la modernisation des infrastructures existantes. En dernier lieu, l’organisme territorial favorise l’acquisition de nouveaux matériels, plus modernes, confortables et écologiques, tels que les modèles « Régiolis » du constructeur français ALSTOM. L’enveloppe allouée à cet achat s’élève à 163 millions d’euros.

Douze nouveaux trains de type « Régiolis » à livrer d’ici 2020…

A l’heure actuelle, le parc de trains de la région Bourgogne Franche-Comté se compose de 137 rames. Dont douze trains de type « Régiolis » qui ont été déjà livrés et mis en circulation au service de l’ambition de desserte voulue par l’exécutif régional. La livraison des douze prochaines rames s’effectuera de manière progressive jusqu’en 2020.

Le reste du parc s’articule autour de matériels produits par le canadien BOMBARDIER (57 trains de type BGC, ZGC et XGC), 39 trains de version X73500 (ALSTOM), 18 trains Corail, 8 trains Z9600 et trois V2N, des appareils proposant deux niveaux d’accueil des passagers.

Ce plan d’actions de la Région intègre le développement de la mobilité partout et pour tous selon le schéma directeur de la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République), adoptée en 2015.

Rappelons que ce réseau régional représente 22 lignes ferroviaires et 115 lignes routières pour une fréquentation annuelle de 886 millions de voyageurs/km sur le réseau régional TER et 2,1 millions de voyages annuels sur les lignes régulières de car.

Quant aux lignes de proximité et les transports à la demande (au nombre de 70), elles représentent 44 000 voyages de manière annuelle.

Huit nouveaux sapeurs-pompiers volontaires sont venus grossir au début de la période estivale les effectifs du Service départemental d’incendie et de secours de l’Yonne. Ils ont bénéficié de la signature des deux conventions de partenariat, permettant à leurs employeurs (le Centre hospitalier spécialisé d’Auxerre et la société des ambulances RENARD/AUXERROISES) de les encourager à vivre pleinement ce geste citoyen…

AUXERRE : Deux nouvelles conventions de partenariat ont été validées au mois de juillet entre le SDIS de l’Yonne et des structures entrepreneuriales. La première concernait le Centre hospitalier spécialisé d’Auxerre. La seconde se rapportait aux ambulances RENARD/AUXERROISES.

Dans les deux cas, ces conventions offraient la possibilité à huit personnes, de devenir des sapeurs-pompiers volontaires employés par ces établissements de se former et/ou de partir en intervention sur leur temps de travail.

Pour les responsables du Service départemental d’incendie et de secours de l’Yonne, ces partenariats permettent de fidéliser les sapeurs-pompiers par le biais du tissu professionnel. Mais aussi de fiabiliser les réponses opérationnelles en matière de proximité.

De plus en plus d’entreprises du territoire consentent à encourager cet acte citoyen auprès de leur personnel. Cette initiative bénéfique pour les missions du SDIS de l’Yonne intègre le plan de développement du volontariat auprès de la population icaunaise.

Ces convention intègrent le procédé « gagnant/gagnant » dans leur mode applicatif car elles permettent aux chefs d'entreprises de faire former gratuitement à la charge du SDIS des personnes qui, sur leur lieu de travail, pourront intervenir en premier recours sur tout état de crise : secours d'un employé blessé, début d'incendie, incident divers,...

Quand on sait que les premières minutes peuvent être vitales pour les personnes impliquées mais aussi parfois pour la survie de l'entreprise après sinistre, ces sapeurs-pompiers volontaires sous conventions dans les entreprises représentent un gage de sécurité supplémentaire pour le monde économique…

Inaugurée le 07 juillet, l’exposition « Instagram MAULNES » accueille jusqu’au terme de l’été sur le site du célèbre édifice pentagonal de Cruzy le Châtel les œuvres photographiques des adeptes du réseau social. Amoureux des architectures insolites, ces derniers proposent plusieurs dizaines de clichés originaux partagés sur la toile…

CRUZY LE CHATEL : Au mois d’octobre 2017, le fameux site patrimonial de l’Yonne, propriété du Département, recevait la visite d’une petite trentaine d’Instagramers venus des quatre coins de la Bourgogne Franche-Comté et de l’Ile de France.

Répondant de manière positive à l’invitation de l’agence de développement Yonne Tourisme, les utilisateurs du réseau social Instagram devaient produire, au cours de leur visite, plus de 300 clichés originaux.

Une dizaine de ces images conçues avec talent et virtuosité occupent une place privilégiée cet été sur le site du château. Un coup de pouce aux qualités artistiques a été voulu par le Conseil départemental de l’Yonne et Yonne Tourisme : ils ont choisi de sélectionner ces clichés dans le cadre d’une exposition libre et gratuite à apprécier aux abords du monument pentagonal.

Les visiteurs curieux et amateurs de photographies insolites auront ainsi l’opportunité de pouvoir admirer le travail et le talent d’Agathe DEILLER alias @gatounne89, Eric CHICLET @eric_chiclet, Alexandra GEVAUDAN alias @alecgevaudan, Matthieu HEIME alias @mattgroar, Alexandra LAURENT alias @alecs_laurent, Nicolas GRIVAUD alias @nicklapeaulisse, Charlène JORANDON alias @cj_pro, Pascal AMETTE alias @pascalmte, Elisabeth SAZERAT alias @_elisaz et Titouan RIMBAULT alias @tito_uan.

Créées par Jacky FOSSEZ, agent de la ville de Migennes, les « Bestioles », une collection unique de sculptures animalières de fourmis, araignées, libellules et papillons, ainsi que de bicycle, complètent cette visite dans la prairie du château.

Précisions que ces pièces ont été prêtées aimablement par le maire de Migennes et élu du Conseil départemental, François BOUCHER.

Page 1 sur 41
Bannière droite accueil