Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

31 500 ovins ont été engraissés sur le département de l’Yonne au cours de l’année 2017. Preuve à l’appui que cette filière spécifique pourrait permettre à terme aux exploitations agricoles de retrouver une pérennité économique solide si elles acceptent les principes de la diversification de leurs productions. C’est une brèche très intéressante dans laquelle va s’engouffrer en 2018 la Chambre d’agriculture départementale en assurant la promotion de cet élevage…

AUXERRE : L’agneau de l’Yonne connaitra-t-il un jour le même succès que le pré-salé de la baie du Mont Saint-Michel ou d’autres variétés toutes aussi goûteuses et renommées de notre hexagone ?

En tout cas, les acteurs de la Chambre d’agriculture de l’Yonne y croient presque dur comme fer ! L’idée de réintroduire l’élevage ovin en grande quantité sur les terres de notre territoire se bouscule dans les esprits aguerris des techniciens de la chambre consulaire et de leur président, Etienne HENRIOT.   

En lien étroit avec « ALYSE », l’organe institutionnel souhaite concrétiser ce nouveau projet dès 2018. Mais pas tout seul : avec le partenariat obligatoire des acteurs locaux.

Répondre aux attentes d’un partenaire industriel local…

Partant du postulat que le département de l’Yonne dispose d’un outil d’abattage ovin plutôt exceptionnel (celui localisé à Migennes et géré par le groupe SICAREV via l’antenne de l’ex-SICAVYL), les responsables de la chambre consulaire ont décidé d’agir sur ce dossier pouvant s’avérer vertueux et bénéfique pour les exploitants agricoles du terroir.

Le groupe SICAREV qui a investi sur le site d’abattage de l’Yonne espère atteindre une production ovine de 3 000 agneaux par semaine au lieu des mille bêtes actuelles ; d’où un nécessaire besoin d’agneaux qui suppose sortir du cadre opératoire habituel requérant l’approvisionnement par des importations animales…

« Nous avons décidé d’analyser la situation de cette structure très sérieusement, explique le président Etienne HENRIOT, cela suppose nécessairement la mise en place de circuits courts dans les codes alimentaires… ».

Une aubaine pour l’optimisation de la filière ovine française qui souffrait jusque-là de l’importation massive des agneaux de Nouvelle-Zélande, filière un peu en berne et qui connaît un léger essoufflement à l’heure actuelle. Une fois engagé, ce plan de relance de l’élevage ovin dans le département conçu avec le concours d’ALYZE se déclinera autour de plusieurs actions.

Un plan d’action qui comprendra de l’information et du pragmatisme…

L’organisation d’une conférence économique à l’échelle du territoire est prévue. Elle aura pour objectif de sensibiliser les opérateurs périphériques tels que les banques, les centres de gestion et de comptabilité et les organismes économiques à soutenir cette initiative.

De leur côté, les agriculteurs profiteront d’une journée spécifique consacrée aux bâtiments accueillant de l’élevage ovin afin de se familiariser avec les codes rudimentaires de cette filière.

Enfin, la chambre consulaire prévoit aussi en troisième temps la déclinaison de ce thème via des manifestations prônant l’innovation en agriculture (le concept Innov’Actions).

Commentaire du président HENRIOT : « nous devons jeter toutes nos forces en faveur du développement de cette stratégie ovine dans le département en initiant les outils nécessaires à son essor… ».

2018 sera-t-elle donc l’année du mouton et de l’agneau dans l’Yonne ? La recherche de nouvelles options permettant de pallier les impacts négatifs engendrés par les multiples aléas climatiques passe peut-être par cette piste de réflexion. Dès lors, à charge pour la Chambre d’agriculture de l’Yonne de convaincre très vite l’ensemble de ses partenaires de la pertinence d’un dossier aussi inattendu…

Deux développeurs sur le web et un commercial viennent de rejoindre les effectifs de ce spécialiste de la communication digitale qui compte parmi ses clients le Muséum d’histoire naturelle de Paris, l’Institut du Monde Arabe ou de grandes écoles de commerce à travers la France à l’image de la Montpellier Business School. Pourvue d’un tel background, l’entreprise de Sens, codirigée par le tandem Brice BOREL et Thomas DA ROVARE, conforte ainsi sa présence indéfectible sur son marché à l’aune de son vingtième anniversaire, célébré cet automne, tout en légitimant de réelles ambitions…

SENS : De douze personnes opérationnelles au début de l’année 2017, l’effectif de la société NET.COM s’est valorisé au cours de ces dernières semaines en bénéficiant des renforts de trois nouveaux salariés agrégés au développement commercial et technologique de l’entreprise.

Ce choix stratégique a été entériné par les deux garçons talentueux qui officient à la tête de cette belle structure depuis bientôt deux décades, Brice BOREL et Thomas DA ROVARE. Car, pour eux, 2018 restera une période de référence dans l’histoire évolutive de leur concept, basé sur la déclinaison d’une forte valeur ajoutée technique et éditoriale en direction des milieux entrepreneuriaux, des collectivités et des institutions.

La commande publique : une source profitable de contrats…

80 % des activités professionnelles de la structure se réalisent par le truchement de la commande publique avec des orientations qui oscillent vers le secteur de la recherche (Laboratoire français de l’aérospatiale), le monde de l’éducation et de la culture mais aussi les chambres consulaires (la conception réussie du site national de l’artisanat), des centres hospitaliers ainsi que des offices publics de l’habitat.

Ayant consolidé son chiffre d’affaires l’an passé au-delà du million d’euros, NET.COM n’avait néanmoins pas d’autres alternatives que de recruter au second semestre 2017 afin de poursuivre sa marge de progression. L’agence de communication digitale propose un melting-pot de solutions web et mobile en concevant une stratégie qui intègre un planning d’animations des réseaux sociaux, l’achat d’espaces publicitaires, l’accompagnement et l’alimentation du site sur du long terme.

Concurrencer les plus grandes agences françaises…

Aujourd’hui, l’objectif des deux leaders est d’être en concurrence frontale avec les plus grosses agences de communication digitale de France. En particulier celles de Paris et de Lyon. Un projet évolutif qui passe par de la méthode, le profit apporté par le poids de la cellule recherche et développement mais aussi l’apport de nouvelles technologies glanées sur les salons internationaux de Shanghai et de Las Vegas, nécessaires de visiter à chaque édition annuelle.

Certifiée Iso 9001 depuis six ans, NET.COM n’en a pas pour autant omis le développement durable (RSE), en proposant des conditions de travail optimales et épanouissantes à l’ensemble de ses collaborateurs. Les plus anciens comme les petits nouveaux !

La Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) fait front commun aux côtés du fournisseur d’énergie, EDF, dans sa lutte contre toutes les formes de précarités qui affectent les foyers en indélicatesse sociétale. Alors que la fragilisation énergétique englobe plus de 5,5 millions de nos concitoyens selon les ultimes statistiques de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), la maîtrise et la réduction de la facture d’énergie sur ces ménages en proie aux difficultés s’annoncent prioritaires. Mieux informer et accompagner les personnes les plus démunies devient une ligne de conduite que veulent s’approprier pleinement les deux signataires de la convention de partenariat en faveur de milliers de bénéficiaires…

DIJON (21) : Novateur. Altruiste. Respectueux. L’engagement mis en place depuis le 01er janvier 2018 qui unit la Carsat de Bourgogne Franche-Comté  à EDF Région Est s’inscrit dans une pure action d’éco-citoyenneté favorable aux utilisateurs les moins argentés de la consommation d’énergie. Cette mutualisation de bons sentiments et de dispositifs appropriés concerne les personnes ayant de faibles ressources, ce qui les place de facto en situation de fragilité sociale.

Partant d’une réciprocité bien ordonnée, la Carsat et EDF ne font que se rapprocher en matière de stratégie vers cette population parfois en déshérence financière et sociale. L’année dernière, les services ad hoc de la caisse d’assurance retraite et de la santé au travail s’employaient à soutenir avec efficience près de 29 000 personnes fragilisées socialement. De son côté, EDF Région Est ne restait pas en retrait sur cette thématique solidaire en faisant bénéficier auprès de 5 635 foyers d’une aide au paiement des factures par le Fonds de solidarité logement (FSL), un dispositif national auquel contribue financièrement le fournisseur d’énergie au même titre que d’autres donateurs. Peuvent participer à ce financement les collectivités territoriales et leurs groupements, les bailleurs sociaux du département, les associations qui interviennent dans le cadre du logement et l’insertion sociale ainsi que les opérateurs de services téléphoniques, les distributeurs  d’eau et d’énergie à l’instar d’EDF par convention avec leurs représentants…

Ne plus cumuler précarité énergétique et précarité sociale

Aider les ménages précaires à contenir leurs dépenses énergétiques suppose de l’écoute, de la prévention et de l’information. C’est le rôle que veulent jouer ensemble les deux partenaires qui se sont retrouvés ce lundi 12 février au siège de la Carsat à Dijon lors de la signature officielle de ces documents. Directeur du développement territorial EDF Bourgogne, Rémy COMBERNOUX évoquait les contours objectifs de cette aide précieuse prodiguée à l’attention d’une cible soumise aux aléas de la précarité sociale. Cette mise en commun du savoir-faire, partagé avec les responsables de la Carsat, conforte ce choix stratégique devant rapidement porté ses fruits. Une explication de texte qui fut largement commentée par le correspondant du pôle Solidarité EDF en Bourgogne Franche-Comté, Thierry FOUSSET.

Entérinée pour douze mois, mais probablement reconduite sur une période de trois ans, cette convention régionale, à l’instar de celles qui ont été déjà paraphées dans d’autres contrées de l’Est de l’Hexagone, a pris effet dès le début de l’année.

Ce ralliement opérationnel entre les travailleurs sociaux de la Carsat et les professionnels du fournisseur d’énergie se traduira par des échanges tous azimuts en matière de formations et d’informations. Fonds de solidarité logement (une enveloppe de 707 700 euros a été versée l’année dernière sur le territoire), dispositifs de facturation et de relance pour impayé, vulgarisation autour du portail Internet solidarité EDF, connaissance de la pratique des gestes qui permettent de garantir des économies…représentent autant d’auxiliaires positifs déclinés par EDF et adressés aux populations qui en ont le plus besoin.

Réciproquement, les travailleurs sociaux de la Carsat feront de la pédagogie auprès des publics en difficultés sur la compréhension et la lecture d’une facture, le développement des éco-gestes, l’accompagnement des clients d’EDF ayant recours à leur service, etc.

Le chèque énergie, un précieux sésame pouvant répondre aux besoins

Attribué par l’Etat et adressé par courrier aux bénéficiaires selon le revenu fiscal et la composition du foyer, le chèque énergie permet de payer l'ensemble des factures liées aux moyens de chauffage. Il offre à ses utilisateurs les possibilités de pouvoir honorer tout ou partie de leurs factures d’énergie de type électricité, gaz, bois, GPL, fioul domestique, biomasse et de tous combustibles destinés au chauffage ou à la production d’eau chaude. Il ne peut être utilisé pour payer son plein d'essence.
Ce moyen de paiement offre certaines protections : l’ouverture gratuite de contrat si emménagement dans un nouveau logement, la réduction de 80 % des frais d’intervention pour impayé, le maintien de la puissance souscrite en cas de difficultés pendant la période hivernale ou encore des relances beaucoup plus espacées pour régler les factures impayées. Les critères d’éligibilité sont simples : s’acquitter de la taxe d’habitation et déclarer un revenu fiscal de référence inférieur à 7 700 euros pour l’ensemble du ménage. Pour savoir si l’on peut être bénéficiaire de ce dispositif : consulter chequeenergie.gouv.fr…

Enfin, et pour être tout à fait complet sur ce dossier, des conseils en rénovation de biens immobiliers peuvent être récupérés en consultant le site spécifique mis en ligne par EDF (https://travaux.edf.fr/construction-et-renovation) : la présence de différents simulateurs permettent de mieux cerner les aides et les subventions pour les travaux dont on peut être bénéficiaire sous certaines conditions.

Le chanteur du groupe corse, I MUVRINI, était de passage au Silex d’Auxerre ce lundi 12 février à l’invitation de Bernard DAVID, directeur du Centre de formation du club de football de l’Yonne. Deux heures durant, Jean-François BERNARDINI a évoqué face à la jeunesse sportive de l’Yonne le respect de l’autre et les bienfaits de l’altruisme en dénonçant les violences qui banalisent notre quotidien. Y compris dans le milieu du sport.

AUXERRE : Devenir un véritable acteur, voire un artisan besogneux, de cette noble cause que représente la lutte contre les excès de violence autour de nous. Tel était l’enjeu principal de cette causerie proposée dans le cadre des actions de formation menées auprès des futurs professionnels du Centre de formation de l’AJA par le chanteur de l’Ile de Beauté.

Plus connu en qualité de leader charismatique de la fameuse formation qui sillonne la France entière en interprétant des airs traditionnels, Jean-François BERNARDINI a voulu témoigner des dangers occasionnés par cette violence gratuite qui pollue toutes les strates de notre société. Le sport n’étant pas épargné par ces phénomènes en forte recrudescence.

Par le biais de sa fondation « UMANI », le chanteur a illustré ses propos passionnants en puisant ses références explicatives parmi les neurosciences, la psychologie mais également en analysant des faits concrets ayant émaillé l’actualité des faits divers. Un discours riche et vrai qui a eu comme conséquence d’inciter les joueurs et les éducateurs présents à une utile réflexion sur les comportements de l’humain en ce XXIème siècle.

Plusieurs personnalités politiques et institutionnelles du territoire Icaunais assistèrent à cette conférence qui aura ouvert le temps d’un après-midi à davantage de réflexion de la part des participants…

Réunis en assemblée générale à Auxerre, les édiles du territoire le plus septentrional de Bourgogne (maires, présidents de communautés de communes), ainsi que les partenaires majeurs des collectivités ont dévoilé leurs axes stratégiques à l’amorce de cette nouvelle année. Un exercice traditionnel pour la structure associative de 344 membres pilotée par Mahfoud AOMAR qui aura joué les tribuns avec sa verve habituelle lors de cette soirée qui devait se clôturer par la remise des trophées des « Marianne » récompensant les collectivités les plus dynamiques…

AUXERRE : Constatant avec satisfaction la bonne tenue des comptes de l’exercice 2017 (l’équilibre du budget a été respecté sans avoir eu recours à de quelconques augmentations), le président de l’AMF 89 annonça tout de go que le budget prévisionnel 2018 serait à l’identique du précédent. Il salua la saine gestion de la structure avec ses 12 000 euros d’excédents, un chiffre qui devait attester l’aspect florissant de la trésorerie. Ce qui est loin d’être le cas par ailleurs pour de nombreuses associations du territoire.

La relance du CDAD aura été l’une des priorités

Le cap sera maintenu cette année en matière de formation. Le programme décliné auprès des élus mais aussi des secrétaires de mairie se poursuivra : le contenu de ces sessions étant très apprécié de leurs bénéficiaires qui en ont testé les fruits à maintes reprises. Puis, déroulant de manière conventionnelle le rapport moral de sa présidence, Mahfoud AOMAR insista sur les points cruciaux de l’exercice écoulé. La relance du Conseil départemental d’accès au droit (CDAD) intègrera l’une de ses priorités vécues l’année dernière sur laquelle il marquera un long temps d’arrêt.

« Cet outil qui permet de favoriser l’accès au droit à toutes les personnes de notre département a repris de la vigueur en 2017. Des permanences sont désormais proposées à Avallon, à Auxerre et à Sens offrant ainsi la possibilité de faire circuler des informations juridiques à la population… ».

En novembre, les représentants de l’AMF 89 ont effectué un voyage d’étude au parlement de Bruxelles (une immersion au cœur de l’Europe) jugé très pertinent selon l’orateur. Dans le même registre, il y a eu aussi en fin d’année un déplacement instructif au ministère des affaires étrangères. Quant au voyage à Strasbourg, berceau de l’Europe, il est en cours de finalisation.

Autre temps fort évoqué par Mahfoud AOMAR : plusieurs formations qui ont été proposées sur l’évaluation des charges, le marché public, les responsabilités assurantielles avec le procureur du Tribunal de grande instance d’Auxerre (une première où participèrent cent-vingt élus). Au vu de ce succès, une seconde séance informative s’organisera à Sens ces prochaines semaines. Le cadre formatif étant inéluctable aux yeux du président de l’AMF 89, la structure associative déclinera en 2018 des cycles pédagogiques à destination de l’ensemble des représentants des conseils municipaux.

« Nous porterons aussi un programme de formation qui se réalisera de manière intensive sur un domaine parfois fort complexe, la commande publique… ».

Quant à la conception de l’annuaire des élus de l’Yonne, le dossier est actuellement au point mort au grand dam de Mahfoud AOMAR qui souhaiterait que la totalité des maires de l’Yonne s’investissent en apportant une réponse positive afin d’entériner définitivement ce concept. Trois cent-vingt élus ont pour l’heure renvoyé les renseignements obligatoires et nécessaires à l’élaboration du document. Il reste à convaincre les réfractaires à cet outil de communication pourtant utile.

Une structure en voie de progression riche de 344 adhérents

Aujourd’hui, la structure englobe 344 adhérents sur 428 communes identifiées sur l’Yonne et treize intercommunalités. Soit une zone géographique qui accueille 309 000 habitants. Radieux, Mahfoud AOMAR devait annoncer un taux de progression de 111 % depuis 2015.

Favorable à l’éclosion des neuf nouvelles communes qui ont vu le jour après le rapprochement de certaines d’entre elles, le président de l’Association des maires de l’Yonne considère que ce choix de créer de nouvelles entités relève de la bonne volonté de chacun. Il n’y est donc pas opposé.

Commentant des statistiques nationales faisant montre de la confiance des Français envers leurs édiles (sept de nos concitoyens sur dix apprécient le travail réalisé par leur élu municipal), Mahfoud AOMAR rappela que ces derniers jouissaient d’une très belle cote de popularité. Le rôle et le positionnement de l’AMF dans l’Yonne n’y étaient peut-être pas étrangers avec le pluralisme politique affiché librement au sein de la structure et cette volonté commune de faire bouger les lignes dans la même direction.

L’étroite osmose entre l’Etat et les collectivités locales…

S’adressant à la tribune, le préfet Patrice LATRON évoqua le partenariat étroit et efficace entre l’Etat et les collectivités.

« Sur le dossier de la sécurité civile qui a été mobilisé suite aux inondations, nos services ont tout mis en œuvre pour assurer à ce jour les indemnisations d’une trentaine de communes sur les 76 localités ayant déjà envoyé leurs dossiers, transmis au ministère de l’Intérieur. L’Etat a aussi sensibilisé les professionnels de l’assurance à agir très vite sur ces modalités pratiques... ».

Puis, tour à tour, le représentant de l’Etat s’attardera durant son propos sur les résultats obtenus en matière de sécurité publique (+ 23 % de cambriolages constatés lors du dernier semestre 2017 alors que l’année amorce une baisse des infractions de l’ordre de 8,8 %) et l’essor de la participation citoyenne impulsé en parallèle grâce à la signature de conventions avec les polices municipales.

« Je souhaite aussi une modernisation de nos institutions avec la dématérialisation, renchérissait-il, le pourcentage d’actes télétransmis par les services municipaux est de l’ordre de 65 %. Nous devons aboutir à une complète dématérialisation des actes budgétaires afin que les mairies puissent se doter d’une administration moderne et simplifiée ».

Parlant chiffres, le préfet ne pouvait clore son discours sans aborder le montant de la DETR (à l’identique de 2017 soit une enveloppe de plus de 14 millions d’euros) et la dotation de soutien à l’investissement qui s’élève à 4,2 millions d’euros.

« L’Etat est à vos côtés, devait marteler Patrice LATRON, avec cette réelle volonté de travailler différemment. L’Yonne doit saisir les opportunités économiques qui correspondent aux besoins des entreprises, tout en assurant la promotion de l’apprentissage et en encourageant la mobilité. Nous restons à l’écoute pour que l’ensemble des procédures soient appliquées et coordonnées dans le territoire ».

Quant à Patrick GENDRAUD, président du Conseil départemental, il rappela le rôle prégnant  de son organe institutionnel auprès des collectivités et le soutien apporté aux initiatives promotionnelles, à l’instar des trophées des Marianne, un véritable encouragement à la dynamique territoriale.

Page 1 sur 16
Bannière droite accueil