Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Les secondes rencontres « Prospective du bâtiment » se dérouleront dans l’auditorium de la Maison du Bâtiment ce jeudi 26 avril en matinée. Concoctée avec la filière Génie civil de l’IUT d’Auxerre, cette manifestation a pour objectif de favoriser les échanges entre les représentants professionnels de ce secteur économique et les étudiants de deuxième année ayant opté pour ce cursus proposé par l’antenne départementale de l’Université de Bourgogne…

AUXERRE : Office Auxerrois de l’Habitat, Communauté de l’Auxerrois, GEBAT, EIFFAGE TP, MICHEL SA, BET ou C3B…toutes ses structures institutionnelles et professionnelles ont répondu positivement à l’invitation de la délégation départementale de la Fédération du bâtiment de l’Yonne qui proposera la seconde édition de cette démarche prospective en milieu de semaine à Auxerre.

Opportunité judicieuse de pouvoir tisser des liens avec les entrepreneurs, et de connaître les réalités potentielles de ce marché économique qui renoue avec l’optimisme après presque une décennie de souffrance imputable à la crise propagée depuis 2008, cette rencontre sera placée sous le sceau du dialogue constructif et de témoignages variés.

Les étudiants de seconde année de l’IUT Génie civil ne manqueront pas de questionner les acteurs de l’économie ayant répondu présent sur la prospective de ces métiers si spécifiques et indispensables à la croissance économique de notre pays.

Peut-être sera-ce aussi l’occasion pour une entreprise locale de rencontrer un futur collaborateur qui rejoindra les effectifs une fois le cycle d’étude terminé ?

Trois séries d’échanges seront ainsi proposées avec les entrepreneurs, les maîtres d’œuvre et les maîtres d’ouvrage…

Alors que la SAS spécialisée dans le commerce de gros, en produits de revêtements, de tapis et moquettes, et ameublement a cessé toute activité professionnelle depuis le 20 juin 2017, son infrastructure physique cherche à nouveau des repreneurs afin d’exploiter et optimiser ce site unique et fonctionnel, localisé en bordure de la zone industrielle de Saint-Julien du Sault. Implanté en ZRR (zone rurale revitalisée), le bâtiment au modernisme surprenant offre de multiples opportunités en matière de logistique et de stockage pour une entreprise départementale ou extra régionale du secteur logistique ou transport qui souhaiterait étoffer ses capacités de production…

SAINT-JULIEN DU SAULT : 15 200 mètres carrés de surface totale qui offrent la possibilité d’une future extension, trois mille mètres carrés de zone de stockage sous couvert à plus de onze mètres de hauteur, cinq cents mètres carrés de bureaux administratifs et commerciaux, pouvant être décloisonnés et modulables à souhait…l’ancien cadre professionnel qui a accueilli durant quatorze ans l’entreprise GEC DIFFUSION peut se comparer à un somptueux écrin qui n’attend plus que son retour en grâce opérationnel après la cessation d’activité de l’entreprise originelle qui l’a occupée depuis son édification.

Propriété de l’ancien dirigeant de cette SAS qui a cessé son fonctionnement en juin 2017, Eric BAUBY, le site est mis en vente depuis peu. L’offre tarifaire initiale se situe à trois millions d’euros hors taxes. Une enveloppe budgétaire se justifiant pour l’ex-entrepreneur, aujourd’hui retiré des affaires, qui consacre son emploi du temps à d’autres préoccupations plus enclines avec ses sensibilités actuelles dont la pratique du tennis.

« L’édifice comprend des zones de pavement avec du marbre, précise l’ancien responsable de cette SAS de gros qui a employa jusqu’à une quinzaine de collaborateurs in situ, les zones de bureaux sont toutes équipées pour recevoir les dernières technologies inhérentes au multimédia ou à la téléphonie… ».

Une immersion au cœur de ce bâti à l’état quasi neuf

Jouant les guides, Eric BAUBY nous fait découvrir pièce par pièce l’ensemble de cet édifice étonnant où les possibilités d’aménagement sont nombreuses.

Les quatre quais de débarquement, placés de manière latérale, rappellent que l’accès aux poids lourds est ainsi facilité.

« Ce type de complexe conviendrait idéalement bien à une structure professionnelle spécialisée en logistique, dans la distribution commerciale, voire dans le transport, argumente le propriétaire.

Clôturé, sécurisé, ergonomique, doté d’une pointe d’esthétisme dans le choix de ses coloris et de ses équipements (zones bureaux, sanitaires…), le site présente de sérieux atouts qui pourraient séduire un entrepreneur de l’Yonne en voie de développement et en quête d’agrandissement. Voir, pourquoi pas, d’une structure francilienne qui désirerait profiter de la présence de cette zone industrielle en province, posée à quelques kilomètres d’un embranchement autoroutier.

Le sérail économique de l’Yonne a pris acte depuis peu de la décision irrévocable d’Eric BAUBY de céder ce bien, quasi unique dans le giron artisanal et industriel aujourd’hui. Les chambres consulaires et les structures favorables à l’essor de l’attractivité de notre territoire ne peuvent rester indifférentes à cette offre qui devrait trouver preneur, en y mettant le prix, dès que possible…

Donner le goût et l’envie aux jeunes générations de s’immerger le plus tôt possible au plus près des emplois offerts par la filière de l’industrie correspond à une nouvelle quête du Pôle Formation Nièvre Yonne. Une initiative judicieuse qui se traduit sous la forme d’ateliers découverte où, lors de séances pédagogiques de trois heures, un public âgé de 14 ans et plus profite de sessions exploratoires au côté d’un formateur pour s’initier aux rudiments d’un métier, très recherché par les entreprises…

NEVERS : Opérationnels sur simple réservation, les mercredis et les vendredis après-midi, entre 14 et 17 heures, les Ateliers découverte à la filière de la chaudronnerie viennent de s’ouvrir dans la capitale de la Nièvre depuis peu, dans les locaux du Pôle Formation 58 89.

Encadrés par un formateur, les adolescents les plus véloces à cet exercice de découverte d’un métier peuvent s’essayer à la création et la fabrication d’une boîte. Le tout dans une mise en situation bien réelle qui permet de conforter ces jeunes gens dans un cadre environnemental le plus approprié.

Bénéficiant de trois heures d’immersion, les collégiens et lycéens travaillent à la conception d’une boîte décorative, depuis le choix du logo jusqu’à la fabrication de cette dernière en utilisant une machine de découpe laser servant à construire le couvercle. Accompagnés de leur formateur, ils ont aussi la possibilité de découvrir certains logiciels comme Solidworks.

« Nous réalisons le reste de la boîte manuellement, pour les découpes et pliages » explique Aurélien SOUDAIS, formateur au sein du Pôle 58 89 depuis sept ans, qui cherche à lutter contre les stéréotypes de l’industrie en valorisant un environnement de travail et des conditions qui ont énormément évolués.

A l’aide de véritables études de cas, analysées en cours de CAP réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage, voire en BAC pro technicien de chaudronnerie industrielle, les jeunes gens, revêtus d’un polo arborant les couleurs de l’établissement de formation départemental, seront initiés réellement au cas les plus concrets.

Membre du réseau emploi et formation de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), le Pôle Formation 58 89 qui demeure le premier réseau pédagogique privé aux côtés des entreprises industrielles milite depuis de nombreuses années en faveur de la sensibilisation des jeunes publics sur l’immense potentiel en termes de débouchés et d’emplois offert par le secteur de l’industrie en France.

Les inscriptions peuvent se prendre auprès de Charline MOREAU, du Pôle Formation 58 89, au 03.86.59.73.88.

En 2018, le budget régional en faveur de l’Economie sociale et solidaire s’élève à 8,6 millions d’euros. Cinq millions d’euros sont également consacrés au développement de la vie associative. En 2017, toutes politiques confondues, la Région a accordé 173,2 millions d’euros à huit cents associations et à vingt-quatre coopératives, soit 13 % du budget régional. Preuve que l’organisme institutionnel désire jouer les premiers rôles en matière de développement économique sur le territoire. Il se devait de réunir le premier Comité stratégique de l’ESS afin de renforcer le dialogue avec l’ensemble de ses partenaires…

BESANCON : La capitale de la Franche-Comté a été le théâtre début avril de la première réunion, voulue par la présidente de la Région Marie-Guite DUFAY, entre la vénérable institution et les représentants de l’Economie sociale et solidaire du territoire.

Objectif de cette rencontre qualifiée d’importante : l’institutionnalisation d’un dialogue nourri et constructif avec les têtes pensantes de cette nouvelle économie. A raison d’un rendez-vous tous les semestres, ces échanges apporteront de la souplesse et favoriseront la proximité entre la collectivité régionale et les acteurs de l’économie sociale et solidaire.

En charge de ce portefeuille, Denis HAMEAU, vice-président de la Région Bourgogne Franche-Comté et Francis COTTET, conseiller régional ayant à gérer l’innovation sociale, se sont entretenus avec une vingtaine de représentants de ces structures qui développent la pratique de ce type d’économie. On notait aussi la présence de la Chambre régionale de l’ESS (CRESS), l’Union régionale des sociétés coopératives et participatives (URSCOP), le secteur de l’aide à domicile, le réseau France Active, ou encore la Fédération des entreprises d’insertion et le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves).

La nécessité d’une écoute attentive et constante…

Dans l’absolu, le comité a brossé le bilan de l’action régionale depuis le début de la mandature tout en recueillant les attentes et les besoins d’adaptation de l’écosystème de l’ESS. Quant aux élus, ils ont ensuite souhaité entendre les réseaux sur les dynamiques collectives qu’il convient de lancer ou d’accélérer. Il a aussi été question de l’accélérateur national de l'innovation sociale et l'initiative « French Impact », lancés par le gouvernement en janvier 2018, de l’action en faveur des mobilités solidaires et inclusives en particulier dans les territoires ruraux, et de la finance participative et citoyenne.

Pour Denis HAMEAU, « Le développement de l’ESS nécessite une écoute attentive et une innovation constante dans les rapports que la Région entretient avec les acteurs, que ce soit les entrepreneurs sociaux, l’aide à domicile, les investissements structurants, la promotion de ce qui se fait et qui fonctionne… ».

Puis, l’élu de poursuivre ses propos en insistant sur le fait que « la Région souhaite également « sans sortir des cadres, avoir une plus grande agilité sur certains sujets, comme le lien avec les outils nationaux, la lutte contre les « zones blanches » de mobilité ou bien encore l’appropriation des moyens de la finance solidaire par nos territoires ».

Prochaine rencontre de ce comité stratégique à l’automne 2018. Peut-être à Dijon ?

Dans la catégorie « meilleure campagne de publicité de l’année 2017 conçue par un organisme public », la région Bourgogne Franche-Comté a su tirer les marrons du feu à son profit en obtenant une récompense nationale, se classant sur la troisième marche d’un podium pourtant très relevé. Les organisateurs des Trophées de la Communication ont salué ainsi la qualité et les aspects insolites de cette campagne déclinée à la puissance quatre par les partenaires départementaux de Bourgogne, Côte d’Or Tourisme, Destination Saône et Loire, Nièvre Tourisme et Yonne Tourisme…Recevant chaque année huit cents dossiers de candidature répartis sur une trentaine de catégories, ces Trophées concoctés par WEXCOM avait déjà honoré notre territoire la saison dernière avec la délivrance du premier prix pour la création du magazine, « Designed by Bourgogne »…

CANNES : Elaborée avec beaucoup de clin d’œil humoristiques faisant référence de manière subtile aux œuvres mémorables du septième art, la campagne publicitaire, vantant les richesses patrimoniales de Bourgogne Franche-Comté, a su convaincre le jury national des Trophées de la Communication, édition 2017, qui ont profité d’une remise de prix, organisée dans la capitale européenne du cinéma à Cannes, de manière positive.

Conçue par l’agence de communication « SIGNE DES TEMPS », cette campagne a fait mouche dans les esprits des spécialistes qui ont ainsi apprécié les outils créés à cette occasion pour promouvoir l’art roman, la passion de la navigation fluviale, les traditions de l’authenticité du Morvan ou encore l’omniprésence de la viticulture.

Circulant abondamment, et ce depuis plusieurs mois sur les réseaux sociaux et sur le multimédia, affiches et vidéos ont surpris par leurs références parodiques au cinéma, à l’instar de leurs appellations : « Pretty Romane », « Le seigneur des canaux », « Vin mille lieux sur les terres » ou encore le délicieux « Autant en emporte le Morvan » !

Une approche décalée des richesses de la région qui a plu au public…

Cette reconnaissance nationale arrive à point nommé, selon le président de Bourgogne Franche-Comté Tourisme, Loïc NIEPCERON, traduisant ainsi la complémentarité collaborative entre la région, et les départements ayant contribué au succès de cette opération. Ensemble, ces cinq partenaires ont décidé de travailler sur le contenu dynamique d’une nouvelle stratégie de communication, déclinée dans le cadre d’un collectif marketing partagé. Ce programme d’actions, désigné sous la marque « Designed by Bourgogne », a été activé afin de valoriser et de renforcer l’image et la compétitivité de la destination Bourgogne à travers la France.

Il s’agira, concrètement, d’attirer davantage de clientèles franciliennes et lyonnaises sur notre territoire, en particulier lors de courts séjours. La stratégie s’appuiera sur une politique de communication digitale et l’optimisation des réseaux sociaux. Grâce à ces évolutions, déjà testées, la page Facebook Bourgogne Tourisme a déjà dépassé le cap des 100 000 visites en 2017. Quant aux campagnes digitales connexes, elles affichent de très bons résultats, prouvant ainsi que la stratégie s’avère payante.

L’année dernière, au printemps, l’habillage d’un hall de la gare de Lyon à Paris durant une quinzaine de jours avait largement été aperçu par les personnes empruntant le réseau ferroviaire ou le métro. Le mobilier urbain de Lyon avait lui aussi accueilli cette campagne. A l’automne, des clips vidéo d’une vingtaine de secondes durant six semaines avaient inondé les bandes annonces des séances cinématographiques proposées dans la capitale et dans la grande métropole de la région Auvergne Rhône Alpes.

Deux agences de communication nationale, WE LIKE TRAVEL et MEDIAVEILLE, partenaires de SIGNE DES TEMPS, avaient été sélectionnées pour contribuer à la réussite de ce plan de communication de bon aloi. Un plan significatif qui aura finalement été plébiscité au niveau national…

Page 1 sur 25
Bannière droite accueil