Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

La Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) fait front commun aux côtés du fournisseur d’énergie, EDF, dans sa lutte contre toutes les formes de précarités qui affectent les foyers en indélicatesse sociétale. Alors que la fragilisation énergétique englobe plus de 5,5 millions de nos concitoyens selon les ultimes statistiques de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), la maîtrise et la réduction de la facture d’énergie sur ces ménages en proie aux difficultés s’annoncent prioritaires. Mieux informer et accompagner les personnes les plus démunies devient une ligne de conduite que veulent s’approprier pleinement les deux signataires de la convention de partenariat en faveur de milliers de bénéficiaires…

DIJON (21) : Novateur. Altruiste. Respectueux. L’engagement mis en place depuis le 01er janvier 2018 qui unit la Carsat de Bourgogne Franche-Comté  à EDF Région Est s’inscrit dans une pure action d’éco-citoyenneté favorable aux utilisateurs les moins argentés de la consommation d’énergie. Cette mutualisation de bons sentiments et de dispositifs appropriés concerne les personnes ayant de faibles ressources, ce qui les place de facto en situation de fragilité sociale.

Partant d’une réciprocité bien ordonnée, la Carsat et EDF ne font que se rapprocher en matière de stratégie vers cette population parfois en déshérence financière et sociale. L’année dernière, les services ad hoc de la caisse d’assurance retraite et de la santé au travail s’employaient à soutenir avec efficience près de 29 000 personnes fragilisées socialement. De son côté, EDF Région Est ne restait pas en retrait sur cette thématique solidaire en faisant bénéficier auprès de 5 635 foyers d’une aide au paiement des factures par le Fonds de solidarité logement (FSL), un dispositif national auquel contribue financièrement le fournisseur d’énergie au même titre que d’autres donateurs. Peuvent participer à ce financement les collectivités territoriales et leurs groupements, les bailleurs sociaux du département, les associations qui interviennent dans le cadre du logement et l’insertion sociale ainsi que les opérateurs de services téléphoniques, les distributeurs  d’eau et d’énergie à l’instar d’EDF par convention avec leurs représentants…

Ne plus cumuler précarité énergétique et précarité sociale

Aider les ménages précaires à contenir leurs dépenses énergétiques suppose de l’écoute, de la prévention et de l’information. C’est le rôle que veulent jouer ensemble les deux partenaires qui se sont retrouvés ce lundi 12 février au siège de la Carsat à Dijon lors de la signature officielle de ces documents. Directeur du développement territorial EDF Bourgogne, Rémy COMBERNOUX évoquait les contours objectifs de cette aide précieuse prodiguée à l’attention d’une cible soumise aux aléas de la précarité sociale. Cette mise en commun du savoir-faire, partagé avec les responsables de la Carsat, conforte ce choix stratégique devant rapidement porté ses fruits. Une explication de texte qui fut largement commentée par le correspondant du pôle Solidarité EDF en Bourgogne Franche-Comté, Thierry FOUSSET.

Entérinée pour douze mois, mais probablement reconduite sur une période de trois ans, cette convention régionale, à l’instar de celles qui ont été déjà paraphées dans d’autres contrées de l’Est de l’Hexagone, a pris effet dès le début de l’année.

Ce ralliement opérationnel entre les travailleurs sociaux de la Carsat et les professionnels du fournisseur d’énergie se traduira par des échanges tous azimuts en matière de formations et d’informations. Fonds de solidarité logement (une enveloppe de 707 700 euros a été versée l’année dernière sur le territoire), dispositifs de facturation et de relance pour impayé, vulgarisation autour du portail Internet solidarité EDF, connaissance de la pratique des gestes qui permettent de garantir des économies…représentent autant d’auxiliaires positifs déclinés par EDF et adressés aux populations qui en ont le plus besoin.

Réciproquement, les travailleurs sociaux de la Carsat feront de la pédagogie auprès des publics en difficultés sur la compréhension et la lecture d’une facture, le développement des éco-gestes, l’accompagnement des clients d’EDF ayant recours à leur service, etc.

Le chèque énergie, un précieux sésame pouvant répondre aux besoins

Attribué par l’Etat et adressé par courrier aux bénéficiaires selon le revenu fiscal et la composition du foyer, le chèque énergie permet de payer l'ensemble des factures liées aux moyens de chauffage. Il offre à ses utilisateurs les possibilités de pouvoir honorer tout ou partie de leurs factures d’énergie de type électricité, gaz, bois, GPL, fioul domestique, biomasse et de tous combustibles destinés au chauffage ou à la production d’eau chaude. Il ne peut être utilisé pour payer son plein d'essence.
Ce moyen de paiement offre certaines protections : l’ouverture gratuite de contrat si emménagement dans un nouveau logement, la réduction de 80 % des frais d’intervention pour impayé, le maintien de la puissance souscrite en cas de difficultés pendant la période hivernale ou encore des relances beaucoup plus espacées pour régler les factures impayées. Les critères d’éligibilité sont simples : s’acquitter de la taxe d’habitation et déclarer un revenu fiscal de référence inférieur à 7 700 euros pour l’ensemble du ménage. Pour savoir si l’on peut être bénéficiaire de ce dispositif : consulter chequeenergie.gouv.fr…

Enfin, et pour être tout à fait complet sur ce dossier, des conseils en rénovation de biens immobiliers peuvent être récupérés en consultant le site spécifique mis en ligne par EDF (https://travaux.edf.fr/construction-et-renovation) : la présence de différents simulateurs permettent de mieux cerner les aides et les subventions pour les travaux dont on peut être bénéficiaire sous certaines conditions.

Lors de la joute initiale, durant la phase des matches « aller », l’AJ Auxerre avait su disposer du FC Lorient sur la plus petite des marges bénéficiaires, grâce à un score étriqué d’un but à zéro. Samedi à 15 heures, les protégés de Pablo CORREA renouvelleront-ils l’exploit en terre d’Armorique face à une grosse cylindrée de la Ligue 2 qui n’aspire qu’à retrouver l’élite ? Occupant une prometteuse douzième place qui peut leur permettre de rêver de clore ce championnat sur une excellente dynamique, et confirmer celle entamée depuis le début de l’année imputable à la venue du coach franco-uruguayen, les footballeurs de l’Yonne ne partent pas battus. Loin de là : ils ont d’incontestables atouts à faire valoir.

AUXERRE : « Aujourd’hui (vendredi 16 février), il y a deux bonnes nouvelles qui apparaissent à mes yeux : le retour du soleil et le fait que BARETTO ait pu évoluer sur le terrain en reprenant l’entraînement. Même s’il n’est pas encore apte à intégrer pour l’heure la composition d’une feuille de match… ».

Souriant, détendu, et confiant, le coach auxerrois brosse en quelques mots de bienvenue la tendance actuelle du côté du mental de ses hommes avant le délicat déplacement de l’AJ Auxerre en terre bretonne.

Jouer au FC Lorient ne s’apparente guère à une partie de plaisir, loin s’en faut. Surtout que les Bretons n’ont pas caché leur intention de tenter le tout pour le tout dans cette ultime ligne droite pour recoller au peloton de tête et rejoindre les prétendants à l’accession directe, voire au match de barrage opposant le troisième du classement au dix-huitième de Ligue 1.

Comptant dix points d’écart par rapport aux Bourguignons, le FC Lorient, septième,  devra néanmoins se débarrasser, certes sur sa pelouse, du trublion de ce début d’année, l’AJ Auxerre.

Des joueurs en confiance peuvent réaliser un joli coup…

Pour Pablo CORREA, aucune alternative n’a de sens si ce n’est la victoire. Péremptoire, il explique lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match que ses joueurs doivent apprendre à se mesurer à de telles équipes, celles des cadors qui jouent le gain de la partie à chaque rencontre.

Après l’AC Ajaccio, cette opposition présente de réelles similitudes. « Nous devons être dans la performance et ne pas nous poser trop de questions… ».

Invaincue en championnat depuis le début de l’année, l’AJA éprouve en revanche de sérieuses difficultés pour vaincre les équipes de haut de tableau. Manque de confiance, crainte de l’adversaire ?

« Il faut mettre les joueurs en confiance, c’est mon objectif, répond Pablo CORREA, et continuer à travailler pour espérer ramener un bon résultat de ce déplacement ».

Le soleil est de retour et le coach franco-sud-américain rêve de victoire et d’un joli coup ce samedi à 15 heures. Il faudra patienter près de deux heures avant que cette rencontre passionnante ne livre son verdict…

Le chanteur du groupe corse, I MUVRINI, était de passage au Silex d’Auxerre ce lundi 12 février à l’invitation de Bernard DAVID, directeur du Centre de formation du club de football de l’Yonne. Deux heures durant, Jean-François BERNARDINI a évoqué face à la jeunesse sportive de l’Yonne le respect de l’autre et les bienfaits de l’altruisme en dénonçant les violences qui banalisent notre quotidien. Y compris dans le milieu du sport.

AUXERRE : Devenir un véritable acteur, voire un artisan besogneux, de cette noble cause que représente la lutte contre les excès de violence autour de nous. Tel était l’enjeu principal de cette causerie proposée dans le cadre des actions de formation menées auprès des futurs professionnels du Centre de formation de l’AJA par le chanteur de l’Ile de Beauté.

Plus connu en qualité de leader charismatique de la fameuse formation qui sillonne la France entière en interprétant des airs traditionnels, Jean-François BERNARDINI a voulu témoigner des dangers occasionnés par cette violence gratuite qui pollue toutes les strates de notre société. Le sport n’étant pas épargné par ces phénomènes en forte recrudescence.

Par le biais de sa fondation « UMANI », le chanteur a illustré ses propos passionnants en puisant ses références explicatives parmi les neurosciences, la psychologie mais également en analysant des faits concrets ayant émaillé l’actualité des faits divers. Un discours riche et vrai qui a eu comme conséquence d’inciter les joueurs et les éducateurs présents à une utile réflexion sur les comportements de l’humain en ce XXIème siècle.

Plusieurs personnalités politiques et institutionnelles du territoire Icaunais assistèrent à cette conférence qui aura ouvert le temps d’un après-midi à davantage de réflexion de la part des participants…

Acteur clé de la Silver économie, la jeune start-up de Joaquim TAVARES propose un accompagnement personnalisé aux seniors en quête d’un habitat ergonomique et fonctionnel qui répond à leurs attentes. Une offre de service spécifique s’ajoutera aux quatre formules standards déjà commercialisées par cette plateforme multimédia et interactive. Offre dont bénéficieront désormais en exclusivité les sociétaires de l’assureur mutualiste régional après la mise en exergue de ce partenariat novateur. Dès le second trimestre, la formule validée par Vincent COUSIN, directeur financier de GROUPAMA Paris Val de Loire et Jacques BLANCHOT, directeur d’établissement de l’Yonne, gagnera du terrain et s’étendra sur les treize autres départements que compte la Caisse régionale de ce professionnel de l’assurance et de la prévoyance…

JOIGNY : Soutenue par l’antenne régionale de BPI France en Bourgogne Franche-Comté, la jeune start-up native du 05 juillet 2016 jouit déjà d’un gage de sérieux et de qualité auprès des établissements visités.

A l’aide de sa plateforme collaborative et surtout comparative du logement senior, PAPYHAPPY (la bien-nommée) ne cesse de progresser, employant une équipe de huit collaborateurs. Plébiscitée en 2017 (Silver Show et AG2R La Mondiale), l’entreprise dirigée par Joaquim TAVARES, un entrepreneur visionnaire, a étendu depuis ses services à l’accompagnement personnalisé.

Outre son territoire de prédilection, la structure de Joigny accompagne les familles et les seniors en quête d’un logement propre à leurs besoins en Bretagne et en région Provence Alpes Côte d’Azur.

Or, cette nécessité de décliner une prise en charge qualitative des seniors en France, notamment au niveau de l’habitat, a fait tilt dans les esprits du futur partenaire mutualiste. Une idée a germé. Créer une offre exclusive destinée aux sociétaires de GROUPAMA Paris Val de Loire, soit un vivier de 300 000 personnes.

Un partenariat qui s’élargira aux 14 départements sous influence de GROUPAMA Paris Val de Loire…

Il n’en fallait pas davantage pour que les deux enseignes unissent leurs atouts et leurs compétences dans ce concept les associant. Partageant les mêmes valeurs de proximité et d’engagement, Vincent COUSIN, Jacques BLANCHOT et Joaquim TAVARES prenaient la judicieuse initiative de parapher la convention de partenariat officialisant leur accord.

« Nous nous engageons à apporter notre soutien aux familles et aux seniors, explique Jacques BLANCHOT, et de les guider dans leur choix afin de leur permettre de trouver la résidence idéale… ».

La première des neuf entités régionales de l’assureur mutualiste dont l’ancrage est au cœur des territoires, a donc entériné ce processus collaboratif le 05 février dernier.

Mais, ce partenariat insolite devrait très vite se déployer à l’ensemble des autres départements de la caisse régionale qui comprend des territoires à forte densité comme ceux de l’Ile de France dont Paris mais aussi le Loiret, le Loir et Cher, l’Oise ou la Somme.

AUXERRE : Parce que la petite commune icaunaise décline auprès de ses administrés une politique favorable au développement durable, le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne (SDEY), sous la houlette de son président Jean-Noël LOURY, a décidé de décerner la Marianne du développement durable à l’élue, Delphine GRIFFON, lors de la cérémonie distinctive qui a clôt l’assemblée générale de l’Association des maires de France à Auxerre.

La réhabilitation d'assainissements individuels non collectifs réalisée grâce à l'obtention d'une subvention est à l’origine de ce plébiscite honorifique de la part du syndicat départemental d’énergies.

Obtenant des subventions de l’Agence de l’eau Seine-Normandie, le conseil municipal de cette bourgade d’une quarantaine d’habitants localisée dans le Tonnerrois a pu ainsi réhabiliter quarante et une habitations. Une initiative qui méritait bien un coup de pouce médiatique et les encouragements du SDEY…

 

 

Page 1 sur 25
Bannière droite accueil