Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Les secondes rencontres « Prospective du bâtiment » se dérouleront dans l’auditorium de la Maison du Bâtiment ce jeudi 26 avril en matinée. Concoctée avec la filière Génie civil de l’IUT d’Auxerre, cette manifestation a pour objectif de favoriser les échanges entre les représentants professionnels de ce secteur économique et les étudiants de deuxième année ayant opté pour ce cursus proposé par l’antenne départementale de l’Université de Bourgogne…

AUXERRE : Office Auxerrois de l’Habitat, Communauté de l’Auxerrois, GEBAT, EIFFAGE TP, MICHEL SA, BET ou C3B…toutes ses structures institutionnelles et professionnelles ont répondu positivement à l’invitation de la délégation départementale de la Fédération du bâtiment de l’Yonne qui proposera la seconde édition de cette démarche prospective en milieu de semaine à Auxerre.

Opportunité judicieuse de pouvoir tisser des liens avec les entrepreneurs, et de connaître les réalités potentielles de ce marché économique qui renoue avec l’optimisme après presque une décennie de souffrance imputable à la crise propagée depuis 2008, cette rencontre sera placée sous le sceau du dialogue constructif et de témoignages variés.

Les étudiants de seconde année de l’IUT Génie civil ne manqueront pas de questionner les acteurs de l’économie ayant répondu présent sur la prospective de ces métiers si spécifiques et indispensables à la croissance économique de notre pays.

Peut-être sera-ce aussi l’occasion pour une entreprise locale de rencontrer un futur collaborateur qui rejoindra les effectifs une fois le cycle d’étude terminé ?

Trois séries d’échanges seront ainsi proposées avec les entrepreneurs, les maîtres d’œuvre et les maîtres d’ouvrage…

Alors que ce segment particulier des activités de l’aéronautique a enregistré une progression de 70 % en l’espace d’une année sur la seule zone aéroportuaire d’Auxerre Branches, le comité de pilotage de l’Aéroclub d’Auxerre propose la création d’un groupement d’intérêt économique (GIE) auprès du tissu entrepreneurial de l’Yonne pour que les décideurs puissent bénéficier de facilités au niveau des transports aériens, moins chronophages dans leurs précieux emploi du temps, en acquérant des parts de propriété dans des aéronefs…

AUXERRE : L’idée a été suggérée par le président de l’Aéroclub d’Auxerre, Eric LUCOT face à un parterre de chefs d’entreprises de notre territoire. Fera-t-elle boule de neige dans les esprits au cours de ces prochaines semaines ?

Toujours est-il que la proposition n’a rien de saugrenue à plus d’un titre pour éradiquer et contourner les difficultés de transport qu’observent de plus en plus les dirigeants et cadres d’entreprises qui doivent faire preuve de mobilité dans l’optimisation de leur déplacement d’affaires.

Devant la récurrence des mouvements sociaux imputables aux sautes d’humeur des employés du secteur ferroviaire et face à la dangerosité en termes d’accidentologie applicable aux routes de France, qui plus est pour le réseau secondaire qui connaîtra une nouvelle évolution au 01er juillet prochain de sa réglementation drastique avec leur limitation à 80 km/h, les cadres et entrepreneurs optent volontiers pour le transport aérien. Facilitant ainsi l’essor de l’aviation d’affaires qui a enregistré une très nette évolution à la hausse l’année dernière sur l’ensemble des aéroports et aérodromes de l’Hexagone.

Réduire considérablement les coûts d’exploitation du système…

Le montage d’un GIE posséderait un atout majeur, si plusieurs entreprises de l’Yonne souhaitaient se rallier à la cause soumise par les responsables de l’Aéroclub local, réduire les coûts, voire les mutualiser entre partenaires professionnels.

« Il s’agirait même, explique Eric LUCOT, de personnaliser l’initiative au niveau de ces entreprises. En intégrant un groupement d’intérêt économique, chacune pourrait être en possession en qualité de propriétaire d’une part d’un avion qui assurerait leurs déplacements depuis l’aéroport d’Auxerre Branches. Et de répartir équitablement la charge inhérente à l’acquisition de ce bien, le suivi de sa maintenance et de s’acquitter des frais de son pilote… ».

Evoluant en vol privatif, l’engin devenu copropriété de différentes entreprises régionales pourrait évoluer à sa guise et à toute période sur le territoire français, et même par extension vers l’ensemble des pays européens si le pilote possède une homologation liée à sa maîtrise de la langue anglaise. Ce qui est majoritairement le cas aujourd’hui dans ce sérail.

Statistiquement, plus de 50 000 pilotes privés (professionnels et amateurs) sont à l’heure actuelle recensés en France, pour un parc estimé de 12 000 appareils. Certains de ces engins pouvant dépasser les 500 km/h : on imagine aisément l’aisance rencontrée lors de longs trajets.

Ces nouvelles pratiques aériennes nous viennent des pays anglo-saxons et commencent à interpeller le tissu des PME/PMI. Le ticket d’accès à la pratique de ces vols aériens privatifs peut s’avérer onéreux. C’est pourquoi les responsables de l’Aéroclub d’Auxerre proposent de contourner l’obstacle tarifaire par le biais de la mutualisation et du partage entre adhérents d’un groupement d’intérêt économique. Une idée qui pourrait faire son petit bonhomme de chemin dans les semaines à venir dans le nord de la Bourgogne…

Insolite, le concept, encore peu usité en Bourgogne Franche-Comté, s’inscrit parmi une tendance modale actuelle qui recense aujourd’hui de plus en plus de disciples auprès de la génération estudiantine. Entre amis, en famille, en solo mais également au sein d’une équipe issue d’une entreprise, le « CRAZY RACE FESTIVAL », premier du nom dans l’Yonne, pourrait réunir jusqu’à 4 000 participants au cours du premier week-end de septembre à Auxerre. Conçue par la jeune structure professionnelle « RUN IN THE WOLRD », la manifestation présentera une agréable manière de concilier ambiance musicale de bon ton avec une série de concerts et quatre épreuves physiques selon les principes attrayants de parcours d’obstacles à franchir, tout en étant aspergé de jets de substances colorées qui apporteront une dose de fun supplémentaire à cet incroyable évènement…

AUXERRE : Des difficultés physiques à résoudre sous la forme représentative d’obstacles en partie aquatique cimenteront deux des quatre circuits initiés par les organisateurs de la « CRAZY RACE FESTIVAL » à l’automne prochain dans l’Yonne. Haute en couleur et forte en énergie à déployer pour se soumettre à ce parcours du combattant d’une nouvelle ère, cette compétition inédite fera halte du 07 au 09 septembre sur un périmètre suffisamment important pour accueillir un concentré d’activités en un même et unique site.

Un concept aux origines américaines…

Imaginé à Phoenix en Arizona dès 2012, le concept de ces « CRAZY RACE », que l’on peut traduire littéralement par « courses folles », ne s’apparente pas à quelque chose vécue à l’ordinaire. Etre aspergé de produits colorés au départ de l’épreuve ou lors d’un passage crucial sur le parcours sélectif confère ce côté particulièrement déjanté que recherchent les férus de cette nouvelle catégorie de courses, pas encore officialisées comme épreuve olympique. Dommage, au vu des clichés originaux pouvant être réalisés sur le podium lors des cérémonies protocolaires !

Accessibles à tous, à partir de 16 ans, ces quatre compétitions offriront des profils différents selon ses aptitudes à pouvoir affronter le kilométrage (la « Mud Race » grand public) où choisiront de concourir des participants ragaillardis par la distance (13 kilomètres) et la qualité des obstacles (une trentaine à surmonter). Même les personnes invalides auront la possibilité de s’exercer à ces nouvelles techniques en s’inscrivant à la « Color Race », distante de sept kilomètres mais pleine de joie avec ces jets de coloris multiples qui auréoleront tel un curieux arc-en-ciel les compétiteurs en maculant leurs t-shirt et leurs visages.

Concoctés à base de fécule de pommes de terre, les produits colorés servant de trame cocasse à cette célébration de l’art de vivre et du bien-être dans sa tête et dans son corps ne présentent naturellement aucune toxicité pour les concurrents.

Quant à la présence d’artistes, elle apportera une connotation culturelle et ludique à cet évènement. Notamment avant chaque départ de courses.

Formations musicales du cru, une vingtaine de groupes ont été sélectionnés par la structure organisatrice afin de présenter une palette éclectique de morceaux, oscillant entre rock’n’roll, variété, hip-hop, etc. Pour couronner le tout, dans une ambiance de grand-messe conçue à l’air libre, une « pasta party géante » proposera dès la soirée inaugurale le vendredi 07 septembre le plein d’énergie nécessaire à tous les participants et les suiveurs.

Une agence de communication événementielle opérationnelle dans l’Yonne

Porteur de ce projet de taille, Frédéric BATHREAU, jeune entrepreneur de 21 ans natif d’Auxerre, sportif très affûté (licencié au club d'athlétisme de l’US Toucy Charbuy où il a collectionné les titres de gloire), a décidé tout bonnement de joindre l’utile à l’agréable en se recentrant de manière professionnelle sur sa passion immodérée du sport. Même s’il poursuit en parallèle des études de gestion par correspondance auprès du CNED.

Il convertit cette option en ouvrant une EURL dès 2016, avant de la transformer juridiquement en SARL. Durant cette période, sa structure, « RUN IN THE WORLD » (courir dans le monde) prend ses marques en…Afrique !

Au Gabon, où le garçon apporte déjà sa plus-value ingénieuse à la conception du semi-marathon de Libreville. Puis, au Sénégal, pour le même type d’intervention à Dakar.

Mais, le marché africain n’est pas le seul, et c’est bien légitime, qui l’attire. Frédéric concentre alors ses activités sur la propre création d’événementiels populaires à l’instar de cette « CRAZY RACE FESTIVAL » dont il peaufine avec l’aide de partenaires extérieurs les rouages pratico-pratiques et conceptuels (l’agence de communication icaunaise COMMUNIK & VOUS).

Côté sponsors, la jeune entité reçoit les soutiens de quelques partenaires déjà inconditionnels à l’idée de ce concept novateur : BIG MAT GOURMAND, JEANNIN Automobiles, DOMANYS, V&B et aussi RABASKA OUTDOOR, une société indépendante de distribution d’articles de sport haut de gamme qui installera prochainement sa première vitrine commerciale dans l’Yonne aux Bréandes à Perrigny courant juillet.

Opéré d’une double hernie discale en 2015, Frédéric BATHREAU revoit alors ses objectifs sportifs personnes à la baisse. Mais pas ceux des autres qu’il adore accompagner grâce à ces manifestations sorties de son imaginaire.

« Ce projet va faire d’Auxerre la référence au plan national sur un grand quart nord-est, précise le jeune homme, demain, ce concept se déclinera dans d’autres régions de l’hexagone. Plusieurs contacts sont déjà en cours de négociation pour créer un maillage unique autour de cette thématique… ».

Un budget important et des opportunités à l'emploi…

Si le coût d’inscription à ces épreuves induit un débours par coureur de 27 à 79 euros selon la catégorie et les diverses offres packagées existantes dans le modèle économique, RUN IN THE WORLD n’a pas hésité à recourir aux attraits bénéfiques du sponsoring pour développer son business plan opérationnel. Cerise sur le gâteau, une « Mud Race » spécifique aux entrepreneurs sera organisée durant ces trois journées. Avec un vrai challenge mis en jeu à la clé.

Au plan démonstratif, un village entreprises accueillera sous la forme de stands toutes les entités ayant coopéré au projet.

Mais, c’est aussi au niveau de l’emploi que ce concept pour le moins inattendu portera ses fruits. Une cinquantaine de postes ponctuels seront ainsi présentés à des volontaires désireux assurer la partie logistique et technique de cet événement.

RUN IN THE WORLD recrute, en effet, quatre chefs de projet et du personnel devant gérer le ravitaillement, la remise des dossards, la signalétique et d’autres tâches du même acabit. Les étudiants mais aussi les demandeurs d’emploi sont donc les bienvenus.

Quant aux inscriptions, elles se boucleront de manière définitive au 02 septembre. Enfin, pour asseoir sa communication territoriale, Frédéric BATHREAU assurera des permanences physiques dans la galerie marchande des CLAIRIONS à Auxerre en juin, afin de promouvoir du mieux possible le premier rendez-vous de ce concept révolutionnaire à vivre cet été dans l’Yonne…

A quelques heures de la confrontation intéressante de ce vendredi 13 avril qui opposera à domicile les protégés de l’entraîneur franco-uruguayen au sixième de ce championnat de Ligue 2, Clermont Foot, le coach des couleurs bourguignonnes a invité son onze de départ à trouver très vite le bon équilibre sur le terrain pour pouvoir dérouler son jeu offensif, parfois en manque d’inspiration.

AUXERRE : Constatant avec impuissance les aléas musculaires de certains de ses joueurs et les problèmes inflammatoires vécus par quelques autres de ces éléments, Pablo CORREA s’est prêté lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant match à une analyse technique à la veille de ce rendez-vous qui s’apparente déjà comme une belle affiche pour les aficionados du ballon rond.

Sur une lancée très prometteuse, le club auvergnat, en effet, engrange depuis plusieurs journées les succès, lui permettant ainsi de posséder un capital de 52 points non négligeables au compteur. A quatre petits points seulement de la dernière marche du podium, cette fameuse troisième place qui donne l’opportunité de rêver encore de division supérieure en étant barragiste.

Pour l’heure, les Clermontois ont un objectif à réaliser : ne pas perdre de point au stade de l’Abbé Deschamps ; et s’y possible en gagner le maximum. L’équipe du Puy de Dôme possède de sérieux arguments à faire valoir. Un avis que partage le coach Icaunais qui estime que cette formation occupe une place légitime au classement après trente-deux journées de compétition effrénée.

Question que chacun se pose : comment Pablo CORREA et ses troupes aborderont-elles ce challenge devant leur public ? Après l’excellente série orchestrée au cours du mois de janvier, le club auxerrois est entré dans un cercle plus délicat côté confiance, alternant le bon comme le moins bon, sans réelle régularité.

De réelles ambitions pour retrouver la Ligue 1…

« Nous ne sommes pas capables à l’heure actuelle de casser ce rythme, observe l’entraîneur de l’AJA, il nous faut trouver dans la performance quelque chose de régulier qui n’entame pas notre capital confiance ».

Très ennuyé de voir que parfois son équipe type perd le fil au cours de certaines rencontres (Quevilly Rouen, Gazélec Ajaccio), Pablo CORREA insiste auprès de son environnement pour tenter de trouver des solutions heureuses. Notamment sur le couloir droit où plusieurs options ont été testées.

Mais, précise-t-il avec combativité, « face à des blessures, cela ne sert à rien de pleurer, ni de focaliser uniquement sur les inconvénients. Nous devons être capables de trouver un équilibre profitable à tous ».

L’engagement pour deux saisons supplémentaires de Romain PHILIPOTTEAUX représente en revanche fortement positif pour le staff et les dirigeants du club. L’auteur du fameux triplé a décidé de prolonger cette semaine : une décision qui ne surprend pas son entraîneur.

« Cela prouve que le joueur a compris que les dirigeants se destinaient à un autre challenge pour ce club, commente Pablo CORREA, celui de l’accession à la Ligue 1, de toute évidence. L’idée est de profiter des qualités intrinsèques de ces joueurs pour postuler à la montée. L’AJ Auxerre ne peut pas se cantonner dans le milieu de tableau. En nous armant davantage, nous travaillons tous en ce sens aux côtés du président pour que les énergies soient présentes dans l’atteinte de cet objectif. La présence d’un tel élément (Romain PHILIPOTTEAUX) dans notre schéma tactique devient donc indispensable pour nous permettre d’accéder à nos ambitions… ».

En aparté de ce rendez-vous avec les médias, le coach a pu donner son avis sur la décision arbitrale légitime sur le fameux penalty qui aura tenu en haleine les suiveurs du quart de finale de la Champion’s League, opposant la Juventus de Turin au Réal Madrid, à la dernière minute du temps réglementaire…

Le Club des Hôteliers Restaurateurs Haute Bourgogne (HRHB), opérationnel depuis huit saisons, a rendu au terme d’une séance de travail dynamique ce lundi 09 avril au Relais Bernard LOISEAU à Saulieu un vibrant hommage, chargé d’émotion, à l’un de ses partenaires, engagé à 100 % dans la cause du développement touristique sur les secteurs de l’Auxois, du Morvan et du Châtillonnais : Flavien TROUBAT. Responsable de l’animation des pôles Commerce et Tourisme au sein de la chambre consulaire de Côte d’Or, celui qui fut à l’origine de cette structure, aujourd’hui bien huilée, et qui demeure l’un de ses rouages très actifs s’est vu épingler au revers de sa veste la médaille de bronze du Tourisme par la représentante de l’Etat…

SAULIEU (Côte d’Or) : La lecture des actions menées par Flavien TROUBAT depuis les origines de la structure associative qui fédère aujourd’hui les professionnels du tourisme dans cette zone géographique intéressante n’en a été que flatteuse.

La présidente de Côte d’Or Tourisme Marie-Claire VALLET a pris soin de rappeler les étapes successives et marquantes de la carrière de ce cadre de la chambre consulaire départementale qui, au fil de ses missions, s’est totalement investi pour que vive et croisse ce généreux projet, celui de rassembler sous une identité et des objectifs communs les exégètes de ce segment économique fondamental pour le territoire bourguignon.

Améliorer les offres de service et de prestations déclinés par les établissements issus de l’hôtellerie, de l’hébergement et de la restauration, était le leitmotiv originel de la constitution de cette structure, présidée à l’heure actuelle par Gérard COUPAT, le propriétaire de l’Hôtel de l’Ecu à Montbard.

L’art du réseau et la mise en place de déclinaisons optimales pouvant le régénérer à tout instant à l’aides d’outils intelligents et de communication très calibrée intègreront la stratégie de ce décisionnaire actif, ayant rejoint la CCI de Côte d’Or, en 2006.

Tout acquis à la cause de l’attractivité territoriale par le tourisme…

Veille et conseils autour du secteur de l’activité touristique, développement de rencontres business to business, création de l’une des belles vitrines du club avec le traditionnel « Dîner des Chefs », optimisation des visites via le passeport « Séjour », visualisation des adhérents grâce à des cartes touristiques spécifiques, élargissement vers les professionnels de la Nièvre et de l’Yonne…Flavien TROUBAT n’aura pas ergoté sur les moyens à mettre en œuvre pour optimiser un plan d’action qui s’avère désormais efficace !

En outre, ce passionné de photographie, est lui-même souvent sollicité par les professionnels avec lesquels il collabore pour apporter un témoignage exigeant et novateur grâce à sa propre perception des images qu’il réalise.

Il était donc légitime, fort de ces bagages, que le « Monsieur Commerce et Tourisme de la CCI de Côte d’Or », sous le regard bienveillant de son président Xavier MIREPOIX, reçoive une récompense honorifique majeure : la médaille de bronze du tourisme français. Sous les applaudissements nourris d’une assistance qui a approuvé ce geste mémorable…

Page 1 sur 32
Bannière droite accueil