Soutenir et aider les personnes en situation de handicap, désireuses d’exercer une activité physique au sein d’une association sportive. C’est le message fort qu’ont voulu adresser les trois élus de l’équipe municipale d’Auxerre présentes ce mercredi après-midi lors de la remise de dix fauteuils au HBCA, le club de handball de la ville…

AUXERRE : Déclinés dans deux configurations chromatiques (vert et rouge), ces fauteuils issus à 100 % du made in France sont l’œuvre conceptuelle de la société PLAYMOOVIN.

Une structure entrepreneuriale qui est implantée dans une localité du Puy-de-Dôme. Elle conçoit et commercialise des fauteuils roulants révolutionnaires destinés à favoriser l’accès au sport pour tous.

Dix de ces engins ont été réceptionnés par le Handball Club Auxerrois, ce mercredi.

Ils l’ont été en présence de trois représentants de l’équipe municipale : l’adjoint en charge des sports Hicham EL MEHDI, Maryline SAINT-ANTONIN, adjointe en charge de la santé, des affaires sanitaires et sociales, de la solidarité et des seniors et le conseiller délégué à la vie associative, Nordine BOUCHROU.

Le président du Handball Club Auxerrois Raphaël BESANCENOT devait préciser les motivations inhérentes à ce projet. C’est-à-dire la sensibilisation dès le plus jeune âge à la différence.

Une sensibilisation devant s’orchestrer auprès des plus jeunes, des écoles et lors de futurs événements qui devront ponctuer la future saison.

A ce titre, le club icaunais envisage de créer prochainement une section spécifique dédiée à la pratique du sport qui soit réservée aux enfants en situation de handicap.

 

A l’instar de ce qui se pratique déjà en Charente-Maritime, le tribunal de Commerce d’Auxerre devrait mettre en place d’ici peu un dispositif de soutien destiné aux entrepreneurs en souffrance. Une réunion d’information, organisée en présentiel se déroulera ce jeudi 03 décembre dans la grande salle des fêtes de VENOY (et dans le respect des gestes barrière) à 14h30. Elle offrira l’opportunité au président de l’institution Pascal BAILLY de faire toute la lumière sur ce projet. Dont il évoque les contours dans cette tribune…

TRIBUNE : La crise sanitaire inédite que nous traversons s’inscrit dans la longueur et nous oblige à la plus grande prudence et à une grande vigilance.

Tout d’abord, l’accueil et l’activité du Tribunal de Commerce fonctionnent tous les jours de la semaine, par téléphone, par mail, ou sur rendez-vous pour respecter les gestes « barrière ».

Les audiences de contentieux et procédures collectives se tiennent en présentiel dans le respect le plus strict de mesures sanitaires.

A ce jour, l’activité du Tribunal de Commerce d’Auxerre est depuis le début de cette crise sanitaire très nettement en baisse concernant les demandes de redressement judiciaire.

Alors qu’à l’opposé, le nombre de créations et inscriptions au registre du commerce conserve une activité normale.

 

Agir à plusieurs niveaux pour faire face aux difficultés…

 

Au premier regard, la photographie que nous pourrions faire aujourd’hui, pourrait nous satisfaire mais n’est peut-être pas le reflet le plus juste de la situation économique, compte tenu des aides et délais octroyés.

Alors, comme évoqué dans mon propos introductif, ce constat nous oblige d’une part à la plus grande prudence mais surtout à une grande vigilance. Les difficultés de toute nature des entreprises sont souvent autant d’épreuves également personnelles pour les chefs d’entreprises.

Ainsi, face aux difficultés que pourraient rencontrer les entrepreneurs, les magistrats du Tribunal de commerce sont convaincus qu’il faut agir dès à présent, à plusieurs niveaux.

 

 

D’emblée, en plus des mesures préventives prévues dans les textes, le Président ou un magistrat délégué à la prévention se tiennent à disposition des chefs d’entreprises en difficultés pour des rendez-vous confidentiels.

Par ailleurs, le Tribunal de commerce travaille à la mise en place d’une association d’aide psychologique à destination des entrepreneurs leur permettant de bénéficier gratuitement d’un soutien psychologique (APESA). Cette association à vocation départementale sera mise en place dans les prochains jours.

 

Un soutien psychologique adapté aux besoins des entrepreneurs…

 

Depuis 2013, ce dispositif original appelé APESA (Aide Psychologique aux Entrepreneurs en Souffrance Aiguë) initié d’abord au Tribunal de Commerce de Saintes a vu le jour et a été adopté par de nombreuses juridictions. Celui d’Auxerre a décidé de mettre en place ce dispositif et d’y associer les structures et organismes qui vivent au quotidien par les entreprises et pour les entreprises  afin de permettre aux entrepreneurs en souffrance de trouver, gratuitement et s’il le souhaite, d’un soutien psychologique adapté.

Cette démarche s’inscrit dans la philosophie de notre institution consulaire qui se veut pragmatique, efficace, à l’écoute des justiciables et également préoccupée des conséquences humaines de ses décisions.

 

En savoir plus :

 

Pour en connaître davantage sur le dispositif, consulter la référence suivante : www.apesa-france.com

 

Pascal BAILLY

Président du Tribunal de Commerce d’Auxerre.

 

Ils en ont gros sur le cœur. Contraints d’avoir fermé leur outil de travail depuis des semaines, voire des mois pour certaines filières. Désormais, c’est le ras-le-bol généralisé. Ils ont décidé de réagir. Tout de noir vêtu pour marquer le deuil de leur projet professionnel perdu ? En manifestant ce mercredi 02 décembre à Auxerre. Devant la préfecture de l’Yonne. Tout un symbole du rejet des mesures d’aides et d’accompagnement jugées trop « insignifiantes »…

AUXERRE : Pas de déambulation à prévoir pour ce rassemblement contestataire du monde entrepreneurial. Simplement, il se déroulera en version statique. Face à l’hôtel de la préfecture, ce mercredi 02 décembre aux alentours de 15 heures.

A l’invitation de la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises), de l’UMIH (Union des métiers de l’industrie hôtelière) et de France Active (fédération des salles de sport), les cheffes et chefs d’entreprises icaunais impactés par la fermeture administrative de leur outil de travail prendront part à cet évènement revendicatif qui en dit très long sur le moral des troupes.

Excédés, inquiets et désireux de se faire entendre d’une manière plus significative que par simple envoi d’un communiqué de presse, les acteurs de la sphère économique issus des TPE/PME ont la ferme intention de réagir. Et de le faire savoir avec davantage de visibilité et de force.

 

 

Deux établissements sur trois de l’hôtellerie/restauration condamnés à disparaître…

 

Alors que les fermetures imputables aux périodes de confinement voulues par le gouvernement s’amoncellent en cascade, les organisations professionnelles tirent la sonnette d’alarme auprès de leurs ouailles.

L’heure est grave pour une kyrielle d’établissements qui pourraient disparaître in fine du paysage économique. Cela concerne les cafés, bars, hôtels, restaurants, discothèques, bowlings, salles de sport, traiteurs…

Les syndicats patronaux dénoncent par ailleurs l’insuffisance des aides et accompagnements face à la crise sanitaire. « Nous ne sommes pas respectés, clament-ils en chœur. Les critères d’obtention de ces aides sont bien trop restrictifs ; les sommes allouées trop insignifiantes… ».

Dans le même temps, les loyers qui ne cessent de courir tuent à petit feu les professionnels contraints à l’inactivité : les charges fixes représentant un poids bien trop lourd à supporter.

Les trois organisations pointent aussi du doigt le manque de soutien des assureurs : « ils brillent vraiment par leur absence ! ».

L’heure est donc à la mobilisation. Une mobilisation qui se veut plus large et éclectique que jamais puisque les organisateurs de cette « colère noire » (chacun des manifestants devant être vêtu avec un habit de ce coloris mis en évidence) voudraient rassembler fournisseurs, salariés, et même clients.

C’est sûr : le drapeau noir flotte au-dessus de la marmite bouillonnante de la contestation entrepreneuriale ! Sera-ce suffisant pour se faire entendre ?

 

Thierry BRET

 

 

 

Les travaux se poursuivent inlassablement sur ce point névralgique que représente ce pont surplombant l’Yonne dans le nord de notre territoire. Construit avant-guerre, l’édifice présentait quelques signes de fatigue. Nécessitant sa réhabilitation : un chantier qui incombe financièrement au Conseil départemental en charge de la voirie et de l’état du réseau routier. Les élus se sont rendus récemment sur le site afin d’en apprécier sa progression…

PONT-SUR-YONNE : D’un investissement global de 7,2 millions d’euros, la rénovation de la fameuse structure qui permet de traverser Pont-sur-Yonne continue, sans être affectée par les affres du confinement et de l’épidémie de coronavirus.

Accueillant la D 606 (ex-nationale 6 au temps jadis), l’ouvrage dont le début de l’édification date de 1938 voit chaque jour un trafic de douze mille automobiles et poids lourds très conséquent l’emprunter. Autant dire que sa réhabilitation devenait nécessaire avec le poids des années !

Gestionnaire de la structure, le Conseil départemental a donc fait le pari de procéder à un sérieux lifting en consolidant l’ensemble en maintenant la circulation.

 

 

 

 

Une livraison de l’ouvrage prévue en juin 2021…

 

Accompagné des vice-présidents du Département Christophe BONNEFOND et Dominique SINEAU, le président de l’exécutif départemental Patrick GENDRAUD a pu observer avec beaucoup d’intérêt les premiers effets de la mise en circulation sur une voie unique sur le pont. Une bascule technique, assurée la nuit même avant la visite de la délégation. Celle-ci fut accueillie par l’édile de Pont-sur-Yonne et conseiller départemental Grégory DORTE.

Si les délais sont respectés selon le cahier des charges initial, ces travaux devraient se clore au mois de juin 2021. Idéal pour avoir un pont remis à neuf avant le grand rush des vacances estivales ?

 

 

 

 

 

 

Et pourquoi ne pas choisir l’hôtel des ventes, même dans sa version numérisée, pour étoffer sa liste de cadeaux et présents de fin d’année ? C’est autour de la thématique de Noël que sera organisée la prochaine vente adjudicataire de la fameuse maison auxerroise ce vendredi 04 décembre…

AUXERRE : Des bandes dessinées (les adeptes du célèbre reporter imaginé par Hergé, le fameux Tintin, l’avaient déjà remarqué sur la photographie) aux livres anciens et modernes ; des pièces de collection pour numismates avertis aux timbres rares qui font la joie des philatélistes : la prochaine vente par adjudication proposée par le commissaire-priseur auxerrois Me Frédéric LEFRANC ne manquera pas d’interpeller les collectionneurs mais aussi celles et ceux des acheteurs qui pensent déjà aux cadeaux de Noël.

Si la matinée de cette vente sera consacrée plus spécifiquement aux objets pouvant étayer une collection, et ce dès dix heures, que dire du large choix de maroquinerie, orfèvrerie, vaisselle, bijoux, objets d’art et tableaux, mobilier proposés dès l’après-midi. Cette seconde partie de la vente débutera à 14 heures et se fera exclusivement en live via la plateforme dédiée, Interenchères.

Les enchères sont possibles par téléphone et par ordres d’achat. Des demandes qui doivent parvenir à l’étude auxerroise avant le jeudi 03 décembre à 17 heures. A vous de jouer !

 

Page 1 sur 314

Articles

Bannière droite accueil