C’est sûr, au vu des conditions climatiques particulièrement humides de ce samedi de la mi-novembre, les bottes étaient de circonstance pour découvrir en toute quiétude la production arboricole des pépinières NAUDET. Qu’importe ! Ministres – au nombre de deux –, élus territoriaux et représentants des corps institutionnels étaient parés de leurs précieux atours pour cette pose nécessaire en terre de l’Yonne à l’occasion d’un déplacement officiel où fut annoncé le soutien à la filière « Graines et plants forestiers » de la part de l’Etat avec cinquante millions d’euros injectés à la clé…

 

CHEU: Lauréate du programme France Relance, les pépinières NAUDET pourront se targuer, avec le recul, d’avoir accueilli un jour sur son exploitation icaunaise deux représentants du gouvernement. Ce qui n’est pas chose courante, doit-on avoué ! En effet, dans le cadre du chantier de la planification écologique se rapportant à la forêt, Sylvie RETAILLEAU, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Marc FESNEAU, son homologue de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, avaient choisi l’un des sites de la société pour y effectuer leur déplacement conjoint dans l’Yonne. Une immersion ô combien importante, à plus d’un titre.

En guise de hors d’œuvre, le tandem gouvernemental avait effectué dès le prime matin, une étape dans la capitale de l’Yonne. Dans les locaux de la préfecture, où ils eurent tout le loisir de pouvoir échanger avec les représentants départementaux de la filière forestière. De celle qui intervient en amont, c’est-à-dire les grainetiers, les pépiniéristes, les reboiseurs, les acteurs qui interviennent sur les chantiers en forêt.

Une filière des graines et des plants forestiers qui représente un maillon essentiel pour la réussite de la transition écologique. Une transition nécessitant un soutien en termes d’investissements, de recherche et de développement.

La feuille de route ministérielle est simple : elle vise à repenser la forêt de demain, sous toutes ses composantes, tant en amont qu’en aval. Par le prisme de la replantation de la forêt hexagonale, comme l’envisage avec vigueur le Président de la République. Une politique qui est appliquée depuis peu par la cheffe du gouvernement Elisabeth BORNE, et son gouvernement.

 

Une enveloppe de 50 millions d’euros pour rebâtir la forêt de l’Hexagone…

 

A cette occasion, une annonce capitale pour la filière aura été lâchée par les visiteurs parisiens. Le PEPR, programme et équipement prioritaire de recherche, qui s’intègre dans le cadre du plan France Relance 20230 a été dévoilé à l’auditoire icaunais. Un dispositif devant favoriser le renouvellement et l’adaptation de la forêt au changement climatique, qui se traduit par l’injection de 50 millions d’euros à sa réussite.

Ce programme sera assuré en matière de recherche publique par l’INRAE (Institut de recherche public pour un développement cohérent et durable de l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) comme pilote en lien étroit avec le CNRS, le CIRAD et le GIP ECOFOR.

Naturellement, tous les acteurs de la filière bois seront associés à ce projet qui poursuit trois objectifs majeurs : assurer la vitalité à long terme des écosystèmes forestiers et de leurs services associés, concilier l’offre et la demande de services et produits issus de la forêt, développer, enfin, une gouvernance partagée des forêts alors que l’agriculture, la forêt ou les besoins urbains peuvent se concurrencer les espaces.

 

 

Un appel à projets favorable aux pépinières NAUDET…

 

Autre nouvelle importante pour les représentants de la filière forestière du cru : l’annonce de la seconde vague de lauréats englobant les spécialistes du reboisement, ainsi que de l’appel à projets graines et plants, proposés dans le cadre de France Relance 2030.   

Conséquence : 94 nouvelles entreprises dont les pépinières NAUDET – elles sont une dizaine d’unités à en profiter en Bourgogne Franche-Comté - vont ainsi bénéficier de 5,3 millions d’euros de subventions de l’Etat afin d’assurer la modernisation et l’augmentation de leurs capacités de production.

Quant à l’appel à projets, il concerne les semenciers. Il a été lancé en début de semaine pour assurer la modernisation de leurs infrastructures tout en leur permettant de diversifier l’offre en production de semences forestières, source de résilience des peuplements forestiers renouvelés. Des annonces qui ont sans doute rassuré les professionnels de la filière…

 

Thierry BRET

 

 

On le savait féru de sports collectifs, Jérôme CHAUFOURNAIS ! Il vient de le confirmer en renouvelant le partenariat avec le Rugby Club Auxerrois (RCA), une institution phare du ballon ovale dans l’Yonne. Un protocole d’accord a été paraphé avec le président du club sportif, David PARIZOT.

 

AUXERRE : Une vingtaine de joueurs du RCA ont investi la surface commerciale à l’estampille du centre E. LECLERC, samedi matin. Une présence des plus amicales et sympathiques puisque accompagnés de leurs dirigeants, les protégés du président David PARIZOT sont ainsi venus remercier, le temps de la pose photographique et de quelques gags facétieux à bord des caddies leur généreux donateur, Jérôme CHAUFOURNAIS, PDG de l’enseigne auxerroise.

Un prolongement de partenariat qui court sur les deux prochaines saisons, par ailleurs. Un accord qui mènera le terme de ce soutien jusqu’en 2024. Avec naturellement, la possibilité de poursuivre l’aventure, au-delà de cette date, il va de soi…

 

Thierry BRET

 

 

Oublié l’aspect avant-gardiste de la structure professionnelle, apparue en 2015, qui ne disposait pas jusque-là des bons tuyaux nécessaires (« l’autoroute ») pour contenter pleinement clientèle et prospects. Les coûts de la fibre d’alors, additionnés à celui des prestations de l’entreprise, s’avéraient bien trop élevés pour convaincre les PME, désireuses de faire appel aux services de VIRTUA NETWORKS, un centre de données informatiques. Tout ceci va changer à l’aune de la fin du déploiement de la fibre optique, portée par ORANGE sur l’Auxerrois…

 

BLEIGNY-LE-CARREAU : Il ne le montre pas trop extérieurement mais nul doute que Jérôme LOUIS, dirigeant de l’entité « VIRTUA NETWORKS », doit jubiler en son for intérieur. Son témoignage ne cache aucune équivoque possible. Son « data center » dont il porte la responsabilité depuis 2015 à Auxerre devrait enfin connaître un décollage vertigineux, digne de la fusée ARTEMIS, celle qui vient de s’extraire de l’atmosphère terrestre depuis la Floride pour se placer en orbite autour de la Lune.

Avec le terme ou presque du déploiement de la fibre optique sur l’Auxerrois – une opération assurée depuis plusieurs mois par le « déployeur » ORANGE sur ce secteur géographique -, Jérôme LOUIS, patron de « VIRTUA NETWORKS », doit envisager les perspectives évolutives de sa société sous les meilleurs auspices.

Logique, en disposant de ces nouveaux tuyaux – une autoroute du numérique à ses yeux – le chiffre d’affaires de son entreprise devrait nettement progresser à brève échéance.

Proposant de l’hébergement, de la sauvegarde des données et la sécurisation des systèmes, « VIRTUA NETWORKS » devrait surfer sur cette vague de modernisme, dont gratifie ORANGE envers les acteurs économiques du bassin d’Auxerre. Surtout que les entreprises locales ont de gros besoins en matière de digitalisation et de sécurisation de leurs données.

 

 

La porte est grande ouverte au niveau des potentialités…

 

Commentaires de l’intéressé : « on se sera montrés patients car le sujet du déploiement de la fibre nécessite du génie civil et de gros moyens techniques, explique Jérôme LOUIS, désormais, on va retravailler le territoire en optimisant notre stratégie de communication… ».

Totalement légitime, à l’heure où cette technologie a pris une telle importance auprès des milieux entrepreneuriaux. Sans oublier la vulgarisation de la pratique « télé travail » depuis ces deux dernières années et le renforcement de la lutte contre les cyberattaques de toutes origines.

L’entrepreneur auxerrois qui prenait la parole lors de la conférence de presse de fin de déploiement par ORANGE devant les élus (Crescent MARAULT, président-maire de l’Auxerrois, Emmanuelle MIREDIN, conseillère départementale, élue communautaire et de la Ville d’Auxerre en charge de la Communication et Arminda GUIBLAIN, conseillère départementale en charge du numérique) précisa en guise de conclusion que « la porte est grande ouverte de possibilités dont il faut croire en leurs potentialités… ».

Une manière concrète de boucler la boucle de ce très long dossier de la fibre optique, qu’auront su porter en y distillant beaucoup d’informations précises et chiffrées la déléguée régionale Véronique MORLIGHEM et ses équipes d’ORANGE…

 

Thierry BRET

 

 

 

Entre la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté et le milieu régional du basket, c’est une vieille histoire d’amour. Entamée il y a longtemps dès l’accession parmi l’élite de deux des clubs emblématiques de ce sport vif et nerveux qui a acquis ses lettres de noblesse dans l’Hexagone : la JDA Dijon et l’Elan Chalon. Logique, donc, que l’établissement bancaire, autrefois identifié par un écureuil – l’agilité de l’animal ne rappellerait-elle pas les bonds effectués sous les paniers par les joueurs ?! – soutienne toutes les initiatives, servant à promouvoir la discipline…

 

AUXERRE : Il n’y a pas que les professionnels tutoyant les étoiles sur les parquets de l’élite nationale, voire européenne, qui sont encouragés par la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté !

Les amateurs de cette discipline, en l’occurrence les jeunes pousses, fraîchement émoulues sur les traces d’un Tony PARKER, c’est-à-dire celles évoluant en équipes U 20 et U 11, bénéficient eux-aussi de la générosité partenariale de leurs sponsors.

Cette semaine, au gymnase des « Boussicats », au très curieux revêtement sur le sol qui n’autorise pas la moindre chute des joueurs sous peine d’y laisser le cuir de la peau, s’est déroulé un évènement on ne peut plus classique pour les structures bancaires qui agissent en bienfaiteurs : une remise de jeux de maillots.

Il y en avait de différentes tailles, évidemment, puisque les « minots » de la section basket du Stade Auxerrois (U 11) comme leurs camarades, plus âgés, et jeunes adultes des U 20, ont reçu leurs cadeaux de Noël, bien avant l’heure, lors d’une petite réception fort sympathique à laquelle participait l’une des sérieuses chances de médailles de l’équipe de France de canoë-kayak aux prochains Jeux de Paris, la sociétaire de l’OCKA, Eugénie DORANGE, double vice-championne du monde junior en 2016, catégorie C1 sur 200 mètres et en distance marathon.

 

La présence de la double vice-championne mondiale, l’Auxerroise Eugénie DORANGE…

 

Aux côtés du président du club sportif Samuel BOISSET, les responsables icaunais de la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté remettaient officiellement les parures jaune et bleu, floquées du logo de l’établissement bancaire, aux membres de l’équipe U 20, qui devaient dans la foulée prendre la pose afin d’immortaliser l’évènement. On notait la présence de Christophe DUQUESNOY, directeur du secteur Auxerre de la banque  ainsi que celle de Benoît ROUX, directeur du développement commercial.

Soutien inconditionnel des disciplines collectives se pratiquant en salle (le basket-ball, le handball…), le groupe de l’Yonne de la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté avait équipé la saison dernière les joueurs de l’US Toucy.

Quant à Eugénie DORANGE – la jeune fille est encouragée elle aussi par la banque mutualiste - , en dilettante de l’actualité sportive à l’heure actuelle avec cette fin de saison, elle attend avec impatience de retrouver les plans d’eau dès le printemps prochain où elle disputera les premières épreuves de la saison très importante à ses yeux, un an avant les qualifications pour tenter de décrocher la timbale lui permettant de participer la saison suivante à la grande fête universelle de l’olympisme à Paris 2024.

 

Thierry BRET

 

 

Nom de code de l’association : « ALOPIAS ». Rien à voir, en vérité, avec le nom latiniste et scientifique de cette variété de requin-marteau qui navigue en eaux troubles parmi les profondeurs de toutes les mers du globe ! Non, « ALOPIAS » - les 1 600 élèves fréquentant les différents établissements du groupe scolaire de Saint-Joseph-la-Salle à Auxerre auront eu tout le loisir de l’apprendre durant leur parcours pédestre – n’est autre que la structure caritative fondée par le sportif de l’extrême, Arnaud CHASSERY, aimant relever des défis au nom de la solidarité…

 

AUXERRE : Belle initiative que celle-là ! Judicieuse, à plus d’un titre puisque combinant exercice physique – un cross qui aura été concocté sur un parcours faisant le tour du complexe scolaire – et altruisme. Des plus petits aux plus grands, des plus inaptes à la course à pied aux plus véloces, férus de records et d’endurance, toutes et tous se sont essayés avec plus ou moins de bonheur et de souffle à cette discipline qu’est la course à pied pour honorer l’ambitieux projet, porté par l’association icaunaise en 2023, soit le raid « Handi’Cap Amazonie », plus que prometteur sur le papier.

Et pour donner le départ de ces différentes vagues de coureurs devant atteindre leurs objectifs, la présence d’Arnaud CHASSERY, aventurier émérite et conférencier hors pair que l’on ne présente plus dans le sérail de l’expédition planétaire. On se souvient de ses traversées de la Manche avec le polyhandicapé Philippe CROIZON ou de ses autres pérégrinations pour rejoindre les cinq continents d’un isthme à un autre.

 

 

Un exercice grandeur nature de logistique pour les BTS Management Opérationnel de Sécurité…

 

L’œil goguenard, l’accessibilité facile en sus, le sportif de Joigny aura participé avec bienveillance à cette implication massive de ces jeunes élèves et de certains de leurs enseignants – si, si !- dans ce projet, bien organisé au bénéfice de l’association caritative.

Une opération à double entrée, au final. Au-delà de l’encouragement de toute cette jeunesse bouillonnante dès le départ de la course – elle le sera un peu moins pour certains de ces sportifs en herbe après le tour complet du circuit où l’on se contentera parfois de marcher à son rythme et de discourir plutôt que de transpirer ! -, un autre aspect attendait les étudiants de la section BTS Management Opérationnel de la Sécurité. Ils avaient en effet la lourde tâche d’organiser toute la logistique sécuritaire propre à cette animation. Un exercice pratico-pratique et grandeur nature, vécu en phase concrète durant la journée, sous l’œil avisé de la responsable de l’enseignement supérieur de l’établissement, Céline MARTI.

 

 

Saint-Joseph : le premier maillon de cette chaîne de solidarité…

 

Quant à Arnaud CHASSERY, très satisfait de la tournure de l’évènement, il s’est dit respectueux de cette initiative se voulant initiatrice à la sensibilisation au handicap auprès des élèves et étudiants du groupe scolaire auxerrois, depuis les classes de sixième jusqu’aux niveaux bac + 2.

L’aventurier devait rappeler le rôle essentiel de « ce premier maillon de la chaîne de solidarité » qu’est devenu le groupe scolaire privé dans le cadre du projet qui emmènera le sportif et ses équipiers en Guyane à la mi-août 2023 avec « Handi’Cap Amazonie ».

Parmi les soutiens de cette aventure à sensation, il y aura le GIGN. D’ailleurs, Arnaud CHASSERY arborait un t-shirt à l’estampille de la célèbre force d’interposition de la gendarmerie nationale.

D’autant que l’Académie Philippe CROIZON – ce dernier est aussi associé à ce concept guyanais avec des jeunes nageurs en situation de handicap – a noué des liens très étroits avec le GIGN. L’idée sera d’immerger ces jeunes gens en Guyane pour y réaliser une grande traversée de la contrée, entre les îles du Salut où se trouvent les vestiges du bagne de Cayenne et Kourou, connue pour accueillir la base de l’aérospatiale européenne.

Un projet soutenu financièrement par les élèves de Saint-Joseph qui ont vendu des tickets et des dossards au profit de cette future épreuve en immersion dans la forêt équatorienne. « Osez vivre ses rêves » était un peu le credo de la manifestation. Au vu du succès rencontré autour de ce projet, il est sûr que ce seront des rêves à vivre tout éveillés qui attendent les participants à ce raid sur le continent sud-américain à l’été 2023…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

 

 

Page 1 sur 322

Articles

Bannière droite accueil