Seraient-elles jaunes en référence aux fameux gilets qu’elles et ils ont arboré durant de longues semaines lors de leurs rassemblements aux principaux ronds-points de l’agglomération auxerroise ? De toute évidence, c’est une certitude ! En tout cas, les deux cents assiettes de carton, disposées aux endroits névralgiques de la cité par des activistes de l’Assemblée Populaire d’Auxerre, n’auront pas manqué d’attirer le regard des badauds, la semaine dernière.

 

AUXERRE : Elles et ils auraient pu aussi s’inspirer de la fameuse citation de l’écrivain Pierre VERON : « Puisque l’impôt a une assiette, pourquoi mange-t-il toujours dans la nôtre ? » !

Au-delà de la sémantique et de la formule facile, les membres du collectif Assemblée Populaire d’Auxerre (APA), coutumiers des actions voyantes et spectaculaires, se sont donc rappelés à notre bon souvenir au cœur de l’été qui lui ne connaît pas de répit ni de trêve au niveau de la valse spéculative des étiquettes.

C’est précisément pour protester contre l’impact de l’inflation galopante sur le coût de la vie que cette opération « coup de poing » a eu lieu au beau milieu de la semaine dernière, sous un chaud soleil caniculaire.

Deux cents assiettes en carton, vides et au coloris jaune criard à la limite du fluorescent – la signature des fameux « Gilets » - ont été déposées çà et là au cœur de la préfecture de l’Yonne par des équipes très mobiles et on ne peut plus efficaces !

 

 

Interpeller les citoyens sur la vie chère et ses conséquences sur le porte-monnaie…

 

Posées sur des abris bus, à caddies ou carrément dans des stations-service, lesdits récipients contenaient en revanche leur lot de messages revendicatifs, faisant allusion à la crise économique et sociale actuelle qui frappent de plein fouet les consommateurs de l’Hexagone.

Objectif : interpeller le citoyen sur le pouvoir d’achat qui s’amenuise à la vitesse grand « V » et les budgets qui se réduisent comme peau de chagrin tant pour les achats du quotidien (les courses, le plein de carburant…) mais aussi les factures énergétiques qu’il faudra revoir à la baisse dès l’automne prochain du fait de la diminution drastique du gaz et du pétrole s’écoulant de Russie.

 

 

En filigrane de cette action, l’Assemblée Populaire d’Auxerre en appelle au gouvernement pour « qu’il prenne des mesures d’urgence en faveur du peuple ».

« Nous demandons la justice fiscale et sociale afin de simplement vivre et non survivre… ».

Une formule qui n’est malheureusement pas du BALAVOINE dans le texte, visiblement…

 

Thierry BRET

 

 

 

Il n’est pas question de s’illusionner sur les difficultés économiques, financières et sécuritaires qui existent, tant sur le plan national que sur le plan international. Mais, il est bon, aussi, de s’arrêter un peu sur les signes positifs autour de nous. Nous avons des raisons de croire en l’homme et dans sa capacité à aider son voisin dans la peine et le désarroi. Nous devons montrer à notre jeunesse qu’elle peut aussi sourire à la vie. Nous pouvons affirmer à nos anciens, que nous serons toujours présents pour les accompagner dans leurs difficultés ou leur mal-être…

 

TRIBUNE: La France doit faire face à une flambée d’incendies gigantesques. Résultats : plusieurs pays d’Europe nous envoient des dizaines de sapeurs-pompiers et deux d’entre eux, l’Italie et la Grèce nous prêtent des « Canadairs ». Un bel élan de solidarité qu’il faut saluer.

Ajoutons que de nombreux jeunes, des paysans, des locaux, ont apporté leur concours aux soldats du feu. À chaque fois qu’une catastrophe naturelle survient sur n’importe quel point chaud de la planète, la solidarité s’organise : envoi de professionnels et de bénévoles aguerris, expédition de vivres, de médicaments, de vêtements…

Plus récemment, l’Ukraine, la Russie, la Turquie… se sont bon an mal an organisés afin de permettre l’acheminement des céréales ukrainiennes bloquées. En France, comme partout en Europe, des familles ukrainiennes qui fuient la guerre sont accueillies…

 

 

Malgré ses contradictions, le monde peut se révéler fraternel…

 

En France, les associations sont nombreuses à soutenir nos contemporains dans la souffrance : les SDF, les vieillards, les sans-abris, les réfugiés, ceux qui souffrent de la faim, les mal-logés… C’est tout un monde qui connaît en profondeur les maux de nos sociétés modernes.

Au-delà des structures associatives, c'est aussi une fraternité qui s’impose d’elle-même. Les témoignages sont nombreux : tel jeune couple échange quelques heures de garde d’enfants avec des « anciens » contre les courses au supermarché, tel autre qui n’a plus la force de ramasser les fruits du verger en les laissant pourrir, partage ses petites récoltes afin de profiter aussi de quelques pommes…

Au moment des grandes inondations, c'est le même scénario : les populations locales hébergent les victimes du sinistre. Des collectes de nourriture et de vêtements s’organisent spontanément. D’autres apportent leur concours pour nettoyer la boue recouvrant les maisons…

Bref, même si nous vivons dans un monde imparfait et ourlé de contradictions, il peut se révéler fraternel.

 

 

« Honorer » ses parents constitue un droit et un devoir…

 

Les familles bougent sans cesse aujourd’hui. Rendant complexes les rapports « parents-enfants » qui sont de plus en plus difficiles, pour ne pas dire conflictuels. On entend trop souvent dire : « Je ne parle plus à mes parents » !

Douloureuse réalité, d’autant plus culpabilisante pour les croyants, si on doit suivre l’un des Dix Commandements communs aux juifs et aux chrétiens : « Tu honoreras ton père et ta mère » !

Précision linguistique fondamentale : « honorer » à l’époque signifiait : « Tu ne les laisseras pas mourir de faim ni de froid ».

Que nous coupions parfois certains liens avec la famille, c’est peut être une nécessité sur le terrain psychologique. Toutefois, cette disposition ne peut pas nous empêcher d’être solidaire de notre propre famille.

 

Le paradoxe de l’humain, tantôt fraternel, tantôt égoïste…

 

Imposer la fraternité par la loi, ça ne fonctionnera jamais. C’est d’abord une approche personnelle qui vient de l’esprit et du cœur. La fraternité, ça s’apprend dès le plus jeune âge par l’exemple et le témoignage.

Sur ce point, la France a toujours été un pays exemplaire. C’est d’abord la nation où sont nés « les Droits de l’Homme », une lumière pour le monde. Mais, aujourd’hui, sommes-nous fraternels ou égoïstes ?

Les deux, mon capitaine ! Là se situe notre paradoxe. Nous sommes tantôt l’un, tantôt l’autre. Retenons que les paradoxes peuvent être conciliés ! La différence qui existe entre deux choses qui paraissent diamétralement opposées, comme la fraternité et l’égoïsme, n’est qu’une différence de degré.

 

 

« Tous les paradoxes sont conciliables… »…

 

La fraternité et l’égoïsme peuvent se concilier si on considère qu’il s’agit de deux pôles d’un même axe. Fraternité et égoïsme sont identiques par nature. Mais, différentes par les degrés. Ce que l’on oppose n’est en fait que deux éléments reliés par un même axe : c’est la « réconciliation universelle » des pôles opposés. Il en va de même pour le tout : l’esprit et la matière ne sont que les deux pôles d’une même nature…

Parfois, notre attitude s’approche de l’égoïsme et souvent, elle se rapproche de la fraternité : là est notre espoir. Nous pouvons tout et son contraire. Mais, nous avons toujours été sensibles à la détresse de nos voisins sans se soucier de la couleur de leur peau, de leurs convictions politiques, de leurs pratiques religieuses…

« Tout est double… Tout a deux extrêmes ; semblable et dissemblable ont la même signification… Les extrêmes se touchent ; toutes les vérités ne sont pas des demi-vérités ; tous les paradoxes peuvent être conciliés ». Le Kybalion.

 

Jean-Paul ALLOU

 

 

De qui se moque-t-on à la fin ? Sommes-nous les éternels dindons de la farce ou alors nos quotients intellectuels d’Occidentaux sont devenus tellement évanescents au fil des décennies que nous ne possédons plus une once de jugeote ni de discernement !

Sur le registre des sanctions économiques que nous avons, nous autres les Occidentaux et en particulier les Européens, décidé de déployer face à l’ogre russe, il est aussi limpide que de l’eau de roche de constater que les premières victimes de ce couperet très perfectible sont les Européens eux-mêmes ! Un état de fait qui procure une grande joie à peine voilée au maître du Kremlin comme de manière plus insidieuse à la Maison Blanche…

Pauvres Européens que nous sommes, coincés entre l’enclume et le marteau, le cynisme des uns et l’hypocrisie affichée en façade des autres !

Force est d’observer que cinq mois après le déclenchement de cette barbarie sans nom qui se joue sur le théâtre des opérations en Ukraine, à deux heures de vol de Paris et à quelques milliers de kilomètres à peine de chez nous, les victimes collatérales de ce conflit sont les pays de l’Union européenne.

 

 

 

Peut-on entrevoir le bout du tunnel alors que celui-ci n’est même pas construit !

 

 

On aura beau tancer le tyran de Moscou d’infléchir ses positions, de respecter enfin sa parole donnée – vingt-quatre heures après avoir signé les accords de coopération à la libre circulation des céréales ukrainiennes sous l’égide des Nations Unies et de la Turquie par la mer Noire, les Russes balancent déjà leurs premiers missiles meurtriers sur un centre de traitement desdites céréales dans le port d’Odessa ! -, il faut se rendre à l’évidence : rien n’y fait !

Et nous autres, depuis Bruxelles, avec notre diplomatie endimanchée et conventionnelle, trop condescendante à la limite du supportable, de l’utopie et de la faiblesse, tentons de faire passer la pilule en y croyant encore !  

Pendant ce temps-là, les Français à l’instar des Européens, souffrent dans leur quotidien. Et ce ne sont pas les atermoiements, les cris d’orfraie et les gesticulations des parlementaires qui peinent à trouver des solutions potables et pérennes pour leurs administrés qui y changeront quelque chose.

D’usine à gaz – sans jeu de mot ! – aux préconisations de bout de chandelle, les choses tentent tant bien que mal de se mettre en place au Palais Bourbon afin de peaufiner des textes de loi sur le pouvoir d’achat et la maîtrise des dépenses énergétiques qui n’empêcheront pas nos concitoyens de connaître une zone de turbulence sans nom dans laquelle ils ne sont pas prêts de sortir.

Cela pourrait être un proverbe chinois : mais avant de voir le bout du tunnel et sa lumière salvatrice, encore eu-t-il fallu qu’il y en ait un vers lequel s’engouffrer !

 

 

 

On n’est plus à une surprise près, voire à une aberration de plus en géopolitique…

 

  

Etre solidaire de l’Ukraine et de sa liberté inconditionnelle au nom des Droits de l’Homme et de tous les sacro-saints principes internationaux qui régissent ce bas monde est une chose louable à bien des égards. Mais, devenir les vassaux de tout un système parallèle où l’inflation, la corruption et la spéculation sont reines en légitimant le bien-fondé de certains états et leurs appareils économiques en est une autre !

Du fait de leur indécrottable naïveté et de leur frilosité patente, les démocraties européennes n’ont pas su anticiper la catastrophe planétaire qui nous gagne chaque jour.

Faisant des yeux de Chimène à un Vladimir POUTINE de plus en plus arrogant et brutal, empereur absolu du cynisme, de la perfidie et du mensonge depuis vingt-deux ans de pouvoir.

Laissant faire un Viktor ORBAN, « prince » de Hongrie, qui selon ses caprices et ses sautes d’humeur nationalistes, se transforme en girouette du jour au lendemain avec la bénédiction urbi et orbi de son mentor, l’homme du Kremlin, toujours là bien placé dans l’ombre et en embuscade pour faire ployer les démocraties que nous représentons !

Ce même ORBAN qui est opposé depuis le début aux sanctions économiques envers la Russie – même si elles ne servent à rien et se retournent tel un boomerang contre leurs auteurs ! - ne vient-il pas de donner cette semaine un grand coup de pied dans la fourmilière européenne en se plaçant sous la protection énergétique durable (et gazière) de son ami de toujours, le résident de Moscou !

Et dire que la Hongrie est membre à part entière de l’Union européenne – elle profite très largement de ses deniers sous formes de subventions sonnantes et trébuchantes qui lui permet d’exister – et de l’OTAN ! Mais, sous le boisseau de la géopolitique, on n’est plus à une surprise près, ni à une aberration de plus !

 

 

 

Apprendre à vivre dans l’Europe de l’austérité et de l’angoisse permanente…

 

 

On pourrait en dire tout autant de l’autocrate si humaniste de Turquie qu’est Recep Tayyip ERDOGAN, qui en grand seigneur et digne héritier de l’empire ottoman abat ses cartes au jour le jour comme au jeu de poker – entre bluff, tricherie et mensonges – pour tirer la couverture à soi.

Oui, mais après la pluie de missiles russes qui vient de fracasser les installations portuaires d’Odessa et son centre de traitement des céréales, et surtout le pseudo accord sur lequel il a planché depuis tant de jours, le dirigeant de ce pays hautement stratégique doit fulminer et l’avoir mauvaise après la dernière vacherie signée de son ex-ami POUTINE ! Gare à sa réaction !

Pendant ce temps-là, nous l’avons dit les peuples européens sont invités à se serrer la ceinture, à réduire le chauffage, à consommer moins de carburant en privilégiant la mobilité douce – un euphémisme que celui-ci dans les zones rurales ! -, à se passer de moutarde (fabriquée il va de soi en Ukraine !), à vivre et à se complaire dans l’austérité éternelle (faites ce que je dis, pas ce que je fais !), à se projeter dans un futur anxiogène et sans lueur d’espérance, et si possible à ne pas émettre d’avis personnel ni avoir l’once d’une idée positive pour s’en sortir ! En bons moutons de Panurge que nous sommes.

Bienvenue donc dans cette Europe du XXIème siècle aux pieds d’argile qui vacille assurément…

 

Thierry BRET

 

 

 

Projeter le quatrième opus cinématographique narrant les folles aventures du « dieu du tonnerre » dans la seule ville hexagonale qui porte un nom à l’identique du super héros de la saga des « Marvel » ne relevait nullement du pur hasard. Un joli coup de pub médiatique à porter au crédit de la cité orientale de l’Yonne qui n’en demandait pas tant, ni pour son cinéma-théâtre, ornementé de tous les attributs décoratifs d’usage pour faire de cet évènement culturel l’un des moments phare de l’année…

 

TONNERRE : C’est un retentissant « coup de tonnerre » qui a résonné au-dessus de la localité éponyme, chère à Cédric CLECH, édile de la ville et professionnel de la communication audiovisuelle !

Organiser une avant-première cinématographique nationale dans le charmant complexe du cinéma-théâtre qui jouxte l’hôtel de ville s’est très vite révélé fructueux quant aux retombées médiatiques, en amont et en aval de l’évènement.

La preuve : « Le Figaro », « Le Huffington Post » ou les antennes de « France Télévisions », sans omettre la presse régionale, se sont fait largement écho de cette soirée spéciale, peu ordinaire, qu’auront pu vivre durant près de deux heures 141 cinéphiles « privilégiés », choisis par tirage au sort ou invités par l’organisation, ce jour-là.

Concoctée par la filiale française de la compagnie Walt DISNEY, la manifestation artistique aura permis à ces spectateurs chanceux de découvrir avant tout le monde, y compris le public de Paris qui ne l’aura visionné que six jours plus tard, le quatrième volet de la saga aventureuse de cette divinité « bodybuldée » qui brandit lors de ces combats épiques son fameux marteau, baptisé « Stormbreaker ». Il s’agit évidemment de Thor, l’un des super héros les plus populaires des studios Marvel qui n’en finissent plus de caracoler en tête du box-office planétaire et de glaner des succès phénoménaux en exploitant tous les filons de ces fameux personnages, initialement issus de la bande dessinée américaine.

 

 

Un long-métrage à couper le souffle qui surfe sur le succès…

 

Les alentours proches du cinéma-théâtre, dont la programmation incombe à la comédienne Mariana GIANI – cette dernière était joliment déguisée pour la circonstance - étaient pavoisés d’éléments festifs, panneaux publicitaires, personnages vêtus dans l’esprit très décorum de ce long-métrage et autre tapis rouge, donnant un petit air de « Croisette » à la cité tonnerroise.   

Quatrième épisode de cette saga orchestrée autour de ce mythologique guerrier évoquant le grand nord – ce dieu de la protection, de la force et de la fertilité était vénéré par les peuples germaniques et scandinaves aux temps jadis -, « Love and thunder » (littéralement « amour et tonnerre ») a été réalisé par Taika WAITITI qui en a par ailleurs co-écrit le scénario : on n’est finalement jamais aussi bien servi que par soi-même !

Du côté de l’intrigue, précisons que ce film à effets spéciaux spectaculaires narre les aventures cosmiques et dangereuses du héros principal qui affublé de son emblématique marteau, et que rien n’altère ni n’arrête, part affronter un tueur galactique répondant au doux nom de Gorr, surnommé le « Boucher des dieux » !

Tout un programme à couper le souffle, en vérité, qui nous éloigne des scénarii imaginés par  Woody ALLEN, Claude LELOUCH ou Jean-Luc GODARD, pour les puristes du septième art !

 

 

Une petite demi-heure avant le « Grand Rex » à Paris…

 

Nonobstant, ce « coup de foudre », non pas à « Nothing Hill » mais sur la ville qui accueille la fosse Dionne, a suscité que du bonheur dans l’existence de la charmante Mariana GIANI, programmatrice du cinéma-théâtre, placé sous le feu nourri des projecteurs de la France entière ou presque.

« Ce projet à peine croyable et magnifique est le fruit d’un partenariat avec l’un des plus gros distributeurs de France, explique-t-elle, d’ordinaire, nous touchons ces films trois à quatre semaines après leur sortie nationale. Là, nous l’avons obtenu six jours avant les autres salles de l’Hexagone et même une demi-heure avant la mythique salle du « Grand Rex » à Paris ! ».

La jeune femme, habillée en Valkyrie – l’une des héroïnes de ce dernier épisode présenté à l’affiche depuis le 20 juillet aux côtés des autres succès de l’été – n’en revient toujours pas de cette inoubliable expérience vécue grâce à la complicité de la maison Disney.

Un seul regret, toutefois pour elle, que les 5 000 habitants de Tonnerre n’aient pu assister tous à cette séance exceptionnelle et valorisante pour la promotion culturelle de la ville.

Mais, par chance, ils auront toujours la faculté de pouvoir visionner ce film américain à fort potentiel aux heures chaudes de la journée ou en soirée, en se rendant entre amis ou en famille dans leur cinéma de prédilection. Du rêve et de la détente sur grand écran avec le mythe de « Si j’avais un marteau » !

 

Thierry BRET

 

Seraient-ils sportifs dans l’âme les « VIP » de l’Auxerrois au cœur de cet été si caniculaire ? On pourrait presque le supposer vu l’intérêt croissant qu’ils accordent à cette manifestation itinérante que représente le « Yonne Tour Sport ». Une animation qui se veut initiatique, à la découverte de multiples disciplines dispensées sur notre territoire et qui agrègent moult familles et leur progéniture aux abords des ateliers de démonstration. L’étape du jour était accueillie à Chevannes. Florilège de quelques moments vécus…

 

CHEVANNES : Entre deux gouttes de pluie, sous un ciel gris souris aux allures menaçantes, devant virer à l’orage le tantôt de toute évidence, ce « moment de fête », comme devait le qualifier en guise de préambule un Dominique CHAMBENOIT, maire de la commune, toujours aux petits soins pour ses hôtes et d’une belle efficacité oratoire derrière le micro pour détendre l’atmosphère, était placé sous le sceau de la convivialité et de la courtoisie…dans la plus pure des traditions républicaines.

Si l’on avait ôté de ce décor un brin champêtre et bon enfant les différents ateliers démonstratifs répartis çà et là qui accueillaient par petits groupes les têtes blondes du village, ainsi que quelques parents se muant épars en accompagnateurs, on se serait presque cru à une garden-party aux intonations résolument politiciennes, une veille de 14 juillet ! L’Elysée en moins !

 

 

Un aéropage de personnalités appréciant la qualité des installations…

 

Jugez plutôt : on pouvait y croiser les représentants de diverses coteries dont un député, nouvel impétrant dans la fonction de parlementaire, en la personne de Daniel GRENON (RN) ; son binôme, Pascal BLAISE (Avenir français) qui semble vouloir redonner ses lettres de noblesse à la fonction d’ordinaire peu usitée de « député suppléant » en multipliant les sorties tous azimuts sur le terrain ; des représentants du Conseil départemental de l’Yonne – logique, le « Yonne Tour Sport » est l’une de ses émanations les plus populaires -, et non des moindres avec le vice-président Christophe BONNEFOND (LR), Pascal HENRIAT (MoDem) et sa colistière Delphine BILLON, l’incontournable Yves VECTEN, éloigné pour un temps des moissons pour s’immerger au cœur de l’évènement, Michel DUCROUX, tout sourire et encore jeune le seul ayant osé se vêtir d’un short et t-shirt pour faire bonne figure dans ce milieu de sportifs en herbe !

Sans omettre des conseillers communautaires de l’Auxerrois à l’instar d’une Emilie LAFORGE, pimpante et radieuse comme l’astre diurne au zénith dans sa robe estivale, venue en proche voisine depuis Branches. On d'une Florence LOURY, de la NUPES, en tenue de sport et en famille.

Bref, cet aéropage de personnalités hétéroclites où s’ajoutait aussi Mathieu PASQUET, directeur de cabinet du président Patrick GENDRAUD – absent, car sous d’autres cieux en vacances ! – profita d’un rapide tour de terrain, au pas de charge, pour humer l’air ambiant de ce rendez-vous récurent qui se prolongera au-delà de la mi-août dans l’Yonne, en observant les bambins et de jeunes ados tenter l’impossible en gravissant un mur d’escalade gonflable ou en s’essayant au vélo tout terrain sur un tracé un rien sinueux entre des plots.

Le tout sous quelques encouragements nourris de parents admiratifs qui immortalisaient l’instant avec la dernière version de l’IPhone à la main.

 

 

Partageons ensemble les moments de fête et de mise à l’honneur…

 

Vint ensuite le temps des prises de parole. Une fois n’est pas coutume, un exercice plutôt écourté malgré la présence de plusieurs officiels se tenant très proche du pupitre sonorisé prêt à sauter sur le micro !

Chef d’orchestre de la journée, à l'instar de sa première adjointe Anna CONTANT toujours au four et au moulin au niveau de la logistique, Dominique CHAMBENOIT ouvrit le bal de cette séance oratoire. Texte posé devant lui dont il s’inspira parfois, le maire de la localité périphérique d’Auxerre exprima sa fierté d’accueillir cet évènement se voulant « rassembleur » et de « grande ampleur ».

« A Chevannes, devait-il renchérir, nous aimons partager avec vous tous et en toute simplicité ces moments de fête et de mise à l’honneur… ».

 

 

Puis, le maire remercia les équipes du Conseil départemental et salua les agents municipaux pour leur totale implication. Avant de passer le relais sine die à Daniel GRENON, dont se fut l’une des toutes premières interventions publiques depuis son élection datant du 19 juin.

Il est vrai, et comme il l’expliquera en aparté, que l’élu du Rassemblement National prend également ses repères au palais Bourbon où les activités ne manquent pas depuis le début de l’été ! C’est le moins que l’on puisse dire. Hier soir encore, Daniel GRENON assistait dans l’hémicycle au vote du projet de loi concernant le pouvoir d’achat.

 

 

Les « spécialistes du tir à l’arc oratoire » décochent leurs premières flèches !

 

Loin des ors de l’Assemblée, l’élu de la première circonscription fit donc une brève introspection dans sa propre carrière lorsqu’il salua le travail des éducateurs – « sportifs » devait ajouter péremptoire un Pascal HENRIAT au meilleur de sa forme en coupant net le député ! - qui encadrent le « Yonne Tour Sport ».

« Dans mon existence, poursuivit en ponctuant de quelques silences pesants le parlementaire se remémorant ses lointains souvenirs, j’ai été instructeur dans l’univers du tir à l’arc à Migennes… ».

Un peu plus loin, Daniel GRENON exprimera le souhait, en s’adressant aux représentants du Conseil départemental, de « voir davantage de manifestations mini-sportives se décliner dans les communes aux quatre coins du territoire pour y occuper les enfants et faire naître ainsi de la graine de champions…».

Réponse du tac au tac et un tantinet ironique du très en verve Pascal HENRIAT, casquette rivée sur la tête version hip-hop : « C’est ce qui se passe déjà depuis un mois avec le Yonne Tour Sport ! ».

Sans s’en laisser compter malgré les sourires naissants de quelques-uns, le député bleu marine reprendra la balle au bond derechef, concluant ainsi son intervention : « eh bien moi, je veux que cela s’accélère à l’avenir car je suis plutôt d’un naturel exigeant ! ».

Et bing ! C’était la première passe d’armes verbale en directe, distillée presque à fleuret moucheté pour rester dans l’esprit sportif entre ces deux-là – ils ne devraient pas passer leurs vacances d’été ensemble, on l’imagine aisément ! – et pas si anodine que cela.

Elle en dit déjà long sur les futures prises de parole publiques et les divergences qui émailleront l’actualité politico-institutionnelle de notre territoire dès la saison prochaine.

Vivement la période de rentrée afin de pouvoir observer de visu si toutes les flèches décochées par ces « archers » de la politique territoriale – des Guillaume Tell qui s’ignorent ?! - toucheront bel et bien leur cœur de cible à l’avenir !

 

Thierry BRET

 

 

Page 1 sur 714

Articles

Bannière droite accueil