Le Centre régional de la propriété forestière (CRPF) prodiguera conseils techniques et expertises dans le cadre du plan de relance mis en place par l’Etat pour rendre plus vertes nos forêts. Si la biodiversité est l’un des enjeux majeurs de cette intervention, en injectant 200 millions d’euros dans ce plan, l’Etat souhaite aussi redynamiser le volet économique de la filière…

DIJON (Côte d’Or) : Dans le cadre du dispositif visant à relancer les secteurs économiques du pays après l’atonie observée avec le prolongement de la crise sanitaire, le secteur forestier n’a pas été oublié des enjeux.

Bien au contraire, puisque c’est une manne financière de deux cents millions d’euros qui lui sera consacrée en Bourgogne Franche-Comté.

Si l’ambition de ces mesures est avant tout d’ordre économique,  le volet de la biodiversité et de sa préservation ne seront pas omis des critères de référence pour leurs attributions.

Etablissement public au service de la forêt et des propriétaires privés, le CRPF (Centre régional de la Propriété Forestière) sera mobilisé. Comme devait le préciser récemment son directeur François JANEX pour accompagner les bénéficiaires de ces aides en leur donnant des conseils techniques et de judicieuses expertises.

Le plan se rapporte au remplacement des épicéas plantés à basse altitude.

Depuis trois saisons, ces arbres souffrent d’attaques régulières d’insectes qui prolifèrent et provoquent la mortalité de ces résineux affaiblis par la sécheresse et les températures caniculaires de la période estivale.

Ce sont des essences de provenance locale, voire plus adaptées au sol et au climat qui permettront ce nécessaire reboisement.

Il est prévu que 60 % de la surface aidée soit recouverte avec des végétaux à objectif de production de bois. Le reliquat de ces plantations pourrait s’agrémenter d’un ensemble de variétés destiné au gainage et à l’accompagnement des arbres à objectif bois, mais aussi à la diversification du peuplement afin d’enrichir l’écosystème et améliorer ainsi son fonctionnement.

Le mélange de ces différentes essences sera rendu obligatoire pour les surfaces excédant les dix hectares. Précisons qu’en cas de génération naturelle d’essences adaptées, sur des zones considérées à forte potentialité environnementale, ces végétaux pourraient être conservés.

  

Thierry BRET

 

 

Il a pris le temps nécessaire le représentant de l’Etat, le préfet Henri PREVOST, pour s’imprégner de l’univers industriel qu’il aura découvert ce 11 février. Celui de l’entreprise Aluminium France Extrusion. Soit le deuxième acteur national de ce marché qui fabrique des profilés à partir de cette matière obtenue par électrolyse de l’alumine. Bénéficiaire de 300 000 euros accordés du plan « France Relance », l’entité se prépare à atteindre de nouveaux objectifs, créateurs d’emplois et synonymes de commandes supplémentaires…

GERMIGNY : Propriété de la holding d’investissement OPEN GATE CAPITAL depuis 2013, l’ancien site industriel de PECHINEY qui fut cédé au début des années 2000 à ALCAN envisage l’avenir avec sérénité.

L’entreprise qui exporte 12 % de sa production de profilés d’aluminium vers une dizaine de pays a dévoilé lors de la visite du préfet de l’Yonne Henri PREVOST en ses murs, ce jeudi 11 février, les grandes lignes stratégiques à venir.

Conçus à partir d’un cahier des charges précis et dans des délais très courts pour répondre à la demande croissante, les produits fabriqués dans l’Yonne par cet industriel trouvent des usages auprès des secteurs du bâtiment, des transports, de l’automobile et de l’industrie.

Possédant une seconde unité de production en Picardie, à Ham, AFE a réalisé 95,2 millions d’euros de chiffre d’affaires au terme de l’exercice 2019. Vingt-six mille tonnes de profilés d’aluminium extrudé sont sortis de ses chaînes de production. Le groupe emploie sur ses deux sites 330 collaborateurs dont 285 opérateurs.

La deuxième entité du marché national sur ce segment d’activité recevra d’ici peu une enveloppe budgétaire importante de 300 000 euros dans le cadre du soutien à l’investissement industriel dans les territoires. Une initiative voulue par le plan « France Relance ».  

 

 

Des solutions industrielles en aluminium à forte valeur ajoutée…

 

Accompagné du député André VILLIERS et du président de la Communauté de communes Serein et Armance et maire de Saint-Florentin Yves DELOT, le haut fonctionnaire de la préfecture a montré un vif intérêt à ce projet d’investissement qui lui fut expliqué, visuels à l’appui, par le directeur général d’AFE Hervé PELCERF.

 

 

Soucieux de pouvoir traiter des profilés de plus en plus complexes à l’avenir, le dirigeant de l’entreprise a prévu l’installation d’une nouvelle chaîne de production capable de répondre à ces nouveaux enjeux.

Le site de l’Yonne répond déjà à la complexité technique du marché. En complément de l’extrusion, les équipes parachèvent les profilés. Les opérateurs de sertissage et de parachèvement assemblent les pièces d’aluminium, notamment par coupure thermique et insertion de bandes isolantes entre deux pièces traitées. Les profilés peuvent être également travaillés en surface ou par le processus du laquage ou de l’anodisation, permettant à ces pièces de résister à l’usure, à la corrosion et à la chaleur.

 

 

Obtenir de précieux labels de certification…

 

Ne pouvant s’arrêter de produire à l’instar de toute entreprise qui se doit de respecter son cahier des charges, l’extension d’un bâtiment est également prévue au programme.

En phase d’études à l’heure actuelle, le futur projet devrait connaître son achèvement d’ici la fin de l’année pour la partie constructible du nouveau bâtiment avant le retour de son industrialisation opérationnelle en juin 2022.  

Derrière cette initiative de restructuration, il y a aussi la volonté profonde de développer des outils qui soient plus respectueux de l’environnement.

La réduction de la consommation d’eau, la diminution des déchets poudre ou encore le recyclage de l’énergie et de sa mise en valeur s’inscrivent parmi les objectifs principaux d’Hervé PELCERF.

AFE pourrait par ailleurs décrocher à l’issue de ces aménagements fructueux plusieurs labels de certification intéressants dont le très exigeant SEASIDE après ceux déja obtenus avec QUALICOAT et QUALIMARINE où un objectif de leur renouvellement est souhaité après la mise en route de la future ligne de laquage.

Autant d’informations traduisant la dynamique de l’industriel qui furent divulguées par Hervé PELCERF à ses hôtes, satisfaits de cette immersion chez l’un des fleurons de l’entrepreneuriat dans l’Yonne.

 

Thierry BRET

 

 

Ce n’est qu’un petit coin de ciel bleu dans la pénombre ambiante. Toutefois, il symbolise une lueur d’espoir et un retour progressif vers la normalisation. Surtout pour les restaurateurs qui, sur la base du volontariat, s’engagent  dans cette démarche en appliquant les règles sanitaires. Lundi, les professionnels du bâtiment pourront se sustenter d’un repas chaud dans l’un des dix-huit établissements signataires de ce protocole. Une première avancée constructive soutenue par les milieux économiques…

AUXERRE : Ca y est ! Les salariés du bâtiment, celles et ceux qui le désirent, pourront troquer dès ce lundi 15 février leurs camionnettes, servant de lieu de refuge au quotidien pour y avaler de manière expéditive leur repas de midi, pour un havre de paix en phase avec leurs besoins : une salle de restaurant chauffée !

L’ouverture de dix-huit établissements s’officialise après la signature d’une convention de partenariat entre la préfecture de l’Yonne et les instances économiques de notre territoire.

Une autorisation qui possède, certes encore ses limites et un certain nombre de contraintes eu égard au contexte sanitaire actuel. Mais, l’initiative vise à améliorer les conditions de travail de ces salariés qui se nourrissent tant bien que mal et sans confort dans l’habitacle de leurs véhicules utilitaires malgré les morsures incisives des températures polaires.

Cependant, le corps préfectoral se veut très clair au niveau de la bonne compréhension du message. Il ne s’agit aucunement de la réouverture des restaurants à l’ensemble de la population.

Cette autorisation d’accueillir une clientèle dans les établissements ne concerne stricto sensu que celles et ceux de ces professionnels de la filière artisanale du bâtiment qui disposent en outre d’une carte référence sur soi.

Moyennant quoi, celles et ceux qui souhaiteraient profiter de l’aubaine pour pouvoir resquiller en toute impunité en s’installant à la table de l’une de ces dix-huit maisons en seraient pour leur frais !

Les contrôles par les forces de l’ordre vont se multiplier avec verbalisation à la clé en cas de non-respect des consignes. Sachant, en parallèle, que les restaurateurs devront être en conformité au niveau de l’application des gestes barrières et des mesures ad hoc prévues à ce sujet.

 

 

Un dispositif qui ne s’élargira pas à d’autres secteurs professionnels…

 

Un autre secteur bénéficie de mesures similaires du fait de leur mobilité : les transporteurs routiers. Mais, le préfet Henri PREVOST a été formel dans ses explicatifs : il n’y a pas lieu d’être en l’état actuel des choses où la pandémie connaît toujours une virulence aigüe dans sa circulation de vouloir élargir ce dispositif à d’autres filières professionnelles. Par exemple, celle des VRP.

Eviter le brassage social demeure l’axiome référentiel de base à toutes initiatives qui verraient le jour. Par ailleurs, le représentant de l’Etat a lourdement insisté sur la conjoncture sanitaire lors de la conférence de presse qui dévoilait les arcanes de ce dossier.

« Nous n’en avons pas fini avec cette pandémie, devait-il souligner, ce coronavirus est toujours très agressif… ». Même si le taux d’incidence dans l’Yonne est désormais en dessous de la moyenne nationale.

 

 

Chez les acteurs du BTP, les choses se mettent en place avec une extrême prudence pour s’octroyer ce petit  supplément d’âme de liberté retrouvée. Une préconisation qui a déjà fait ses preuves dans le département de la Creuse, d’où a été imaginé ce concept limitant la présence autour de la même table de quatre convives seulement.

L’Yonne, a contrario, est l’unique département de Bourgogne Franche-Comté à tester ce dispositif. Si son mode opératoire convainc les différentes instances partenaires, on peut supposer qu’il fera des émules chez nos voisins.

 

 

Les acteurs économiques saluent l’initiative en exigeant le respect des règles…

 

Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Alain PEREZ a salué de manière positive cette expérience. Fier de cette signature, il a insisté sur la rigueur qui doit prévaloir à son succès. Rappelant que la réussite de l’opération ne pouvait se faire qu’en étant très rigoureux sur l’adoption des mesures de protection et son respect.

Plus circonspect dans ses analyses, le président de la Fédération départementale du Bâtiment (FFB) Didier MICHEL n’a pas voulu se voiler la face.

« Cette convention sera très dure à mettre en œuvre… ». Toutefois, c’est un premier pas prometteur qui répond à la problématique des regroupements de deux à trois salariés devant se nourrir dans la même camionnette. En filigrane, en prenant des risques de se transmettre la COVID.

Son homologue de la CAPEB, Jean-Pierre RICHARD, s’est félicité aussi au titre de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, du bel état d’esprit des signataires de cette convention qui pose des jalons favorables au retour d’un semblant « petit bout à la vie normale ».

Enfin, l’intervention du président de l’UMIH, Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière, Eric MOUTARD, a conclu ce tour de table des décideurs économiques. Une prise de parole en forme de condensé testimonial empli d’émotions et de véracité d’autant que le gérant du « Biarritz » a subi les affres de la maladie durant plusieurs semaines, dans des conditions physiques et morales très éprouvantes l’ayant conduit à son hospitalisation.

« Je n’accepterai aucune dérive de la part des professionnels de la restauration qui doivent se conformer à l’application stricto sensu des règles sanitaires dans leurs établissements. Il ne faut pas perdre conscience que cette pathologie peut nous affecter à n’importe quel moment de notre existence et que cela n’arrive pas seulement aux autres… ».

Ne pas jouer avec la santé reste donc le credo absolu de cette initiative qui a le mérite de se mettre en place dans l’Yonne comme celle initiée cette semaine par le CIFA et METRO Auxerre de former les professionnels de la restauration à la vente à emporter et à ses réglementations.

 

 

En savoir plus :

La liste des 18 établissements de l’Yonne s’engageant dans ce dispositif :

Le Marais à Appoigny

Le CBR à Auxerre

Le Biarritz à Auxerre

L’Authentique Burger à Auxerre

Le Frascati à Auxerre

O Barakoa à Auxerre

La Renaissance à Auxerre

Brasserie des Bords de l’Yonne (BBY) à Auxerre

La Farandole Gourmande à Auxerre

Aux Plaisirs de Puisaye à Bléneau

Le Syracuse à Chablis

La Clé des Champs à Champigny-sur-Yonne

Hôtel restaurant de l’Ecluse 79 à Chassignelles

L’Auberge Chevill’Yonne à Charny-Orée-de-Puisaye

Le Canard dans le Bocage à Egriselles-le-Bocage

Autour d’un verre à Joux-la-Ville

Le Petit Perrigny à Perrigny

Le Relais de Sainte-Colombe à Sainte-Colombe-sur-Loing

 

Thierry BRET

 

 

La COVID-19 aura eu au moins un effet positif cette année sur le réseau routier de notre territoire. Les restrictions en matière de circulation imputables aux périodes de confinements et de couvre-feu ont engendré fort logiquement une baisse très nette du nombre d’accidents. Toutefois, il ne faut pas se leurrer sur ce miroir aux alouettes trompeur. Mais, l’alcool demeure lui le prédateur numéro un de l’automobiliste au même titre que la vitesse et le non-respect du Code de la Route.

AUXERRE: Le bilan de l’Observatoire départemental de la Sécurité Routière offre une physionomie pour le moins cocasse cette année. A la limite de l’incrédibilité. Le baromètre annuel 2020 affiche un recul de 27,10 % du nombre d’accidents corporels par rapport à l’exercice antérieur. Une situation en trompe l’œil qui est naturellement faussée par le contexte sanitaire exceptionnel que l’Yonne, à l’instar de l’Hexagone, traverse depuis bientôt douze mois.

La fréquentation des automobilistes sur les routes de notre département s’est réduite comme peau de chagrin lors des périodes de confinements et de couvre-feu. Mais, l’Observatoire prévient : le taux de gravité des accidents qui sont venus grossir les statistiques officielles de ce service préfectoral s’est accentué de manière très significative dans l’Yonne. Soit trois fois plus que le taux national, 18 tués pour cent accidents.

Autre constat navrant qui démontre que les Icaunais n’ont pas changé d’un iota leur dérive comportementale lorsqu’ils s’installent au volant : c’est au cours du quatrième trimestre que le nombre de décès a progressé le plus fortement avec un bond de 66,7 % par rapport à la même période observée en 2019. Chasser le naturel, il revient au galop comme le précise l’adage.

Nonobstant, les messages préventifs et la présence des forces de l’ordre aux abords des routes n’inversent pas la tendance.

 

 

 

 

Les principales causes de cette hécatombe (encore 29 disparus cette année sur nos routes) proviennent invariablement du non-respect des règles routières (stop et feux de signalisation grillés de manière outrecuidante, priorités ignorées…), de la vitesse excessive alors que le réseau routier offre de larges portions limitées à 80 km/h et surtout l’omniprésence de l’alcool.

C’est d’ailleurs celui-ci qui est responsable de 34 % des accidents mortels sur l’ensemble de l’année et de 64 % sur le seul mois de décembre, sans doute plus euphorisant avec la période des fêtes.

Comme à son habitude, c’est une nouvelle fois la tranche d’âge des 18/39 ans qui est la plus représentée dans ce palmarès du sordide. Quant aux créneaux les plus meurtriers, ils s’observent entre 15 et 18 heures, et ce, à partir du jeudi. Prélude à un sinistre week-end.

Enfin, 46 % de ces accidents ont été répertoriés sur le réseau des routes départementales secondaires.

Quant aux infractions, elles sont à la hausse de 28 % en 2020, soit 955 cas contre 746 l’année dernière. Des infractions qui ont engendré la suspension du permis de conduire.

D’ores et déjà, la préfecture annonce de nouvelles campagnes de sensibilisation à venir et la poursuite des contrôles par les forces de sécurité.

 

Thierry BRET

 

 

Construire de nouvelles perspectives au profit de la filière agricole. L’intention est louable sur le papier. D’autant que le secteur fait face à une crise sans précédent, subissant les aléas répétitifs d’une météo capricieuse et la plongée abyssale des cours sur les marchés mondiaux. Le Tonnerrois, par le prisme de son organe communautaire, a choisi d’être le pionnier en croyant à ce rebond. En portant aux côtés de la chambre consulaire départementale un projet novateur, baptisé sobrement « 360 ° Tonnerrois »…

ANCY-LE-FRANC : Une référence géométrique pour identifier un nouveau projet au bénéfice de la filière agricole ? Pourquoi pas, en effet, il fallait y penser !

Synonyme d’une vision ambitieuse et surtout élargie d’une prospective aguerrie favorable à la pérennité du secteur, le concept qui a vu le jour en décembre 2020 dans les esprits fertiles des responsables de la Chambre départementale d’Agriculture de l’Yonne possède dans les grandes lignes de sa phase applicative tous les atouts pour séduire.

Non seulement, il se veut original par sa méthodologie et ses axes de réflexion. Mais, en outre, il entre de plain-pied dans la ligne de mire de l’appel à projets émanant de la Région à cet égard (le plan de relance de l’agriculture).

Impulser des projets territoriaux qui soient profitables aux agriculteurs supposait de s’adosser à un partenaire du cru. En dans ce domaine, la Communauté de communes du Tonnerrois n’est jamais avare en expérimentations en tout genre pour sortir du moule par le bon côté de la lorgnette. Il suffit de se remémorer les initiatives prises dans un récent passé par l’EPCI, ne serait-ce que dans le domaine de l’optimisation du numérique. Une réussite, à faire pâmer d’autres collectivités nettement plus frileuses sur le sujet !

Quoi qu’il en soit, la CC du Tonnerrois ne pouvait rester insensible aux récurrentes problématiques vécues par la filière agricole. D’une part, cette bande géographique orientale de notre territoire se situe précisément en zone intermédiaire. Réputée complexe pour optimiser et rentabiliser le travail des exploitations. D’autre part, de nombreuses préoccupations et attentes sociales se font fait jour à travers le département.

Alors, in fine, ce mariage entre le milieu agricole, incarné par le président de la chambre Arnaud DELESTRE, et l’organe institutionnel, piloté par la Conseillère départementale Anne JERUSALEM, est devenu légitime. Un hymen qui a été officialisé face à la presse en fin de la semaine dernière.

 

  

Trouver ensemble des pistes et des projets territoriaux…

 

Intelligence collective, démarche inclusive, co-construite, à base de concertation et de retours d’expériences : tous les ingrédients de la communication participative sont réunis derrière ce concept à la vision panoramique.

Son but est noble : permettre aux professionnels de participer et échanger avec leurs interlocuteurs institutionnels sur l’avenir de leur territoire. Si les agriculteurs constituent le socle initial de ces futures rencontres (une soixantaine d’entretiens individualisés sont d’ores et déjà planifiés parmi les pistes d’actions à venir), d’autres corporatismes seront associés à la démarche.

Ce sera le cas des opérateurs économiques. Mais, aussi des élus. Sans omettre les citoyens, eux-mêmes qui se situent au bout de la chaîne consumériste des produits agricoles, qu’ils soient transformés ou pas.

Articulé en quatre phases distinctes mais complémentaires, le concept « 360 ° Tonnerrois » s’étalera durant douze mois où de manière commune seront édifiés plusieurs projets au service de l’agriculture et du territoire.

Quant aux thématiques pouvant potentiellement être abordées durant cette période de collectes d’idées, elles devraient englober différents items chers à la filière agricole : l’eau, l’alimentation, l’énergie, l’entretien des paysages, la production, le foncier et la gestion de l’espace.

Cet audit réalisé au plus près du terrain a également trouvé écho en Saône-et-Loire sous l’impulsion de la région Bourgogne Franche-Comté.

Vu de notre pré carré, s’il n’est pas encore prévu de le décliner vers d’autres zones géographiques de l’Yonne, il pourrait toutefois faire des émules dans le département si les résultats escomptés sont bel et bien là.

Pour l’heure, les réunions régulières pour le pilotage de ce projet, assuré par les équipes de la Communauté de communes du Tonnerrois et de la Chambre départementale d’Agriculture vont se mettre en place pour en optimiser son avancement.

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 202

Articles

Bannière droite accueil