Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Pas toujours facile de déjeuner dans nos campagnes ! A Dixmont, le mardi, c'est fermeture hebdomadaire. Nous irons un de ces quatre découvrir cette nouvelle adresse « Au Petit Bordésiot » aux Bordes, avec un menu unique où il y est servi des frites congelées (pas vraiment mon truc !). C'est donc avec plaisir que l'on trouve à s'attabler à  Véron, commune de 1 900 habitants, entre Sens et Villeneuve-sur-Yonne, dans ce bistrot-resto, dont on entend régulièrement dire du bien.

 

VERON : Leurs voisins, ce sont les formidables Emilie et Cédric qui tiennent l'épicerie « Proxi », commerce indispensable s’il en est. Ajoutons depuis peu au village, l'arrivée d'un couple de boulangers-pâtissiers, plutôt talentueux. En ce mardi, la petite table a été prise d'assaut. « Hier, il n'y avait quasi personne » m'explique la jeune et souriante serveuse. La première formule est proposée à 11 euros. Une vue de carte postale villageoise  est appréciable en s'attablant dehors : mairie, église, ainsi que place arborée s'y sont donnée rendez-vous…

Bonne idée par ces fortes chaleurs, que celle d'apporter de suite une carafe d'eau ! Il ne reste plus de plats du jour, bien peu estivaux (filet mignon ou hachis Parmentier !).

Mais, la maison propose aussi des salades ! L'entrée unique, c'est un buffet. Il est suivi d'un des burgers maison, accompagné de frites maison. C'est triste, mais on a un peu l'impression désormais que plat constituera demain l'essentiel de nos menus. Ce serait vraiment dommage !

 

Un buffet où l’on reste sceptique sur le côté fait maison des salades

 

Le buffet me semble plutôt issu d'achats de produits tout faits de revendeurs spécialisés. Le taboulé n'y est pas mauvais. Je serai plus sceptique sur la salade de pâtes, bien trop épaisse et chargée en basilic industriel, tout comme la fadasse salade de pommes de terre tentant de ressembler à une piémontaise.

En revanche, la sauce mayonnaise accompagnant l'œuf, est pas mal. Et dans un village disposant d'un vrai boulanger, il est dommageable de servir du pain moulé qui n'est vraiment pas terrible, juste quelconque !
Pourtant, la maison ne désemplit pas ! En sortant des employés remercient Jean-Laurent de son invitation. L'un de mes voisins électriciens narre à ses convives, les affres d'un divorce difficile…

 

 

Un choix de burgers des plus appréciables…

 

Mention réussie pour le burger qui est servi avec un impeccable pain et saignant comme demandé ! La carte propose d'ailleurs plusieurs types de burgers. Il y en a pour tous les goûts. Le mien, un brin relevé, est plutôt bon. Les frites maison sont croustillantes et goûteuses. En accompagnement, le rosé est bien frais, l'idéal par ce temps ensoleillé ! Le repas se termine par un classique du genre qu'est la mousse au chocolat, un dessert intemporel !
Rendons grâce à ces petites tables villageoises qui rencontrent le public qu'elles méritent, amplement d'ailleurs !

 

 

En savoir plus :

 

Les - : le pain pourrait être meilleur !

Les + : la jeune serveuse est aimable et pro, bravo et merci !

 

Contact :

 

Café-restaurant L’Abri

6, Place de la mairie

89510 VERON

Tel : 06.41.02.63.36.

Ouvert tous les jours sauf dimanche.

 

Gauthier PAJONA

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Lorsqu’il parle, il possède une toute petite pointe d’accent, le spécialiste en développement personnel et préparateur mental, Attila FARKAS. Le patronyme nous renvoie à ses origines magyares. Quant au prénom, nul n’est besoin de préciser qu’il évoque celui d’un guerrier qui pratiquait jadis la politique de la terre brûlée une fois de nouveaux territoires envahis : un certain roi des Huns dont les potaches tentent de se remémorer l’existence dans les cours de primaire. L’ex-entraîneur des gardiens de but de l’AJ Auxerre a tourné casaque avec le milieu pur sport ! A la tête de son cabinet, il prodigue ses conseils pour redonner confiance à celles et ceux qui n’en ont plus…

 

AUXERRE : La confiance. Le mental. Des mots qui font tilt dans l’esprit de ce quadragénaire aux allures sportives. Presque un jeune homme, mais bien construit au niveau de ses idées et de ses réflexions ! Peut-être s’est-il inspiré de la fameuse phrase de VOLTAIRE pour accélérer sa reconversion dans le développement personnel et le coaching ? « Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule… ». Beaucoup, en l’état actuel des choses, devraient s’en inspirer avant d’agir !

Le garçon a vraiment changé de cap. Lui qui a vécu durant presque trois décennies dans le sillage de l’AJ Auxerre, de ses athlètes professionnels et ses gardiens de but, parfois emblématiques, dont il fallait travailler le mental afin de les rendre encore plus performants et concentrés.

A la tête de sa structure entrepreneuriale – elle se nomme ATICOACHING, tout bonnement, la contraction de son prénom et du terme anglais -, le Hongrois le plus auxerrois dans l’âme s’est lancé de nouveaux défis, mettant à contribution toutes ses connaissances et ses expériences au service de sa nouvelle clientèle.

De prime abord, les sportifs eux-mêmes, jeunes et moins jeunes en quête de confiance si les performances ne suivent pas, mais pas seulement ! Attila est dans l’écoute, prend le temps de poser les jalons de chacune des méthodes qu’il met en place, explique dans le détail ses outils qu’il a créés pour y parvenir, s’intéresse à l’autre.

 

 

Un séminaire en septembre avec un acteur de la PNL…

 

Il s’est lui-même formé aux neurosciences, une spécialité dans la préparation mentale et le développement de soi. Le tout a été certifié par l’obtention d’un diplôme, des acquis confirmés par son expérience de coach sportif. Le nom de ses programmes sont déjà évocateurs dans la lettre : « ascension », « reboost », etc. Cela donne envie d’en savoir davantage.

Cela sera du domaine du possible en septembre prochain. La date n’a pas été arrêtée officiellement mais le lieu est connu : le château de Villefargeau – un cadre d’exception ! – qui accueillera la déclinaison du programme « Emergence ». Tout un laïus autour de la confiance en soi à toute épreuve ! Une journée immersive pour un groupe limité à cinquante personnes où Attila FARKAS s’appuiera également sur le savoir d’un maître praticien de la PNL, Franck SVENSEN. La PNL ? La programmation neuro-linguistique pour les néophytes !

Fort de cela, Attila est à la conquête de nouveaux territoires ! Les étudiants, les salariés, les cadres, les entrepreneurs ! I Ici et ailleurs, partout dans l’Hexagone ! Vu le climat délétère ambiant : le garçon ne devrait pas avoir trop de mal pour étoffer son portefeuille de clientèle.

Son credo est le suivant : « les solutions à tous nos problèmes sont en nous et autour de nous ! ». Qu’on se le dise, il n’a pas tort en vérité !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il en rêvait depuis très longtemps. Lui, l’homme de tous les défis. Se retrouver désormais dans un cadre professionnel, ergonomique et spacieux, lui permettant de s’épanouir aux côtés de ses trente-cinq collaborateurs. Car, elle a bien évolué, la « petite entreprise » de Gaëtan QUILLIN qui ne connaît pas la crise, depuis ses origines, datant du 01er octobre 2019. 1,2 million d’euros plus tard et après plusieurs mois de patience, le traiteur auxerrois qui ne cesse d’étendre son aura sur le territoire de l’Yonne, vient de s’installer dans ses nouveaux locaux. Le prétexte idéal pour une soirée inaugurale réussie…

 

MONETEAU : Certes, le nom de la société est simple. « QUILLIN Traiteur ». Facile à retenir, dirons les uns ! Pratique à commercialiser, dirons les autres ! On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, dixit le fameux adage. Pourtant, au-delà de ces considérations de pure sémantique marketing, cela n’empêche nullement le nom de cette société, spécialiste de la réception, de l’évènementiel dans sa phase traiteur, de se faire depuis sa création une solide réputation dans le landerneau auxerrois. En cinq ans, la boîte vole de ses propres ailes et pas du tout en rase-motte ! Bien au contraire.

Installée à l’origine à Augy dans des locaux que le garçon supposait trop grands à son goût mais qui s’avérèrent très vite trop étroits, la jeune entreprise relève tous les challenges. Normal pour cet entrepreneur, issu d’une famille où la cuisine se vit de manière passionnelle. Gaëtan QUILLIN, lui-même, fourbit ses armes auprès de grandes toques de l’Yonne, apprenant le métier sans relâche, pugnace et créatif. Son parcours l’atteste. Les nombreuses récompenses, glanées çà et là, aussi !

Lui vient alors l’idée de changer d’air. De trouver cette parcelle de terrain, elle est d’une superficie de 3 100 mètres carrés, dans l’une des zones artisanales et industrielles de Monéteau où il sera bon de s’installer, histoire de développer ses activités et de surcroît, son chiffre d’affaires.

 

« Si je ne fais pas ce projet maintenant, je ne le ferais jamais… »

 

Septembre 2023 : Gaëtan QUILLIN acquiert ce terrain à l’Agglomération de l’Auxerrois. Coût de la manœuvre : 1,2 million d’euros avec l’installation du bâtiment, flambant neuf qui a été inauguré en grande pompe en présence des élus (Crescent MARAULT, Christophe BONNEFOND…) mais aussi des institutionnels. Les représentants de l’association « INITIACTIVE 89 » aident au financement de ce projet, couplé par la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté et des Pays de l’Ain. Un établissement bancaire en qui Gaëtan QUILLIN accorde toute sa confiance.

« Je l’ai dit à Benoît, mon conseiller commercial bancaire. Si vous ne me faites pas confiance maintenant avec l’apport que j’ai aujourd’hui, je ne ferais jamais ce projet. Je ne suis l’héritier ni le fils de personne : mes parents m’ont seulement appris à me lever le matin… ».

Respect quant à la volonté de ce jeune entrepreneur lucide qui ne perd pas le nord…

 

 

La réussite, c’est une affaire d’équipe !

 

Humaniste et généreux, Gaëtan QUILLIN. Ses premières pensées, quand on lui parle du chemin parcouru depuis cinq ans, vont à ses bras droits, de fidèles lieutenants, prénommés Edouard et Camille. Ils se reconnaîtront.

Puis, à son équipe, exerçant son savoir-faire aux côtés de Guillaume COLLET, chef de cuisine, Alexis ROLLET, chef de réception – il quittera prochainement la structure après être partie prenante depuis le début de l’aventure -, mais aussi Amélie, Alexandre, le second de cuisine depuis deux ans, Myriam, la responsable de l’alimentation du groupe pro de l’AJ Auxerre (c’est cela aussi « QUILLIN Traiteur » !), les chefs de parties, Bruno et Kylian, etc.

Le chef d’entreprise n’oubliera pas de remercier les 37 serveuses et serveurs sous contrat qui travaillent à la réussite de sa société.

 

 

Etre arrivé en haut mais il faut y rester !

 

Bien sûr, Gaëtan eut une pensée émue pour sa compagne, Sarah.

« Ce n’est pas toujours facile de vivre à mes côtés et de supporter ce mode de vie à cent à l’heure mais tu m’accompagne toujours de la meilleure façon dans ma vie professionnelle et personnelle… ».

Si ce n’est pas une belle preuve d’amour, çà ?! Poursuivant dans l’émotion, l’orateur se souvint de toutes celles et ceux, trop tôt disparus, qui laissent une place béante dans les cœurs, aujourd’hui. Avec humilité et pudeur. « Je pense à toi, maman, qui m’a quittée bien trop tôt... ».

Sans oublier son grand-père qui lui dit un jour lorsque le jeune homme gagna son premier concours de cuisine à 15 ans : « c’est bien « p’tit gars », tu es arrivé en haut mais attention le plus dur est d’y rester… ».

Place au plus dur pour Gaëtan QUILLIN, entre sagesse, humilité et…succès !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Sans chauvinisme aucun, force est de reconnaître, que bien souvent, désormais, nos entrées de ville sont d'une rare mocheté (en la matière,  Sens et Auxerre ne font hélas point exception !), les coulisses de notre pays sont aussi jolies qu'accueillantes. Dans le Rhône, la route départementale entre Villefranche-sur-Saône et Tarare nous permet entre autres, d'admirer les pierres dorées en terre du Beaujolais. Tournant la tête à gauche, mais aussi à droite, tout y est beau ! Quel plaisir !

 

LEGNY (Rhône) : Soudain, avec un brin de malignité survient l'heure du déjeuner. Parfois, l'estomac sait le rappeler aussi. Mais en la matière, les choses deviennent parfois quelque peu ardues. Elle était bien jolie cette auberge du vignoble, hélas fermée à tout jamais dans ce petit bourg, tandis que dans le village suivant « Le Relais Beaujolais » est en fermeture hebdomadaire. Mince alors...

 

Le « 500 », pour 500 bornes depuis Paris ?

 

C'est alors, que proche du énième rond-point, on aperçoit nombre de fourgonnettes stationnées. On a l'impression que maçons, plaquistes et autres peintres s'y sont donné rendez-vous ! Il y a du monde au restaurant-bar, « Le 500 » (peut-être à « 500 bornes » depuis la capitale !) tenu par Cédric et Franck PROST, deux frangins sûrement !

Une petite table est disponible, en ce jour estival ensoleillé - si, si ! - alors installons-nous, tandis que les bécanes, elles aussi, se reposent. Les serveuses s'activent avec brio, en apportant des assiettes copieuses, signature de la maison. La formule déjeuner est à 18 euros, avec des lasagnes ce midi-là ! La carte fait la part belle à la viande, onglet de bœuf à 23 euros ou foie de veau à 25 euros. Le tout, région oblige, est accompagné d'un petit pot (46 cl) de beaujolais, vin agréable s’il en est.

 

 

 

Une réputation qui n’est plus à faire localement



Avouons sans ambages, que ce n'est pas d'une grande finesse - ce n'est pas l'endroit ! – mais, c'est bon ! L'onglet est impeccablement saignant, tout comme le foie de veau rosé. Un brin de persil sur la viande n'eut pas dérangé ! Mention bien pour la salade verte, assaisonnée à point. Sitôt débarrassée, la table est de nouveau occupée par des convives. La réputation locale de l'endroit n'est sûrement plus à faire.

En dessert, le chef pâtissier, c'est Franck ! Sa spécialité est le « pétillant framboise ». C’est un biscuit financier avec une compotée de framboises et de crème pistache. Cela tient au corps mais c’est bien ! A l'intérieur de l'établissement, le comptoir, lui non plus, ne désemplit pas.

Et adossé au « 500 », la gare de Bois-d'Oingt, avec la ligne Lyon-Paray-le- Monial, permet aussi d'y venir en train. Rendons grâce à ces valeureuses petites adresses, qui année après année, tendent à disparaître, hélas. Merci au « 500 » et aux autres, aussi !

 

 

 

En savoir plus :

 


Les - : il y a un peu d'attente, mais bon, il y a du monde !


Les + : l'ambiance est typique dans ces nobles cantines de travailleurs !

 

Contact :

Le 500

Parking de la Gare

69620 LEGNY

Tel : 04. 72. 38. 07. 24.

 

Gauthier PAJONA

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Déjà, le nom de l’établissement, c’est de la poésie à l’état pur ! « Jasmin ». Comme la plante, bien sûr ! Symboliquement, la référence végétale à la pureté, la simplicité, la modestie mais également à la force. De toutes celles et de tous ceux qui y vivent parfois depuis très longtemps ? Le village senior offre depuis quelques jours de nouvelles possibilités de logements. Illustrées par la présence de dix-sept maisons de bois, comprenant de deux à trois pièces. Histoire de profiter pleinement d’un havre de paix et de tranquillité…

 

THORIGNY-SUR-OREUSE : Ce sont de petites habitations individuelles. Idéales pour y couler des jours heureux. Ceux de la retraite. De la sérénité. Du repos, amplement mérité. Seul ou en couple. La « Résidence Jasmin » n’est pas un concept ordinaire. Loin s’en faut. Il est sorti de terre en…1991 ! Ce qui en faisait à l’époque la première résidence services accueillant des seniors ! Une nouveauté aux fortes potentialités de développement en France !

En ce temps-là, le père du docteur Hubert AHANG, Louis, était considéré si ce n’est comme un précurseur, tel un visionnaire. Un constat similaire avec l’intervention de Christophe FOGEL.

Directeur de l’établissement depuis plusieurs années, il a su également apporter sa marque de fabrique, sa griffe personnelle dans l’élaboration de ce concept unique en son genre. Avec ce village « seniors ». Original, insolite, ergonomique, fonctionnel, et moderne dans l’esprit.

 

 

Un concept moderniste élaboré autour de 17 maisons individuelles…

 

Ce 29 juin, l’inauguration officielle du site a permis à plusieurs partenaires historiques du projet d’être présents. On y aura vu, notamment, des représentants de la Caisse d’Epargne, de la société « Horizon Bois », des « Constructions SIMON », de « Présence Verte », établissement de veille sécuritaire chère à Pierre HIPEAU son directeur, de l’architecte Hervé GRANDJEAN. On notait également la présence de l’ancienne députée de la circonscription, Michèle CROUZET, alors en campagne électorale.

Articulé autour de six modules, ce village pour seniors accueille dix-sept maisons individuelles. Elles sont faites de bois. Parfaitement adaptées au public qui s’y installe. Des pièces qui facilitent l’autonomie. Un concept qui propose tout un tas de services autour, de la conciergerie, aux animations détente et loisirs, la préparation des repas élaborés sur place, l’aide à domicile et la surveillance des résidents. Cerise sur le gâteau : les animaux de compagnie sont les bienvenus chez « Jasmin » ! Un régal.

Reste les jardins. Un espace arboré, champêtre, calme. D’ailleurs, à terme, les soixante-dix résidents bénéficieront d’une terrasse bois et d’un espace vert privatif. Elle n’est pas belle la vie ?!

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil