Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

On le sait, l’artiste possède un cœur gros comme ça ! N’hésitant jamais à consacrer beaucoup de son énergie et de son talent sur scène, exhumant de nos mémoires ces ritournelles populaires qui ont fait la France de la chanson. Beaucoup de son temps, aussi, lorsqu’il s’agit de discuter ou prendre la pose, après le récital, avec son public d’aficionados. Ambassadrice de charme et de tête de notre territoire, Christelle LOURY a une fois de plus émerveillé le public du théâtre d’Auxerre lors d’un concert à vocation caritative au profit des œuvres sociales du KIWANIS Club d’Auxerre…

 

AUXERRE : Lumineuse, Christelle LOURY ! Dans le halo des projecteurs, sa gestuelle enrichie des paillettes de sa robe sombre virevolte comme un papillon gracile, un soir d’été. Et puis, il y a la voix. Sa voix. Cette voix ! Elle peut interpréter avec décontraction et aisance les plus beaux titres du catalogue hexagonal.

« Que reste-t-il de nos amours ? » de l’éternel Fou chantant, Charles TRENET. « Avec le temps », emprunté au répertoire du plus anarchiste des interprètes français, Léo FERRE. Mais, aussi, « Ne me quitte pas » de l’indémodable Jacques BREL ou encore « La Javanaise », qui inspira tant Serge GAINSBOURG et Juliette GRECO ! Mais, le registre de prédilection de la dame, toute vêtue de noir, c’est naturellement…Edith PIAF !

La môme de l’Yonne parsème son tour de chant, accompagnée par le virtuose instrumentiste au piano, Christophe KOTSIRAS, de morceaux populaires de la muse de Marcel CERDAN. « Paris », « La vie en rose », « Sous le ciel de Paris » ou « Padam » : des airs ultra entendus, dont on connaît la moindre note et le plus délicat des mots, que le public pourrait chanter, a capella, sans la moindre peine.

Un public, venu en nombre, plus de 500 personnes, confortablement installés dans la grande salle du théâtre auxerrois…

 

Un soutien aux enfants d’Ukraine par voie canine…

 

Une scène mise à disposition de manière gracieuse par la municipalité à la structure organisatrice de la soirée : le club service local, le KIWANIS Auxerre. Principe d’un club service en règle générale comme son patronyme l’indique : rayonner autour de lui et faire du bien, en pratiquant l’altruisme et la solidarité à tous les étages. En faveur des personnes âgées et atteintes d’un handicap, mais pas que. Il y a les malades, celles et ceux qui subissent le décrochage social, ou toute autre forme de fragilité. Au KIWANIS, l’un des trois clubs service international les plus réputés, le credo est précisément de « servir les enfants du monde ». Dieu sait qu’il y a du travail !

Présidente de l’association, Lucile BEAULIEU pose le décor, avant que ne débute le concert tant attendu. Cette année, les fonds levés auprès des nombreux partenaires et les bénéfices des évènements de l’année convergeront vers le SDIS 89 et à l’Union départementale des sapeurs-pompiers de l’Yonne. Grâce à une opération humanitaire (et canine !) destinée à l’Ukraine !

« Six chiens ont été sauvés de la maltraitance ou de l’abandon, explique l’oratrice, ils ont été formés par un maître-chien agréé et référencé au SDIS au sauvetage en milieu périlleux, en l’occurrence sur le théâtre de guerre actuel… ».

On l’aura compris, ces animaux – les meilleurs amis de l’homme – auront pour tâche d’effectuer des recherches de survivants ou disparus sous les décombres. Une tragédie qui concerne les enfants, malheureusement.

Des chiens, popularisés par les médias régionaux, qui ont été remis par le SDIS 89 à six femmes, maîtres-chiens et démineuses de l’armée ukrainienne, il y a quelques jours à Auxerre.

 

 

« Aimer à perdre la raison » : l’accomplissement des gestes altruistes

 

Parmi les autres actions qui figureront au programme des aides de l’année 2024 : citons le projet de l’association ALOPIAS, du sportif de l’extrême Arnaud CHASSERY. Le KIWANIS Club d’Auxerre financera l’acquisition d’une joëllette à assistance électrique – un fauteuil tout terrain monoroue – favorisant la pratique de la randonnée à toute personne en situation de handicap. Là aussi, les enfants sont en première ligne des bénéficiaires, car utilisateurs de ce moyen de locomotion ludique intégrant l’inclusion sociale par l’accès aux loisirs et l’acceptation de la différence.

Traditionnellement, la structure associative propose des baptêmes de l’air à des enfants fragilisés de notre département, confiés ou non à des organismes d’aide à l’enfance comme la Protection de l’Enfance ou des établissements socio-médicaux. Le rendez-vous est d’ores et déjà prévu à la mi-juin.

« Aimer à perdre la raison », chanta si bien, sur des vers de Louis ARAGON, le formidable Jean FERRAT en 1971 : Christelle LOURY en donnera par ailleurs une sublime version, lors de ce rendez-vous caritatif. N’est-ce pas le propre du KIWANIS Club d’Auxerre d’aimer son prochain et les enfants sans compter lorsqu’il réalise autant de manifestations altruistes et si utiles ?

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Destinataire de la lettre : un certain Gabriel ATTAL. Premier Ministre de son état. L’auteur, un ancien parlementaire en phase de reconquête de son poste de député, fait partie intégrante de la classe politique hexagonale. Patronyme : Guillaume LARRIVE. L’ancien élu de l’Yonne s’est fendu d’une missive adressée à l’hôte de Matignon afin d’y dénoncer la situation plus que préoccupante du collège de Puisaye. Un établissement dont la perte de certaines options pédagogiques incarne cette ruralité, privée d’avenir et de seconde zone…

 

PARIS : La moutarde a dû lui monter aux narines ! Et si la carte scolaire et ses nouveaux découpages font la une de l’actualité éducative, un peu partout en France ces jours-ci, l’ancien député de l’Yonne Guillaume LARRIVE s’est saisi, à son tour, de sa plume pour adresser un courrier officiel au premier des ministres du gouvernement français, Gabriel ATTAL, en personne. Un écrit daté de ce mercredi 07 février.

Objet de la lettre : la situation extrêmement préoccupante du collège de Puisaye, où le député de l’époque (entre 2012 et 2022) avait obtenu de la part des différents ministres de l’Education nationale et des inspecteurs d’académie le bénéfice de dotations horaires permettant le maintien d’une offre éducative, déclinable sur trois sites, Bléneau, Saint-Fargeau et Saint-Sauveur-en-Puisaye.

Or, la réalité est tout autre aujourd’hui. « Je déplore que le collège de Puisaye n’ait pas été défendu à bon niveau, écrit Guillaume LARRIVE, et que d’autres choix ont été faits… ».

Dans le concret, la suppression du site Alexandre-Dethou à Bléneau depuis la rentrée 2023 a sonné le glas et les illusions de bon nombre d’habitants de ce secteur occidental de l’Yonne. « Cela a été un très mauvais coup porté aux habitants de notre territoire rural, précise le président des Républicains de l’Yonne. Aujourd’hui, le collège ne comporte plus que deux sites, celui de Saint-Fargeau et celui de Saint-Sauveur-en-Puisaye… ».

 

 

366 élèves ont été impactés par ces bouleversements

 

Dernièrement, les parents d’élèves ont été stupéfaits d’apprendre que les services de l’Education nationale envisageaient de réduire davantage la dotation horaire globale. Et ce, à l’automne 2024 !

« On passerait de 509 à 462,5 heures, explique Guillaume LARRIVE dans ses écrits, ce qui condamnerait les deux sites de Saint-Fargeau et de Saint-Sauveur-en-Puisaye à des perspectives totalement inacceptables… ».

Conséquence : certaines classes verraient leurs effectifs dépasser les quarante élèves ! Quant à l’enseignement du latin ou de l’allemand, ce ne serait plus que de l’histoire ancienne…

« Au nom de quoi les enfants de Puisaye devraient-ils être privés du droit à une éducation de qualité ?, s’interroge l’ancien parlementaire, la Puisaye, territoire rural, ne serait-elle qu’une seconde zone privée d’avenir ? ».

Une orientation contraire avec le projet d’excellence et d’égalité qui doit continuer à être celui de l’école de la République, convenons-en !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Terre d’accueil pour des délégations étrangères, le département de l’Yonne, à l’occasion des Jeux Olympiques ? Patrick GENDRAUD, président du Conseil départemental, l’a réaffirmé de but en blanc, mardi soir, à l’occasion de la grande soirée évènementielle, se déroulant dans les locaux du CIFA de l’Yonne. L’équipe féminine de rugby à sept du Canada investira donc notre territoire l’été prochain, grâce à la complicité des dirigeants du Rugby Club Auxerrois…

 

AUXERRE : Une salve d’applaudissements retentit dans le gymnase. C’est tout un symbole que ce bâtiment si particulier au cœur du CIFA soit choisi pour la circonstance par les organisateurs de la grande soirée évènementielle, orchestrée autour des Jeux olympiques et de leurs déclinaisons départementales.

Logique que le public se manifeste bruyamment : Patrick GENDRAUD vient de lâcher l’un des scoops de la soirée, avec la réception à l’été prochain – dès le 12 juillet semblerait-il – de l’équipe féminine de rugby à sept du Canada, une formation pouvant prétendre à l’obtention de la plus belle des médailles lors des prochains Jeux de Paris.

« On a posé notre candidature, précise l’ancien maire de Chablis, on y croyait, on espérait même obtenir quelque chose, eh bien, ce soir, je vous le confirme, nous accueillerons ces jeunes championnes du rugby à sept ! ».

Une information qui sera corroborée quelques minutes plus tard par le président du RCA, David PARIZOT, invité sur l’estrade en compagnie de son successeur, Kieran LAURIN. Sauf que ce dernier ne se rendra pas sur scène, retenu par des obligations professionnelles.

 

Tout le club du RCA est impliqué dans l’aventure…

 

Un dirigeant du Rugby Club Auxerrois, très satisfait de ce verdict, positif pour la promotion du rugby à sept. Une discipline qui verra l’équipe de France participer à ce tournoi olympique, côté garçons, avec un groupe auréolé de la présence d’un certain…Antoine DUPONT qui a fait l’impasse sur le Tournoi des VI Nations cette année !

« Il y a un an, nous avons eu les premières discussions, témoigne David PARIZOT, l’Yonne était site de réception mais une question se posait : que fait-on ? ».

 

 

Ne croyant pas au hasard – il a bien raison le patron de l’enseigne OXO 89, chacun sait que cela n’existe pas ! -, David PARIZOT provoqua les choses. Se rapprochant de Philippe LALA, directeur du Projet Yonne 2024 au sein du Département, le président du RCA s’implique à titre personnel pour déceler la moindre opportunité profitable à l’Yonne.

Tout le club auxerrois est de facto impliqué dans l’aventure. Un épilogue qui prendra son terme le 12 juillet, au lendemain du passage de la flamme olympique dans l’Yonne.

 

 

Tout faire pour que la fête sportive soit totale à Auxerre !

 

« Jusqu’au 23 juillet, ajoute David PARIZOT, les filles de l’équipe du Canada seront accueillies à Auxerre. Nous, on va vivre une expérience différente avec cette immersion en terre de l’Yonne. Il nous fallait un lieu qui puisse accueillir une équipe sportive dans sa globalité (le RCA et sa structure). Au-delà du sportif, il nous fallait le vecteur médical. Indispensable pour recevoir des sportifs de haut niveau. On leur a démontré ce qu’il est possible de faire grâce à notre protocole médical. Enfin, il y a l’accueil et le vivre au quotidien à une heure et demie de Paris en étant au vert ! ».

Une petite délégation d’outre-Atlantique est déjà venue en 2023 visiter les infrastructures auxerroises. « On a joué la carte de la proximité » confie David PARIZOT.

Souhait du président du RCA : que la réception de l’équipe canadienne résonne parmi les communautés de ce pays vivant en France mais aussi auprès des habitants de l’Yonne.

« Il nous faudra toute une communication autour de cet évènement, souligne le dirigeant du club auxerrois, sachant que nous allons nous calquer à leur planning… ».

Le Département a soutenu l’initiative. Mais, également la Ville d’Auxerre qui travaille déjà sur la mise à disposition des terrains. Pour que la fête sportive soit totale !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Pas de courant alternatif ni de basse tension pour le Syndical départemental d’Energies de l’Yonne (SDEY) qui, cette année, commémorera comme il se doit le dixième anniversaire de son existence. La date est d’ores et déjà à biffer sur les agendas des représentants institutionnels et des collectivités de l’Yonne, le 06 juin. Une célébration, accueillie à Venoy, qui sera ouverte également au milieu économique, il va de soi !

 

AUXERRE : Ca sent déjà l’effervescence à plein nez, prélude aux grands jours de festivités, dans les bureaux du Syndicat départemental d’Energies de l’Yonne ! Car, cette année, on ne plaisante pas avec le calendrier : le 06 juin symbolisera la célébration des dix années d’existence de la fameuse structure institutionnelle de notre territoire. Dix ans, déjà, de présence dans le paysage icaunais, au service de la sobriété et de l’amélioration énergétique des collectivités territoriales.

Le 06 juin prochain, à la salle des fêtes des Joinchères, à Venoy, le SDEY proposera donc un évènement spécifique à cet anniversaire, dès la fin d’après-midi.

 

 

« Nous en profiterons pour faire un retour sur les dix dernières années, souligne le président de l’organisme, Jean-Noël LOURY en évoquant la probable rétrospective dates à l’appui qui pourrait être réalisée autour de cet évènement, mais surtout nous nous projetterons dans le futur en vous proposant des innovations adaptées aux besoins de notre territoire… ».

Et on le sait, au SDEY, on ne manque ni d’idées ni d’énergie !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La grogne se généralise dans les campagnes. Les multiples prévisions de fermetures de classe hérissent le poil des élus territoriaux mais aussi des enseignants et parents d’élèves. Manifestations, pétitions, demandes de rendez-vous avec la DASEN (direction des services départementaux de l’Education nationale), sensibilisation des politiques… : la carte scolaire version 2024 ne semble pas faire que des heureux dans le landerneau. A l’instar des localités de Butteaux, Germigny et Percey.

 

GERMIGNY : Se battre pour défendre l’intérêt des écoles. Encore et encore, telle est la sempiternelle question préoccupant les habitants de l’Yonne ! L’annonce d’une fermeture de classe dans le secteur des trois localités de Butteaux, Germigny et Percey ne se digère pas, parmi la population.

Cible visée : la deuxième classe qui est accueillie jusque-là dans l’école de Germigny. Arithmétiquement, il ne resterait in fine que quatre classes au lieu de cinq sur les trois bourgades, situées à l’est de Saint-Florentin. Une décision inconcevable pour les maires desdites localités !

Conséquence : les effectifs dans les classes de maternelle et primaire s’en trouveraient davantage chargés. Sachant que 98 enfants sont concernés par le regroupement pédagogique à la rentrée 2024 sur ce secteur. Le risque est de se retrouver avec des classes excédentaires, dès l’automne prochain, à 28 élèves. Voire plus ?

Complexe et ingérable pour les enseignants, pouvant être confrontés à différents niveaux d’enseignement dans la même classe !

Protester contre la décision de l’Education nationale, telle était la motivation de ce regroupement pacifiste, se déroulant vendredi matin, au beau milieu du village, en occupant la route départementale. Plusieurs personnes ont arrêté la circulation routière afin de faire signer une pétition ; le tout dans un climat bon enfant et dans une ambiance sonore des plus supportables.

 

 

Construire une école centralisée ? Mais pourquoi faire !

 

« On ne veut pas bloquer les écoles, précise Cyril PARMENTIER, l’un des parents d’élèves concerné par ce nouveau recul pédagogique en zone rurale, on veut juste se faire entendre ! Nous sommes accompagnés de nos élus pour faire avancer le sujet… ».

A ce titre, la DASEN devrait recevoir prochainement une délégation avant que celle-ci ne rencontre les services de la préfecture.

Quant à Pascal FOURNIER, maire de Germigny, il se désole de la situation : « nous sommes désabusés et n’avons aucune visibilité sur l’avenir de nos écoles et des investissements que nous y avons effectué, précise-t-il, on nous dit que pour être plus attractif, l’idéal serait de construire une école centralisée qui serait plus attirante. On se demande au nom de quel critère ! Plusieurs exemples déjà réalisés sur le territoire démentent cette affirmation. Voyez ce qui s’est passé à Ligny-le-Châtel où la commune a été contrainte de fermer une classe trois ans à peine après la construction d’un nouveau groupe scolaire… ».

A date, vingt-neuf communes sont menacées de perdre des classes d’enseignement du premier degré avec l’esquisse de la nouvelle carte scolaire à venir.

« Cela fait beaucoup trop, renchérit Cyril PARMENTIER, les premiers qui pâtissent de ces décisions arbitraires, sont les enfants ! ».

Mais, aussi, les adultes par un effet de ricochet pervers : qui va effectivement oser s’installer dans une localité où les écoles auraient mis la clé sous le paillasson ?

   

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil