Le chiffre treize porte bonheur à Maud BREGEON. Non seulement, c’est le nombre de déplacements que la porte-parole nationale de LREM a effectué en un laps de temps très court (à peine huit semaines) à travers l’Hexagone avec enthousiasme. Mais, en outre, c’est le chiffre qui lui a permis aussi de souffler quelque peu en rejoignant le stade de l’Abbé Deschamps pour y voir l’affiche de Ligue 2 du jour, l’AJA opposé au Pau FC. L’équipe chère au MoDem François BAYROU !

 

AUXERRE : Elle accumule les kilomètres comme d’autres enfilent les perles, la porte-parole nationale de La République en Marche Maud BREGEON. Normal, quand on exerce le métier d’ingénieure spécialiste du nucléaire pour le compte d’EDF, c’est sûr, on a de l’énergie à revendre !

La jeune égérie de l’exécutif national n’en manque pas visiblement, se concoctant un copieux programme de visites lors d’une courte mais indispensable escapade en terre de l’Yonne, ce samedi matin.

Finement ciselé par deux des ténors de LREM sur notre territoire (Victor ALBRECHT, en charge du Pôle élection au national et Patrice José TAMPIED AZURZA, délégué départemental), le déroulé des opérations menant le porte-voix du parti élyséen à la rencontre des militants de la majorité présidentielle passait par Toucy et Auxerre. Deux étapes clés lors d’une animation de tractage de documents, à la gloire d’Emmanuel MACRON et de son bilan, après quasiment cinq années de pouvoir.

 

Un tour de chauffe matinal sur le marché de Toucy…

 

Dès 09 heures, Maud BREGEON arpentait aux côtés des partisans de LREM le marché, en général bondé, de la capitale de Puisaye. Un préambule, façon tour de chauffe, avant de rejoindre la place de l’hôtel de ville d’Auxerre pour y assurer la même prestation.

La venue de la jeune femme qui avait fait étape ces derniers jours dans le Tarn, le Gers, la Somme, l’Aude ou encore l’Aisne, à Saint-Quentin dans le fief de Xavier BERTRAND (tiens, tiens !), s’inscrit dans le cadre de l’opération de défense des résultats du président de la République.

Alors que celui-ci n’a pas encore officialisé sa candidature à sa possible réélection. Ce qui ne fait pas l’ombre d’un doute, vu la mobilisation frétillante de ses états-majors.

 

 

D’ailleurs, outre le fait de vouloir expliquer les résultats obtenus par le locataire de l’Elysée depuis 2017, Maud BREGEON venait surtout en terre icaunaise pour conforter le lancement des comités de soutien à Emmanuel MACRON, structures au nombre de trois à date en leur apportant son soutien.

Après le double épisode des marchés, la résidente de Levallois-Perret eut droit à sa séance de porte-à-porte afin de rencontrer de visu des Icaunais, avec un départ organisé depuis la place des Cordeliers.

 

 

Un point presse autour de l’opération « Cinq ans d’écoute »…

 

C’est dans l’un des estaminets de la même place centrale d’Auxerre que Maud BREGEON, aiguillée par l’un des membres du service de presse de LREM Benjamin SAYAG, se posa au terme d’un repas rapidement avalé pour faire le point autour de cette nouvelle opération « Cinq ans d’écoute » avec les journalistes.

Une rencontre qui fut menée tambour battant, horaire de match à l’AJA oblige, en présence de deux responsables des comités de soutien au Président de la République, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, conseiller régional et président de la CC de Puisaye-Forterre et de Thierry CORNIOT, maire de Seignelay.

Une dernière séance photographique avec un large sourire collectif (Benjamin SAYAG n’a pas son pareil pour distraire les participants de cette séance en leur lâchant le nom d’un ancien président qui prête à se détendre !) et le tour est joué !

Maud BREGEON quitta alors rapidement la place de l’hôtel de ville, accompagnée des soutiens au président pour gagner le complexe sportif de l’AJ Auxerre où un autre rendez-vous, plus distractif, l’attendait : la rencontre de football opposant le club fétiche de la Bourgogne septentrionale à celui de Pau, dont le maire n’est autre qu’un très proche conseiller d’Emmanuel MACRON, le président du MoDem, François BAYROU. 

Et à propos du Mouvement des Démocrates, mais où était donc passé son président départemental Pascal HENRIAT lors de cette visite auxerroise ? On ne l’aura pas vu être immortalisé sur la photo de famille ?!

 

Thierry BRET

 

 

Les affaires sont les affaires ! Les Rencontres industrielles de l’Yonne ne dérogent donc pas à la règle. Logique quand ses acteurs participent à l’un des carrefours régionaux de la dynamique industrielle de notre contrée ! Aussi, pour renforcer le trait, la Chambre de Commerce et d’Industrie, instigatrice des RIDY 2021, propose pour la toute première fois une convention d’affaires régionale, baptisée « Optimal Prospect ».

 

AUXERRE: Forcément, les visiteurs de cette vingtième édition des Rencontres industrielles de l’Yonne et de la Bourgogne Franche-Comté en entendront parler au cours de leur longue déambulation parmi les allées du parc des expositions, ce mardi entre 09 heures et 19 heures.

Nom de baptême : « Optimal Prospect ». Nul besoin de traduire l’expression puisque c’est bel et bien l’association de deux termes issus de notre vocabulaire qui identifie le principe de la nouvelle convention d’affaires, déclinée par la CCI régionale.

 

 

Le mode opératoire est simple à assimiler. Des donneurs d’ordre viennent exprimer des besoins précis, les fournisseurs industriels qui peuvent répondre à ces attentes sollicitent ces mêmes donneurs d’ordre, provoquant ainsi les prémices d’une future rencontre. La chambre consulaire prend soin ensuite d’organiser les rendez-vous d’affaires personnalisés. De manière gracieuse pour les donneurs d’ordre. Mais, bel et bien payante pour les fournisseurs.

Ce concept, porté par la chambre régionale de la CCI, en partenariat avec son antenne départementale de l’Yonne et la Région Bourgogne Franche-Comté, sera donc accueillie pour la première fois aux RIDY.

Plus d’une cinquantaine de donneurs d’ordre se prêteront à ce jeu de la rencontre en b to b ce mardi à AUXERREXPO en espérant beaucoup de ces entretiens avec les fournisseurs de solutions.

 

Thierry BRET

 

 

Cinq clics suffisent-ils pour gagner son job ? Au-delà d’une formule toute faite, s’appuyant sur une communication aux contours alléchants diffusée vers le jeune public, la Mission Locale de Tonnerre/Avallon vient d’expérimenter un processus ayant porté ses fruits. Dix-huit personnes en ont été les bénéficiaires dans le cadre du plan « 1 jeune 1 solution ». Une initiative adoubée par la représentante de l’Etat, la sous-préfète Cécile RACKETTE.

 

AVALLON : Le concept se nomme « Gagne ton job en 5 clicks ». Ou « clics » si l’on francise l’appellation anglophone se rapportant à cette référence informatique ! Testé avec bienveillance par la Mission Locale de la zone méridionale du département, le module a réuni une petite vingtaine de jeunes gens (dix-huit avec exactitude) avec à la clé l’opportunité pour eux d’obtenir un passeport préventif aux risques professionnels en entreprise.  

La session de formation, scindée en deux groupes, s’est étalée sur une quinzaine de journées, intenses et enrichissantes pour chacun de ses participants. Neuf jeunes issus de Tonnerre y assistaient du 04 au 15 octobre. Le relais fut repris ensuite pour instruire les dix derniers stagiaires, entre le 18 et le 28 de ce même mois dans la sous-préfecture de l’Yonne.

Mais, de l’avis général, bien qu’ils ne se soient jamais croisés hormis le jour de clôture de cette judicieuse expérimentation, assurée en présence de la sous-préfète de l’arrondissement Cécile RACKETTE, l’immersion à la découverte des problématiques de sécurité inhérentes aux entreprises a été vécue comme une véritable bouffée d’air pur chez ces jeunes gens.

 

 

Un précieux sésame à faire valoir auprès des employeurs…

 

Un cycle pédagogique qui aura été concocté avec le concours tout en expertise du GRETA et de l’ARCEF, un organisme de formation professionnel ayant de plus en plus de velléités d’implantation sur le territoire icaunais.

Muni de ce précieux sésame, se rapportant à la prévention des risques sécuritaires en entreprise, les jeunes lauréats disposent dorénavant d’une nouvelle carte maîtresse dans leur jeu, à faire valoir auprès des employeurs dans leur quête à l’insertion professionnelle.

Certains ont des projets bien arrêtés dans leurs têtes. D’autres hésitent encore entre diverses possibilités de carrière. Mais, tous ont à cœur de travailler au plus vite et de se lancer dans ce que l’on nomme communément la vie active !

Ce cursus, un peu spécifique sur le papier, n’en demeure pas moins fort utile pour la suite de la prospective de ces jeunes gens en recherche d’un emploi.

Bon nombre d’entreprises estiment que les formations de premier niveau doivent sensibiliser aux risques professionnels.

Préparés aux chausse-trappes des problématiques liées à la sécurité, les futurs embauchés peuvent ainsi mieux les appréhender en connaissance de cause. Joindre l’utile à l’agréable, en quelque sorte !

 

 

Un petit bonus en prime : un jeu de carte sur la sécurité routière…

 

Aux côtés des représentants de l’ARCEF (Fabrice CAYARD, responsable de l’agence Bourgogne), du GRETA de l’Yonne (Eric GUYOT, l’un de ses intervenants) et de la Mission Locale (Radouan GSSIR, son directeur), la sous-préfète Cécile RACKETTE a pu remettre à chacun des jeunes gens les attestations de formation et le fameux passeport qui permet d’ouvrir plus largement les portes menant à l’emploi.

En sus, la représentante de l’Etat leur a glissé à chacun un jeu de cartes, un « Mille bornes » des plus spécifiques, un outil ludique les initiant aux dangers de la circulation routière.

Décidément, la sécurité aura été le maître mot de cette opération qui ne demande qu’à être réitérée dans un proche avenir.

 

Thierry BRET

 

L’évènement nous revient. Avec la même flamboyance que les années précédentes. De quoi fêter dignement sa vingtième édition. Tout sera mis en place en cette journée du 09 novembre pour que les participants (près de trois mille visiteurs sont attendus) puissent repartir du Parc des Expositions avec du grain à moudre et des idées pleins la tête pour les aider à progresser dans leurs projets industriels. Ceux du futur…

 

AUXERRE : Ce ne sera pas une journée ordinaire à vivre, ce mardi au Parc des expositions. Les RIDY, rencontres industrielles régionales concoctées depuis vingt éditions pile poil par la CCI de l’Yonne, nous reviennent tel le Messie prodiguant la bonne parole en terre de Galilée.

Ses fidèles, le monde de l’entrepreneuriat, de l’industrie et du business, attendent cela depuis si longtemps. Deux ans, puisque l’évènement s’évertue à rester pour des raisons économiques (et cela se justifie amplement au vu de la lourdeur d’un tel projet) sur un rythme biannuel.

Pourtant, les RIDY n’ont pas souffert de la crise sanitaire. Elles ont échappé à toute déprogrammation nécessaire imputable à la circulation de la pandémie et à ses confinements répétitifs.

Ce sont, en revanche, ses différents acteurs, ses représentants de la filière industrielle pur jus qui ont connu des heures sombres et du vague à l’âme pour faire face à la dure réalité pendant une trop longue période s’éternisant plus de vingt mois. Et on nous reparle déjà d’un nouveau sursaut de la maladie ?

 

 

68 % d’entreprises industrielles de l’Yonne présentes sur l’édition 2021…

 

Alors, profitons de l’instant présent, si pareilles mésaventures se reproduisaient. Ce qui est plaisant dans cet évènementiel c’est qu’il regroupe des « positives entreprises » ! Le leitmotiv de la CCI de l’Yonne qui en a fait son cheval de bataille depuis tant d’années.

Deux cents d’entre elles (et non des moindres) y seront représentées.

Par le biais d’un stand où elles exposeront leur savoir-faire, leurs concepts, leurs produits, leurs suppléments d’âme, leurs personnalités humaines. 82 % de ces entités professionnelles arboreront fièrement les couleurs de la Bourgogne Franche-Comté ! Soit sept des huit départements qui forment aujourd’hui ce territoire dont les atouts sont nombreux. Etonnamment, le Territoire de Belfort (il sera représenté malgré tout lors des conférences tenues par les experts) ne disposera pas de vitrines visuelles par ateliers interposés. Ce n’est pourtant l’activité industrielle qui manque sur ce petit bout de terre franc-comtoise !

 

 

Naturellement, la grande majorité de ces participants proviennent de l’Yonne. A 68 % ! Preuve qu’il existe de belles pépites industrielles qui réalisent des choses, y compris à l’export (le volet international décliné sur les RIDY est toujours mis en exergue), et dans bon nombre de domaines.

Mécatronique, mécanique, aéronautique, automobile (même si sur ce segment de l’activité les choses se complexifient avec la rareté des semi-conducteurs), agro-alimentaires offrent un panorama éclectique de possibilités corporatistes sur ce département situé à quelques encablures de l’Ile-de-France. Le puissant voisin dont il faut capter les atouts.

Les portes de l’Ile-de-France : il a tenté à maintes reprises de les tenir grandes ouvertes au bénéfice de son territoire de prédilection, le président PEREZ. Il y a réussi grâce à ces RIDY de nouvelle génération qui offrent précisément cette opportunité de pouvoir les ouvrir.

 

Rendre les entreprises plus compétitives et plus vertes…

 

En valorisant l’excellence industrielle française, en mettant en exergue l’attractivité des métiers du secteur industriel qui ne cesse de recruter. Bien sûr, on ne pourra faire abstraction des enjeux de demain. Et ignorer le besoin de transformation en profondeur de l’industrie afin de la rendre plus compétitive, plus intelligente, plus verte, plus en phase d’adaptabilité avec ses ressources humaines.

Ce sont là tous les ingrédients de cette industrie du futur, le fil d’Ariane de cette vingtième édition qui sera inaugurée le mardi matin par la présidente de la Région Marie-Guite DUFAY aux côtés de Natacha VIEILLE, sous-préfète du territoire en charge de la relance, et d’un large panel de personnalités institutionnelles et politiques régionales.

Entre espaces de conférences (une douzaine d’items y sont proposés), forums et ateliers, sans omettre les connexions faites vers l’emploi avec le site dédié de la CCI (https://positiv-emploi.fr/), les RIDY 2021 seront donc un flamboyant creuset de relations humaines riches, de contacts utiles et facilités, d’échanges pertinents, d’affaires aussi à réaliser entre personnes de bonne compagnie. Dans le seul intérêt de l’attractivité de notre territoire.

 

 

En savoir plus :

RIDY 2021

Parc AUXERREXPO

De 09 heures à 19 heures

Entrée gratuite

Sous conditions de passe sanitaire

 

Thierry BRET

 

 

C’est presque une « rencontre du troisième type » à laquelle on a pu assister ce samedi en début d’après-midi à la librairie « Obliques » à Auxerre. Présent pour y assurer la dédicace de son dernier opus (« Une révolution inachevée »), Guillaume LARRIVE a eu la surprise de voir pénétrer à l’intérieur de la boutique la porte-parole de La République en Marche (LREM) Maud BREGEON en visite de pré-campagne électorale dans la capitale de l’Yonne !

 

AUXERRE: Etonnant tableau que celui proposé à l’intérieur de la librairie « Obliques » près de l’hôtel de ville ce samedi après-midi. De sa plus belle plume, le député de la première circonscription de l’Yonne Guillaume LARRIVE devait écrire quelques mots de bienveillance et de sympathie sur la page de garde de son livre à l’attention de la future lectrice présente en face de lui.

Une séance de dédicaces bien particulière en effet car la lectrice à qui il a offert avec beaucoup d’amabilité et de sourires son dernier ouvrage, « Une révolution inachevée », n’était autre que Maud BREGEON. Nouvelle porte-parole de La République en Marche depuis novembre 2020 !

Mais, comme une surprise ne vient jamais seule précise l’adage, le parlementaire de l’Yonne a pu converser également avec le chef du Pôle élection du parti présidentiel, Victor ALBRECHT, qui suivait le sillage de la nouvelle égérie de la « macronie ».

Un échange de politesse et de courtoisie bon enfant, dans la parfaite logique républicaine entre ces acteurs politiques de bord pourtant différent.

 

 

Maud BREGEON est donc repartie, radieuse, de la librairie auxerroise avec le nouvel ouvrage dédicacé par le député Les Républicains de l’Yonne. Ouvrage qu’elle ne manquera pas de lire dans les jours prochains.

Il y a peu, lors d’un déplacement à Saint-Quentin dans l’Aisne, la jeune porte-voix de LREM qui ne pratique pas la langue de bois (le Patriote Florian PHILIPOT s’en souvient encore !) avait salué l’excellent travail du président des Hauts-de-Seine Xavier BERTRAND au niveau de la région, prétendant à la présidentielle 2022 pour le compte de LR, lors d’une rencontre de campagne avec des militants.

Là, à Auxerre, elle se fait offrir le troisième livre du Républicain Guillaume LARRIVE, dont les appétences présidentielles au niveau de son soutien vont davantage vers la candidate Valérie PECRESSE ou l’européen Michel BARNIER !

De là à supputer que la frontière est ténue entre les Républicains et La République en Marche, il n’y a qu’un pas ! Celui de la démocratie et de la tolérance !

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil