Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Le sentiment du devoir accompli. D’avoir réalisé les choses en son âme et conscience, dans l’intérêt et au service de tous. En particulier, cette population éloignée des soins, ces personnes précaires qui ne peuvent même plus se permettre de consulter le moindre généraliste, faute d’argent. Incontournable figure praticienne du CES (le fameux Centre d’Examens de Santé de l’Yonne, structure gérée par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie), le docteur Saïd BROUCHE tire sa révérence. Un au-revoir mais pas un adieu à la générosité, l’altruisme, la prévention…et les projets.

 

AUXERRE : Etonnamment, le responsable du Centre d’Examens de Santé de l’Yonne n’a pas revêtu sa fidèle blouse blanche, en ce vendredi matin, premier jour de l’hiver. Pourtant, fidèle au poste, il a bien débuté sa énième journée de travail en recevant dans son grand bureau, une patiente. Perfectionniste et humain jusqu’au bout des ongles, Saïd BROUCHE reste avant toute chose un médecin attentionné. Lui qui jadis a obtenu ses diplômes médicaux dans des disciplines thérapeutiques qui se complètent comme la gériatrie et la pneumologie, il demeure égal à lui-même. Un homme simple, accessible, agréable et rassurant, qui aime être utile à son prochain, respectueux du serment d’Hippocrate qu’il a prêté en 1978 en qualité de jeune médecin. Son credo : mieux vaut prévenir que guérir ! Son leitmotiv : faire le bien autour de lui en accueillant parmi ses services les défavorisés de la vie, les oubliés de l’existence, les paumés du quotidien…Même si l’ensemble de la patientèle compte énormément pour lui.

Calme, posé, détendu, silhouette de gentleman-farmer avec son pull à col roulé sombre, le docteur Saïd BROUCHE irradie la pièce où il m’accueille d’une légèreté intellectuelle très subtile. C’est un rendez-vous express, prit sur le pouce, et qu’il m’accorde malgré la journée symbolique qui se présente à lui ce vendredi 22 décembre : son départ à la retraite. On ose à peine y croire !

 

41 années dans la filière médicale : de l’expérience à revendre !

 

Lui qui incarne de par sa présence, son style de management paternaliste avec ses équipes – près de vingt-cinq personnes essentiellement féminines -, son sens relationnel aiguisé avec la patientèle qui défile par petites grappes dans les locaux avant d’entreprendre le fameux parcours de soins prévu sur une matinée, le Centre d’Examens.

41 années d’exercice dans la filière médicale, ça parle ! Dont une présence connue et reconnue au sein de ce centre d’examens, si particulier, un outil très précieux à l’estampille de la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) où tous les assurés sociaux ont droit de visite et de découverte. Responsable de cet endroit, le docteur auxerrois a pu mettre en place bien des aventures structurées et autant de projets judicieux durant toutes ces années. De l’accompagnement de l’informatisation de ce lieu aux différentes conventions paraphées avec une cinquantaine de structures départementales partenaires, rien ne sera laissé au hasard, dans le fruit de cette stratégie.

 

 

L’une de ses plus belles réussites – il le révèle lors de la discussion – l’existence des unités mobiles facilitant la prévention et l’orientation vers les solutions thérapeutiques à distance : Avallon, Sens, Tonnerre, trois villes qui en bénéficient.

L’un de ses gros challenges qu’il aura eu à aborder : l’adaptabilité du CES à assurer la gestion de la crise sanitaire imputable à la COVID et aux différentes vagues successives de la pandémie. Une réactivité qui s’appliquera sur le terrain via les campagnes de vaccination, de dépistage, de traçabilité…

Mais, ayant ce sens de la perfection aigüe, Saïd BROUCHE reconnaît aussi avoir eu à subir des revers durant sa carrière, lui procurant des regrets.

« Nous n’avons jamais pu développer l’unité mobile du CES sur le secteur de la Puisaye-Forterre, concède-t-il, le regard un peu plus sombre. A l’instar de la mise en place d’un centre de vaccination dans la Nièvre… ».

 

 

Un binôme 100 % féminin pour commencer 2024

 

A contrario, le visage de notre interlocuteur s’épanouit à l’évocation des innombrables campagnes de sensibilisation, mises en place par le Centre d’Examens de Santé, en direction des populations désireuses d’en connaître davantage et de se prémunir contre les risques des cancers, en particulier celui du sein et du colon, par le biais des dépistages. Des campagnes qui concernent aussi les maladies cardio-vasculaires et le diabète.

« Je suis fier de tout ce que nous avons entrepris, souligne-t-il avec humilité, et je n’oublie pas d’y associer l’ensemble de l’équipe... ».

Une équipe qui habillée pour certaines personnes avec des parures de Noël accueillait les premiers patients se rendant sur place, vendredi matin.

Membre créateur de l’association TABAGIR aux côtés d’une autre figure de la profession médicale icaunaise (le docteur Serge TCHERAKIAN), Saïd BROUCHE n’a pas encore réfléchi à la suite, souhaitant profiter pleinement de son nouveau statut de retraité, valable au 31 décembre.

Toutefois, le médecin qui veut être utile à la société possède plusieurs pistes de réflexion ; elles sont même multiples d’après lui !

« Toujours est-il, affirme-t-il, je resterai en lien avec des projets autour des personnes âgées et des personnes en précarité… ».

Et si, glissera l’une de ses collaboratrices, prénommée Mélanie, un peu émue par ce départ, le docteur Saïd BROUCHE nous revenait de temps à autre au CES pour y apporter sa bonne humeur ? Une chose s’avère évidente : c’est bel et bien le docteur Estelle HINCELIN qui prendra le gouvernail de ce vaisseau amiral de la CPAM pour naviguer sur les mers de la prévention, du dépistage, de l’orientation et du suivi des soins en 2024. La nouvelle « capitaine » sera soutenue dans cette aventure par la directrice adjointe de la CPAM, Christelle ROUTIER. Un joli binôme, 100 % féminin, pour augurer des belles perspectives 2024…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Pas si simple de se faire entendre de cent vingt personnes, adeptes de la convivialité. Impatientes de se sustenter après un interminable apéritif, pris à l’extérieur de l’enceinte chauffée du stade, qui les accueillera pour y déguster le repas de fin d’année ! On se retrouve, on y discute, on plaisante, on se fait la bise, on en profite pour échanger quelques cartes de visite tout en s’intéressant comme il se doit à la future journée de championnat de Fédérale 2. Président du RCA, David PARIZOT a fait de ces retrouvailles partenariales annuelles un moment de liesse, tout en délivrant quelques messages forts sur le rôle des soutiens financiers…

 

AUXERRE : Le brouhaha de l’assistance persiste un long moment avant que le président du Rugby Club Auxerrois ne puisse ouvrir la bouche et prononcer les quelques mots de bienvenue usuels. Il y a foule dans l’immense pièce faisant office de salle de réception. Celle qui domine le stade où la vue sur le terrain et les panneaux des partenaires est saisissante. Les partenaires ? Justement, ces retrouvailles chaleureuses autour de ces grandes tablées à l’ambiance si animée sont synonymes de leur présence. Un rituel quasi immuable depuis que les dirigeants du club évoluant en Fédérale 2 ont démultiplié leurs tissus relationnels liens avec les réseaux des entrepreneurs locaux.

D’ailleurs, David PARIZOT, président de la structure et lui-même dirigeant d’entreprise, la société OXO 89, est formel à cette interrogation inopinée : « sans les partenaires, privés ou publics, le club ne survivrait pas ! ».

Des paroles emplies de bon sens, en vérité. Chacun le sait bien, au-delà du sportif, de l’administratif, de la logistique, un club quel que soit la discipline sportive doit pouvoir se reposer sur des soutiens financiers fiables. Ceux des sponsors, des mécènes,… des vrais partenaires en bout de course.

 

 

Monter en Fédérale 2 est une chose, y rester en est une autre !

 

D’autant que le RCA a évolué au niveau de son parcours compétitif cette année, en gravissant un échelon supplémentaire ; d’où l’impérieuse nécessité de gagner de nouveaux partenaires à ajouter à son escarcelle. Une vie financière scrutée en permanence par les autorités supérieures du rugby, puisque la FFR surveille à raison de deux à trois contrôles annuels l’état de santé des clubs qui évoluent en Fédérale 2, au même titre que ceux fréquentant l’élite.

L’accession en Fédérale 2 aura été très positive pour le RCA. Tant au niveau sportif avec l’apport de nouvelles recrues expérimentées qu’au niveau des partenaires, beaucoup plus nombreux cette saison.

« Nous avons la chance de proposer une vision stratégique à nos partenaires, souligne David PARIZOT, ils ont envie de soutenir un club qui joue la gagne et qui avance… ».

Depuis 2019, date de son arrivée à la présidence du club auxerrois, David PARIZOT n’a pas changé d’un iota son discours : « j’ai toujours dit que l’objectif de la Fédérale 2 n’est pas un objectif clairement écrit ; par contre, le vrai objectif était de réunir et de cocher toutes les cases dans l’environnement du fonctionnement du club pour augmenter les chances de l’accession en Fédérale 2. Y monter est une chose, y rester en est une autre ! Maintenant, l’objectif avoué, c’est le maintien. On est dans une deuxième étape en préparant le club à long terme dans ce maintien. Concrètement, la partie financière doit être solide, sur trois à cinq ans, il nous faut un fil conducteur qui soit différent de la monter et de la structuration du club… ».

Cette fête de fin d’année était attendue par ces cent vingt personnes, membres du Club 15. Une structure bien assise aujourd’hui qui se retrouve de deux à trois fois dans la saison afin de prendre le temps de faire connaissance entre partenaires, ce que ne permettent pas des rendez-vous sportifs vécus avec émotion au bord du terrain.

Un Club 15 qui offre un supplément d’âme généreux sous la forme de cohésion et de camaraderie. A l’instar d’une véritable équipe. Bref, c’est le prolongement naturel de la grande famille du RCA !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Vêtue de ses plus beaux atours de la préfectorale, la directrice de cabinet du préfet de l’Yonne, en l’absence de ce dernier, Clémence CHOUTET a pris un malin plaisir à présider la cérémonie officielle de remise des distinctions du Comité départemental de l’Yonne des Médaillés de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif, lors d’une manifestation placée sous le signe de la solennité et de la convivialité. Un rendez-vous qui saluait le rôle de ces bénévoles si précieux et altruistes qui donnent de leur temps au service de l’intérêt général et des citoyens…

 

AUXERRE : Large sourire affiché sur son visage juvénile, la directrice de cabinet du préfet de l’Yonne est visiblement très heureuse d’être là. La haute fonctionnaire – elle est également sous-préfète de l’Yonne – remplace Pascal JAN, excusé, lors de la réception du Comité départemental des Médaillés de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif, et de sa forte délégation de potentiels récipiendaires de ces illustres distinctions. Comme le précisera un peu plus tard, le président dudit Comité, Joël BARLIER, à l’aise derrière le pupitre, « ces médailles récompensent les bénévoles qui donnent généreusement de leur temps et de leur énergie au service de l’intérêt général au sein de leur association… ».

Des ambassadeurs, en quelque sorte de cette riche et si éclectique vie associative, bien accueillis dans les salons de l’hôtel de la préfecture par Clémence CHOUTET que cette dernière n’hésitera pas à qualifier de « votre maison » en regardant les lauréats de la soirée. C’est dire si chez les représentants de l’Etat, on ne prend pas les choses à la légère avec ce type de cérémonie officielle, et la symbolique honorifique qui l’entoure.

 

 

Une bonne visibilité pour le territoire de l’Yonne…

 

Il est vrai que sur le papier tous les ingrédients qui incarnent les valeurs de la Nation sont représentés. La jeunesse, tout d’abord en référence à l’avenir mais aussi l’engagement associatif, vecteur de cohésion sociale, de connaissance de l’autre et de dynamisme du territoire. Sans omettre ces médailles : la reconnaissance à celles et ceux qui prennent des initiatives en s’investissant sur le terrain. On pourrait y ajouter en filigrane la proximité, la disponibilité, l’altruisme, l’attractivité. Des termes qui résonnent aux oreilles des intervenants de la préfecture de l’Yonne.

« C’est une question de visibilité pour notre département, glissera en substance Clémence CHOUTET qui ne se départira pas de son sourire lors de son discours.

Du petit lait à déguster avec succulence pour le président Joël BARLIER qui rappela que « ces trente-trois récipiendaires d’un soir méritaient amplement cette reconnaissance collective et individuelle pour leur générosité, leur solidarité, leur engagement auprès de leurs concitoyens… ».

Dans le détail, Clémence CHOUTET et Joël BARLIER allaient ensuite s’atteler à épingler les fameuses décorations durant cette cérémonie à trente-trois personnes : 25 d’entre elles recevant le bronze, six bénéficièrent de l’argent et deux touchèrent le saint-Graal, l’or ! Presque le bilan comptable d’un tableau final des médaillés olympiques aux termes des Jeux ! Souhaitons qu’à Paris en juillet prochain, la répartition des métaux soit différente !

On notait parmi l’assistance la présence de Valérie GABARD, cheffe du service départemental à la Jeunesse, à l’Engagement et aux sports ainsi que les membres du Conseil d’administration du Comité départemental des Médaillés de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif.

 

 

 

Les résultats :

Médaille de bronze :

Jean-Pierre ANTOINE, Lucienne BAILLET, Pascal BAYOT DUPONCHEL, Christian BENARD, Laurent BRIFFAUT, Aurélia CHARPENTIER, Roger CORME, Jean-François DELINGETTE, Ludovic DUHAUTOY, Djamel FERRAND, Corinne FRANGVILLE, Marie-Anne GAUTHIER, Marie-Jeanne GRISARD, Annick INFRE, Jean-Paul JAKUBOWICZ, Aimé LOUAT, Antoine MASSON, Maria MATEUS LARIAS LEITAO, Alain MERY, Marie-Claude MOREAU, Laurent MOULINIER, Philippe PAULMIER, Evelyne SERVILLE, Gérard THIBAULT, José VIE.

Médaille d’argent :

Brigitte DREAU, Michèle LAVAUD, Michel MOREAU, Françoise NAGNAN, Michel PARISE, Francine SIMON.

Médaille d’or :

Joël BARLIER, Anne VIRTEL.

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Est-ce un caisson de décontamination devant nous préserver d’une quelconque attaque bactériologique ? Un étrange objet céleste qui se serait posée là, par le plus grand des hasards et qui aurait bien fait les choses en choisissant la cour de l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre, lui donnant de facto un sacré coup de pouce médiatique devant satisfaire l’agence de développement Yonne Tourisme ? Quels mystérieux secrets se divulguent dans cet antre métallique comportant de curieuses inscriptions ? Pour le savoir, un guide propose la visite ! Hervé LAYER, dirigeant de l’entreprise éponyme, qui révèle les arcanes de ce curieux objet insolite…

 

AUXERRE : Vision peu habituelle dans l’enceinte de la cour de l’Abbaye Saint-Germain avec la découverte de ce grand caisson métallique : il accueille en son sein de bien curieux visiteurs ! Ils ont tous des têtes d’intellectuels, de spécialistes de la technologie, peut-être même des cadres ou des chefs d’entreprises. Certes, l’Abbaye Saint-Germain nous a déjà habitués par le passé à recevoir des pièces maîtresses de l’art contemporain (parfois décrié par les profanes qui n’y entravent que couic !) en ces murs. Mais, ce n’est pas de cela dont il s’agit vraiment aujourd’hui.

Pourtant, l’évènement est unique en son genre. Il se déplace d’ailleurs à travers l’Hexagone à l’heure actuelle. En optant d’ordinaire pour les métropoles de belle envergure plutôt que les villes médianes de province. Lille, Strasbourg, Paris, Marseille ont déjà reçu la visite de cet étrange vaisseau qui, malheureusement pour les férus d’ufologie, n’a rien d’extra-terrestre !

 

 

Une expérience immersive unique en son genre

 

Dommage ! Mais, à y regarder de plus près, on n’y perd pas au change. Le capitaine KIRK de ce vaisseau « Star Trek » newlook aux intentions pacifiques n’est autre que le charismatique entrepreneur du cru, Hervé LAYER. Son navire amiral se confond avec la société du même patronyme. Une belle pierre dans notre jardin d’Eden économique départemental, fondée par ses parents Evelyne et Gilbert LAYER, ce dernier, un personnage inoubliable et sympathique qui évoluait dans le milieu entrepreneurial bourguignon ! Trente-huit années déjà ! Insignifiant dans l’espace spatio-temporel de la conquête céleste mais une sacrée référence en matière d’expériences dans la thématique du jour qui nous préoccupe : la cyber-sécurité.

Profitant de l’opportunité de faire vivre aux entreprises et collectivités du terroir une expérience immersive unique en son genre (avec la complicité de son partenaire, WITH SECURE), la société LAYER a donc organisé cet évènementiel aux allures spatiales le temps d’une journée, saucissonnée en autant d’ateliers accueillant à chaque fois une trentaine de passagers, à bord de cet engin original. Une remorque de poids lourd déployée en deux et créant un univers (surchauffé certes !) mais pratico-pratique afin d’y prêcher la bonne parole : la protection contre la cybercriminalité qui multiplie en cette fin d’année (mais ce depuis des lustres déjà) ces actes malveillants à grand renfort de menaces, de chantages et de demandes de rançons ! Des actes délictueux qui minent le moral des entrepreneurs – ils n’ont vraiment pas besoin de cela à l’heure actuelle ! – en défiant les règles du respect d’autrui et du civisme. Un racket puissamment organisé par des malfrats à l’état pur…violant l’intimité des entrepreneurs.

 

 

Analyser  les réactions des chefs d’entreprise face à une cyber-attaque

 

D’ailleurs, pour ce voyage d’une quarantaine de minutes agrémenté d’explications techniques et de vidéos percutantes, des étudiants étaient aussi invités à prendre place à bord de l’engin. Des étudiants au profil spécifique et formés chaque année par les spécialistes de LAYER : ceux du Pôle Formation, de l’EPSI, du lycée Saint-Jacques,…

« Nous accompagnons les acteurs économiques locaux dans la mise en place de systèmes et solutions d’impression, d’infrastructure informatique avec infogérance ou en cyber-sécurité, explique Hervé LAYER, nous cherchons à être toujours plus prêts de nos clients, chefs d’entreprises et collectivités, pour protéger leurs actifs…. ».

Aux côtés des chefs d’entreprises et autres cadres, voire des directeurs de service informatique et sécurité, ces jeunes gens ont donc vécu une opportunité des plus originales : vivre une expérience immersive au cœur d’une cyber-attaque. Sous la forme d’un jeu grandeur nature permettant à ces acteurs de réagir aux multiples situations devant mettre en péril leur outil de travail.

Hervé LAYER de rajouter : « Pour nous, il était important de voir quelles ont été les réactions d’un chef d’entreprise, d’un directeur de système informatique ou d’un collaborateur face à un piratage informatique par « ransomware » ? Nous avons souhaité que cette journée rayonne dans le département afin de sensibiliser les professionnels aux risques informatiques… ».

Joindre l’utile à l’agréable avec une étude de cas très précise au scénario catastrophique qui pourrait arriver à tout instant pour entraver la bonne fonctionnalité d’un maillon de la chaîne économique de notre territoire. Un drôle de voyage à vivre dans cet espace dédié, fort utile pour appréhender les solutions d’usage à déployer si cela venait à arriver un jour…Une expérience  unique que les invités de LAYER n’ont pas regretté de découvrir.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La ville d’Auxerre a mis les « petits empereurs dans les grands » en commémorant de belle manière le 158ème anniversaire de la disparition du capitaine COIGNET. Une journée entière dédiée au Premier empire, avec le concours des « reconstitueurs » napoléoniens de l’association Jean-Roch COIGNET, contrariée par une météo pour le moins humide, bien loin du soleil d’Austerlitz ! Une étape de plus pour la municipalité auxerroise, dans son objectif d’intégrer la ville préfecture dans le cercle très fermé des « Villes impériales »…

 

AUXERRE: Qu’ils avaient fière allure sur les marches de la mairie, tous ces grognards de la garde impériale, rassemblés autour du maréchal Davout ! Soldats du 1er Régiment des grenadiers à pied, accompagnés de sapeurs, vivandières, blanchisseuses et cavaliers du 7e régiment de hussards, pouvant laisser imaginer que la ville tout entière était tombée dans une faille temporelle emportant ses habitants jusqu’en 1804, destination le Premier Empire.

La pluie n’arrête pas le grognard et c’est au rythme des tambours que la troupe a pris la route en direction des promenades pour un hommage à Davout devant sa statue, avant un dépôt de gerbe au cimetière Dunant sur la tombe de celui qui, né en 1776 à Druyes-les-Belles-Fontaines et mort à Auxerre en 1865, fut de tous les combats napoléoniens avant d’écrire ses souvenirs restés dans la mémoire populaire sous le titre des « Cahiers du Capitaine Coignet ». Une célébration qui a pour objectif d’inscrire Auxerre dans le réseau des « Villes impériales », au même titre que Fontainebleau, Nice, Brienne-le-Château ou Rueil-Malmaison, autant d’étapes ayant jalonné le parcours du « petit Caporal », comme le rappelle Julien JOUVET, conseiller municipal auxerrois féru d’histoire : « cela fait une vingtaine d’années que l’association Coignet et son président Pierre PAGES (disparu en juin dernier), organise une cérémonie d’hommage autour du 10 décembre, date de la mort du capitaine et depuis deux ans, la nouvelle mandature a décidé d’apporter son soutien à l’organisation de la cérémonie, pour apporter de la mémoire aux auxerrois, mais aussi dans l’objectif de candidater à être un jour « Ville impériale », alors que nous sommes déjà ville partenaire… ».

 

 

Le verre de gnole faisant office d’anesthésiant…

 

Il est un autre « Empereur », plus connu au sein de la planète footballistique, qui n’aurait en rien raté l’évènement… C’est peu de dire que l’apparition de Guy ROUX au pied des marches de la mairie, venu saluer les soldats de l’Empire a fait le buzz ! A chacun sa photo avec celui qui revisitât tout au long de sa carrière d’entraîneur Marengo, Austerlitz, Wagram ou Iéna, sans connaître la Bérézina ni Waterloo ! Une visite qui s’inscrit dans l’histoire familiale s’est plu à raconter celui devenu le roi du « Quoicoubeh », depuis le lancement du compte TikTok de l’AJA en août dernier : « j’ai souvenir, gamin à Appoigny, de la Légion d’honneur accrochée au mur de la cuisine, une médaille que mon grand-père, ils étaient 18 enfants, se repassaient à tour de rôle, chacun une année, héritage de leur aïeul né aux Bries, qui en avait été décoré pour toutes les campagnes auxquelles il avait participé… ».

Rapportant dans ses bagages un peu d’or qui lui a permis d’acquérir quelques hectares de forêt : « comme la famille était nombreuse, je pense que j’ai dû en hériter d’un cinq centième ! ». La tradition orale familiale racontant qu’à peine de retour aux Bries en 1821, après de longues années de captivité, apprenant la mort de l’Empereur, il alla jusqu’à Fontainebleu vérifier si c’était vrai !
Il ne faisait pas bon alors, d’être blessé sur le champ de bataille, raconte, instruments d’époque en main, Françoise GUILLON-METZ, médecin diabéto-endocrinologue et historienne de la médecine. Un temps où, si l’amputation était facile, plusieurs verres de gnole faisaient le plus souvent office d’anesthésie : « on avait bien un peu d’opium, mais très vite il venait à manquer. Restait alors la méthode de la pipe entre les dents, d’où l’expression « casser sa pipe » lorsque la douleur l’emportait ! ».

 

 

La dysenterie fatale aux armées prussiennes…

 

Ventouses, charpie, cautères, pots d’onguent, lancettes et scie d’amputation complétaient la panoplie du médecin chirurgien de campagne, sans oublier les seringues à clystère pour les lavements : « les plus petites d’entre elles étant à « usage zizi » chez les messieurs quand ils avaient la chaude-pisse ! ».

Pour autant et contrairement à l’idée que l’on se fait des guerres napoléoniennes, souligne l’historienne, la mortalité était moins la conséquence de blessures infligées lors des batailles que des épidémies : « il faut savoir par exemple qu’à Valmy, ce n’est pas tant la valeur de ses soldats qui permit à l’armée française de l’emporter que la dysenterie frappant les rangs de leurs adversaires prussiens… ».

Ou comment la « grande » Histoire doit parfois s’accommoder de l’Histoire « courante » !  
 

Dominique BERNERD

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil