Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Une première. Etrange pour une structure aussi importante que peut l’être sur notre territoire, EDF Bourgogne Franche-Comté. Jusque-là, il n’était pas de coutume, au sein de la grande maison de la fée électricité, de procéder à la présentation des vœux directionnels aux acteurs externes de la vie institutionnelle, politique et économique de la région. L’arrivée de Robert POGGI à la tête de la direction de l’Action régionale, depuis un an, a semble-t-il sonné le glas de cette bizarrerie calendaire ! Dorénavant, la cérémonie des vœux offrira les premières retrouvailles de l’énergéticien avec le public de professionnels dès janvier !

 

DIJON (Côte d’Or) : Ah, ce « Village by CA » ! Bien conçu, lumineux, à l’architecture ultra moderne, pratico-pratique pour y accueillir dans l’un de ses espaces, réceptions et réunions ! Ce fut le cas ce 30 janvier lors de la cérémonie des vœux de la maison EDF Bourgogne Franche-Comté. Etonnamment, une initiative nouvelle, non pas en interne mais tournée vers l’extérieur. Pas surprenant que quelques élus du cru, le vice-président de la Région Michel NEUGNOT ou la conseillère régionale verte, Stéphanie MODDE, soient présents à ce rendez-vous de fin de matinée.

 

Le come-back d’Yves CHEVILLON dans la grande maison !

 

On y voit aussi quelques têtes connues du Crédit Agricole Champagne Bourgogne. Logique, en somme ! Normal, aussi, que ce fameux village dédié à la promotion de l’innovation soit le lieu d’accueil de cette cérémonie. EDF est l’un des partenaires du fameux concept porté par l’établissement bancaire.

C’est donc non loin de la Cité de la Gastronomie que Robert POGGI a pris la parole en se rendant à la tribune, sous les applaudissements nourris d’un public de VIP et de journalistes.

Directeur de l’action régionale du groupe en Bourgogne Franche-Comté, le successeur d’Yves CHEVILLON ne manqua pas de le saluer, lui qui faisait son grand retour sous les lumières publiques de ce petit matin dijonnais. Un tout jeune retraité, investi d’innombrables missions dont celle de travailler aux côtés de Dominique BUCQUET, présidente du Comité de Côte d’Or de la Ligue contre le Cancer. Yves CHEVILLON, fidèle à lui-même, reste donc très attaché aux valeurs altruistes et solidaires qui ont fait sa réputation d’homme serviable et sympathique…

 

La conjugaison entre sobriété et efficience énergétiques…

 

Installé depuis le 01er juin dans le fauteuil de dirigeant d’EDF BFC, Robert POGGI articula son discours sur un aspect bilan, consacré à son analyse de 2023. Une année marquante à plus d’un titre, « avec notamment la crise énergétique et la crise climatique, cela devant nous faire basculer dans une autre dimension… ».

A l’aise dans la pratique de l’exercice oratoire, l’ancien directeur régional d’ENEDIS (et accessoirement ex-capitaine au long cours de la marine marchande) devait qualifier de fléau le réchauffement climatique qui perturbe bon nombre de consciences.

« Cela impacte l’humanité dans son ensemble. La crise énergétique a remis au centre des préoccupations la nécessaire souveraineté énergétique… ».

Robert POGGI rappellera le rôle prépondérant du parc nucléaire hexagonal dans la lutte contre ce phénomène climatique qui semble inexorable.

« Cette situation nous confère une responsabilité particulière, cela nous oblige, devait-il ajouter, nous savons à quel point il faut « décarboner » à marche forcée parce que l’horloge climatique s’accélère… ».

Un fil d’Ariane qui justifie l’ensemble des actions menées par le groupe sur son territoire.

« Il faut conjuguer sobriété et efficacité énergétiques et substituer aux combustibles fossiles une nouvelle électricité qui soit d’origine renouvelable et intermittente, ou nucléaire… ».

 

 

Le retour en grâce des métiers de l’industrie et de l’énergie

 

Puis, il aborda le rôle de l’Etat qui, cette année, est redevenu l’actionnaire unique de l’entreprise et du nouvel accord trouvé par le gouvernement sur l’organisation du marché de l’électricité. Quant à 2024, Robert POGGI place la nouvelle année sous le prisme de la…pédagogie.

« Il nous faut donner une grille de lecture compréhensible sur un sujet qui est particulièrement complexe. C’est indispensable dans la soutenabilité des investissements dans un mix-électrique « décarboné ». Je vais m’y employer même si le chemin est long ! ».

Se focalisant ensuite sur sa région de prédilection, celle qu’il dirige, le porte-voix du groupe EDF BFC cita les grands projets qui jalonneront l’année en cours. A savoir la station hydrogène de Belfort qui sera mise en service, au lancement du chantier hydraulique de Vouglans, lieu du célèbre barrage, au chantier RESPONSE de Dijon. Ceux de la relance du nucléaire, portés par FRAMATOME : ils n’auront pas été omis par l’intervenant du jour.

« Cette relance des grands projets industriels nécessite le retour en grâce des métiers de l’industrie, souligna Robert POGGI, nous jouerons donc un rôle sans faille avec les compétences des entreprises de la filière énergie. En privilégiant les industriels régionaux, à l’instar de MICHELIN, les territoires et le monde académique… ».

Une convention avec l’Education nationale va être relancée dans le cadre du chantier compétences porté par EDF. Un partenariat judicieux qui se décline dans l’intérêt de l’emploi et la formation des jeunes. France Travail (ex-Pôle Emploi dont le président régional Michel SWIETON figurait parmi l’assistance) fait office aussi de partenaire incontournable.

Une énergie décuplée qui a pour but de favoriser l’attractivité des métiers de la filière énergie, en renforçant les capacités de formation et l’efficacité des dispositifs de recrutement.

 

 

2024, année olympique, riche et pleine de réussites ?

 

« Des maillons indissociables pour pouvoir bénéficier des compétences de demain, insista Robert POGGI.

Quant à la féminisation des métiers, elle ne laisse pas insensible l’ancien capitaine de la marine marchande qui, au gouvernail de son nouveau vaisseau amiral, EDF BFC, invite d’ores et déjà collégiennes et lycéennes à opter pour des orientations professionnelles techniques et scientifiques, prometteuses d’avenir.

« A ce titre, je soutiens les démarches internes de promotion de l’égalité professionnelle, en étant le parrain du réseau « Energie Mixité EDF Bourgogne Franche-Comté ». Je soutiens vivement leurs actions avec nos partenaires externes dont La Poste, Orange, la Caisse d’Epargne et la SNCF. Nous formons un collectif solidaire et engagé au service de la réussite… ».

Chassé le naturel, il revient au galop, précise l’adage. Robert POGGI emprunta une formule maritime pour clore son intervention de belle facture : « en avant toute, et cap sur 2024, une année qui sera intense et pleine de réussites… ». On ose le croire !   

Partenaire des Jeux Olympiques de Paris, EDF Bourgogne Franche-Comté apporte aussi son soutien aux sportifs de la région. Une convention de partenariat avec le Comité régional olympique et sportif de BFC (CROS) et le POP, le fonds de dotation Performance et Orientation Professionnelle, traduiront dans les actes cette volonté d’intensifier l’ancrage territorial.   

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Rutilant et massif, l’appareil trône en bonne place, près du bureau du président de l’association caritative. Il imprime, il scanne et il adresse des mails. Un don qui va s’avérer très utile dans les travaux du quotidien. Certes, comme le confiera avec un zeste d’humour Jean-François FINANCE, « cela ne développera pas la Banque Alimentaire, mais cela va nous rendre d’immenses services ». Un geste altruiste à l’apanage de la société LAYER, encline à encourager les bonnes initiatives. Surtout lorsqu’elles émanent du cœur…

 

MONETEAU : Patron de la société éponyme, Hervé LAYER justifie sa présence dans les locaux, un brin vétuste et à l’étroit de la Banque Alimentaire de l’Yonne, conditionnée à deux axes de développement solidaire : une urgence dans la gestion administrative des documents de ladite association en pouvant les imprimer et les scanner, et le développement d’une station de travail, articulée autour d’une offre numérique.

Acteur de proximité et social, LAYER n’en est pas à son coup d’essai dans ses interventions solidaires dans l’Yonne. La société de services informatiques auxerroise qui a fait de la lutte contre les nuisances du cyber et de la sécurisation des entreprises son cheval de bataille, soutient sans réserve la Banque Alimentaire, généreuse en collectes et en dons de victuailles mais pas seulement. La vie sportive et la cause de l’enfance parlent aussi au dirigeant de la PME.

« Nous aimons semer des petites graines grâce à nos actions pour que le monde soit bienveillant et propose plus de préconisations d’entraide, confie Hervé LAYER.

 

 

Un monde de l’entreprise à l’écoute de la Banque Alimentaire. Celle-ci a distribuée en 2023 plus de 300 tonnes de denrées à une trentaine d’associations, grâce au travail d’une trentaine de bénévoles. La symbolique du chiffre trois, dans toute sa splendeur, visiblement !

Structurellement, l’entité est en quête de nouveaux locaux de manière active. Ceux occupés à l’heure actuelle ne sont plus du tout adaptés à l’actualité. L’idéal serait de récupérer environ 500 mètres carrés d’entrepôts, servant au stockage, et un peu de place pour accueillir des bureaux.

Tous les matins, du lundi au vendredi, les bénévoles apportent leur contribution pour assurer les distributions de ces salvatrices marchandises auprès des associations caritatives. Mais, un peu de plus de main d’œuvre ne serait pas mal non plus côté effectifs !

  

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C’est un habitué des lieux ! La capitale de l’Yonne, Auxerre, ne possède plus de secrets pour le toujours sémillant personnage. En octobre dernier, c’est aux côtés de la Ministre de la Santé, Agnès FIRMIN LE BODO et de David GUILLET, président de la Fédération des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé, que le sympathique responsable de l’association, HANDIDACTIQUE, prenait la parole à la tribune d’AUXERREXPO. Cette fois-ci, à l’invitation du directeur de la CPAM 89 Gilles BROSSARD, Pascal JACOB est venu présenter avant signature par une douzaine de partenaires les vertus de sa fameuse charte au nom de son fils Romain. Un document qui vient en aide aux personnes en situation de handicap…

 

AUXERRE : Il a le tutoiement facile et l’aisance verbale qui l’accompagne avec bonheur. Pas de doute, le très dynamique Pascal JACOB sait apporter une touche de fantaisie, voire de légèreté inhabituelle mais ô combien salvatrice pour détendre l’atmosphère, même d’une réunion de travail très officielle autour de la santé !

Le regard se veut malicieux. L’attitude est sincère et positive avec son prochain. Du charisme, il en a à revendre ! Cela ne peut que conforter la cause qu’il défend, avec une dextérité remarquable et une volonté de fer aussi solide que le pommeau de sa canne qui ne le quitte jamais. A la tête de sa structure associative, HANDIDACTIQUE, Pascal JACOB a acquis une solide réputation auprès du sérail institutionnel et politique national de ne rien lâcher pour que les personnes en situation de  handicap bénéficient des droits similaires aux personnes valides en cas de soins. Sa voix porte jusqu’à l’Elysée où il possède ses entrées !

La « Charte Romain JACOB », ce concept fédérateur permettant à l’ensemble des acteurs de la filière sanitaire de l’Hexagone de s’engager à l’amélioration de l’accès aux soins et à la santé des personnes handicapées, est devenu son cheval de bataille au quotidien. Normal, que ne ferait pas un père dans sa motivation profonde pour honorer la mémoire d’un fils, aujourd’hui disparu, qui a connu le handicap ?    

Là, dans l’une des salles de réunion du centre hospitalier auxerrois, Pascal JACOB explique, convainc, stimule, encourage, dynamise la rencontre avec les représentants d’une douzaine de structures,  totalement inféodées à la cause des soins et à leurs accès. Il écoute, aussi ce que les représentants de l’ARS ou du Conseil départemental de l’Yonne, par la voix de l’une de ses élues, Catherine MAUDET, ont à dire. La personnalité du jour interpelle un médecin, sollicite le représentant d’une association pour requérir son avis, se tourne vers Gilles BROSSARD, patron de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, pour commenter une information intéressante.

 

Auxerre, plaque tournante des grandes causes au service du handicap ?

 

« J’ai été marqué par Auxerre, précise-t-il en aparté, lors de son interview, avec mes parents, on s’y arrêtait lorsque l’on partait en vacances il y a soixante ans ! C’est une ville absolument géniale, entourée de beautés, de richesses patrimoniales… ».

Notre première rencontre eut lieu il y a quelques mois, en novembre 2022, au sein du complexe cinématographique auxerrois. A l’invitation de la CPAM de l’Yonne, la projection d’un moyen métrage : « Même pas peur ! ». Une ode à la tolérance et à la bienveillance envers ces personnes en situation de handicap, qui le stipulaient clairement via les images diffusées devant un public ému et attentif : « Nous sommes des personnes avant tout, bien avant d’être des handicapées ! ». Plusieurs séquences de ce film, réalisé en 2015, se déroulèrent dans la cité préférée de Paul Bert.

« J’ai été très fier de présenter les gens de la région qui ont contribué au succès de ce film en y apportant leurs témoignages, concède-t-il, Auxerre est une  terre d’accueil des personnes différentes car la population de l’Yonne est très accueillante et accompagnante… ».

C’est aussi dans la capitale icaunaise qu’ont eu lieu les accords avec l’Etat, les CPTS et HANDIDACTIQUE, signés à l’automne 2023, lors d’instances nationales exceptionnelles.

« Il y a beaucoup de travail à faire, ajoute les yeux brillants Pascal JACOB, pour concrétiser toutes les envies qui ont été débattues aujourd’hui lors de ce séminaire si important, organisé avec la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Yonne. Je salue le nombre de personnes présentes, candidates à la construction de nouveaux projets, favorisant l’amélioration de l’accès aux soins de toutes les personnes atteintes d’un handicap… ».

 

 

L’accompagnement des handicapés, une question de bon sens !

 

Pour corroborer ces dires, les représentants des douze structures ayant adopté la fameuse charte prennent la pose derrière un fac-similé de grande taille du contenu de cette convention, le temps d’être immortalisés sur smartphone et appareil photographique.

« Ce n’est que le début, plaisante Pascal JACOB, cette signature va en appeler beaucoup d’autres. Ce sont surtout des signatures qui donnent envie ! Elles sont le fruit d’un travail en commun, dont les griffes de chacun des signataires ont été apposées en bas d’un parchemin... ».

Une manière solennelle de s’engager sur le mode pluriel en faveur des personnes handicapées qui connaissent une réelle problématique en France dans l’accès aux soins.

« En fait, répond Pascal JACOB, la plupart des problèmes d’accès aux soins des personnes en situation de handicap s’identifient à l’accompagnement. Quand on vit avec un handicap, on a plus besoin d’être accompagné pour aller se soigner. De même, on a plus besoin de prévention, plus besoin de prendre soin de soi… ».

Un constat qui n’a eu de cesse de s’observer aux quatre coins du pays au cours de ces dernières années. 50 % des personnes handicapées abandonnent leurs soins dentaires – ils sont souvent prescrits avec une kyrielle de rendez-vous – faute d’accompagnement.

 

 

Objectif d’ici l’été : cinquante départements signataires de la charte

 

Du côté des urgences, Pascal JACOB pointe du doigt les difficultés du système.

« Avant la COVID, il n’y avait aucun refus de patients dans les services des urgences, souligne-t-il, 5 % des personnes vivant avec un handicap sont refusées aujourd’hui par les services des urgences en France. Je me bats à travers cette association, HANDIDACTIQUE pour que les accompagnants puissent aller avec le malade handicapé au plus près des soins… ».

80 % des personnes souffrant d’un handicap ont besoin de se rendre auprès des urgentistes pour se rassurer et recevoir des soins, mais elles n’ont pas forcément besoin de soins hospitaliers.

 « Il est nécessaire aujourd’hui de disposer de lieux spécifiques pour accueillir des personnes handicapées et de les rassurer même par téléphone dans cette France du XXIème siècle, poursuit Pascal JACOB, afin d’éviter de les diriger vers les urgences car elles se sentent perdues dans cet environnement peu adapté pour les recevoir... ».

A date, vingt-sept départements tricolores ont déjà signé la « Charte Romain JACOB » : l’objectif de cinquante déclinaisons de la sorte est programmé d’ici l’été 2024. Ce qui comble de joie un Pascal JACOB ragaillardi et plus que jamais pugnace dans sa volonté d’y parvenir grâce à ses nombreux partenaires qui lui ouvrent grand les bras. Vivement sa prochaine visite ! Elle est déjà programmée à l’automne prochain, histoire de tirer les premiers enseignements de ce qui vient d’être mis en place ces jours-ci…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Elle ne se départit jamais de son joli sourire juvénile, Eugénie ! Même lorsqu’elle est invitée à rejoindre le podium – ah, ah, encore un signe du destin annonciateur d’un bel été ? – où se déroule la présentation des vœux des dirigeants de la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté. La sportive de l’Yonne, soutenue par l’établissement bancaire régional, a eu l’opportunité de s’adresser à un public de VIP de la sphère institutionnelle et économique de Dijon, afin d’y parler de son rêve le plus cher : décrocher son billet pour les Jeux de Paris !

 

DIJON (Côte d’Or) : Certes, Eugénie DORANGE, championne de canoë-kayak bien connue des Icaunais, n’était pas la seule athlète à bénéficier de ce régime de faveur en termes de communication spéciale – se présenter lors de la cérémonie des vœux du groupe bancaire qui faisait anciennement référence à l’Ecureuil ! – mais galanterie oblige, elle eut droit à la primeur de prendre la parole en ouvrant le bal de la petite série de présentation.

Invitée par Jérôme BALLET, président du directoire et Eric FOUGERE, président du conseil d’orientation et de surveillance, la jeune femme à la chevelure blonde donna quelques nouvelles sur sa période actuelle, consacrée à une phase d’entraînement intensive. Logique : le billet pour les Jeux Olympiques de Paris n’est pas encore en poche. Il lui faudra se distinguer dès le mois de mars prochain pour décrocher, lors d’une première étape, le précieux sésame lui permettant de participer en mai au tournoi de qualification olympique de sa spécialité. Rien n’est encore fait mais la jeune femme se donne tous les moyens pour y parvenir.

 

 

 

Un soutien financier mais aussi moral de la part de 1 600 collaborateurs

 

Championne de France en C1 sur 200 mètres, 500 mètres et 5 000 mètres en 2023, Eugénie DORANGE a enregistré une belle progression au cours de ces dernières années. Plus jeune, n’avait-elle pas déjà obtenu un titre de vice-championne du monde en moins de 23 ans en 2017 et une médaille aux championnats européens l’année suivante !

Aux côtés de deux de ses camarades sportifs encouragés par la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté – sept compétiteurs de haut niveau sont ainsi suivis par le groupe bancaire depuis 2019 en vue des J.O. de Paris dans le cadre du Pacte Utile, favorisant la consécration de sportifs tricolores aux Jeux et aux Paralympiques 2024 -, Eugénie DORANGE aura partagé l’affiche de la soirée avec le gymnaste Kevin CARVALHO et le para tir sportif Cédric FEVRE.

Tous devaient rappeler l’importance d’être soutenus par un tel partenaire tant sur le plan financier – on s’en doute ! – que moral : ce sont 1 600 collaborateurs de la Caisse d’Epargne qui défendent ainsi avec fierté les couleurs de ces sept athlètes de Bourgogne Franche-Comté qui espèrent tirer leur épingle du jeu l’été prochain dans la capitale de l’Hexagone.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Exactitude et ponctualité ! C’est le credo préféré de l’édile Dominique CHAMBENOIT – un souvenir professionnel sans aucun doute ! - qui aime que les choses démarrent à l’heure pile et le fait savoir publiquement ! Respectant le traditionnel évènement de début d’année, la cérémonie des vœux, avec sa faconde habituelle, le maire de Chevannes a présenté les siens devant des administrés à l’écoute de la rétrospective 2023 et des projets 2024. Le tout faisant la part belle aux activités économiques locales qui ont été plébiscitées…

 

CHEVANNES : Quelques mots auront suffi pour projeter sur le devant de la scène le maître de cérémonie du jour, le très communicant Christophe PAYMAL ! Une brève intervention de sa part au pupitre pour ouvrir les hostilités – que l’on ne se méprenne pas sur ce terme disruptif, l’évènement s’est déroulé dans un état d’esprit bon enfant – et finalement honorer le fruit de son travail puisque la grande nouveauté de la soirée fut l’introduction de petites séquences vidéo, façon reportage audio, permettant de mettre en lumière les acteurs de l’économie locale, artisans et commerçants, à l’honneur grâce à la municipalité. Des images qui furent projetées ponctuellement au-dessus de la tribune sur l’un des murs de la salle polyvalente.

Si cette année, il n’y avait pas d’agréables sonorités musicales à se mettre entre les deux oreilles, le public aura eu tout le loisir de mettre des visages sur ces professionnels qui font vivre la commune périphérique de l’Auxerrois.

 

Des séquences vidéo du plus bel effet

 

On aura pu apercevoir le sympathique couple, formé par Sun et Jérémie LOBIES, derrière leurs fourneaux - « La Table Maison Lobies » vaut incontestablement son pesant de cacahuètes auprès des épicuriens qui aiment se régaler de saveurs exquises au fond du palais - ; découvrir le couple (Sandrine GUITTON et Jean-Baptiste HUBERT) qui officie au sein des « Jardins de la Linotte » - structure de maraîchage de produits biologiques favorisant la vente directe à la ferme et de paniers hebdomadaires à emporter - ; de connaître davantage l’épicier du cru, gérant la supérette locale, le sympathique Salim BEN MOUSSA ; de rappeler à qui voulait l’entendre mais de cela tout le monde le savait que l’un des meilleurs boulanger/pâtissier de l’Yonne Laurent BISSON était localisé dans le village avec son épouse, Laurence et leur fiston, Léo – M6 leur a consacré une audience télévisuelle avec le concours de la meilleure boulangerie de France ! - ; de s’apercevoir, enfin, que les arts de la table étaient sublimés en cette bourgade grâce également aux talents culinaires de Sébastien DUPORT, à la tête de « L’Evidence ». Un restaurateur heureux et fier de l’être, investi dans la générosité, qui aura même consacré un peu de son temps à une opération altruiste menée avec le concours du Lions Club Auxerre Phoenix dans le cadre de la fameuse et fumante opération de la « Soupe des Chefs » !

 

Santé et accueil des seniors : tout est lié !

 

Si avec tous ces arguments positifs, la population de la commune ne devait pas croître en 2024 ; ce serait à rien n’y comprendre !

Alors que dans la sphère élyséenne, on s’emploie à réarmer la France selon diverses strates dont celle de la natalité, Dominique CHAMBENOIT n’aurait-il pas usé des mêmes préconisations et méthodes – strictement sous le sceau de l’attractivité et de la dynamique villageoise – pour interpeller celles et ceux des habitants qui seraient soucieux de vivre en territoire rural mais à quelques encablures à peine de la grande ville, Auxerre ?

La mise en avant de l’économie et de ses réussites fut l’un de ses premiers jokers à abattre pour convaincre même les plus récalcitrants de venir s’installer ici. L’accueil des personnes âgées – ceux que l’on nomme communément les seniors selon les codes standardisés de l’INSEE qui classe par ailleurs dans cette catégorie toutes celles et ceux de nos compatriotes ayant 45 ans d’âge révolu ! – représentait un autre argument de poids que le maire signifia parmi ses priorités en 2024.

 

 

 

Le projet de construction de neuf maisons sous le label SERENITIS – concept porté par DOMANYS – s’adresse aux plus de 65 ans autonomes, désireux de vivre dans un cadre de vie agréable, à proximité d’une offre de services déclinée les lignes précédentes.

Un projet qui prend du sens et qui s’appuie sur la mise en service de la Maison de Santé, inaugurée en septembre 2023. L’édifice sanitaire y accueille pléthore de praticiens : généraliste, deux dentistes – excusez du peu ! -, podologue, ostéopathe, nutritionniste, réflexologue, et prochainement deux psychologues ! De quoi faire pâmer de jalousie, bon nombre de communes nettement moins pourvus !

 

Une qualité de vie appréciable dans le partage et la simplicité

 

On retiendra parmi les réalisations de l’année écoulée, le terme de l’installation des éclairages leds avec des économies énergétiques à la clé, la manifestation artistique « Lavoir en fête » qui aura accueilli vingt-et-un exposants, un feu d’artifice de belle qualité pyrotechnique, l’accès à la mobilité douce à partir de sept cycles électriques en accointance avec l’Agglo, un espace sans tabac concocté par le Département et TAB’AGIR cher au docteur Serge TCHERAKIAN, l’initiation numérique aux personnes âgées, etc.

Bref, il fait donc bon vivre dans la localité. Dominique CHAMBENOIT ne manquera pas d’y faire référence à maintes reprises lors de son discours. « Nous connaissons des satisfactions, des moments de convivialité et d’échange dans notre commune, loin du tumulte du monde… ».

Donnant un aperçu personnel de sa vision communale – « Chevannes offre une qualité de vie appréciable dans le partage et la simplicité » -, le premier élu fit un grand écart, entre perception des choses, philosophie et sagesse, sur les traditions qui se doivent d’être respectées. A l’instar de celle des vœux.

« Je salue chaleureusement toutes celles et ceux qui êtes présents ce soir ! Sans oublier celles et ceux qui n’ont pas pu venir parce qu’ils souffrent dans leur cœur ou dans leur corps, parce qu’ils sont empêchés, ou tout simplement parce qu’ils n’ont pas eu l’envie de nous rejoindre car ils se sentent éloignés de nos instances et de nos préoccupations publiques ! ».

Cela fut dit, et cela ne fait jamais de mal de le dire avec humour ! Puis, Dominique CHAMBENOIT de rajouter comme en guise de conclusion : « il faut être prudent avec les promesses, moi, je préfère le terme d’engagement à celui de promesse… ».    

On aime la formule. Si vraie que bon nombre de politiques devrait bien s’inspirer à l’avenir !

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil