Le suspense était aux abonnés absents lors de ce scrutin pourtant à l’enjeu capital pour la vie économique de notre territoire. Celui du renouvellement des trente-six membres qui composent les différents collèges de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de l’Yonne. Avec une seule liste en présence, celle de la CPME/MEDEF/FCE et des indépendants, les jeux étaient déjà faits avant même de connaître le verdict…

 

AUXERRE : Carton plein pour l’unique liste qui présentait trente-six candidats lors de cette élection consulaire organisée uniquement par vote électronique. Un scrutin visant à renouveler pour un mandat de six années les membres des trois collèges de la vénérable institution : celui du commerce, celui de l’industrie et celui des services.

Les trente-six prétendants à l’estampille de la liste CPME/MEDEF/FCE associés aux indépendants ont ainsi tous été élus sans l’once d’une difficulté. Six d’entre eux siègeront au sein de l’organe régional.

Public, le dépouillement devait avoir lieu en début de matinée ce mercredi 10 novembre à la préfecture, au lendemain des Rencontres industrielles (RIDY), évènement biennal à la gloire de l’attractivité économique porté par la chambre consulaire.

Il incombait à la sous-préfète et secrétaire générale de la préfecture de l’Yonne Dominique YANI de proclamer ces résultats dénués de surprises.

En présence de Jérôme MAYEL, directeur de la CCI et de Thierry CADEVILLE, candidat élu dans le collège « services ». Lui-même prétendant à la succession du président Alain PEREZ.

Une simple formalité devant se concrétiser d’ici quelques semaines…

 

 

Les résultats :

 

Collège commerce : 11 sièges.

 

BARJOT

Didier

DESFOSSEZ-DUTOIT

Brigitte

GRCEVIC

Sophie

NAULOT

François-Xavier

LE ROUX

Pascal

PICARD

Yann

PLANTIER

Nicolas

MANDRAY

Marc

RADE

Frédérique

LECOMTE

Frédérique

DUVAL

Sylvain

 

 

Collège industrie : 12 sièges.

 

BALOUZET

Anthony

BELBENOIT

Pierre

CHAPUIS

Didier

CHAROT

Pascal

DUBOIS

Emmanuel

GENET

Alain

LAPLAUD

Alain

VERDUYN

Dominique

GARNERONE

Nicolas

LOUAULT

Stéphanie

CELLARD DU SORDET

Xavier

DERBECQ

Laurence

 

Collège services : 13 sièges.

 

AUBIN

Marie-Hélène

BAILLY

Clément

BAILLY

Pascal

GAUFFRENET

Karine

HAFID

Kouider

LEBEAU-COSTA

Elisabeth

PICHOL

Florence

SIDOU

Sylvie

TURPIN

Stéphane

CADEVILLE

Thierry

MOREAU

Ghislaine

RAMISSE

Sylvie

CARLIERE

Georges

 

Les six élus à la chambre régionale sont Marc MANDRAY, Frédérique LECOMTE, Nicolas GARNERONE, Xavier CELLARD DU SORDET, Thierry CADEVILLE et Sylvie RAMISSE.

 

Thierry BRET

 

Donner une vraie leçon d’instruction civique aux plus jeunes des générations. Tel était l’objectif de cette opération menée durant deux jours auprès des élèves de classes de CM2, en concertation avec l’Education Nationale, le Conseil départemental et la DASEN. Un évènement que les représentants de l’Association des Maires de France de l’Yonne ont su décliner à la perfection. A l’image de leur président, Mahfoud AOMAR…

 

AUXERRE : C’est l’une des plus vieilles structures associatives de notre territoire. Son nom est connu de tous les élus en fonction ou l’ayant été : l’AMF 89. Créée le 07 juin 1921, l’entité centenaire est aujourd’hui présidée par Mahfoud AOMAR, président de la CC de l’Aillantais et maire de Valravillon.

Aussi, pour marquer cette période anniversaire et conjuguer celle-ci par un acte de reconnaissance publique en phase avec l’actualité, celle de la commémoration du 11 Novembre, l’AMF a réalisé une action civique en partenariat avec le Conseil départemental, l’Education Nationale et la DASEN à destination de tous les élèves de classes de CM2.

Objectif : proposer à ces chères têtes blondes un moment pédagogique en expliquant le fonctionnement de la démocratie et de ses institutions.

Ainsi, les bambins ont pu recevoir moult explications sur le rôle d’un conseil municipal, celui du premier des élus de la commune (le maire), de ses adjoints et conseillers ainsi que le poids désormais inexorable des communautés de communes (EPCI) dans le paysage territorial.

 

 

Susciter des vocations auprès des plus jeunes…

 

En lien avec les enseignants, les élus se sont donc déplacés dans les écoles pour prodiguer la bonne parole : celle du civisme et du respect de l’institution.

Pour supports pédagogiques, un court métrage très explicite sur le rôle des élus a été diffusé ainsi qu’un livret d’informations reprenant les sujets vus dans le film. Ce document a été distribué ensuite à chaque enfant.

Au-delà d’extraire ce jeune public du monde virtuel dans lequel il baigne au quotidien, l’initiative reposait sur plusieurs objectifs.

Inciter à ce qu’il y ait à l’avenir davantage de conseils municipaux de jeunes et peut-être en ce sens susciter des vocations ; mais également sensibiliser les parents, et par ricochet la population toute entière, à la fonction de l’élu municipal et l’importance de son rôle dans la vie quotidienne d’une localité.

Soutenue par l’Education Nationale pour la logistique et le Département au niveau financier, cette action a concerné plus de cent communes de l’Yonne.

Sachant que beaucoup de ces localités n’accueillent pas de classes de CM2 dans leurs écoles. Ce qui représente in fine 4 600 élèves, touchés par cette campagne pédagogique aux contours citoyens.

 

Thierry BRET et Maryline GANDON

 

 

 

« Inactifs à la COP 26, mourant.e.s en 2050 ». Un message souvent entendu lors des rassemblements et actions pour le climat en France, comme ce samedi, à Paris, devant l’Hôtel de Ville. Les animaux sont depuis toujours parties prenantes de la foire de la Saint-Martin, assurant sa renommée au fil des décennies. Un évènement suivi de très près par le député Guillaume LARRIVE…

 

BILLET :

Lundi

Combien « pèse » la COP 26 en matière d’émission de gaz à effet de serre au regard des 400 jets privés ayant conduit les « Grands » de ce monde jusqu’en Ecosse ? Un moyen de transport des plus confortables mais particulièrement pourvoyeur de CO2. Dans la série « faites ce que je dis, pas ce que je fais », l’on a pu ainsi comptabiliser pas moins de quatre avions privés et un hélicoptère pour le président américain Joe BIDEN, en provenance de Rome où il disposait d’une quarantaine de voitures pour ses déplacements le temps du G20. Même constat en ce qui concerne Boris JOHNSON le Premier ministre britannique, privilégiant son avion privé au train pour rentrer à Londres. Preux chevalier de la défense de l’environnement, l’héritier du trône britannique n’est pas en reste et à l’issue de son séjour romain, le prince Charles a lui aussi fait le voyage jusqu’à Glasgow à bord de son avion personnel. Une broutille sans doute au regard de l’empreinte carbone de la famille royale, au fil de ses voyages à travers le monde.

 

 

Mardi

L’ex-chef de l’Etat Nicolas SARKOZY comparaissait ce jour en qualité de témoin, au procès des sondages de l’Elysée, qui se tient actuellement devant la 32e chambre correctionnelle de Paris. Salué comme il se doit par les fonctionnaires de police présents à son arrivée au tribunal. Mais le respect de la fonction doit-il pour autant s’affranchir des deux condamnations ayant frappé l’ancien Président de la République : trois ans de prison (dont un an ferme) en mars dernier pour corruption et trafic d’influence (une peine renvoyée en appel), alourdis d’un an ferme supplémentaire le 30 septembre pour financement illégal de campagne électorale… ? Dans le même registre, si la peine initiale était confirmée en appel, l’ancien chef de l’Etat, en vertu du code déontologique de la Légion d’Honneur, devra-t-il rendre sa décoration… ?   

 

Mercredi

C’est aujourd’hui la « Journée de la gentillesse ». Un mouvement né au Japon dans les années 60, prônant empathie et bienveillance à l’égard d’autrui, qui s’est généralisé en 1998 à travers le monde et se fête chaque année le 13 novembre. En France, par respect des victimes des attentats ayant ensanglanté Paris ce jour-là en 2015, la date en a été déplacée au 3 novembre. Mais que les salauds se rassurent, il leur reste 364 jours au calendrier pour se manifester et ils sont nombreux à ne pas s’en priver !

 

Jeudi

Si les accidents de chasse sont en baisse constante depuis deux décennies, ils causent encore une vingtaine de morts par an. Blessé samedi dernier par une balle de calibre 9,3 millimètres tirée par un participant à une battue de sangliers, alors qu’il circulait sur la quatre voies Rennes-Nantes, un automobiliste est décédé des suites de ses blessures. Une tragédie qui conforte les partisans d’une interdiction pure et simple de la chasse les week-ends et vacances scolaires et qui n’est pas sans me rappeler l’incident survenu il y a une trentaine d’années sur les hauteurs de Cravant. Randonnant avec des amis sur le GR13 dans un brouillard digne du fog londonien et alors que retentissaient des coups de fusil de plus en plus proches, nous sommes tombés au détour du chemin sur un groupe de chasseurs nous traitant de tous les noms d’oiseaux pour notre conduite « irresponsable » à s’aventurer ainsi dans la nature un dimanche d’automne… Passant ainsi du statut de « cibles potentielles », à celui de fauteurs de troubles inconscients !  

 

 

Vendredi

Enième sommet de la dernière chance, la 26e conférence des Nations Unies sur le climat va se refermer. Si 196 pays ont répondu présents, deux manquaient à l’appel et pas des moindres, puisque Vladimir POUTINE et Xi JINPING n’ont pas daigné faire le voyage jusqu’à Glasgow. La Russie se payant même le luxe de repousser à 2060 l’objectif de neutralité carbone à atteindre tandis que la Chine fait fi d’une production électrique dépendant encore à 60 % de centrales à charbon, émetteur majeur de CO2 et d’une pollution atmosphérique qui serait responsable de 400 000 décès prématurés par an dans tout le pays. En septembre 2002, lors du Sommet sur la Terre de Johannesburg, Jacques CHIRAC avait tenu un discours alarmiste sur le climat, et prononcé cette phrase, devenue célèbre : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs.. ». Restera-t-il seulement quelque chose à brûler demain… ?

 

Samedi

Après l’annonce faite par Jean CASTEX ce samedi, du port obligatoire du masque dans les files d’attentes des remontées mécaniques et autres télécabines, voire de la contrainte à présenter un passe sanitaire, un vent de panique à « l’effet boule de neige » s’est emparé des réseaux sociaux, copieusement relayée par les médias. Les afficionados du « planter de bâton » s’interrogeant sur la meilleure façon de combiner le respect des règles sanitaires avec le port de moufles ou de gants ! Une question fondamentale bien sûr, si l’on considère que selon l’Observatoire des inégalités, moins de 10 % des Français partent aux sports d'hiver chaque année.

 

 

Dimanche

Annulée l’an passé pour cause de COVID, la Foire Saint-Martin faisait son grand retour ce dimanche dans les rues du centre-ville à Auxerre. Si l’espace agricole aménagé chaque année sur l’esplanade de l’Arquebuse offre aux professionnels l’occasion d’un dialogue avec les citadins autour des réalités quotidiennes du monde paysan, les quelques animaux présentés ne sont qu’une timide réminiscence des foires du passé. La boîte à souvenirs fait renaître l’image de ces bestiaux parqués rue du 24 août et des maquignons arrivés de leur lointain Morvan ou de la Puisaye profonde. L’on venait pour la journée de tout le département « faire la foire », avant de repartir le soir venu, paniers remplis et bourses vides. Les Migraines n’étaient pas encore un parking et au milieu, trônait une modeste « gare » où acheter son billet du retour, tout en se réchauffant autour du poêle à charbon installé là, au milieu des paquets de toutes sortes et de la foule qui se pressait, dans l’embouteillage des cars en partance. C’était au siècle dernier, au mitan des années soixante : c’était le temps de l’insouciance, le temps de l’espérance, le temps de l’enfance…

 

Dominique BERNERD

 

 

Le chiffre treize porte bonheur à Maud BREGEON. Non seulement, c’est le nombre de déplacements que la porte-parole nationale de LREM a effectué en un laps de temps très court (à peine huit semaines) à travers l’Hexagone avec enthousiasme. Mais, en outre, c’est le chiffre qui lui a permis aussi de souffler quelque peu en rejoignant le stade de l’Abbé Deschamps pour y voir l’affiche de Ligue 2 du jour, l’AJA opposé au Pau FC. L’équipe chère au MoDem François BAYROU !

 

AUXERRE : Elle accumule les kilomètres comme d’autres enfilent les perles, la porte-parole nationale de La République en Marche Maud BREGEON. Normal, quand on exerce le métier d’ingénieure spécialiste du nucléaire pour le compte d’EDF, c’est sûr, on a de l’énergie à revendre !

La jeune égérie de l’exécutif national n’en manque pas visiblement, se concoctant un copieux programme de visites lors d’une courte mais indispensable escapade en terre de l’Yonne, ce samedi matin.

Finement ciselé par deux des ténors de LREM sur notre territoire (Victor ALBRECHT, en charge du Pôle élection au national et Patrice José TAMPIED AZURZA, délégué départemental), le déroulé des opérations menant le porte-voix du parti élyséen à la rencontre des militants de la majorité présidentielle passait par Toucy et Auxerre. Deux étapes clés lors d’une animation de tractage de documents, à la gloire d’Emmanuel MACRON et de son bilan, après quasiment cinq années de pouvoir.

 

Un tour de chauffe matinal sur le marché de Toucy…

 

Dès 09 heures, Maud BREGEON arpentait aux côtés des partisans de LREM le marché, en général bondé, de la capitale de Puisaye. Un préambule, façon tour de chauffe, avant de rejoindre la place de l’hôtel de ville d’Auxerre pour y assurer la même prestation.

La venue de la jeune femme qui avait fait étape ces derniers jours dans le Tarn, le Gers, la Somme, l’Aude ou encore l’Aisne, à Saint-Quentin dans le fief de Xavier BERTRAND (tiens, tiens !), s’inscrit dans le cadre de l’opération de défense des résultats du président de la République.

Alors que celui-ci n’a pas encore officialisé sa candidature à sa possible réélection. Ce qui ne fait pas l’ombre d’un doute, vu la mobilisation frétillante de ses états-majors.

 

 

D’ailleurs, outre le fait de vouloir expliquer les résultats obtenus par le locataire de l’Elysée depuis 2017, Maud BREGEON venait surtout en terre icaunaise pour conforter le lancement des comités de soutien à Emmanuel MACRON, structures au nombre de trois à date en leur apportant son soutien.

Après le double épisode des marchés, la résidente de Levallois-Perret eut droit à sa séance de porte-à-porte afin de rencontrer de visu des Icaunais, avec un départ organisé depuis la place des Cordeliers.

 

 

Un point presse autour de l’opération « Cinq ans d’écoute »…

 

C’est dans l’un des estaminets de la même place centrale d’Auxerre que Maud BREGEON, aiguillée par l’un des membres du service de presse de LREM Benjamin SAYAG, se posa au terme d’un repas rapidement avalé pour faire le point autour de cette nouvelle opération « Cinq ans d’écoute » avec les journalistes.

Une rencontre qui fut menée tambour battant, horaire de match à l’AJA oblige, en présence de deux responsables des comités de soutien au Président de la République, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, conseiller régional et président de la CC de Puisaye-Forterre et de Thierry CORNIOT, maire de Seignelay.

Une dernière séance photographique avec un large sourire collectif (Benjamin SAYAG n’a pas son pareil pour distraire les participants de cette séance en leur lâchant le nom d’un ancien président qui prête à se détendre !) et le tour est joué !

Maud BREGEON quitta alors rapidement la place de l’hôtel de ville, accompagnée des soutiens au président pour gagner le complexe sportif de l’AJ Auxerre où un autre rendez-vous, plus distractif, l’attendait : la rencontre de football opposant le club fétiche de la Bourgogne septentrionale à celui de Pau, dont le maire n’est autre qu’un très proche conseiller d’Emmanuel MACRON, le président du MoDem, François BAYROU. 

Et à propos du Mouvement des Démocrates, mais où était donc passé son président départemental Pascal HENRIAT lors de cette visite auxerroise ? On ne l’aura pas vu être immortalisé sur la photo de famille ?!

 

Thierry BRET

 

 

Les affaires sont les affaires ! Les Rencontres industrielles de l’Yonne ne dérogent donc pas à la règle. Logique quand ses acteurs participent à l’un des carrefours régionaux de la dynamique industrielle de notre contrée ! Aussi, pour renforcer le trait, la Chambre de Commerce et d’Industrie, instigatrice des RIDY 2021, propose pour la toute première fois une convention d’affaires régionale, baptisée « Optimal Prospect ».

 

AUXERRE: Forcément, les visiteurs de cette vingtième édition des Rencontres industrielles de l’Yonne et de la Bourgogne Franche-Comté en entendront parler au cours de leur longue déambulation parmi les allées du parc des expositions, ce mardi entre 09 heures et 19 heures.

Nom de baptême : « Optimal Prospect ». Nul besoin de traduire l’expression puisque c’est bel et bien l’association de deux termes issus de notre vocabulaire qui identifie le principe de la nouvelle convention d’affaires, déclinée par la CCI régionale.

 

 

Le mode opératoire est simple à assimiler. Des donneurs d’ordre viennent exprimer des besoins précis, les fournisseurs industriels qui peuvent répondre à ces attentes sollicitent ces mêmes donneurs d’ordre, provoquant ainsi les prémices d’une future rencontre. La chambre consulaire prend soin ensuite d’organiser les rendez-vous d’affaires personnalisés. De manière gracieuse pour les donneurs d’ordre. Mais, bel et bien payante pour les fournisseurs.

Ce concept, porté par la chambre régionale de la CCI, en partenariat avec son antenne départementale de l’Yonne et la Région Bourgogne Franche-Comté, sera donc accueillie pour la première fois aux RIDY.

Plus d’une cinquantaine de donneurs d’ordre se prêteront à ce jeu de la rencontre en b to b ce mardi à AUXERREXPO en espérant beaucoup de ces entretiens avec les fournisseurs de solutions.

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil