Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
Criquet Magazine
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Circulez, il n’y a rien à voir ou presque avec l’Administration pénitentiaire. C’est en substance la mésaventure vécue il y a quelques jours dans le cadre d’une visite organisée au centre de détention de Joux-la-Ville, par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne et la société de gestion du site icaunais, IDEX, lors de la série de brunchs mensuels, des « Positives Entreprises ». Objet du courroux : une véritable discrimination médiatique, imputable non pas au délit de faciès mais au déni d’ignorance de reconnaître un média numérique dans l’exercice de ses fonctions !

 

HUMEUR : Incompréhensible explication de texte de la part de l’Administration pénitentiaire qui accorde à l’un une autorisation et la refuse à l’autre, sans aucune argumentation !

Dans le cadre d’une visite guidée de la communauté des « Positives Entreprises », le fameux club des chefs d’entreprises plutôt fédérateur de la CCI de l’Yonne, sur site, à savoir le centre de détention de Joux-la-Ville, notre média a été victime d’un fait discriminatoire dans l’exercice de ses fonctions ! De quoi aller en prison, sans passer par la case départ et de risquer la perpétuité ?! Soyons sérieux, ce n’est tout de même pas le cas, sans blague !

Mais, bon, les faits sont là. La représentante du quotidien régional, charmante et sympathique journaliste au demeurant, n’a eu, elle, aucune peine à obtenir l’autorisation officielle, le précieux sésame délivré par l’Administration pénitentiaire, service public du ministère de la Justice, donc dépendant de l’Etat, pour pénétrer sans contrainte dans l’enceinte carcérale, munie de son indispensable appareil photographique afin d’y immortaliser les détenus exerçant leur labeur dans les ateliers dont il faut à tout prix assurer la promotion. Tant auprès du public que des futurs partenaires de la sphère économique, sans qui ce système de réinsertion sociale par le travail ne pourrait fonctionner judicieusement.

En revanche, si votre serviteur était accepté pour se rendre à l’intérieur de l’édifice de Joux-la-Ville, c’était toutefois dépourvu de son instrument de travail – le fameux appareil photo en question - permettant là aussi d’illustrer en images les éléments intéressants de la thématique du jour, le travail en espace carcéral.

 

 

Motif du refus : pas de réponse ni justificatif de surcroît ! Les négociations entamées auprès des responsables de la société de gestion du site, IDEX, n’y changeront rien après quelques minutes de palabres inutiles ; ce sera la visite du centre de détention sans photo mais avec une profonde amertume chevillée au corps !

Visiblement, l’objectivité de l’Administration pénitentiaire n’est pas leur fort. Les explications, non plus ! Quand deux journalistes se présentent à l’entrée d’un centre de détention pour le visiter et relater, avec autorisation, ce qui se vit à l’intérieur, l’équité doit être la même pour tous en matière de prises de vue et d’approches professionnelles. Question de respect, de logique et de réciprocité.

Pratiquer la discrimination médiatique au profit de l’un et au détriment de l’autre est plus que du mauvais goût et nauséabond sur le principe de la liberté d’expression. L’idéal pour créer un vrai sentiment d’injustice. Ce qui est tout de même un comble pour un service de l’Etat qui exerce précisément des activités dans la sphère juridique en valorisant la réinsertion sociale des hommes et le respect bénéfique de leurs droits !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Serait-ce déjà la réponse du berger à la bergère au sein de l’opposition auxerroise ? A peine portée sur les fonts baptismaux de la création, que l’entité associative « Demain Les Auxerrois » dont le chef de file n’est autre que le représentant de « Territoire de Progrès » l’élu Mathieu DEBAIN, suscite critiques et remous dans le microcosme politique local. D’un commun accord, les élus socialistes et radicaux de gauche d’Auxerre ont décidé de refonder leur groupe d’opposition en l’écartant le susnommé de manière définitive.

 

AUXERRE : La majorité municipale doit en rire de plaisir ce mardi matin en observant les divisions du camp adverse ! D’une part, le groupe d’opposition à sa politique se rétrécit comme peau de chagrin après le retrait de Rémi PROU-MELINE, survenu il y a quelques jours, de manière inattendue mais peut-être bien calculée avec le retour de Jean-Philippe BAILLY dans l’arène oratoire. D’autre part, cette éviction fragilise un peu plus l’opposition dans son rôle actuel et son hypothétique unité en vue de 2026.

Toujours est-il que le lancement de la structure associative « Demain Les Auxerrois » n’a pas fait que des heureux dans le landerneau. Force est de constater que les deux élus socialistes, Mani CAMBEFORT, premier fédéral de l’Yonne, et Sophie FEVRE, ainsi que la représentante du PRG (Parti Radical de Gauche), Isabelle POIFOL-FERREIRA, unis dans le projet « Pour Auxerre », n’ont pas tardé à réagir à la constitution de cette entité, concoctée par un Mathieu DEBAIN entreprenant, qui « prépare une liste de la majorité présidentielle aux prochaines élections municipales dans deux ans ».

 

 

Non à la politique présidentielle applicable à la Ville d’Auxerre !

 

Les trois élus, ayant acté ce fait, ont décidé de réagir par un communiqué de presse. Désireux, de clarifier en toute logique la position de leur groupe.

On peut lire en effet ceci : « Nous préférons, en responsabilité, ne pas être associés au camp présidentiel. La future liste que Mathieu DEBAIN entend constituer soutient l’action du Président de la République et les réformes délétères imposées à toutes les collectivités locales dont la Ville d’Auxerre : par exemple, la perte d’autonomie fiscale, le recul des dotations de l’Etat si on prend en compte l’inflation. L’ensemble des réformes a entamé la capacité d’action de la ville… ».

Qualifiant la démarche du représentant de « Territoire de Progrès » de « personnelle », le trio de signataires reconnaît que « cela a le mérite de la clarté dans la défense de Mathieu DEBAIN du Président de la République et de sa politique ».

Une politique qui ne trouve pas grâce aux yeux de Mani CAMBEFORT, Sophie FEVRE et Isabelle POIFOL-FERREIRA. D’un commun en accord, les trois élus de l’opposition auxerroise ont ainsi refondé leur groupe en excluant Mathieu DEBAIN. Un paradoxe, si ce n’est un premier camouflet pour celui qui précisément prône l’ouverture participative avec son concept « Demain Les Auxerrois » en vue de 2026. C’est sûr, il y a encore du chemin à parcourir pour retrouver l’entente cordiale !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

On la connaît, chez  les spécialistes de botanique, sous le vocable latiniste de « alpinia purpurata ». C’est une gracieuse plante exotique, fleurant bon l’Océanie et les terres au sud de l’Equateur, qui ornemente l’intérieur et l’extérieur des habitations. Dont le rhizome se déguste ! L’a retrouvée dans l’Yonne sous une forme alimentaire apporte déjà du soleil et de la chaleur dans les cœurs. Dans le hameau d’Egriselles, Marie-Sylvianne BLUKER vient d’inaugurer son restaurant à son patronyme. A la sauce réunionnaise et bourguignonne, un bien curieux mélange de saveurs qui devraient pourtant égayer les papilles des épicuriens…

 

VENOY : De l’exotisme au fond de l’assiette ? Pourquoi pas ! D’autant que les offres de restauration proposées dans la localité, chère à Christophe BONNEFOND, ne manquent pas. On y recense la bagatelle de quatre établissements où l’on peut se sustenter sur des registres culinaires divers et variés !

Bref, en accueillant la nouvelle entrepreneuse Marie-Sylvianne BLUKER, la commune se dote d’un nouvel atout dans son jeu gastronomique qui se positionnait déjà dans la diversité et une fourchette de prix (logique dans la restauration !) plutôt éclectique.

Autrefois occupée par une spécialiste de la cuisine marocaine, puis par une autre tenancière qui avait apporté une touche lusitanienne à la cuisine locale, voici la Réunion qui est désormais la bienvenue en ces murs : ceux de l’établissement, appartenant à la bourgade, baptisé dorénavant du patronyme très fleuri et exotique, « Le Gingembre Rouge ». Du nom de la plante exotique qui s’épanouit sous le chaud soleil des tropiques.

 

 

Saveurs locales et exotiques : l’embarras du choix !

 

On y retrouvera des spécialités à déguster sur place ou à emporter qui font frétiller les narines : samoussa, accras, beignets d’aubergine, gâteau au manioc, canard à la vanille, du poulpe, autant de recettes réunionnaises agrémentées de leurs tubercules et légumes locaux que l’on espère épicée mais pas trop pimentée tout de même, sinon gare aux brûlures d’estomac !

Mais, il y aura aussi le pendant de la gastronomie régionale avec son bœuf bourguignon accommodé à la façon de la restauratrice, des œufs en meurette ou l’obligatoire jambon à la Chablisienne !

Côté boissons, « les différentes variantes de rhum arrangées – une cinquantaine de produits préparés sur place - pourrait presque se boire dans des verres à eau » plaisantera à ce propos l’édile Christophe BONNEFOND, ravi de pareille opportunité d’enrichir sa commune d’une activité commerciale supplémentaire, située par la voie cyclable à 2,7 kilomètres d’Auxerre. Pratique et utile à savoir en cas de surabondance de consommation de rhum, non ?!

 

 

De l’amour et de la passion

 

Invitée à prendre la parole, Marie-Sylvianne BLUKER a dû écraser une larme, gagnée par l’émotion, avant de pouvoir s’exprimer. Trop de pression, lors de la séance inaugurale !

« J’ai mis beaucoup de mon cœur et beaucoup d’amour pour créer ce lieu, dira-t-elle en substance, j’espère aussi que ce qu’il y aura dans les verres et les assiettes vous plaira également ! ».

De l’amour, il y en a de manière débordante. Puisque c’est ce sentiment universel qui a permis à la restauratrice de s’installer dans l’Yonne et de vivre son rêve professionnel.

Que du bonheur, en définitive ! L’atmosphère est chaleureuse, colorée, propice au voyage dans la tête et l’esprit. Un univers joyeux où la cuisine est faite maison (elle insiste à maintes reprises, Marie-Sylvianne !) sur ce point qu’il ne reste plus qu’à découvrir, toute la semaine sauf le mardi et le mercredi. Dépaysement garanti !

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il y a eu « S’engager pour l’Auxerrois ». Une machine à remonter le temps nous ramènerait en 2018, soit deux ans avant les échéances municipales de l’époque. Une structure associative, alors portée par une quinzaine de personnes de divers horizons politiques, s’était fixée comme priorité de réfléchir aux grands enjeux citoyens de demain. Il faut croire que l’élu de l’opposition Mathieu DEBAIN aime ces échanges participatifs et constructifs. Voilà qu’il récidive à l’aune de 2026 et des futures élections, en proposant sur les fonts baptismaux, « Demain Les Auxerrois »…Bis repetita ?

 

AUXERRE : Est-il déjà en campagne électorale, le conseiller de l’opposition auxerroise, Mathieu DEBAIN afin de briguer le poste d’édile de la capitale de l’Yonne au printemps 2026 ? En tout cas, si rien n’a été officialisé lors de la présentation à la presse de la nouvelle structure, « Demain Les Auxerrois », il se pourrait que le jeune homme s’autorise à y penser très sérieusement le matin en taillant sa barbe devant le miroir de sa salle de bains ! Après tout, les municipales à Auxerre, ce n’est pas si loin à l’échelle du temps !

Pour l’heure, lors de la conférence de presse servant de prétexte explicatif à la constitution de cette nouvelle entité, sorte d’agora de l’échange, de la réflexion et de la construction, l’élu de l’Yonne s’est voulu très pragmatique dans ses arguments, en redéfinissant la fonction première de cette structure, devenant une bourse d’idées favorable à l’avenir de l’Auxerrois.

Reprenant la recette de ce qui avait déjà été appliquée avec succès en 2018 grâce au concept « S’engager pour l’Auxerrois », Mathieu DEBAIN renoue ainsi avec le socle du participatif citoyen et surtout la présence d’une diversité des composantes idéologiques en termes d’orientations politiques. Un pluralisme bienveillant et naturel pour le représentant de « Territoires de Progrès » qui remet ainsi le couvert en vue de cette échéance élective qui s’amorce à brève échéance. Deux ans, à peine, pour élaborer une stratégie et un programme à proposer aux Auxerrois, ce n’est pas de trop, en effet !

 

Se réunir en privilégiant les diversités

 

Faire vivre les gens, ensemble. Ce credo, souvent répété par Mathieu DEBAIN lors de sa prise de parole, aurait pu donner son nom à ce conglomérat de bonne volonté au service de l’autre et du collectif.

« Faire vivre les gens ensemble, c’est leur permettre de s’émanciper et de s’épanouir, rappellera l’élu de l’opposition, et que chacun puisse être écouté et compris puisque par définition les habitants d’Auxerre ne pensent pas pareil… ».

Au terme, il faudra arriver à construire des projets en commun pouvant satisfaire les uns et les autres. « D’où l’intérêt au sein de cette association naissante – les statuts ont été déposés fin décembre - que puissent vivre diverses sensibilités, ajoutera-t-il.

Tour à tour, les membres du bureau de « Demain Les Auxerrois » prendront la parole. Histoire de retracer leurs parcours et d’expliquer les véritables motivations les amenant à rejoindre le concept.

La structure s’appuie sur un plan organisationnel sur deux vice-présidentes, Nitou SEEDOYAL et Laura DEON. Maxime CASTAIGNEDE en est le trésorier. Jacques HOJLO – on en présente plus cette figure du mouvement radical dont il est le président dans l’Yonne – officie en qualité de secrétaire.

Répondre aux problématiques du quotidien des Auxerroises et Auxerrois est la priorité de Nitou SEEDOYAL. Ancienne représentante de la Jeune Chambre Economique, Laura DEON est très investie dans les milieux associatifs. Membre du conseil d’administration sur la déclaration universelle des Droits de l’humanité aux côtés de Corinne LEPAGE, elle n’a jamais été encartée au sein d’un parti politique. Toutefois, on la retrouve en 2020 sur la liste des écologistes lors des municipales. Une première expérience…

Quant à sa participation au sein de la structure, elle y est bien ! « C’est une manière de travailler avec différentes sensibilités, évoque-t-elle.

 

 

Le monde politique ne peut pas se passer de l’associatif

 

Quant à Maxime CASTAIGNEDE, à 33 ans, il rejoint l’entité car il en apprécie la démarche constructive et participative. « Il faut privilégier les débats et les échanges afin de trouver des solutions, explique-t-il, alors que la période est à la radicalité. Il est bon de se comprendre et de trouver des nuances… ».

Reste Jacques HOJLO. « Je suis un vieux routier dans le domaine de la politique, souligne un brin amusé l’orateur, mais j’ai encore plein de choses à apporter. Là où je suis engagé, c’est surtout pour restaurer le mot politique. Cette politique est aujourd’hui malmenée dans notre monde, avec une mauvaise image et il faut redonner du sens à l’engagement politique… ».

Puis, le président du Parti Radical de l’Yonne affinera sa pensée en rappelant que « l’on ne peut imaginer un monde politique qui pourrait se passer du monde associatif ».

 

 

Traduisant dans les faits que les citoyens ont besoin de cet espace associatif pour véhiculer des idées politiques, favorables à leur lieu de vie. Puis, il pointera du doigt celles et ceux des citoyens qui ne se sentent plus représentés par leurs élus. « Certaines attitudes des élus ne correspondent pas à ce besoin de démocratie, dira-t-il en guise de conclusion. On est là pour redonner la parole aux citoyens afin qu’ils s’engagent eux-mêmes dans la vie de leur collectivité… ».

Eviter l’absentéisme qui n’aura jamais atteint un tel degré est aussi l’un des objectifs de cette structure.

Concrètement, plus de douze mille flyers ont été édités pour le lancement de ce nouvel appareil de réflexion. Il comprend sur le recto un QR Code permettant de donner son avis et de consulter l’une des neuf thématiques – il y en aura bien d’autres promet Mathieu DEBAIN – qui seront abordées lors de réunions et de rendez-vous égrenés au fil de l’eau. Parmi ces items, citons ceux de la santé, le logement, la mobilité, la démocratie, l’éducation, la sécurité, le cadre de vie, l’environnement. « Ce n’est que le début de la discussion, terminera Mathieu DEBAIN à la fin de la conférence de presse…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Si ce n’était les quelques soucis de micro en mal de fonctionnement au démarrage de la session, le traditionnel compte-rendu d’activités des Amis du Château de Druyes s’est déroulé comme le dépôt d’une lettre affranchie au bon tarif à La Poste pour le président Félix MOREAU. Entre rapports moraux et financiers, la structure a connu une année positive en termes de fréquentation et d’animations culturelles. Sans doute dopée par le titre honorifique de « quatrième village préféré des Français » !

 

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES : Deux temps forts devaient composer ces retrouvailles entre adhérents actifs et honoraires de ladite association des Amis du Château, samedi en début de soirée dans la salle polyvalente de la bourgade de Puisaye-Forterre. D’une part, un volet institutionnel relevant de l’analyse pédagogique et statistique de la saison écoulée – elle aura été qualifiée de bonne par son président Félix MOREAU en guise de préambule à sa prise de parole – et d’autre part, un aspect purement artistique avec le récital concocté par la toujours très charmante et dynamique Vanessa PIVAIN, accompagnée de l’excellent Christian SAUVAGE aux claviers. Nous y reviendrons.

S’il avait été mentionné sur les convocations que le début des interventions devait se faire à 19 heures précises, il n’en fut rien au bout du compte ! Le traditionnel quart d’heure bourguignon s’instaura comme à l’accoutumée le temps que le public prenne place sur les sièges de la salle des fêtes locale, quand parfois il se prolonge encore un peu par celui de Franche-Comté !

 

Les retombées positives du « quatrième Village préféré des Français » !

 

Chantre de la ponctualité, Félix MOREAU, président de la structure associative, ayant renouvelé son bail de deux années supplémentaires lors de l’assemblée générale - il le confie en aparté, ce sera son chant du cygne normalement à cette fonction - prit enfin la parole, une fois la problématique du micro résolue. Eternel souci de volume sonore et de matériel défectueux à la dernière seconde alors que tout fonctionnait clair et net, quelques instants auparavant !

S’appuyant sur un diaporama qui traduira par des images photographiques ses propos quand il ne s’agit pas de tableaux comptables éclairés pour les plus férus de chiffres au moment de parler finances, l’orateur évoqua en substance le bilan de cette année 2023, riche en péripéties.

Notamment après la désignation et le vote des adorateurs de la célèbre émission de Stéphane BERN du classement national occupé par le village de l’Yonne, au célèbre plan d’eau et aux vestiges moyenâgeux de son édifice patrimonial. Une quatrième place de « Village préféré des Français » qui naturellement eut des conséquences heureuses et économiques sur le flux touristique local cette saison.

Un chiffre captivera néanmoins l’attention des suiveurs : 4 400 visiteurs individuels au terme de l’année 2023 auront été comptabilisés. De loin, et de l’avis de Félix MOREAU, le meilleur score jamais obtenu par le site de Puisaye-Forterre côté fréquentation.

Auparavant, le président eut une pensée émue pour celles et ceux qui ont disparu lors de cet exercice écoulé, en énumérant leurs patronymes avant de respecter une solennelle minute de silence.

Du côté des effectifs, autre bonne nouvelle pour l’entité de Druyes. La fameuse barre de deux cents adhérents a été dépassée, certes d’un chouia, puisque 201 personnes  participent aujourd’hui pour certaines activement aux chantiers mis en exergue par le conseil d’administration. Pour mémoire, les adhérents n’étaient que 168 cotisants en 2014, on apprécie donc le chemin parcouru depuis.

 

De mauvaises surprises du côté des animations culturelles

 

Toutefois, il y eu plusieurs bémols à signaler lors de ce déroulé façon bilan jusque-là idyllique pour l’association. Parlant des manifestations culturelles qui ont ponctué le calendrier de l’été 2023, Félix MOREAU ne cacha pas sa déception à l’évocation du spectacle, « Un Centenaire historique en France en chansons », au demeurant de qualité, et qui ne devait réunir pourtant qu’une soixantaine de personnes le 29 juillet dernier dans l’enceinte du castel féodal.

« J’ai été surpris et déçu par la faiblesse de la fréquentation, soulignera le président, malgré une politique tarifaire très abordable... ».

Le mois suivant, le 14 août, la comédienne Vanessa PIVAIN (toujours elle décidément !) eut beaucoup plus de chance dans son interprétation des « Impromptus de Molière », et ce malgré les orages qui grondaient alentours, réunissant au passage plus de deux cents aficionados de la belle langue (la nôtre, pardi !).

Quant aux animations estivales et caractéristiques de Jean-Marc GRANGE, aussi bien en juillet que le mois suivant, elles connurent un franc succès.

L’ultime rendez-vous de la saison, le traditionnel voyage annuel, axé sur les découvertes industrielles et typiques du Creusot – la famille SCHNEIDER et son poids sociétal dans cette ville de Saône-et-Loire à travers les siècles -, se réalisa avec bien peu de participants dans le car. De là à revoir un jour la formule, il n’y aurait qu’un pas pour Félix MOREAU, qui a tout de même programmé en 2024 un déplacement ludique au château de la Ferté-Saint-Aubin – une très belle demeure par ailleurs ! – et la visite du domaine du CIRAN, au cœur de la Sologne. Ce sera le 15 juin prochain, avis aux amateurs pour les inscriptions !

Si le théâtre ne sera pas au rendez-vous de la programmation à l’été 2024 – dommage car le magnifique cadre du château la nuit par soir d’été s’y prête harmonieusement bien ! -, en revanche, les amoureux de chansons françaises y trouveront leur compte avec présence du « Chœur du Bonheur » qui viendra interpréter les œuvres de Serge GAINSBOURG que ce dernier a composé pour ses muses – on s’en doute elles furent très nombreuses de Jane BIRKIN à France GALL, de Brigitte BARDOT à Juliette GRECO…- le 20 juillet à 21 heures. La musique celtique mettant en évidence la formation locale « CELTIFORT’AIR » ne sera pas en reste le 03 août avec un récital dans la cour du château au même horaire.

Des dates à biffer dans vos agendas d’ores et déjà !

  

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil