Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Demeurera-t-elle longtemps sans réponse ? Son destinataire, « pape » de la protection du patrimoine et grand défenseur des vieilles pierres en France, intercédera-t-il en faveur de ce projet, nécessitant réfection et budget via mécènes et partenaires, en l’inscrivant au « Loto du Patrimoine » 2024 ? En tout cas, le jeune responsable de l’Association Sénonaise pour la Sauvegarde et la Conservation du Patrimoine Sacré (ASSCPS) Mkrtitch MARTIROSSYAN ne s’en laisse pas compter au niveau des initiatives : la lettre ouverte à Stéphane BERN a été expédiée il y a peu à son auguste récepteur. Il y va de la pérennité de la chapelle Saint-Jean-Baptiste, sise dans l’ancien Hôtel-Dieu de Sens, plus qu’un simple édifice religieux décrépi et vétuste, condamné à l’oubli et à l’abandon…

 

SENS : Pour l’heure, il n’y a pas eu encore de réponse officielle. Mais, le destinataire, le plus célèbre ambassadeur de la cause patrimoniale et culturelle de France, prépare peut-être ses arguments pour plaider en faveur de cet épineux dossier. Auprès de la Fondation du Patrimoine ? Via la célèbre opération du « Loto du Patrimoine », celle-ci se déroulant en septembre prochain ou via le ministère de la Culture et pourquoi pas l’Elysée, où Stéphane BERN possède bien évidemment ses entrées au « Château » ? Toujours est-il que l’animateur vedette de la série du «Village préféré des Français » et de sa multitude de déclinaisons dérivées, défenseur de la cause patrimoniale, est nécessairement informé de la réalité de la situation qui se déroule à Sens. Haut-lieu de l’art gothique mais aussi de la chrétienté en France…

Le présentateur de « Secrets d’Histoire » a été interpellé il y a quelques jours par les jeunes membres de l’ASSCPS, structure associative de Sens. ASSCPS : l’acronyme d’une nouvelle société sportive ? Que nenni ! L’Association Sénonaise pour la Sauvegarde et la Conservation du Patrimoine Sacré (eh, oui, cela ne s’invente pas !), créée telle une apparition miraculeuse de la Vierge en mars de cette année a pour vocation de préserver les lieux emblématiques de la ville de Sens, dont la fameuse chapelle Saint-Jean-Baptiste, aujourd’hui menacée par l’usure du temps – une bien cruelle érosion qui abime ce très bel édifice, accueillie dans l’ancien Hôtel-Dieu, voué lui aussi à date à l’abandon – et surtout le manque de moyens financiers pour en assurer la nécessaire réhabilitation.

« Faute de financement, précise son responsable, Mkrtitch MARTIROSSYAN – le jeune homme âgé de 19 ans est originaire d’Arménie – cette merveille architecturale risque de disparaître à jamais, privant ainsi les générations futures d’un héritage précieux… ».

 

Préserver l’identité de toute une communauté

 

A la tête de la structure associative – cette dernière possède son siège social au sein de l’Eglise catholique de Dijon -, le jeune homme d’une rare courtoisie et très respectueux des principes civiques et du savoir-faire a rassemblé autour de lui une poignée de jeunes gens, la plupart des étudiants, passionnés comme lui de défense patrimoniale et d’histoire.

« Voyez cette chapelle, ajoute-t-il en posant près de la barrière qui en occulte l’accès, elle est bien plus qu'un simple monument historique. Témoin de plusieurs siècles d'histoire, elle incarne l'âme et l'identité de notre communauté. Il nous faut la sauver de sa disparition imminente… ».

Son credo est basique : « nous sommes des citoyens ». Mais, sa volonté n’a pas de limite. « Il faut mobiliser tous les acteurs institutionnels et politiques interpellés par ce dossier, confie-t-il, sachant qu’une dizaine de bâtiments issus de ce patrimoine sacré sont négligés à Sens ».

Depuis sa récente fondation, l’ASSCPS s'engage à travailler en étroite collaboration avec les différents acteurs concernés, notamment l'hôpital de Sens, la DRAC, la Fondation du Patrimoine, l'Église et la Ville de Sens, pour trouver des solutions durables à cette crise patrimoniale. Une campagne de médiatisation et de mécénat est également prévue, avec le soutien de personnalités telles que Stéphane BERN, afin de mobiliser les fonds nécessaires à la restauration de la chapelle.

 

 

Un avis de mobilisation est lancé pour sauver les édifices sacrés

 

Mais, attention, la chapelle Saint-Jean-Baptiste n’est pas unique en son genre. Parallèlement, l'association poursuivra ses efforts pour assurer la préservation de l'ensemble du patrimoine religieux de Sens, notamment l'église Saint-Pierre-le-Rond, Saint-Savinien le Jeune ou encore Saint-Antoine. Des actions de sensibilisation et des visites publiques seront organisées pour impliquer la population locale dans cette cause vitale.

« La rédaction de rapports est en cours, assure M. MARTIROSSYAN, ils seront adressés à l’édile de Sens, Paul-Antoine de CARVILLE et au président du Grand-Sénonais, Marc BOTIN, parfaitement enclins à soutenir nos actions… ».

Le jeune étudiant à la faculté de droit à l’Université de Dijon, de confession orthodoxe, ne veut pas que les racines chrétiennes soient désacralisées dans l’oubli de ces édifices laissés à l’abandon.

« Sens mérite mieux que cela, souligne-t-il, ne serait-ce qu’eu égard à l’un des plus anciens édifices religieux de France… ». Pas faux !

Mais, alors, quels travaux réalisés in situ et avec quels moyens ?

Le président de l’ASSCPS possède évidemment des éléments de réponse.

« Dans un premier temps, une étude confiée à Frédéric DIDIER sera financée à 100 % par l’Etat. Les travaux d’urgence, estimés à ce jour à 1 267 949,32 € TTC seront découpés en deux tranches dont la première serait de 600 000 € TTC. Le financement devrait être entre autre assuré par le « Loto du patrimoine », une souscription à la Fondation du Patrimoine dont le porteur de projet serait un service de la mairie de Sens ou l’hôpital de Sens, sur les fonds propres de l’établissement sanitaire, propriétaire de l’ancien Hôtel-Dieu. L’ASSCPS va appuyer cette démarche… ».

Dès cet été, l’association lancera une vaste opération de mécénat. Tous les acteurs économiques de la place seront contactés : Région, Département, EPCI, Ville, ainsi que les entreprises et les fondations. Le financement participatif ne sera pas oublié pour faire appel à la générosité des internautes. Souhaitons qu’elle soit à la hauteur des espérances des jeunes adhérents de l’ASSCPS ! Sinon, il ne leur restera plus que les prières pour arriver à leurs fins…

 

 

En savoir plus :

 

La chapelle Saint-Jean-Baptiste de l’hôpital de Sens faisait partie de l’ancienne abbaye Saint-Jean fondée vers 500 par Saint Héracle, archevêque de Sens. Son chevet, le sanctuaire polygonal et le déambulatoire datent du XIIIème siècle.

Le reste de l’édifice a été reconstruit au XVIème et XVIIème. Les parties du XIème siècle représentent un chef d’œuvre de l’architecture gothique.

L’édifice a été classé parmi les monuments historiques dès 1862. Les couvertures de cet édifice sont aujourd’hui dans un état alarmant. Les charpentes et les voûtes sont menacées en raison des infiltrations d’eau depuis les toitures.

Les voûtes hautes reconstruites au XVIème siècle présentent un défaut de stabilité : cela se traduit par des fissures multiples et des chutes de matériaux.

Les travaux d’urgence sont estimés à date à 1,267 million d’euros TTC et seront découpés en deux tranches dont la première s’élèverait à 600 000 euros TTC.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le revers très agréable de la médaille est que précisément les belles réalisations sorties de l’imaginaire créatif de Simon CORNU, esthète du chocolat chez CHOPARD – on apprécie également les produits à l’estampille de la « Biscuiterie de Bourgogne » -, équivalent à une œuvre d’art « comestible ». Illustrant six disciplines majeures des Jeux Olympiques (athlétisme, équitation, handball, natation, tennis et voile), la chocolaterie de Joux-la-Ville a décidé d’honorer les Jeux de Paris de la plus belle des manières, celle de la gourmandise en confectionnant une collection de médailles en chocolat noir et au lait…

 

JOUX-LA-VILLE : Avis aux amateurs et aux férus des Jeux Olympiques ! Pour peu que vous soyez un tantinet gourmands, vous allez ajouter un plaisir supplémentaire à vos envies : il y a donc de la collection à se constituer dans l’air ! Oui mais attention : il s’agit dans le cas présent d’une collection pas tout à fait comme les autres, pour se remémorer le souvenir de cette manifestation universelle qui accapare tous les esprits depuis l’arrivée de la flamme sur le sol français à Marseille, le 08 mai.

En lien avec la célébration de ce rendez-vous séculaire – la précédente édition des Jeux d’été remonte à 1924 dans la capitale de l’Hexagone -, la chocolaterie CHOPARD – une entité artisanale qui assure son développement commercial via différents produits aux côtés de la « Biscuiterie de Bourgogne » -, vient d’émettre (c’est le nom que l’on emploie à la Monnaie de Paris qui édite parfois de telles breloques mémorielles) une série de médailles…concoctées à base de chocolat.

Une façon très appropriée pour le milieu de l’artisanat de se positionner sur cet évènement qui va occuper les esprits durant ces trois prochains mois.

Chez les sportifs comme chez les suiveurs, sans omettre celles et ceux qui se frottent les mains autour des futures retombées économiques potentielles.

Créée en 2020, la chocolaterie CHOPARD, marque familiale, se veut respectueuse des traditions artisanales de qualité. En témoignent les propos de son dirigeant, Geoffrey quand il caractérise le travail de sa structure : « Nous sommes dédiés à créer des expériences gustatives exceptionnelles à travers notre gamme variée de chocolats artisanaux, tous fabriqués avec les meilleurs ingrédients et un souci du détail inégalé… ».

 

 

Le chocolat est bien plus qu’une simple friandise…

 

C’est le chocolatier maison, Simon CORNU, qui a imaginé cette série spéciale rendant ainsi hommage à six disciplines majeures des jeux. Commentaire du directeur de la chocolaterie, Geoffrey CHOPARD : « Nous sommes ravis de présenter cette collection spéciale de médailles en chocolat en l'honneur des Jeux Olympiques. Chez CHOPARD, nous croyons que le chocolat est bien plus qu'une simple friandise - c'est une forme d'art qui peut inspirer, rassembler et célébrer. Nous espérons que nos médailles en chocolat ajouteront une touche de douceur et de festivité à cette occasion mondiale ».

Elaborées à partir de chocolat noir (incontestablement le meilleur pour les puristes !) mais aussi au lait, ces médailles un peu particulières mais excellentes au palais sont disponibles depuis quelques jours dans les différentes boutiques à l’enseigne « Biscuiterie de Bourgogne ». On les trouve à Joux-la-Ville, siège de l’entité, comme à Auxerre. Mais aussi à Avallon ou sur la Colline éternelle, à Vézelay.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Serait-ce parce que le bénévolat n’attire plus autant que jadis au sein des structures associatives que la présidente du CIDFF 89 (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles) Simone PARIS a fait une légère entorse au protocole habituel d’une assemblée générale statutaire ? En tout cas, la responsable de l’entité icaunaise qui se bat bec et ongles pour protéger les droits de la gent féminine (et de leurs enfants) a voulu récompenser les fidèles de la première heure, leur remettant des médailles honorifiques…Une manière symbolique de commémorer les trente années de l’association.

 

AUXERRE: Les anciens membres du conseil d’administration sont à l’honneur au sein du CIDFF 89 ! Preuve de la longévité de ladite structure, le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles qui, comme sa raison sociale l’indique, œuvre depuis trois décennies au service de celles et de ceux (par extension leurs enfants) qui subissent et souffrent de violences intrafamiliales, puisque telle est désormais l’usage usuel en termes de sémantique de nos jours.

Avant même qu’elle ne présenta le rapport moral de la structure, au cours d’une assemblée générale ordinaire accueillie une fois n’est pas coutume dans les locaux lumineux et ultra modernes de la Maison de la Coiffure, Simone PARIS, présidente en chère, tint à mettre sur un piédestal honorifique quelques valeurs sûres du monde associatif. Des personnes engagées dans la lutte en faveur de la reconnaissance des droits des femmes depuis tant d’années. Vaste programme, par définition !

Si la figure emblématique que représente Monique DESNOYERS – ancienne élue de la Ville d’Auxerre sous l’ère de Guy FEREZ – avait fait part de son absence en s’excusant, il n’en fut rien en revanche de Joël REMY (tiens, tiens, un homme qui est plébiscité pour son engagement et sa sagesse éclairante sur le droit des femmes, cela mérite bien quelques lignes de sympathie !), d’Andrée DEBERT, toujours à l’écoute et de bons conseils (dixit Simone PARIS) et surtout la présidente-fondatrice et présidente d’honneur désormais, Marie-France JEANSON qui étaient tous les trois présents afin de recevoir leurs précieux sésames.

 

Entre congratulations et récompenses en guise de mise en bouche

 

Une présidente-fondatrice qui avait pris sous son aile l’actuelle responsable du CIDFF 89 en lui transmettant tous les arcanes nécessaires afin d’assumer la fonction et par capillarité, sa succession.

« Marie-France, les femmes de l’Yonne te doivent beaucoup avec la mise en place de cette association, souligna avec une pointe d’émotivité dans la voix, Simone PARIS, sous le regard bienveillant de l’intéressée et de son époux, Guy PARIS, président d’AMIDON 89. Au nom de tous et de toutes, je te dis un immense merci… ».

S’en suivie la remise de médailles, avec en guise de hors d’œuvre un homme, Joël REMY qui ouvrit donc le bal, avant les deux autres récipiendaires féminins. Sous le feu nourri des applaudissements du public. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, précise l’adage, Simone PARIS fut à son tour saluée pour ses dix années de présidence par les membres de son conseil d’administration.

« Nous connaissons toutes et tous les projets ambitieux que tu portes pour le CIDFF de l’Yonne, et ton implication au sein de la structure… ». Fin du chapitre introductif !

Toujours en marge du bilan de l’année écoulée, Simone PARIS mit l’accent sur le changement d’orientation vécu par les deux juristes de la structure, et surtout leur remplacement en septembre.

 

L’IVG, le caractère fondamental de la liberté des femmes dans la Constitution

 

« C’est dorénavant, Carolane et Julie, qui forment le nouveau binôme de juristes de l’association, apportant avec leur jeunesse et envie de réussir une dynamique ô combien salvatrice pour le travail de l’association, expliqua Mme PARIS. Un regard neuf sur notre fonctionnement et de fortes compétences en droit de la famille… ».

Des éléments que ne manquèrent pas d’apprécier les personnes constituant l’auditoire du jour dont notre ami Serge LE DOUSSAL (ex-président de la Franck Pineau et soutien inconditionnel du droit aux femmes) qui devait les féliciter publiquement après avoir posé quelques questions d’usage, en fervent adepte de la conversation !

Le 08 mars 2024 fut également salué comme une date historique pour la présidente, très à l’aise à son pupitre. Une date importante avec à l’inscription au sein de la constitution de la Vème République (1958) la liberté garantie des femmes pour recourir à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

« C’est la manière de réaffirmer le caractère fondamental de cette liberté en France, insista Simone PARIS, une avancée pour le droit des femmes… ».   

 

 

 

Pour celles et ceux (surtout ceux évidemment !) qui auraient encore douté de la pertinence et de l’intérêt existentiel d’une telle structure dans le département, les informations qui allaient suivre devaient clore de manière définitive les débats ! Oui, le CIDFF 89 – la structure n’est pas contestée fort heureusement ! – témoigne de la réalité de la situation (celle-ci ne cesse de se détériorer dans l’Yonne pour la population féminine), en étant une référence incontestable des droits et de la défense de ces victimes intrafamiliales. Sujettes aux violences de leurs maris, époux, conjoints et compagnons.

« Si l’accès aux droits demeure une priorité, concède la présidente, les sollicitations pour les questions de violence et la charge de travail induite par la gestion des téléphones « graves dangers » ne cesse d’augmenter… ».

Prouvant, une fois de plus, que le sexisme ne recule pas dans l’Yonne. Il prend sa source dans la famille, se cristallise à l’école et s’amplifie dans les contenus numériques. D’où l’intervention directe des deux juristes de la structure auprès des plus jeunes, dès la maternelle jusqu’au lycée.  

Plusieurs partenariats ont vu le jour en 2023 afin de prêcher la bonne parole aux quatre coins du territoire. Le premier avec « France Services » (Etat), le second avec l’Association des Maires Ruraux de l’Yonne, structure présidée par Dominique CHAPPUIT.

 

 

Une affaire de famille pour en protéger d’autres…

 

Evoquant les finances, le nerf de la guerre de toute association qui se respecte, Simone PARIS déplora lors de l’assemblée générale 2023 un « financement qui n’était pas à la hauteur des besoins ».

Or, la responsable de la structure pourra toujours brûler un cierge pour honorer la « Bonne Mère » car un financement d’Etat (reçu, certes, trop tardivement au cours de l’exercice) permit in fine de recevoir un salutaire coup de pouce de 70 % de mieux, à l’instar de nombreux autres CIDFF de France !

Conséquence, c’est de manière excédentaire (+ 20 819 euros) que l’association bascula en 2024, avec l’opportunité financière assurée de pouvoir subvenir à un recrutement – il est en cours – sur un poste de chargé d’accueil et de secrétariat. Ce qui fit dire à Simone PARIS : « la trésorerie est bonne, la « boutique » est bien tenue ! ».

Autre chose, plus tendue, c’est le nombre de cas de violences intrafamiliales qui explose dans le département. En 2022, les juristes du CIDFF 89 avaient tenu 1 330 entretiens individuels dont 217 à caractère violences sexistes et sexuelles ! Très inquiétant.

Rien que l’année dernière, ce sont 183 femmes de notre territoire qui ont évoqué lors de ces contacts privilégiés et confidentiels avec les juristes du CIDFF 89 leur situation de violences. Si la plupart ont été subies dans le couple, que penser de celles qui surviennent sur le lieu de travail ?!

Cette année, Simone PARIS, outre les rapprochements avec le dispositif « France Services » - il existe 33 espaces dans l’Yonne – et l’Association des Maires Ruraux de l’Yonne, entend bien lancer de nouvelles initiatives préventives.

Notamment dans le Sénonais, avec l’opération « Angela », une action de formation auprès des commerçants réalisée avec le Grand Sénonais visant à éduquer les professionnels pour porter assistance aux personnes victimes de harcèlements ou se sentant en danger dans les espaces publics.

En parallèle, le nombre de permanences devrait progresser également au sein de la Mission Locale d’Auxerre ou chez le partenaire historique, spécialiste de l’insertion, AMIDON 89.  

Logique, me direz-vous puisque c’est l’époux de la présidente, Guy, qui en est le responsable ?! Oui, mais, informer, orienter, accompagner sur tous les sujets de droits aux femmes et des familles n’est-il pas le propre de tous ? Alors, dans le jeu des sept familles usuel, je voudrais le mari après la femme – un PARIS peut en cacher un autre ! – au service de la solidarité et de l’altruisme ! Qui s’en plaindra ? Personne, assurément…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il n’aura pas fallu attendre trop longtemps, assis sur les chaises moelleuses de l’agréable salon d’honneur de la sous-préfecture avallonnaise. Quelques minutes, à peine, avant que ne vienne répondre aux interrogations de la presse locale, le nouvel hôte des lieux, le sous-préfet Sébastien HENNON. Nommé par décret présidentiel le 17 avril, le représentant de l’Etat et ce, pour une durée de deux ans, a pris ses fonctions dans la partie méridionale du département.

 

AVALLON : Sourire aux lèvres, la démarche dynamique et assurée, la poignée de main franche, c’est d’un pas décidé que le jeune sous-préfet d’arrondissement d’Avallon et de Tonnerre a fait son apparition dans le cossu salon « vieille France » de la sous-préfecture de l’Yonne aux alentours de 14 heures tapantes. Prenant place dans l’un des fauteuils jouxtant une cheminée surmontée d’un impressionnant miroir, celui-ci pouvant refléter les flashes des appareils photographiques, l’hôte de ces lieux invite les représentants de la presse à s’asseoir face à lui afin de débuter cet entretien de bienvenue et de présentation.

Un cérémonial observé à chaque fois par les autorités de la préfectorale lorsqu’ils prennent leur nouvelle fonction. Un rituel, en somme, fort utile pour les médias pour en connaître davantage sur le nouvel impétrant, symbole de l’Etat, sa marque de fabrique, sa stratégie, et surtout ses centres d’intérêt.

D’emblée, le jeune trentenaire – il est âgé de 37 ans mais ne les fait pas ! – avoue être très content d’être parmi nous. « Je mesure le poids et la chance que j’ai d’accéder à cette fonction, concède-t-il, une fonction qui va me permettre de servir mes concitoyens… ».

Quand on lui parle de « griffe » personnelle pour marquer de son empreinte le poste – il succède à Naïma RAMALINGOM qui a rejoint depuis le ministère de la Culture à Paris -, l’orateur répond tout de go, « la proximité ».

En immersion observatoire depuis une semaine sur l’Avallonnais, le nouvel « élu » a pu se rendre dans plusieurs villages de sa zone de prédilection afin d’y découvrir les particularismes.

« J’ai été à la rencontre, un peu anonyme, des gens, explique-t-il, mais aujourd’hui, je suis entré dans le costume de sous-préfet et dans la fonction avec la cérémonie protocolaire au monument aux morts d’Avallon… ».

 

Un parcours atypique pour un sous-préfet autodidacte !

 

Une manière de démontrer à sa manière que l’Etat est déjà présent partout dans le territoire. Et pas uniquement avec « France Services » ou la gendarmerie !

« Dans les endroits ruraux, la population est en attente de la présence de l’Etat, ajoute Sébastien HENNON, je suis là pour l’incarner… ».

Le jeune homme a eu une précédente vie, bien évidemment. Notamment au cabinet de la présidence de la Région des Hauts-de-France, dirigée par…Xavier BERTRAND, l’un des poids lourds des Républicains et potentiellement présidentiable en 2027. Là, depuis ses bureaux de Lille, il gravira tous les échelons ou presque depuis son arrivée en qualité de collaborateur de cabinet en janvier 2016 jusqu’au poste de directeur adjoint, poste qu’il quittera courant avril après son affectation dans l’Yonne.

 « Ne cherchez pas mon cursus scolaire, souligne-t-il avec franchise, je n’en ai pas ! J’ai toujours fonctionné à la manière d’un autodidacte. Après l’obtention de mon baccalauréat, je suis entré en gendarmerie car je voulais travailler tout de suite. Puis, j’ai intégré les services de la municipalité de Tourcoing avant de rejoindre la Région Hauts-de-France… ».

Parcours atypique que celui-ci, mais avec le même dénominateur commun à chaque nouvelle expérience, servir le pays et ses habitants ! Une preuve manifeste que par le biais du travail et de la volonté – et la confiance de personnes bienveillantes dans son sillage -, on pouvait réussir sa vie et sa carrière professionnelle de surcroît !

Un sous-préfet pas très formaté en somme ! Mais, parfaitement à l’aise dans sa nouvelle vêture !

 

Deux axes prioritaires, « France Ruralité » et le plan « loup »…

 

Quant à l’Avallonnais, s’il en a déjà découvert quelques bribes (lui qui vient du département du Nord) en s’accordant des visites la semaine dernière, il en possède une vision positive, avec des atouts.

Ses missions, côté professionnelles, seront à l’identique les mêmes que celles portées pendant le laps de temps où elle était opérante dans l’Yonne, Naïma RAMALINGOM. A savoir la poursuite du concept « France Ruralité » et le plan « loup ».

« En ce qui concerne « France Ruralité », affirme-t-il, j’irai prochainement à la rencontre de la présidente de l’Association des Maires Ruraux de l’Yonne, Dominique CHAPPUIT, et du président de l’Association des Maires de l’Yonne, Mahfoud AOMAR. L’objectif sera de rentrer véritablement dans le dossier. Le principal travail est d’accompagner les élus dans leurs projets. Et de suivre l’ingénierie au niveau du département. Il faut que n’importe quelle politique publique de l’Etat puisse s’inscrire dans les projets ruraux… ».

Un plan qui n’est pas figé. « On pourra le modifier et le réadapter en permanence, justifie-t-il, ce sera un plan vivant… ».

 

 

Quant au plan « loup », il est à croire que les actions de Sébastien HENNON suivent déjà (ce qui est de très bon augure !) le fil de l’actualité, suite aux différentes attaques survenues la semaine dernier sur le secteur.

« Nous ne partons pas d’une page blanche car depuis 2018 un certain nombre d’initiatives ont été prises par l’Etat pour soutenir les éleveurs, mais ce n’est pas satisfaisant. Il s’agira aujourd’hui d’aller à la rencontre des agriculteurs et de pouvoir les accompagner avec ce plan « loup » dévoilé le 20 février dernier. De nouvelles mesures de revalorisation des indemnités des éleveurs intègrent ce dispositif. La chaîne d’alerte a été améliorée. Mais, j’ai conscience qu’il y a un vrai travail à mener… ».

 

 

En matière de ballon, la préférence est pour l’ovale !

 

Quant aux récents changements d’interlocuteurs à la mairie d’Avallon, cela ne semble nullement gêné le représentant de l’Etat. « Nous sommes dans un accompagnement dans le travail de la première adjointe, résume-t-il, et les affaires communales continuent… ».

Le volet économique interpelle au plus haut point le jeune sous-préfet. A l’instar du préfet de l’Yonne Pascal JAN.

« L’aspect économique de notre territoire et l’emploi sont importants, dit-il, on sait que nos villages se vident par ce manque d’emplois. Ici, il y a de très belles entreprises qui vont très bien : j’irai les voir. Mais, d’autres qui connaissent des difficultés méritent notre attention. Il sera nécessaire de les accompagner car l’Etat se doit d’être présent… ».

Un volet économique qui, dans l’esprit de Sébastien HENNON, comprend aussi le monde agricole et viticole.

« Vous savez, j’aime la ruralité, s’enthousiasme-t-il, je viens d’une famille d’agriculteurs de la région de Saint-Omer où je suis né. Je connais leurs difficultés. Mais, ce sont avant tout des chefs d’entreprise… ».

Pratiquant le running et la bicyclette, Sébastien HENNON est un sportif dans l’âme. Même si sa préférence de cœur ne va pas vraiment pour le LOSC ni pour l’AJA : lui, côté ballon, c’est l’ovalie qu’il adore ! Des réminiscences de ces vacances estivales dans le Sud-Ouest, du côté du pays basque et des Pyrénées.

Enfin, parmi ses violons d’Ingres, on peut citer aussi le cinéma, la littérature, la découverte du patrimoine. « Je suis allé à Ancy-le-Franc, à Tonnerre et à Vézelay… ». Autant dire que le voyage en terre avallonnaise et tonnerroise ne fait que débuter !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Evènement pluvieux, évènement heureux ? Oui, on peut le dire après avoir vu les visages radieux des différentes personnalités du sérail politique et institutionnel de l’Yonne ayant effectué le déplacement au cœur de la forêt d’Othe, samedi en fin de matinée, pour y vivre une inauguration peu commune sur le territoire le plus septentrional de la Bourgogne, un ambitieux projet de revitalisation d’un centre bourg. Celui de DIXMONT, la commune chère au président du Grand-Sénonais, Marc BOTIN, aux anges grâce à ce nouvel outil, synonyme d’attractivité et de réussite rurale à faire pâmer de jalousie les envieux !

 

DIXMONT: Malgré les péripéties inhérentes à une sonorisation défectueuse et à un micro pour le moins défaillant – un grand classique de l’organisation évènementielle made in Yonne ! -, Marc BOTIN aura su maîtriser avec humour et bonhommie l’art de la synthèse pour ne pas être trop long dans ses explications apportées autour de ce complexe multiservices, né de l’imaginaire de cabinet d’architectes ayant pour préoccupation première la transition écologique et l’optimisation du cadre de vie.

Un projet aux multiples ramifications dans sa substance créative, articulé autour de l’extension de l’école maternelle avec la construction d’une classe supplémentaire, le relookage d’un ancien bâtiment servant désormais à accueillir thérapeutes et logement social, et enfin, cerise sur ce gâteau déjà savamment goûteux au palais, l’apport d’un édifice, à l’esthétique chaleureuse et boisée qui sera l’indispensable réceptacle d’une nouvelle activité commerçante à multiples facettes que l’on souhaite féconde.

Bref, la petite localité perdue au milieu de rien – surtout les verdoyantes forêts ! - va donc renaître, c’est certain, de ses cendres tel un Phénix se donnant de nouvelles ailes, surtout sous le sceau du dynamisme et de l’attractivité ! Prouvant ainsi que la revitalisation de la ruralité et des communes un tantinet tournées vers l’avenir n’est pas un vain mot.

« Notre projet, dans les faits, c’est la construction d’une nouvelle salle de classe, un local infirmier composé de deux cabinets et d’une salle d’attente commune, un appartement au-dessus de ce cabinet, l’ajout d’un commerce multiservices et l’aménagement de l’espace public, égrène tranquillement l’édile de la localité.

Les yeux rivés sur ces notes – « il n’y a que quatre pages » en plaisante le lecteur ! -, Marc BOTIN remercie toutes celles et ceux des entreprises et de ses acteurs qui ont contribué au succès de cette opération. Fruit d’une réflexion entamée, il y a bientôt une décennie !

 

Des idiots qui détruisent déjà les plates-bandes !

 

Nonobstant, lorsque l’on scrute un peu le terrain de jeu de ce jour – une localité d’à peine mille âmes -, on pourrait presque se pincer le derme avec le pouce et l’index pour voir si tout ceci est bien réel ! Indifférent aux considérations journalistiques qui sont miennes par la pensée à cet instant, le président du Grand-Sénonais poursuit son intervention entre deux gouttes de pluie – il y aura même un salutaire rayon de soleil un peu plus tard dans la matinée – et les caprices hasardeux de ce microphone qui suscite cependant quelques notes d’humour dans les propos toujours aussi bien amenés de la part du sous-préfet de Sens, Wassim KAMEL, fidèle à ses interventions parfois cocasses mais subtiles.

A un moment donné, Marc BOTIN s’attarde plus longtemps sur le patronyme de son adjoint en charge des travaux, Jean-Claude PIERRET. « On peut très sincèrement l’applaudir, insiste l’élu, sans lui, cela aurait été très compliqué ! ».

 

 

Puis, changeant de ton, l’orateur évoqua les dégradations – comment ? Il y en a déjà ! -, celles provoquées par des automobilistes inciviques et peu respectueux des plates-bandes enherbées puisque ayant déjà roulé dessus volontairement !

« C’est inadmissible, soulignera le maire en poussant son « coup de gueule » bien légitime celui-là, c’est tout neuf, cela vient d’être fait et il y en a qui se sont déjà amusés à rouler dessus. Ce sont des abrutis, des idiots, et j’en resterai là parce qu’il y a des enfants parmi l’assistance… ».

Non loin de lui, et pourtant d’obédiences politiques bien différentes, Nicolas SORET et Julien ODOUL opinent du chef en soutien aux propos prononcés par l’élu de DIXMONT.

 

 

Objectif initial : obtenir 50 % de subventions…

    

Ce projet de revitalisation du village est né en 2006. Tout d’abord, la commune acquiert des bâtiments délabrés, avant de les démolir en 2015 en créant une aire de stationnement provisoire. Puis, ce sera l’ancienne boulangerie, attenante à une autre maison, fermée en 2006. Entre 2016 et 2018, les élus planchent sur l’étude de faisabilité pour la revitalisation de l’endroit avec le cabinet d’architecture « HVR » de Noyers-sur-Serein. Une présentation de cette étude sera faite publiquement à la population en 2018. Les premières estimations financières de ce projet sont alors connues : coût approximatif environ deux millions d’euros.

« En ma qualité de fils d’agriculteur et de fils de la terre, explique Marc BOTIN, on ne peut donner sur un tel projet que ce que l’on a ! Si on l’obtenait 50 % de subventions, est-ce que nous étions capables, nous la collectivité, d’assumer le reliquat d’un million d’euros sur vingt-cinq ans ? La réponse au vu des données chiffrées fut oui, alors on y est allés ! ».

Un legs fait au bénéfice de la commune par l’une de ses habitantes fut un premier signe d’encouragement pour le montage de ce dossier. Puis, tout s’enchaînera très avec les différentes phases du projet, analysé, attribué et finalement voté entre 2018 et 2020.

On arrive presque au terme de l’année 2021. Période du premier coup de pioche de la tranche ferme (école, local des praticiens et logement social). Des travaux qui vont courir sur presque deux ans de réalisation avec l’inauguration faite le 17 juin 2023. Vint ensuite le démarrage des tranches conditionnelles selon les différentes étapes, soit la construction de l’espace multi-commerces, bar, restauration, épicerie et dépôt de pain.

 

Il y aura encore des travaux à venir !

 

Puis, ce fut le tour de la tranche deux de ces projets conditionnels avec la réfection complète de la voirie et le déplacement de la fontaine, afin de créer une véritable place de vie au cœur même de la bourgade.

« La priorisation aux piétons est désormais une réalité, précise Marc BOTIN, ici, nous sommes en zone 20 (le kilométrage pour les automobiles). Quant à la végétalisation, elle réduira les pics de chaleur en créant de l’ombre. Même si les sujets ne sont pas encore très hauts ! ». La vision des arbustes encore chétifs provoque des rires !

Ensuite, tel un expert-comptable tatillon lors de la présentation soporifique du bilan annuel d’une entreprise, l’élu énoncera tranche par tranche et réalisation après réalisation toutes les aides obtenues de ci de là par la localité, des fonds friches à l’Europe, aux mannes quasi providentielles tombées grâce aux interventions de l’Etat, de la Région, du Département, de l’Agglomération du Grand-Sénonais. In fine, un total de 73 % de subventions sur ce seul projet !

« J’aurai peut-être dû commencer par-là, s’amuse l’élu un brin blagueur, mais il fallait bien faire durer le suspense ! ».

Tout confondu, le montant de ce projet herculéen de revitalisation de la commune du pays d’Othe n’excède pas les trois millions d’euros (2,925 million d’euros précisément).

« On explose le budget, c’est sûr, convient le maire de DIXMONT, mais nous avons obtenu en face 2,119 millions d’euros de subventions ce qui équivaut à 72,43 % sur l’ensemble. Le reste à charge, quant à lui, s’élève à 806 335 euros pour la commune... ».

Un tonnerre d’applaudissements ponctua les propos arithmétiques de l’édile, large sourire affiché sur les lèvres.

« On était capables de financer à l’origine pour un million d’euros de travaux, on a donc encore des travaux à faire ! ».

Une déclaration prémonitoire de ce que sera le futur de ce village très étendu aux 23 hameaux possédant 50 kilomètres de routes communales et 60 kilomètres de chemins entretenus. En tout cas, alors que le concept audiovisuel sera supprimé après 52 années d’existence, Marc BOTIN peut encore faire preuve de ses capacités de calcul en participant à l’émission « Des Chiffres et des Lettres » d’ici la fin de saison ! Pour lui, en matière de subventions, le compte était bon !

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil