Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Cela semble être une évidence pour la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté, Marie-Guite DUFAY, de passage à Joigny ces jours-ci à l’occasion de la séance des vœux de Nicolas SORET – le président de la CC et maire de la Ville est le numéro trois de l’institution régionale -, « il ne peut y avoir une intégration réussie des personnes étrangères en France sans la maîtrise de la langue ». Des cours financés par la Région. Ce que conteste ouvertement le Rassemblement National…

 

JOIGNY: Non, elle ne regrette pas, cette action sociale. Si c’était à refaire, elle le referait ! Foi de Marie-Guite DUFAY, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté ! Pas tendre avec son opposition d’extrême-droite, la patronne de la contrée dit en avoir assez de ces critiques scandaleuses.

« Nous finançons des cours de français à destination de nos concitoyens qui ne maîtrisent pas suffisamment leur langue maternelle chaque année, explique-t-elle, devant un mini auditoire lors de sa visite chez DECLIC Emploi, la structure d’intérim gérée par Sylvie SIDOU et sa fille Axelle. Nous avons étendu ce dispositif aux personnes étrangères parce que cela repose sur du bon sens. La maîtrise de la langue, c’est la première d’intégration dans un pays… ».

Pas faux ! Or, l’enseignement de notre langue aux personnes étrangères est aujourd’hui régulièrement décrié par les représentants du Rassemblement National, le président de son groupe, Julien ODOUL, en  tête.

« Pour le RN, c’est simple, ajoute l’élue régionale, je dilapide l’argent public en de futiles actions. C’est proprement scandaleux car sans cours de français, il ne peut y avoir intégration dans notre société… ».

Et de rappeler en substance que parmi les nombreuses compétences de l’organisme régional, l’illettrisme et l’analphabétisme intègrent les priorités. Une double notion applicable aux Français, évidemment mais étendue à l’ensemble de la population étrangère.

« Les besoins sont là, conclut la présidente confortée par Nicolas SORET, il est capital d’assurer ces cours de français, point de départ vers une intégration réussie… ».

L’enseignement de la langue de Molière aux étrangers ne fait donc pas l’unanimité de la classe politique régionale. Celles et ceux qui sont en attente de la régularisation de leurs statuts pour mieux s’intégrer en France ne doivent pas penser la même chose, c’est certain.

Entre « Les Fourberies de Scapin » ou les « Précieuses Ridicules », ils n’ont donc que l’embarras du choix pour se faire une  opinion de la réalité de la situation !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il pose tout sourire aux côtés de la mascotte de l’AJ Auxerre. Les deux jumelles, symbolisant l’esprit des Jeux de Paris, ne sont pas très loin de lui, placée sur la grande scène de l’espace quatre mille du Parc des expositions auxerrois. Très à l’aise pour tenir la répartie et la dragée haute – et il en faut beaucoup par ailleurs – au journaliste sportif, Nelson MONFORT, volubile comme à son habitude, c’est un Crescent MARAULT en pleine forme communicante qui s’est donc prêtée au jeu d’une dynamique cérémonie des veux, vécue en mode sportif vendredi soir à Auxerre…

 

AUXERRE: L’exercice se voulait inhabituel pour lui. Lui qui a une sainte horreur de la communication gratuite. Il préfère, et de très loin, l’information se référant à une actualité concrète aux annonces balancées à la légère, juste pour faire le buzz sur les  réseaux sociaux. Très à l’aise sur la grande scène installée par AUXERREXPO, micro à la main, Crescent MARAULT n’aura donc pas démérité dans son rôle de co-animateur aux côtés d’un Nelson MONFORT, très volubile comme à l’ordinaire, se permettant même quelques blagues et autres  plaisanteries, histoire de dérider l’atmosphère !

Placé sous le sceau de l’olympisme et de la pratique généreuse des activités sportives, ce grand show à l’américaine (avec une multitude de surprises et d’invités prestigieux – à lire dans le prochain article de Dominique BERNERD à ce sujet -, des écrans géants et autres light-show) aura permis au président de l’Auxerrois et maire de la Ville d’Auxerre de se mettre en scène, également, sous les projecteurs nourris du Parc des expositions.

Alternant entre les choses sérieuses à dire (toute une série de projets en matière de transport, d’urbanisme, de projets culturels à voir le jour en 2024…) et la légèreté de ton, notamment avec la présence sur scène de quelques belles « armoires à glace » de la sphère de l’ovalie, les rugbymen du Racing 92 qui viendront tester la pelouse de l’Abbé Deschamps par deux fois au mois de mai, lors de deux journées exceptionnelles du « Top 14 », délocalisées avec le concours de l’AJ Auxerre sur les bords de l’Yonne.

 

 

Des séances de vœux jamais ordinaires à Auxerre !

 

Une grande première, il est vrai du côté de notre territoire qui n’en demandait pas tant, pouvant se réitérer – on espère déjà une affiche entre le Stade Toulousain et les parisiens du Racing 92 ! – dans un futur proche. Un prélude idéal avant la venue de la flamme olympique, prévue dans la capitale icaunaise le 11 juillet prochain.

Un millier d’Auxerrois a pu suivre ce grand raout qui ne ressemblait nullement à une cérémonie des vœux ordinaire – décidément, Crescent MARAULT n’en est pas à son coup d’essai pour nous surprendre avec cette traditionnelle manifestation, chacun ayant encore en mémoire la venue de Jean-Marc SYLVESTRE, remplaçant au pied levé le regretté Jean-Pierre PERNAUT, en 2022 -, malgré quelques manifestations d’humeur répétitives parmi l’assistance, concernant notamment le coût du passage de la flamme – un budget de 180 000 euros -, imputable en revanche au seul Conseil départemental. Des opposants de l’olympisme qui visiblement s’étaient trompés de cible ! Ce qui fit rire, un Crescent MARAULT sachant reprendre la balle au bond en taclant gentiment ses « camarades communistes », auteurs présumés de ces interventions intempestives parmi le public, et manifestement très heureux d’être là, dans son presque « seul en scène » digne de belles comédiennes en devenir…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Du courage, c’est sûr, il en fallait mercredi en début de soirée pour revendiquer avec des températures pareilles, flirtant en dessous des – 3 degrés, sur le parvis de l’hôtel de ville auxerrois ! Les doigts gourds, les nez gelés, les visages rougis par la morsure incisive du froid… : toutes les conditions étaient réunies pour ne pas mettre un syndicaliste, voire un élu (et à défaut des journalistes !) dehors afin de créer l’évènement, sous le regard curieux de rares badauds trop pressés de rentrer chez eux. Pourtant, la mobilisation était bel et bien là pour une quarantaine de manifestants, parents d’élèves et enseignants compris, contre la fermeture programmée de l’école des Brichères.

 

AUXERRE : Bonnet vissé sur la tête, écharpe de laine lui entourant la gorge, gants molletonnés et épais qui ne le gênaient pas dans le maniement du mégaphone, le secrétaire départemental de la FSU, Philippe WANTE, s’est montré des plus ponctuels pour lancer les hostilités verbales, expliquant le pourquoi de ce rassemblement. Il est vrai que les conditions météorologiques des plus frisquettes ne permettaient pas la tenue d’un sit-in en mode prolongé !

Il n’était pourtant que 17h30 quand le responsable syndical prit soin de démarrer le tour de chauffe oratoire, se dressant sur les quelques marches menant à l’hôtel de ville, qui aura donc permis à une huitaine de personnes de pouvoir s’exprimer en toute liberté sur le sujet de contestation du jour : la fermeture, déjà actée, de l’école des Brichères, prévue en septembre prochain.

« Nous retrouver tous ici par de telles températures est courageux, devait-il souligner en guise de préambule, mais la cause est nécessaire. Une fois de plus, c’est encore l’éducation qui est attaquée dans ce département avec la fermeture de cet établissement auxerrois… ».

 

Ne pas toucher à un établissement en éducation prioritaire…

 

Devant lui, quelques drapeaux rouge et bleu flottent au vent qui commence à se lever légèrement. Parmi l’assistance, on y voit des représentants de la NUPES (LFI, PCF, PS, écologistes…), mais aussi des membres de la FCPE, des enseignants et…même une poignée d’élèves, des lycéens curieusement coiffés de bérets basques à la connotation franchement cocardière et qui approuvent contre toute attente la décision de cette fermeture prise par la municipalité, se faisant quelque peu conspuer par des manifestants plus âgés. Tiens, tiens, souffle-t-on sur le parvis, serait-ce de jeunes adorateurs de « Reconquête ! » ?

Un peu à l’écart, hochant parfois du chef selon les propos tenus, l’adjoint à la Ville en charge de l’Education, Bruno MARMAGNE, écoute avec grand intérêt ce qui se dit durant une bonne vingtaine de minutes, toujours aussi glaciales. Mais, il ne prendra pas la parole publiquement.

Se situant en politique de la ville, c’est-à-dire dans un quartier repéré pour ses difficultés sociales, l’école des Brichères est opérationnelle depuis six décennies. Elle y accueille des enfants qui fréquentent les classes de maternelle ainsi que plusieurs enseignants et personnels administratifs.   

« S’attaquer à une école, d’ordinaire, c’est proprement inacceptable, ajoute le syndicaliste de la FSU, mais s’en prendre à une école qui est en politique de la ville (elles sont au nombre de quatre dans le département), c’est vraiment insupportable… ».

Pour mémoire, Auxerre a déjà été touchée à plusieurs reprises par ce genre de décisions qui ne laisse personne indifférent. Ni chez les enseignants, pas davantage chez les parents d’élèves.

 

 

Une flopée d’arguments contradictoires à cette fermeture…

 

Le fantôme du collège Bienvenu-Martin – c’était lui aussi un établissement en éducation prioritaire – s’invitera même durant quelques minutes dans cette manifestation peu expressive parmi la foule frigorifiée. L’argument offrira l’opportunité à Philippe WANTE de tacler les élus, à toutes les sauces de leur représentativité : municipaux pour les écoles, départementaux pour les collèges et régionaux puisque la dernière institution, la Bourgogne Franche-Comté, gère comme chacun le sait le destin pérenne ou non des lycées.

Le porte-voix de la FSU ne loupera pas l’occasion de reparler du projet de fermeture du lycée Saint-Germain, au passage.

« Les élus ne tiennent pas compte de ces fermetures sur les conditions d’apprentissage des élèves et sur les conditions de travail de l’ensemble des personnels, enseignants et AESH… ».

Se succéderont ensuite différents intervenants à orientation politique (Parti Communiste, La France Insoumise…) ou syndicaliste. Tous n’ont qu’une seule volonté : le refus de cette décision qui ne plaît pas du tout aux parents d’élèves présents.

Quant aux arguments contradictoires, ils ne manquent pas dans le cartable ! Prétexte d’économies budgétaires réalisées sur le dos des enfants, mise à mal du vivre ensemble et de la cohésion sociale, dégradation des conditions d’apprentissage et d’accueil des enfants, séparation avec les camarades et les enseignants auxquels les petits sont déjà très attachés – un choc psychologique à prévoir pour des élèves de maternelle -, perte du lien de confiance établie entre les enseignants et les gens du voyage qui scolarisaient leurs bambins dans cette école,…autant d’arguties qui pavent de bonnes intentions la pétition qui a été mise en ligne via les réseaux sociaux depuis plusieurs semaines. A date, déjà 360 signataires.

Pas consultés par la municipalité, les parents d’élèves fustigent ce choix définitif. « Nous allons nous retrouver au pied du mur, contraints à effectuer des déplacements plus longs (1,5 km) et à pieds pour celles et ceux qui ne possèdent pas de véhicule afin d’emmener les enfants à l’école… ».

Reste aussi la sempiternelle problématique de pouvoir s’appuyer sur les services d’une nounou. De la denrée rare à l’heure actuelle.

Du côté de l’emploi, on sait aussi que cette fermeture inéluctable devrait entraîner la suppression de plusieurs postes d’enseignants mais aussi d’ATSEM (Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) et de personnel de service. Trois classes regroupant 67 élèves seront ainsi rayées sine die de la carte scolaire dès la prochaine rentrée.

Pas sûr qu’au terme de ce mouvement protestataire, la température se soit vraiment réchauffée dans les cœurs de celles et ceux qui se sentent profondément délaissés…

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le nom de sa société, elle le doit à sa grand-mère, Mireille. Du côté de sa maman. Une contraction réfléchie du mot qui lui a permis de créer « MEILLE ». Un prénom qu’elle porte aussi en seconde position après celui, nettement plus dans le vent, de Louanne. Très tendance dans sa version musicale, comme chacun le sait ! On ne peut d’ailleurs souhaiter que la même réussite à ce petit bout de fille souriante et dynamique, portant fièrement ses 26 printemps, qui s’est lancée en 2023 dans une folle aventure : le stylisme et la mode. En développant sa propre gamme de vêtements.

 

SAINT-GEORGES-SUR-BAULCHE : Elle a de la suite dans les idées, la demoiselle ! Et surtout, elle sait parfaitement où elle va. Et là où elle veut aller par rapport à l’avenir professionnel qui se présente à elle. Une « gamine » qui veut en découdre avec les codes traditionnels du monde du travail où la jeunesse n’aurait pas trop sa place pour entreprendre. Qu’on se le dise mais Louanne CHENET a bien les pieds sur terre. Même si elle s’aventure dans un univers, celui du stylisme et de la mode, parfois parsemé d’embûches, qui peut l’amener à vivre ses rêves ; tout éveillée !

 

 

A 26 ans, la jeune femme est déjà à la tête de son entreprise, baptisée sobrement « MEILLE ». Un jeu de mot obtenu avec le prénom « Mireille ». Celui de sa grand-mère maternelle, qu’elle porte en seconde identification. Réalisant son chiffre d’affaires uniquement par l’intermédiaire du numérique et de sa référence sacralisée : Internet. Ses clientes, de tout horizon et de tout âge, vivent à Paris. Ou ailleurs, selon les cas. Paris où elle se rend très régulièrement pour y accroître son business lors d’opérations de vente éphémères au Carreau du Temple, dans le troisième arrondissement.

2024 pourrait correspondre à une extension de sa zone d’influence. Côté vente et distribution, il va de soi ! Car, elle le reconnaît bien volontiers ; pour l’heure la souriante Louanne n’est encore guère connue dans le landerneau originel. Pourtant, elle est une adepte des circuits courts et de la production locale. Déjà, les tissus avec lesquels elle réalise toute une garde-robe, y compris les accessoires, proviennent de matières « upcyclées ». Sa marque de fabrique, en quelque sorte, pour celle qui ne désire pas encombrer davantage la planète.

 

 

« Le must, pour moi, dit-elle, c’est de réaliser mes confections avec des produits made in France, tout en étant proche de Paris... ».

Concevoir librement ses « vêtements de la bonne humeur », comme elle se plaît à dire. Sa gamme chromatique n’engendre pas la mélancolie et se veut éclectique selon les tissus travaillés ; elle aime jouer avec les formes, les volumes, la longueur, les jeux de texture, les carreaux, les rayures, offrant ainsi une palette complète et insolite de ses propres visions géométriques.

Petite, elle aimait s’habiller toute seule, comme une grande. Sa passion créative la gagne alors qu’elle est encore lycéenne. S’arcboutant sur des pièces uniques dont elle seule se vêtirait. Des pièces issues de son imaginaire fécond et créatif. C’est d’ailleurs cette quête de l’unicité qui la pousse dans ses ultimes retranchements : créer sa propre marque de produits. Scolairement parlant, elle évolue dans le milieu du stylisme où elle fait ses gammes en emmagasinant techniques et savoirs, Le modélisme lui convient aussi. Grand bien lui fasse ! L’expérience s’accumule au détour des différents univers de la mode qu’elle côtoie dans la capitale. Elle s’essaie même dans l’image et le shooting. On connaît la suite et le résultat.

Le monde de l’enfant et de l’homme l’interpelle aussi. Pour laisser libre cours à son imaginaire débordant de réalisations à venir…

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

A croire que personne n’avait profité de la trêve des confiseurs pour partir en villégiature à la montagne afin de s’y oxygéner un peu ! Il est vrai que sur le papier, le pari de proposer la séance des traditionnels vœux dès le samedi 06 janvier était loin d’être gagné, côté affluence. Que nenni ! Les Sénonais aiment ce cérémonial et ils l’ont prouvé en prenant d’assaut (ou presque) les sièges du grand salon de l’Hôtel de Ville pour ne manquer aucune miette de ce rendez-vous obligatoire dans le sérail institutionnel. Histoire de voir un Paul-Antoine de CARVILLE, à l’aise dans cet exercice oratoire, orienté à la fois sur le bilan 2023 et les perspectives 2024…

 

SENS : Muni de son micro-cravate, impeccablement installé sur le revers de la veste de son complet bleu marine, il fend la foule, à l’écoute, assise sur plusieurs rangs dans le grand salon d’honneur de l’hôtel de ville. Flanqué de sa caméra, Frédéric BRULE, professionnel de la prise de vue – le garçon a effectué jadis ses classes dans la sphère médiatique de BFM TV – le suit de dos, de profil et de face sur ce parcours long de plusieurs mètres, renvoyant les images sur le grand écran placé juste derrière lui.

Au gré des nouvelles technologies audiovisuelles et de la captation vidéo dont il semble ignorer la présence, Paul-Antoine de CARVILLE marche d’un pas tranquille tout en déroulant ses arguments informatifs. Le maire de Sens innove en la matière dans la présentation de ses vœux. Sous les ors de cette magnifique salle, au parquet de bois qui grince un peu sous ses pas, auréolée par la lumière naturelle en provenance des fenêtres surdimensionnées du lieu.

 

Un regard dans le miroir du passé, un autre vers celui de l’avenir

 

L’évènement a mobilisé les VIP de la politique départementale. Aux côtés de l’ancien ministre Jean-Baptiste LEMOYNE, la sénatrice Dominique VERIEN écoute avec grand intérêt tout ce qui est dit par le jeune édile de Sens. Côte à côte, le député Julien ODOUL et Nicolas SORET, le numéro trois de la Région Bourgogne Franche-Comté, sont attentifs aux propos tenus. Un peu plus loin, Mahfoud AOMAR, président de l’Association des Maires de l’Yonne, n’aurait pas voulu rater cela pour rien au monde. Ni le président du Grand Sénonais Marc BOTIN qui est là, lui aussi, en toute logique, assis à proximité de l’ancien ministre de la Coopération internationale et des Relations avec le parlement, Henri de RAINCOURT.

Il est vrai que cette séance de vœux, hormis son aspect traditionnel, a le mérite de présenter le résultat des courses – c’est-à-dire de tirer le bilan de l’année écoulée – avant de dévoiler quelques perspectives juteuses et notoires qui ponctueront sans doute le nouvel exercice temporel qui démarre.

Regardant dans le miroir 2023, Paul-Antoine de CARVILLE s’est dit satisfait de ce qui avait été réalisé avec son équipe. « Les objectifs ont été atteints… ».

 

 

Les investissements à Sens ? Ils sont tous azimuts !

 

Une allusion à peine voilée à la maîtrise des finances et du budget, le nerf de la guerre de toute collectivité respectueuse de nos jours. Une règle d’or indispensable (l’équilibre entre les recettes et les dépenses) qui favorise les investissements.

A ce titre, ils sont plutôt légion dans l’ancienne capitale des Sénons !

Souhaitez-vous des exemples ? En voilà à la pelle ! Plus d’un million d’euros destiné au financement des travaux des écoles locales, le cœur de ville reconfiguré, la réhabilitation du Clos-du-Roi, les promenades embellies, mais aussi de manière plus pragmatique et citoyen l’optimisation de la sécurité en ville avec l’apport de nouvelles recrues au sein de la police municipale, le développement d’une nouvelle stratégie culturelle avec les musées du cru en tête de gondole, les seniors bénéficiant de davantage de soutiens dans leur accompagnement, etc.

Sans compter les primes de fin d’année qui sont venues abonder l’ordinaire des agents de la ville. La cerise sur le gâteau en fait pour les représentants de la fonction publique, au service des habitants de la seconde agglomération de l’Yonne.

 

 

L’enfance, nouvel axe prioritaire dans la politique de la Ville

 

Bien sûr, Paul-Antoine de CARVILLE ne pouvait pas ne pas parler de la fiscalité et des impôts. Un sujet toujours très douloureux pour les administrés qui les subissent ! Le maire de Sens s’est donc voulu rassurant : « nous allons poursuivre les efforts dans la transformation de la ville sans pour autant augmenter les impôts… ».

Un élément de langage qu’il avait déjà annoncé l’an passé. Prouvant ainsi de facto que son credo est bien celui de la continuité. Dans l’effort à l’amélioration de sa ville et dans la maîtrise de la fiscalité, visiblement !

Niveau perspectives, plus factuelles cette fois-ci, l’édile de Sens a annoncé la publication d’un nouveau magazine, conçu par les services de la communication de la Ville, à destination d’un cœur de cible pas souvent visé par les informations institutionnelles : les enfants !

Nom de ce nouveau support : « Le Mag de Brennus ». Un média (papier ? numérique ?) qui profitera aussi de l’ajout informatif assuré par le milieu associatif local, extrêmement bien développé et dynamique dans la grande ville septentrionale de notre territoire.

L’enfance, toujours, reste à l’épicentre de l’actualité du maire de Sens avec le projet du futur Pôle Mère Enfant, probablement opérationnel au printemps prochain ou celui de l’apparition de nouvelles crèches.

Une maille du filet légitime pour tricoter l’avenir de Sens, ville qui a enregistré une diminution significative du nombre des naissances depuis 2014 mais qui au dernier recensement demeure en très légère augmentation de sa population avec un coefficient de 0,5 % observé par rapport aux autres communes de l’Yonne.

Un chouia, certes, sur l’échelle de la démographie départementale, que compte bien exploiter tout de même dans sa stratégie politique un Paul-Antoine de CARVILLE confiant en l’avenir et aux futures réussites sénonaises…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil