A l’initiative de Gildas AUBRY de MARAUMONT, vice-président de l’Observatoire de la laïcité dans l’Yonne et du proviseur, Capucine VIGEL, secrétaire départementale d’Indépendance et Direction, Jean-Louis BIANCO, ancien président de l’Observatoire de la Laïcité, dissous en juin 2021, est venu à la rencontre des personnels de direction, des CPE et des enseignants de l’Yonne. Il est intervenu sur les « mots de la laïcité » : un terme manipulé, déformé, instrumentalisé de toute part, qui pollue la compréhension et surtout déforme la réalité.

 

TRIBUNE : Voilà, le débat est lancé. Sans reprendre en détail le cadre historique, ni les principes fixés par la loi du 09 décembre 1905 que la Cour européenne des Droits de l’Homme considère depuis 2008 comme « la clé de voûte de la laïcité française », Jean-Louis BIANCO a proposé une réflexion autour des multiples interprétations de la laïcité que certains auteurs affublent de qualificatifs pour mieux la cerner : positive, ouverte, inclusive, multiculturelle pour n’en citer que certains.

Illustrant la laïcité « adjectivée », l’orateur est revenu sur le sens de ce terme en visitant la réalité pour analyser les faits. L’adjectif oriente la conception de la laïcité et peut l’éloigner du droit.

Or, seul le droit pose un cadre commun à tous. L’effort de compréhension sémantique s’impose à tous afin de s’éloigner du buzz médiatique et des tentatives d’utilisation diverse qui est faite de ce principe républicain.

 

 

La laïcité ne peut être réduite à de l’anticléricalisme…

 

La laïcité repose sur trois piliers : la liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l’ordre public ; la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses ; l’égalité de tous devant la loi, quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions.

Fort de ce bref rappel, pourquoi cette question ? La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs croyances ou de leurs convictions.

Le fondement même de la laïcité est la liberté : de conscience, d’expression, d’accomplissement. En aucun cas, la laïcité ne peut être réduite à de l’anticléricalisme qui reste chez certains une posture antireligieuse. Mais, à contrario, elle ne peut pas non plus être un fourre-tout de tolérance semant la confusion et le désordre.

Après deux heures riches d’échanges, l’assemblée s’est retirée sur une citation de Condorcet : « Nous ne demandons pas que les hommes pensent comme nous, mais nous désirons qu'ils apprennent à penser d'après eux… ». A méditer !

 

Capucine VIGEL

 

Présidents et secrétaires d’associations, à vos claviers ! Un appel à projets, initié par la Fondation du Groupe EDF vous concerne à plus d’un titre ! Et, ce jusqu’à la date butoir de dépôt du dossier, soit le 31 juillet 2022. Dans le cadre de ses opérations de mécénat en Bourgogne Franche-Comté, EDF et plusieurs de ses filiales veulent soutenir les projets de structures associatives évoluant dans les domaines de l’environnement, l’éducation et l’inclusion.

 

DIJON (Côte d’Or) : De 3 000 à 15 000 euros de subsides envisageables ! La fourchette est, on ne peut plus alléchante, il faut bien en convenir. Ce sont les sommes que la Fondation du groupe EDF en Bourgogne Franche-Comté souhaite dispatcher vers les structures associatives qui retiendront l’intérêt du Comité de mécénat territorial en charge de ce dossier.

Regroupant les représentants d’EDF-SA, d’EDF Renouvelables mais aussi de DALKIA, CITELUM et ENEDIS, ce comité a décidé de lancer un appel à projets à hauteur de 60 000 euros pour encourager les associations de notre territoire. Et plus spécifiquement, celles qui interviennent dans les domaines de l’environnement, de l’éducation et de l’inclusion.

 

 

Des items aux vertus cardinales…

 

Sur le volet environnemental, cela englobe toutes les initiatives et les programmes en faveur de la lutte contre le changement climatique et la préservation de la biodiversité, notamment au travers de projets pédagogiques et de sensibilisation. Voire d’expérimentations novatrices pour adapter, préserver ou restaurer des espaces naturels.

Du côté de l’éducation, le comité s’intéressera plus particulièrement aux dossiers mettant en exergue deux priorités : l’égalité des chances et la citoyenneté.

Enfin, l’aspect inclusif, troisième item retenu, offre une réelle opportunité à ces associations qui permettent à chacun, y compris les plus fragiles, de participer pleinement à la société. Ainsi, la lutte contre la pauvreté peut se décliner sous la forme d’aide à l’insertion, la réinsertion sociale ou professionnelle de ces personnes fragilisées.

 

 

Les modalités pratiques avant de se lancer…

 

Pour concourir, rien de plus simple ! Il suffit de déposer un dossier sur le site Internet de la Fondation Groupe EDF au titre du territoire Bourgogne Franche-Comté. Quant au règlement, il est consultable sur le site de la fondation.

Toutefois, quelques conditions sont requises avant de tenter sa chance. Seules les associations éligibles au mécénat peuvent prétendre candidater. Leur siège ou antenne doit être localisé en Bourgogne Franche-Comté. En outre, elles doivent avoir au moins deux années d’existence et des ressources annuelles supérieures à 100 000 euros. Le projet soutenu correspond à une action déclinée sur notre territoire régional. Enfin, ce soutien ne peut dépasser plus de 50 % du budget total du projet.

Les projets seront examinés par le comité de pilotage de la Fondation Groupe EDF entre août et septembre. Quant aux résultats, ils seront communiqués début octobre ; les dotations financières devant être versées avant le terme de l’année 2022.

 

 

En savoir plus :

Appel à projets ouvert jusqu’au 31 juillet 2022 minuit.

Site Internet de la Fondation Groupe EDF

Référence : htpps://projetsfondation.edf.com/fr/

 

Thierry BRET

 

L’appellation de l’évènement ne prête à aucune confusion possible. Le « Chemin des Arts ». Pas de fioritures dans le titre de ce rendez-vous, prévu les 04 et 05 juin prochains, dans le quartier de la Morlande. Juste, une réalité. C’est là, précisément sur le Chemin du Château d’Alger – il donne accès à une belle demeure patrimoniale qui ouvrira son parc les jours venus – que se déroulera cette animation culturelle ambitieuse, autour de « l’empreinte écologique », sous l’égide de l’association locale, « Les Eveillés du Val, Environnement et Art »…

 

AVALLON : C’est vrai, ça rigole beaucoup lors de la séance de prises de vues. Mais, le projet, lui, est on ne peut plus sérieux ! Entre Sylvie GUILLOU, l’une des chevilles ouvrières de la structure associative avallonnaise et son amie, Martine FONTAINE, curieuse et passionnée de tout et par ce projet qui se met progressivement en place. L’endroit, un brin bucolique, ne manque pas d’attrait. Verdoyant, il surplombe le cœur de ville que l’on aperçoit un peu plus loin. Ce petit « chemin d’Alger » – s’il ne sent pas encore la noisette comme dans le célèbre refrain de la regrettée Mireille et de son Petit Conservatoire – sera le théâtre de l’opération, les 04 et 05 juin prochains.

Le « Chemin des Arts ». Sobre mais efficace comme appellation ! Un intitulé qui ne peut que titiller les esprits véloces en soif de curiosité. Tout autant que la raison sociale de la structure associative qui le portera.

« Les Eveillés du Val » - ah, l’astucieux clin d’œil faisant référence au fameux « dormeur », cher à Arthur RIMBAUD ! – a pour leitmotiv parmi ses statuts de « voir et faire plus grand que soi » en matière artistique, dans la mixité, l’ouverture, le respect et la…gaité ! Pas étonnant que les deux filles s’esclaffent à gorges déployées lors de cette séance photo !

 

Sensibiliser les visiteurs aux vertus des éco-quartiers…

 

Voilà une association culturelle (elle a ajouté les mots « environnement et art ») à son patronyme un tantinet poétique où se dégage une vraie énergie. Récente, elle a vu le jour au printemps 2021 – on a cependant l’impression qu’elle nage dans ce paysage local depuis longtemps -, la voilà qui nous promet la lune ou presque lors de ce premier week-end de juin, consacré à la contemplation de ce parcours artistique, novateur dans sa conception.

Inaugurée durant la Fête des Jardins, la manifestation accueillera pléthore d’artistes du cru, mais aussi de plus loin, arborant hautes les couleurs de la célébration artistique qui valorisent le travail et la créativité de peintres, sculpteurs, plasticiens, photographes. Du lourd dans la programmation et surtout que des talents !

Surfant sur le thème de l’écologie, le côté environnemental qui sied très bien à la structure, « Les Eveillés » s’adressent avec leur concept flamboyant aux jeunes comme aux seniors, avec des passerelles intergénérationnelles suscitant de réelles opportunités. La structure, forte de ses 160 adhérents, profitera de la fête de l’écotourisme pour sensibiliser les visiteurs, autour du bien-fondé des éco-quartiers favorables à la préservation de la cohésion sociale. Ainsi, beaucoup de matériaux auront été récupérés en amont de cette exposition champêtre afin de fabriquer des sculptures et des motifs au détour impressionnants. A admirer sans modération…

 

 

En savoir plus :

Parmi les thématiques à admirer les 04 et 05 juin à Avallon.

« L’Ephémère », thème de l’édition 2022 du Printemps des poètes,

« L’Energie », le Chemin du Château d’Alger surplombe la vallée du Cousin, réputée jusqu’à la fin des années 60 pour ses tanneries et ses trente-deux moulins,

« Voir et Faire plus grand que soi », un mantra à découvrir.

Présence de nombreux artistes qui piloteront des ateliers associant des enseignants et leurs élèves, ainsi que des nombreux publics partie prenante de cette œuvre collective : les résidents d’EHPAD, les enfants du périscolaire, le SESSAD, les jeunes en situation de handicap ou en difficulté, les résidents de foyers de vie, les membres de l’Espace senior et du Centre social d’Avallon, etc.

Animations autour du théâtre, de la musique, des jeux, des ateliers de découverte.

Les écuries et le parc du Château d’Alger seront exceptionnellement ouverts au public pour accueillir les œuvres ne pouvant rester à l’extérieur.

Les artistes associés au projet : Anne PROCOUDINE-GORSKI, Laure TETAR, Jean de SAINT PHALLE, Hyacinthe REISCH, Véronique LAFFONT, Franck DUPAYS, Pascal CARON, Alain BRESSON, Sylvain SOLARO, HEKO, Gilles BORGSTEDT, Anne-Lise DEHEE, etc.

Les partenaires de ce projet : la municipalité d’Avallon, la Communauté de commune et le PETR, le Département, la Région, la CAF de l’Yonne, l’ARS BFC, le Rotary Vézelay d’Avallon…

 

Thierry BRET

 

Le secteur de la vigne et du vin propose chaque année des milliers d’emplois mais les candidats se font rares. Dans l’Yonne, 250 postes resteraient ainsi à pourvoir. Une pénurie de main d’œuvre liée en partie à une méconnaissance des métiers proposés. Un déficit de notoriété qu’ont souhaité relever Pôle Emploi et l’ANEFA, en organisant conjointement et pour la première fois, deux visites du Clos de la Chainette sous l’égide du responsable du vignoble, Thierry MILLIERE, à l’attention de personnes en recherche d’emploi.

 

AUXERRE : Elles sont au total une douzaine de personnes à avoir répondu à l’invitation, réparties en deux groupes. Certaines en quête d’un premier emploi, d’autres en reconversion professionnelle. Mais, pour la plupart, sans connaissance aucune des multiples métiers proposés par le monde de la vigne et du vin, si ce n’est une expérience éphémère de vendangeur. Le secteur peine à recruter comme le rappelle Marjorie LEFEBVRE, conseillère dédiée aux entreprises à Pôle Emploi : « Dans un contexte de taux de chômage très faible par rapport à une époque, beaucoup de demandeurs d’emploi se positionnent essentiellement sur le tertiaire au détriment des autres secteurs… ». La situation est telle que la profession fait depuis plusieurs années appel à une main d’œuvre étrangère pour répondre à ses besoins. Longtemps contingentée aux pays de l’Est, l’offre s’est étendue aux nations du continent africain et il n’est pas rare aujourd’hui de voir arriver des CV en provenance du Maroc, du Sénégal ou de Tunisie. D’autant, souligne France LAHUTTE, animatrice ANEFA, que « nombre de viticulteurs et prestataires de service ont fait beaucoup d’effort en termes de recrutement, avec la mise en place de navettes venant chercher ces personnes souvent peu mobiles, au pied de leur logement, à l’image de ce qui se fait aujourd’hui avec l’association COALLIA et la société PSAV, spécialisée dans le secteur des activités de soutien aux cultures. ».

 

 

Etre vite opérationnel sans besoin d’une longue formation…

 

Le travail bat son plein dans les vignes multiséculaires du Clos de la Chainette, plus ancien domaine viticole attesté de France. Après la taille, est arrivé le temps du « baissage », une opération manuelle visant à empêcher la plante de croître de façon anarchique. Travaux en vert, relevage, rognage, effeuillage… Passé l’hiver, les activités sont multiples, accessibles pour certaines très rapidement explique Thierry MILLIERE : « Pour certaines tâches saisonnières, l’on peut vite être opérationnel sans besoin d’une longue formation, quelques jours suffisent… ». A contrario, certains choisissent un cursus plus long, enchaînant les formations pour plus de polyvalence, à l’image de Justine (*) actuellement en stage au domaine, dont le témoignage spontané et passionné aura peut-être fait naître quelques vocations parmi les visiteurs du jour. En quête d’un métier de secrétaire, mais faute de trouver un stage adapté, elle a fait le choix l’an dernier de se réorienter vers la viticulture.

 

 

Une grande diversité de la filière en matière de contrats…

 

Premières armes en pleine période de vendanges avant d’intégrer dans la foulée une formation BPA Travaux de la vigne et du vin au CFPPA du lycée la Brosse qu’elle a déjà prévu d’enchaîner avec un BPREA pour devenir chef d’exploitation. Elle sait qu’elle ne s’arrêtera pas en chemin, avec en ligne de mire, la volonté d’intégrer le lycée viticole de Beaune pour y décrocher un BTSA viticulture œnologie. Pas mal pour une personne qui se destinait à un métier dans le tertiaire !
Si l’offre de formation est très large, la filière a aussi pour atout une grande diversité en matière de contrats de travail, qu’ils soient saisonniers, CDI, à la tâche, ou contrats courts de type TESA. Permettant pour certains, de conjuguer le cas échéant avec une autre activité de plein air comme le maraîchage ou en espaces verts. On sait depuis le film d’Etienne CHATILLIEZ que « le bonheur est dans le pré ». Reste à faire savoir aujourd’hui au plus grand nombre qu’il a désormais aussi élu domicile dans les vignes et les caves !

 

(*) Le prénom a été modifié

 

 

En savoir plus :

ANEFA (Association Nationale paritaire pour l'Emploi et la Formation en Agriculture)
Antenne de l’Yonne : France LAHUTTE au 03 86 49 48 10 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

CFPPA (Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole)
Lycée Agricole d’Auxerre La Brosse 89290 VENOY
Tél 03 86 94 60 00 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

BPA (Brevet Professionnel Agricole Travaux de la vigne et du vin)
Formation diplômante de niveau 3 pour travailler en qualité d’ouvrier qualifié dans le domaine viticole, à la production ou à la transformation.

BPREA (Brevet Professionnel Responsable d'Entreprise Agricole). Formation diplômante de niveau 4 pour conduire une activité de production viticole ou piloter une exploitation.

BTSA (Brevet Technicien Supérieur Agricole)
Formation diplômante de niveau 5 ayant pour objectif de préparer aux postes à responsabilité de la filière viti-vinicole (chef de culture ou maître de chai).

 

Dominique BERNERD

 

Se démarquer ! Plus que jamais afin de gagner en visibilité. Pour accroître son chiffre d’affaires et tirer les marrons du feu d’une bonne stratégie de communication, à décliner dans cet univers nébuleux et parfois complexe que peut être le monde de la digitalisation. Pour y parvenir, la Chambre de Métiers et GOOGLE vous donnent un sérieux coup de pouce !

 

AUXERRE : Passionnants, ces Ateliers Numériques, assurés par l’un des représentants de GOOGLE ! En l’espace de deux journées studieuses, les professionnels de l’artisanat de l’Yonne ont l’excellente opportunité de pouvoir approfondir leurs connaissances – et surtout leur praticité technique – de la chose digitale. Et sur ce registre, force est de constater qu’il y a encore du boulot à faire pour que le tissu artisanal (et commerçant) de notre contrée soit au top des possibilités offertes par ces moyens de communication modernes.

Quand on sait que bon nombre de boutiques, voire de sociétés entrepreneuriales évoluant dans l’Hexagone, ne possèdent toujours pas une vitrine sur la toile, digne de ce nom ! Voire, tout bonnement réactualisée dans les meilleurs délais !

Alors, c’est sûr : Pierre, le jeune formateur du concept GOOGLE Ateliers Numériques, n’aura pas fait le déplacement depuis le Forez où il réside, à Saint-Etienne précisément, pour rien lors de cette première session qui compte deux jours de théorie. La première a été accueillie ce mardi dans les locaux de la chambre consulaire à Auxerre ; la seconde se poursuivra sur le Sénonais à Maillot demain, à partir d’un contenu différent.

 

 

Performer sur la toile en matière de visibilité : l’objectif des entrepreneurs !

 

Nonobstant, l’orateur du jour apportera bon nombre de réponses concrètes aux besoins de ces chefs d’entreprise, installés depuis peu ou en phase de réalisation de leurs projets. Couturière, spécialiste de la fermeture et des portes, transporteur, concepteur de pompes industrielles, intervenant sur les services administratifs ou encore porteur d’une structure de recyclage des produits : les profils de ce public, apte à se familiariser davantage avec la logorrhée informatique, étaient plutôt disparates.

Pour autant, la problématique demeure la même. Gagner en visibilité sur la toile, obtenir le référencement optimal le plus performant et surtout faire booster ce chiffre d’affaires, baromètre impitoyable de la bonne santé d’une entreprise.

 

 

On ne pourra regretter qu’une seule chose à la réussite totale de cette judicieuse initiative, montée pour la première fois en Bourgogne Franche-Comté par la CMA, la faiblesse de l’assistance.

A croire que tous les artisans de la région maîtrisent à la perfection les subtilités d’Internet et la mise en avant de leurs entreprises !

 

 

Analyser la moindre remontée d’informations…

 

Dommage ! Car, dans le cas présent, les acteurs économiques de l’artisanat avaient l’heureuse opportunité de pouvoir assimiler le bien-fondé des campagnes publicitaires sur la toile, de comprendre à l’aide de GOOGLE Analytics toutes les précieuses remontées d’informations suscitées par leur site, de paramétrer et d’optimiser la fiche se rapportant à leur établissement.

Le circuit pédagogique se déplacera en fin de semaine sur la Nièvre limitrophe. Gageons que cela mobilise plus d’artisans encore qui ont grandement besoin de conseils personnalisés et collectifs afin d’assurer leur suprématie visuelle sur le Net.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil