Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Avec une certaine solennité, il appose sa griffe au bas du document, sous le regard bienveillant du préfet de l’Yonne Pascal JAN, invité de la session. Une séance peu ordinaire puisque la communauté des « Entreprises qui s’engagent » de l’Yonne s’enrichira d’ici un instant de nouveaux membres dont le responsable départemental du réseau de recrutement, « Mercato de l’Emploi » Philippe BOUVEAU. L’un des nouveaux signataires de cette structure qui, animée par la Chambre de Commerce et d’Industrie, voit progresser son effectif…

 

AUXERRE : Il est un peu crispé, Philippe BOUVEAU ! Le dirigeant du « Mercato de l’Emploi », appellation originale de la société de recrutement qu’il représente sur l’Yonne à l’inspiration sémantique portée sur le football, s’avance à la tribune. Il succède ainsi au précédent signataire de la convention. A ses côtés, Pascal JAN. C’est toujours très impressionnant de poser pour la postérité en présence d’un haut fonctionnaire de l’Etat qui a pour mission de statuer de manière officielle sur l’engagement d’un nouvel impétrant !

Car, c’est bien de cela dont il s’agit. En rejoignant le club des « Entreprises qui s’engagent », illustration départementale de ce qui se décline désormais aux quatre coins de l’Hexagone sous l’impulsion de l’Etat afin de dynamiser l’économie via sa principale courroie de transmission qu’est l’entrepreneuriat, Philippe BOUVEAU sait au fond de lui, et sous le regard d’une salle pleine comme un œuf, remplie de chefs d’entreprises et de représentants des milieux institutionnels que son geste n’est pas fortuit.

 

Privilégier le partage des expériences et les actions communes

 

Comme lui, d’autres viendront tour à tour à la demande du maître de cérémonie habituel, Jean-Pierre LANTERNIER, animateur hors pair de ce club placé sous la responsabilité de la Chambre de Commerce et d’Industrie, parapher ce document officiel. Certains avec une légèreté et le sourire dans l’allure, d’autres comme Philippe BOUVEAU qui demeure plus concentré sur cet instant capital.

Tant pour la structure professionnelle dont il est le porte-voix sur le territoire de l’Yonne depuis peu de temps – le réseau hexagonal « Mercato de l’Emploi », entité organisée en parfaite osmose entre recruteurs et entrepreneurs qui officie dans l’Yonne depuis quelques mois – que pour sa propre promotion.

Signer ce certificat d’engagement possède un certain nombre de valeurs. D’une part, cela oblige le signataire à développer la découverte de l’entreprise vers le plus grand nombre pour bien en informer sur ses tenants et les aboutissants. D’autre part, en qualité d’adhérent du club, la nouvelle structure signataire participe à l’ensemble des réunions – celles-ci sont assurées par la CCI de l’Yonne – en privilégiant le partage et les actions communes. Un espace de coopération à tiroir qui n’est pas pour déplaire à Philippe BOUVEAU, qui souhaite initier davantage de relationnel dans sa stratégie à l’avenir.

 

Jouer un rôle plus citoyen et sociétal avec la réalité économique

 

Le credo de ce dispositif ayant vu le jour avec la bénédiction de l’Etat – un GIP, soit un groupement d’intérêt public - demeure l’accessibilité de l’emploi à tous. Du moins, au plus grand nombre, en vérité.

Aujourd’hui, le club des « Entreprises qui s’engagent » accueille en son sein près d’une cinquantaine de structures professionnelles sur le territoire icaunais qui ont pris pour cible différents domaines de l’inclusion, via des actions menées en faveur de la lutte contre l’illettrisme, l’illectronisme, voire au bénéfice des personnes en situation de handicap ou des réfugiés.

Autre subtilité, et ce n’est pas la moindre, des relations novatrices ont vu le jour entre le milieu entrepreneurial et l’Education nationale. Il était grand temps de construire des passerelles entre ces deux mondes !

Bref, autant d’éléments de premier choix qui résonnent aux oreilles de Philippe BOUVEAU qui ne regrette nullement le fait d’avoir signé un document lui permettant dorénavant de jouer un rôle plus citoyen et sociétal en phase avec la réalité du monde économique…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Député LFI de la dixième circonscription parisienne, fils de réfugiés chiliens, Rodrigo ARENAS est membre à l’Assemblée nationale de la Commission des Affaires culturelles et de l’Education. Il fut aussi avant cela, co-président de la FCPE, première fédération de parents d’élèves. Dès le début de l’attaque du Hamas contre Israël, il s’est démarqué d’autres collègues députés Insoumis, en dénonçant dans un courrier interne, «les crimes abominables commis par les combattants et les terroristes du Hamas». Une mise au point confirmée par sa présence avec « SOS Racisme », le surlendemain de l’attaque contre Israël, à la marche organisée à Paris, pour dire « non au terrorisme » en défenseur de l’école de la République et d’une paix sous couvert de l’ONU entre Israël et les Palestiniens…

 

INTERVIEW : Par-delà les discours de circonstance pour dénoncer ce qui vient d’arriver à Arras, quelle est votre position sur l’assassinat, une fois encore, d’un professeur dont le seul crime était de faire son métier ?

Je vais laisser la démagogie aux démagogues. En fait, il y a plusieurs choses qui rentrent en ligne de compte, l’école ne peut pas tout et cela, il faut l’accepter. Ce terroriste, on peut l’appeler comme ça au vu de ce qui s’est passé à Arras, est arrivé en France tout jeune et il est passé par cet établissement. A un moment donné, on voit bien comment influent l’environnement, la cellule familiale, les fréquentations… Quand vous avez un enfant qui rentre dans une déviance, on voit bien que l’école n’est pas capable de traiter ça, cela va au-delà de ses compétences…

Comment justement, parvenir à « rattraper » un potentiel terroriste ?

C’est ce vieux débat qu’il y eut entre Jean-Paul SARTRE et Albert CAMUS, où le premier disait dès 1973 que le terrorisme était la seule arme des opprimés. Ils se sont affrontés à ce sujet, mais SARTRE a travaillé sur le sujet avec un philosophe juif, pour parvenir sept ans après à reconnaître qu’il s’était trompé. Tout cela est un long chemin et si même SARTRE met du temps pour le parcourir, imaginez un enfant ou un jeune ! Il faut accepter de donner du temps pour cela, le problème étant que l’éducation, ce n’est pas « Twitter » : ce n’est pas un réseau social…

 

Comme après chaque attentat, le risque de récupération politique est grand…

A un moment donné, j’appelle mes collègues à arrêter de surfer sur l’opinion et de faire peur aux gens. On a en France un service de police digne de ce nom, des services de renseignement aussi, en revanche, on voit bien, comme avec les fichés « S », que les effectifs ne sont pas en nombre. Mais, cela ne veut pas dire qu’ils sont inefficaces…

 

 

Civils israéliens assassinés d’un côté, populations palestiniennes bombardées de l’autre : comment vous situez-vous ?

En fait, à bientôt cinquante ans, je fais partie d’une génération qui a milité pour la paix entre Israël et la Palestine. J’ai été un fervent soutien du processus de paix signé en 1993. Cette époque, cette mémoire, ne représentent pas l’histoire pour les moins de vingt ans, il faut accepter aussi cette question de génération… Peut-on imaginer, que l’on vive en Israël, à Gaza ou dans les territoires occupés, pendant plusieurs générations, dans une situation où tous les jours il y a des morts, ce que cela peut produire ? Moi ce que je dis, c’est que l’issue ne peut être que pacifique et internationale. Mais pour faire la paix, il faut être deux et que chacun accepte des concessions. Le problème aujourd’hui est que l’on a un gouvernement israélien, par la voix de son premier ministre, qui ne veut pas faire la paix et en face, un groupe armé qui s’appelle le Hamas, qui à mon sens n’est pas une armée de libération nationale, mais issu des Frères musulmans, qui veut imposer un état islamique aux antipodes de mes valeurs. Et qui a les moyens financiers et militaires pour organiser ces attentats. Ce n’est pas une guerre, une guerre c’est contre une armée, pas contre une population désarmée… Nier aujourd’hui que cela soit lié à un processus historique sur plusieurs décennies, c’est être borgne. Il y a de la souffrance, des gens sont en train de crever, mais cette solution est une impasse politique, à la fois pour les Israéliens et les Palestiniens…

Quel peut-être le rôle de la France dans ce conflit ?

Je pense que nous avons un rôle à jouer, même si l’on est « tricard » au Liban et que la diplomatie française, avec Emmanuel MACRON, ait vu diminuer ses moyens. Mais par contre, nous avons les moyens de peser, dans le cadre de l’ONU, en soutenant son président, António GUTERRES. Il est là notre rôle, de soutenir ceux qui sont au-dessus de la mêlée et ont les moyens de faire une intervention menant à la paix, mais cela va prendre du temps. Je ne dis pas qu’il faut choisir un camp, car le seul camp, c’est celui de la paix. Mais force est de constater que la France dans tout ça, elle est absente…

 

Pour en revenir à l’école, diriez-vous qu’elle est aujourd’hui à deux vitesses ?

Vous avez aujourd’hui un gouvernement, parce que c’est son projet, qui abime l’école publique, son image et les moyens qu’elle a pour fonctionner, en privilégiant le privé, y compris les écoles hors contrat avec l’Etat. C’est pour cela que je parle même d’une école à « trois vitesses ». Jusqu’à présent, public ou privé, les enseignants étaient payés avec l’argent public. Aujourd’hui, ce n’est plus tout à fait ça, avec une partie de la population faisant sécession, ayant suffisamment de moyens pour le bâti, les profs, les contenus, etc., qui construisent une école à leur image où cultiver l’entre soi. Ils n’en ont rien à faire de la République ! Clairement, aujourd’hui, pour pouvoir sauver l’école, il faut lui réserver 100 % des fonds publics et je suis partisan de la suppression des subventions aux écoles privées puisque nous n’avons plus les moyens de les entretenir. On nous explique qu’il n’y a plus d’argent, mais par contre, on en aurait assez pour payer les écoles faisant une sélection d’entrée, là où le service public a obligation d’accueillir tout le monde mais sans les moyens de le faire. On ne peut plus continuer comme ça… 

 

L’école est-elle encore un ascenseur social à vos yeux ?

Du fait de l’inégalité scolaire et des inégalités sociales, on arrive in fine à ce que l’école française soit devenue, ce n’est pas moi qui le dit, mais les statistiques, la plus inégalitaire d’Europe. Ce rêve de méritocratie républicaine permettant quand on est mal né, de parvenir à l’élite de la nation par le biais de l’école, ce n’est plus vrai ! Le mythe sur lequel reposait l’école est interrogé par la réalité. On fait partie d’une génération qui croyait à l’ascenseur social, cela faisait notre culture commune. Aujourd’hui, plus personne n’y croit. Quand vous abimez le socle philosophique et idéologique sur lequel repose l’école et bien vous êtes en crise… On a trois ministres de l’Education nationale qui se sont succédés, qui viennent du privé et pas n’importe lequel, « Stanislas » pour l’un, « Ecole Alsacienne » pour les deux autres, les gamins « mal nés », ce n’est pas leur business ! Et d’ailleurs, il n’y a qu’à voir l’entourage d’Emmanuel MACRON pour s’en convaincre…

 

Propos recueillis par Dominique BERNERD

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il l’écrit lui-même sur son compte Facebook, livrant ainsi ses états d’âme sur la toile : « ce jour restera gravé à jamais dans ma mémoire ! ». Un jour, certes qui n’est pas ordinaire pour l’élu de l’opposition auxerrois. Car, il est synonyme d’accession à la présidence de l’association des « Résidences Jeunes de l’Yonne ». Une nomination à laquelle est très attachée Rémi PROU-MELINE qui entend bien relever les défis inhérents au devenir et à la pérennité de l’établissement.

 

AUXERRE : En guise de préambule : à quoi sert exactement l’association des « Résidences Jeunes de l’Yonne » ? Proposant des solutions d’hébergement aux adultes âgés de 16 à 25 ans, cette structure accueille celles et ceux de cette frange de la population qui sont dans l’obligation de se mouvoir pour les besoins de leur travail ou pour suivre des études sur notre territoire.

Communément appelés « foyers des jeunes travailleurs » mais aussi « résidence sociale », ils sont destinés à recevoir en leurs murs apprentis, étudiants, intérimaires, stagiaires mais également des travailleurs qui bénéficient d’un contrat en CDD ou en CDI.

Toutefois, ce qui anime plus particulièrement ces endroits à privilégier lorsque l’existence nous amène à s’installer dans une nouvelle ville, ce sont les programmes inhérents à leurs animations diverses, proposées de manière hebdomadaire.

Soirées à thème, ateliers cuisine, activités sportives, espace détente et loisirs, mais aussi conseils de vie sociale y sont proposés avec les équipes ad hoc, destinées à porter la cohésion sociale au sein de ces établissements.

 

Un investissement de plus sur le territoire…

 

A Auxerre, la structure a célébré le cap de son cinquantième anniversaire. Elle est désormais, et ce depuis début octobre, présidée par l’élu d’opposition de l’Auxerrois, Rémi PROU-MELINE.

« Je ferai tout pour être à la hauteur de la confiance qui m’a été accordée, explique le nouveau responsable, d’autant que la jeunesse, l’échec scolaire et la précarité étudiante sont des sujets qui doivent être ardemment défendus aujourd’hui et qui me touchent tout particulièrement… ».

Opérationnelle depuis 1969, la structure accueille une population qui se doit d’être accompagnée pour faciliter son intégration dans la vie sociale. Deux bâtiments, un foyer des jeunes travailleurs et une résidence sociale, constituent cette offre d’accueil indispensable à ces réussites. Plus de quatre cents jeunes transitent chaque année par ces hébergements.

« J’ai connu dans mon parcours de vie des étapes, des épreuves et des personnes qui m’ont poussé à m’investir pour mon territoire, ajoute Rémi PROU-MELINE.

Une motivation supplémentaire, sans doute pour le nouveau président, pour faire de ce mandat un sacerdoce ?

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Organisée par La France Insoumise (LFI), une réunion publique sur le thème du système éducatif français s’est tenue à Auxerre réunissant une vingtaine de participants. Une soirée à laquelle avait été convié le député de la dixième circonscription de Paris Rodrigo ARENAS…

 

AUXERRE : C’est par un hommage à Dominique BERNARD, assassiné à Arras, qu’Adrien PROVENCE, organisateur de la soirée, a ouvert la réunion : « trois ans après l’acte terroriste contre Samuel PATY, nous sommes consternés et horrifiés par cette nouvelle attaque », l’occasion d’adresser un hommage à l’ensemble des personnels de l’Education nationale, « qui accomplissent chaque jour, leur mission essentielle ».

Evoquant la rentrée scolaire 2023, marquée par la polémique sur l’interdiction de l’abaya, le militant « Insoumis » icaunais y voit « une diversion de la part de Gabriel ATTAL, aux réelles revendications des enseignants et une main tendue à l’extrême droite, avec des propos stigmatisants envers une partie de la population. L’amalgame qui a été fait par Emmanuel MACRON avec l’assassin de Samuel PATY est particulièrement odieux… ».

De rappeler en parallèle qu’aucune réponse n’a été apportée, concernant « les 1 900 fermetures de classes et les 3 100 postes vacants », ni sur les revendications du corps enseignant : « rien sur les 10 % de hausse de salaire promis, sur l’attractivité du métier, l’inclusion scolaire, les effectifs surchargés… ».

 

Démanteler les services publics en fermant des écoles…

 

Pour le seul département de l’Yonne, vingt-et-une classes supprimées ainsi que six postes de remplaçant : « la logique nationale de suppression de postes dans l’Education nationale s’inscrit dans la logique de démantèlement de tous les services publics. L’école ne doit pas être chiffrée sur des critères économiques, il ne s’agit pas de déterminer un coût, mais privilégier un service public fort et qui fonctionne… ».

Sans oublier les établissements fermés comme Bienvenue-Martin et Bléneau, ou en passe de l’être, comme le lycée professionnel auxerrois Saint-Germain : « un projet sans aucune opposition du Conseil régional, car ils feront des économies sur les locaux… ».

Selon une enquête réalisée par les journalistes de l'émission « Vert de rage », diffusée sur France 5, portant sur plus de 19 000 écoles maternelles et primaires recensées, près de 29 % contiennent de l’amiante. Un « sacré sujet de santé publique » selon Adrien PROVENCE, qui a listé les écoles auxerroises concernées, « sans que l’on sache si c’est sous contrôle… ».

 

 

Saluant à son tour la mémoire du professeur assassiné à Arras, en évoquant notamment « la consternation de l’ensemble de la communauté éducative face à un homme tué sauvagement », Lucas ROMAIN, secrétaire départemental du syndicat FO Enseignant, a insisté sur l’importance à défendre une école publique attaquée de toutes parts : « car elle coûte cher et parce qu’elle porte un principe d’égalité. C’est l’école de la République, la même pour tous, quelque soient nos origines, nos moyens, notre appartenance sociale ou religieuse, en contradiction avec le modèle de société que veut imposer Emmanuel MACRON… ».

Citant en cela Nicolas de CONDORCET, considéré comme « l’inventeur de l’instruction publique » : « Plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont difficiles à surprendre, même sous la Constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave… ».

 

Quand l’école, la Nation et la République faisaient bloc…


Même tonalité dans le discours de l’universitaire Jean-Luc MINIER. Il regrette le temps où « l’école, la Nation et la République faisaient bloc… ». Une époque révolue selon l’ancien conseiller municipal de Toucy : « toutes les réformes mises en place depuis trente ans visent à nier ce droit-là et à remettre en cause le statut de l’école au sein de la République. L’idéologie de marché est en train d’investir l’ensemble de l’institution scolaire, jusqu’y compris dans le contenu même de l’enseignement… ».

Rappelant que si au tout début des années 2000, la part consacrée à l’éducation représentait 7,5 % de la richesse nationale, elle n’était plus, 23 ans plus tard, que de 6,6 % : « pratiquement un point de moins, soit environ 28 milliards d’euros ou deux fois le budget des universités… ».

La réunion s’est poursuivie par des échanges à bâtons rompus avec le député Rodrigo ARENAS (voir notre interview à paraître), qui a repris à son tour nombre des griefs et constats énumérés un peu plus tôt par les différents participants.

 

Dominique BERNERD

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La tendance « nationaliste » gagne peu à peu la planète. Avec la tentation nourrit du populisme où le raisonnement se veut binaire et réducteur. Les questions posées le plus souvent sont les suivantes : pour ou contre l’euthanasie ? Pour ou contre les juifs ou les musulmans ? Pour ou contre l’immigration ? Les aides sociales, uniquement pour les nationaux ? Pour ou contre la peine de mort ? Des pseudos sondages fleurissent ainsi sur les réseaux sociaux et dans les médias. Le débat sur la peine de mort est même relancé : on peut noter qu’en France, la peine de mort est voulue par plus de 55 % de nos compatriotes et ne fait que progresser. Changement d’époque ?

 

TRIBUNE : Le plus illustratif concerne le débat sur le nucléaire. 70 % des Français penchent aujourd’hui pour l’énergie nucléaire : des jeunes, des adhérents à Europe Ecologie les Verts, au Parti Socialiste, à La France Insoumise ou au Parti communiste. Les plus acharnés qui se positionnent contre le nucléaire sont les dirigeants, cadres et députés de ces partis politiques. Même s’ils ne sont pas suivis par leur base, et loin s’en faut, l’extrême gauche a toujours considéré que le peuple doit être « éduqué ». On rejoint alors une autre forme de totalitarisme. Cette position exacerbe le fanatisme et une défense des idées sans réelle réflexion rationnelle. Ceux qui parlent du nucléaire, ou même des énergies renouvelables, les partisans comme les détracteurs parlent de ce qu’ils ne connaissent pas. Les physiciens nous apprennent par exemple qu’une énergie renouvelable, ça n’existe pas. Ce que nous appelons énergie est lié à une transformation, de l’eau, de la lumière, du pétrole en chaleur, combustible ou électricité. Bref, nos chers politiques, comme nous d’ailleurs, parlent de ce qu’ils ne connaissent pas…

 

Que reproche la civilisation « totalitaire » à la civilisation occidentale ?

 

Pour l’Occident, la « Charte des Droits de l’Homme » constitue la base des rapports entre les hommes et les peuples. Pour les pays totalitaires, ce concept n’a pas de sens profond et ne se rattache pas à leur culture. La Russie et la Chine ont connu des siècles d’asservissements impériaux, suivis par une dictature stalinienne et maoïste. Il a toujours été vain de vouloir imposer dans ces pays une démocratie à l’occidentale. Feu Hélène CARRERE-D’ENCAUSSE l’a souvent martelé ! 

Nous identifions du côté de l’humanisme occidental la volonté d’avoir toujours lutté contre le communisme et le totalitarisme sous toutes ces formes. La civilisation « totalitaire » est un fondement idéologique. Il repose sur trois points : le rejet de l’immigration – il peut parfois aller jusqu’à la xénophobie -, un projet autoritaire et une politique qui est antisystème. Celle qui est hostile aux partis politiques traditionnels.

 

 

L’Occident à l’origine de tous les maux pour le totalitarisme

 

Vladimir POUTINE et tous ses alliés, ainsi que tous les partis d’extrême droite condamnent la permissivité qui corrompt l’Occident. Pour la civilisation « totalitaire », l’Occident a fait naître les désordres intérieurs (sociaux économiques…). Elle se base sur un ancien colonialisme, sur des mœurs jugées décadentes. Lesdites condamnations concernent la PMA, les courants LGBT, la violence des manifestations, l’éducation sexuelle dès la maternelle, le transgenre, une justice faible… Tout ce qui représente un progrès humain pour l’Occident !

On voit clairement qu’on ne peut plus opposer l’Occident, civilisation judéo-chrétienne à un Orient musulman ou hindou. Les voyages et médias ont permis l’interpénétration des cultures. Les oppositions se situent moins sur un terrain confessionnel ou théologique mais sur une manière de penser le monde et son approche politique.

La dichotomie civilisationnelle ne se situe plus entre un Orient lointain et mythique, et un Occident judéo-chrétien. L’affrontement devient idéologique.

En cela, Vladimir POUTINE montre bien, par ses actes et ses discours, son désaccord profond avec un Occident dont il refuse d’intégrer les valeurs.

« La démocratie est la dictature de l'ignorance. La justice de l'intelligence est la sagesse. Le sage n'est pas celui qui sait beaucoup de choses, mais celui qui voit leur juste mesure. » Platon.

 

Paul GUILLON

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil