Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Les secondes rencontres « Prospective du bâtiment » se dérouleront dans l’auditorium de la Maison du Bâtiment ce jeudi 26 avril en matinée. Concoctée avec la filière Génie civil de l’IUT d’Auxerre, cette manifestation a pour objectif de favoriser les échanges entre les représentants professionnels de ce secteur économique et les étudiants de deuxième année ayant opté pour ce cursus proposé par l’antenne départementale de l’Université de Bourgogne…

AUXERRE : Office Auxerrois de l’Habitat, Communauté de l’Auxerrois, GEBAT, EIFFAGE TP, MICHEL SA, BET ou C3B…toutes ses structures institutionnelles et professionnelles ont répondu positivement à l’invitation de la délégation départementale de la Fédération du bâtiment de l’Yonne qui proposera la seconde édition de cette démarche prospective en milieu de semaine à Auxerre.

Opportunité judicieuse de pouvoir tisser des liens avec les entrepreneurs, et de connaître les réalités potentielles de ce marché économique qui renoue avec l’optimisme après presque une décennie de souffrance imputable à la crise propagée depuis 2008, cette rencontre sera placée sous le sceau du dialogue constructif et de témoignages variés.

Les étudiants de seconde année de l’IUT Génie civil ne manqueront pas de questionner les acteurs de l’économie ayant répondu présent sur la prospective de ces métiers si spécifiques et indispensables à la croissance économique de notre pays.

Peut-être sera-ce aussi l’occasion pour une entreprise locale de rencontrer un futur collaborateur qui rejoindra les effectifs une fois le cycle d’étude terminé ?

Trois séries d’échanges seront ainsi proposées avec les entrepreneurs, les maîtres d’œuvre et les maîtres d’ouvrage…

Ouvrir le plus largement possible ses portes pour répondre aux attentes de ses partenaires est devenu le postulat essentiel de la délégation départementale de Pôle emploi dans l’Yonne. Celle-ci innovera ce mercredi 25 avril à Auxerre en organisant un premier forum consacré à l’une des filières les plus en recherche de main d’œuvre qualifiée et de professionnels pour amorcer la reprise : le bâtiment et les travaux publics. Ce rendez-vous, soutenu par une multitude de spécialistes de ce segment majeur de l’activité économique, dont la Fédération départementale du bâtiment de l’Yonne, devrait apporter bon nombre de pistes et de réflexions nourries aux demandeurs d’emploi en quête du Graal…

AUXERRE : Responsable de l’agence Pôle emploi d’Auxerre, Séverine DUTREIX qualifie ce rendez-vous novateur décliné par ses services comme étant fondamental à l’attractivité de notre territoire.

« C’est une grande première que nos équipes vont proposer aux personnes en recherche d’emploi mais aussi aux entrepreneurs ayant besoin de consolider leurs effectifs en vue de se préparer aux enjeux de l’embellie économique qui se fait jour dans notre région et qui se traduit par la hausse progressive des carnets de commande. Ce Forum conçu autour de la double filière du bâtiment et des travaux publics constitue une réelle avancée stratégique pour Pôle emploi puisque cette manifestation se tiendra également en extérieur… ».

Une preuve supplémentaire que la vénérable institution souhaite être de plus en plus active aux côtés de ses nombreux partenaires. Et pas seulement parmi ses bureaux au sein de son infrastructure.

Mettre en exergue les entreprises qui ont de réels besoins de recrutement…

Première des deux raisons qui justifie la création de ce nouveau rendez-vous qui devrait par ailleurs se réitérer avec d’autres branches d’activité ultérieurement : la valorisation des métiers à travers leurs filières et le prisme indispensable de la formation.

Des items qui répondent amplement aux attentes des demandeurs d’emploi, et notamment des personnes qui cherchent de nouvelles motivations professionnelles en changeant de cap, histoire de faciliter leur retour progressif dans la vie active.

La seconde explication prend sa source dans une évidence digne de La Palice : mettre sous le feu des projecteurs le temps d’une animation événementielle les entreprises qui procèdent à des recrutements immédiats.

Ce sera le cas avec la société NOGUES qui a confirmé sa présence le jour J. L’entité professionnelle de Saint-Fargeau recherche précisément de nouvelles recrues pouvant étoffer ses effectifs de monteur poseur de charpente ainsi que des zingueurs. Une réelle difficulté qui ressemble parfois à un véritable casse-tête chinois pour assurer la pérennité de l’outil industriel dirigé par Jean-Dominique DAGREGORIO, responsable de cette structure.

Un florilège de partenaires investis dans cette mission promotionnelle…

Parmi les nombreux partenaires qui se sont associés à cette louable démarche : la Fédération départementale du Bâtiment de l’Yonne (FFB), par la voix de son délégué général, Christian DUCHET. Mais aussi d’autres organismes influents de la filière : le GEIQ BTP, l’ARIQ, l’AFPA, le GRETA, etc.

Outre la présentation d’offres d’emplois, bon nombre de renseignements concernant les opportunités de formation seront ainsi expliqués aux visiteurs de cette rencontre où viendront témoigner des chefs d’entreprise sur la situation réelle du secteur et ses potentialités en termes de recrutement et de perspective de carrière. Le parvis de l’agence auxerroise, au 49 de la rue Guynemer, accueillera une exposition d’engins de chantier avec peut-être des démonstrations à la clé. Le tout sera fonctionnel dès 13h30 ce mercredi après-midi…

A quelques heures de la confrontation intéressante de ce vendredi 13 avril qui opposera à domicile les protégés de l’entraîneur franco-uruguayen au sixième de ce championnat de Ligue 2, Clermont Foot, le coach des couleurs bourguignonnes a invité son onze de départ à trouver très vite le bon équilibre sur le terrain pour pouvoir dérouler son jeu offensif, parfois en manque d’inspiration.

AUXERRE : Constatant avec impuissance les aléas musculaires de certains de ses joueurs et les problèmes inflammatoires vécus par quelques autres de ces éléments, Pablo CORREA s’est prêté lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant match à une analyse technique à la veille de ce rendez-vous qui s’apparente déjà comme une belle affiche pour les aficionados du ballon rond.

Sur une lancée très prometteuse, le club auvergnat, en effet, engrange depuis plusieurs journées les succès, lui permettant ainsi de posséder un capital de 52 points non négligeables au compteur. A quatre petits points seulement de la dernière marche du podium, cette fameuse troisième place qui donne l’opportunité de rêver encore de division supérieure en étant barragiste.

Pour l’heure, les Clermontois ont un objectif à réaliser : ne pas perdre de point au stade de l’Abbé Deschamps ; et s’y possible en gagner le maximum. L’équipe du Puy de Dôme possède de sérieux arguments à faire valoir. Un avis que partage le coach Icaunais qui estime que cette formation occupe une place légitime au classement après trente-deux journées de compétition effrénée.

Question que chacun se pose : comment Pablo CORREA et ses troupes aborderont-elles ce challenge devant leur public ? Après l’excellente série orchestrée au cours du mois de janvier, le club auxerrois est entré dans un cercle plus délicat côté confiance, alternant le bon comme le moins bon, sans réelle régularité.

De réelles ambitions pour retrouver la Ligue 1…

« Nous ne sommes pas capables à l’heure actuelle de casser ce rythme, observe l’entraîneur de l’AJA, il nous faut trouver dans la performance quelque chose de régulier qui n’entame pas notre capital confiance ».

Très ennuyé de voir que parfois son équipe type perd le fil au cours de certaines rencontres (Quevilly Rouen, Gazélec Ajaccio), Pablo CORREA insiste auprès de son environnement pour tenter de trouver des solutions heureuses. Notamment sur le couloir droit où plusieurs options ont été testées.

Mais, précise-t-il avec combativité, « face à des blessures, cela ne sert à rien de pleurer, ni de focaliser uniquement sur les inconvénients. Nous devons être capables de trouver un équilibre profitable à tous ».

L’engagement pour deux saisons supplémentaires de Romain PHILIPOTTEAUX représente en revanche fortement positif pour le staff et les dirigeants du club. L’auteur du fameux triplé a décidé de prolonger cette semaine : une décision qui ne surprend pas son entraîneur.

« Cela prouve que le joueur a compris que les dirigeants se destinaient à un autre challenge pour ce club, commente Pablo CORREA, celui de l’accession à la Ligue 1, de toute évidence. L’idée est de profiter des qualités intrinsèques de ces joueurs pour postuler à la montée. L’AJ Auxerre ne peut pas se cantonner dans le milieu de tableau. En nous armant davantage, nous travaillons tous en ce sens aux côtés du président pour que les énergies soient présentes dans l’atteinte de cet objectif. La présence d’un tel élément (Romain PHILIPOTTEAUX) dans notre schéma tactique devient donc indispensable pour nous permettre d’accéder à nos ambitions… ».

En aparté de ce rendez-vous avec les médias, le coach a pu donner son avis sur la décision arbitrale légitime sur le fameux penalty qui aura tenu en haleine les suiveurs du quart de finale de la Champion’s League, opposant la Juventus de Turin au Réal Madrid, à la dernière minute du temps réglementaire…

L’AET, l’Association des entrepreneurs du Tonnerrois, devrait être conviée à la phase organisatrice de ce rendez-vous biennal qui aura pour point d’ancrage le cadre chargé d’histoire de l’Hôtel-Dieu de Tonnerre. Comme ce fut le cas, lors de l’édition primale, survenue en 2008. Un retour aux sources logique pour les responsables de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, qui évoqueront en cette future journée du 07 juin les affres de l’incertitude à travers un cycle de conférences et divers ateliers, un thème commun à bon nombre de chefs d’entreprises devant faire montre d’adaptabilité et d’agilité professionnelle pour parer les récifs quotidiens de l’existence d’un entrepreneur…

TONNERRE : Dix ans après le déroulement de la première édition qui fut par ailleurs un réel succès, le principe de l’Evènement Business fera de nouveau escale à Tonnerre, bouclant ainsi un tour de piste empli de satisfaction pour ses organisateurs consulaires.

Conseillère technique auprès de la Direction de l’appui aux entreprises, Christine JAN a profité de sa récente visite accordée aux membres de l’Association des entrepreneurs du Tonnerrois, lors d’une animation de speed business, pour brosser les esquisses de ce nouveau rendez-vous, où sont attendues les forces économiques de notre territoire.

C’est ici, dans l’enceinte historique et le cadre spectaculaire de l’Hôtel-Dieu que fut donné le coup d’envoi de ce programme constructif et d’échange au printemps 2008. Le dixième anniversaire s’effectuera donc au même endroit. A l’époque, près de 160 dirigeants d’entreprises avaient pris part à ces travaux de concertation.

« C’est au cours de cette édition originelle que fut lancée pour la première fois dans le département le concept des speeds business, expliqua Christine JAN, un exercice de prise de parole chronométré où chacun des interlocuteurs doit présenter à tour de rôle autour d’une table les atouts déclinés par sa société ».

L’Abbaye de REIGNY ou plus près de nous, le théâtre municipal de Sens, furent les lieux témoins de ces rencontres indispensables pour générer le maximum de contacts et de découverte des autres.

Sans trop déflorer la thématique 2018, Christine JAN précisa que l’incertitude serait au centre des débats de cette prochaine session. A travers l’analyse du risque, conférences et ateliers apporteront leur lot de réponses pour celle et ceux qui sont en proie aux doutes dans le pilotage de leurs affaires professionnelles.

L’Association des entrepreneurs du Tonnerrois constituera une commission spécifique liée à la mise en place de ce futur évènement afin d’en définir son rôle et sa contribution précise…

Structure originaire du Finistère, ce spécialiste des réseaux collaboratifs de la location d’avions privés a profité de sa présence à l’aéroport d’Auxerre Branches dans le cadre d’une manifestation concoctée auprès des dirigeants d’entreprise par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne pour informer sur ses activités. Et le potentiel optimal pouvant exister de mettre en relation, tout en les mutualisant, les besoins des propriétaires d’avions, des compagnies aériennes, de pilotes professionnels et d’entreprises dans l’intérêt de chacun…

AUXERRE : A l’instar du tourisme qui en serait aussi spécifique, l’aviation d’affaire connaît une recrudescence d’intérêt de la part des milieux autorisés. Même si le territoire de l’Yonne se situe encore dans une proportion éloignée de ce qui peut exister dans les grandes métropoles, le volume de propositions concrètes autour de ce thème pourrait peut-être se développer d’une manière très exponentielle dans les prochaines années.

Déjà 350 villes françaises accessibles à tout instant…

Ce n’est pas anodin si, au cours de la rencontre du club des « Positives Entreprises », initié au moment du brunch par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, sont venus s’exprimer deux des représentants de la société bretonne, AIR AFFAIRES. Implantée à quelques encablures de Brest, à Guipavas, cette structure se définit telle une plate-forme de mise en réseau de propriétaires d’avions, de compagnies aériennes et de brokers, de pilotes professionnels et d’entreprises. Avec un seul et unique objectif : le partage et la mutualisation de l’ensemble de ces savoirs et expériences pour dynamiser l’attractivité économique d’un territoire et la projeter vers un vaste périmètre géographique qui englobe l’Europe toute entière.

Si à ce jour 350 villes de l’Hexagone sont accessibles par le truchement de ces vols d’affaires, ce sont plus de deux mille destinations européennes qui composent le catalogue factuel de cette structure initiatrice qui entend bien démocratiser le transport aérien auprès des corporatismes professionnels toutes filières confondues.

Conçue en 2015, grâce à l’inventivité débordante de ses trois concepteurs, Charles CABILIC, Michaël KERBOURCH et Ronan LE MOAL, l’entité entrepreneuriale s’est immédiatement attelée à désenclaver les territoires que ses services et prestations desservaient. Sur un simple principe basique d’abonnement, à l’aide d’une adhésion des plus traditionnelles au sein d’un club privé de 190 euros annuels, le mode opératoire de la structure peut alors s’appliquer pour les entreprises désireuses de profiter de ce service à la carte et personnalisé à l’extrême au niveau des déplacements des entrepreneurs ou de leurs cadres.

Un système comparable à « LINKEDIN », applicable à l’aviation…

Dégageant de la souplesse dans le fonctionnement, optimisant la flexibilité et le gain de temps, cette ingénieuse idée a fait gentiment son chemin depuis trois ans, permettant à l’entité brestoise d’accroître aujourd’hui son périmètre d’actions à l’ensemble de la France. Choix des horaires et des jours de vol à la carte, préservation de taxis, confort et services à bord (boissons, nourriture, presse…), AIR AFFAIRES ne s’apparente pas seulement à un moyen de transport où les coûts de déplacements sont parfaitement maîtrisés pour les dirigeants d’entreprises. C’est aussi une incontestable parade à la récurrente problématique des mouvements sociaux qui ne cessent de perturber le trafic aérien ou ferroviaire.

Les avantages sont aussi intéressants pour les pilotes professionnels qui, au-delà de vivre pleinement leur passion, peuvent augmenter leurs heures de vol, en étant indemnisés de leurs frais. Quant aux propriétaires des avions (CESSNA Conquest, Piper Méridien, Cirrus SR 22 ou autre Pilatus), ils rentabilisent tout comme les petites compagnies aériennes leurs appareils via le principe locatif auprès des entreprises adhérentes du club. Précisons, également, que plus de 1 500 avions privés ne comptabilisent que quelques heures de vol à l’année. Enfin, si 40 000 pilotes exercent en France dont 25 de professionnels aguerris, beaucoup sont concernés par un chômage très important.

Aujourd’hui, alors que le volume d’affaires est en plein essor avec déjà une vingtaine de PME dans sa besace clientèle, la structure emploie une demi-douzaine de salariés. D’autres embauches sont prévues avec notamment l’éloignement des destinations vers d’autres pays d’Europe, la Suisse, l’Angleterre, la Belgique ou l’Allemagne. Près de 120 aéronefs constituent à ce jour le potentiel d’avions en circulation proposé par la TPE finistérienne.

Page 1 sur 14
Bannière droite accueil