Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

C’est un scénario catastrophe tel que l’on ne l’avait pas vu depuis plus de deux décennies en Bourgogne Franche-Comté. Les efforts des professionnels de la filière, viticulteurs et arboriculteurs mobilisés sur le terrain pour tenter de juguler les effets nocifs des fortes gelées de ces dernières nuits, auront été vains. Les premiers constats laissent craindre le pire. Des pertes très lourdes, pouvant atteindre de 80 à 100 % de certaines récoltes…

 

AUXERRE : Les espoirs de récoltes fructueuses auront donc été anéantis en l’espace de quelques nuits blanches dans tous les sens du terme lors de cette maudite semaine d’après Pâques.

Il aura suffi de plusieurs épisodes de gelées successives en l’espace de 48 heures pour détruire le fruit du travail de toute une année. Victimes principales de ce fléau naturel dont ils se seraient passés volontiers : les viticulteurs et les producteurs de fruits. Celles et ceux qui cultivent des cerises en particulier.

Les braseros et tous les moyens du bord utilisés pour réchauffer l’atmosphère près des plantations n’auront donc pas inversé les nuisances de ce sursaut hivernal.

Les observations liminaires ne laissent planer aucun doute quant au résultat. Les pertes sont très lourdes. Autour de 80 à 100 % selon les parcelles. Un coup de massue venu du ciel, tombé sur la tête des agriculteurs comme au temps de nos ancêtres gaulois. Mais, là s’arrête la plaisanterie.

 

 

Le préfet sur place pour constater les dégâts…

 

Peu de fruits auront pu résister à ce froid glacial à vous ronger les os. Le Chablisien n’a pas été épargné dans les vignobles. Il en est de même dans le Coulangeois où les fruits à savourer se compteront sur les doigts d’une main cette année. Un luxe, c’est sûr, tant la rareté des produits est déjà évidente.

Pas la peine d’ergoter quant aux conséquences économiques : elles sont catastrophiques pour les acteurs de la filière.

Vendredi après-midi, à l’invitation de la FDSEA (Fédération départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) de l’Yonne, le préfet Henri PREVOST et plusieurs élus du territoire ont constaté à leur guise l’étendue des dégâts lors de la visite de deux exploitations fortement impactées par ces sinistres.

Le domaine BARAT sera le premier de ces points de rencontre à Milly. Avant que le cortège préfectoral ne découvre les aspects du désastre dans l’exploitation d’arboriculture de l’EARL ALBENA à Jussy.

 

 

D’autres gelées en perspective dès la semaine prochaine…

 

En fleurs, après un sérieux coup de chaleur il y a quelques jours, les cerisiers ont été très touchés par le gel.

« C’est une véritable catastrophe économique pour notre profession… devait commenter sur la toile Alain DURUZ, arboriculteur à Jussy ». Il en publié plusieurs clichés qui témoignent de cette dure réalité.

Toutefois, il est encore prématuré pour estimer l’ampleur des dégâts sur les autres productions fruitières. La présidence de la FDSEA, incarnée par Damien BRAYOTEL, ne se fait guère d’illusion en livrant ses premiers commentaires : « Elles devraient être très basses, également… ».

Mais, le pire se positionne devant nous. A en croire les météorologues, leurs prévisions ne prêtent pas à l’enthousiasme pour la semaine prochaine. Les gelées annoncées pourraient être encore plus importantes que celles vécues au lendemain de la période pascale.

 

 

Le nord de l’Yonne a souffert, lui aussi. En priorité, les betteraves où plusieurs parcelles ont été entièrement détruites. Engendrant de légitimes interrogations sur les nouveaux semis et le manque de graines disponibles.

Quant aux autres productions céréalières, elles requièrent une extrême vigilance de la part des agriculteurs qui ne sont pas à l’abri d’une mauvaise surprise.

Les effets du gel sur les colzas, les prairies temporaires, les pois ou l’orge brassicole ne se constatent pas de manière immédiate. Il leur faut croiser les doigts et prier pour que le ciel les épargne de ses caprices…

 

Thierry BRET

 

 

Troquer les saveurs subtiles des Roussette ou des Chignin-Bergeron de Savoie pour les nectars minéralisés offerts par les Chablis ne manqueront pas de convenir à cet épicurien, amateur de bonne cuisine et sensible aux relations humaines. A 58 ans, le Nordiste Jean-Pierre MASCLET poursuit son tour de France professionnel tel un compagnon du Devoir en perpétuel apprentissage. Ainsi, il vient de poser ses valises à Auxerre où il succède à Nicolas CADIOU, à la direction de l’UDAF de l’Yonne…

 

AUXERRE: Il a côtoyé l’Abbé Pierre. Il a discuté avec bon nombre de migrants arcboutés sur les dunes de SANGATE qui, poussés par un terrible exode, tentaient de fuir le continent vaille que vaille. Il a accueilli des milliers de jeunes gens issus des banlieues franciliennes lors de moments d’oisiveté et de partage dans des centres de vacances et de loisirs. Sans omettre un passage à Taizé, haut lieu de la spiritualité et de la fraternité universelle…

Homme d’esprit et de cœur, le nouveau directeur de l’UDAF de l’Yonne se dévoile très vite au détour d’une simple discussion. Arrivé le 01er mars dans la capitale auxerroise, Jean-Pierre MASCLET marque petit à petit son territoire.

Tâtant le pouls de la vénérable institution associative dont il va désormais prendre les rênes. Son prédécesseur Nicolas CADIOU étant parti sous d’autres cieux.

Benoît VECTEN, président de cette incontournable référence de la vie départementale, n’avait d’autre alternative que de le remplacer. Proposée au Conseil d’administration, la candidature de Jean-Pierre MASCLET a séduit. Avant d’être définitivement adoubée par l’organe consultatif.

Pourtant, le parcours du nouveau responsable n’a jamais croisé par le passé les intérêts de l’UDAF. Orienté professionnellement dans la gestion de l’accueil, l’hébergement et l’insertion des publics en grande difficulté, Jean-Pierre MASCLET possédait nonobstant de solides atouts à faire valoir dans son jeu : des jokers au nom réaliste d’altruisme, de solidarité, d’écoute de l’autre, de développement personnel, d’échange.

 

Des responsabilités importantes au sein d’EMMAUS France…

 

Bref, le personnage est un passionné de l’humain. Une cheville ouvrière du milieu social qui a roulé sa bosse aux quatre coins de l’Hexagone ou presque.

Depuis la Picardie où il officia à Amiens en aidant les jeunes des banlieues à se refaire une virginité sociétale en découvrant le plaisir des vacances à Dunkerque, haut lieu de la célébration carnavalesque et picaresque dont il a apprécié les fastes !

C’est là, dans la ville de l’ancien ministre-maire Michel DELEBARRE que notre homme se rapprochera des compagnons d’EMMAUS.

Dirigeant l’une des antennes du département nordiste. Où il s’intéressera de près à trois branches de l’activité : le social, l’hébergement et l’insertion. Là aussi où sa vision de l’épanouissement de l’humain sera confrontée aux angoisses insupportables de cette noria de migrants refoulés au quotidien dans les dunes de SANGATE.

 

 

 

 

Jean-Pierre MASCLET sera par ailleurs un temps l’un des membres du Conseil d’administration national de l’association caritative fondée par l’Abbé Pierre en 1985.

Un passage sur les terres bretonnes lui offrira la possibilité d’étoffer son cheminement de carrière. Il y dirigera un CHRS, un Centre d’hébergement et de réinsertion sociale. Enfin, il y a Annemasse et la Haute-Savoie. Dernier lieu d’affectation pour cet amoureux de Dame Nature.

 

Veiller au respect des équilibres au sein de la structure…

 

Ensuite, le renouveau du printemps se symbolise par son installation dans le département de l’Yonne.

Jean-Pierre MASCLET n’en connaissait que très peu de choses. Les sempiternels clichés footballistiques et vineux, un point c’est tout !

En intégrant l’UDAF territoriale, il sait que désormais sa mission régalienne est la défense des intérêts des familles. Tout en valorisant le rôle et l’image de cette institution séculaire.

Pour se faire, le nouveau responsable s’appuiera sur le renforcement des actions et de la communication de la structure. En veillant scrupuleusement au respect des équilibres de l’entité.

Créer de nouveaux services, promouvoir le Point conseil budget (PCB) – astucieux outil de pédagogie délivrant ses messages adéquats aux familles qui en ont le plus besoin - et anticiper le futur déménagement du siège social à horizon 2022 s’inscrivent parmi ses axes prioritaires.

Sans omettre le fameux service AGORA (celui qui gère les mesures judiciaires et les tutelles), l’un des bras armés de l’action UDAF dans l’Yonne. Un service qui englobe plus de 2 500 demandes de suivi.

Autre volet qui devrait se raffermir lors de ces prochaines semaines sous l’impulsion de la gouvernance newlook : l’accompagnement des familles au micro-crédit. D’autant que la délégation départementale de l’UDAF (Union départementale des Associations Familiales) a obtenu en octobre 2020 les autorisations officielles pour le déployer dans trois secteurs géographiques : Avallon, Auxerre et Sens.

On le subodore mais l’emploi du temps bien garni de Jean-Pierre MASCLET ne devrait pas lui laisser la moindre minute au vagabondage par la pensée dans les hautes montagnes savoyardes ni sur les coteaux où poussent les vignobles des gouleyants vins de Savoie !

A 58 ans, ce père d’une famille de trois enfants aura bien d’autres occupations à vivre au contact de ces familles icaunaises et du patrimoine territorial. Qu’il soit culturel, naturel ou encore à découvrir dans les arts de vivre. Un autre programme, en somme…

 

Thierry BRET

 

 

C’est l’overdose. La goutte d’eau de trop dans un récipient à ras bord qui dégouline de partout. Une véritable sinécure dont ils ne supportent plus les effets si contraignants qui les ont réduits petit à petit au silence. Dans les salles obscures ou dans les théâtres, qui présentent désormais portes closes. Mais, pas dans la rue ! Là où ils peuvent encore faire entendre leurs voix. Protestant en chœur contre ces atteintes liberticides à la création et à l’onirisme…

 

AUXERRE : A chaque rendez-vous revendicatif, le nombre de personnes présentes gonfle. Inexorablement ! Logique qu’elles soient près de six cents à s’être déplacées à l’invitation d’un collectif baptisé « Rebranchons la Culture ! ».  Combien seront-elles à la prochaine occasion ? Car, il y en aura d’autres de ces manifestations protestataires contre la politique gouvernementale qui a cloué au pilori artistes et intermittents du spectacle. Depuis trop longtemps !

D’ailleurs, il ne faut pas trop se fier à l’ambiance pseudo festive qui règne dans ces rassemblements populaires. La colère est vive. A fleur de peau. Palpable et visible au fond de n’importent quelles paires d’yeux !

La succession de discours engagés, criant le ras-le-bol généralisé de la filière artistique, en témoigne. Comme ces voix qui entonnent « Nous sommes encore vivants ». Le titre a été spécifiquement créé pour la circonstance par Sarah TETELBOM, professeur de chant et musique au Conservatoire.

Un autre morceau, « Danser Encore », est signé de la plume incisive de HK et Les Saltimbanks, fuse. Il est devenu l’hymne de ralliement à la cause des artistes en détresse à travers l’Hexagone.

Aujourd’hui, la culture manque énormément. Elle est essentielle au commun des mortels comme peut l’être n’importe lequel des commerces. En priver ses aficionados incruste un sentiment d’injustice dans les esprits.

 

 

Réactions à chaud en quelques témoignages…

 

Michaël G : Je pense que ce matin par rapport à l'appel national, il y a eu un maximum de personnes réunis en France pour prouver qu’on était suffisamment responsable. On pouvait faire suffisamment attention pour que les salles rouvrent et que la culture reprenne un peu ses droits en matière de spectacle vivant, par rapport au cinéma, par rapport à tous les musées. La culture a largement fait ses preuves auprès du public quel qu'il soit et c'est preuve d'enrichissement. Il faut avoir confiance aux gens et leur faire confiance car ils sont capables de faire attention à eux, attention aux autres et que ces fermetures commencent à être longues pour tout le monde. Personnellement, j’ai suffisamment travaillé pour pouvoir bénéficier de l'année blanche mais jusqu’à quand et comment cela va se passer ensuite ? C’est là où je suis inquiet. Je ne peux pas jouer. Je suis en pleine création d’un spectacle, j’organise des cours de théâtre, mais cela ne rentre pas dans le cadre de l’intermittence.

Antoine L : Un an aujourd'hui que les premières mesures ont été prises pour interdire aux lieux culturels de proposer des spectacles. C’est long même si cet été on a pu faire un peu des choses. Le monde du spectacle vivant est méprisé, pas forcément plus que d'autres car les restaurateurs sont très mal eux aussi. Certes on peut continuer à répéter, on peut continuer à faire des spectacles pour les scolaires mais ce n’est pas le cas forcément pour tout le monde.

 

 

 

On est pourtant très inspiré puisqu'on a décidé de rouvrir un théâtre à Villeneuve-sur-Yonne cette année. En janvier, on a ouvert les portes du théâtre pour accueillir des résidents. Ce sont des gens en répétition, en création pour l'instant. Samedi 06 mars, nous devions donner notre première représentation autour d’un spectacle consacré à Victor Hugo. Mais, il n'y a pas eu de bataille d'Hernani ce week-end-là. On espère rouvrir très prochainement les portes du théâtre, si possible avant l'été

Pierre KECHKEGUIAN, directeur du théâtre d’Auxerre, ne comprend pas le contexte actuel. « Il faut savoir que l'activité d’un théâtre, c’est un tiers en direction du public, un tiers consacré aux écoles, et un tiers destiné aux professionnels. Aujourd’hui le théâtre d’Auxerre fonctionne à deux tiers de son temps vers les professionnels de l'Education nationale. En ne proposant rien au public et c’est quand même l’essence de nos métiers ! Aujourd’hui justement, nous demandons de pouvoir obtenir enfin de l'Etat des dates qui nous offriraient une hypothèse de travail afin de pouvoir nous projeter pour réaliser pleinement nos métiers ».  

Didier C, musicien : « Franchement, je vais lâcher un gros mot ! Ces mesures sont criminelles. On est en train d’assassiner la culture dans un pays comme la France, c'est absolument invraisemblable. Et qu'est-ce qui va se passer au premier août, qu'est-ce qui va se passer avec cette fameuse année blanche ?  En fait, elle aura à prolonger notre délicate situation mais en réalité, le nombre d’intermittents qui vont se retrouver sur le carreau sera très élevé. Ce sera un massacre donc un acte criminel… ».

 

 

De lourdes pertes de revenus que ne compensent pas les indemnités…

 

Jean-Paul L et Didier A : « On attend comme tous les intermittents, on attend que ça rouvre. On avait pas mal de dates de prévues qui s’effacent au fur à mesure. C’est comme des dominos, ça s’efface, ça se déplace, et maintenant ça s’annule ! On a fait une création au premier confinement. On essaie de vendre celle-là. Donc, on fait plutôt des petits films. Mais pas pour les réseaux sociaux, parce que nous ce qu’on aime, c’est le contact avec le public. Si l’on s’obstine à ne trouver que des solutions par le biais des réseaux sociaux, alors de spectacle il n’y aura plus ! ».

Claire, du  « Cirque Star » : « On essaie de garder le moral et de rester actif mais nous n’avons aucune visibilité sur l'avenir. On propose aux gens des plans A et des plans B. Si on peut ouvrir vous venez ! Si on ne peut pas ouvrir, on viendra chez vous si on a le droit de venir chez vous ! En même temps, il faut quand même se projeter parce que si les choses s'arrangent et que rien n’a été préparé, on ne pourra pas travailler. Il est nécessaire d'anticiper sans trop savoir sur quelle base le faire. Nous espérons reprendre nos activités au mois de juin. Peut-être avant, au mois de mai. Quant à un retour à la normale, je ne comprends pas ce que cela signifie ! On est vraiment dans le flou, le flou artistique ! 

Sébastien LADRUZE, artiste magicien, évoque la complexité de sa situation : « Cela fait un an que je n’ai quasiment plus de galas. J'ai tout perdu. Je travaille depuis pas mal de saisons avec NIGLOLAND. Or, avec la fermeture du parc, tous les galas de Noël ont été annulés. Le téléphone ne sonne plus. On doit se contenter de ce que ce que l'on a et survivre. En tant qu’intermittent, les indemnités compensatoires ne couvrent pas tout ce que je dépense chaque mois en différentes charges. Ces indemnités ne sont pas des revenus. Pour ma part, j'ai perdu plus de 25 000 euros de revenus. Je n’ai eu droit à aucune aide ; juste mes indemnités compensatoires qui ont été prolongées… ».

Rémi de « La Scène des Quais », trouve lui aussi le temps long. Frustré devant cette inertie, il vivote comme il peut. « On se prend à rêver que l’on ouvre et on imagine des programmations pour le mois d'avril ou de mai ! Nous avons l’idée d’une programmation orientée sur une semaine féminine avec des productrices de produits du cru mélanger à des artistes et une programmation également destinée aux enfants pour le retour des beaux jours… ».

Quant à Ludovic, il a une envie folle de jouer, de faire son métier. Mais de le faire comme avant !

Tous attendent l’hypothétique fin de ce contexte pénible. Et scrutent les décisions du gouvernement qui fera pencher la balance du bon côté cette fois-ci. Pour une réouverture progressive des salles et lieux de spectacle. Alors, pourquoi pas dès la mi-mai comme l’a si bien promis Emmanuel MACRON ?

 

Thierry BRET et Maryline GANDON

 

 

Dommage. Mille fois, dommage. Le retour espéré de cet artiste à l’humilité à fleur de peau n’aura donc pas eu lieu en ce printemps à la sinistre atmosphère. A cause de la COVID-19. Prévue du 10 avril au 16 mai à l’espace culturel de GURGY, l’exposition de Laurent NEVEU, alias « LOL », sur ce territoire icaunais qu’il affectionne, est reporté en 2022. Sans qu’aucune date ne soit d’ores et déjà posée…

 

GURGY : Les amoureux des œuvres picturales de LOL se faisaient une joie de retrouver le talentueux artiste d’ici quelques jours dans l’une des communes de l’Auxerrois, accueillant avec la régularité d’un métronome des peintres et sculpteurs lors de leurs pérégrinations artistiques.

Cela aurait dû être le cas à l’espace culturel de GURGY du 10 avril au 16 mai où pendant près de quatre semaines Laurent NEVEU, alias « LOL », aurait accroché aux cimaises de cette salle le fruit de ses derniers exercices de pure créativité.

Un monde parallèle, teinté de couleurs chatoyantes, faisant la part belle à l’onirisme et prêtant vie à des personnages issus de son imaginaire débridé. Comme ce « Magicien », ultime pièce de ses réalisations dévoilées lors du week-end pascal sur les réseaux sociaux.

 

 

 

 

Mais, de « magicien », il n’y aura pas dans cette salle polyvalente de notre territoire. On l’a appris par l’artiste lui-même, sans doute très dépité de remettre à plus tard ce qu’il aurait aimé faire d’ici peu, LOL a tout bonnement annoncé l’annulation de ce rendez-vous avec les épicuriens de la flamboyance visuelle et artistique sur les canaux numériques.

Portant un coup d’arrêt définitif avec ce rendez-vous qui fleurait bon l’esprit printanier que d’aucun avait déjà biffé sur leur agenda.

Seule mince lueur d’espérance : le report de l’évènement culturel se décale en 2022. Sans que la moindre date ne soit, et c’est malencontreux pour les plus impatients des aficionados, indiquée. Mais est-il raisonnable de se projeter à si lointaine échéance calendaire alors que nul ne sait ce de quoi demain sera fait !

 

Thierry BRET

 

 

 

Loin d’être une évidence même si l’on possède des facilités à l’expression orale, la technique du « pitch » représente un sérieux raccourci pour expliquer dans un délai imparti (très court en général) les rudiments de son métier et les atouts de son entreprise. Le dirigeant de PACK SECURITE Karim BOUCHROU s’est essayé à l’exercice en dévoilant en moins de trois minutes la vocation de sa nouvelle structure PFM. Pas si simple !

 

AUXERRE : Il aura été le premier à ouvrir le bal de cette session spéciale le PDG de PACK SECURITE ! En demeurant le plus stoïque possible face aux caméras placées çà et là et aux endroits stratégiques par les équipes d’IDXPROD dans l’amphithéâtre de la Maison de l’Entreprise.

D’ailleurs, elles n’auront manqué aucune des miettes de cet exercice d’éloquence à la sauce managériale ! Une première du genre à vivre à Auxerre !

Déclinaison minutieuse de la communication visuelle des temps modernes, le « pitch » offre l’opportunité à un dirigeant d’entreprise de pouvoir convaincre un interlocuteur de la pertinence de son projet.

Le tout servi dans un laps de temps record : soit de la singulière minute pour sa forme la plus édulcorée en matière de contenu aux cinq longues minutes de causerie qui se pratiquent selon l’envergure du projet.

L’enjeu est de savoir mettre en écoute son auditoire, tout en conservant le fil d’Ariane de sa trame linguistique, additionné d’un rythme gracieux et adapté à la locution qui rappelle instantanément votre griffe ! Rien que cela !

Bref : on ne s’improvise pas à la pratique du « pitch » comme cela à la légère sans un minimum de préparation.

Le patron de PACK SECURITE 89 aura eu le privilège d’être le premier de la petite liste de chefs d’entreprise invités la semaine dernière par le MEDEF de l’Yonne et l’UIMM (Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie) à essuyer les plâtres d’un exercice oratoire où finalement il ne s’en sera pas trop mal sorti.

D’autant que Karim BOUCHROU venait présenter la nouvelle structure qu’il a portée sur les fonts baptismaux à la fin de 2019, la société PMF (Pack Facility Management).

Cette entité évolue dans le secteur de l’organisation d’évènementiels de type salons, foires et congrès à l’échelle régionale, plus précisément dans l’activité « services aux entreprises ».

D’où l’intérêt un brin légitime de bien maîtriser son discours oral en choisissant les mots justes et les intonations qui l’accompagnent avant que ces fameux « pitch » ne circulent par capillarité en boucle sur les réseaux sociaux afin de créer le buzz.  

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil