Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

Deux jeunes femmes ont scellé une collaboration de plusieurs mois avec l’EHPAD Notre-Dame de la Providence. Elles ont signé une convention dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution ». L’Etat présente ce dispositif comme une bouée de sauvetage exceptionnelle pendant la crise sanitaire. Mais permet-il réellement de lutter contre le chômage des jeunes ?

 

SENS : Le plan « 1 jeune, 1 solution » a été lancé par les pouvoirs publics en juillet 2020. Il vient en aide aux jeunes impactés par la crise sanitaire. Son terme est initialement programmé pour janvier 2021. Il avait ensuite été prolongé jusqu’au 31 mars.

A Sens, la Mission Locale annonce que depuis le début de l’année, 35 jeunes ont bénéficié de ces contrats aidés, d’une durée de 9 mois, renouvelables jusqu’à 24 mois. Dans l’Yonne, en 2020, plus de 3 600 jeunes ont profité des avantages de ce plan dont 1 559 d’entre eux au sein du Parcours d’Accompagnement Contractualisé vers l’Emploi et l’Autonomie (PACEA).

 

A quoi sert ce nouveau plan gouvernemental ?

 

En théorie, ce type de plan permet aux jeunes de se former, de combler des lacunes en termes de qualifications nécessaires pour trouver plus facilement un emploi.

Mais pour les deux jeunes sénonaises, Assia et Coline, toutes deux âgées de 20 ans, il s’agit davantage d’une passerelle.

 Assia rêve de devenir infirmière depuis trois ans mais elle compte parmi les victimes de Parcoursup. Elle souhaitait donc enrichir son dossier par une expérience concrète avant de candidater de nouveau pour une école.

Coline, quant à elle, a abandonné ses études en économie et gestion pour se consacrer à une cause plus proche de l’humain. Elle souhaitait « être utile à la cause de la COVID ». Ce dispositif constitue également un bon tremplin pour sa réorientation vers le secteur médico-social dans lequel elle aimerait finalement faire carrière.

Entre l’alternance, les contrats traditionnels et les divers contrats aidés, les entreprises disposent aujourd’hui d’un choix plutôt riche de contrats à la carte. Une aubaine également en termes de main d’œuvre à moindre coût, surtout à l’heure où l’économie est au ralentie en raison des mesures restrictives liées à l’épidémie de SRAS CoV-2.

 

 

 

 

Dario RIGOLLET, directeur de l’EHPAD considère que « surtout en ce moment de crise COVID, ce sont des emplois utiles. Sinon au niveau financier, même si l’Etat nous aide énormément, c’est bien d’avoir aussi de l’aide de ce côté-là, au niveau des emplois ».

Le gouvernement offre une aide d’un montant pouvant s’élever jusqu’à 4 000 euros aux employeurs qui embauchent un jeune de moins de 26 ans. A noter que les entreprises accueillant un alternant (en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation) de moins de 18 ans reçoivent 5000 euros et 8 000 euros si celui-ci a plus de 18 ans.

Le directeur admet aussi que l’établissement embauche « continuellement » des jeunes stagiaires en temps normal, apprentis ou sous contrats aidés, qui ne restent pas la plupart du temps, « peut-être parce qu’à ce moment-là on n’avait pas de poste en CDI… » justifie-t-il. Les entrepreneurs ont effectivement la possibilité d’opter pour des contrats aidés depuis de nombreuses années.

 

 

L’aide aux jeunes sans qualification : une stratégie politique récurrente

 

 

Et pour cause, l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi, et plus particulièrement la paupérisation de la jeunesse française, n’est pas uniquement le fait de cette crise sanitaire.

Depuis plus de quarante ans, le chômage des moins de 26 ans est en constante augmentation, de 20,8 % en 2018 (contre 8,5 % pour les 25-49 ans). En 1975, ce taux n’était que de 6,9 %.

Les gouvernements successifs déploient régulièrement des plans massifs de sauvetages pour endiguer un taux de chômage et faciliter l’accès à l’emploi pour les moins de 15-24 ans pas ou peu qualifiés.

Cette cause est devenue l’un des slogans favoris de la classe politique, avec en vedette le CIE (Contrat Initiative Emploi) créé en 1995. On parle aujourd’hui du CUI-CIE pour le secteur marchand, qui fait d’ailleurs son grand retour, du CUI-CAE, qui s'adresse au secteur non marchand (transformés en PEC-Parcours Emploi Compétence), et du CIE-JEUNES dédié aux moins de 26 ans.

Ce dispositif fait l’objet d’une profonde réforme depuis ses débuts mais le principe est toujours resté le même : une aide financière à l’embauche pour les entreprises et la promesse d’un avenir aux chômeurs longue durée. Et bien que l’on constate son déclin depuis le début des années 2000 (de 600 000 contrats aidés en 2005 à 200 000 aujourd’hui), son utilisation demeure privilégiée. En 2016, 28,1 % des emplois occupés par les jeunes de moins de 26 ans étaient des contrats aidés.

 

 

 

Quelle est l’efficacité réelle du contrat aidé ?

 

 

Alors que ces mesures sont souvent critiquées depuis l’instauration des « Travaux d’utilité collective » (TUC) par Laurent FABIUS en 1987, l’Etat continue de les mettre en place. Cela signifie-t-il qu’elles répondent finalement aux objectifs fixés : soutenir l’emploi et favoriser l’insertion professionnelle ?

Dans un rapport de 2011, la Cour des Comptes signifiait que l’objectif était surtout « de lutter contre le chômage en période de basse conjoncture. Les contrats aidés, du secteur non marchand en particulier, permettent en effet de retirer temporairement des effectifs non négligeables des listes de demandeurs d’emploi ».

Une enquête de la DARES (Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques) réalisée en 2017 confirme cette tendance.

« A court terme, les contrats aidés, particulièrement ceux du secteur non marchand, permettent de soutenir efficacement l’emploi. À plus long terme, en revanche, les effets sur l’insertion professionnelle sont mitigés » en fonction du secteur et de la conjoncture économique.

Parmi les personnes ayant réalisé un contrat unique d’insertion dans le secteur marchand (CUI-CIE), 72 % déclaraient être en emploi six mois après et 25 % s’étaient réinscrit à Pôle Emploi.

Concernant ceux qui ont effectué ce même contrat dans le secteur non marchand (CUI-CAE), seulement 49 % étaient encore en poste dans le même délai et 43 % avaient réintégré les statistiques du chômage.

« La part de ceux qui s’orientent vers une formation ou sortent vers l’inactivité est inférieure à 5 % ».  

 

Floriane BOIVIN

 

 

A l’instar de la fameuse formule s’appliquant à la viande porcine, tout serait-il bon à consommer également dans l’agneau ? C’est en toile de fond le fil rouge qui a prévalu lors de cette séance concoctée au lycée des Métiers ce lundi 29 mars. Afin d’en découvrir chaque morceau et ses modes de cuisson…  

 

AUXERRE : Dépecer une carcasse d’un agneau représente tout un programme de dextérité et de minutie à réaliser. Comme l’a démontré l’exercice d’un professeur de l’établissement, retraité de surcroît, sachant manier avec parfaite maîtrise la scie et le couteau.

Les élèves du groupe scolaire VAUBAN se sont familiarisés avec les techniques de la découpe de la pièce carnée. Comme phase liminaire à cette « Master Class » spéciale, on ne pouvait trouver meilleure entrée en la matière !

Quelques jours avant la fête pascale, il semblait judicieux pour le professeur de cuisine François HENNARD de mettre l’agneau au goût de cette session.

En connaître les différents morceaux les plus usités dans les recettes tout en les visualisant dans la carcasse de l’animal était l’un des objectifs de cette animation.

 

E

 

Un autre volet thématique a permis aux futures pousses de la cuisine de découvrir les différences existantes entre des agneaux issus du Label Rouge (les deux pièces travaillées ce lundi matin offertes par Philippe BULANT, directeur de METRO Auxerre, correspondaient à cette qualité de viande) et les autres catégories plus inférieures. Entre deux séances, on aborda aussi la notion des prix et la traçabilité lors de ces échanges instructifs.

L’après-midi fut réservé à la conception des recettes et leurs modes de cuisson. Celles préparées par le chef du Rive Gauche Jérôme JOUBERT. Il en présenta plusieurs à une dizaine d’élèves qui les réalisèrent avant de les restituer et les soumettre à l’appréciation gustative des professionnels fréquentant les travées du magasin METRO à Auxerre. Une manière agréable de joindre la boucle en mettant l’eau à la bouche à qui voulait goûter !

 

Thierry BRET

 

Des vents de force 9 souffleront peut-être aux oreilles des promoteurs de l’énergie éolienne d’ici peu. Le message adressé à leur intention par le porte-parole du Rassemblement National est sans équivoque ! Ils ne sont plus les bienvenus en Bourgogne Franche-Comté. L’élu exige qu’un moratoire en freine les possibilités d’implantation régionales…

 

JOIGNY : Le discours ne relève d’aucune ambiguïté possible quant à son interprétation. La tête de liste du RN pour les échéances régionales des 13 et 20 juin en Bourgogne Franche-Comté ne souhaite plus d’installation de nouveaux parcs éoliens sur le territoire.

Lors d’un récent déplacement dans l’Yonne, Julien ODOUL s’est entretenu avec les représentants des collectifs et associations anti-éoliennes qui opèrent sur le secteur de Joigny.   

Pour lui, « aucune implantation ne peut être justifiée ». Se présentant comme l’unique candidat à ces échéances régionales à vouloir rejeter le développement de l’éolien, le président du groupe RN au Conseil régional exige qu’un moratoire soit immédiatement décidé par la collectivité de Bourgogne Franche-Comté.

Non seulement le rejet de l’idéologie éolienne s’avère nécessaire dans l’intérêt du territoire, selon le candidat. Mais, en outre, son ambition est d’accompagner le démantèlement de l’ensemble des parcs éoliens déjà opérationnels dans la contrée ou autorisés à l’être.

« Le moment est venu de défendre un cadre de vie sans éoliennes dans cette région de l’Hexagone qui est la moins attractive et qui perd ses habitants, devait-il conclure.

Les promoteurs de l’éolien savent donc à quoi s’attendre si le Rassemblement national devait l’emporter fin juin. Ils ne seraient plus les bienvenus dans la région française la plus disposée à accueillir ces parcs.

 

Thierry BRET

 

 

Le béton prêt à l’emploi est-il en passe d’être condamné à très court terme au profit du bois d’importation ? Au-delà de la crise sanitaire actuelle et de son impact négatif sur tout un pan de l’activité économique, les professionnels de cette filière des travaux publics s’inquiètent des sombres perspectives qui se présentent devant eux en 2021…

 

DIJON (Côte d’Or) : 2020 ne fut pas réellement une année porteuse d’optimisme. Mais que dire du nouvel exercice en cours ? Les inquiétudes persistent du côté de la filière béton. Une chose s’avère exacte : la corporation souffre et semble résignée.

L’an passé, l’UNICEM (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction) faisait état d’une perte de 10 % sur l’activité du béton prêt à l’emploi et d’une chute de 8 % pour les granulats.

Même avec les aides financières fournies par l’Etat dans le cadre du plan de relance, les entreprises ne devraient pas retrouver leurs niveaux de 2019 d’ici le mois de décembre.

Pourtant, la fédération régionale n’a pas encore enregistré de dépôts de bilan. Cela a été confirmé il y a peu par son président Christophe BAUDUIN.  Le secteur emploie près de trois mille cinq cents salariés. Une niche dans le monde si éclectique des travaux publics.

Cependant, les effets de la crise économique imputables à la COVID sont encore très vivaces dans les esprits.

Malgré un léger rebond survenu au troisième trimestre, 2020 aura sonné le glas de bon nombre d’espérances. La plupart des gros chantiers ont été stoppés net au plus fort de la crise avec la longue période de confinement qui s’en suivit et l’application des mesures de sécurité sanitaire très strictes.

 

 

RE 2020 et REP : mêmes orientations défavorables à la filière…

 

Tout n’est pas noir néanmoins. Il existe quelques perspectives heureuses en Bourgogne Franche-Comté avec de nouveaux chantiers à venir visant à améliorer l’état des routes nationales et de certaines voies ferroviaires. Des travaux qui intègrent les subsides du plan de relance territorial.

L’UNICEM prévoit au plan conjoncturel un sensible mieux en 2021. Il se traduirait par une infime progression de 0,5 % pour le béton prêt à l’emploi et de 4 % pour les granulats. On reste toutefois très loin des réalisations obtenues en 2019.

L’autre grand sujet de préoccupation qui perturbe Christophe BAUDUIN concerne la RE 2020 (Réglementation environnementale) et la REP pour le bâtiment (responsabilité élargie du producteur).

 

 

La RE 2020 à sa lecture approfondie ne joue pas en faveur du béton. Elle encourage les constructions à partir du bois. Quant à la REP, le consommateur risque de pâtir en bout de course des surcoûts liés au recyclage alors que les conditions sont de plus en plus drastiques pour la filière des matériaux de construction.

Enfin, l’envolée des prix de certains matériaux ne devraient pas favoriser les marchés.

D’où une source d’inquiétude supplémentaire pour le représentant de l’UNICEM Bourgogne Franche-Comté qui espère le retour de jours meilleurs...

 

Thierry BRET

 

Trois containers à poubelles en feu. Quatre véhicules de particuliers partis en fumée. Des jets de pierre sur les forces de l’ordre et les pompiers. Triste bilan pour une situation délétère qui gangrène le Sénonais. Le syndicat de police ALLIANCE tire la sonnette d’alarme devant l’ampleur du phénomène. Ces violences urbaines qui gagnent petit à petit les villes moyennes de province…

 

SENS: La situation est de plus en plus alarmante. Et encore une fois, c’est la population de l’agglomération principale du nord de l’Yonne qui en paie les pots cassés.

En l’espace de quelques jours, les flambées de violence s’invitent à la nuit tombée dans certains quartiers de la ville. A la manière d’un sinistre rituel. Dans ceux qui sont déjà pointés du doigt par les services de la préfecture et des forces de l’ordre : Les Champs-Plaisant, Les Arènes et Les Chaillots.

La présence massive de CRS et de renforts extérieurs au soutien des forces locales aura permis d’éviter le chaos mercredi soir. En contenant et en maîtrisant les velléités intempestives de ces casseurs qui ne souhaitent qu’une seule chose : « se faire encore et toujours du flic ! ». Mais, pour combien de temps in fine ?

Chargé de la communication au sein du syndicat ALLIANCE Police Nationale, un organisme majoritaire en France, Eric HENRY parle. Il évoque l’impensable et la situation complexe vécue dans la nuit du 23 au 24 mars.

« Plusieurs groupes d’émeutiers ont orchestré un nouveau guet-apens avec un seul but : « se faire du flic ! ». Vers 23 heures, poursuit-il, l’équipage de police secours accompagné par un véhicule de la police municipale était requis pour des feux de poubelles dans le quartier sensible des Champs-Plaisant.

Sur place, ils ont été accueillis par des voyous cagoulés et armés de battes de baseball ou de barres de fer décidés à en découdre. Ils ont également essuyé des jets de mortiers et jets de projectiles. Le véhicule de la police nationale a été dégradé avec des vitres cassées et la carrosserie abîmée. Quant à celui de la police municipale, il a été touché par des jets de mortiers et autres projectiles… ».

 

Des renforts extérieurs sont nécessaires pour maintenir l’ordre…

 

La venue des contingents de la CRS 02 et de la CRS 40 depuis leur lieu d’emploi (Saclay en Ile-de-France), soit une soixantaine de personnes, a quelque peu rassuré les forces de l’ordre de Sens. Y compris les élus. Mais, cette demande de force supplémentaire est faite jusqu’au samedi 27 mars inclus.

« Or, ajoute Eric HENRY, nous ne savons pas si ces compagnies républicaines de sécurité demeureront à Sens pour le week-end…nous attendons le retour du ministère de l’Intérieur. ».

Le représentant d’ALLIANCE, amer, constate et déplore que « sans des renforts extérieurs (police municipale et gendarmerie nationale), c’est la loi des délinquants qui s’impose et la République qui se met à genoux… ».

Pourtant, il se montre très catégorique sur la physionomie avec laquelle il faudrait envisager la situation.

« Pour inverser la tendance, il faut davantage de policiers sur le terrain – une demande récurrente que font par ailleurs plusieurs personnalités politiques du sérail depuis fort longtemps – et surtout que la justice condamne les contrevenants avec plus de fermeté ».

Accentuer la visibilité de la police dans la capitale du Sénonais, mailler le territoire avec cette présence qui n’aurait rien d’inopportune permettrait de juguler les ardeurs des réfractaires à la loi.

« Tant que la justice n’agira pas avec plus d’intransigeance, il existera toujours des caïds qui tenteront d’imposer leur loi dans les quartiers sensibles, lâche le responsable syndical. Nous ne voulons plus de l’impunité totale… ».

Derrière ces violences urbaines se profilent les trafics en tout genre, notamment ceux qui se rapportent aux produits stupéfiants, herbe de cannabis, héroïne, voire cocaïne.

Les couvre-feux successifs ont quelque peu obéré leurs lucratifs marchés. D’où l’émergence de ces violences urbaines qui en résultent.

Entre 2005 et 2020, Sens a perdu près de 30 % de ses effectifs au niveau des forces de l’ordre alors que la délinquance, elle, a très nettement progressé.

Ceci explique sans doute cela. Un argument auquel il faut ajouter la délicate proximité avec l’Ile-de-France qui déplace ses problématiques vers les villes de la troisième couronne…Dont Sens.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil