Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Le découpage actuel des régions risque de diluer les spécificités historiques de chacune. Par exemple, les Hauts-de-France ne correspondent à rien pour les habitants et à aucune identité spécifique. Nos régions, comme l’Alsace, la Bretagne, la Corse ou l’Auvergne, ont marqué l’histoire de France d’une empreinte indélébile. Leurs particularismes imprègnent notre culture depuis près de deux milles ans pour beaucoup ! La France, c’est une mosaïque de territoires, riches de leurs spécificités agricoles, vinicoles, forestières, industrielles, artisanales…

 

TRIBUNE : On reconnaît telle ou telle région au style architectural comme en Alsace ou en Béarn, idem pour le mobilier comme les lits clos bretons. On identifie aisément l’origine culturelle d’une choucroute, d’une potée, d’un coq au vin et d’un kig ar farz ! La France est multiple, et riche de son ouverture au monde. Les régions de l’Hexagone sont aussi ouvertes vers celles de l’outre-mer et enrichies de leurs traditions, culture spécifique, nous offrant des destinations de vacances de rêve… Merveilleux paradoxe national que celui-ci : la France est morcelée en petits territoires, mais demeure une et indivisible !

 

Peut-on parler de civilisation française ?

 

Regardons ce qui caractérise une civilisation. Si on croit SAINTE-BEUVE, le but de la civilisation, c’est de faire prévaloir la douceur et les sentiments sur les appétits sauvages. L’histoire se prolonge aujourd’hui : quand on n’a pas les mots, il reste les poings pour communiquer ! Dans « Les deux sources de la mort et de la religion », BERGSON affirme que toutes les acquisitions de l’humanité sont déposées dans la science, dans les institutions, dans les usages, dans la syntaxe et le vocabulaire de la langue et « jusque dans la gesticulation des hommes ». Une civilisation, c’est aussi une culture qu’on applique et qui régit nos actions les plus subtiles.

De nombreux pays d’Europe revendiquent d’être à l’origine de la civilisation occidentale. L’Espagne est bien placée car la civilisation d’El Agar a rayonné sur la péninsule ibérique de 2 500 à 1 500 avant notre ère. L’Espagne joue un rôle déterminant entre l’Europe et le monde musulman, puis entre le Vieux continent et le nouveau monde. Certains considèrent qu’elle fut l’une des fondations de la civilisation occidentale.

 

 

L’Hexagone, le carrefour des peuples…

 

La France souhaite maintenir sa primauté et se présente, à juste titre, comme le carrefour des peuples, et le creuset des mondes. Notre territoire fait le lien entre la péninsule ibérique et l’Italie, entre le monde rhénan et les îles britanniques. L’empire de Charlemagne avait pour capital Aix-la-Chapelle (ou Aachen). La France s’enorgueillit de son « Grand Siècle » (le XVIème), avec un Louis XIV qui nous a conté Versailles… Le « Siècle des Lumières » berce la nostalgie des futurs révolutionnaires, et enfin la Révolution qui façonna des cultures, des langues, des modes de pensées, des littératures, des artistes dans tous les domaines des arts majeurs…

Victor HUGO rendit visite à la statue de la Liberté dans l’atelier de BARTHOLDI  le 29 novembre 1884. Son discours en dit long sur la fierté d’être français et un témoin rapporte la scène et le discours : « La mer, cette grande agitée, constate l’union des deux grandes terres, apaisées ! »(…) « Oui, cette belle œuvre tend à ce que j’ai toujours aimé, appelé : la paix. Entre l’Amérique et la France – la France qui est l’Europe – ce gage de paix demeurera permanent. Il était bon que cela fût fait. ». Telle était la perception de la grandeur de la France !

 

Et le rôle de l’Allemagne dans tout ça ?

 

Nein, disent nos amis d’outre-Rhin, la civilisation occidentale, c’est nous ! Ils revendiquent de représenter l’Europe centrale. Dès la fin du Xème siècle, c’est le monde germanique qui endosse la mission de refonder l’Empire Romain. Durant les siècles suivants, tout ce que l’Europe compte d’artistes, se retrouvent au château de Wartburg, dans l’actuelle Thuringe, et en fera un centre culturel européen majeur.

L’Allemagne fut une interface naturelle entre le monde Roma(i)n et le monde slave, entre la Scandinavie et l’Adriatique. Les fameuses invasions « barbares » germaniques peuvent aussi être comprises comme éléments précurseurs de la civilisation occidentale. En effet, que serait la France sans les invasions des Francs, et l’Espagne sans les Wisigoths ?

Au XIXème siècle, la civilisation occidentale, c’est d’abord la révolution industrielle, la domination des mers, l’expansion coloniale et le capitalisme. Selon cette approche, il est certain que Londres est dominant et que l’Angleterre deviendra le centre de cette civilisation.

 

Fin de la première partie

 

Paul GUILLON

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Forcément, il y avait de l’émotion dans l’air comme l’aurait suggérée l’enseigne URGO ! Le moment se voulait un brin solennel, d’ailleurs l’animateur vedette de la cérémonie de vœux – le vice-président du conseil départemental, conseil communautaire de l’Auxerrois et maire de VENOY Christophe BONNEFOND a su entretenir le suspense – a invité l’édile d’Auxerre et président de l’Agglo, Crescent MARAULT, à le rejoindre sur la scène. Récipiendaire à l’honneur et parce qu’il le mérite vraiment : Philippe MAILLET !   

 

VENOY : Il aura finalement dû attendre les toutes dernières minutes de la très longue cérémonie des vœux aux citoyens de la localité pour assister à une remise de médailles, récompensant celles et ceux des habitants du cru ayant fait l’actualité en 2023. Un évènement qui aura suscité des sourires, des larmes et beaucoup d’émotion.

Apprenti au sein des Compagnons du Devoir à Auxerre, Jonathan GUYOU s’est vu décerner un accessit distinctif par le maire de la commune périphérique auxerroise Christophe BONNEFOND. Logique, le jeune homme qui alla d’un pas léger chercher sa récompense sur l’estrade de la salle des fêtes, dont la spécialité professionnelle n’est autre que la maçonnerie, est un double médaillé d’or, à la fois départemental et régional, obtenu au concours de l’un des « meilleurs apprentis de France », édition 2022.

 

 

Récompensé pour être au service de l’intérêt général…

 

Puis, ce fut le tour de Christiane COMMEAU d’être sollicitée par le premier élu communal. Afin de recevoir la médaille de l’enfance et des familles. Une récompense qu’elle doit à son investissement professionnel en qualité d’assistante maternelle, travail exercé depuis l’âge de 25 ans. In fine, ce sont au total entre les enfants en garde périscolaire, ses propres enfants, petits-enfants, et arrières petits-enfants, près de 130 bambins (127 exactement !) que cette sympathique personne à l’émotivité éprouvée par la circonstance a accompagné dans les premières années de leur existence.

Restait le dernier récipiendaire. Une personnalité qui aura agi dans l’intérêt général de la commune et bien connu de l’assistance : Philippe MAILLET, ancien maire de 2001 à 2014 – le mentor de l’actuel édile – qui demeure toujours très actif, avec dévouement pour sa commune de prédilection, mais aussi au sein du Syndicat départemental d’Energies de l’Yonne (SDEY) et au Centre de Gestion.

C’est accompagné de Crescent MARAULT, président de l’Agglomération de l’Auxerrois et maire d’Auxerre que Christophe BONNEFOND remis le diplôme officiel et la médaille de maire honoraire à l’intéressé dont le sourire affiché largement sur son visage fit plaisir à voir…

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il n’y a pas d’âge pour entreprendre. Ni réaliser le rêve de son existence. Encore moins de vouloir prendre sa destinée en main ! A 34 ans, Jimmy GONDET se lance un défi de taille. Mais, pas de quoi l’affoler, lui qui pratique le football depuis bientôt deux décennies. Tout juste, est-il lucide quant à la pérennité de son projet : « j’ai misé gros et je joue ma carrière sur cette entreprise ». Un show-room de belle facture, 300 mètres carrés idéalement situé en zone commerciale à Monéteau où il propose ameublement et agencement de l’habitat sous la marque « ECOCUISINE ». C’est tout frais : les portes se sont ouvertes pour la première fois ce mercredi…

 

MONETEAU: Le vrombissement d’une perceuse altère quelque peu la qualité de la discussion avec notre interlocuteur. Logique : deux ouvriers s’affairent prestement afin de terminer la pose d’un ensemble cuisine, situé près de la porte d’entrée. Certes, tout n’est pas encore installé dans la nouvelle enseigne qui a ouvert ses portes ce mercredi à 10 heures. Mais, cela ne saurait tarder.

D’autant que d’autres corners présentent, eux, une configuration bien différente de la cuisine modèle, avec ses tiroirs offrant le rangement de nombreuses victuailles, son plan travail prêt à l’emploi et de lumineux éclairages qui donnent cette impression d’être chez soi, juste avant de se mettre à table !

Un peu plus loin, le regard se pose sur une cuisine au décorum si british et cosy. On en sentirait presque les effluves d’un breakfast éclectique à la londonienne qui viendrait titiller les narines des plus gourmands.

Prolixe dans ses explications, Jimmy GONDET, hôte de cet endroit, nous propose le tour du propriétaire, histoire de se faire une idée du concept ! Disons, une vision plus approfondie de ce nouveau show-room, terminé après quatre mois de réhabilitation avec des artisans du cru – le bâtiment accueillait à l’origine un revendeur de piscines -, aujourd’hui entièrement consacré à l’ameublement de la cuisine et à l’agencement de la maison.

 

 

Un maillage de plus de 110 vitrines commerciales à l’échelle nationale…

 

Nom de baptême de la boutique, implantée en zone commerciale près de Cora : « ECOCUISINE ». Un patronyme sobre mais explicite qui allie à la fois la double notion sémantique d’écologie et d’économie. Pas si bête ! Une marque nouvelle ? Oui à l’échelle de l’Yonne mais pas au niveau de l’Hexagone puisque cette licence de marque, apparue dans l’Est de la France en 2005, compte à date plus de cent dix vitrines de la sorte réparties aux quatre coins de notre territoire de cocagne. Jusque-là, les aficionados de ce concept novateur – des cuisines innovantes à base d’un design haut de gamme proposées à des tarifs hyper concurrentiels – devaient se rendre à Troyes ou à Dijon pour y découvrir sa philosophie.

Désormais, c’est chose faite, l’Yonne dispose d’un magasin à l’estampille de cette enseigne fondée par la famille FRANCOIS.

Ici, un terme est à soustraire d’office du vocabulaire à utiliser dans les conversations : « low cost » ! Comme s’en explique Jimmy GONDET, gérant de la boutique, à la tête d’une petite équipe de trois collaborateurs (Charlène FLEURY, chargée de la communication et du marketing, Eva BENTO, commerciale et spécialiste de la gestion et Alban LECOQ, commercial), tous férus de la vente de cuisines et d’ameublement.

« Le terme « éco » est employé pour traduire la parfaite alliance qui existe entre la notion écologique que l’enseigne est fière de mettre en avant et la notion d’économie qui permet de proposer des solutions d’aménagement à moindre coût pour les clients ».

 

 

Proposer des cuisines de qualité au juste prix…

 

Dans les faits, l’enseigne adopte une attitude plus responsable envers sa clientèle. S’intéressant à la fréquence et au panier moyen de ses courses alimentaires effectuées et au retour de la découverte client. Comme autrefois, semble-t-il.

« Notre credo est simple, ajoute Jimmy GONDET, nous souhaitons refaire des cuisines au juste prix, respectueux du budget initial des clients… ».

Des budgets qui peuvent osciller en moyenne entre 8 à 10 000 euros. Bref, de la cuisine et de l’ameublement accessibles à tous.

Pourvue d’une centrale d’achat, « ECOCUISINE » négocie ainsi ses commandes au meilleur prix auprès du principal fournisseur allemand, le groupe NOBILIA. Une structure industrielle qui sort près de 4 000 modèles de cuisine par jour de ses cinq unités de productions outre-Rhin. Précisions : l’industriel germanique va rentrer au capital du distributeur national, preuve de la confiance que le groupe accorde à son partenaire.

Quant au chiffre d’affaires prévisionnel espéré au terme de 2024, il s’élève à 1,1 million d’euros. Un sacré challenge pour Jimmy GONDET et son équipe, mais pas impossible à réaliser selon le patron de cette nouvelle structure qui veut se démarquer de la palette concurrentielle locale, opérant sur ce marché. D’ici six mois, il sera temps de tirer les premiers enseignements de cette nouvelle aventure et si possible d’accroître l’équipe avec une collaboratrice supplémentaire qui ferait aussi de gestionnaire de l’administratif.

Pour l’heure, l’équipe se réjouit de recevoir ses premiers visiteurs dans ce show-room aux allures modernistes, parfois original – il suffit d’admirer les tableaux des quatre singes aux allures rock’n’roll et humoristique pour s’en convaincre accrochés aux cimaises - et dans un univers recherché (c’est l’œuvre d’Eva et de Jimmy) et de préparer la phase inaugurale officielle de cette enseigne, prévue avec moult invités le jeudi 08 février prochain. Un esprit sain dans un corps sain : une maxime qui pourrait s’appliquer à la perfection à cette équipe…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La liberté d’expression est l’une des ultimes libertés qui existe encore dans les démocraties. Ce qui en fait une profonde différence avec les régimes autoritaires qui gangrènent progressivement bon nombre de pays de la planète. Sans que cela ne perturbe nullement les Occidentaux, aveugles, que nous sommes ! A l’aune de 2024, nous vivons sur une planète à feu et à sang qui ne demande qu’à imploser devant tous les coups de boutoir sordides et impérialistes des tyrans et autres dictateurs de tout poil. Quand ce ne sont pas les terroristes qui s’y collent. Alors neuf ans après le drame de 2015, demeurons à jamais « Charlie » pour mieux défendre notre liberté…  

 

Lundi 

L’évènement est devenu un rituel pour le plus grand plaisir des mélomanes, épris de musique classique et autres amateurs d’une « sieste canapé », après les excès du réveillon. Chaque année, ce sont plus de 50 millions de personnes à travers le monde, qui regardent et écoutent le concert du Nouvel An de l'orchestre philharmonique de Vienne en Autriche. Un évènement retransmit en direct dans plus de 90 pays. Dirigé cette année par le chef d’orchestre allemand Christian THIELEMANN, il s’est appuyé une fois encore sur ses fondamentaux. A savoir la dynastie STRAUSS et ses valses bleutées. Mais dans l’enceinte de la salle dorée du « Musikverein », l’on est bien loin du célèbre slogan BENETTON et de ses « couleurs du monde ». Que ce soit parmi les musiciens ou dans le public, le type caucasien semble être la seule règle, hormis de-ci de-là quelques silhouettes asiatiques. La distinguée société viennoise se veut « white is white ». Et moi qui croyais qu’en musique deux noires valaient une blanche ! 

 

 

Mardi

Un détenu a été retrouvé pendu le matin de Noël dans sa cellule de la prison départementale. Un drame presque « ordinaire » au regard des chiffres, avec en moyenne, un suicide tous les trois jours en milieu carcéral (125 en 2022), qui fait de la France l’un des pays « champions » en la matière au sein de l’Europe. Ce quarantenaire auxerrois qui avait été condamné à une peine de 14 mois d’emprisonnement après l’agression de sa mère en mai 2023 était libérable dans quelques jours. Diagnostiqué bipolaire, de quel suivi médical bénéficiait-il ? Sa place était-elle derrière les barreaux ou dans un centre spécialisé ? Avec cette question en suspens : serait-il ressorti moins ou plus dangereux pour lui-même et pour la société une fois sa peine purgée… ?

 

 

Mercredi

Partira…? Ne partira pas…? Sur fond de rumeurs et d’incertitudes, l’avenir d’Elisabeth BORNE à Matignon est en suspens depuis les vœux présidentiels du 31 décembre et les « remerciements » qui lui furent décernés par Emmanuel MACRON. Un mot dont le redoutable double sens semble sceller le sort de celle qui le 16 mai prochain, aurait fêté ses deux ans au poste de Première ministre. Quel dommage ! Il ne lui restait plus que cinq séances pour égaler le record d’articles 49.3 déposés, toujours détenu par feu Michel ROCARD, champion toutes catégories qui y eu recours à 28 reprises !

 

  

Jeudi

Une figure historique de la construction européenne s’est éteinte. Jacques DELORS s’en est allé à l’âge respectable de 98 ans, après avoir occupé la scène politique quatre décennies durant. Mais de l’homme, l’on gardera surtout le souvenir de ce dimanche 11 décembre 1994, lorsqu’interrogé par Anne SINCLAIR dans son émission culte « 7 sur 7 », il renonça en direct devant des millions de téléspectateurs à se présenter aux futures élections présidentielles. Un rendez-vous manqué avec le destin, lui qui était donné favori dans les sondages et le seul, alors à gauche, à prétendre pouvoir endosser un jour le costume présidentiel. Une décision intime qui provoquât la surprise et fit débat, mais tout à l’honneur de celui qui sut placer sa vie personnelle et sa famille avant toute autre chose. A l’heure où les prétendants à la fonction suprême sont légion et pour certains déjà dans les starting-blocks, son exemple est peut-être à méditer…

 

Vendredi     

Marées noires et galettes de blé noir d’accord, mais pas d’enfant noir ! Il aura suffi d’une photo d’un enfant de couleur en habit traditionnel pour que la une du nouvel opus du « Peuple Breton », mensuel progressiste publié par l’Union Démocratique Bretonne (UDB) qui fêtera cette année ses 60 ans, déclenche une avalanche de commentaires racistes et mette le feu à la « facho-sphère ». Pour ces nostalgiques de la « race pure », hors de question qu’un enfant métis vienne « souiller » le Gwenn Ha Du, drapeau symbole de la Bretagne créé il y a près d’un siècle qui, comme chacun sait, comporte neuf bandes horizontales, quatre blanches et… cinq noires ! « À chacun, l’âge venu, la découverte ou l’ignorance » écrivait en 1970 l’essayiste breton Morvan LEBESQUE dans son pamphlet, « Comment peut-on être breton ? » .Certains ont déjà fait leur choix…

 

 

Samedi

C’est Dallas à Douchy ! Le paisible village du Loiret auréolé du prestige de compter parmi ses habitants l’un des plus grands acteurs du cinéma français n’en finit pas de servir de scène aux déchirements de la famille « DELON-Ewing »… Alain, le patriarche, en passe de porter plainte contre son fils Anthony, après que celui-ci ait effectué la même démarche à l’encontre d’Hiromi ROLLIN qui, se présentant comme la « compagne d’Alain, a elle-même porté plainte contre toute la fratrie. Sans oublier la fille, Anouchka, dénonçant dans le même registre les deux précités… Même un « Samouraï » n’y retrouverait pas ses petits ! Il est toujours triste de voir un clan se déchirer ainsi, en privé comme en public. Pauvre « Clan des Siciliens » !

 

Dimanche

 

Neuf ans après, la douleur est toujours aussi présente et le combat contre toutes les formes d’obscurantisme plus que jamais d’actualité… Neuf ans jour pour jour, que les frères KOUACHI décimaient la rédaction du journal « Charlie Hebdo », laissant derrière eux douze cadavres et un traumatisme aux accents d’éternité. Son directeur et rescapé du massacre, RISS, le confesse douloureusement : « Je crois qu’on ne guérit pas vraiment… ». Rien n’est jamais acquis sur le terrain de la liberté d’expression. Le combat ne fait que commencer, n’en déplaise à certains élus qui ont fait d’un prétendu « religieusement correct » un cheval de bataille mettant à mal la liberté d’informer et de rire. A jamais Charlie !

 

Dominique BERNERD

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

A croire que personne n’avait profité de la trêve des confiseurs pour partir en villégiature à la montagne afin de s’y oxygéner un peu ! Il est vrai que sur le papier, le pari de proposer la séance des traditionnels vœux dès le samedi 06 janvier était loin d’être gagné, côté affluence. Que nenni ! Les Sénonais aiment ce cérémonial et ils l’ont prouvé en prenant d’assaut (ou presque) les sièges du grand salon de l’Hôtel de Ville pour ne manquer aucune miette de ce rendez-vous obligatoire dans le sérail institutionnel. Histoire de voir un Paul-Antoine de CARVILLE, à l’aise dans cet exercice oratoire, orienté à la fois sur le bilan 2023 et les perspectives 2024…

 

SENS : Muni de son micro-cravate, impeccablement installé sur le revers de la veste de son complet bleu marine, il fend la foule, à l’écoute, assise sur plusieurs rangs dans le grand salon d’honneur de l’hôtel de ville. Flanqué de sa caméra, Frédéric BRULE, professionnel de la prise de vue – le garçon a effectué jadis ses classes dans la sphère médiatique de BFM TV – le suit de dos, de profil et de face sur ce parcours long de plusieurs mètres, renvoyant les images sur le grand écran placé juste derrière lui.

Au gré des nouvelles technologies audiovisuelles et de la captation vidéo dont il semble ignorer la présence, Paul-Antoine de CARVILLE marche d’un pas tranquille tout en déroulant ses arguments informatifs. Le maire de Sens innove en la matière dans la présentation de ses vœux. Sous les ors de cette magnifique salle, au parquet de bois qui grince un peu sous ses pas, auréolée par la lumière naturelle en provenance des fenêtres surdimensionnées du lieu.

 

Un regard dans le miroir du passé, un autre vers celui de l’avenir

 

L’évènement a mobilisé les VIP de la politique départementale. Aux côtés de l’ancien ministre Jean-Baptiste LEMOYNE, la sénatrice Dominique VERIEN écoute avec grand intérêt tout ce qui est dit par le jeune édile de Sens. Côte à côte, le député Julien ODOUL et Nicolas SORET, le numéro trois de la Région Bourgogne Franche-Comté, sont attentifs aux propos tenus. Un peu plus loin, Mahfoud AOMAR, président de l’Association des Maires de l’Yonne, n’aurait pas voulu rater cela pour rien au monde. Ni le président du Grand Sénonais Marc BOTIN qui est là, lui aussi, en toute logique, assis à proximité de l’ancien ministre de la Coopération internationale et des Relations avec le parlement, Henri de RAINCOURT.

Il est vrai que cette séance de vœux, hormis son aspect traditionnel, a le mérite de présenter le résultat des courses – c’est-à-dire de tirer le bilan de l’année écoulée – avant de dévoiler quelques perspectives juteuses et notoires qui ponctueront sans doute le nouvel exercice temporel qui démarre.

Regardant dans le miroir 2023, Paul-Antoine de CARVILLE s’est dit satisfait de ce qui avait été réalisé avec son équipe. « Les objectifs ont été atteints… ».

 

 

Les investissements à Sens ? Ils sont tous azimuts !

 

Une allusion à peine voilée à la maîtrise des finances et du budget, le nerf de la guerre de toute collectivité respectueuse de nos jours. Une règle d’or indispensable (l’équilibre entre les recettes et les dépenses) qui favorise les investissements.

A ce titre, ils sont plutôt légion dans l’ancienne capitale des Sénons !

Souhaitez-vous des exemples ? En voilà à la pelle ! Plus d’un million d’euros destiné au financement des travaux des écoles locales, le cœur de ville reconfiguré, la réhabilitation du Clos-du-Roi, les promenades embellies, mais aussi de manière plus pragmatique et citoyen l’optimisation de la sécurité en ville avec l’apport de nouvelles recrues au sein de la police municipale, le développement d’une nouvelle stratégie culturelle avec les musées du cru en tête de gondole, les seniors bénéficiant de davantage de soutiens dans leur accompagnement, etc.

Sans compter les primes de fin d’année qui sont venues abonder l’ordinaire des agents de la ville. La cerise sur le gâteau en fait pour les représentants de la fonction publique, au service des habitants de la seconde agglomération de l’Yonne.

 

 

L’enfance, nouvel axe prioritaire dans la politique de la Ville

 

Bien sûr, Paul-Antoine de CARVILLE ne pouvait pas ne pas parler de la fiscalité et des impôts. Un sujet toujours très douloureux pour les administrés qui les subissent ! Le maire de Sens s’est donc voulu rassurant : « nous allons poursuivre les efforts dans la transformation de la ville sans pour autant augmenter les impôts… ».

Un élément de langage qu’il avait déjà annoncé l’an passé. Prouvant ainsi de facto que son credo est bien celui de la continuité. Dans l’effort à l’amélioration de sa ville et dans la maîtrise de la fiscalité, visiblement !

Niveau perspectives, plus factuelles cette fois-ci, l’édile de Sens a annoncé la publication d’un nouveau magazine, conçu par les services de la communication de la Ville, à destination d’un cœur de cible pas souvent visé par les informations institutionnelles : les enfants !

Nom de ce nouveau support : « Le Mag de Brennus ». Un média (papier ? numérique ?) qui profitera aussi de l’ajout informatif assuré par le milieu associatif local, extrêmement bien développé et dynamique dans la grande ville septentrionale de notre territoire.

L’enfance, toujours, reste à l’épicentre de l’actualité du maire de Sens avec le projet du futur Pôle Mère Enfant, probablement opérationnel au printemps prochain ou celui de l’apparition de nouvelles crèches.

Une maille du filet légitime pour tricoter l’avenir de Sens, ville qui a enregistré une diminution significative du nombre des naissances depuis 2014 mais qui au dernier recensement demeure en très légère augmentation de sa population avec un coefficient de 0,5 % observé par rapport aux autres communes de l’Yonne.

Un chouia, certes, sur l’échelle de la démographie départementale, que compte bien exploiter tout de même dans sa stratégie politique un Paul-Antoine de CARVILLE confiant en l’avenir et aux futures réussites sénonaises…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil