L’intervenant d’envergure hexagonale avait déjà calé la date de la manifestation dans son agenda. Et ce, depuis le mois de juin dernier. Las, mais unanime, le Conseil d’administration de la Maison de l’Entreprise n’a pas eu d’autres choix que de procéder à l’annulation pure et simple de ce qui aurait donné le coup d’envoi de la nouvelle année économique : la traditionnelle cérémonie des vœux accueillant les industriels de l’Yonne…

AUXERRE : C’est une amère désillusion pour les fervents adeptes des retrouvailles corporatistes concoctées sous le sceau de la convivialité, des échanges constructifs et des relations publiques intelligentes.

Crise sanitaire oblige, la traditionnelle cérémonie des vœux aux décideurs économiques de la sphère industrielle de l’Yonne n’aura donc pas lieu en ce mois de janvier.

Comme malheureusement on pouvait le craindre à la simple lecture de tous les indicateurs officiels permettant de suivre l’évolution au jour le jour de la pandémie sur notre territoire.

Le Conseil d’administration de la Maison de l’Entreprise de l’Yonne a donc pris sa décision sans l’ombre d’un doute courant décembre. La mort dans l’âme, il est vrai.

Le singulier rendez-vous qui lance d’ordinaire la nouvelle année économique sur notre territoire permet, outre de se retrouver nombreux dans l’amphithéâtre de la place, de suivre une conférence, assortie d’un débat, avec l’une des sommités de l’univers économique, philosophique ou sociologique.

Les murs de l’édifice se souviendront encore longtemps des excellentes prestations de l’économiste Elie COHEN en janvier 2019. Ou dans un récent passé de l’ancien ministre et écrivain Luc FERRY ou des éditorialistes de la rédaction du « Figaro », Yves THREARD et de « l’Express », Christophe BARBIER.

Pourtant, de l’aveu de Claude VAUCOULOUX, esthète dans l’art d’animer la soirée, « l’intervention du futur orateur – dont l’identité ne sera pas dévoilée pour autant – était arrêtée depuis le mois de juin… ».

 

 

Pas de placebo numérique mais une nouveauté en préparation au printemps

 

Logique, en soi, puisqu’un tel évènement requiert une préparation minutieuse entamée douze mois auparavant afin d’en harmoniser les agendas et autres subtilités techniques.

L’opportunité de proposer un rendez-vous virtuel aura bien titillé quelques esprits aventureux, voulant en découdre coûte que coûte avec l’omniprésence du coronavirus empêcheur de tourner en rond.

Mais quid de l’environnement convivial si apprécié par les entrepreneurs qui fait la notoriété de cette animation depuis qu’elle est portée sur un piédestal ?

Le  délégué général de la Maison de l’Entreprise ne voulait pas de cela, un ersatz de seconde série où l’orateur n’aurait eu la possibilité de deviser avec le public dans une relation intellectuelle et chaleureuse.

L’idée a été balayée d’un revers de la main par Claude VAUCOULOUX qui a donc préféré, à l’instar du Conseil d’administration, faire l’impasse définitive sur ce rendez-vous 2021.

Sans doute pour mieux se concentrer sur la création d’un nouvel événement, prévu au printemps, à condition que le contexte sanitaire l’autorise enfin.

Ce serait une animation conçue dans l’ADN de la vénérable maison. Quelque chose à la hauteur des attentes des chefs d’entreprise en soif de retrouvailles, avec la référence intellectuelle en plus !

On croise les doigts en espérant que les hirondelles feront bien le printemps cette année !

 

Thierry BRET

 

 

L’urgence. Car nul ne peut plus ignorer les actes odieux dont sont victimes au quotidien les femmes au tréfonds de leur contexte familial. Les chiffres transmis par la délégation ad hoc du ministère de l’Intérieur sont accablants de véracité en ce qui concerne les violences conjugales. Des chiffres qui ont sans doute ému les responsables de l’assureur mutualiste régional déjà positionné sur bon nombre d’opérations citoyennes par le passé…

AUXERRE : Rien que sur l’exercice 2019, ce sont plus de 170 personnes (173 précisément) qui ont payé de leur vie les relations délétères et conflictuelles existantes au sein de leur couple.

Soit une hausse de 16 % par rapport à l’année précédente. Et ce n’est malheureusement pas les périodes successives de confinement, imputables au coronavirus, qui auront modifié les tendances de cette situation insoutenable pour la gent féminine.

Quand les dix présidents des caisses locales de l’assureur mutualiste icaunais ont eu à réfléchir sur le bien-fondé d’une aide salvatrice à apporter à celles qui subissaient les violences physiques et morales de leurs partenaires, ils se sont montrés unanimes dans leur choix.

Primo, l’idée de construire ensemble, avec le concours des services de l’Etat et des associations spécialisées dans la protection des droits aux femmes, une action solidaire et responsable est devenue très vite une évidence.

Dès janvier, ces clés de voûte de l’organigramme représentatif de GROUPAMA sur notre territoire seront réunies, en présentiel ou à distance selon l’état des lieux sanitaire du moment, afin de définir les grandes lignes de cette future collaboration citoyenne.

Parmi les priorités à débattre : la définition d’un budget sur l’année 2021 allouée à cette opération et ses différentes affectations. Un séminaire leur sera aussi proposé pour mieux appréhender les problématiques d’aides au relogement dont ces femmes expriment le besoin en cas de rupture avec leur turbulent conjoint.

 

Un acte de générosité sous la forme d’un chèque…

 

Secundo, il y a peu, l’exécutif de l’assureur mutualiste sur notre département (Pascal MAUPOIS, président de la Fédération des caisses locales de l’Yonne et Jacques BLANCHOT, directeur d’établissement) ont anticipé le futur de ces projets.

Faisant suite à des échanges constructifs avec le directeur de cabinet de la préfecture Tristan RIQUELME, ils ont procédé à un acte de générosité, sous la forme d’un don au profit des femmes victimes de ces violences conjugales.

Celles-ci, au nombre de vingt-trois, avaient été recommandées par deux organismes qui luttent contre ce fléau : l’ADAVIRS (Association d’aides aux victimes d’infractions et à la réinsertion sociale) et le CIDFF (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles de l’Yonne).

D’un montant de 1 500 euros, ce geste salvateur a été officialisé en présence de Juliette ROME, déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité. Il a pour vocation d’améliorer le quotidien de ces personnes précaires.

Dans un registre similaire, GROUPAMA Paris Val-de-Loire qui n’en est pas à son coup d’essai dans ses actions en faveur de la citoyenneté et de l’altruisme (marche annuelle sensibilisant au dépistage du cancer du sein, opérations menées dans le cadre de l’Egalité des chances entre les femmes et les hommes dont Jacques BLA NCHOT est précisément le représentant départemental pour l’Yonne) devrait intervenir également en milieu scolaire (primaire et lycée) dès janvier autour de la prévention égalitaire entre les deux sexes.   

    

Thierry BRET

 

Le conseiller départemental, vice-président de l’Agglomération de l’Auxerrois et maire-adjoint d’Auxerre s’est vu conforter lundi 21 décembre dans son poste hautement stratégique de président de la fédération départementale du Mouvement Démocrate de l’Yonne. Un résultat entériné par la fédération nationale qui est tout, sauf une surprise !

AUXERRE: Inamovible Pascal HENRIAT ! Le revoilà à l’aune de la nouvelle année 2021 adoubé par ses pairs, en l’occurrence le président de la fédération nationale du MoDem François BAYROU et son bureau exécutif, et propulser une fois encore dans le fauteuil de responsable numéro un de l’antenne départementale de l’Yonne !

Certes, les élections au sein de la formation centriste qui ont eu lieu à la mi-novembre sollicitaient les suffrages des adhérents de notre territoire. Ceux-ci avaient plébiscité tout en lui renouvelant leur confiance le président en chair, c’est-à-dire un Pascal HENRIAT ragaillardi par ses récents succès électoraux. Notamment après la victoire de la liste conduite par Crescent MARAULT où il figurait en très bonne position. Un succès auréolé quelques semaines plus tard d’un autre satisfecit au sein de la Communauté de l’Auxerrois où il fut désigné vice-président aux finances, budget et prospective financière. Une fonction éminemment stratégique dans cet organigramme qui avait les préférences de ce personnage public.

 

 

 

 

Ce lundi, l’élu de l’Yonne s’est donc vu reconduire dans ses fonctions de leader charismatique du MoDem 89 sans l’ombre d’une difficulté après la bénédiction officielle des instances nationales. Façon urbi et orbi !

Rappelons pour mémoire, que le mouvement centriste représente le troisième parti en nombre d’élus à l’Assemblée nationale avec plus de 63 députés.

Pour cette nouvelle mandature de trois ans, Pascal HENRIAT sera épaulé d’un bureau articulé de compétences politiques (la députée de l’Yonne Michèle CROUZET en qualité de première vice-présidente), institutionnelles (Hadrien MINIER en délégué départemental, il est conseiller municipal de Moulins-sur-Ouanne), économiques (le poste de trésorier est dévolu au secrétaire général de la Fédération départementale du bâtiment Christian DUCHET) et associatives, avec la présence significative de Marité CATHERIN en qualité de troisième vice-présidente, qui a toujours à cœur de porter hautes les couleurs des relations internationales et de la francophonie depuis Auxerre.

 

Le nouveau bureau départemental :

 

Président : Pascal HENRIAT (Maire-adjoint d’Auxerre, Vice-président com. Agglomération Auxerroise et Conseiller Départemental de l’Yonne).

                                              

Délégué Départemental : Hadrien MINIER

(Conseiller municipal de Moulins-sur-Ouanne).

                                                                               

1ere vice-présidente : Michèle CROUZET   

(Députée de l’Yonne et Conseillère Départementale de l’Yonne).

2ème vice-président : Hicham EL MEHDI      

(Maire-adjoint d’Auxerre, Conseiller Communautaire)

3ème vice- présidente : Marité CATHERIN   

(Présidente d’associations).

Trésorier : Christian DUCHET :                     

 (Directeur d’organisation professionnelle)

Délégué des jeunes Démocrates 89 : Laurent MURAWSKAF  

 (Infirmier libéral).

Secrétaire : Thibaut FONTAINE                     

 (Fonctionnaire, président d’association).

Secrétaire-adjoint : Laurent PONROY 

(Conseiller municipal d’Auxerre, président d’associations).

 

Thierry BRET

 

Engagé de la première heure pour soutenir le projet élyséen du candidat Emmanuel MACRON, le référent de La République en Marche dans l’Yonne a été reconduit à son poste pour un mandat supplémentaire de deux ans. Une période faste en échéances électorales avec l’organisation de quatre des scrutins essentiels qui régissent la vie politique de l’Hexagone…

AUXERRE: Chômage et farniente s’abstenir pour le référent icaunais de La République en Marche au cours de ces vingt-quatre prochains mois ! Le renouvellement de mandat de Patrice TAMPIED AZURZA sur une période de deux ans correspond à la tenue de quatre des élections fondamentales qui rythment la vie démocratique de notre pays.

Autant dire que l’historique premier référent du parti présidentiel désigné sur notre territoire devrait être passablement occupé dans les semaines et mois à venir, notamment en vue des futures départementales et régionales de 2021. Rappelons qu’en raison de la crise sanitaire actuelle et de son impact évident sur notre quotidien, ces deux échéances ont été décalées de mars à juin pour optimiser leur organisation.

D’ici là, le référent de l’Yonne aura eu tout le loisir de peaufiner la stratégie du parti présidentiel. En sa qualité de responsable du Conseil territorial LREM Yonne ainsi que du Comité politique.

 

 

 

 

Un binôme avec Jean-Baptiste LEMOYNE pour les départementales…

 

Aux côtés du Secrétaire d’Etat en charge du tourisme, Jean-Baptiste LEMOYNE (le conseiller départemental de l’Yonne a été nommé coordinateur de LREM sur son territoire de prédilection), Patrice TAMPIED AZURZA travaillera aux enjeux de ces départementales 2021.

Il en fera de même avec le député de la Côte d’Or voisine, Didier PARIS, nommé chef de file de LREM en Bourgogne Franche-Comté dans le cadre des Régionales.

La décision de renouveler sa confiance au référent icaunais a été prononcée le 14 décembre dernier lors de la tenue du bureau exécutif des Marcheurs. Conformément aux statuts, ce sera le dernier mandat pour l’actuel référent qui rendra son tablier après cinq ans d’investissement en octobre 2022.

Thierry BRET

 

Rejoindre la ville la plus septentrionale de l’Hexagone pour y disputer son ultime match de l’année ne représente pas un voyage d’agrément pour les Auxerrois. D’autant que chez le promu qui occupe une méritoire douzième place, les Bourguignons y sont attendus comme le Père Noël. Histoire de le « dépouiller » de ses cadeaux tant les contres agressifs de l’adversaire pourraient faire mal à la défense icaunaise…  

AUXERRE : Rasséréné par la brillante quatrième place de son équipe au classement général, même s’il soutient mordicus que ce n’est qu’à la toute dernière journée de championnat qu’il fera les comptes, Jean-Marc FURLAN sait que le match opposant les Auxerrois à l’Union Sportive du Littoral de Dunkerque ne sera vraiment pas une partie de plaisir mardi aux alentours de 20 heures.

D’une part, il y a en guise de préambule un long déplacement à la pointe nord de la France. Fort heureusement assuré par voie aérienne même si certains éléments de l’équipe bourguignonne ne sont guère folichons à l’idée d’emprunter les airs pour s’y rendre !

D’autre part, le comité d’accueil in situ risque d’être musclé sur le terrain. C’est en effet l’une des marques de fabrique de la formation nordiste, réputée pour la hardiesse de son jeu physique et ses contres redoutables. Ce n’est pas pour rien que l’un des promus de la saison occupe la douzième place avant le terme de la phase aller dans cette Ligue 2.

Toujours est-il que l’entraîneur de l’AJ Auxerre se méfie de cette rencontre à l’extérieur qui pourrait menacer la belle série actuelle. Soit neuf rencontres de rang sans défaite.

Craignant que ses protégés aient la possession du ballon tout en s’exposant à de redoutables contres aux conséquences funestes, le coach n’a pas la tête aux vacances ! Loin s’en faut : il invite ses ouailles à ne pas se relâcher.

Certes, sur le papier, quand le quatrième d’une compétition affronte le douzième du classement, la balance semble plutôt favorable au premier nommé. Qu’en sera-t-il exactement demain soir au sortir de cette confrontation qui en cas d’invincibilité auxerroise permettrait aux Bourguignons de clore la première moitié de l’épreuve sur le podium !

 

 

 

 

La recherche de la performance pour être les premiers…

 

Triturant machinalement la branche de sa paire de lunettes bleues, le coach de l’AJA affiche toutefois une certaine décontraction avant de débuter la conférence de presse d’avant match.

L’adversaire est certes coriace et athlétique, mais il ne retient du football que le plaisir du jeu. Sans trop se mettre la pression.

Il le reconnaît sans ambages, « le foot, c’est un sport épuisant sur le plan psychologique car l’attente des résultats s’effectue à un niveau environnemental… ». En filigrane, il faut aller plus loin. Toujours plus loin. Sans s’arrimer à un vertueux plan comptable qui ne correspond finalement pas à grand-chose dans la réalité.

Après dix-huit mois de présence dans son nouveau club de prédilection, Jean-Marc FURLAN s’enracine dans ce même discours. Celui de la recherche de la performance qu’il ne cesse de demander à ses joueurs.

Sa soif d’emmagasiner les victoires est insatiable. La bonne dynamique actuelle vient corroborer ses envies. Le succès est au rendez-vous grâce à un collectif qui progresse. A force de travail et d’évolution mentale pour être les premiers.

Dommage que le public ne puisse assister à ces rencontres d’un bon niveau à cause de la pandémie à l’Abbé Deschamps. C’est l’un de ses principaux regrets au terme de cette année si étrange pour l’univers sportif.

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil