Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Villevallier est l'une des « capitales » icaunaises du ski nautique, à la belle saison. Mais pas que. S'y dresse depuis de longues années, « Le Pavillon Bleu », un hôtel-restaurant désormais sans hôtel ! Dans les années 50, l'établissement fut même étoilé au Michelin. Le chef PRIAD et sa brigade y proposaient des escargots de Bourgogne, des andouillettes grillées et le poulet au chablis. Pour réserver : il fallait demander le « 72 » par Saint-Julien-du-Sault. En 1993, l'établissement ne possède plus d’étoile mais il y est toujours référencé avec sa vingtaine de chambres...


VILLEVALLIER : Oui, mais ça, c'était avant pour cet établissement connu et reconnu par la clientèle locale. Las. Bien décrépi, il ferma ses portes voici environ trois ans. Il ne doit sa réouverture récente qu'à un jeune couple entreprenant.

La façade est toujours un brin défraichie. Mais le panneau ouvert encourage à en pousser la porte ! La salle aux tons blancs et bleus - forcément ! - a retrouvé quelques salutaires couleurs.

 

 

D’impeccables œufs en meurette comme il se doit !

 

Au déjeuner, il existe une formule à 14,90 euros (plat et dessert) et ce midi-là, le bœuf bourguignon de la table voisine dégageait un joli fumet.

Je choisis alors la courte carte, désireux de commencer par les œufs en meurette. La sauce est « nappante », un rien acide comme il se doit, mais il manque quelques croûtons aillés, en lieu et place de simples rondelles de pain. Les œufs sont bons et impeccablement cuits.

 

 

Ah, ces frites croustillantes et moelleuses d’anthologie !

 

Le chef étant un ancien boucher local - du magasin « Intermarché » voisin je crois -, je choisis ensuite un plat classique de la cuisine française, désormais un rien has-been, le steak-frites !

Hélas ce jour-là, point d'estragon et pas de sauce béarnaise pourtant annoncée sur le  menu. La bavette arrive impeccablement saignante, avec une salade verte bien assaisonnée et des frites maison d'anthologie, taillées façon pommes pont-neuf. Elles sont croustillantes et moelleuses à souhait ; elles sont délicieuses et appréciées aussi, comme elles le méritent, par la table voisine.

« Associé communément aux frites, le bifteck leur transmet son lustre national. La frite est nostalgique et patriote comme le bifteck. La frite est le signe alimentaire de la francité (Roland BARTHES, « Mythologies », publié en 1957).

 

 

 

Nul besoin de crème chantilly sur une excellente mousse au chocolat faite maison !

 

En dessert, la mousse au chocolat – elle est faite maison – possède une belle texture, ne nécessitant pas de la surmonter d'un brin de crème chantilly industrielle, car elle se suffit largement à elle-même, étant très bonne.

« Le Pavillon Bleu » est l'unique commerce du village. Autour, pour se restaurer, il y a encore le « Four à Chaux » à Armeau mais qui va fermer bientôt cause de la retraite de son propriétaire. A Villecien, le dernier service de l'auberge villageoise remonte à .... ?

 

 

En 2023, la terrasse accueillera les convives…

 

Aussi, l'on ne peut qu'encourager nos néo-restaurateurs à perdurer à Villevallier. Quelques petits réglages sont inhérents à tout début dans la vie professionnelle, quoi de plus normal !

Vous qui passez par-là, via la D 606, sachez-la quitter avant l'impitoyable radar pour venir vous y attabler !

Pour la terrasse, il va cependant falloir attendre 2023 ! Alors, à bientôt au « Pavillon Bleu », le bien-nommé.

 

 


En savoir plus :

 

Les - : le menu/carte à 31,50 euros semblerait plus approprié à 28 euros.

Les + : le service est aimable et souriant. Bravo pour ces superbes frites, vraiment ! Elles font honneur à la jeune maison…

 

 

Contact :

 

Le Pavillon Bleu

31 Rue de la République

89330 VILLEVALLIER

Tel : 03.86.80.00.80.

Ouvert du mardi au dimanche midi ainsi que les vendredis et samedis en soirée.

 

Gauthier PAJONA


 

 

 

 

 

 

 

 

Président et grand maître de la Confrérie des Trois Ceps, Elie PARATRE est, avec cette autre figure emblématique de Saint-Bris-le-Vineux qu’était Michel ESCLAVY (vigneron et membre fondateur des Caves Bailly-Lapierre, aujourd’hui décédé), à l’origine de ce fameux concours dont la première édition s’est déroulée le 06 novembre 1990. Souvenirs…

 

COULANGES-LA-VINEUSE : L’audience en était alors confidentielle : « c’était l’époque où les vins ne se vendaient pas faute de clientèle comme à Chablis et l’idée a germé de faire un concours entre nous. S’est créée une petite commission de vignerons, où lors de fêtes de villages, de banquets, ils ont commencé à apporter leurs vins pour les déguster, les commenter et les noter de manière informelle… » .

Il fallut attendre 1996 pour obtenir du ministère de l’Economie, des Finances et de la Répression des Fraudes, la reconnaissance officielle du concours. Une homologation se traduisant par l’apposition sur les bouteilles médaillées, d’un macaron distinctif, directement inspiré de la représentation du vigneron en vendanges sculpté dans la pierre, découvert sur le site gallo-romain d’Escolives.

Cette année-là, lors de la trente-troisième fête des Vins, quarante-et-une caves étaient en compétition, pour 126 échantillons présentés, vingt-deux dégustateurs et trente médailles collectées.

 

 

Des jalousies et des polémiques du fait de certains beaux parleurs…

 

La vigne n’est pas un « long fleuve tranquille » et à l’époque, le concours faisait aussi des mécontents : « beaucoup de jalousies sont nées, car tout le monde ne recevait pas un prix ! ».

Autre sujet portant à polémique lorsque les organisateurs décidèrent d’en modifier les règles en instaurant le principe que sur une même table, aucun juré ne déguste le même échantillon : « avec Michel, on ne s’est pas fait que des amis ! A l’époque, certains beaux parleurs, loin d’être de bons dégustateurs, imposaient leur loi à d’autres, avec le risque de fausser les résultats… ».

Plume « officielle » de la tribune éditée par la Confrérie, Elie PARATRE y relate notamment chaque année les résultats du concours des Vins du Grand Auxerrois, usant d’un style mêlant sérieux et bonhomie, à l’image de la belle personne qu’il est depuis toujours.

 

Dominique BERNERD

 

Eclipsé de la scène viticole départementale depuis deux ans pour cause de pandémie, le concours des Vins du Grand Auxerrois faisait son grand retour samedi à Coulanges-la-Vineuse. Pas moins de 180 échantillons issus des trois derniers millésimes, représentatifs de tous les vins de l’Yonne à l’exception du chablis, ont été proposés à la sagacité des 42 jurés présents, avec au final 69 médailles décernées, dont 14 d’or et 22 d’argent.

COULANGES-LA-VINEUSE : Cette trentième édition a été fêtée de belle manière par les organisateurs qui, pour l’occasion, proposaient une dégustation verticale des trente derniers millésimes de certaines appellations.

« Quant aux médailles, elles sont attribuées à partir d’une moyenne supérieure à 13 sur 20. En cas de note sévère, il est demandé de justifier ce choix… ». Dernières recommandations d’usage de Magali BERNARD, co-présidente du concours avec Elodie CHALMEAU, à l’adresse des 42 jurés présents samedi matin en la salle des fêtes. Un jury qui, à l’exception de quelques représentants du vignoble chablisien, a pour particularité de ne compter dans ses rangs aucun vigneron des différentes appellations en lice. Ils sont sommeliers, journalistes, œnologues, restaurateurs, courtiers, professionnels ou amateurs avertis, venus d’horizons divers, de l’Yonne ou des départements voisins, voire de Paris, avec pour point commun la passion et l’amour du vin.

Le ballet cadencé des serveurs rythme les dégustations qui s’enchaînent. Rouge, blanc, rosé, qu’importe la couleur ! Le rituel est le même et la technique bien maîtrisée, usant des trois sens que sont la vue, l’odorat et le goût, pour un « voyage » aux multiples sensations.

 

 

Seule la moyenne des notes obtenues fait qu’un vin reçoive ou non une médaille…

 

Dans les verres inclinés, le vin se fait limpide ou intense, « pleurant » des larmes pour mieux en raconter l’histoire. Premier nez, deuxième nez…, les vins dansent au fond des verres, dévoilant leur palette aromatique, avant une dernière étape gustative. « Rouge, un verre et gagne ! ».

La note est élogieuse et ce coulanges en robe pourpre semble bien parti pour décrocher une médaille, sous réserve du jugement des deux autres jurés en charge eux aussi de cet échantillon.

L’autre particularité du concours étant que s’ils sont obligatoirement plusieurs à se déterminer sur un même échantillon, chacun est installé à une table séparée et seule la moyenne des notes obtenues fera qu’un vin reçoive ou non une médaille.

Une façon d’apporter « de l’honnêteté et une crédibilité maximale au concours en évitant le risque qu’une forte tête impose son avis aux autres… selon le vigneron de Saint-Bris Guilhem GOISOT.

 

 

Des vins d’un très haut niveau qualitatif particulièrement le millésime 2020…

 

L’épicurien gastronome et célèbre chroniqueur Gauthier PAJONA, qui officiait en qualité de juré, se félicita pour sa part de la nouvelle règle instaurée par les deux coprésidentes : « tous les gens qui notent sévèrement doivent désormais justifier leur avis et du coup, cela a calmé les velléités injustes de certains et ça fait du bien ! ».
Président de cette trentième édition, le journaliste Guillaume BAROIN ne boudait pas son plaisir à l’issue de la manifestation : « j’ai pu goûter des bourgognes coulanges et tonnerre blanc d’un très haut niveau qualitatif, particulièrement le millésime 2020 de très belle facture, avec notamment un vin coup de cœur que j’ai adoré. Bien heureux de cette belle dégustation… ».

Ce fin connaisseur des vins du Grand Auxerrois qui sillonne le département depuis une trentaine d’années, leur reconnaît une double vertu : « outre une progression de la qualité que ce soit sur le plan technique ou cultural, il est important de dire que ce sont des vins accessibles à tous les palais et à toutes les bourses, des appellations qui sont la base même de la pyramide des vins de Bourgogne et ça, c’est génial…».

Ite missa est ! (La messe est dite…).

 

Dominique BERNERD

 

 

 

Reconduit au Bureau national du RN à l’issue du XVIIIème Congrès, le député de l’Yonne Julien ODOUL a effectué une véritable « remontada » au sein de la hiérarchie du parti souverainiste. Occupant désormais une place de choix dans le « Top Cinq » du Conseil national ! Plus près encore du nouveau président, Jordan BARDELLA, qui à 27 ans, efface le nom d’un LE PEN - une première depuis 1972 - comme responsable de la première formation d’opposition en France…

 

PARIS : Au cœur du noyau stratégique du Rassemblement National, le Conseil national qui préside à la destinée du parti « bleu marine » s’apparente à un ersatz de « parlement ».

Officiellement, il y accueille des membres de droit – un trio de base composé de Jordan BARDELLA, nouveau président élu ce week-end avec près de 85 % des suffrages exprimés par les militants (84,84 %), de Louis ALIOT – son challenger battu – et de Marine LE PEN, qui lorgne déjà avec gourmandise sur une éventuelle candidature à la Présidentielle 2027 -, cent membres élus lors de ce XVIIIème Congrès hexagonal, et vingt membres qui sont cooptés par le président de l’instance suprême, soit des observatrices et des observateurs occupant un précieux strapontin, prêts à rejoindre le club très hermétique des Cent décideurs influents de cette formation politique.

Il y a quatre ans de cela, l’Icaunais Julien ODOUL, président du groupe RN au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, élu municipal de Sens, et depuis le printemps dernier député de la troisième circonscription de l’Yonne, se positionnait à la cent-vingtième place de ce classement. C’est-à-dire en bon dernier dans ce sérail où chacune des positions compte, on n’en doute pas !

Or, à l’issue de ce dix-huitième Congrès national, qui aura donc vu la passation de pouvoirs entérinée de manière officielle entre Marine LE PEN et le même pas trentenaire, Jordan BARDELLA – le nouveau président du RN n’est âgé que de 27 ans ! -, le député de l’Yonne Julien ODOUL a réalisé une véritable « remontada » à faire envier tous les joueurs du Paris-Saint-Germain après une déroute mémorable face à un grand club européen !

 

 

De la cent-vingtième à la cinquième place en l’espace de quatre ans…

 

De la cent-vingtième place occupée en 2018 dans cet organigramme décisionnel, il se situe désormais dans le « Top 5 » (à la cinquième place précisément) après s’être préalablement classé au 17ème rang des acteurs clés du parti souverainiste à l’issue du précédent congrès, accueilli dans le fief de Louis ALIOT, à Perpignan en 2021.

Une irrésistible progression pour l’élu de l’Yonne dont la voix était déjà très médiatisé depuis plusieurs mois parmi les coteries journalistiques parisiennes et qui se retrouve presque dans le dernier carré des personnes les plus influentes du Rassemblement National, aux côtés de Sébastien CHENU, David RACHLINE, Steeve BRIOIS, Edwige DIAZ ou encore Laurent JACOBELLI.

De l’avis des observateurs, c’est son « inlassable travail de terrain » qui a propulsé Julien ODOUL sur le devant de la scène, récompensé par le vote des adhérents en sa faveur, juste dans le sillage du nouveau chef file du RN.

Un Julien ODOUL qui, par ailleurs, a été reconduit par Jordan BARDELLA au sein du Bureau national du parti.

Première déclaration de l’intéressé : « il reste un peu plus de quatre ans pour transformer le Rassemblement National en une grande force populaire armée pour remporter l’élection présidentielle afin de rendre notre pays à son peuple… ».

Il va sans dire que les opposants du parti souverainiste – et ils se sont fait entendre en nombre cette semaine à l’Assemblée Nationale et à ses abords ! – possèdent une toute autre vision de l’avenir politique du pays et ne laisseront pas faire !

2027 est déjà dans la ligne de mire du RN, c’est une évidence…

 

Thierry BRET

 

 

 

Unanimité ! Le mot revient en boucle auprès des journalistes de la presse hexagonale spécialisée dans le domaine de l’automobile. Ces derniers, en effet, ont été séduits par les prouesses technologiques déclinées par le constructeur japonais avec son concept révolutionnaire, « e-POWER ». Celui-ci équipe dorénavant les nouvelles versions du X-Trail ou du Qashqai. Au point que la rédaction de l’emblématique « Auto Moto » vient de lui décerner le Prix de l’Innovation 2022…

 

PARIS : La presse est unanime et ne tarit pas d’éloges sur l’une des innovations technologiques significatives de cette année, se rapportant à l’évolution des véhicules électriques. Surtout quand cette avancée moderniste qui se veut dynamique et efficiente propose l’agrément d’une conduite 100 % électrique sans en avoir les contraintes de…recharge ! L’un des freins essentiels qui perturbent encore et pour longtemps les consommateurs français…

De quoi s’agit-il précisément ? D’une technologie exclusive, élaborée par le constructeur nippon, NISSAN, qui dit avoir envisagé les choses autrement en se lançant dans ce projet !

Une approche résolument pragmatique puisqu’elle offre l’opportunité aux modèles qui en sont pourvues (les nouvelles variantes du X-Trail ou du Qashqai à découvrir d’ores et déjà en concessions dont celles gérées dans l’Yonne par le groupe JEANNIN Automobiles) de pouvoir circuler sans que l’automobiliste ait justement besoin de recharger la batterie.

 

 

Un concept de motricité unique qui va plaire aux férus de technologie…

 

On l’aura compris, c’est un sérieux plus optimal pour les utilisateurs qui découvrent avec ces modèles une configuration unique de l’électrification automobile.

Dans le détail, cette motorisation baptisée « e-POWER » - jusque-là rien de trop original au niveau de la sémantique commerciale ! – se compose d’une batterie à haut rendement, d’un moteur essence turbo à taux de compression variable, d’un générateur, d’un onduleur et d’un moteur électrique. La parfaite panoplie pour les férus de mécanique et de technologie !

 

 

Là, où les choses deviennent passionnantes – et cela ne peut que justifier l’attribution de ce trophée de l’Innovation 2022 du magazine « Auto Moto » - c’est que la motorisation essence est employée uniquement à des fins de production de l’électricité tandis que les roues sont entraînées seulement par le moteur électrique.

Conséquence : le bloc essence peut ainsi toujours fonctionner dans sa plage de régimes optimale, garantissant in fine une efficacité supérieure en milieu urbain.

 

 

Un sérieux plus : ne plus se soucier de la recharge électrique !

 

Grâce à cette traction 100 % électrique, il n’y a pas de retard à l’accélération comme avec un moteur à combustion interne ou un hybride traditionnel. La sensation de conduite est particulièrement plaisante pour l’automobiliste.

Recevant la distinction il y a quelques jours à Paris, Richard TOUGERON, directeur général de NISSAN France, a salué « l’obtention de ce prix qui traduit l’esprit pionnier de la marque à travers cette technologie qui représente une étape importante dans la stratégie d’électrification de NISSAN ».

Avec cette technologie particulièrement séduisante – les conducteurs disposent d’une conduite 100 % électrique sans se préoccuper de la recharge ! -, NISSAN prouve qu’il existe désormais sur le marché un excellent compromis entre les motorisations électriques et thermiques en termes d’usage.

Un compromis abouti que les services communication et marketing de la marque ne devraient guère cesser d’encenser au fil de ces prochaines semaines dans l’Hexagone !

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil