Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

L'inauguration du barreau routier de la déviation sud de Sens, d'une longueur de 7,2 km, ou 7 200 mètres souvenir de l'arithmétique à l'ancienne, a eu lieu il y a peu. Il n'est pas si courant, en France, d'ouvrir de nouvelles routes, et peut-être pareil événement,  car c'en est un, aurait mérité un brin de couverture médiatique supplémentaire...

 

SENS : Attendue de longue date, cette route aurait germé dès la fin des années 60 dans la tête de Roger TREILLE, visionnaire maire de Paron, commune désormais délestée d'un flot quasi ininterrompu de camions. Aux hebdomadaires réunions de chantier, un jour, on en vit même un plan datant de 1976 !

Il était grand temps que les divers ouvrages d'art préalablement construits de façon isolée en pleine campagne, voient enfin passer du trafic, retrouvant ainsi leur vocation originelle.

Bravo au président Patrick GENDRAUD d'avoir concrètement relancé en 2018, ce projet ensommeillé ! Les chargés de mission départementaux, en charge du suivi du chantier, Ludovic NIEZ, puis Adrien JEAN, furent des plus efficaces, agissant avec pragmatisme quant à des aspects moins visibles mais indispensables : on pense notamment à l'écoulement de l'eau pluviale.

 

 

Félicitations aussi à David SCHAAP, ingénieur de l'entreprise EUROVIA, pour  son efficace coordination d'équipes, menées de main de maître par le sympathique Johann ! Un véritable chef de chantier de terrain.

On a aussi une pensée pour Louis, Didier et les autres de l'entreprise GOSSIAUX, qui édifièrent l'OA6, le terme d'ouvrage d'art étant ici aussi des plus adaptés !

Enfin, la tradition de fin de chantier fut respectée avec le fameux gigot-bitume, aussi rosé que goûteux. Plat surprenant s'il en est…

Le nord de l'Yonne a une légitime raison de se réjouir de cette nouveauté routière, sur laquelle la maréchaussée ne devrait pas tarder à trouver ses marques d'ailleurs !

Bonne route,  et à bientôt dans le Sénonais ou le Gâtinais !

 

Gauthier PAJONA

 

 

 

 

Le serpent de mer n’est plus. Disparu dans la mer des Sargasses des turpitudes et de l’oubli. Exit cette arlésienne qui aura occupé tant d’esprits chafouins et désolés de ne voir aboutir un jour ce projet imaginé il y a près de trois décennies. Un sujet mêlant période de doutes et d’espérance quant à sa réalisation finale. Juste avant Noël – un cadeau adressé du ciel par l’aura d’une Marie-Louise FORT bienveillante de là-haut qui y croyait dur comme fer -, ces sept kilomètres de bitume, inaugurés ce 14 décembre, vont transformer radicalement l’existence des Sénonais qui n’en pouvaient plus de subir le trafic incessant des poids lourds dans leur périphérie ouest…Le terme d’un projet ayant coûté 30 millions d’euros, synonyme de fierté pour ses auteurs.

 

COLLEMIERS : Priorité à la qualité de la vie. A l’amélioration des transports et à la circulation des automobilistes, aussi, en substance afin de rendre plus fluides et sécurisés les déplacements. Voilà un chantier à la limite des travaux d’Hercule, au vu de leur importance – ce qui n’est pas si commun sur notre territoire puisqu’il se sera échelonné sur près de trois ans - qui aura suscité tant de passions, de controverses, de palabres, de discussions, d’enthousiasme, d’espoir qui trouve enfin son épilogue. Rideau !

Comme ce bitume si brillant et immaculé se présentant face à nous, légèrement recouvert d’une fine couche de verglas qui attend d’être emprunté pour la première fois par un cortège motorisé. Et pas, par n’importe quel cortège, s’il vous plaît ! Celui constitué par le flot de vieilles mécaniques et guimbardes dont certaines sont toujours aussi rutilantes à l’estampille des « Vieilles Coquilles ». Un florilège de voitures d’antan « à la papa » qui nous remémore à l’esprit l’excellente chanson de Charles TRENET, « Nationale 7 ». L’odeur salvatrice des congés payés, des hordes de caravanes formant un si long sillon recouvrant la route et la présence des gendarmes, bienveillants mais tellement observateurs, aux abords des routes !

Tiens, en parlant de gendarme, on aura beau questionné amicalement le colonel Christophe PLOURIN, présent sur cet évènement, sur les positions stratégiques des futurs radars qui habilleront ce ruban supplémentaire de route ouvert à la circulation, nous n’en saurons pas davantage in fine sur l’implantation précise de ces fameux appareils flashant les contrevenants, avides de vitesse et de sensations !

 

 

Une patience enfin récompensée après tant d’années d’attente…

 

Il sera aussi question de joie et de bonheur en ce moment si mémorable. Patrick GENDRAUD, l’un des premiers interlocuteurs à prendre la parole, ne cachera pas sa satisfaction devant l’ouvrage accompli. La patience est une vertu qui se cultive, chacun le sait.

« Ce projet était tant attendu et le voilà enfin concrétisé… ». Le président du Conseil départemental de l’Yonne le rappellera avec philosophie à la tribune devant un auditoire d’élus et de représentants institutionnels des plus éclectiques : « un projet d’aménagement du territoire demande du temps, de la constance, de la rigueur dans les prises de décision ; celui-ci aura donc nécessité près de vingt-cinq ans de réflexions…».

Une broutille, en somme, à l’échelle du monde qui nous entoure. Puis de poursuivre sur ce même satisfécit : « votre patience est dignement récompensée aujourd’hui après une décennie d’attente ! ».

Dans les faits, cette déviation sud de l’agglomération sénonaise s’inscrit dans le cadre de la poursuite de l’aménagement ambitieux et harmonieux du territoire. Ouvrant ainsi une nouvelle voie favorable à l’essor de l’attractivité économique de ce secteur septentrional de l’Yonne, proche de l’Ile-de-France.

 « C’est également la voie vers la prospérité partagée, insista le patron de l’exécutif départemental. Nous répondons aux enjeux de fluidité du trafic routier sur le bassin du Sénonais tout en réduisant les nuisances subies par les riverains des communes traversées par ces axes routiers importants… ».

Pédagogue et transparent dans ses explicatifs, Patrick GENDRAUD ne manqua pas d’aborder le coût et le montage financier d’un tel projet. « Il a fallu s’entendre entre les différents acteurs liés à ce chantier, se répartir les rôles et travailler de concert y compris au niveau budgétaire, ajouta l’ancien maire de Chablis, il faut partager les frais dans la meilleure des manières… ».

 

 

 

 

Un budget de trente millions d’euros répartis entre quatre financeurs…

 

Une déviation, longue de 7,2 kilomètres avec en sus la construction de cinq ouvrages d’art (des ponts), ayant nécessité une grosse enveloppe de trente millions d’euros pour arriver à ce résultat.

Parmi les financeurs, citons le Conseil régional, le Département, la Communauté d’agglomération du Grand Sénonais et, naturellement l’Etat qui a injecté huit millions d’euros dans cet ambitieux ouvrage.

Un montage financier pertinent qui permettra à Patrick GENDRAUD de « saluer la qualité du partenariat qui unit toutes ces composantes ». Logique en somme dans la bouche du responsable de cet organe qu’est le Département, qualifié par ses soins, de « grand équipementier » de l’Yonne.

« Nous savons fédérer nos équipes et nos compétences au service des grandes réalisations d’utilité publique, affirmera-t-il, comme nous l’avons fait à Pont-sur-Yonne récemment avec l’inauguration de l’ouvrage d’art enjambant la rivière ou avec l’arrivée de la fibre optique partout sur le territoire d’ici la fin 2023… ».

Concluant par cette formule gratifiante envers ses services et collaborateurs, « quand le travail est bien fait, il faut le reconnaître et le faire savoir… ».

 

 

 

Une pensée émue à Marie-Louise FORT…

 

Puis, ému, avec une pointe de tristesse dans le timbre de la voix, le président du Conseil départemental eut une pensée affectueuse et légitime pour la regrettée édile de Sens et ancienne présidente du Grand Sénonais, Marie-Louise FORT. La grande absente de ces retrouvailles inaugurales festives.

« Elle nous manque, en ce jour de grande réalisation infrastructurelle dans le Sénonais, énonça Patrick GENDRAUD, tu as tant fait pour ce territoire, pour l’Yonne et ses habitants, ta place était parmi nous en ce jour et quelque part, tu es là… ».

Tonnerre d’applaudissements pour clore cette introduction oratoire avant que le vice-président de la Région en charge des transports, Michel NEUGNOT ne prenne la parole. Il fut précédé par le président du Grand Sénonais Marc BOTTIN. Le préfet de l’Yonne Pascal JAN devant apporter ses conclusions en vertu du protocole cérémonial. Une brève allocution prometteuse où il fut question du tant attendu projet de contournement sud de la ville d’Auxerre…Là-aussi, la patience est de mise !

On notera aussi les interventions de la conseillère départementale Delphine GREMY et de l’ancien ministre en charge du Tourisme et des PME, Jean-Baptiste LEMOYNE pour qui ce projet est un investissement utile au développement du territoire.

Avec un flux estimé à plus de trois cents poids lourds au quotidien – une fourchette prévisionnelle englobant les activités industrielles de ce secteur compris entre Gron et Subligny table sur une fréquence de 500 à 600 véhicules à moyen terme -, les riverains des quatre communes concernées (on peut rajouter Collemiers et Paron) éprouvaient de plus en plus de difficultés à supporter ce trafic incessant, occasionnant risques sécuritaires et nuisances diverses.

Gageons que l’apport de la déviation sud devrait leur redonner le sourire. Sinon, la tranquillité !

 

Thierry BRET

 

 

 

Ils se sont bien prêtés au jeu. Par petits groupes – des cellules de quatre à cinq élèves plutôt attentifs, celles et ceux des classes de seconde, première et terminale de l’option STMG accueillies au lycée JANOT de Sens -, les jeunes gens sont devenus le temps d’une matinée des apprentis « entrepreneurs ». L’occasion leur en a été donnée par l’Education nationale, en partenariat avec l’Ordre des Experts Comptables et la Compagnie des Commissaires aux Comptes de la région…

 

SENS : Ce n’est pas dans la peau de John MALKOVITCH (titre du fameux opus cinématographique éponyme à succès) auquel les lycéens des classes option management et gestion du complexe scolaire JANOT/CURIE ont dû se référer pour aborder ce neuvième « Business Challenge », concocté par l’académie de Dijon. Mais, bel et bien dans la posture de chefs d’entreprise, travaillant de manière collégiale – façon directoire – pour s’immerger dans le milieu des affaires, des investissements et de la rentabilité promis à tout entrepreneur digne de ce nom !

A l’initiative de l’Education nationale, soutenue par l’Ordre régional des Experts Comptables de Bourgogne Franche-Comté et la Compagnie des Commissaires aux comptes de la même contrée, cette édition a pu se dérouler lors de sa première phase de jeu dans le plus important complexe scolaire implanté dans l’Yonne. A l’instar d’autres établissements répartis dans les huit départements de la région. Au total, plus de 1 650 élèves étaient préalablement inscrits pour prendre part à ces joutes, opposant ces équipes de lycéens entre elle afin de devenir la meilleure des entreprises en version virtuelle.

 

 

Découvrir toutes les ficelles pour devenir entrepreneur…

 

Rappelons les objectifs de ce jeu à pure vocation pédagogique : ils nous sont rappelés par la responsable du pôle communication de la Chambre professionnelle des experts comptables et des commissaires aux comptes de l’Yonne, Sophie PANIER.

« Ce challenge prend appui sur un jeu d’entreprise qui permet de découvrir et d’utiliser concrètement des savoirs liés à l’entreprise de façon ludique et interactive. Ce jeu fonctionne avec un logiciel modélisant une situation fictive dans laquelle des entreprises pilotées par des élèves s’affrontent dans un contexte concurrentiel. Chaque entreprise doit réaliser des choix managériaux les plus judicieux pour conduire son entreprise vers le succès concurrentiel et le succès de rentabilité… ».

Ambre COSSUTTA, du cabinet ETC Sens, intervenait lors de ce challenge pour aider les jeunes gens à gérer leur entreprise virtuelle tout en leur donnant des informations utiles sur l’ordre des experts comptables.

Entre théorie et pratique, les lycéens obtinrent ces renseignements sur la gestion, sur les masses salariales, les notions de chiffre d’affaires ainsi que la concurrence. Une mise en pratique presque réaliste de la vie entrepreneuriale. Beaucoup de questions furent posées pour mettre en place les bonnes stratégies dans la cohérence en matière de profitabilité.

Les lauréats de cette phase qualificative départementale auront l’opportunité de passer un cap supérieur en affrontant d’ici peu les meilleures équipes régionales lors d’un nouveau round sans doute très créatif et stimulant !

Ce que devait confirmer Cécile NOIROT, professeur d’économie et de gestion au lycée JANOT qui avait engagé une classe de première à ce challenge spécifique.

Dix-sept équipes étaient engagées sur la ligne de départ de cette étape icaunaise, sorte de grande étude de cas au service de l’entreprise. Pouvant susciter, peut-être des vocations…

 

Thierry BRET

 

 

 

C’est presque de la science-fiction. Celle qui nous immerge vraiment au cœur du XXIème siècle ! Oui, mais sous le prisme de l’univers industriel et de ses applicatifs qui utilisent à bon escient la technologie de haute facture dans le cadre de ses programmes. Patron de la société NEED ROBOTICS, l’excellent Ned CEKIC – un précurseur à la tête bien remplie dans le domaine de la robotique industrielle ancré sur le territoire de l’Yonne – a eu la géniale idée d’accueillir il y a peu le « FANUC CRX Tour ». Une découverte exceptionnelle des opportunités offertes par les robots collaboratifs !

 

SENS : Ils se définissent par leurs concepteurs comme une clé de compétitivité hors norme, les robots collaboratifs. En pleine croissance en termes de potentialités, leur développement suscite désormais moult intérêts du côté des industriels qui n’hésitent plus à succomber aux charmes de ces « sirènes » des temps modernes afin d’en équiper leurs unités de production ! Productivité, sécurité et fiabilité garanties !

Plusieurs chefs d’entreprise de l’Yonne, mais aussi des départements limitrophes, ont eu l’heureuse surprise d’en découvrir le moindre détail fonctionnel lors de la réception du « FANUC CRX Tour » dans l’ex-capitale des Sénons.

Une sorte de vitrine démonstrative bien ficelée par les créateurs de ces inventives machines, accueillie chez l’un des brillants entrepreneurs de sa génération dans le landerneau icaunais, Ned CEKIC.

Un as des as en la matière, passionné de cobotique, de robots industriels, qui a porté sur les fonts baptismaux de la création en janvier 2020, la structure professionnelle au patronyme totalement décalé dans notre 

département rural : « NEED ROBOTICS » !

 

 

Des usages multiples dans les entreprises en toute sécurité…

 

Lors de cette journée résolument technique, réservée tout de même à un public averti (!), les experts de FANUC et de NEED ROBOTICS ont pu tout à loisir partager leurs expériences et disserter en examinant de plus près les appareils technologiques les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour une intégration optimale de cette gamme de nouveautés, sorties sur le marché en 2020.

Introduite pour la première fois en France, lors du Salon des fournisseurs de l’industrie agro-alimentaire de Rennes en 2020, cette nouvelle génération de robots collaboratifs est déjà connue dans le monde entier. Ses premiers prototypes avaient été en effet dévoilés lors du Salon international de la robotique de Tokyo en décembre 2019, avant d’être ensuite dispatchés parmi les différentes filiales européennes du groupe japonais qui en assure la fabrication.

Découvrir quelques spécimens de ces robots au profil étonnant qui se déclinent en diverses variantes offrant des charges utiles différentes à Sens méritait amplement le détour, plongeant ainsi les visiteurs béotiens ou adeptes de leurs usages dans l’univers de l’industrie du futur où l’intelligence artificielle joue donc les premiers rôles !

Précisons que ces robots collaboratifs portent très bien leur nom ! Ils peuvent être employés en toute sécurité par l’humain dans le cadre de tâches multiples, notamment le chargement et déchargement de machines, le secteur de l’emballage, la palettisation, le ponçage, le soudage, etc. Elle n’est pas belle la vie ?!

 

Thierry BRET

 

 

L’évènement est ouvert à tous. A celles et à ceux qui ont l’âme pétri d’une indéfectible envie d’entreprendre, il va de soi ! Le cadre, tout d’abord, est prestigieux : la très belle demeure – un magnifique château - construite au XVIIème siècle par une comtesse favorite de l’un des espions de Louis XV ! Le rendez-vous, ensuite, offrira l’opportunité au club d’affaires de Chablis – l’un des trois DYNABUY de l’Yonne – de mieux se faire connaître aux entrepreneurs du cru en proposant moult animations et conférences…

 

PERCEY : Y verra-t-on planer au détour des salles obscures la silhouette fantomatique du mystérieux Chevalier d’Eon, ambigu personnage ayant sévi dans la contrée à l’époque de Louis XV ? Y parlera-t-on d’espionnage puisque cet élégant édifice fut jadis la propriété d’une comtesse qui était régulièrement visitée par cet encombrant ami ? Peut-être !

Quoi qu’il en soit, l’actualité relationnelle et économique de la semaine vivra un moment intense avec cet anniversaire peu commun, célébré par l’une des trois entités structurelles de DYNABUY dans l’Yonne, celle du Chablisien et de ses adhérents devant souffler la première bougie de leur existence ce jeudi 08 décembre en début de soirée.

 

DYNABUY, un réseau d’affaires qui progresse dans l’Yonne…

 

Un club d’affaires, de plus en plus implanté dans le landerneau, qui tisse progressivement son maillage professionnel avec les objectifs de faire connaître ses activités – ce sera le cas immanquablement ce 08 décembre puisque plus d’une centaine d’invités sont attendus au château sis entre Saint-Florentin et Tonnerre -, de pratiquer des échanges constructifs permettant d’offrir de nouvelles opportunités de business, de capitaliser sur le retour d’expérience de ses membres et d’être recommandé par ses adhérents afin de faire fructifier le chiffre d’affaires.

Bref : du pur réseau dans toute sa logique opérationnelle qui s’établit déjà et de belle manière dans les deux autres clubs que compte l’enseigne DYNABUY à Auxerre et à Sens.

Ajoutez-y à cela un zeste de convivialité, une once de bienveillance en saupoudrant le tout d’un sentiment d’amitié, et vous disposez là d’un cocktail réjouissant à déguster sans modération pour les jeunes (et les moins jeunes) entrepreneurs et cadres qui veulent aller de l’avant !

 

 

 

Le patron de SIMON et CIE comme conférencier d’un soir…

 

Jeudi en début de soirée, outre la présentation du réseau dans les moindres détails par l’incontournable Patrick CENDRE qui en est la pierre angulaire dans notre département, les membres des trois clubs et leurs invités auront le plaisir d’écouter Christophe BERTRAND, dirigeant de la très belle société « SIMON ET CIE » localisée à Avallon – elle a repris en 2021 la structure « OLMIPLAST » et ne compte plus les distinctions honorifiques hexagonales pour saluer ses initiatives – lors d’une conférence consacrée à l’un des sujets inéluctables qui est dans l’air du temps parmi les préoccupations managériales : « la transition écologique d’une entreprise via la RSE ».

On notera aussi, si leurs agendas respectifs le permettent, la présence du président de la Communauté de communes Serein et Armance, Yves DELOT – l’édile de Saint-Florentin fut longtemps le PDG de la société CONIMAST et connaît très bien la sphère des décideurs économiques – ainsi que le maire de la commune de Percey, Daniel BOUCHERON.

En sus, l’organisation de cet évènement titille les papilles des convives en promettant surprises et animations, proposées tout au long d’une soirée qui favorisera les relations à l’autre afin d’offrir la possibilité à DYNABUY d’être en pleine lumière dans ce cadre patrimonial très esthétique qui brille d’ordinaire de mille feux grâce à Nathalie et à Fernando, ses nouveaux propriétaires…

 

En savoir plus :

 

Soirée anniversaire du club d’affaires DYNABUY Chablisien

Le jeudi 08 décembre 2022

Au Château de Percey à partir de 19 heures.

Informations et réservations obligatoires sur la référence Facebook du club.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil