Ce site patrimonial d’exception situé à quelques kilomètres de Pouilly-en-Auxois a été choisi par la présidente de l’exécutif régional pour y lancer officiellement la saison touristique. Tout un symbole pour montrer que la vie culturelle reprenait enfin ses droits après une trop longue période de mise entre parenthèses…

DIJON (Côte d’Or) : Mercredi en début de matinée, la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite DUFAY effectue un déplacement dans l’un des édifices les plus somptueux de Côte d’Or : le château de Châteauneuf.

Cette ancienne forteresse moyenâgeuse possède des vestiges originels qui datent du XIIème siècle.

L’élue profitera de ce court voyage dans l’Auxois depuis Dijon pour y dévoiler le principe vertueux du « Pass Découverte ». Un passeport spécifique qui est décliné par Bourgogne Franche-Comté Tourisme.

Ce document facilite en effet l’accession de ses possesseurs à différents sites touristiques. Il propose des balades et des visites, sans omettre l’un des aspects les plus attrayants qui en justifie son existence : des séances de dégustation de produits locaux.

Outre la visite de ce haut-lieu du tourisme régional, Marie-Guite DUFAY s’entretiendra avec les journalistes dans la salle des gardes de la fortification. Une belle occasion de donner le coup d’envoi d’un jeu qui permettra aux habitants de notre territoire de gagner l’un des deux mille passeports touristiques et culturels qui leur est réservé dans un objectif promotionnel.

 

Du 04 juillet au 29 août, plusieurs rues névralgiques de la ville feront place nette pour accueillir le maximum de piétons tous les samedis soirs entre 19h30 et minuit. L’opération vise à booster l’activité des bars et restaurants qui en ont grandement besoin après trois mois de fermeture. Portée par la municipalité, l’initiative a été conçue à la demande des collectifs de commerçants…

AUXERRE : Propriétaire de « La Péniche », l’ancienne gérante du cinéma Casino Maryse LABBE le confirme sans ambages. Ce qui a été réalisé sur les quais de l’Yonne au cours de ces cinq derniers étés est une réussite. Rendre la possibilité aux piétons d’arpenter en toute nonchalance cette agréable promenade au bord de la rivière intègre désormais les habitudes des Auxerrois.

Personne ne s’en plaindra. A commencer par les propriétaires des bars et restaurants qui implantés sur ce périmètre ont vu la fréquentation de leurs établissements progresser.

Ni même les riverains, trop heureux de bénéficier de l’aubaine leur permettant de se mouvoir autrement dans leur quartier de prédilection dans une ambiance plus festive.

Alors quand l’adjoint en charge du commerce, Jean-Philippe BAILLY a dévoilé les diverses facettes du nouveau dispositif « Les Samedis de l’été » qu’il présentait lors d’une conférence de presse lundi soir en mairie, tous avaient en mémoire cette expérience concluante vécue sur les quais de l’Yonne.

 

 

Pourquoi ne pas l’étendre à d’autres endroits de la ville afin de favoriser le libre accès des chalands en période nocturne ?

Contactés en début de mois, les collectifs de commerçants représentés lundi soir par trois de leurs représentants se sont montrés ravis de la démarche municipale.

Les quatre zones concernées par ce concept qui débutera le samedi 04 juillet englobent en effet une cinquantaine de bars et restaurants. L’avis des professionnels est très favorable à ce projet qui a pour objectif d’accroître la fréquentation des commerces. Une idée, synonyme de bon sens de l’avis des présents…

 

 

Une présence de la signalétique importante pour s’y retrouver…

 

Même si le plan de circulation s’en trouve quelque peu impacté, les places de stationnement ne seront pas supprimées pour autant. Ou si peu. Les 3 300 aires de parking accueilleront tous les noctambules désireux de poursuivre leur promenade en marchant.     

« Les commerces doivent repartir du bon pied avec cette initiative, ajoute Jean-Philippe BAILLY qui est confiant devant la nature de cette opération.

Même son de cloche de la part de Bernard CHEVRIER, très impliqué dans les projets liés aux activités commerçantes de la ville, qui fut autrefois la cheville ouvrière de l’hôtel Mercure.

Evidemment, pour s’y retrouver sur ce nouveau dispositif, le service de communication éditera des plans abondamment relayés auprès des Auxerrois.

Quant à la signalétique autour de ces quatre zones choisies (les Quais de l’Yonne, la place Saint-Amâtre, l’axe Rue de Paris, Rue d’Egleny et Rue du Temple, et le quartier de la rue Paul-Bert et de la rue Joubert), elle sera d’une aide très précieuse pour se guider avec aisance. Et ce bien avant le 04 juillet.

Si le concept apporte toute satisfaction, il est déjà prévu de le réitérer en 2021. Une information qu’il sera de bon ton de confirmer après la date butoir du 28 juin : celle du second tour des municipales !

 

 

 

Elle est dans les tuyaux applicatifs depuis la mi-juin la vaste campagne de communication déclinée par SNCF Voyageurs. Vingt mille bons plans TER, certains à partir de deux euros, dont peuvent bénéficier celles et ceux qui souhaitent voyager à moindre coût en profitant de ce moyen de locomotion. La destination France peut donc se découvrir autrement, cet été. Il suffit de se renseigner et d’y souscrire …

DIJON (Côte d’Or) : Opter pour un mode de transport peu onéreux et facile d’utilisation cet été ? L’idée est plutôt séduisante ! Et c’est peut-être la panacée que proposent SNCF Voyageurs et la Région Bourgogne Franche-Comté avec la promotion faite autour de l’usage du train. A grand renfort de messages digitaux et de présence remarquée sur les réseaux sociaux !

Ce mois-ci se développe via des contenus spécifiques une importante campagne de communication mettant en exergue « TER de France ». Un label national, utilisable par toutes les régions qui peuvent librement le décliner avec leurs marques régionales respectives en matière de tourisme et de mobilité.

Naturellement, la Bourgogne Franche-Comté s’adosse à cette stratégie. Celle de rendre le TER encore plus accessible qu’il n’est.

Toute l’année, la Région propose des tarifs attractifs avec MOBIGO pour voyager sur son territoire. Ainsi, les utilisateurs de ces trains peuvent bénéficier de 60 % de réduction sur leur billet durant les week-ends et vacances scolaires de la zone A grâce à la carte à tarif réduit pour les utilisateurs de 26 ans et plus. Une carte qui est valable un an au prix de vingt euros sur le réseau TER régional.

Sachant que le détenteur de la carte peut faire bénéficier un accompagnant de ces mêmes tarifs. Quant aux enfants de moins de douze ans, le trajet ne coûte que deux euros quelle que soit la distance parcourue !

 

Extension de l’abonnement annuel TER à toute la France cet été !

 

Mais, comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, la Région Bourgogne Franche-Comté a décidé de placer le curseur encore plus loin en cette période estivale. Elle offre l’extension géographique de ses abonnements annuels TER à toutes les lignes équivalentes de l’Hexagone.

Ainsi, durant les mois de juillet et d’août, un utilisateur de cet abonnement annuel pourra se rendre vers n’importe quelle destination en France avec le réseau TER sans réservation. Une manière tangible de récompenser la fidélité des 4 250 voyageurs qui effectuent en règle générale des trajets entre le domicile et le travail.

 

 

Le « Pass Jeune TER de France » : l’heureuse initiative…

 

Commercialisé par la Région pour la somme de 29 euros par mois, en juillet et d’août, ce dispositif est utilisable dans toute la France. Il permet aux jeunes âgés de 12 à 25 ans inclus de se déplacer sur l’ensemble du réseau national des TER. Une offre qui est également déclinée vers les abonnés de TGV Max, leur permettant d’avoir accès aux TGV, trains « Intercités » et TER circulant dans tout le pays.

L’objectif de ce concept aux aspects sympathiques est d’encourager la mobilité de la jeune génération qui représente 40 % des clients habituels des TER. Alors autant en profiter sans modération !

 

Faisant naître des frissons d’impatience chez les férus de nature, La Pyramide du Loup rouvre ses portes. Un retour au premier plan qui coïncide avec plusieurs nouveautés. Jusque-là réservées aux groupes scolaires, les animations et certains ateliers pédagogiques accueilleront désormais les familles. Dans un souci de partage entre générations. Une expérience à vivre durant la période estivale : sur simple réservation…

TOUCY : « Sur les Traces du Loup », structure associative ayant à sa charge, entre autres, la gestion du site de loisirs de Puisaye, n’aura pas chômé durant la période de confinement.

Ses membres ont préparé méthodiquement la réouverture de ce complexe dédié à la nature et aux animaux en y apportant quelques innovations. Priorité est donnée aux familles grâce à des animations qui devraient ravir petits et grands.  

Cet été, les promeneurs ont la faculté de découvrir l’écosystème de la mare. Il y est question de sensibilisation à la faune et flore sauvages, en observant les différentes espèces animales et végétales. L’idée est de repérer les diverses espèces dans leur milieu naturel. En déterminant, par exemple, par le sens du toucher la particularité de chaque élément minéral ou animal.

Les chauves-souris, sources de moult fantasmes de la littérature sont à découvrir. De manière didactique en étudiant leur cycle de vie et leur alimentation. Mais, aussi de manière ludique en pratiquant le jeu de l’écholocation.

Parmi les items à vivre en famille, signalons celui se rapportant aux oiseaux et à leur chant. Les visiteurs auront l’opportunité de repérer leur lieu d’habitat et de connaître leur alimentation.

 

 

Une enquête pour découvrir l’identité de la bête rousse…

 

Enfin, une enquête attend les plus courageux des participants. A vivre dans la forêt ! Une bête rousse terrorise les habitants de la région mais la question qui se pose est justement de la découvrir avant qu’elle ne commette des méfaits. Une promenade à travers les bois en compagnie de la sorcière de la Pyramide et de P’tit Louveteau, la mascotte locale !

En parallèle, sont à recommander la visite du musée qui retrace l’histoire de la présence du mammifère qui cessera de fréquenter la région à la fin du XIXème siècle, la projection d’un documentaire sur la réimplantation de l’espèce dans l’Hexagone et la découverte de deux chiens loups de Saarloos.

Le groupe lecture (« Apprendre et lire »), présent les mercredis après-midi, accueille enfants et parents dans l’espace bibliothèque du musée. On peut y consulter également de nombreux ouvrages sur les loups et les animaux de la forêt.

 

En savoir plus :

Les ateliers se déroulent les mercredis et samedis de juillet et d’août à 10h30 pour les enfants âgés de 3 à 6 ans et à 14h30 pour les plus de 7 ans. Durée totale d’1h15.

On peut également se restaurer sur place et les pique-niques sont les bienvenues.

Les dispositions sanitaires sont présentées avec une vidéo ludique réalisée par la présidente de l’association, Cécile DELMOTTE, et les stagiaires, https://www.youtube.com/watch?v=6uv2XbzKRBw&feature=youtu.be

Ouverture du site du mercredi au dimanche et jours fériés de 10h à 18h ; tous les jours à compter du 07 juillet. Site : https://www.lapyramideduloup.com/

Maryline GANDON

 

L’enjeu est de taille. Judicieux au sortir de la crise sanitaire qui nous a frappées. La valorisation des circuits courts représente l’une des pistes utiles pour aider les agriculteurs à s’extraire de l’ornière dans laquelle ils sont embourbés. Du fait du climat délétère persistant où la consommation en a pris un sérieux coup via ces différents modes de distribution. En créant une plateforme spécifique aux produits locaux, la Chambre d’agriculture redonne de l’impulsion et des espoirs à toute une filière…

AUXERRE: L’outil figurait dans les tuyaux depuis fort longtemps. Attentive à ce qui se passait sur d’autres territoires de notre contrée (Saône-et-Loire, Côte d’Or…), la chambre consulaire de l’Yonne ne pouvait manquer de s’adosser tôt ou tard à l’initiative.

Toutefois, la crise sanitaire aux contours si dramatiques est passée par là. Bousculant tout sur son passage et déstabilisant en profondeur les habitudes consuméristes de nos concitoyens. Elle aura eu la vertu d’accélérer le processus.

Car, la fermeture en cascade des marchés aura mis en lumière la véritable souffrance des petits producteurs locaux. De celles et ceux qui pratiquent le maraîchage avec amour et passion pour nourrir autrui à l’aide de fruits et de légumes à la fraîcheur avérée.

« Il fallait une réponse claire, pragmatique et immédiate à apporter aux consommateurs, explique Arnaud DELESTRE, le président de la Chambre départementale d’agriculture. La seule solution était de leur offrir des repères informatifs fiables leur permettant de s’approvisionner localement en découvrant les producteurs du cru… ».

Promouvoir la vente directe fut donc la genèse de cette réflexion qui donna naissance à la plateforme, « J’veux du local 89 ». L’expérience existait ailleurs, notamment en Saône-et-Loire, précurseur d’un concept qui a fait des émules dans trente-trois départements de l’Hexagone.

Il y a un an, avec le concours du Conseil départemental, l’organe consulaire du territoire le plus méridional de Bourgogne portait sur les fonts baptismaux ce support numérique. Gratuit et éclectique dans ses choix de présentation, il s’est mis progressivement en place dans le reste de la région. La Nièvre et le Jura devraient l’adopter d’ici peu.

 

 

Une charte d’engagement en guise de sérieux et de traçabilité…

 

Se calquant sur ce modèle, la Chambre départementale d’agriculture a fait de même pour l’Yonne. Développant un concept, inauguré il y a quelques semaines, qui ravit depuis l’ensemble de ses utilisateurs.

« On a créé des liens avec les autres partenaires institutionnels, explique Arnaud DELESTRE, la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat étaient en effet très intéressées par son usage… ».

Outre le référencement des producteurs locaux en fruits et légumes, d’autres corporations à l’instar des restaurateurs, traiteurs, bouchers, charcutiers, boulangers, meuniers, etc. seront répertoriées dans les semaines à venir.

Classées par catégories, les informations accessibles sur portables et tablettes offrent aujourd’hui une cartographie détaillée de l’ensemble de ces préconisations judicieuses, en y ajoutant les horaires d’ouverture, les lieux et coordonnées exacts, les liens sur Internet.

Côté objectivité, une charte d’engagement lie les professionnels inscrits au référent informatif. Elle garantit la qualité intrinsèque de la démarche et des produits authentifiés comme tels, étant issus des circuits courts.

On le sait 260 agriculteurs se sont déjà positionnés dans l’Yonne sur le principe de la vente directe. Un chiffre qu’il est bon d’augmenter si on y inclut les viticulteurs eux-aussi concernés par la démarche promotionnelle de la Chambre consulaire et de ses partenaires.

Quant au budget, il s’est élevé à 7 000 euros pour réaliser ce support soutenu financièrement par le Département. Une somme qui ne fut pas rédhibitoire à sa conception.

 

Page 1 sur 51

Articles

Bannière droite accueil