Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Dix kilomètres de balade entre les sites éoliens de Forterre et de MIGE devraient normalement suffire pour que les participants de cette randonnée un peu particulière découvrent, commentaires à l’appui, les arcanes de la transition énergétique telle qu’elle est vécue dans la Communauté de communes de Puisaye Forterre. Gratuite, cette manifestation a pour objectif de faire toute la lumière sur les projets énergétiques participatifs et citoyens…

TOUCY : Joindre l’utile à l’agréable. Un adage qui fait florès dès qu’il s’agit d’expliquer les grands enjeux de société qui se présentent à nous. Dans le cadre de son programme d’animation « TEPOS », la Communauté de communes de Puisaye Forterre organise ce samedi 04 août une randonnée pédestre, un peu spéciale certes, autour d’une thématique qui sera consacrée aux énergies.

Non pas celles produites lors d’un exercice physique en marchant mais bel et bien celles qui nous entourent à travers la campagne et qui prennent la forme de ces champs éoliens aux capacités de production de plus en plus puissantes en mégawatts.

Alliant convivialité et recherche de renseignements instructifs, cette randonnée devrait titiller les esprits des plus curieux, petits et grands. C’est-à-dire celles et ceux qui désirent en savoir davantage sur les vertus positives de la transition énergétique favorable à la sauvegarde de l’environnement et à la protection de l’humanité et des espèces vivantes.

Des explications précises avec les experts de l’association Le VARNE…

Ce sont les représentants de l’association « Le VARNE », experts en la matière, qui assureront les séquences animations de ce périple insolite et des plus sympathiques d’un site éolien à l’autre.

Plusieurs étapes ponctueront ce parcours initiatique à travers les champs. Il y sera question de biodiversité, de ressource en eau (sujet ô combien d’importance en cette période de canicule et de forte sécheresse) mais aussi de profiter de la vision de ces paysages bucoliques et d’évoquer, sans aucun doute, la faune et la flore.

Le point de ralliement de cette épopée dans la nature, terme de ce cheminement judicieux, sera la salle des fêtes de Migé, où aux alentours de 17 heures, un verre de l’amitié réunira l’ensemble des participants qui le désirent. Ils profiteront encore d’un échange, sans doute nourri de nombreux arguments et avis, sur « les projets d’énergies renouvelables participatifs et citoyens ».

Côté logistique, la Communauté de communes de Puisaye Forterre fera bien les choses : elle prévoit la mise à disposition d’un mini bus pour réacheminer les conducteurs automobiles et motorisés à leur point de départ.

La randonnée spéciale énergie en pratique : rendez-vous à 14 heures sur le site éolien de Forterre (1,5 km après Usselot en direction de Merry-Sec sur la D85). Participation gratuite. Prévoir de quoi s’hydrater. Renseignements à la Communauté de communes au 03.86.74.19.50. E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Après « I-Télé » (devenu depuis « C News ») et France Info, c’est au tour de la chaîne « BFM TV » de s’intéresser de très près à l’actualité de la jeune start-up icaunaise dont le siège social est localisé à Toucy. C’est sur son canal d’information de pure économie, « BFM Business » que le média audiovisuel national a diffusé ce lundi 23 juillet à 19h30 un reportage d’environ cinq minutes consacré au concept inventif de ce nouvel acteur qui évolue sur le marché de l’assurance. Cette émission à forte audience est disponible en replay sur le site du média télévisé…

PARIS : Proposé en simultané sur la radio et sur « BFM Business », le reportage qui présente les activités de la start-up bourguignonne, QAPE, aura permis à son président directeur général, Kim Vu DINH de pouvoir évoquer face à la caméra la genèse et les perspectives de ce concept entrepreneurial, qui aujourd’hui fait de l’audience dans la filière des métiers de l’assurance.

L’émission « PME Stories », très suivie par les observateurs économiques, a pu donner un sérieux coup de projecteur sur cette structure, née de la rencontre de Kim Vu DINH et de son directeur général, Julien MOUCHET, figure emblématique de la vie professionnelle dans l’Yonne. Ce dernier occupait il y a encore quelques années une fonction de vice-président au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne…

Les journalistes de « BFM Business » ont orienté leur sujet sur les origines de cette start-up qui a reçu les encouragements en 2017 du réseau Entreprendre Bourgogne en qualité de lauréat régional.

Un mois de septembre qui s’annonce déjà chargé…

Interrogé sur les retombées attendues par ce reportage, Julien MOUCHET se dit très satisfait de cette médiatisation au moment où QAPE marque les esprits des spécialistes de ce segment de l’activité, en proposant une sérieuse rupture sur ce marché très concurrentiel et parfois conventionnel de l’assurance.

Novateur, le concept défini par la start-up de l’Yonne qui possède une antenne à Paris est de favoriser le retour à la mutualisation tout en créant des outils numériques nécessaires à sa croissance, tant auprès des particuliers que des acteurs des circuits professionnels, via la notion de « e-santé ».

L’automne sera d’ailleurs riche et intense pour QAPE. Avec son partenaire, « BEWELL CONNECT », filiale des laboratoires « VISIOMED GROUP », leader sur le secteur de l’ « e-santé », pour le grand public comme pour les professionnels, qui lui assure le développement de sa stratégie digitale, la structure lancera une application de pré-diagnostic, « KOVERS », dès septembre. Ce dispositif comprendra en outre une variante de télémédecine augmentée à destination des adeptes et pratiquants de sport.

 

Bénéficiant d’un accompagnement individuel ou d’une formation avec la Chambre d’agriculture de l’Yonne, les professionnels du monde agricole ayant opté pour la télédéclaration PAC 2018 ont déposé plus de 3 200 dossiers auprès des services de l’Etat cette année. Comme la saison dernière, la Chambre consulaire a proposé des formules clés en main aux agriculteurs. 20 % d’entre eux ont pu profiter de cycle formatif, voire d’une aide directe et personnalisée…

AUXERRE : Etre accompagné par les services de la Chambre d’agriculture dans le cadre de la déclaration de la PAC (Politique agricole commune) devient chose courante désormais parmi les professionnels des milieux agricoles icaunais.

44 % d’entre eux sollicitent leur organisme partenaire pour remédier à cette étape importante dans la vie de leur exploitation. Source de stress si elle n’est pas bien exécutée, cette formalité peut très vite tourner au cauchemar si les éléments informatifs sont mal remplis dans les cases de cet imposant dossier. En outre, est venu se greffer cette année un certain nombre de nouveautés dans la règlementation telle que le zéro phyto sur les SIE et la période de présence obligatoire départementale inter-cultures SIE (Surfaces d’intérêt écologique).

En quête de simplification et de sécurité…

596 exploitants de l’Yonne ont fait appel aux équipes de la Chambre d’agriculture pilotées par Sandra MARTINET, responsable de la cellule PAC dans l’Yonne. Il est vrai que le rôle des conseillers du partenaire consulaire est prépondérant. Car, les agriculteurs ne possèdent pas tous les connaissances spécifiques inhérentes à la règlementation. Ainsi, la Chambre d’agriculture permet d’éviter un certain nombre d’erreurs lors de la constitution du dossier.

Comme le précise Sandra MARTINET, l’action menée par l’organe consulaire est importante : « Certains viennent pour être rassurés sur leurs saisies, d’autres nous confient entièrement leur télédéclaration pour gagner du temps. La déclaration, via Mes p@rcelles, simplifie les enregistrements et l’export vers TéléPAC en quelques clics. Que ce soit pour les abonnés Mes p@rcelles ou les non abonnés, la saisie de l’assolement en groupé et les outils de découpe des parcelles permettent un réel gain de temps. Ainsi, le temps moyen passé par déclaration a été de soixante minutes…».

Un nombre élevé de conversions vers l’agriculture biologique…

2018 aura été marquée par la recrudescence du nombre de demandes de reconversions en agriculture biologique. Plus de 60 dossiers ont été enregistrés par les services de la chambre de l’Yonne. Une première, dans les annales. Ce chiffre confirme l’augmentation de 28 % du nombre d’exploitations en agriculture biologique sur le territoire nord-bourguignon. Cela place l’Yonne dans les toutes premières places à l’échelle nationale en surfaces bio…

La société coopérative de production de Sens consolide son portefeuille clientèle à l’issue d’une année qualifiée de reprise par son dirigeant, Damien FOULON. Un quart de clients supplémentaires, issus principalement du monde de l’édition francilienne, valorisent une stratégie de développement réussie, portée par de nouvelles ambitions commerciales et une politique d’investissements maîtrisée par l’imprimeur icaunais...    

SENS : L’assemblée générale d’une société coopérative de production revêt toujours de la plus haute importance pour celles et ceux qui y assistent. C’est l’heure des bilans. Ceux dont on peut se délecter quand l’annonce des résultats de l’exercice antérieur démontre la pugnacité et le dynamisme de l’ensemble des équipes à aller de l’avant. Parfois, c’est aussi ceux du rétropédalage lorsque les chiffres escomptés ne dépassent pas la barre des résultats positifs…

Fort heureusement, à l’énoncé des renseignements statistiques et comptables de Damien FOULON, dirigeant de la PME de Sens, cette année encore, les sociétaires de la SCOP de l’Yonne peuvent se frotter les mains. Et montrer ce sentiment de fierté d’appartenir à une entité structurellement forte tant au plan financier que dans la réalisation et l’atteinte de ses objectifs.

Ces derniers, nourris sous les cieux cléments de la réussite, ont été réalisés avec sérénité et certitude. Au terme de ce nouvel exercice, l’entreprise clôt son bilan avec une hausse de 6 % de son chiffre d’affaires, soit 3,5 millions d’euros. De quoi rassurer les vingt-cinq personnes, adhérentes au concept coopératif, de n’avoir jamais eu à regretter l’adoption de ce statut, survenue il y a fort longtemps de cela.

2017 : une véritable année de reprise économique…

Année de la reprise, 2017 se caractérise par celle de la consolidation des résultats. Un quart de nouveaux clients en plus ont été enregistrés par la structure entrepreneuriale de Sens à la fin de cette période, principalement des éditeurs qui ont été glanés par les forces commerciales en Ile de France.

Saine, l’entreprise icaunaise l’est également dans la gestion de ses amortissements. Plusieurs vagues d’investissements ont déferlé sur les premiers mois de 2018 avec la mise à jour du CTP, l’acquisition de nouveaux racks destinés au rangement de palettes ou l’ajout d’un nouveau chariot élévateur à pinces pour transporter les bobines de papier.

« Nous gagnons en puissance tant au niveau commercial que technique, a expliqué Damien FOULON, qualifiant au passage lors de ses discours explicatifs l’année 2018 comme celle de la transition. Aujourd’hui, notre objectif est de conserver le cap et de maintenir notre ligne politique favorable à la croissance… ».

Cette présentation stratégique ne pouvait se clore sans avoir abordé le développement de la vision coopérative que souhaite véhiculer au cours du second semestre le responsable de l’exécutif de l’entreprise. Enfin, il fut évoqué aussi le facteur humain de la société, poumon indissociable à la réussite du concept.

L’an passé, six départs en retraite ont constitué un état de fait important dans le quotidien de la structure. Adepte de l’anticipation, le dirigeant Damien FOULON avait optimisé la situation en prenant soin de préparer méthodiquement le renouvellement de ses équipes.

Quant à la féminisation, elle prend de nouveaux repères, jugés très positifs au sein de l’effectif à l’identique d’un très net rajeunissement des sociétaires qui s’emploient au succès du projet professionnel de cette imprimerie ayant le vent en poupe…

La société coopérative de production de Sens vient de se doter d’un tout nouvel équipement nécessaire à sa ligne de fabrication. Commercialisé par l’industriel d’outre-Rhin, KBA, ce dérouleur de bobines garantit une stabilité optimale dans le traitement des feuilles avant qu’elles ne soient imprimées. Tout en réduisant les nuisances produites par l’électricité statique…

SENS : Depuis une quinzaine de jours, le nouveau dérouleur « MABEG » est fonctionnel sur le site de la société d’imprimerie de Sens. Conçu et fabriqué par un gros faiseur de l’industrie allemande, le groupe KBA avec lequel CHEVILLON collabore depuis plusieurs années, cet appareillage ultra moderne et performant sert à optimiser la stratégie technique de la coopérative de production.

Grâce à ce dérouleur de nouvelle génération, l’imprimeur de l’Yonne gagne en qualité de traitement lors de ses diverses opérations. Cet additif à la chaîne de fabrication réduit les effets nuisibles liés à la présence d’électricité statique tout en garantissant une stabilité supplémentaire au dévidage des bobines de feuilles de papier.

Travaillant désormais à partir de bobines de papier dont le poids dépasse aisément la tonne, CHEVILLON avait un besoin impérieux de ce type de dérouleur de dernier cri dont sont équipées aujourd’hui la plupart des structures compétitives sur le marché.

Soutenue par le Crédit coopératif et BPI Bourgogne Franche-Comté dans le montage du plan de financement, la PME dirigée par Damien FOULON a consenti un investissement de 500 000 euros pour se doter de ce nouveau fleuron de la  technologie allemande.

Page 1 sur 21
Bannière droite accueil