Le déploiement se fera de manière progressive sur l’ensemble du territoire départemental. Capitale de l’Yonne, Auxerre en est aujourd’hui la première bénéficiaire. Rendons à César ce qui doit lui appartenir, pour une fois ! Trois des cinq pylônes qui amènent la 4G sur la ville sont désormais équipés de la 5G. Le reliquat de ces installations devant subir leur conversion d’ici peu selon le directeur ORANGE Grand Nord-Est Ludovic GUILCHER...

 

AUXERRE: La 5G dans la capitale de l’Yonne ? Non, ce n’est pas une arlésienne digne d’un poisson d’avril ! C’est bel et bien devenu la réalité effective grâce au travail fourni par l’opérateur de télécommunication ORANGE au cours de ces dernières semaines sur Auxerre. De l’aveu même de Ludovic GUILCHER, directeur du secteur Grand Nord-Est de la structure, « 99 % de la population auxerroise bénéficie de la couverture 5G à ce jour ».

L’amélioration de la qualité du débit est imputable à l’aménagement de sites supplémentaires sur la ville. Toutefois, pour que cela fonctionne bien, il est nécessaire en bout de course que les utilisateurs possèdent naturellement des appareils téléphoniques qui soient compatibles avec la 5G.

Rappelons que le 01er octobre 2020, ORANGE avait obtenu la majeure partie des blocs de fréquences en jeu, avec 90 MHz de spectre lors des enchères. Un déploiement qui se concentre majoritairement sur ces nouvelles fréquences 3.5 GHz et peut être complété par l’utilisation de fréquences 2.1 GHz.

 

 

La 5G, le recours idoine pour éviter l’engorgement des réseaux 4G…

 

L’apport de cette 5G est vital pour l’Auxerrois. La technologie représente, en effet, un atout considérable pour le développement et l’attractivité des territoires, facilitant ainsi la bonne fonctionnalité du tissu entrepreneurial. Son usage apportera un confort d’utilisation appréciable tout en optimisant la vitesse de téléchargement des documents en quasi simultanée.

Auxerre n’est qu’une première étape de ce futur maillage territorial. Bientôt, le déploiement réalisé en accointance avec les collectivités locales se poursuivra de manière progressive sur l’ensemble du département.

C’est ce que devait confirmer par ailleurs Ludovic GUILCHER lors de la présentation officielle de cette arrivée dans la place auxerroise. Une propension au développement qui s’imposait au vu des circonstances. En effet, les usages data observés sur le parc ORANGE et SOSH ont progressé de 40 % en l’espace de plusieurs mois, engendrant un risque de saturation des réseaux actuels. D’où l’utilisation de ces nouvelles fréquences 5G, réponse idéale pour l’opérateur.

A date, tous les nouveaux modèles de smartphone sont compatibles à la 5G. Pour pouvoir en bénéficier, ORANGE propose plus d’une trentaine de références de mobiles agrémentés de quatre forfaits allant de 70 Go à des offres illimitées 5G. Précision technique ayant son importance : aucun changement de carte SIM n’est à prévoir.

 

A l’horizon 2030, la 6G s’anticipe déjà chez ORANGE…

 

Si la couverture territoriale à partir de la 5G est dans les cartons, notamment pour les villes à forte et moyenne densité de population, il est impératif, a contrario pour l’opérateur de terminer l’installation de la 4G sur le territoire. Une question de pure logique pour Ludovic GUILCHER, car « il ne peut pas y avoir de la 5G si la 4G n’est pas là ! ».

Côté budget, installer la 5G est de l’ordre de 100 000 euros en moyenne pour l’opérateur afin d’équiper un pylône.

En France, à l’heure actuelle, ORANGE a déjà couvert un peu plus de mille villes et agglomérations de ces équipements ; ce qui équivaut à près de 35 % de la population qui en sont bénéficiaires. Un taux de couverture qui correspond à quinze mois de travaux réalisés aux quatre coins du pays « C’est satisfaisant, lâche le responsable de la direction régionale du nord et de l’est.

« On observe cette présence sur l’attractivité des territoires, ajoute Ludovic GUILCHER, avec un rebond de l’activité économique des entreprises mais aussi une vraie appétence de la part des clients envers cette technologie selon les usages : le télétravail, les visioconférences, les jeux en ligne, la télémédecine… ».

Quant aux délais, ils ne sont pas comparables avec ceux usités dans le déploiement du réseau de la fibre optique. D’ici deux ans, 81 % de l’Hexagone devraient être couverts par cette technologie qui n’a pas fini de nous étonner.

D’autant qu’à l’instar des Sud-Coréens qui se positionnent déjà sur le sujet car Séoul en a terminé avec le déploiement de la 5G à travers la péninsule, la 6G fera son apparition en France.

Sans doute dans les années 2030, comme l’a souligné Ludovic GUILCHER, au terme d’un entretien qu’il nous a accordé.

« Nous travaillons déjà sur la 6G : et sans être particulièrement futuriste, je peux vous confirmer que cela arrivera un jour… ».

Toujours la magie technologique dans les télécommunications qui opère et fait rêver !

 

 

En savoir plus :

Ont assisté à cette cérémonie inaugurale et explicative dans les salons d’honneur de l’AJ Auxerre :

Guillaume LARRIVE, député de la première circonscription de l’Yonne,

Arminda GUIBLAIN, conseillère départementale de l’Yonne,

Crescent MARAULT, président de l’Auxerrois et maire d’Auxerre,

Véronique MORLIGHEM, déléguée régionale ORANGE Bourgogne,

Alexandre ORCEL, directeur des Relations avec les Collectivités locales ORANGE dans l’Yonne,

Olivier BISIAUX, responsable des relations presse chez ORANGE BFC,

Baptiste MALHERBE, directeur de l’AJ Auxerre,

Guy ROUX (que l’on ne présente plus).

 

Thierry BRET

 

 

Les maniaques du grain de sable collé sur le capot ou sur le pare-brise de leur véhicule n’ont pas pu résister à la folle tentation de se précipiter dès potron-minet dans les stations de lavage, grandes consommatrices d’eau et de produits lessiviels, pour enlever les traces de salissure de leur automobile. Manque de chance : deux heures plus tard, le sable rouge du Sahara recouvrait toujours les rutilantes voitures  au grand désarroi de leurs propriétaires…

 

 

BILLET :

 

Lundi  

 

Le scénario est pour le moins inattendu. Sur fond d’envolée des prix du pétrole, de hauts responsables américains de la Maison Blanche et du département d’Etat se seraient rendus en fin de semaine dernière à Caracas pour des entretiens avec des représentants du président Nicolas MADURO, alors même que les liens diplomatiques entre les deux pays sont rompus depuis 2008. Proposant ni plus ni moins d’alléger les sanctions économiques frappant le pays depuis trois ans avec à la clé, du pétrole de Russie remplacé par du pétrole vénézuélien. La « Realpolitik » a depuis longtemps démontré qu’il ne fallait jamais dire jamais !

 

Mardi

 

En cette semaine de la langue française et de la Francophonie, 27e édition du nom, comment ne pas avoir une pensée émue pour tous ces Ukrainiens s’exprimant face aux micros et caméras dans la langue de Molière. Parfois maladroitement, souvent avec emphase et passion, témoignage de leur attachement à l’Occident et à notre pays. Le français est aujourd’hui la cinquième langue parlée dans le monde, avec 300 millions de locuteurs. Des chiffres qui forcent le respect alors qu’un peu partout, l’emprise de la langue anglaise fait loi et que s’installe la « coca-colonisation » des esprits…

 

 

Mercredi

 

Une pluie de sable du désert s’est abattue sur la France, portée par les vents du Sud depuis le continent africain. Ce mardi matin, l’Yonne s’est réveillée recouverte d’une fine mais tenace couche de poussière rougeâtre, le ciel nimbé d’une couleur d’apocalypse post-nucléaire ne donnant pas matière à éteindre les inquiétudes nées de la folie poutinienne… Le pactole en revanche pour les centres de lavage envahis par les automobilistes dès les premières heures de la matinée. Au milieu des années 70, suite au premier choc pétrolier 1973, un slogan  resté célèbre s’affichait partout : « On n'a pas de pétrole, mais on a des idées ». Aujourd’hui, nous n’avons toujours pas de pétrole mais nous avons le sable. La prochaine fois, ne restera plus qu’à creuser pour en trouver !

 

 

Jeudi

 

La Place des Cordeliers s’est teintée de vert et les verres se sont colorés de bière… Célébrée dans toute l’Irlande et dans nombre de pays à travers le monde, la Saint-Patrick faisait escale dans l’Yonne. Nul besoin de se référer à un hypothétique passage du saint patron à Auxerre pour faire la fête. Ce soir, tout le monde était irlandais, assoiffé de musique et avide de retrouvailles, remisant pour quelques heures la noirceur de l’actualité au vestiaire… A quand une Saint-Vincent à Galway ?  

 

 

Vendredi

 

L’agression contre Yvan COLONNA a embrasé la Corse et fait descendre ses habitants dans les rues. En visite sur l’île deux jours durant, le ministre de l’Intérieur, Gerald DARMANIN a joué les pompiers de service, en annonçant que le gouvernement « était prêt à aller jusqu’à l’autonomie de la Corse ». Plus de quarante ans que le dossier embarrasse les pouvoirs successifs et cette précipitation à le solutionner semble pour le moins suspecte à moins de trois semaines du premier tour des présidentielles, s’apparentant à de basses manœuvres électorales. La Corse méritait mieux mais quand la violence fait loi, la raison prend le maquis ! De quoi donner quelques velléités d’indépendance aux activistes se réclamant du Front de Libération de la Bretagne…

 

 

Samedi

 

La Russie et l’Ukraine représentant à elles seules 30 % de la production mondiale de blé, est-on à la veille de manquer de pâtes… ? Aucun risque de pénurie en France selon les instances céréalières, notre pays étant le cinquième producteur mondial. L’enjeu est d’autant plus important qu’il se consomme en moyenne sur le territoire national, 9 kg de nouilles et autres spaghettis par an et par habitant. A en juger par les rayons vides de certaines grandes surfaces, d’autres préfèrent jouer la prudence. Ne reste à espérer que les mêmes ne remplissent pas leur baignoire d’essence ou de gasoil pour mieux gérer la hausse du prix des carburants !

 

 

Dimanche


Si les prix des carburants battent des records, ils révèlent aussi de nombreuses disparités mettant à mal l’ordre établi qui voulait que les grandes surfaces proposent les pompes les moins chères en comparaison avec les stations « indépendantes » où les prix étaient généralement plus élevés. La crise née de la guerre en Ukraine a rabattu les cartes et il n’est pas rare aujourd’hui de voir telle station d’un groupe pétrolier afficher un prix parfois inférieur de 20 à 30 cts € à ceux annoncés par un hypermarché situé à trois cent mètres de là !  Un scénario parfois inversé dès le jour suivant. Pour ceux qui le peuvent encore, faire le plein de son véhicule s’apparenterait-il à une gigantesque et insupportable loterie… ?

 

Dominique BERNERD

 

 

Les engagements seront tenus. N’en déplaise à celles et ceux qui pensent le contraire, chantres du pessimisme cocardier à la française ! D’ici le terme de 2023, le très haut débit sera opérationnel sur l’ensemble du territoire de l’Yonne. Une rhétorique que martèle à chaque inauguration le président du Conseil départemental Patrick GENDRAUD. La pose du 46ème nœud de raccordement optique (NRO) en Puisaye tente de le prouver…

 

CHARNY-OREE-DE-PUISAYE : Une de plus, côté installation opérationnelle ! Cette fois-ci, c’est l’une des principales bourgades de la Puisaye qui en est la bénéficiaire. D’où le contentement des élus de proximité. Mais aussi des autres. Ceux qui incarnent la vie institutionnelle et politique du département. La pose, à l’aide de moyens techniques consolidés d’un NRO dans un environnement paysager, demeure toujours une manœuvre spectaculaire à regarder. Le levage de ce local de raccordement, véritable nœud gordien du système de déploiement de la fibre optique, vaut le détour. Sous le regard admiratif des représentants de la sphère publique. En outre, le soleil est au rendez-vous : c’est une bonne chose !

 

 

57 installations programmées au total…

 

A la baguette, les dirigeants du groupe ALTITUDE INFRA qui portent le développement de ce réseau YCONIK sur notre territoire. Mais, aussi, un peu plus loin. Le NRO de Charny-Orée-de-Puisaye est donc le quarante-sixième de ces petits édifices à être ajoutés dans le décor du quotidien. Cinquante-sept sont prévus in fine sur le territoire. C’est sûr : la fibre optique même si elle n’est pas encore au service des tous les Icaunais pointe plus que le bout de son museau !

 

 

 

1 990 foyers et sites professionnels connectés à la fibre...

 

Marqueurs clé de la venue de la modernité au cœur des communes, ces NRO engendrent toujours le même enthousiasme des suiveurs une fois installés.

Aux côtés du député de la circonscription Guillaume LARRIVE et de Pascal HENRIAT, vice-président du Conseil départemental en charge précisément du volet numérique, le président Patrick GENDRAUD a rappelé que les engagements en terme de délai seraient tenus. Confirmation validée par l’autre interlocuteur principal de cette inauguration : David ELFASSY, président du groupe ATLTITUDE INFRA.

Aujourd’hui, l’opérateur peut s’enorgueillir de relier plus de douze millions de nos compatriotes à la fibre optique en les faisant devenir éligibles. A l’instar des 1 990 foyers et entreprises ainsi que sites publics répartis sur les quatre communes de ce bassin de Charny : Fontenouilles, Prunoy, Chêne-Arnoult et Charny-Orée-de-Puisaye.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Et une commune de plus à ajouter dans l’escarcelle de l’opérateur de télécommunication ! ORANGE poursuit sa mission. Celle qui consiste à déployer sur ses fonds propres la fibre optique dans les dix-neuf communes que compte l’agglomération de l’Auxerrois. Bourgade connue pour la qualité de ses vins, CHITRY voit ainsi ce déploiement de la haute technologie arrivé à son terme. Pour la plus grande satisfaction de ses élus et de ses habitants…

 

CHITRY : Bras croisés, à l’écoute de la moindre phrase explicative, Christian BOULEY ne cache pas son contentement. Au côté du maire, ses deux adjoints font de même. Ils découvrent studieux le saint des saints de ce système de communication qui a révolutionné la planète au fil de ces dernières années : la fibre optique !

Béante, les deux portes grandes ouvertes, l’armoire NRO (nœud de raccordement optique), livre ses secrets. Fait de multiples fils multicolores et de points de soudure d’une extrême précision qui s’entrecroisent avec méthodologie pour assurer la bonne fonctionnalité de la liaison. Celle qui relie citoyens, collectivités et entreprises au monde entier !

 

 

Déjà plus de 37 000 logements et locaux professionnels éligibles sur l’Auxerrois…

 

Une aubaine pour les 257 foyers ou locaux professionnels de la commune qui vont pouvoir désormais en bénéficier. Un tour de force, une prouesse devenue accessible à tous sur l’Auxerrois ou presque. Les travaux d’aménagement vont en effet se poursuivre jusqu’au terme de 2022 sur d’autres localités, conformément aux engagements pris auprès de l’Etat afin de raccorder l’ensemble des 40 000 logements de ce bassin.

Etre éligible à la fibre, c’est naturellement s’offrir des opportunités nouvelles dans les usages au quotidien. Un gain de réactivité et de puissance pour les ordinateurs. Une qualité du son et de l’image exceptionnelle pour les appareils audiovisuels. Bref : l’ultra modernisme à la portée de tous.

Devant l’armoire métallique, au coloris vert foncé (une nuance chromatique en harmonie avec Dame nature et son environnement bien pensée), les élus questionnent leurs interlocuteurs. A commencer par Véronique MORLIGHEM, déléguée régionale de l’opérateur en Bourgogne. Elle rappelle en préambule la genèse de cette opération pharaonique qui a conduit ORANGE à s’engager sur ces innombrables chantiers.

« A fin février, précise-t-elle, plus de 37 000 logements et locaux professionnels de l’Auxerrois étaient éligibles à la fibre optique… ».

 

 

 

La pose de boitiers de raccordement, étape actuelle de l’opération…

 

Et ce n’est pas fini ! Car l’opérateur, on l’a bien compris, met les bouchées doubles pour arriver à couvrir tout ce périmètre d’ici la fin de l’année. Les armoires identifiables dorénavant fleurissent çà et là. A l’intersection de plusieurs rues. Aux abords d’un lotissement. Sur des points névralgiques d’une localité. Elles sont 118 à avoir été installées à ce jour !

Mais, ce n’est pas tout. ORANGE pose à l’heure actuelle des points de branchement. Ils sont indispensables pour faciliter le raccordement des logements à la nouvelle technologie. Dans les faits, l’opérateur contacte les particuliers mais aussi les syndics et les bailleurs afin que ces derniers acceptent d’être équipés de ces précieux boîtiers. On peut les distinguer machinalement sur la façade des habitations. Certains sont placés à l’intérieur des bâtiments. Mais, tous ont pour vocation d’optimiser l’arrivée de la fibre optique.

 

 

Reste l’ultime étape. Celle de l’opérationnalité officielle du système. Puisque le réseau fibre optique déployé par ORANGE repose sur la mutualisation, les utilisateurs ont la faculté de pouvoir choisir leur abonnement auprès de l’un des quatre opérateurs reconnus à ce jour. Les spécialistes du Très Haut débit qui font office de fournisseurs d’accès Internet dans l’Hexagone depuis plusieurs années.

Le progrès en matière de communication ne cesse d’avancer. CHITRY vient à son tour de le constater !

 

Thierry BRET

 

 

 

On le sait depuis longtemps déjà : FESTINS n’est pas une entreprise ordinaire en matière de réduction de l’impact carbone sur ses activités. L’utilisation de produits recyclables et le bannissement d’objets en plastique comme les couverts ont intégré la philosophie de la structure, positionnée sur le secteur de l’alimentaire et du réceptif. La société va encore plus loin. En modernisant ses équipements frigorifiques…

 

CHEMILLY-SUR-YONNE : Ca s’affaire avec vigueur sur le parvis de l’entreprise, spécialisée dans l’art de la réception et du traiteur haut de gamme ! Depuis plusieurs jours, des équipes de techniciens procèdent à des travaux de remplacement des systèmes de réfrigération qui rafraîchissent les installations du site historique de l’établissement.

Un panneau spécifie d’ailleurs la nature de ce chantier. Il est consultable sur la grille qui protège ce point névralgique du site. FESTINS modernise ses équipements frigorifiques. Comment ? En faisant abstraction de façon définitive de l’emploi de gaz dans ses systèmes de réfrigération.

 

 

Pour le remplacer, l’unité de production bénéficiera d’un système à la fois plus efficace, gagnant en modernisme et davantage écologique. Grâce à l’emploi de l’eau glycolée.

De quoi s’agit-il ? Cette eau qui circule en réseau est additionnée d’un certain pourcentage de glycol pour que celle-ci ne puisse geler. Utilisée dans les réseaux de chauffage ou de climatisation, cette eau possède des vertus environnementales dans les systèmes de réfrigération, ne faisant plus appel au gaz, plus polluant. Un processus adopté par FESTINS qui s’inscrit pleinement dans sa démarche d’entreprise responsable dans le cadre de la RSE.

 

Thierry BRET

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil