Il en sourit d’aise derrière ses moustaches, le premier élu de la commune. Satisfait par la tournure des opérations puisque désormais 95 % des foyers sont éligibles à la fibre optique, Jean-Luc LIVERNEAUX sait que l’opérateur ORANGE a fait des heureux ! Les particuliers comme les professionnels qui peuvent user et abuser dorénavant de cette technologie de pointe dans leurs communications…

 

GURGY: On se lève tous, non pas pour DANETTE mais bel et bien pour ORANGE ! Surtout quand la fibre optique arrive dans une nouvelle commune afin d’optimiser ses liaisons numériques !

Celles-ci sont indispensables à l’exercice d’une kyrielle de corporations dont les commerçants-artisans qui ne peuvent plus s’en passer. Elles sont tout aussi utiles pour les habitants qui souhaitent couler des jours heureux dans leur bourgade de prédilection, en profitant de tous ses avantages.  

Bref : ORANGE fait le job et poursuit avec allégresse le chemin tracé par sa feuille de route ; c’est-à-dire déployer la fibre optique sur l’agglomération de l’Auxerrois afin de raccorder l’ensemble des dix-neuf communes de cette collectivité.

Localement, 95 % des 950 logements ou locaux professionnels accueillis dans la commune peuvent dès à présent souscrire à une offre de service auprès du fournisseur d’accès Internet de leur choix.

Jamais avare de statistiques, Véronique MORLIGHEM, déléguée régionale ORANGE Bourgogne, a précisé lors d’un point presse que la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois n’était plus très éloignée de sa couverture globale définitive.

 

 

Encore 4 000 foyers à relier dans l’Auxerrois…

 

A date, plus de 90 % (soit 35 800 foyers) de ce secteur disposaient de l’apport de cette technologie à forte valeur ajoutée. Il ne reste plus que 4 000 foyers à relier sur le bassin.

Rappelons que la fibre est installée par l’opérateur sur ses fonds propres. Sur la zone, cela concerne les vingt-neuf localités de l’agglomération dans le cadre du Plan Très Haut Débit. In fine, ce sont cent-dix-huit armoires qui ont été posées sur l’Auxerrois.

ORANGE procède d’ores et déjà à la seconde phase de ce déploiement. En y installant des points de branchement. Ce sont de petits boitiers qui permettent aux logements ou aux entreprises de se raccorder à la fibre. L’opérateur appelle les particuliers, les syndics et bailleurs pour accepter la pose de ces points de branchement sur leur façade ou à l’intérieur des bâtiments. Un précieux auxiliaire qui facilite la fin du déploiement.

 

Thierry BRET

 

 

Crise sanitaire oblige, c’est la première fois depuis la fusion au 01er janvier 2020 des départements ayant donné naissance à CERFRANCE Bourgogne Franche-Comté qu’une assemblée de territoire se déroulait dans l’Yonne en présentiel. L’occasion pour son président Eric COQUILLE et son directeur général Laurent BEURIENNE de présenter les enjeux auxquels devra répondre l’association de gestion et de comptabilité…

AUXERRE: Comme l’a rappelé en préambule Franck NEZET, directeur délégué départemental, CERFRANCE BFC compte plus de 4 500 structures adhérentes, 220 collaborateurs et pas moins de huit agences réparties sur le territoire de l’Yonne. Cet acteur référent du monde agricole et viticole a au fil des années élargi le champ de ses compétences en direction des TPE et PME, commerçants, artisans et professions libérales.

 

 

Le cadeau de Noël du Premier ministre pour les équipes de CERFRANCE !

 

Avec parmi ses axes stratégiques, la volonté marquée de renforcer toujours un peu plus sa proximité avec les adhérents, qu’elle soit de nature géographique ou par une parfaite maîtrise de la relation numérique. Un accompagnement au plus près du territoire également, avec l’agrément obtenu cette année de l’ADEME sur le diagnostic carbone.

C’est un pari payant pour CERFRANCE BFC, au vu des résultats du dernier exercice, avec un chiffre d’affaires de plus de 24 millions d’euros, pour un résultat net de 548 K€. Un bénéfice a rappelé le président COQUILLE, qui permettra de financer le recrutement de nouvelles compétences et d’investir dans les technologies et les outils nécessaires pour répondre aux grands enjeux de demain.

Pour l’heure, l’actualité passe aussi par la décision gouvernementale d’octroyer à tout salarié gagnant moins de 2 000 euros nets par mois, une indemnité inflation de cent euros. Ce qui ne sera pas sans générer un travail supplémentaire pour l’établissement qui gère les bulletins de salaires de nombreuses structures, comme l’a souligné ironiquement Franck NEZET : « le Premier ministre nous a réservé une petite nouveauté pour la fin de l’année, histoire de passer des fêtes de Noël sympathiques ! ».

 

 

Vers la généralisation de la facture électronique pour toutes les entreprises…

 

A partir de 2024, la facture électronique s’imposera à tous les échanges « B to B » des entreprises du secteur privé. Un document numérique qui prendra le pas sur tout le reste et ne doit en aucun cas être assimilé à une simple facture numérisée. Les AGC (Association de gestion et de comptabilité) et cabinets comptables s’y préparent déjà, a expliqué Laurent BEURIENNE, revenant sur les différentes étapes établies par le législateur.

Un calendrier de déploiement en rapport avec la taille des entreprises, afin de leur permettre de s’approprier le sujet et deux dates essentielles à retenir : toutes les entreprises quel que soit leur envergure devront au 01er juillet 2024, être en capacité de réceptionner des factures numériques et concernant les TPE/PME, c’est au 01er janvier 2026, que toutes devront être en capacité d’émettre ce type de factures au moyen de la plateforme de leur choix.

CERFRANCE BFC, a rappelé son directeur général, sera bien sûr apte de proposer à ces dates précises une solution fonctionnelle à ses clients via un outil privé et sécurisé, insistant sur le fait que « l’administration aura ainsi tous les moyens pour pré-remplir la déclaration TVA, qu’elle soit mensuelle, trimestrielle ou annuelle, avec l’objectif clairement affiché d’en faire automatiquement le recouvrement en totale autonomie ».

Avec à la clé, l’idée d’en accélérer le rythme et développer ainsi les recettes fiscales.

 

Dominique BERNERD

 

 

 

La création d’un centre régional de réponse d’urgence aux incidents de cyber-sécurité en Bourgogne Franche-Comté est inscrite à l’ordre du jour de la session plénière de l’assemblée régionale ce vendredi. Face à la multiplication des attaques et les conséquences engendrées, notamment pour le monde de l’entreprise, l’exécutif se penche sur cette véritable problématique de société. En affectant une enveloppe d’un million d’euros à la création d’un organe d’intervention.

 

DIJON (Côte d’Or) : Avis aux experts qui exercent leurs talents dans le domaine de la cyber-sécurité ! Ils représentent les cibles idéales de recrutement pour tenter de traiter un problème crucial que vivent bon nombre d’entreprises dans l’Hexagone : les attaques informatiques.

Naturellement, le territoire de Bourgogne Franche-Comté ne déroge pas à la règle. La multiplication des incidents observée depuis plusieurs mois l’atteste. Ses conséquences sont parfois funestes pour les entrepreneurs qui ne savent plus à quels saints se vouer.

Du côté de l’exécutif régional, cette notion sécuritaire autour du numérique représente un enjeu majeur et surtout un gage d’attractivité pour les territoires qui sauront mieux mettre en place une stratégie adaptée à ces méfaits.

Lors de la conférence de presse, tenue ce jeudi 21 octobre, la présidente Marie-Guite DUFAY a rappelé que « la création d’un CSIRT (Computer Security Incident Response Team) territorial s’inscrivait pleinement parmi les orientations stratégiques à développer dans le cadre de la politique publique sur les usages numériques votée en octobre 2020 ».

« Nous souhaitons également faire émerger sur notre territoire un écosystème numérique régional cohérent et à haut niveau d’expertise. Dont la cyber-sécurité doit être un élément à part entière… ».

 

 

Intégrer le programme d’incubation porté par l’ANSSI…

 

La dotation engagée par la Région va donc couvrir l’ensemble des charges de personnel afin d’embaucher des spécialistes de la question. A ce titre, l’organisme a décidé d’affecter une enveloppe d’un million d’euros de subvention d’investissement au CIP Territoires Numériques BFC pour la création de celle cellule ad hoc devant traiter cette problématique sécuritaire.

Ces centres porteront assistance aux PME mais également aux collectivités locales, établissements publics et autres associations implantés sur le territoire.

Précisons que la Bourgogne Franche-Comté intègre le club encore très restreint des régions de France pilote dans ce domaine. Elle déclinera le programme d’incubation mis en place par l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) dès janvier 2022.

 

Thierry BRET

 

Force est de le constater : de nos jours le numérique est partout et supplante même souvent l’écriture papier lors des démarches administratives de toute sorte. Si une bonne part de la population s’est adaptée bon gré mal gré, il reste un nombre non négligeable d’usagers qui, souvent par manque de formation ou de moyens est éloignée de l’accès au numérique.

 

AUXERRE: Le fait de ne pas savoir ou de ne pas pouvoir utiliser l’ordinateur porte un nom : c’est l’illectronisme. Cela se rapporte à près de 13 millions de nos concitoyens.

Parmi eux, de nombreuses personnes âgées mais pas seulement : les jeunes peuvent être à l’aise avec leur smartphone pour entretenir des contacts sur les réseaux sociaux mais ignorer les sites sur lesquels se font désormais les démarches administratives, ou bien les règles de sécurité à appliquer pour protéger leurs données.

Pour venir à bout de cette fracture numérique, le plan  France Relance mis en place par le gouvernement prévoit le déploiement de 4 000 conseillers numériques engagés pour deux ans dans diverses structures telles que les espaces France Service, des communautés territoriales ou des associations.

Sous l’égide de l’Agence nationale pour la Cohésion des Territoires, ce dispositif a mis en place leur recrutement dès le mois d’avril et leur formation, souvent à distance.

 

 

La préfecture de l’Yonne valide dix-sept postes sur le territoire…

 

Dans l’Yonne, actuellement, dix-sept postes sont validés par la préfecture. Deux conseillers ont débuté leur formation. Ainsi, le groupe La Poste accueillera trois conseillers, la Croix Rouge deux,  la Communauté de communes de l’Aillantais et les communes de Bléneau deux également, la Maison des Jeunes et de la Culture d’Auxerre un, de même que la Ligue de l’Enseignement de Bourgogne-Franche-Comté à Auxerre.

Complètent ce tableau la Communauté de communes du Serein, les villes de Toucy, Paron, Sens, Châtel-Censoir, Avallon et Montholon. Cinq demandes sont en cours de la part d’autres établissements. Il reste possible de postuler en tant que conseiller ou en tant que structure d’accueil jusqu’au 30 septembre.

Avant la mise en place de ce dispositif, des bénévoles se sont impliqués en tant qu’aidants et ont pu bénéficier des supports pédagogiques proposés par le site www.lesbonsclics.fr.

Destiné à l’accompagnement et à la formation des aidants, ce site peut apporter de précieuses informations à tout public désireux de se perfectionner en commençant par se tester pour connaître son niveau.

Autre moyen d’évaluer et de développer ses compétences numériques : le site www.pix.fr délivre, en outre, une certification du niveau atteint qui peut figurer par exemple sur un CV.

 

Claire CIUPA

 

 

La patience est une vertu qui s’acquiert face à l’adversité ! Les organisateurs de ce salon entièrement consacré à la découverte de véhicules électriques et hybrides en savent quelque chose ! Reporté par deux fois du fait de la pandémie de coronavirus, l’évènement sera enfin accueilli ce samedi 11 septembre sur l’esplanade du parc des expositions d’Auxerre…

 

AUXERRE : Seize constructeurs différents, une demi-douzaine de concessionnaires du cru et trente-six véhicules présentés à découvrir avant de les tester : cette première édition du MOOV’E devrait permettre aux férus d’automobile d’y trouver leur compte lors de cette journée, placée sous le prisme de la transition énergétique côté mobilité.

Accueillie sur le parvis du parc des expositions AUXERREXPO, la manifestation aura connu quelques soubresauts conjoncturels avant de prendre date de manière formelle. La faute à pas de chance, effectivement ! Puisque par deux fois, ce rendez-vous initié par Centre France Evènement et commercialisé par la branche publicitaire du groupe de presse, aura connu les affres de confinements successifs.

Prévu initialement en octobre dernier, ce salon n’aura pu aller au terme de son compte à rebours originel, rattrapé comme la majeure partie des évènementiels programmés à l’automne 2020 par ce fichu virus.

 

 

 

Faisant montre d’abnégation, les organisateurs ont ensuite décidé de reconduire l’initiative durant le joli de mai. Un cauchemar, en définitive, avec là aussi une seconde annulation, imputable aux mêmes causes : la COVID 19 !

Cette fois-ci, le rendez-vous proposé avec le public de l’Yonne sera le bon ! Même si le 11 septembre rappelle toujours de désagréables pensées.

Qu’à cela ne tienne, cette journée d’animations et de convivialité favorisera les échanges avec les professionnels présents sur le site.

Informations, explications, séances d’essai, comparatifs : tout sera permis ou presque durant cette animation devant se dérouler dans un esprit bon enfant. L’entrée sera libre. A contrario, les visiteurs devront se munir de leur pass sanitaire pour pénétrer sur le lieu de l’exposition.

 

En savoir plus :

Les concessionnaires représentant les marques Mitsubishi, Ford, Volvo, Opel, Renault, Dacia, Volkswagen, Audi, Skoda, MG, Nissan, Mazda, Hyundai, Fiat, Citroën et DS seront présents sur ce premier salon concocté par Centre France Evènement.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Page 1 sur 57

Articles

Bannière droite accueil