Déjà une décennie de présence grâce à deux générations de modèles. Synonymes de succès qui se traduit par la vente de 500 000 exemplaires, dont 180 000 en Europe. Fleuron de la gamme électrique du constructeur japonais, la LEAF plaît aux consommateurs de l’Hexagone. La preuve, ils ont acheté 25 000 de ces véhicules. Un chiffre qui augmentera au premier trimestre prochain avec la mise en vente de la version 2021…

PARIS : C’est l’effervescence dans le réseau des concessionnaires NISSAN. Les commandes de la LEAF 2021 sont ouvertes depuis plusieurs semaines. Afin d’assurer les premières livraisons de la petite dernière issue de la gamme électrique du constructeur nippon et ce, dès le début de la nouvelle année.

Pionnière de la mobilité 100 % électrique depuis 2010, l’automobile a été totalement renouvelée sept ans plus tard. Pour sa nouvelle version, l’ingénierie propose un produit qui accentue sa connectivité en lui apportant des équipements supplémentaires.

Cette berline compacte est toujours disponible en deux versions. La LEAF 150 ch/40 kWh équivaut à plus des trois quarts des ventes et la LEAF e+ 217 ch/82 kWh, commercialisée depuis dix-huit mois.

 

Davantage de technologies embarquées à son bord…

 

La Nissan LEAF a inauguré la conduite assistée « ProPILOT » en Europe. Cela constitue l’étape initiale menant à la conduite autonome. Elle bénéficie également de la technologie « e-Pedal ». Ce qui permet d'accélérer, ralentir, freiner et même s'arrêter avec la seule pédale d'accélérateur dans 90 % des cas. Pour cette version 2021, plusieurs technologies de sécurité s'y ajoutent : un détecteur d'angle mort intelligent et un système de maintien dans la voie qui équipent désormais tous les modèles.

 

 

On l’aura compris : le constructeur choisit de lancer sur le marché l’une de ses automobiles les plus connectées, à l’image de JUKE début 2020. Grâce à l’application spécifique, on peut optimiser de nouvelles fonctionnalités comme le verrouillage/déverrouillage des portes à distance ou l’autonomie et l’état de charge. Les conducteurs peuvent recevoir une alerte si le véhicule sort d'une zone ou dépasse une vitesse préalablement prédéfinie. Cerise sur le gâteau : le Wifi est accessible sur simple abonnement.

 

Innovation particulière : un rétroviseur intérieur ultra intelligent….

 

La plupart des conducteurs en ont déjà fait l'expérience. L'usage du rétroviseur intérieur peut être perturbé par la présence d’un objet volumineux que l'on transporte à l’arrière. Voire par la tête d’un passager. Ne parlons pas des conditions météo parfois très défavorables. Pour garantir la vision optimale dans toutes les situations, NISSAN innove sur la LEAF 2021 en introduisant un rétroviseur intérieur intelligent à affichage numérique.

Celui-ci comporte deux positions : un rétroviseur-miroir traditionnel et un mode écran. Quand le mode écran s’active, il est alors connecté à une caméra fixée en haut de la lunette arrière. Il suffit au conducteur d'actionner une commande située en bas du rétroviseur pour passer instantanément d'un mode à l'autre.

Ce système, déjà plébiscité sur de nombreux véhicules de la marque au Japon et en Amérique du Nord, a su faire ses preuves. Ce rétroviseur intérieur intelligent à affichage numérique sera disponible de série  sur la finition « Tekna » du futur modèle tant attendu en 2021.

Pour conclure, précisons qu’une toute nouvelle couleur de carrosserie s’ajoute à la gamme chromatique. Il s’agit d’un coloris gris argile qui peut aussi se décliner avec la présence de noir sur le toit.

 

 

Le plaisir de lire est irréversible quand on possède cette fibre en soi. Y compris lors de la crise sanitaire qui a condamné les librairies, commerces non essentiels à fermer leurs portes. Il reste d’autres solutions que le « click & collect » à adopter pour les amoureux des lettres qui se sentent floués et orphelins en manque d’ouvrages à compulser. Les bibliothèques d’Auxerre en proposent une toute nouvelle, à l’heure du numérique…

AUXERRE : Eureka ! Les bibliothèques de la capitale de l’Yonne innovent en cette période de confinement alors que les équipements publics trouvent toujours porte close.  

A l’ère du numérique, il fallait y penser pour satisfaire les aficionados de la lecture, fort nombreux à fréquenter avec une régularité constante ces lieux de culture et de partage.

Un nouveau service a vu le jour. Il propose aux usagers de la bibliothèque municipale ayant souscrit un abonnement de télécharger des livres numérisés. Ceux-ci sont consultables sur PC, liseuse, smartphone et tablette.

Ainsi, ce sont près de 260 œuvres qui sont accessibles en ligne. Eclectiques, ces ouvrages digitalisés englobent tous les genres de la littérature : policiers, science-fiction, essais, documentaires…

Il est possible d’emprunter trois livres pour une durée de trente jours. D’autre part, le système de prêt à emporter classique est toujours opérationnel, et ce de très belle manière.

Signalons que les bibliothèques proposent en parallèle quatre-vingt titres de presse en accès gratuit et illimité pour les abonnés, un service d’auto-formation en ligne (« Tout apprendre ») et bientôt, une offre de films via Arte Vidéo.

 

En savoir plus :

Toutes les modalités d’inscription aux bibliothèques d’Auxerre sont consultables sur la référence suivante : www.bm-auxerre.fr

 

 

 

 

 

 

Le mot d’ordre servant de fil d’Ariane à cet événementiel décliné en numérique est simple. Sans circonvolution inutile. Il s’agit de construire coûte que coûte la relance économique sans carbone applicable dans les régions de l’Hexagone. C’est la trame éthique prioritaire qui est abordée durant quatre jours d’ateliers et de conférences dispensées jusqu’au 27 novembre…

CHALON-SUR-SAONE (Saône-et-Loire) : L’événement se décline sur quatre jours jusqu’au 27 novembre. Malheureusement, de manière virtuelle. Qu’importe, cela ne nuira nullement à la qualité des débats qui y sont proposés autour d’une thématique pertinente, à la pointe de l’actualité. « Comment construire une relance économique sans carbone sur notre territoire ? ».

Un vaste débat de fond, certes, qui devrait trouver son lot de réponses adéquates lors d’échanges et d’ateliers qui se veulent clairs et engagés au niveau des organisateurs.

En l’occurrence, les responsables de NUCLEAR VALLEY, l’unique pôle de compétitivité de la filière nucléaire civil en France, accueilli dans la capitale de la Saône-et-Loire.

Parmi les participants à cette animation digitale d’envergure, citons chez les incontournables donneurs d’ordre de cette filière : FRAMATOME, EDF Bourgogne Franche-Comté, ORANO et le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives).

Une centaine de responsables achats, projets et techniques des donneurs d’ordre et de grandes entreprises de la filière nucléaire se sont également inscrits à cette animation.

 

 

Une initiative encouragée par l’Etat et les régions dont BFC…

 

En outre, de nombreux experts couvrant l’ensemble des domaines du cycle du combustible, de l’extraction au démantèlement, en passant par la recherche, la construction, l’exploitation, la maintenance et la formation suivent avec grand intérêt ces échanges digitalisés.

Dans ce contexte de crise sanitaire et de crise économique, NUCLEAR VALLEY dirigé par Jean-François DEBOST mobilise avec cet événementiel tous les moyens pour dynamiser et lancer des pistes de réflexion favorables à la filière.

En valorisant des préconisations innovantes et durables pour bâtir une relance économique sans carbone, nécessaire à la sauvegarde de la planète. Une relance qui par extension ne peut se concevoir autrement que par le biais de l’innovation, l’emploi et la formation. D’où les nombreux ateliers déclinables lors de cet évènement avec la présence des nombreux donneurs d’ordre de ce secteur d’activité. Soutenue par l’Etat et les régions Bourgogne Franche-Comté et Auvergne Rhône Alpes, l’initiative démontre ainsi tout le potentiel de la filière nucléaire, une industrie d’avenir et porteuse d’emplois…

 

Décliné sous la forme d’un webinaire, ce rendez-vous informatif concerne les acteurs de l’industrie. Celles et ceux qui souhaitent intégrer le numérique et la robotique au sein de leur unité de production afin de mieux en optimiser les potentialités. D’autant que des aides de l’Etat, initiées par le plan « France Relance », peuvent en assurer le financement…

 

SENS : Voilà une date intéressante à biffer d’ores et déjà sur les agendas ! Celle du jeudi 26 novembre, à partir de 17h30.  

Dans le cadre de ses échanges mensuels initiés au nom de la communauté des « Positives Entreprises », la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne invite les industriels et autres entrepreneurs à se relier au webinaire consacré à l’apport du numérique et de la robotique en entreprise.

Une intervention à multiples entrées qui facilitera la compréhension et le bon usage de ces technologies à travers leurs champs d’application. Mais aussi d’évoquer leur financement.

Le gouvernement a lancé un plan d’action pour accélérer l’adoption des technologies relevant de l’industrie du futur dans les entreprises de la filière industrielle.  

Ainsi, l’apport de robots, cobots, machines de production à commandes numériques, fabrication additive, réalité virtuelle ou augmentée, réseaux de capteurs, logiciels de conception intègrent ce processus de développement visant à renforcer la compétitivité de l’industrie en France et sa capacité à créer de l’activité et des emplois sur le territoire.

 

 

Un plateau de choix pour faire toute la lumière sur ce dossier…

 

Lors de cet échange, coordonné par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne et le Club Business Sens, différents dispositifs seront présentés à l’auditoire. Notamment l’aide transformée en subvention à l’investissement, élargie aux ETI, relevée jusqu’à 40 % de subventions de l’investissement hors taxes pour les sociétés impactées par la pandémie et 20 % pour les autres, sur du matériel neuf ou d’occasion.

Parmi les intervenants de ce rendez-vous en virtuel, citons la présence des entreprises de l’Yonne, RB3D et NEED ROBOTICS qui parleront des potentialités offertes par la robotique ; de Gérard VALLET du CETIM qui interviendra sur le programme industrie du futur en Bourgogne Franche-Comté et du tandem de la CCI, Christine JAN et Patrick COTTIN, dont les propos se focaliseront essentiellement sur les aides pour l’industrie du futur.

Les aides de droit commun au niveau régional seront spécifiées en partenariat avec l’Agence Economique de la Région (AER) et la Région Bourgogne Franche-Comté.

 

 

 

 

 

Malgré le contexte inédit qui ont vu s’annuler les unes après les autres les manifestations déclinables autour des fêtes de fin d’année, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de notre territoire a concocté un référent virtuel afin de soutenir les entrepreneurs. Une vitrine de Noël numérique qui identifie les artisans se prêtant à cette judicieuse initiative…

AUXERRE : Marchés de Noël, salons, foires…la liste des évènementiels qui sont passés par la trappe des pertes et profits ne cesse de s’allonger chaque jour depuis le retour du confinement.

Or, les fêtes de fin d’année se profilent à l’horizon, sources de chiffre d’affaires pour les artisans et commerçants.

Face à cette situation inéluctable, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté a décidé de proposer une visibilité supplémentaire aux entreprises afin de booster le flux d’internautes sur leurs sites marchands.

Trois webinaires ont permis de réunir virtuellement 250 professionnels dont une centaine s’est déjà positionnée en faveur de ce projet.

 

 

Concrètement, la vitrine virtuelle de Noël prend la forme d’une carte interactive et d’un annuaire où sont répertoriés les artisans de la région, préalablement préinscrits.

Seule condition d’accès à cette vitrine : les professionnels doivent obligatoirement être immatriculés au répertoire des métiers de la région BFC. Et s’engager à vendre des travaux de leur fabrication réalisés selon les techniques et savoir-faire du métier.

A ce jour, on dénombre parmi les produits proposés des objets de décoration, de la maroquinerie, des vêtements et accessoires, des gourmandises locales…

Les artisans peuvent s’inscrire directement sur cet outil, baptisé ARTIZONE, depuis le site suivant : www.artizone-bfc.fr

 

 

Page 1 sur 49

Articles

Bannière droite accueil