Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Drivés par un professionnel de l’informatique, deux-cent trente-deux seniors du Centre Yonne se prennent à rêver de rivaliser tôt ou tard avec les jeunes générations en suivant des séances pédagogiques intensives ayant attrait aux multiples possibilités offertes par l’outil numérique. Qu’elles soient béotiennes ou déjà expertes en manipulation de tableurs et autres logiciels en tout genre, ces personnes dont les plus âgées flirtent avec les neuf décades d’existence ne manqueraient pour rien au monde ces sessions formatives, impulsées par la cheville ouvrière de la structure associative qui porte ce beau projet : Roger HUGON, pourtant réfractaire lorsqu’il fut encore un professionnel aguerri à l’emploi abusif des nouvelles technologies ! Opérationnelle depuis trois saisons, MAIL, astucieux acronyme pour « Migennes Association Informatique Ludique », soutenue par la Ville, se veut beaucoup plus qu’une simple entité proposant des cours réguliers pour seniors en quête de découverte. C’est surtout un prétexte sociétal incontournable qui allie amitié, cohésion sociale et partage de belles valeurs…

MIGENNES : Studieux, n’hésitant pas à noircir les pages initialement vierges de leurs cahiers de cours tels de jeunes apprenants férus de savoir encyclopédique, les élèves, retraités, de Nicolas COSTE écoutent avec célérité les paroles didactiques de ce spécialiste du multimédia. Au-delà de l’approche théorique de la matière apprise, initiée par ces différents rendez-vous hebdomadaires avec cet entrepreneur, ce parterre de seniors ayant soif de connaissances s’émoustille à l’idée de pouvoir exercer les prémices de leur talent en manipulant des ordinateurs. En situation réelle, mais sous la houlette de leur professeur.

La volonté de transmettre et de partager du président HUGON

Fidèles d’entre les fidèles, les aficionados de « MAIL » suivent cette grand-messe initiatique de l’immersion dans le monde du digital à raison de plusieurs séances explicatives par semaine. Et ce, depuis l’officialisation de la structure associative conçue par Roger HUGON en 2015. Bien que ce dernier ait pris soin d’entamer ce chemin qui ne fut pas nécessairement un long fleuve tranquille pour quelqu’un qui se refusait auparavant, dans sa vie antérieure de cadre, de succomber aux chants des sirènes de ce modernisme plutôt envahissant.

Aujourd’hui, le président de la jeune association ne peut que se féliciter de ce changement de cap personnel lui ayant permis de vaincre ses craintes et de se muer en véritable pédagogue, transmettant et partageant au passage cette irrésistible passion, utile au quotidien des personnes âgées. Saluant la mémoire de son mentor qui lui aura inculqué il y a une douzaine d’années les ficelles de cette science numérique à posséder, l’instituteur Claude BENARD, Roger HUGON peut être fier de son concept qui dépasse l’entendement de la simple association de base.

Doté d’un parc informatique d’excellente qualité et de belle facture (une trentaine de postes de travail), pourvu d’un local mis à disposition généreusement par la municipalité de Migennes, l’organisme grouille d’initiatives judicieuses pour accueillir l’ensemble de ses nombreux élèves lors de séquences segmentées selon les appétences de chacun.

Des devoirs à réaliser à la maison !

Ainsi, les débutants recevront les conseils indispensables à leur apprentissage par Roger, lui-même, ou de l’un de ses quinze aides de camp, des camarades seniors qui, comme lui, disposent de ce tempérament altruiste pour inciter au partage des valeurs et des connaissances par simple conviction citoyenne. Les plus véloces, qui ne jouent déjà plus dans la même catégorie, bénéficieront directement des séances bienfaitrices du professionnel, Nicolas COSTE, qui a choisi de proposer ses services de manière gracieuse.

Si les exercices et autres devoirs à effectuer en séance ou chez soi nécessitent la bagatelle de 40 000 copies de cours durant la saison, MAIL ne compte que sur les cotisations de ses membres qui pratiquent l’art du tutoiement et de la bise significative en guise de bienvenue, pour exister. Un modèle économique, pragmatique et sans fioritures, voulu expressément par sa gouvernance.

Que l’on soit âgé à peine de cinquante ans ou que l’on présente une maturité plus avancée dans son existence (90 ans), tous les adhérents ont à cœur de se retrouver avec la régularité d’un métronome au sein de cette structure qui a su initier des liens indéfectible de convivialité et de solidarité entre ses adhérents. Les pots de l’amitié en fin de session ou les retrouvailles avec les familles lors d’évènements plus enclins à la festivité le rappellent aisément.

Désormais, en joignant l’utile à l’agréable au sein de « MAIL », Excel, Word, Power Point, l’envoi de e-mailing ou les échanges via les réseaux sociaux Internet, Skype et Facebook sont devenus des jeux d’enfant naturels pour ces seniors ragaillardis par tant de nouveautés numériques et de prouesses technologiques.

Depuis peu, les bornes de recharge de l’Yonne sont accessibles aux propriétaires de véhicules électriques de l’Europe entière.  L’association de ces trois incontournables de la transition énergétique offre désormais la possibilité aux possesseurs d’automobiles électriques de bénéficier de solutions de recharge à travers le continent européen. Cette avancée fulgurante démocratisera un peu plus l’usage de ces véhicules de demain grâce à l’apport de bornes exploitées par le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne (SDEY). Localisées et utilisables par les usagers de tous les opérateurs de services du réseau inter-charge de la société HUBJECT, ce dispositif de recharge électrique originellement implanté sur notre territoire rejoint un réseau d’infrastructures accessible à travers quatre continents…

SAINT-DENIS : Propriétaire de 4 000 kilomètres de réseaux, le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne, cher à son président Jean-Noël LOURY, veille au maintien d’un service public performant dans le domaine de la distribution d’énergie tout en optimisant la qualité et la sécurité. Gérant pour le compte de communes adhérentes les réseaux d’électricité et de gaz, la structure n’en demeure pas moins un acteur fondamental de la mobilité électrique au nord de la Bourgogne Franche-Comté.

Déjà en 2016, l’idée d’un tel attelage s’imposait dans les esprits…

Partant sur le simple postulat qu’il est nécessaire de procéder à des investissements pour que le territoire de l’Yonne reste attractif et de se doter des moyens participatifs indispensables à cette politique, le SDEY a franchi une nouvelle dimension en rejoignant le réseau inter-charge de la plateforme eRoaming, conçue par la société HUBJECT.

Cette dernière, apparue en 2012, assure la connexion entre les opérateurs de bornes de recharge électrique et ceux qui interviennent au niveau de la mobilité en offrant aux utilisateurs de véhicules électriques un accès inédit et facilité aux infrastructures de recharge par ladite plateforme.

La réflexion ne date pas d’hier. Déjà en 2016, le président du syndicat d’énergie qui sera le premier de France à intégrer ce réseau inter-charge, avait validé cette décision qui pousse le SDEY à entrer de plain-pied dans le concert international.

Dans l’absolu, et en acceptant de rejoindre la plateforme, le syndicat départemental de l’Yonne y côtoie un solide auxiliaire qui se matérialise par la structure SPIE CityNetworks. Spécialiste des réseaux de recharge destinés aux voitures électriques, cette filiale de l’imposant poids lourd du BTP, de l’énergie et des communications (5,1 milliard d’euros de chiffre d’affaires pour 600 sites répartis dans 38 états et employant 38 000 collaborateurs), ouvre toute grande la porte à un très grand nombre d’utilisateurs européens qui auront ainsi l’accès aux fameuses bornes déployées sous le pilotage du SDEY !

Cette fenêtre sur l’Europe répond aux intentions louables du président LOURY : « nous avons toujours cru en l’innovation et au développement de la mobilité durable. Grâce à ce partenariat inédit, nous souhaitons donner aux conducteurs de véhicules électriques la possibilité d’accéder à différents pays et régions, au-delà même de la Bourgogne… ».

Praticité, fiabilité, durabilité : les items vertueux de cette collaboration

Dans sa phase de concrétisation, la filiale de SPIE prendra en charge l’installation, la supervision, la maintenance et l’exploitation technique et commerciale des bornes de recharge. Cette offre viendra en complément de celle d’HUBJECT, déployée pour la première fois dans l’Yonne, qui place l’expérience utilisateur au cœur de ses réflexions.

« Notre objectif est de fournir aux syndicats d’énergie des solutions innovantes tournées vers l’avenir et au profit des usagers. Les réseaux de recharge internationaux et multi-opérateurs comme inter-charge nous aident à garantir une expérience de recharge aisée pour les conducteurs de véhicules électriques. HUBJECT représente un leader innovant sur le marché de l’itinérance depuis de nombreuses années. En plus de la fiabilité de ses services, il offre une gamme étendue d’options à forte valeur ajoutée », a déclaré Daniel BEAUBOUCHEZ, responsable digitalisation et innovation chez SPIE CityNetworks.

Gageons que les 3 400 collaborateurs qui interviennent depuis les 130 implantations de cette filiale feront le nécessaire pour optimiser cette nouvelle stratégie en faveur de la transition énergétique en France mais aussi sur l’ensemble du Vieux Continent

Destiné aux jeunes entreprises innovantes ayant moins de trois ans d’existence, et en phase de déploiement commercial avec un fort potentiel de croissance, ce concept d’accompagnement entrepreneurial inédit, adoubé par l’établissement bancaire régional, ne privilégie ni n’exclut aucun secteur d’activité. Localisé au centre-ville de Dijon, rue des Godrans, le « Village » a ouvert ses portes il y a quelques mois et devrait rejoindre, d’ici 2019, la future Cité internationale de la gastronomie et du vin…

DIJON (Côte d’Or) : Différentes start-ups, et non des moindres (VITAGORA, FOOD TECH…), sont déjà accueillies au sein de ce concept avant-gardiste, fruit d’une volonté tangible de la part des responsables du groupe bancaire, d’encourager les initiatives au sens large en faveur du développement économique des territoires.

Apparu de manière originelle à Paris, en juin 2014, « Le Village by Crédit agricole » puisque telle est son appellation officielle s’apparente à un écosystème d’open innovation (innovation ouverte) ayant pour objectif de favoriser les relations entre les start-ups et les grandes entreprises. Cette passerelle entre deux univers qui n’auraient pas dû se croiser réunit des entreprises de diverses tendances et de tailles différentes avec la ferme intention d’initier grâce au réseau une stratégie de développement économique sur l’ensemble de l’hexagone mais aussi à l’international. Ainsi, « Le Village » dispose de relais établis dans vingt-cinq métropoles majeures de la planète pour atteindre ses priorités : New-York, Londres, Moscou, Shanghai, Tokyo, Séoul, Singapour ou encore Paris).

Lieu de connaissance et de partage : « Le Village » est un encouragement aux bonnes initiatives…

Maire du « Village by Crédit agricole » en Champagne Bourgogne, Thomas DUPONT explique la philosophie de ce lieu d’échange et de partage.

« Ce concept permet d’entretenir en lien étroit avec l’innovation une synergie autour des acteurs locaux du développement économique. La vocation initiale étant de soutenir les initiatives des start-ups dans une logique de croissance et d’accueillir de nouvelles structures selon le principe vertueux du parrainage… ».

Aux entreprises partenaires de s’engager complètement auprès des néo-entrepreneurs par le biais d’une aide à l’installation, la mise à disposition de leurs expertises et leur expérience.

Une deuxième session d’appels à candidature, ouverte en février et mars, vient de se conclure le 09 mars. La phase de pré-sélection des dossiers se déroulera le 16 mars. Les nouvelles structures retenues s’installeront dans les locaux du village d’ici la fin mars.

En décidant de rejoindre le concept, ces futures entités à l’estampille du Village de la banque verte disposeront de bureaux, de salles de conférences, de salles de réunions mais aussi de l’ensemble de ce réseau en France comme à l’international tout en profitant des synergies nécessaires à leur développement avec le concours des nombreux acteurs de l’innovation. Devant le succès obtenu par ce concept en Bourgogne, il ne serait pas surprenant que les auteurs de ce projet ne provoquent pas un troisième appel à candidatures au cours de ces prochains mois…

Premier du genre ouvert sur le territoire de l’Yonne depuis le 31 janvier, le révolutionnaire concept « e-nov’agence » dépoussière la traditionnelle relation instituée au sein des agences commerciales bancaires. Opérationnelle sur la commune de Saint-Georges sur Baulche, la structure à l’ergonomie totalement repensée n’est que l’un des maillons de ces vingt-deux établissements futuristes et digitalisés accueillant le public sur sa zone de chalandise régionale. Petite immersion au cœur de la vitrine marketing du futur…

SAINT-GEORGES SUR BAULCHE : Précurseur, la caisse régionale de la Banque Populaire l’est dans bon nombre de domaines. Y compris dans l’idée que se fait cet établissement à bonifier l’accueil de ses prospects et clients attitrés. Les consommateurs ayant connu et fréquenté l’ancienne agence commerciale de Saint-Georges auront sans doute constaté le changement opéré à la simple découverte de ces nouveaux locaux flambants neufs, ouverts fin janvier. Non pas à l’examen de la gangue extérieure qui, elle, épouse encore les mêmes murs. Mais, à l’observation de ce petit joyau du modernisme que représente le nouvel écrin…

L’agence sous le prisme de la Banque Populaire : le socle de toute relation…

Fruit de plusieurs mois de travaux, le nouvel édifice professionnel de l’un des principaux employeurs de la région, élu première banque des PME en 2017, aura vécu une longue gestation avant d’accoucher de ce concept novateur. Le jeu en valait la chandelle, assurément. Supposant une enveloppe financière de bel aloi pour transcrire aux normes architecturales et conceptuelles ce projet clairement défini par les stratèges de l’entreprise.

Car, si cette agence du XXIème siècle fera date dans les annales de l’Yonne en étant référencée comme la toute première de ce calibre organisationnel, elle n’est en revanche pas issue du germe initiateur. Etant positionnée comme la 23ème structure de ce style sur le territoire régional et du Pays de l’Ain.

Grâce à ce concept, la Banque Populaire BFC confirme que l’agence commerciale demeure le pivot inaliénable de la relation élaborée avec le client. Le parcours de celui-ci à travers cet espace ne s’encombre pas de fioritures : il a été conçu dans la lisibilité, à partir d’univers correspondants à chaque type de besoin, de manière clairement identifiable.

Accueillant, chaleureux, résolument orienté vers le public en le projetant parmi une volumétrie adaptée à sa déambulation, le concept « e-nov’agence » jouit d’un design limpide aux lignes épurées. Pourvu des technologies adaptées et efficientes.

La présence humaine n’est jamais très loin. A tout moment, en progressant sur ce parcours mêlant le physique au virtuel, le bénéficiaire des offres de service de l’établissement bancaire peut recevoir les conseils avisés des spécialistes de l’agence. Dans le cas qui nous intéresse, cinq professionnelles prodiguent leurs préconisations, qui sur les offres de crédit, qui sur les placements, qui sur l’approche non exhaustive de la gestion patrimoniale.

Une ossature conceptuelle 100 % locale…

Elément palpable du vaste programme d’investissement qui concernera à terme la totalité des agences du territoire Bourgogne Franche-Comté, ce premier chantier de rénovation à la sauce numérique et technologique nécessitera une enveloppe budgétaire de près de 100 millions d’euros. Sa mise en exergue applicative étant imputée aux acteurs de l’économie locale exclusivement. La refonte des agences du groupe bancaire ayant été confiée à la créativité et au savoir-faire artisanal de PME du cru.

Directrice de cette structure refaite à neuf, Sandrine FRANEY témoigne : les premières réactions de la clientèle s’inscrivent sous le sceau de l’enthousiasme.

« Nos premiers visiteurs ont été subjugués par l’espace de vie offrant un cadre convivial facilitant les entretiens rapides ou en attente. L’espace accueil propose le contact initial avec le lieu et les collaborateurs de l’équipe. Il fluidifie les entrées et les sorties dans l’établissement d’où sa surface importante et aérée. Quant aux espaces conseils, au nombre de trois, ils ont été conçus par nos designers pour offrir dans des conditions optimales le supplément d’âme nécessaire à un accueil qualitatif, à partir de services connectés efficaces, tout cela se faisant dans la plus grande discrétion… ».

Naturellement, le nouveau site bancaire dispose d’un espace libre-service servant dans le traitement des opérations courantes, de la manière la plus autonome pour ses utilisateurs à tout instant.

De nombreuses innovations technologiques au service de la relation client

Dans sa quête du modernisme à tout crin, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté n’a pas lésiné sur les moyens technologiques pour répondre aux attentes de sa clientèle. Dès qu’elle pénètre dans l’espace d’accueil, une borne tactile permet au visiteur de signaler sa présence à son conseiller. Une interactivité appréciable et pour le moins surprenante.

Les vieilles affiches promotionnelles d’antan ont été troquées par des systèmes d’affichage électroniques hyper réalistes et à la définition de l’image de haute qualité. Mais, le summum de ces échanges connectiques privilégiées se traduit par la présence de petites tablettes numériques posées dans un espace réservé à l’attente. Là, librement et de manière très simple, le client pourra consulter la presse afin de bénéficier de l’accès à l’information, voire se divertir selon le contenu de la programmation.

Quant à la signature électronique des documents officiels, elle se pratique avec aisance par les conseillers de l’établissement qui ont ainsi résolu la problématique de l’archivage. Tous les produits bancarisés par la Banque Populaire profitent de cette prouesse technique, visant à la dématérialisation des offres commerciales.

Rappelons, de surcroît, que les contrats signés électroniquement ont valeur d’originaux et sont juridiquement comparables aux documents classiques. Enfin, il existe deux autres possibilités numériques qui prennent corps à travers l’entretien conseil sur tablette et la vente à distance des produits.

Deux développeurs sur le web et un commercial viennent de rejoindre les effectifs de ce spécialiste de la communication digitale qui compte parmi ses clients le Muséum d’histoire naturelle de Paris, l’Institut du Monde Arabe ou de grandes écoles de commerce à travers la France à l’image de la Montpellier Business School. Pourvue d’un tel background, l’entreprise de Sens, codirigée par le tandem Brice BOREL et Thomas DA ROVARE, conforte ainsi sa présence indéfectible sur son marché à l’aune de son vingtième anniversaire, célébré cet automne, tout en légitimant de réelles ambitions…

SENS : De douze personnes opérationnelles au début de l’année 2017, l’effectif de la société NET.COM s’est valorisé au cours de ces dernières semaines en bénéficiant des renforts de trois nouveaux salariés agrégés au développement commercial et technologique de l’entreprise.

Ce choix stratégique a été entériné par les deux garçons talentueux qui officient à la tête de cette belle structure depuis bientôt deux décades, Brice BOREL et Thomas DA ROVARE. Car, pour eux, 2018 restera une période de référence dans l’histoire évolutive de leur concept, basé sur la déclinaison d’une forte valeur ajoutée technique et éditoriale en direction des milieux entrepreneuriaux, des collectivités et des institutions.

La commande publique : une source profitable de contrats…

80 % des activités professionnelles de la structure se réalisent par le truchement de la commande publique avec des orientations qui oscillent vers le secteur de la recherche (Laboratoire français de l’aérospatiale), le monde de l’éducation et de la culture mais aussi les chambres consulaires (la conception réussie du site national de l’artisanat), des centres hospitaliers ainsi que des offices publics de l’habitat.

Ayant consolidé son chiffre d’affaires l’an passé au-delà du million d’euros, NET.COM n’avait néanmoins pas d’autres alternatives que de recruter au second semestre 2017 afin de poursuivre sa marge de progression. L’agence de communication digitale propose un melting-pot de solutions web et mobile en concevant une stratégie qui intègre un planning d’animations des réseaux sociaux, l’achat d’espaces publicitaires, l’accompagnement et l’alimentation du site sur du long terme.

Concurrencer les plus grandes agences françaises…

Aujourd’hui, l’objectif des deux leaders est d’être en concurrence frontale avec les plus grosses agences de communication digitale de France. En particulier celles de Paris et de Lyon. Un projet évolutif qui passe par de la méthode, le profit apporté par le poids de la cellule recherche et développement mais aussi l’apport de nouvelles technologies glanées sur les salons internationaux de Shanghai et de Las Vegas, nécessaires de visiter à chaque édition annuelle.

Certifiée Iso 9001 depuis six ans, NET.COM n’en a pas pour autant omis le développement durable (RSE), en proposant des conditions de travail optimales et épanouissantes à l’ensemble de ses collaborateurs. Les plus anciens comme les petits nouveaux !

Page 1 sur 10
Bannière droite accueil