Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

Deux nouveaux roadsters vont être dévoilés aux férus des deux-roues et autres aficionados de la marque allemande ce jeudi 19 novembre au beau milieu de l’après-midi. Il sera possible de vivre cette présentation digitale comme si vous y étiez et de s’émouvoir de cette double initiative déclinée par BMW MOTORRAD !

MUNICH (Allemagne) : Ils seront révélés au monde entier à partir de 16 heures ce jeudi 19 novembre. Depuis l’Allemagne, deux nouveaux modèle de roadsters conçus par l’ingénierie du constructeur d’outre-Rhin vont être présentés dans le moindre détail lors d’un évènementiel retransmis via la magie du numérique.

Pour suivre cet évènementiel à distance, et depuis chez vous, il suffira pour les amateurs de belles cylindrées (et accessoirement de la marque germanique) de se connecter à la page officielle de BMW MOTORRAD sur Facebook mais aussi les chaînes You Tube du constructeur BMW et de sa filiale moto.

La retransmission sera également visible depuis la page LinkedIn de BMW Group.

Alors, ne boudez pas votre plaisir !

 

 

En savoir plus :

 

Présentation officielle de BMW MOTORRAD

Jeudi 19 novembre 2020 à 16 heures

A suivre sur :

https://www.facebook.com/BMWMotorrad

https://www.youtube.com/BMWMotorrad

 

A l’instar de la société de l’Yonne PAPYHAPPY dont les seniors sont le cœur de cible, les entreprises de la Silver Economie s’inquiètent de la situation préoccupante des personnes âgées en cette période sanitaire si complexe. Il est vrai que sur les 40 000 décès déjà imputables à la COVID-19 en France, beaucoup concernent les seniors.

JOIGNY : Etat dépressif, sentiment d’abandon et de rejet, solitude : les personnes âgées traversent une période particulièrement difficile de leur existence depuis le début du nouveau confinement.

Vivant le plus souvent de manière isolée, elles voient leurs moyens de communication se restreindre comme la neige qui fond au soleil avec leur entourage. Qui lui-même peut-être aussi contraint de rester à demeure afin de ne pas s’exposer à l’infection virale.

Certes, il reste les outils numériques. Force est de constater que bon nombre de nos glorieux aînés ne sont pas des adeptes chevronnés du clavier et de la souris.

Plutôt que de rester murer dans le silence et l’ennui, Joachim TAVARES, patron de la start-up PAPYHAPPY, a pris l’initiative de proposer aux seniors d’appeler directement les équipes de la plateforme icaunaise.

Objectif : nouer des liens au détour d’une conversation sur des thèmes de leur choix !

 

 

Concrètement, les seniors peuvent ainsi partager leurs craintes, évoquer leurs problèmes mais aussi faire part de leurs espérances avec les collaborateurs de la TPE au bout de la ligne.

Baptisée « Masqué mais pas isolé », cette opération relationnelle faisant montre d’altruisme favorise le dialogue avec ces personnes âgées qui peuvent ainsi s’extraire le temps d’un échange téléphonique salvateur de leur isolement.

Pour ce faire, il suffit d’appeler un numéro gratuit (03.72.60.57.00.) et le tour est joué. Le service est fonctionnel de 09 à 16 heures tous les jours du lundi au vendredi. Sage idée que celle-ci !

 

 

Premier constructeur automobile à s’engager en faveur de l’Accord de Paris, Volkswagen vise à devenir climatiquement neutre d’ici à 2050. Le groupe a l’intention de lancer environ 70 modèles 100 % électriques au cours des dix prochaines années. Une vingtaine de ces modèles sont déjà en production et cinquante autres devraient suivre. Pas moins de soixante modèles hybrides sont également prévus d’ici à 2030 dont plus de la moitié sont déjà en production.

PARIS : Le groupe Volkswagen accélère sa transformation pour devenir une entreprise de mobilité digitale. Comme il en a été décidé lors du Cycle de Planification 69 (Planning Round 69), le constructeur va consacrer environ 73 milliards d’euros à l’électrification, aux motorisations hybrides et à la technologie digitale au cours de ces cinq prochaines années. L’annonce a été faite à l’issue de la réunion du Conseil de Surveillance il y a quelques jours.

Les investissements en immobilisations et en recherche & développement destinés aux technologies d’avenir représenteront 50 % du total des investissements du groupe (150 milliards d’euros) contre 40 % auparavant.

Les investissements dans la transformation numérique doubleront pour atteindre 27 milliards d’euros d’ici à 2025, reflétant ainsi la volonté de l’entreprise d’Outre-Rhin de renforcer ses capacités logicielles. Environ 35 milliards d’euros seront consacrés aux véhicules électriques. Et près de 11 milliards d’euros supplémentaires iront au développement de versions hybrides des modèles existants.

Le Cycle de Planification s’appuie sur une croissance modérée de l’économie mondiale au cours des cinq prochaines années. Une croissance assortie de différences régionales est également prévue dans les différents marchés.

La hausse de 30 % de la productivité et les économies réalisées au niveau administratif permettront de garantir l’aspect financier de la transformation. Le groupe travaille aussi méthodiquement à l’optimisation de son portefeuille de produits.

 

Une enveloppe de 27 milliards d’euros pour la transformation digitale

 

C’est ainsi que les variantes de modèles, les combinaisons moteur-transmission et les fonctions qui sont moins demandées seront progressivement éliminées afin de réduire la complexité et d’améliorer l’efficacité du portefeuille. La planification exclut les joint-ventures chinoises qui ne font pas partie du groupe consolidé et qui financent leurs investissements (usines et produits) à partir de leurs propres ressources.

Compte tenu du rôle crucial que les logiciels joueront dans la réussite future de Volkswagen, les dépenses d’investissement consacrées à la transformation digitale atteindront 27 milliards d’euros, soit le double du montant prévu dans le Cycle de Planification précédent.

 

 

Ce montant inclut les dépenses consacrées à la division « Car.Software », qui a été lancée avec succès en début d’année. L’objectif est de créer une série de logiciels exclusifs qui seront déployés dans le projet Artémis d’Audi à compter de 2024.

La part de l’entreprise consacrée aux logiciels passera de 10 % à 60 %. Une large partie des fonds destinés à la transformation numérique seront, en outre, investis dans les domaines cruciaux que sont l’intelligence artificielle, la conduite autonome et la numérisation des principaux processus opérationnels.

 

Une réorganisation de la production en Allemagne et en Tchéquie…

 

À Salzgitter, Volkswagen va investir environ un milliard d’euros dans la technologie des batteries, un secteur essentiel. En coopération avec son partenaire de joint-venture suédois NORTHVOLT, le groupe va construire une unité de production de cellules qui sera mise en exploitation en 2024 et améliorera la compétitivité de l’Allemagne en tant que bastion industriel.

Un nouveau modèle s’ajoutera à son portefeuille : un nouveau SUV ciblant le marché européen qui sortira de la ligne de production à compter de 2024. Le site produit déjà toute la famille Golf et ses dérivés, le Volkswagen Tiguan et le SEAT Tarraco.

À l’avenir, Volkswagen Véhicules Utilitaires produira l’ID. BUZZ1 100% électrique sur son site de Hanovre, parallèlement à trois modèles SUV 100 % électriques pour d’autres marques du groupe. Le site de Hanovre accélère ainsi la transformation vers la mobilité électrique qui a déjà débuté.
La transformation progresse également à l’usine Volkswagen d’Emden. Les travaux de construction en vue de la transition vers la mobilité électrique sont en cours et le deuxième modèle électrique destiné au site a maintenant été défini.

Outre l’ID.4, le modèle Volkswagen Aero, quatre portes, 100 % électrique devrait y être produit à compter de 2023.

Dans le même temps, la Passat, qui est actuellement assemblée à Emden, sera produite à Bratislava en Slovaquie à compter de 2023 (avec la famille ŠKODA SUPERB) ; ce qui permettra d’exploiter des synergies au sein de la famille de véhicules.

Le déménagement de la production de la SUPERB qui quittera l’usine tchèque de Kvasiny pour rejoindre Bratislava donnera à ŠKODA la capacité nécessaire pour mener à bien son plan de croissance en République tchèque.

 

Il y va des principes fondamentaux de la démocratie. Un gage inaliénable selon les deux élus de l’opposition à la gouvernance actuelle, le duo écologiste Florence LOURY et Denis ROYCOURT. Dans une missive adressée à l’édile d’Auxerre Crescent MARAULT, les leaders d’Auxerre Ecologie demandent que le prochain conseil municipal se déroule le jeudi 12 novembre en présentiel. Afin que les décisions puissent y être débattues en public…

AUXERRE : Initialement programmée le jeudi 05 novembre en séance physique, la prochaine session du conseil municipal d’Auxerre a été décalée à la date du lundi 16 novembre à 18 heures. De manière numérique puisque devant s’appuyer sur la technologie offerte par la visioconférence.   

Les raisons à ce report de dernière minute se justifient avec la recrudescence du nombre de cas de COVID-19 dans la capitale de l’Yonne. Même si les arrêtés organisant la tenue des différentes instances devaient encore en préciser la nature pratico-pratique ce vendredi 06 novembre.

Cependant, l’idée d’un conseil municipal à distance ne satisfait pas deux des élus de l’opposition, les écologistes Florence LOURY et Denis ROYCOURT.

Outre les contraintes techniques imposées par l’emploi de la visioconférence, notamment au niveau de la fiabilité des connexions, voire de la vétusté de certains appareillages informatiques à domicile, c’est surtout le recul de la démocratie que représente la dématérialisation d’une assemblée délibérante qui est aujourd’hui pointée du doigt par les porte-étendards d’Auxerre Ecologie.

« Il est très important que dans cette période aussi troublée, les décisions puissent être débattues en public afin que la démocratie continue à s’exercer… ».

 

 

Pas de garantie possible au niveau de la qualité des connexions…

 

Arguant que l’édile Crescent MARAULT ne pourra garantir que les 39 élus du conseil municipal puissent participer de manière démocratique et convenable aux débats via ce processus numérique, du fait de connexion insatisfaisante ou de matériels peu fiables, les élus écologistes souhaitent le report de la séance au jeudi 12 novembre de manière présentielle.

Le lieu de ce rendez-vous est déjà tout indiqué : il s’agirait de l’enceinte principale du parc AUXERREXPO qui peut en garantir le respect des mesures sanitaires obligatoires.

Parmi leur argumentation, le tandem écologique rappelle que « le principe de réunion en présentiel est conforme à l’orientation du gouvernement et aux consignes données sur le maintien des services publics et le maintien des lieux de travail ».  

Des éléments explicatifs qui étayent la missive qui a été adressée au maire d’Auxerre et président de l’Agglo.

Certes, les deux élus réfractaires à l’utilisation du numérique comprennent le besoin de restrictions imputables à la pandémie de coronavirus. Toutefois, ils font la distinction entre deux types de réunions : les commissions dites « non-décisionnaires » qui peuvent se réaliser par le biais de la visioconférence et la séance plénière qui doit, elle, se faire en présentiel.

D’autant, que le choix d’organiser ce conseil municipal devant son écran d’ordinateur aurait été pris à la hâte et sans concertation avec les élus, dénoncent Florence LOURY et Denis ROYCOURT.

Pour l’heure, à défaut du jeudi 12 novembre, le conseil municipal est toujours maintenu au lundi 16 novembre pour les élus qui y participeront. Sans doute, ces derniers seront-ils confortablement installés pour y prendre part depuis leur bureau à domicile…  

Thierry BRET

 

 

 

Réunis ce mardi 03 novembre à Auxerre pour étudier et analyser toutes les préconisations à mettre en place afin de sortir les commerces non-alimentaires de la mauvaise passe actuelle, la préfecture de l’Yonne, les collectivités territoriales et les chambres consulaires se sont accordés sur un point. Il est impératif d’accompagner les professionnels dans la continuité de leur activité…

AUXERRE: En filigrane, le message de soutien aux commerces de proximité est sans équivoque de la part des institutions du département. Il émane notamment du préfet de l’Yonne Henri PREVOST, lui-même, des représentants des collectivités territoriales et des responsables des chambres consulaires départementales qui étaient conviés à une séance de travail ce mardi afin d’examiner les dispositifs d’aides à développer pour faire face à la conjoncture actuelle.

Services de l’Etat, consulaires et collectivités ont fait part de leur convergence d’intérêt pour soutenir ces entrepreneurs, acteurs centraux de la vie économique et sociale de notre territoire.

Même si la bonne conduite du confinement impose un certain nombre de restrictions salvatrices pour juguler la propagation de l’épidémie, il n’empêche que l’interdiction de l’accès à une typologie de commerces ne signifie pas pour autant la rupture totale de toute activité.

En ce sens, la pratique de retrait en magasin, nommément reconnu sous le vocable angliciste, « click-and-collect », représente un indéniable atout qu’il est nécessaire de développer.

Au sortir de ce rendez-vous, la préfecture et les organismes consulaires ont décidé d’encourager fortement ce moyen consumériste. Ainsi, des initiatives vont être conduites au service des commerces, elles bénéficieront du relais des collectivités territoriales.

 

 

Plusieurs initiatives pour soutenir le commerce local…

 

L’adoption de ces solutions solidaires et novatrices passe en premier lieu par l’information. Un document se présentant sous la forme d’un guide (il s’intitule sobrement « Comment vendre et communiquer pendant le confinement ») sera transmis à chacun des professionnels. De même, une piqûre de rappel sera injectée dans les consciences sur les aides d’Etat existantes qui permettent aux entreprises de traverser la période de confinement.

En parallèle, le lancement d’une plateforme départementale en ligne est imminent. Y seront répertoriés les magasins et les restaurants ayant mis en application le principe du « click-and-collect » mais aussi de vente à emporter ou de livraison.

Enfin, les participants de cette cellule de crise en soutien au commerce incitent à l’aide collective ou individuelle à la création d’outils numériques par les artisans et les commerçants.

Autant de préconisations utiles et pragmatiques qui doivent permettre au commerce local de faire face durant cette période complexe…

 

Articles

Bannière droite accueil