Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Le temps d’un week-end, Auxerre s’est parée d’atours moyenâgeux et a arrêté l’horloge du temps au XIIIè siècle. Comme un air de Puy-du-Fou mais sans la polémique, en hommage à la comtesse Mathilde de Courtenay qui, il y a huit siècles, signait une charte accordant libertés et franchises aux habitants de la ville. Initiant par son geste les prémices pour Auxerre, de son statut communal…

 

AUXERRE : « Que l’on festoie et que l’on ripaille, Auxerre est libérée ! ». Un cri venu de la nuit des temps, que les quelques 400 participants au banquet médiéval des « Libertés », réunis sous l’Horloge, ont eu tout loisir de reprendre à leur compte, ce samedi soir, à l’issue d’une journée à l’empreinte moyenâgeuse, marquée par un flot d’animations et spectacles plébiscités par le public venu en nombre participer à la fête.

Pour l’occasion, certains artisans de Guédelon avaient même quitté leur château poyaudin, à l’image de Sébastien, tailleur de pierre de profession, venu expliquer à grands coups de massette son métier et sa passion : « c’est un travail comme un autre, il faut juste de la patience, cela peut prendre jusqu’à cinq jours pour une seule pierre, mais quand on sait qu’elle est là pour durer des centaines d’années, ce n’est rien… ».

 

Le MMA médiéval à l’honneur : le behourd !

 

Toute autre ambiance place de l’Hôtel-de-ville où Florent et ses comparses, croisaient le fer pour présenter en armure les techniques du « behourd », un sport de combat en duel ou en équipe, où tout est permis ou presque ! « Tous les coups sont appuyés et frappés. On dit du « behourd », que c’est un peu le MMA médiéval, on a le droit de mettre des coups de tête, de genoux, de pied… ».

Et quand on sait qu’entre l’armure et les protections matelassées, les combattants peuvent avoir jusqu’à 35 kg de charge sur le dos, pas toujours facile de se relever habillés ainsi, en boîte de conserve ! Mais là encore, le public est sous le charme et en redemande, prochain tournoi dans une heure.

 

 

 

 

Un destrier blanc et des chevaliers accompagnent la comtesse

 

« Holà maraud ! Que sont ces notes échappées de flageolets et autres cornemuses… ? ». Ce n’est rien, Messire, juste la compagnie Ambra Luna qui défile rue du Temple. « La mailloche », « la luciole », « Robin des bois » et « Maître Gourmand » sont à la manœuvre et savent débaucher le passant : « vous avez le droit de danser, de jongler, d’envoyer mémé en l’air, c’est jour de fête ! ». Le tambour rythme la danse et on se laisse porter…

Oyez gentes Dames et nobles Damoiseaux, accueillez comme il se doit notre comtesse, Mathilde de Courtenay, venue nous affranchir et nous libérer ! De blanc et parme vêtue, la noble Dame a fière allure sur son destrier blanc, entourée de ses chevaliers, sous le regard protecteur de Messire DOUMEYROU, premier palefrenier du roi, alias président du Syndicat des éleveurs de chevaux de l’Yonne !

Le cortège est arrivé à l’hôtel de ville où l’attendent Messire JOUVET, au titre nobiliaire de « conseiller municipal et communautaire », entouré de ses pages, élus au « Conseil municipal des enfants du royaume ».

 

 

Rendez-vous dans deux cents ans pour le millénaire !

 

L’heure solennelle est venue, celle de l’affranchissement de toute une ville : « moi Mathilde, comtesse d’Auxerre, de Nevers et de Tonnerre, je renonce entièrement et pour toujours, en faveur de mes sujets, etc., etc… ».

Le reste appartient à l’Histoire, mais aussi un peu au présent, quand on sait que cette charte d’affranchissement, peu courante à l’époque et qui confirmait celle octroyée par son père, le comte Pierre de Courtenay en 1188, marqua la naissance de la commune d’Auxerre. Et pour les plus optimistes, rendez-vous dans 200 ans pour fêter le millénaire de l’évènement !

 

Dominique BERNERD

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il est midi en cet estival jour ensoleillé (si, si !) le long de la rue du Plat d'Etain, sise derrière la jolie halle du marché. Bruno, le bistrotier, est établi ici depuis le début du siècle. Il termine la mise en place de sa terrasse, aidée activement par sa souriante fille, Marion. Bruno est l'un des dynamiques acteurs de la revitalisation commerçante de cette petite artère. Il s'apprête d'ailleurs  à accueillir le jeune édile de la ville qui vient accompagnée de sa grand-mère,  une délicate attention s’il en est !

 

SENS : Juste à côté de cette plaisante terrasse, l'Atelier Vintage vient d'ouvrir. Auparavant, ce fut le « Village Gourmand ». La déco y est un peu à l'unisson : au sol trône une antique moto indienne bleutée Royal Enfield  (j'en ai piloté une de 500cc 25 000 kms durant !) et au plafond les tuyaux d'évacuation, façon brasserie US. Cela donne à l'ensemble, un aspect aussi atypique que lumineux.
Le chef DUVAL est aux fourneaux. Antan, il fut pâtissier, puis chocolatier à Paris. Son père est le chef d'une bonne table locale (« Le Gâtinais » à Saint-Valérien). Quant à ses grands-parents, ils tinrent au siècle dernier une jolie épicerie fine, sise rue de la République. On y trouvait notamment le croustillant bonbon des buchettes sénonaises, indéniablement meilleur que les machins « Haribo ». Oui mais ça, c'était avant ! Lorsque Sens ressemblait encore à une petite ville provinciale plutôt qu'à une annexe de la grande banlieue parisienne. Ici, cette jeune toque entend se faire connaître par le biais d'une cuisine faite maison.

 

 

 

Des produits frais, goûteux et bien assaisonnés !

 


La carte tourne autour d'un triptyque très actuel : salade, tartine et burger, devenu depuis l'arrivée hexagonale de « Mc Do » en 1979 l'un des plats préférés de nos compatriotes. « L'hambourgeois » - comme le dénomment nos amis québécois - a hélas supplanté le fameux steak-frites, qui fut longtemps symbole de la cuisine ménagère familiale !

L'accueil est aimable. Bienvenue en terrasse, le long de cette belle petite artère citadine. La tartine végétarienne arrive alors : le pain est bon, l'assaisonnement aussi. Peut-être qu'aubergines et tomates de saison eussent méritées d'être un peu plus confites, un peu façon ratatouille ! Mais l'ensemble matche.

Et puisque, « miss tartine » est accompagnée d'une salade fraîchement épluchée. Félicitations pour l'excellente vinaigrette, aussi goûteuse que délicieuse ! Rien de tel que pareil assaisonnement, aussi simple à réaliser que réussi !

 

 

Ah, la croustillance des frites !

 

En plat du jour, arrive un bon steak tartare, un classique de la carte des brasseries. La viande a de la mâche et les frites sont croustillantes. On aurait apprécié une bouteille de Tabasco (ou autre) pour parfaire l'assaisonnement. Quant aux petites doses de Ketchup et autre mayo, elles ne paraissent pas des plus aisées à ouvrir. Elles se méritent, semblent-elles susurrer aux convives, fort nombreux ce jour-là. Un mot sur le Coulanges-rouge du sympathique vigneron Steeve LEMOULE - un incontournable personnage de la foire de Sens -, il convient parfaitement à ce plat.

 

 

 

 

Et pourquoi pas l’ouverture dominicale ?



L'impeccable dessert est un sablé breton citron/framboise : il laisse quelque peu à penser que le chef en a un peu sous le pied de son savoir culinaire et qu'un jour, il pourrait agrémenter sa gamme, en sus des tartines et autres hambourgeois.  !
Ce moment agréable a été ponctué par un bon café. Bienvenue à l'Atelier Vintage dans la cité de Brennus. S’il ouvrait le dimanche, cela pourrait cartonner, on peut en être certain !

 

 

 

En savoir plus :

 

Les - : le service est aimable mais une seule personne semble insuffisant. Certes, l'été n'est pas novembre ou février…

Les + : top à la vinaigrette ! Et, à quand la piétonisation de cette dynamique petite rue, hors marché comme de bien entendu !

 

 

 

Contact :

 

L’Atelier Vintage

23 Rue du Plat d'Etain

89100 SENS

Tel : 09.79.07.39.29.

Sauf dimanche et lundi

 

Gauthier PAJONA

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Ce n’est pas commun, comme lieu de visite. Mais, pourquoi ne pas s’y intéresser de plus près alors que la valorisation du patrimoine vivant s’insère de plus en plus dans notre quotidien. Suggérée par la Communauté de communes Chablis Villages et Terroirs, concoctée par VEOLIA, la découverte de la station d’épuration de Chablis mérite un intérêt tout particulier. S’immiscer au sein d’un maillon essentiel de la préservation des milieux aquatiques de notre territoire…passionnant !

 

CHABLIS : Entre musées et châteaux, édifices de style accueillant des collectivités, ou lieux touristiques réputés pour leurs aspects pittoresques, pourquoi ne pas étonner la galerie (celle de ses proches et ses amis) en allant à la rencontre d’une…station d’épuration ! L’idée n’est pas aussi incongrue qu’elle n’y paraît ! D’autant que ces installations liées au service assainissement intègrent notre patrimoine industriel et écologique où les savoir-faire pour protéger l’environnement se transmettent de génération en génération…

Fort de ce postulat, la CC Chablis Villages et Terroirs a donc décidé d’ouvrir grandes les portes de la station d’épuration de Chablis. Cinq créneaux de visites y sont proposés à vivre en famille : il faut se dépêcher de s’inscrire car les places sont limitées !

Réalisée en parfaite accointance technique et explicative avec VEOLIA, multinationale française spécialiste de la gestion de l’eau, la valorisation de déchets et la gestion de l’énergie vers les collectivités locales et les entreprises, l’opération s’articulera tout au long de la journée de ce samedi 16 septembre. De 10h à 15h.

Concrètement, les visiteurs plongeront parmi les différentes étapes du traitement de l’eau (un sujet ô combien d’actualité !), les enjeux de la protection des milieux aquatiques, et l’importance de réaliser des gestes au quotidien propices à la préservation de la qualité de nos rivières.

L’occasion de parler en sus de pollution, de ressources naturelles, de sécheresse, de santé humaine, de lutte contre le réchauffement climatique, etc.

 

    

En savoir plus :

 

Visite de la station d’épuration de Chablis avec VEOLIA lors des Journées du Patrimoine organisées par la Communauté de communes Chablis Villages et Terroirs.

Samedi 16 septembre 2023

Créneaux de visites : 10h, 11h, 13h, 14h et 15h.

15 places par créneaux.

Chaussures fermées obligatoires

Inscription sur https://evdr.co/59jhow

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Ce n’est que justice, in fine ! Surtout lorsqu’il s’agit de se disputer le podium de la sélection départementale de l’emblématique challenge, catégorie cuisine, pour y décrocher le pompon, qualificatif à la finale régionale. Pour cette édition 2023, les jeunes filles n’ont pas eu à rougir de leurs prestations culinaires, bien au contraire ! Elles occupent deux des trois premières de ce concours placé sous la présidence du double étoilé Michelin, Michel BLANCHET. L’une d’elle, Lily Rose MARTENS, décroche même le jackpot en empochant le titre !

 

AUXERRE : Vlan, ça déménage dans le milieu parfois très masculin de la gastronomie tricolore après les prometteurs résultats de deux disciples de la cuisine d’Escoffier qui se sont payés le luxe (et surtout le culot !) de coiffer quasiment tous les candidats masculins sur le fil dans l’obtention du titre départemental du « Meilleur apprenti de France » édition 2023.

 

Deux lauréates aux trois premières places !

 

Mieux, façon cerise sur le gâteau, l’une d’elle, la brunette Lily Rose (l’agréable prénom !) MARTENS – elle fait à l’heure actuelle en qualité d’apprentie ses gammes au restaurant « La Toupie » dans l’Aube voisine à Troyes – a remporté haut la main le droit de défendre les couleurs de l’Yonne au futur concours régional de la catégorie, accueilli en Côte d’Or à l’automne. Epreuve évidemment qualificative pour la finale hexagonale disputée à Paris, un peu plus tard.

 

 

 

Mais, comme un bonheur est toujours accompagné d’une bonne nouvelle, la demoiselle n’est pas la seule du sexe féminin à s’être enhardie à la lumière des projecteurs, côté résultats, puisque la troisième marche du podium est occupée par Léane VERRAT qui apprend les rudiments du métier au restaurant « Aux Maisons ». Seul – il faut bien le citer par souci de parité, que diable !, Thibaud DEQUIEROS (« Le Crieur de Vin » à Sens) se glissera dans l’interstice laissé par les deux « nanas » afin d’y glaner la seconde place du classement.

 

 

La gent féminine inspirée par le sujet du jour

 

Une fois n’est pas coutume dans la pratique de l’art culinaire, les filles ont pris le pouvoir derrière les fourneaux d’autant que le sujet les a un tant soit peu inspiré (et convaincu le jury de chefs, présidé par Michel BLANCHET) avec à la clé la réalisation d’œufs pochés façon bourguignonne pour six couverts, un filet de daurade façon dieppoise avec sauce au vin blanc et julienne de légumes pour quatre couverts et une panna cotta, servie avec sa compotée d’abricots fondants pour six couverts.

« Oh les filles, Oh les filles » chantait en 1974 le groupe parodique « Au Bonheur des Dames » : une musique virevoltante qui pourrait mettre en condition ces néo-talents au féminin à la conquête de nouveaux accessits culinaires. A commencer par les titres régionaux et nationaux de ce MAF cuisine 2023 !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Après le « Paris-Nice » de Joigny, « L'Auberge du Pot d'Etain » à l'Isle-sur-Serein, récemment évoquées dans nos colonnes, voici la troisième de nos reprises récentes d'hôtels-restaurants icaunais. Preuve supplémentaire, s’il en est, du caractère gourmand de notre département.

 

MONTIGNY-LA-RESLE : « Le Soleil d’Or » fut longtemps incarné par le couple BAUJARD, Myriam en salle et le chef Jean-Paul aux fourneaux. Référencé au Michelin - à une époque encore pas si lointaine où le guide passait dans nos campagnes ! - il y est évoqué un chef qui connaissait ses gammes, travaillant avec beaucoup de soin et de justesse ses produits : biscuit de brochet aux écrevisses sauce au safran de l'Yonne, feuilleté de ris de veau aux champignons, sans oublier l'incontournable tête de veau, si prisée par la clientèle icaunaise. Oui, mais ça......c'était avant.

 

Deux formules, l’une à vingt euros, l’autre à trente-deux

 

Voici quelques mois, un jeune couple courageux a repris cet établissement propret et entretenu. Mention spéciale pour la maîtresse de maison, aimable, souriante et professionnelle...car tel n'est pas toujours le cas !

Au déjeuner, la première formule est à 20 euros. L'autre menu est proposé à 32 euros. Ce midi-là, le plat du jour de la formule était une jolie tourte feuilletée au jambon.

Après la période des pluies estivales, il eût été agréable de profiter de la terrasse. Las ! La lourdeur ambiante nous amène dans une jolie salle, fort lumineuse, et dans laquelle les fenêtres sont équipées de jolis stores boisés à lames. L'apéritif est servi avec des olives, on est  peut-être  en droit de s'attendre à mieux.

 

 

Mais où est donc passé le lapin !?

 

 

Les entrées sont fort bonnes : le « poke bowl » aux consonances asiatiques est une assiette aussi soignée que colorée. Quant au « mille-feuille » déstructuré, mousse de chou-fleur, pickles de légumes, c'est un plat équilibré et bien assaisonné avec la croustillance des mini-feuilletés. Il se dégage de cette entrée une belle harmonie. Le chou-fleur, c'est si bon !
Au menu une mention attire l'intérêt : un rable de lapin sur l'os. Cette viande délicieuse a disparu - ou presque - des cartes de nos restaurants. On se demande bien pourquoi : adieu civet-purée, lapin à la moutarde ou encore à la tomate !

Petit bémol sur le morceau servi : le chef n'y est pour rien ! Car, ces barquettes vendues en grande distribution ne contenant que des rables donnent une viande un brin insipide – mais où est donc le lapin !? Et manque de saveur.

 

 

 

Viva la caponata sicilienne !

 

Elle eût mérité une légère marinade, histoire de la relever, et peut-être aussi d'être un brin poêlée, histoire de la colorer quelque peu. Mais le plat est bon, néanmoins, accompagné d'une originale « caponata » (variante sicilienne de la ratatouille, ce plat exquis de légumes est servi confit, avec des olives noires). Etait-ce le hasard ou bien une habitude locale, mais voici quelques années, en circulant à moto entre Thuir, le pays du Byrrh, et Collioure, celui des anchois dans le Roussillon, j'avais remarqué que la « caponata » était présente sur  un nombre conséquent de menus. Dans l'Yonne, son pays d'adoption d'un jour,  elle était délicatement confite et fort goûteuse. 

 

Simple et efficace au niveau gustatif !

 

Petite mention, aussi pour le rosé gouleyant de la Côte Saint-Jacques du vigneron Alain VIGNOT. Un parfait accord mets et vin, avec ce flacon issu du pinot gris. Il donne en Alsace un vin doux, propice à l'apéritif.

Ensuite, ce fut une belle ardoise de fromages, avant un dessert des plus harmonieux : un sablé breton et abricot. Sur le sablé repose quelques lamelles d'abricot cru, elles sont surmontées d'un sorbet de ce fruit sublime, symbole de l'été s’il en est. Un délicieux dessert : simple et efficace au niveau gustatif.
On règle la note à l'aimable et jeune patronne, dotée d'un terminal de paiement des plus modernistes (on peut se demander s’il ne fait pas aussi batteur à œufs et lustreuse à godasses avec ses multiples fonctions !).
Attention en traversant la très fréquentée RN 77 en sortant ! A côté de notre stationnement, à l'ombre de l'église, se tient l’aire locale de vélos électriques ! Et surtout qu'on se le dise : « Le Soleil d'Or » est entre de bonnes mains, et continue son chemin !

 

 

En savoir plus :

 

Les - : avec l'apéro, ce serait bien d'avoir autre chose que des olives ! Même si on le sait, dans nombre de restos, il n'y a plus rien !

Les + : le service est aimable et attentionné. Quant au rapport qualité-prix, il est excellent. 

 

 

 

Contact :

 

Le Soleil d’Or

Hôtel-restaurant

3, Route d'Auxerre

89 MONTIGNY-LA-RESLE

Tel : 03.73.53.09.10.

 

Gauthier PAJONA

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil