Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

L’association « Ukraine Solidarité 89 » est toujours mobilisée par le soutien à la cause ukrainienne. Alors qu’elle boucle l’organisation du prochain transport vers l’Ukraine des collectes de produits alimentaires, d’hygiène, de soin, de matériel médical…, l’association a choisi de programmer, pour deux représentations, la pièce « Ukraine mon Amour ». Première représentation ce soir à la Scène des Quais…

 

AUXERRE : Nous sommes en février 2022. Irina et François, tous deux acteurs, répètent à Lyon une pièce d’un auteur russe. Mais voilà, le 24 février, la Russie envahit l’Ukraine.

Plus question, pour Irina, de jouer la pièce d’un auteur russe. Que faire alors ? Le théâtre est réservé depuis longtemps et la date de la première déjà fixée en mars… Irina décide alors d’entreprendre un pari fou : avec l’aide de François, écrire une pièce dédiée à son pays, l’Ukraine, et de la jouer à la date initialement prévue, soit le 17 mars 2022 !

Trois semaines pour écrire, répéter et mettre en scène le spectacle : pari tenu et pari gagné ! C’est cette pièce, déjà jouée de nombreuses fois, présente au Festival Off d’Avignon l’année dernière et à nouveau cet été, que l’association « Ukraine Solidarité 89 » propose de découvrir.

En s’appuyant sur ces faits bien réels, le spectacle raconte, non sans humour, une histoire profondément humaine d’amitié et de trahison, miroir des relations mondiales pendant cette guerre, tout en vous faisant voyager avec beaucoup d’amour dans l’histoire et la culture ukrainienne.

Laissons Irina LYTIAC, co-autrice et actrice, parler de cette pièce de théâtre : « À travers « Ukraine mon Amour », je partage une vision extrêmement personnelle de mon pays à travers l’histoire de ma propre famille, si singulière et pourtant si représentative. C’est un témoignage intime qui permettra au public de découvrir l’Ukraine, de comprendre ses valeurs, ses rêves, ses rires et ses douleurs. Ce spectacle se veut un message d’espoir, d’amour et de paix, et j’ai réalisé, en l’écrivant, l’importance d’éclairer l’identité ukrainienne pour le peuple français, qui a spontanément apporté son aide à un peuple qu’il connaissait à peine. Cette générosité m’a profondément touchée et je souhaite que mon travail serve à combler cette méconnaissance et à construire des ponts entre nos deux nations ».

Deux représentations sont programmées à La Scène des Quais d’Auxerre, mise à disposition gracieusement par Mathilde PELEN, propriétaire de la péniche.

Ce sera ce jeudi 23 mai à 20h30 et le samedi 25 mai à 15 heures. Tarif de soutien fixé à 20 euros. Réservation conseillée sur le site internet de La Scène des Quais. Après chaque représentation, les spectateurs pourront engager la discussion avec les acteurs, Irina LYTIAC et François MAYET, tant sur la pièce en elle-même que sur la situation en Ukraine…

 

Denis HACQ

Président de l’association Ukraine Solidarité 89

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Trois périodes de travail sont proposés par l’artiste auxerroise - elle est diplômée de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris – à l’occasion de cette exposition printanière de belle facture qualitative, installée jusqu’au 02 juin à l’espace MOUV’ART à Auxerre. On y voit une série de linogravures et de gravures sur bois anciennes, réalisées entre 1990 et 2006. Des œuvres qui sont quasi inédites pour les amateurs d’art car elles sont restées très longtemps dans les tiroirs de l’artiste, les ayant très peu exposées. A ne manquer sous aucun prétexte pour mieux comprendre une créatrice pudique…et à l’imaginaire très fécond.

 

AUXERRE : C’est une façon pour elle de renouer des liens et de retrouver des fils conducteurs. Avec la créativité qui ne l’a jamais quittée ? Avec le passé où l’on sent poindre un zeste de nostalgie à l’évocation de ce travail intense qui court sur plusieurs années entre deux décennies ? Avec son public, aussi, pour lui montrer ce que sont des œuvres réalisées à partir de la technique de la linogravure et la gravure sur bois ? Une quarantaine de pièces trônent en bonne place dans cet espace idoine et savamment mis en lumière, pour les pratiquants des arts de la région, qu’ils soient peintres, sculpteurs, photographes, céramistes, etc. L’espace MOUV’ART, tout un symbole et du dynamisme jusqu’à son appellation ! Du mouvement dans les arts, la belle affaire en somme pour s’attirer la sympathie du public.

Interrogée alors qu’elle entame sa première journée de présentation, l’artiste explique la finalité de son travail, fait de récurrence et de diversité quant à l’usage des médiums. Depuis le dessin jusqu’à la broderie (on en aperçoit installées sur les cimaises plusieurs illustrations), de la gravure, aussi, qui lui permet d’autres cheminements créatifs et intellectuels.

« La gravure réinvente l’espace de mon dessin, souligne-t-elle, car je suis quelqu’un qui a toujours beaucoup dessiné. Et cette gravure représente un complément de travail à ces différentes périodes, même si aujourd’hui je ne la pratique plus beaucoup… ».

 

Une source d’inspiration pour l’une de ses œuvres : un tableau de GAUGUIN

 

Au fil de cette intéressante rétrospective, où se détache du regard des choses très colorées et de belles illustrations de la gravure sur bois, le visiteur s’immerge dans ce travail très minutieux voulu par une artiste qui aborde plusieurs thématiques dont la représentation du corps et sa protection. Une vision très intimiste, parfois, entre l’homme et l’animal. Le thème de la maison, rassurant, n’est pas oublié non plus.

Ici, l’on découvre une pièce inspirée d’une œuvre de Paul GAUGUIN, « La Femme et le Renard ». Commentaires de l’intéressée…

« C’est au cours d’une résidence à laquelle j’ai pris part à La Napoule que je me suis concentrée sur ce tableau, explique Florence MERCIER, c’était en 1991… ». Un résultat admirable.

Un peu plus loin, un tableau qui rappelle des graffitis. « J’ai toujours été très sensibilisée aux signes graphiques, confirme-t-elle, l’objet m’a également inspiré entre abstraction et figuration dans les années 90. Le corps humain est très présent dans mes travaux… ».

 

 

Une histoire de déclic et de fil…

 

On le constate ensuite sur de petites toiles, intimistes, où ce corps humain est une source de créativité sans fin pour l’artiste. « Ce thème fait ressortir mes émotions comme un journal tenu au jour le jour à l’époque… ».

Une période où parallèlement à ses linogravures, Florence MERCIER effectuait une série de dessins sur des feuilles de livre pour raconter le plus profond de ses pensées.

Aujourd’hui, ayant passé un cap, la diplômée des Beaux-Arts de Paris ressent le besoin de montrer ce travail éclectique et si riche, longtemps caché.

« Oui, il y a eu un déclic en moi, confie-t-elle, une façon de rejoindre les époques qui ont été toujours très différentes. Il me fallait trouver un fil conducteur à tout ça… ».

Un fil très important pour elle par rapport au trait du dessin. « On le retrouve même dans l’une de mes linogravures avec une œuvre qui s’appelle « Le Fil »…. ». Tout simplement.

Trouver des liens en harmonie pour donner du sens aux choses et à sa vie, c’est ce fil d’Ariane qui s’apparente au trait du destin…que souhaite partager avec le public une Florence MERCIER à découvrir ou à redécouvrir sans modération…

 

En savoir plus :

Exposition Florence MERCIER (linogravures et bois)

Espace MOUV’ART

Du 21 mai au 02 juin 2024

2 Rue de l’Yonne

89000 AUXERRE

Entrée libre,

Vernissage le vendredi 24 mai à 18 heures

Ouverture du mardi au dimanche de 14h à 18h.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Curieux paradoxe que celui-ci ! La Foire exposition d’Auxerre annonce haut et fort à grand coup de formule marketing, diffusée via ses supports publicitaires, de la nouveauté prouvant sa jeunesse et pourtant, elle est une nonagénaire agile, bien ancrée dans le paysage local. Programmée sur quatre jours, en ce long week-end de Pentecôte,  au parc des expositions dont la gestion est assurée par la filiale évènementielle de Centre France, la manifestation se veut être avant tout un melting-pot démonstratif et accueillant des richesses artisanales et commerçantes que compte ce territoire.

 

AUXERRE : On ne le dira jamais assez mais les préparatifs d’un tel évènement, aussi bien rôdé qu’il soit, nécessitent de la part des équipes organisatrices, plusieurs mois de travail. C’est en substance le message initial qu’aura divulgué le directeur du parc des expositions, AUXERREXPO, Sébastien FUENTES, à qui il revenait le droit de prendre, le premier, la parole lors de la cérémonie protocolaire inaugurale de cette 94ème édition d’une Foire exposition, placée sous le sceau de la « nouveauté ».

Un credo qui se distillait bien au-delà des mots, puisque affiché en lettres très  visibles sur l’écran géant de 28 mètres carrés, placé derrière l’estrade officielle devant accueillir les personnalités du cru qui prononcèrent les mots usuels pour lancer ce rendez-vous commercial printanier.

Désireux de mettre l’eau à la bouche d’un auditoire principalement composé de VIP institutionnels et politiques – mais où était donc passé le grand public au moment de cette phase inaugurale ? -, l’orateur évoqua d’emblée les « grosses surprises » inhérentes à cette manifestation qui désormais a su trouver ses marques calendaires au mois de mai. Contrairement à un récent passé où l’animation se calquait sur les derniers jours de septembre…

 

 

Le village gastronomique en guise de hors d’œuvre dès l’entrée…

 

Pour ce rendez-vous, qui bénéficiera toutefois de conditions météo mi-figue, mi-raisin côté ensoleillement, a été recensée la présence de cent-quarante exposants, des professionnels de l’artisanat, du commerce, des services, de l’habitat et du logement, de l’automobile, de la viticulture, de la gastronomie, du tourisme, etc. Des acteurs économiques à large majorité originaire de l’Yonne et de la Bourgogne.

Des aspects météorologiques qui ne perturbent guère un Sébastien FUENTES qui déroule son argumentaire à la tribune officielle. Notamment sur le choix stratégique de positionner la foire au printemps, comme c’était le cas  il y a des lustres.

« L’an dernier, nous avons augmenté le nombre de visiteurs de 30 %, souligne-t-il, soit 26 000 personnes, plutôt satisfaites… ».

 

 

L’une des premières innovations de cette 94ème édition est la présence d’un village gastronomique sur le parvis du parc des expositions. Un passage extérieur obligé pour les chalands puisque délimité par un ensemble de barrières et où ils peuvent déjà se régaler de spécialités gourmandes et locales de bon aloi, avant de rejoindre l’enceinte du bâtiment. S’y dégustent des fromages, du nougat, de la charcuterie,  des confiseries, et même une goûteuse liqueur à base de chocolat qu’auront su apprécier à sa juste valeur la conseillère régionale Isabelle POIFOL-FERREIRA, la conseillère départementale Arminda GUIBLAIN,, son homologue en charge du commerce à Auxerre Isabelle JOAQUINA et même le préfet de l’Yonne, Pascal JAN ! A dose très modérée, évidemment !

Food-trucks, bars, restaurants – la formule poulet grillé frites a eu les honneurs des premiers visiteurs ce vendredi ! -, la part faite à la gastronomie est belle, à l’identique des dégustations possibles de  ces produits viticoles à découvrir sans abuser sur les stands vignerons.

 

Le retour des bonimenteurs pour vendre des produits malins

 

Une fois pénétré dans le vaste hall d’AUXERREXPO, deux univers se découvrent immédiatement, celui consacré à l’automobile et aux nouveautés de plusieurs constructeurs – y compris les utilitaires et les véhicules sans permis -, et le domaine toujours très prisé sur les foires, l’habitat. Un léger coup d’œil sur les panneaux identifiants chaque stand, démontre que bon nombre de ces exposants sont de purs locaux.

« Cette année, précise Sébastien FUENTES, il y a beaucoup de démonstrateurs de produits malins, ils ont des objets sympathiques à nous faire découvrir… ».

Reviendrait-on à la formule ancienne de ces foires marchandes qui firent leur réputation avec la présence de ces bonimenteurs jouant de la parole et du verbe afin de séduire les badauds, toujours admiratifs de leurs prestations oratoires, à défaut de leurs produits ?!

Mention spéciale, aussi, pour le pavillon dédié aux institutions, à la culture et au tourisme. Le responsable du parc des expositions auxerrois s’y attarde quelque peu, avant de parler du jeu interactif sur les Jeux de Paris, question d’actualité.   

 

 

Une actualité qui adoptera aussi les couleurs blanc et bleu de l’AJ Auxerre, avec l’installation d’une zone spécifique permettant de visionner devant un écran géant de 28 mètres carrés l’ultime journée de Ligue 2 opposant les locaux à l’US Concarneau – très large victoire des Icaunais 4 à 1, scellant définitivement leur titre de champion et de retour parmi l’élite un an après l’avoir quittée -, une opération menée en accointance avec les dirigeants du club sportif. Même les droits ont été négociés pour la retransmission de cette rencontre avec Amazon Prime et la Ligue Professionnelle de Football !

Second rendez-vous d’importance et qui là se range parmi les innovations majeures de cette édition le tir d’un feu d’artifice dimanche soir, au-dessus de l’Yonne, afin de prolonger la fête, avec la présence de deux DJ. Ambiance festive garantie aux abords du parc des expositions !

On l’aura compris : durant quatre jours, il y en aura pour tous les goûts. Entre innovation technologique et jeux en réalité virtuelle, recettes de cuisine à déguster avec l’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne, créativité culturelle (présence d’artistes peintres), les Auxerrois profiteront pleinement de ces animations pour se détendre à loisir et des professionnels afin d’acheter de bons produits histoire de satisfaire leur envie consumériste…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il a remisé ses instruments de travail au placard depuis un moment, le chirurgien-dentiste auxerrois. Consacrant désormais son temps libre à l’une de ses indéfectibles passions qui lui enrichit l’âme et l’esprit, la découverte jamais inassouvie de la basilique Marie-Madeleine, la bien-nommée, celle qui trône au sommet de la « Colline éternelle » de Vézelay. Avec son complice au coup de crayon très affûté, le dessinateur Thierry GAUFILLET, Jacques DROUHIN nous livre en ce printemps 2024 un très bel ouvrage consacré au séculaire édifice à mettre entre toutes les mains. Celles des initiés comme des profanes !

 

AUXERRE : Non, cet opus à l’étrange couverture sur fond chromatique noir et orange n’est pas un énième livre de plus consacré à Vézelay et à l’un de ces joyaux, sa fameuse basilique Sainte-Marie-Madeleine. D’une part, dans l’intitulé de l’ouvrage, il y a cette phrase. Intrigante. Enigmatique. Tentante, aussi, pour en savoir davantage sur cet écrit et qui vous met déjà l’eau à la bouche avant d’avoir lu le moindre chapitre. « Comme vous ne l’avez jamais vue ». Mais, de qui parle-t-on enfin ?

D’autre part, sur cette même couverture, finement ciselée par l’illustration tout en symbole du dessinateur Thierry GAUFILLET, on voit un pèlerin, façon « Jacquou le Croquant » - un fameux personnage que les moins de cinquante ans non adeptes du tube cathodique ne peuvent pas connaître comme l’aurait si bien chanté le plus arménien de nos interprètes hexagonaux, le grand Charles AZNAVOUR ! – cheminé sur un curieux parcours constellé d’étoiles, et accompagné de son chien, en direction d’un édifice religieux. La fameuse basilique de Vézelay !

Celle dédiée à Marie-Madeleine, cette sainte qui occupe une place tellement particulière dans la vie de Jésus.

On peut rester de longues minutes à la contempler, cette couverture. Sobre mais esthétique. Incitative et gourmande pour approfondir ses connaissances intellectuelles (et surtout spirituelles, voire ésotériques) sur le sujet du jour. Une thématique dont raffole notre auteur. Jacques DROUHIN !

 

Un livre hommage aux « bâtisseurs d’éternité »

 

Se faire arracher une dent ou recevoir un implant dans la gencive devait être…une véritable partie de plaisir, du temps où le chirurgien-dentiste à l’érudition si édifiante venait encore à soigner sa patientèle dans son cabinet typique et si original auxerrois. Une architecture comme on n’en avait vu nulle part ailleurs et l’œuvre d’un architecte d’intérieur local (mais aussi parisien), brillantissime garçon et décalé dans ses conceptions à l’estampille de « DAD Design », Luc DUINA. Ah, le sacré tandem de bons compères et d’amitié que celui-ci ! Un duo qui se mue en tiercé. Gagnant sur toute la ligne et sans photo finish comme à Auteuil ! Avec la présence esquissée par les dessins de Thierry GAUFILLET. Un lauréat du Salon de la bande dessinée d’Angoulême, tout de même ! Titulaire du prix Alfred de l’Avenir ; excusez du peu ! Lui, il possède aussi une passion commune avec le grand Jacques : l’histoire et la peinture. Alors, quoi de plus naturel en somme que de rendre à travers cet ouvrage et ses 160 pages, un parfait hommage aux « bâtisseurs d’éternité » !

Un mot aussi, sur un autre Icaunais, au service de la défense du patrimoine, de l’intellectualisme et de la culture – il en a fait son métier en sa qualité de possesseur d’une maison d’édition -, Yannick LE CAM. « Entre deux mondes ». Nom de baptême de cette société éditrice de ce bel ouvrage qui n’a rien de commun avec toute la prose qui a déjà été publiée sur Vézelay, il faut en convenir.

« Entre deux mondes » ! Tiens, tiens, on croirait presque lire entre les lignes avec cette dénomination aux sonorités étranges. Serait-ce « Entre la vie et la mort » ? « Entre le sacré et le profane » ? « Entre ce qui est en bas, et ce qui est en haut » ? « Entre l’ignorance et la vérité » ? Ou encore « Entre l’ombre et la lumière » ?

Toujours est-il que possesseur de tous ces ingrédients à faire saliver notre chroniqueur gastronomique Gauthier PAJONA devant une table nappée (c’est tellement rare) d’un établissement étoilé à la cocarde tricolore, on ne pouvait plonger qu’avec exaltation dans ce livre précis, intelligent, poétique, onirique, secret, lumineux, véritable révélateur de cette lumière « divine » qui nimbe depuis des siècles cette fameuse colline au sud de l’Yonne.

Une colline vénérée par tous les férus de tourisme spirituel, en provenance du monde entier, et celles et ceux qui s’adonnent aux vertus salvatrices de la connaissance du sacré, une fois les ténèbres disparues…

 

Choisir son chemin qui mène à la vérité…sa vérité

 

Le bouquin se lit d’une traite ou presque. Sans que l’intérêt du lecteur se dilue au fil des pages. Tel un chemin initiatique qui nous mène vers autre chose. D’ailleurs, de « chemin », il en est question. Au pluriel, il se conjugue avec celui de la transformation, des fleurs, des basilics (une bête légendaire issue de la mythologie présentée comme un reptile affublé d’une tête de coq dans certaines interprétations), du temps, mais aussi celui plus ésotérique de l’alchimie…Mystères et envoûtements au fil des explications livrées à loisir par l’auteur.

De progression en progression, de chapitre en chapitre, tout est examiné minutieusement à la loupe par un Jacques DROUHIN concis, qui nous émerveille par tant de connaissances et d’aisance scripturale. Son livre fait du bien à l’âme et éveille notre conscience, détaillant dans les moindres recoins tous les particularismes de cet édifice datant de plusieurs siècles. Au détail, près.

Il nous propose à travers ce voyage intemporel du « désir ». « Dé », au sens étymologique du terme comme privatif, « sir », qui rappelle l’astre diurne, le soleil qui brille. Un mot, désir, qui au Moyen-Age – il faut replacer dans le contexte historique la fonction première d’une telle construction érigée au sommet d’une colline pour accueillir les pèlerins – signifiait « renoncer à » quelque chose.

La problématique cornélienne du choix. Celle que nous rencontrons chaque jour au fil de nos pérégrinations terrestres et qui nous rend parfois perplexe, voire torture notre âme, quant à la suite à donner à notre chemin de vie.

Le conseil de l’auteur est simple au terme de ces 160 pages. Il faut découvrir la basilique de Vézelay en empruntant un chemin (des chemins ?), en gardant son âme d’enfant et sa soif de découverte, son étonnement et sa jubilation intérieure. N’importe quel chemin, d’ailleurs, car il n’existe pas de bons ou de mauvais chemins qui mènent à la vérité. Il vous suffit simplement de créer le vôtre…

 

En savoir plus :

« La Madeleine de Vézelay : comme vous ne l’avez jamais vue » de Jacques DROUHIN

Illustrations de Thierry GAUFILLET.

Aux éditions Entre Deux Mondes (EDM)

160 pages, 23,50 euros.

Conférence à Vézelay, à la Maison  des Visiteurs, le 26 septembre 2024 à 19h30.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Curieuse œuvre que celle-ci. Malgré les différentes nuances de gris que l’on peut contempler sur la toile – tiens, tiens, cela ne vous rappelle-t-il pas le titre d’un fameux roman pour midinettes qui a donné naissance à une trilogie de films ! -, on distinguerait presque les silhouettes de personnages aux formes fantomatiques au beau milieu de ce tableau. A y regarder de plus près, l’artiste icaunaise Isabelle DUARTE transporte le public de l’autre côté du miroir. Là où la lumière est plus vive et où l’espérance renaît. La magie du noir et blanc en quelque sorte, à découvrir avec d’autres artistes à l'espace MOUV'ART à Auxerre !

 

AUXERRE : Elle joue les prolongations jusqu’au 19 mai, l’exposition « Noir + Blanc », accueillie à la galerie MOUV'ART ! Preuve de son succès, c’est indéniable. Preuve, également que les fruits créatifs de la quinzaine d’artistes réunis en collectif ne laissent pas indifférents les visiteurs.

Même si la thématique propose de voir la vie en dualité chromatique absolue, le noir et le blanc, sans l’once de la moindre autre couleur présente sur les cimaises.

D’ailleurs, le hasard (si tant est qu’il existe !) a bien fait les choses, visiblement en réunissant seize artistes, huit femmes et huit hommes, dans cet espace toujours très agréable et ergonomique, servant de point relais idéal à l’imaginaire fécond.

D’ordinaire, les couleurs vives et éclatantes accueillent le public. Qu’il soit béotien ou connaisseur. Là, c’est un thème un peu plus restrictif (sur le papier) mais pas dans la globalité des pièces qui y sont présentées que l’on nous demande d’admirer. Des pièces qui peuvent surprendre le contemplateur.

Du noir et du blanc. La parfaite dualité. Que l’on retrouve dans bon nombre de systèmes binaires, une sorte de yin et de yang, en vérité ! Mais, aussi, entre la lumière et l’ombre, le jour et la nuit, la vie et la mort, le plein et le vide, l’alpha et l’oméga, la musique etc.

Ici, les techniques et les inspirations sont diverses entre ces seize artistes. Tout en préservant la cohérence de la mise en scène, d’un univers à l’autre, d’un matériau à l’autre. Un éclectisme qui sied à merveille à la philosophie de MOUV'ART, structure associative ultra dynamique, agissant en véritable catalyseur de la promotion artistique sur le département.

Gravures, dessins, photographies, céramiques, collages, sculptures composent un assemblage très réussi, créant émotions et onirisme parmi le public. Celui-ci pourrait être décontenancé par telle ou telle vision mais les artistes (ils ne manquent jamais de courage dans leur forme expressive) ne sont pas que des doux rêveurs et aiment s’engager jusqu’au bout dans la consécration de leurs œuvres. Des humanistes bien implantés dans le monde d’aujourd’hui, porteurs d’espérance et de vie.

Parfois, l’ésotérisme s’invite aussi à la fête. Prenez l’œuvre raffinée de la peintre Isabelle DUARTE. N’y voit-on pas, en scrutant avec beaucoup intérêt l’un de ses tableaux, des formes blanches, à la limite de l’ectoplasme ou de l’aura nimbant les âmes, s’avancer vers le visiteur ! Un curieux passage entre au-delà et vie terrestre, n’est-ce pas ! Elle qui est adepte de la peinture intuitive, nous proposerait-elle un message à enraciner profondément dans notre subconscient à la manière subliminale ? Qui sait ? A vous de juger !

 

 

En savoir plus :

Exposition « Noir + Blanc »

A l'espace MOUV’ART

02 Rue de l’Yonne à Auxerre

Jusqu’au 19 mai 2024, du mardi au dimanche de 14h30 à 18h30.

 

Liste des artistes :

Marie-Claude BECK, Xavier BERNARD, Marie DESFORGES, Isabelle DUARTE, François FILDIER, Lucile FOURCHOTTE, Claire GUILLAUMET, Jacqueline LAFOND,

Philipe LAFOND, Eric LETELLIER, Patrick LORET, Hélène PERRET, Catherine PONNELLE, Piers RAWSON, Christian RONDET et Eric SCHENKER

 

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99
Page 1 sur 123

Articles

Bannière droite accueil