Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Ouvrir le plus largement possible ses portes pour répondre aux attentes de ses partenaires est devenu le postulat essentiel de la délégation départementale de Pôle emploi dans l’Yonne. Celle-ci innovera ce mercredi 25 avril à Auxerre en organisant un premier forum consacré à l’une des filières les plus en recherche de main d’œuvre qualifiée et de professionnels pour amorcer la reprise : le bâtiment et les travaux publics. Ce rendez-vous, soutenu par une multitude de spécialistes de ce segment majeur de l’activité économique, dont la Fédération départementale du bâtiment de l’Yonne, devrait apporter bon nombre de pistes et de réflexions nourries aux demandeurs d’emploi en quête du Graal…

AUXERRE : Responsable de l’agence Pôle emploi d’Auxerre, Séverine DUTREIX qualifie ce rendez-vous novateur décliné par ses services comme étant fondamental à l’attractivité de notre territoire.

« C’est une grande première que nos équipes vont proposer aux personnes en recherche d’emploi mais aussi aux entrepreneurs ayant besoin de consolider leurs effectifs en vue de se préparer aux enjeux de l’embellie économique qui se fait jour dans notre région et qui se traduit par la hausse progressive des carnets de commande. Ce Forum conçu autour de la double filière du bâtiment et des travaux publics constitue une réelle avancée stratégique pour Pôle emploi puisque cette manifestation se tiendra également en extérieur… ».

Une preuve supplémentaire que la vénérable institution souhaite être de plus en plus active aux côtés de ses nombreux partenaires. Et pas seulement parmi ses bureaux au sein de son infrastructure.

Mettre en exergue les entreprises qui ont de réels besoins de recrutement…

Première des deux raisons qui justifie la création de ce nouveau rendez-vous qui devrait par ailleurs se réitérer avec d’autres branches d’activité ultérieurement : la valorisation des métiers à travers leurs filières et le prisme indispensable de la formation.

Des items qui répondent amplement aux attentes des demandeurs d’emploi, et notamment des personnes qui cherchent de nouvelles motivations professionnelles en changeant de cap, histoire de faciliter leur retour progressif dans la vie active.

La seconde explication prend sa source dans une évidence digne de La Palice : mettre sous le feu des projecteurs le temps d’une animation événementielle les entreprises qui procèdent à des recrutements immédiats.

Ce sera le cas avec la société NOGUES qui a confirmé sa présence le jour J. L’entité professionnelle de Saint-Fargeau recherche précisément de nouvelles recrues pouvant étoffer ses effectifs de monteur poseur de charpente ainsi que des zingueurs. Une réelle difficulté qui ressemble parfois à un véritable casse-tête chinois pour assurer la pérennité de l’outil industriel dirigé par Jean-Dominique DAGREGORIO, responsable de cette structure.

Un florilège de partenaires investis dans cette mission promotionnelle…

Parmi les nombreux partenaires qui se sont associés à cette louable démarche : la Fédération départementale du Bâtiment de l’Yonne (FFB), par la voix de son délégué général, Christian DUCHET. Mais aussi d’autres organismes influents de la filière : le GEIQ BTP, l’ARIQ, l’AFPA, le GRETA, etc.

Outre la présentation d’offres d’emplois, bon nombre de renseignements concernant les opportunités de formation seront ainsi expliqués aux visiteurs de cette rencontre où viendront témoigner des chefs d’entreprise sur la situation réelle du secteur et ses potentialités en termes de recrutement et de perspective de carrière. Le parvis de l’agence auxerroise, au 49 de la rue Guynemer, accueillera une exposition d’engins de chantier avec peut-être des démonstrations à la clé. Le tout sera fonctionnel dès 13h30 ce mercredi après-midi…

Une quarantaine de jeunes filles se sont disputées âprement les épreuves sélectives imposées dans le cadre du MOF de leur spécialité afin de glaner les accessits nécessaires leur permettant, peut-être, d’être retenues pour les finales nationales. Reconnu pour sa pratique de l’excellence en son sein, le CIFA de l’Yonne, centre de formation interprofessionnel par l’apprentissage à Auxerre, était le théâtre de cette manifestation combinant créativité, imaginaire et dextérité qui aura vu, trois jours durant, la fine fleur de ces futures professionnelles très aguerries de la corporation s’affronter lors d’épreuves complexes et techniques…

AUXERRE : Bénéficiant des infrastructures idéales à la pratique de leur art, la quarantaine de jeunes filles inscrites sur la grille de départ de cette sélection régionale des MOF n’aura guère eu le temps d’apprécier tous les avantages conceptuels de ce lieu. Très rythmées, leurs épreuves, réparties sur un calendrier de trois jours, ne leur en auront pas laissé le temps.

Exercice concret de modelage, séance épilatoire, test de maquillage constituèrent le fondement essentiel de ce concours qui, selon les avis unanimes des membres du jury de cette sélection 2018, flirtait avec le très haut niveau. Même les oraux, ayant pour thème les cours théoriques inhérents à l’exercice de ce métier du bien-être et des arts de vivre, étaient d’excellents augures.

Les jeunes candidates rivalisaient de créativité artistique pour embellir leurs mannequins s’étant prêté au jeu de ces séances très appréciables par la qualité du rendu.

La découverte des métiers de l’artisanat sous le prisme de l’excellence…

Faisant montre de beaucoup de motivation, les jeunes filles ont fait incontestablement honneur au site qui les accueillait, un complexe où sont prônées quotidiennement les valeurs de l’excellence, du civisme et du savoir-être.

Comme devait le préciser le président Michel TONNELIER qui insista, lors de sa prise de parole officielle en présence des personnalités du jury, composé de MOF et d’experts au niveau des disciplines professionnelles jugées, « ce genre de concours demeure un excellent vecteur promotionnel et de communication auprès des jeunes qui seraient interpellés par la découverte de la filière artisanale… ».

Accueillant aujourd’hui plus de mille apprentis, le CIFA de l’Yonne qui possède même un agrément officiel lui permettant d’atteindre les mille deux cents places, un objectif avoué à brève échéance, dispense des cours théoriques et pratiques sur la connaissance et la maîtrise d’un certain nombre de métiers : la mécanique automobile, l’esthétisme, la coiffure, la vente, le commerce, les métiers de bouche…

Il est vrai que ce site ne pouvait qu’enchanter les représentants du jury de cette sélection régionale. Le CIFA dispose de sérieux atouts, à commencer, comme l’expliqua son directeur, Marcel FONTBONNE, par un salon de coiffure hors norme et unique en France qui a été conçu sous la tutelle partenariale du géant de la profession, le groupe L’OREAL.

De nouvelles évolutions attendues au CIFA de l’Yonne…

Que dire de la salle d’esthétisme où eurent lieu les épreuves, vaste et modulable, favorisant l’exercice optimal de ce métier. Quant au fameux concept novateur, le CLIC STORE, élaboré grâce à la saine coopération mise en place avec la société de communication événementielle IDXPROD, il est proprement révolutionnaire en France à l’heure actuelle dans le milieu de l’apprentissage. Ce concept très intuitif et digitalisé, optimisant les approches liées à la vente et à la distribution, devrait par ailleurs connaître de nouvelles évolutions très prochainement…

Enfin, l’un des partenaires historiques des MOF, le Crédit agricole Champagne Bourgogne dont l’un des représentants était présent, rappela la nécessité d’encourager et de soutenir de telles initiatives pédagogiques performantes et indispensables pour promouvoir les nobles filières de l’artisanat auprès des jeunes générations…

Le poète, auteur et interprète bourguignon a opté en faveur de ce procédé économique traditionnel pour assurer le financement d’un album de douze poèmes devant paraître en 2019. Si la formule s’avère gratifiante pour cet artiste de talent et à la renommée nationale, un mini-CD de trois titres nous serait alors délivré dès cet été, histoire de faire patienter les aficionados que nous sommes du dynamique propriétaire de la salle d’Etais la Sauvin, « La Closerie ».

ETAIS LA SAUVIN : « Ni vieux ni maître ». L’humour caustique du chanteur Icaunais, chantre de Jean-René CAUSSIMON, de Jean FERRAT et autre Louis ARAGON, refait surface après ces quelques mois d’hiver où ce personnage si attachant de l’âme artistique de ce terroir n’avait pas choisi pour autant de se retrancher loin de son public, en hibernation.

Avec la vieille complicité de son arrangeur de toujours (plus de 35 années de partage d’expérience musicale riche et réussie), Patrick VASORI, Gérard-André a profité de cette époque de dilettante pour travailler les arcanes de son futur album, espéré depuis longtemps. Rien que le titre de ce nouvel opus, faisant référence avec ce zeste ironique coutumier du bonhomme, à la fuite du temps qui passe malgré toute la fougue créative de l’auteur/interprète/compositeur, et son refus viscéral d’obtempérer auprès de qui que ce soit selon les pratiques d’usage des chanteurs à texte, pose déjà le décor de l’enthousiasme qui habite le truculent poète.

Déjà un mini-CD travaillé en studio

Les trois premiers textes, mis en lumière musicale par l’artiste lui-même et arrangés par son chef d’orchestre préféré, donnent déjà la couleur de cette respiration artistique que Gérard-André a souhaité s’accorder en ce premier semestre.

« Résistance, maquis de France », poème écrit par Roland FORGEARD, nous renvoie aux heures sombres de la France occupée qui n’aura finalement son salut que, grâce à ces femmes et à ces hommes de l’ombre qui auront lutté farouchement au détriment de leur existence au retour de la liberté en boutant hors de ce territoire qu’ils aimaient tant l’occupant.

« Poulbot » : l’œuvre scripturale de Claudine GUERIN-MANDON évoque l’univers de Paris avec ses fameux personnages, Gavroche de cœur pour l’artiste qui devaient s’illustrer au moment de la Commune sur les barricades, immortalisés par Léo FERRE.

Quant au troisième texte, il émane de la poétesse auxerroise Marie NOEL, « Connais-moi si tu peux », un texte finement ciselé où la voix grave de Gérard-André se pose en toute délicatesse.

Enregistrées les 28 et 29 mars dans un studio francilien situé en Seine et Marne, ces premières chansons, superbement arrangées par Patrick VASORI, composeront le mini-CD à paraître au début de la période estivale. Leur mastérisation a bénéficié du travail au cordeau de Charles FROSSARD, du studio MESA.

Gérard-André assurera par ailleurs une présentation officielle de ces enregistrements initiaux lors de rendez-vous avec le public, à Auxerre, à Vézelay et peut-être à Asnières sur Bois. Les dates n’étant pas encore définitivement validées…

Une enveloppe budgétaire globale de 9 000 euros…

Soucieux d’adjoindre une contribution hyper qualitative à sa prestation artistique, Gérard-André, aux côtés de sa compagne Andrée qui lui apporte toujours un regard perfectionniste dans la conceptualisation de ses projets, proposera un éclairage original de ces douze références poétiques par le biais d’un livret. Celui-ci s’articulera de seize pages et complètera l’édition de luxe prévue pour l’année prochaine.

Résoudre la problématique financière, face à ce lourd investissement, supposait l’ouverture à une formule participative à l’instar du « crowdfunding ». Une option que le poète-artiste de l’Yonne avait envisagée il fut un temps car ce système peut parfois s’avérer efficace dans la réalisation de concepts artistiques. Mais, après mûres réflexions, Gérard-André n’a pas voulu poursuivre son exploration auprès des offres déclinées par les plateformes habituelles. Trop d’inconvénients, voire de contraintes in fine pour cet artiste libre et indépendant !

La seconde possibilité se faisant sienne, la souscription à l’ancienne, est devenue ensuite la priorité. « Vrais » amis, comme il aime les qualifier de son sourire radieux, mais aussi amateurs de poésies, de belles lettres et de jolis textes, mélomanes et amoureux de ce superbe cadre champêtre et théâtral que représente aujourd’hui l’univers artistique d’Etais la Sauvin sont ainsi sollicités par ce chanteur au cœur gros comme ça, toujours engagé dans des causes justes et honorables.

Aujourd’hui, Gérard-André a plus que jamais besoin de l’ensemble de ces soutiens pour vivre son rêve et le partager avec le plus grand nombre. Un seul mot d’ordre, à l’aune de l’anniversaire de mai 68 dont il est aussi un fervent défenseur dans l’âme : souscrivez ! Pour que jamais ne cesse la liberté d’expression et la création artistique de talent dans l’Hexagone…

DIJON : Fin connaisseur de la période « soixante-huitarde » et des bouleversements sociétaux qui allaient impacter durablement la France par la suite, le romancier Gérard de CORTANZE sera le conférencier de ce mois d’avril lors de la prochaine rencontre concoctée par le Club des Ecrivains de Bourgogne, au Grand Hôtel de La Cloche dans la capitale des Ducs de Bourgogne. L'évènement aura lieu le mercredi 25 avril.

Près de cinquante ans après les fameux événements qui restent inscrits dans les mémoires de toute une génération, les animateurs de la structure associative littéraire et culturelle ont cru bon de proposer un clin d’œil judicieux à l’actualité de cette période, source de libéralisation des mœurs et de la pensée.

D’autant que l’écrivain français présentera précisément deux ouvrages à l’occasion de sa visite en territoire bourguignon dont le tout dernier opus, consacré à cette époque spécifique, le « Dictionnaire amoureux des Sixties », paru chez Plon.

Un autre de ses livres, « Laisse tomber les filles », publié chez Albin Michel, devrait permettre à notre confrère, le journaliste Bernard LECOMTE, de concevoir un exercice qu’il affectionne tout particulièrement : l’interview sans langue de bois de l’invité d’un soir.

Pour les inconditionnels de ces années glorieuses et pour en connaître davantage sur les œuvres de l’auteur, c’est un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte à partir de 18h30 à Dijon…

AUXERRE : Idées de circuits touristiques pour les festivaliers avant les concerts, présentation des attraits patrimoniaux de notre territoire, mise en place d’un plan stratégique de communication : les équipes de l’agence YONNE TOURISME seront mobilisés en cette période de début d’été, du 22 au 24 juin, à l’occasion du CATALPA Festival à Auxerre, dont c’est le grand retour après deux années de tourmente et d’absence.

Que les férus de la manifestation culturelle se rassurent : ils auront tout le loisir de retrouver le principe de scène ouverte à de multiples artistes selon un rythme de trois journées intenses, et gratuites, dispensées au parc de l’Arbre Sec.

En sa qualité de partenaire de cet événementiel qui lancera la saison estivale sur la ville d’Auxerre, YONNE TOURISME jouera sa partition à fond en étant également présente sur l’espace info et le quartier général de ce raout très populaire pour y diffuser de la documentation touristique et répondre aux attentes et demandes des nombreux festivaliers.

Dès le 15 avril, l’organisme mettra sur la toile les bons plans permettant de vivre ce festival dans les moindres subtilités, tout en découvrant les plaisirs épicuriens et touristiques de ce territoire rattaché à la Bourgogne du nord. Ces informations seront à retrouver sur les sites multimédia suivants, www.sortirdanslyonne.com et www.catalpafestival.fr.

 

Page 1 sur 16
Bannière droite accueil