Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Ils sont touchés par la grâce. Des beautés diaphanes, filles et garçons, toutes auréolées de lumières, celles des projecteurs du théâtre de Verdure, cher à l’édile Yves DELOT ! Un spectacle à en prendre plein la vue pour férus de danse classique mais aussi pour les béotiens. Pour sa troisième édition, « Jeune Danse » prend ses quartiers estivaux à Saint-Florentin, non loin du port de plaisance, pour un spectacle de belle facture ce vendredi 12 juillet à 21h30. Le terme d’une semaine intensive de stages réunissant le ferment de la relève chorégraphique de demain…

 

SAINT-FLORENTIN : Que tous les passionnés et autres aficionados de la danse classique se lèvent en chœur ! Non, pas pour vanter les mérites d’un yaourt chocolaté à la marque bien connue ! Mais, plutôt pour converger vers le théâtre de Verdure de la jolie ville de Saint-Florentin, qui possède aux abords du port de plaisance et de son espace piscine, un espace naturel propre à l’évasion et à l’onirisme.  

Le cadre idéal pour rêver à la vue de jeunes danseuses et danseurs, des plus prometteurs, dont certains aspirent déjà à suivre les pas (pas de deux ?!) des plus grands, peut-être…

On doit cette manifestation qui s’est progressivement installée dans le paysage culturel de l’Yonne à l’ancienne danseuse étoile, Mireille LETERRIER. Une belle personne, humaniste et au cœur gros comme ça, qui encourage les vocations dans cette belle discipline artistique que représente la danse classique. Une spécialité hexagonale qui a donné la possibilité à de belles pointures d’atteindre les sommets, à l’image d’un Patrick DUPOND ou Marie-Claude PIETRAGALLA.

 

 

Un socle opérationnel à Saint-Florentin, soutenu par les institutionnels

 

Avec de telles références tricolores, on imagine que les jeunes pousses rêvent d’égaler leurs glorieux aînés. C’est le fondement de cette approche culturelle qui nous est proposée là. La présence de stagiaires – ils sont dix-huit cette année à prendre part à l’aventure depuis quelques jours à la salle Daullé – qui ont été choisis minutieusement par les organisateurs, selon leurs aptitudes et leurs parcours préprofessionnels.

Pour se faire et mener à bien ce concept novateur dans le département du football et de la vigne, l’insatiable Mireille LETERRIER s’est appuyée sur une structure associative qu’elle a portée sur les fonts baptismaux il y a quelques années déjà. Une entité qui a trouvé son socle opérationnel à Saint-Florentin, bien sûr, avec le soutien de différents partenaires, dont la Ville, la Communauté de communes Serein-Armance, le Conseil départemental et le FDVA de l’Yonne, c’est-à-dire, le Fonds pour le Développement de la Vie Associative. Nom de code de l’association : « CYDALISE & Cie ». Au plan étymologique, et pour mémoire, le terme « cydalise » qui signifie glorieux selon ses origines grecques, est le surnom donné à une jeune femme « qui a désigné ces compagnes et inspiratrices, à la fois amantes et muses, des poètes et artistes du Doyenné ».

 

 

Des créations originales par de jeunes danseurs prometteurs…

 

A quoi s’attendre avec cette représentation nocturne ? Un condensé de danse classique, certes, mais pas que, puisque les jeunes gens présenteront aussi des tableaux, issus du répertoire contemporain. Tout cela sous la houlette de quatre professeurs de renommée internationale ayant encadré le stage, en provenance du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et de Lyon. Notons, aussi, des créations originales avec une compagnie qui est en résidence dans le Florentinois, la WABI Cie - Igor STRAVINSKY sera à l’honneur avec « Le Dîner » - ainsi que Malik PELKES qui présentera un solo baptisé « Les pieds rapides » et trio de Watson SARTOR (Jupiter) avec Nhoa BARTOUX et Alexia APECHE.

Signalons le travail scénique de Corentin DAVOUST et Alexia APECHE. Ils interpréteront un pas de deux, extrait de l’œuvre sublimissime de Félix MENDELSOHNN, « Le Songe d’une nuit d’été », sur une chorégraphie d’Alexandre NIPAU. On en salive d’avance !

Notons que cette vitrine icaunaise est extraordinaire pour ces jeunes danseurs  encore stagiaires qui se frottent à la scène et qui partiront dès l’automne, soit à New York (l’école Alvin AILEY va accueillir Watson SARTOR) et à Saint-Pétersbourg (Corentin DAVOUST et Nhoa BARTOUX) où la prestigieuse école VAGANOVA les prendra sous son aile…

 

 

En savoir plus :

« Jeune Danse » de l’association CYDALISE et Cie

Au théâtre de Verdure de Saint-Florentin

Vendredi 12 juillet à 21h30.

Possibilité de prendre les billets sur place (ouverture de la billetterie une heure avant le spectacle) ou auprès de l’OTSA au 03.86.35.11.86.

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C’est devenu une habitude. Mais, le public en redemande d’une édition à l’autre de ce rendez-vous estival qui lance la saison des festivités culturelles dans le village au célèbre château moyenâgeux. Logique : l’Ecole de Musique, Danse et Théâtre de Puisaye à Toucy (EMDTPF) possède une notoriété, faisant tâche d’huile un peu partout sur le territoire. Notamment, sa formation spécialisée dans la reprise de standards et de morceaux plus méconnus de jazz, le « Small Band ». Dirigé par l’excellent saxophoniste François CANARD, le groupe n’a pas déçu les amoureux de Count BASIE, réunis au pied du castel…

 

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES : Il n’y aurait pas ce petit vent frisquet qui ébouriffe les cheveux, on se serait vraiment cru aux meilleures heures de l’été, côté atmosphère ! Le cadre, tout d’abord. La scène, devant accueillir les instrumentistes des deux formations de la soirée, est placée juste devant la muraille de cet édifice massif et chargé d’histoire qui fait la renommée touristique de ce merveilleux village, à l’appellation si « druidique » !   

Mais, ne nous plaignions pas : les conditions météo auraient pu être pires ! L’astre diurne est bel et bien au rendez-vous, occulté de temps à autre par un nuage couleur albâtre filant dans le ciel. Le soleil darde de ses rayons couchants un public encore un peu timide et sur la réserve – elle n’est pas parlementaire celle-là !-, en ce début de soirée d’un samedi marqué par le lancement des animations d’été à Druyes.

Cela sent bon les vacances à plein nez même si les organisateurs de l’association éponyme, « Jazz à Druyes », ne chôment pas derrière le petit espace faisant office de buvette et de point d’accueil, positionné dans l’herbe.

En guise de mise en bouche de la soirée, avant que le guitariste prodige, Jean-Baptiste HARDY, ne vienne produire ses notes de musique aux connotations orientales ramenées d’un séjour de plusieurs mois en Turquie, l’EDMTPF ouvre le bal !

 

 

Un standard de Count BASIE en guise de hors d’œuvre !

 

Côté jazz-rock, on se remémore les appellations à rallonge des groupes cultes et dinosaures de la spécialité musicale ayant éclos au début des années 1970 et de réputation mondiale, CTA pour « Chicago Transit Authority », devenu un peu plus tard tout bonnement « Chicago » ou encore « BS&T », à savoir « Blood Sweat & Tears ». Des références inégalées en la matière, cinq décennies plus tard !

Bon, là, avec l’EDMTPF, on est certes un cran plus modeste dans la notoriété à titre comparatif avec les deux autres formations américaines ! Toutefois, l’excellent professeur et saxophoniste, hors pair lui-même, François CANARD a su démontrer à ce public de férus que la valeur n’attend pas le nombre des années.

 

 

Embarquant à ses côtés des musiciens jeunes et moins jeunes, possédant tous cette fibre commune et viscérale de la passion du jazz, le chef d’orchestre et métronome de ce combo encore à l’état pédagogique, de par son appellation, nous a prouvé qu’il y avait de belles perspectives dans l’air et des talents à la pelle dans cette Ecole de Musique, Danse et Théâtre de Puisaye, dont le siège social est, faut-il le rappeler, à Toucy !

L’interprétation du fameux « Blues in Hoss Flat » du non moins talentueux chef d’orchestre et pianiste Count BASIE (il a co-écrit ce titre en 1957 avec son complice Franck FOSTER) fut une excellente entrée en la matière pour donner le tempo et le « la » de cette soirée de belle facture jazzy ! Un morceau qui devait illustrer en guise de bande son en 1961 le long métrage du désopilant et génial Jerry LEWIS, « Le Zinzin d’Hollywood » !

 

 

Un des airs universels du jazz servi sur un rythme chaloupé : « Lil’Darlin » !

 

Puis, la formation enchaîna après quelques explications sommaires du maître à penser François CANARD par le trépidant « Cornbread », du méconnu Lee MORGAN, trompettiste américain qui enregistra ce morceau de près de dix minutes en 1967. Sur l’album de l’époque, on notait la présence d’un certain… Herbie HANCOCK au piano !

Moment de grâce avec l’interprétation de « Lil’Darlin », que l’on doit à Neal HEFTI, l’un des trompettistes accueilli au sein du Count BASIE Orchestra, publié en 1957 ! L’une des références très mélodieuses et universelles des standards du jazz construit sur un tempo très lent. On connaissait jusque-là les versions d’Oscar PETERSON ou de George BENSON, voici désormais celle toute en finesse et en virtuosité qui nous a été livrée par les instrumentistes experts de « l’EDMTPF » !

Pour les puristes, signalons que le regretté Henri SALVADOR en avait assuré une adaptation à la française, rendant hommage au roi des rois des «big bands », sobrement intitulé, « Count Basie » en 1963 !

Ce fut un délicieux rendez-vous pour mélomanes avertis ou néophytes en soif de découvertes initiatiques ! Il se poursuivit au pied de ce château plusieurs fois séculaire…jusqu’en début de soirée. C’est sûr, vivement la saison prochaine !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Chez les puristes de cette musique si débridée et légère, importée des Etats-Unis, laissant la part belle à l’improvisation, aux joutes musicales à n’en plus finir et à la dextérité complice des instrumentistes, on commençait à ronger son frein, avec une certaine impatience. Mais, cette fois-ci, ça y est ! Le parvis du castel moyenâgeux devrait bruisser de ces folles sonorités sautillantes, deux jours durant les 05 et 06 juillet prochains. « Jazz à Druyes », édition 2024, nous revient avec ses agréables soirées où l’on se dit que la vie est belle…

 

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES : Le credo est simple avec le retour de ce festival en nos terres de l’Yonne ! La fidélisation du public, via un programme hyper léché, bien élaboré comme une excellente recette de cuisine, concocté autour de l’ambition, du professionnalisme, de la qualité, et de l’esprit de fête, aussi.

«Jazz à Druyes » va donc poser ses valises au pied du fameux château de l’illustre famille des Courtenay de jadis (du temps de Philippe-Auguste, ça date non ?!) pour égayer durant deux soirées, mélomanes et aficionados de cette musique si particulière qui déferla sur le monde en provenance des Etats-Unis !

Quel choc ! Et quelle folie sonore qui fit vibrer longtemps les nocturnes parisiennes de Saint-Germain-des-Prés, chères aux regrettés, entre autres, Boris VIAN et Henri SALVADOR ! C’était au temps de René COTY ! Un bail…

Quatrième rendez-vous du nom, l’évènement s’inscrira dans une veine similaire à ses prédécesseurs. Un instant de pure magie pour celles et ceux qui adorent passionnément la musique, qu’elle soit produite d’une guitare acoustique, électrique, piano, cuivres, violons, percussions, batteries !

 

Quatre rendez-vous déclinés pour les mélomanes au pied du château…

 

Au niveau de la symbolique, l’édition nouvelle qui va se déguster tel un bon cru que l’on a hâte de se délecter en bouche, répond au nombre de quatre. Un chiffre correspondant à la stabilité, la structuration, la fondation, l’équilibre. Une véritable numérologie, non pas hasardeuse mais toute en légitimité pour les organisateurs de ce rendez-vous fleurant bon l’été qui recherchent avec cet opus davantage de solidité, de construction dans leur édifice artistique, mais aussi de rigueur et de détermination. Ne serait-ce point d’ailleurs le propre de tout musicien qui se respecte à l’interprétation d’un morceau ?!

Une fois que cela est dit, que penser de ce futur millésime qui devrait donner de l’ivresse aux férus de ce genre musical puisant ses racines dans le blues, le ragtime ou le negro spiritual ? Grâce à de talentueux instrumentistes, le public ne devrait pas être déçu par le plateau programmé durant ces deux journées. Quatre (décidément Michelle et Didier GILBERTAS, les métronomes qui sont à la baguette pour la réussite de cette aventure, aiment ce chiffre !) concerts seront assurés sur le parvis du château, sous,  et on l’espère déjà du côté de la météo, de belles conditions estivales !

 

De fines « gâchettes » du jazz made in Bourgogne

 

On retrouvera notamment des fidèles d’entre les fidèles, le saint des saints des instrumentistes qui affectionnent l’endroit depuis sa création en la personne de l’harmoniciste Laurent MAUR – il présentait en mai dernier au festival « Fleurs de Jazz » dans la Nièvre sa « Fantaisie Improbable » avec sa complice, l’excellente flûtiste Emilie CALME – ou le guitariste, accompagné de son trio éponyme, Jean-Baptiste HARDY, qui redonnera une lecture personnalisée de quelques  standards, distillés de ses compositions mélangeant les influences, les genres, et les musiques du monde. Un sacré métissage qui ne peut que séduire les oreilles expertes des mélomanes, assurément.

Notons, et c’est de coutume, également la présence de l’école de musique, de danse et de théâtre de Puisaye-Forterre ou encore le « Small Band » de l’incontournable François CANARD dans ses œuvres.

 

Près de 500 spectateurs en l’espace de deux jours…

 

Si les trois précédentes éditions furent organisées sous la tutelle associative des « Lumières de Druyes », c’est désormais la nouvelle structure « Jazz à Druyes » qui en porte l’intégrale responsabilité. Un changement de paradigme logique, selon Michelle et Didier GILBERTAS, qui voulaient se concentrer pleinement à la programmation et à l’organisation de l’évènementiel, en toute indépendance. Une décision prise naturellement avec le succès rencontré la saison passée où le festival aura accueilli près de cinq cents spectateurs en deux jours.

Déclinant son animation sur le principe de la participation libre du public en matière de paiement, l’entité organisatrice s’est fixée comme objectif d’engranger quelques subsides lui permettant d’assurer des investissements  techniques (éclairages, matériels sonorisation) ; soit d’indispensables dépenses lui garantissant sérieux, qualité et durabilité.

Transparent, le couple s’en explique : « il est important pour nous de construire un financement ayant une répartition équilibrée entre subventions publiques, sponsors privés et participation des spectateurs.. ».

Justement, et sur ce dernier point, l’augmentation de la jauge public est l’un des critères facilitant la pérennité de l’entreprise artistique, tant au niveau du bar et des consommations qui y sont vendues lors des entractes, qu’au passage du « chapeau » dans le public où les spectateurs peuvent donner à hauteur de leurs possibilités. Un mix nécessaire à l’essor de ce festival des plus prometteurs et enthousiasmants, à découvrir sans modération au pied d’un édifice du Moyen-Age…

 

 

En savoir plus :

Festival « Jazz à Druyes »

Les 05 et 06 juillet sur le parvis du château de Druyes-les-Belles-Fontaines

Entrée libre, participation des spectateurs au chapeau.

Programmation :

Le vendredi 05 juillet et le samedi 06 juillet :

18h30 : en première partie de chacun des spectacles, l’école de musique, de danse et de théâtre de Puisaye-Forterre qui jouera des musiques de son répertoire, « Shades of Jazz » animé par Nicolas COUSON (le 05) et « Small Band » animé par François CANARD, le 06 juillet.

20h30 : le concert principal, avec Laurent MAUR et les flûtes d’Emilie CALME et leur « Family Business Quintet » le 05 juillet.

La formation de Jean-Baptiste HARDY Trio (le 06 juillet) avec du jazz métissé à base de musiques du monde.

Buvette ouverte pendant toute la durée du festival.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Ainsi, « elles » et « ils » ressemblaient à ça ! De lointains ancêtres de l’ère préhistorique qui vivaient là, non loin des bords de l’Yonne, du côté de Gurgy et dont on a retrouvé des éléments à partir de leur ADN, lors de la découverte d’une importante nécropole. Des visages de femmes, d’enfants, d’hommes, parfois souriants, au regard profond à la limite de la méfiance comme si, nous autres, les gens du futur, venions les déranger dans leur éternité, peinte à l’aquarelle, et formant une fresque murale dont on pourrait contempler longuement chaque contour et aspérités. L’exposition, originale et didactique, s’apprécie jusqu’au 07 juillet à l’espace culturel…

 

GURGY : Etrange impression que celle-ci. C’est un curieux voyage dans le passé comme avec l’aide d’une machine à remonter le temps qui nous est proposé là, grâce à la contemplation de ces aquarelles au coloris sépia, finement ciselées – on les doit à l’artiste Elena PLAIN – dont les personnages nous fixent de leurs regards éternels et intenses comme par effet de miroir.

Mais, il ne s’agit nullement ici d’une œuvre imaginaire avec cette galerie de portraits, de femmes à la bienveillance affirmée, d’enfants à l’attitude de sauvageons et d’hommes dont les cheveux sont si hirsutes qu’ils affoleraient n’importe lequel des coiffeurs, présentés sous forme de fresque sur les murs de l’espace culturel.

Non, ce passionnant travail est avant tout d’ordre scientifique. Pédagogique, aussi. Et surtout, historique. Voire, même préhistorique pour les puristes !

Un extraordinaire rendu qui résulte de fouilles archéologiques menées non loin de là il y a plusieurs années, et conçu à partir de prélèvements d’ADN réalisés sur des ossements. Ceux retrouvés dans une nécropole de la préhistoire où vivait une communauté il y a…6 700 ans ! Une paille à l’échelle du temps !

 

Dix-sept chantiers de fouilles archéologiques dans la commune en cinquante ans

 

Face à nous, se présentent peut-être les lointains ancêtres de…Cyril CHAUVOT, maire de la commune ou de Jean-Luc LIVERNEAUX, le conseiller communautaire en charge de la vie culturelle de cette localité qui existait de facto sous une toute autre variante il y a donc un peu plus de six millénaires de cela !

D’ailleurs, les invités de la séance inaugurale de cette exposition ne manqueront pas de poser cette question obligatoire, venant à l’esprit de chacun : « sommes-nous en présence de nos ascendants ?! ».

De quoi peut-être redonner du grain à moudre aux chercheurs et autres paléontologues en quête d’analyses plus poussées !

D’autant que la bourgade à la fameuse escale fluviale jouit d’un patrimoine archéologique les plus importants de l’Yonne. Sans doute du fait de sa proximité au bord de la rivière ? Pour accréditer cette affirmation, Jean-Luc LIVERNEAUX rappellera un seul chiffre : « 17 », soit le nombre de chantiers de fouilles archéologiques entrepris depuis cinquante ans. Avec bien sûr, son lot de sites funéraires.

 

 

En savoir davantage sur notre passé

 

Pour les esthètes de cette discipline, ce sont des sources d’informations privilégiées pour mieux cerner la vie des hommes préhistoriques. Soit une période correspondante à – 3 000 avant Jésus-Christ.

A Gurgy, les chercheurs se sont donc attelés à réaliser des arbres généalogiques (ils ont pu en reconstituer deux) à partir d’ossements trouvés in situ. Une première…mondiale !

L’information perturbera même les rédactions de la presse nationale et scientifique. A l’été 2023, et sans qu’ils le sachent véritablement, les élus de la commune découvrent par voie de presse que leur village fait l’objet de publications scientifiques dont l’une est publiée dans « Le Monde » ! Mais, également le quotidien méridional, « La Marseillaise » ou « BFM TV ».

« Nous avons décidé de prendre contact avec l’une des scientifiques ayant travaillé sur cette étude, ajoute Jean-Luc LIVERNEAUX, une paléo-généticienne, nommée  Maïté RIVOLLAT. Avec son concours, et celui de son collègue, Stéphane ROTTIER, archéo-anthropologue – lui-même a effectué des fouilles sur le site des « Noisats » à Gurgy entre 2004 et 2007 -, est née la construction de ce projet d’exposition à laquelle s’est aussi adjoint le service Pays d’Art et d’Histoire de l’Auxerrois… ».

 

 

Un concept visuel à ne manquer sous aucun prétexte, en vérité ! Le public ne s’y trompe pas. A commencer par Crescent MARAULT, président de l’Agglo de l’Auxerrois, « on est vraiment chez nos ancêtres, les premiers Auxerrois à se sédentariser l’ont fait à Gurgy ! On est un territoire Pays d’Art et d’Histoire, et il était important que je sois présent au lancement de cette exposition… ».

Puis, le maire d’Auxerre de poursuivre : « valoriser, identifier et animer toutes ces richesses patrimoniales sur notre territoire peuvent nous permettre d’avoir une certaine dynamique au niveau ludique et pédagogique. Comme on peut le faire dans le cadre de notre partenariat actuel avec le Centre Georges Pompidou (l’exposition Botanique est accueillie à l’abbaye Saint-Germain à Auxerre) depuis plusieurs années… ».

Quant à Cyril CHAVOT, maire de la commune, il est comblé : « il est important de savoir d’où l’on vient… ». Et peut-être où l’on va aussi ?!

« Cette exposition permet d’en connaître davantage sur notre passé et notre Histoire ! ». A consommer sans modération !

 

 

En savoir plus :

Exposition « ADN Préhistorique »

Jusqu’au 07 juillet à l’Espace culturel de Gurgy

Ouvert le mercredi, le samedi et le dimanche de 14h à 18h

Entrée gratuite.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Cherchez-là et vous la trouverez, immanquablement ! Elle se cache toute petite dans le pli d’une feuille colorisée sur la toile posée sur un chevalet. Minuscule, même. A dimension…quasi réelle, en somme ! Presque aussi vrai que nature….Mais quoi donc ?! La griffe de l’artiste ? Son signe de reconnaissance ? Son subtil clin d’œil à Dame Nature ? Voire les trois en même temps ? Non, c’est une coccinelle ! D’un rouge vif éclatant qui est punaisée au beau milieu d’un tableau, il fallait y penser ! Mieux encore que la dernière affiche des partisans des « animalistes » placardée sur les panneaux électoraux ! Le signe distinctif et amusant d’un artiste à (re)découvrir : Philippe LALLEMAND !

 

AUXERRE : C’est un petit jeu. Ou presque. D’un tableau à l’autre. A exercer pour soi-même mais aussi accompagné d’enfants, pourquoi pas, à initier aux vertus divines de la création et de l’imaginaire fécond. Un indice, malin et ingénieux, à découvrir là, dans l’agréable espace galerie de l’un des établissements bancaires qui offre l’heureuse opportunité aux artistes de pouvoir s’exprimer, en exposant leurs travaux. Suffisamment rare pour être mentionné. Qu’ils soient peintres, photographes, sculpteurs ou céramistes. Ici, à la Caisse d’Epargne, à l’agence centrale d’Auxerre, place des Cordeliers.

Sept tableaux sont ainsi présentés dans cet endroit ravissant à l’architecture lourde et pesante par le poids des années (le patrimoine haussmannien dans toute sa splendeur !) jusqu’au 07 juillet. Suffisant pour y trouver l’indice inhabituel sur une toile, bien sûr, mais l’on sait que dans la contemplation de l’art pictural le temps n’existe pas !

 

Dix ans déjà pour la « Huitième Source » : un grand millésime…

 

Ah oui, je l’a vois ! La marque de fabrique de l’auteur de ces œuvres aux inspirations botaniques. La signature adroite de cet amoureux de la nature si perspicace dans le rendu de son travail, mettant en exergue des végétaux aux couleurs chatoyantes, en jouant sur la transparence du support. La coccinelle ! Non pas celle que mit en scénographie filmée l’immense Walt DISNEY dans ses livraisons cinématographiques des années 60 lors de folles aventures automobiles d’un fameux constructeur allemand, mais là, en représentation animalière, tellement naturelle que l’on croirait qu’elle vit, prête à s’envoler si on osait la toucher !

Une coccinelle sur une toile. Et là aussi sur la deuxième œuvre ! Puis, la suivante ! Et ainsi de suite…Un ode à la coccinelle au fond qui nous est proposé là ?

En charge du relationnel et de la communication – le garçon le fait très bien par ailleurs au vu de sa verve explicative– au sein de la structure associative « La Huitième Source », Philippe LALLEMAND a, depuis la création de l’entité survenue en décembre 2014 – dix ans bientôt, cela se célèbre et on prend date ! – assuré la promotion d’une kyrielle d’artistes peintres fréquentant cet organe auxerrois, en phase avec la préparation de leurs œuvres.

 

 

Ne plus être le cordonnier le plus mal chaussé…

 

Surnommé « Philou », ce dernier était nonobstant moins loquace lorsqu’il fallait mettre ses propres réalisations en avant. On connaît l’adage : les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés !

Cette fois-ci, l’artiste à la coccinelle pour signe distinctif aura passé outre et répondu aux sirènes bienveillantes de ses amis artistes et des responsables de la galerie bancaire pour y accrocher non pas sur des cimaises mais sur de beaux chevalets d’atelier ses toiles.

Sept au total, ni plus ni moins, un chiffre haut en symboles qui lui sied comme un gant pour celui qui défend les valeurs artistiques des « Huitièmes sources » !

D’ailleurs, Philippe LALLEMAND l’explique si bien avec un zeste d’humour à peine voilé : « La Huitième Source » - une appellation qui ferait penser un tantinet à un nom de secte ! – est précisément dans son éthique et sa définition « une secte de la liberté d’expression » !

Et par les temps qui courent, cela procure un bien immense à l’âme et à l’esprit qu’il soit créatif ou pas, ne changez rien, pourrait-on lui rétorquer !

Passionné de prises de vues (il a travaillé avec le Photo Club Auxerrois), préférant de loin l’argentique au numérique, Philippe LALLEMAND nous livre avec ce travail sa perception picturale de l’art. A partir de matériaux issus de la récupération – c’est dans l’air du temps -, et revisités avec de significatrices touches de couleurs, sa sensibilité s’apprécie à sa juste valeur. Une sensibilité ponctuée de ce petit clin d’œil à la nature, à la vie et à l’humour, avec cette coccinelle, une griffe personnelle qui ne se dépareille pas à l’ensemble de son œuvre. Admirable…et poétique.

 

En savoir plus :

Exposition Philippe LALLEMAND dans le cadre du collectif « La Huitième Source ».

Jusqu’au 07 juillet 2024 à la Caisse d’Epargne, agence centrale de la Place des Cordeliers à Auxerre ;

Entrée libre.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil