Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Ancien rédacteur en chef de la revue des « Trois Mondes », Yannick LE CAM a choisi de poser ses valises à Appoigny après une expérience scripturale riche et envoûtante. Dans un havre de paix et de quiétude qu’il désire partager avec le plus grand nombre. Féru de psychologie des profondeurs et de développement de soi, il n’en est pas moins un acteur de la vie économique locale. La splendide demeure, datant de deux siècles, dont il s'occupe depuis décembre 2018, accueille des hôtes venus du monde entier. Conquis par les lieux, ils sont en quête de sérénité et du repos salvateur de leur âme, charmés par un environnement propice à la méditation et au bien-être personnel…

APPOIGNY : L’Yonne coule nonchalante à quelques cinquante mètres de là. Juste derrière une ligne de frondaison, composée d’arbres majestueux. La verdure titille le regard de toute part. Renforçant ce sentiment d’intimité profonde et d’osmose parfaite avec la nature et la richesse de ces pierres séculaires qui confèrent à l’ensemble un calme opulent et le silence parfait.

Le Puits d’Athie (sage en grec) se savoure avec une délectation exquise. Cette bâtisse de caractère date du XVIIIème siècle et fut un petit monastère. L’édifice constitue les anciennes dépendances du Château de Régennes. Il propose depuis près de vingt ans une demi-douzaine de chambres d’hôtes de très belle facture. Mais, le nouveau gardien des lieux entrevoit déjà une suite logique à l’exploitation commerciale de cet édifice lumineux et subtilement décoré. L’aménagement de pièces supplémentaires. Elles optimiseront l’accueil de touristes, en provenance de destinations parfois lointaines (Etats-Unis, Québec, Scandinavie…).

milieu articles

Découvrir le monde des rêves et la marche consciente…

Amateur d’art, Yannick LE CAM avait envie d’autre chose. Lui qui aime sonder l’âme humaine. Aidé d’un ami, avec lequel il collabore en symbiose depuis près de quarante ans, il a décidé de s’accorder un break. S’ouvrant de nouvelles opportunités intellectuelles via l’exploitation de la SARL Le Vieux Logis qui porte la destinée économique de ce lieu au charme fou.

D’ailleurs, parmi ses projets, il joindra l’utile à l’agréable dans sa vision stratégique pour développer dès cette année cet édifice comme il se doit. L’accueil d’hôtes optant pour une retraite personnelle, et bénéficiant d’un coaching intuitif, s’inscrit dans ses objectifs.

Ces immersions au détour de la conscience intérieure, baptisées des « retraites de ressourcement », permettront de recevoir un public soucieux d'explorer en profondeur le rêve, la marche consciente, l’éthique relationnelle et le sens des valeurs.

Tout un programme concocté sur trois jours où les pensionnaires du Puits d’Athie qu’ils soient seniors, entrepreneurs ou membres de la gent féminine se déconnecteront de leur environnement. En quête d’un Graal qui n’a pas de prix : celui de son bien-être intérieur…

Le Puits d'Athie

1 Rue de l'Abreuvoir 

89380 APPOIGNY

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tel : 03.73.53.97.50.

La plus importante concentration cyclotouriste UFOLEP de France se peaufine depuis plusieurs mois avec un très grand sérieux et une scrupuleuse minutie de la part de son staff organisationnel. Mobilisant un minima de 120 bénévoles, l’édition 2019 se déclinera pour les plus courageux des participants en cinq circuits au kilométrage disparate pour les cyclos. Un parcours spécial grimpeurs de 90 km, à réserver uniquement aux férus de la discipline, devrait donner quelques sueurs froides à celles et ceux qui s’y aventureraient sans condition physique ! Quatre autres boucles accueilleront les adeptes de VTT. Quant aux amateurs de randonnée pédestre, ils auront la faculté de pouvoir pratiquer leur activité sur trois secteurs différents…

AUXERRE : A vos marques, prêt, partez ! Le compte à rebours qui s’égrène en faveur de cette manifestation sans pareil dans l’Hexagone nous rapproche de jour à jour de l’échéance fatidique. Le 08 juin, l’Yonne, mais aussi toute la Bourgogne Franche-Comté puisque ses participants proviennent de larges horizons géographiques, viendront en découdre, avec eux-mêmes, en se confrontant aux divers circuits concoctés par des organisateurs astucieux et méthodiques.

Et cette année, encore, ils n’y ont pas été de main morte à la lecture du copieux programme qui attend les valeureux adeptes de la petite reine ! Les boucles qui permettront aux sportifs de cheminer sur les routes plus ou moins accidentées de la région amèneront les participants à se ravitailler à Branches, Nitry, Saint-Bris-le-Vineux, Sarry et Vaux. De quoi donner le vertige pour les moins véloces des candidats !

Prenant son départ et son arrivée sur le parvis d’AUXERREXPO, la Franck Pineau est, doit-on le rappeler, aucunement une compétition cycliste sportive. Chacun roule à son rythme, et se procure au passage les bienfaits de l’activité physique.

Serge Le DOUSSAL : l’emblématique figure de proue aux commandes…

Clé de voûte de l’évènementiel, Serge Le DOUSSAL sera comme à l’accoutumée derrière les manettes de l’organisation. Même s’il pense à sa succession de manière récurrente mais non établie, l’ancien responsable de la commission technique UFOLEP de l’Yonne tiendra les rênes avec brio de ce vingt-deuxième rendez-vous.

Il est vrai que le charismatique personnage, dont la silhouette est reconnue et connue de beaucoup d’Auxerrois, ne fait pas ses 75 ans. A croire que la pratique du cyclotourisme conserve et se convertit en cure de jouvence !

milieu articles

Animé par une foi tenace, Serge est intarissable lors que sa pensée s’égare quelque peu vers les chemins de traverse de sa manifestation préférée. Il livre moult anecdotes innombrables qu’il a eues à glaner lors des précédentes animations.

Il en profite pour rendre un vibrant hommage au champion du monde des plus de 80 ans, le fringuant octogénaire, Jean JARROUSSE, mentor de Franck PINEAU et à l’origine de sa carrière de cycliste professionnel. Parrain très impliqué, Franck PINEAU a donné bien plus que son nom à cette concentration populaire en France. Il lui a apporté une âme. Celle que Serge Le DOUSSAL et son équipe de collaborateurs bénévoles, dont l’ancien ambulancier Xavier CHOIRAL, responsable du sport adapté dans l’Yonne, entretiennent avec conviction et humilité.

Comité d’organisation de la Franck Pineau :

www.lafranckpineau.fr

Date butoir des pré-inscriptions : le 13 mai 2019

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L’exécutif régional envisage de parapher plus d’une trentaine de ces partenariats stratégiques à l’instar du dernier accord en date, validé la semaine dernière avec la Communauté de communes de Puisaye-Forterre. Favorisant l’aménagement et l’essor d’un secteur géographique défini, ce dispositif génère une enveloppe budgétaire globale de 90 millions d’euros. Dont la moitié est répartie en toute équité entre les petites villes et zones rurales de notre contrée ayant des projets performants à proposer pour leur financement.

ROGNY-LES-SEPT-ECLUSES : Excellente équation démontrant la pertinence du travail collaboratif entre les services de l’exécutif régional et ceux des interlocuteurs qui en sont les bénéficiaires, le contrat de territoire se définit comme un outil fonctionnel très probant. Il encourage les initiatives économiques des élus à travers l’aménagement de leurs zones de compétence.

Signataire du troisième document, applicable dans l’Yonne après ceux du Nord du département et de l’Avallonnais, le vice-président du Conseil régional Eric HOULLEY, en charge de la cohésion territoriale, procédait aux côtés du président de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, à l’officialisation de ce nouveau partenariat.

A l’identique du dispositif « Envie », principe décliné au bénéfice des communes de moins de trois mille habitants, le contrat de territoire est devenu depuis son lancement l’une des clés de voûte importante du pouvoir régional. Usant de pédagogie, le vice-président Eric HOULLEY ne s’est pas privé lors de sa venue à Rogny-les-Sept-Ecluses, site de la signature du nouveau traité, d’en expliquer les vertus.

milieu articles

Ne pas laisser un territoire de côté…

Pour lui, point d’effet d’annonce avec ces paraphes. Mais, bel et bien du réalisme et de la concrétisation, profitables tant aux petites agglomérations et zones rurales qu’aux secteurs urbains.

D’ailleurs, sur un échéancier de trois ans, l’enveloppe budgétaire de ces fameux contrats équivaut à 90 millions d’euros. Une manne financière affectée à part égale entre la ruralité et les métropoles.

« Nous ne souhaitons laisser personne de côté, précisa l’élu régional, maire de Lure, a contrario, la Région a pour objectif d’encourager tous les projets qui obéissent à une identité stratégique… ».

A titre d’exemple, le choix de la Puisaye-Forterre de s’engager pleinement en faveur de la transition énergétique (lire article correspondant) aura permis de flécher l’initiative territoriale dans la plupart de ses projets. Selon les critères d’une sélectivité intelligente.

Au-delà de ce contrat spécifique, les relations établies entre la Région et la CC de Puisaye-Forterre ne devraient pas s’arrêter en si bon chemin. Plusieurs projets, à commencer par la construction du nouveau siège communautaire, pourraient faire l’objet de sollicitations supplémentaires en matière de participations financières. Gageons que les responsables de la Communauté de communes ne manqueront pas de constituer un dossier afin de bénéficier d’un précieux subside…

 

Après l’obtention du Grand Prix du Gourmet 2015, la sympathique confiserie concoctée par les frères RIVALLAIN a encore réalisé des prouesses, en faisant succomber de gourmandise un jury de professionnels lors d’un concours régional qui vantait le savoir-faire de l’artisanat des métiers de bouche. Dotés d’une récompense de mille euros, Alexandre et Hadrien, co-fondateurs de la jeune structure entrepreneuriale GRAMM’S, n’en finissent pas de séduire des épicuriens de tous les horizons…Même les consommateurs japonais s’y sont mis depuis que l’entité icaunaise exporte sa gamme de produits aux délicats arômes fruités et sucrés vers l’Empire du Soleil Levant.

AUXERRE : Délicieux, croquant en bouche, rappelant la sublime saveur des fruits qui poussent dans nos vergers, les pop-corn conçus par GRAMM’S provoquent toujours la même réaction auprès des béotiens qui en découvrent leur intense subtilité gustative. Du bonheur sucré à l’état pur grâce à cette finesse et à ce goût inimitable.

Proposant un condensé de leur savoir-faire aux membres du jury des « Talents Gourmands », ce fameux chalenge culinaire porté par le Crédit agricole Champagne Bourgogne et le Bottin Gourmand, le duo d’entrepreneurs a été congratulé pour l’attrait de leur produit, non dépourvu d’originalité.

Comment un historien de formation (Alexandre), directeur des services d’informations d’une PME parisienne et spécialiste de l’organisation informatique en est-il venu lui-même à s’intéresser de plus près à cette petite pépite de céréale et de sucre, apparue aux Etats-Unis ?

Sa passion immodérée pour ce produit qu’il a découvert lors de voyages Outre-Atlantique et dont il s’éprend au point d’en concevoir un dérivatif professionnel mais pour mieux le développer à la sauce française.  

Avec son jeune frère, Hadrien, qui évolue dans d’autres sphères professionnelles, Alexandre échafaude une stratégie. Nous sommes en 2014. Un laboratoire de production est installé au cœur d’Auxerre. Quatre collaborateurs rejoignent la structure. Le tour est joué. GRAMM’S tel un Phénix renaissant de ses cendres part à la conquête d’un marché hexagonal dont il ne maîtrise pas encore la pertinence ni le réalisme.

milieu articles

Utiliser un savoir-faire artisanal ancestral…

Très vite, les pop-corn des deux frangins se dégustent dans les cocktails de la région. En version sucrée, c’est la base de leur gamme. Mais, aussi en version salée. Le produit rencontre un succès incroyable. Suscitant l’intérêt des plus grandes références de la gastronomie et de l’épicerie fine : FESTINS de BOURGOGNE, la société d’Evelyne et Didier CHAPUIS, qui apporte son indéfectible soutien à cette TPE ; FAUCHON, enseigne que l’on ne présente plus dans cet univers goûteux des arts de vivre ; Le Printemps,…).

Le pop-corn aromatisé français traverse même les frontières. Outre-Quiévrain, il craque sous la dent des consommateurs belges à Bruxelles avec le distributeur ROB. Mais, la petite confiserie trouve un port d’attache plutôt inattendue du côté du Japon ! Là-bas, grâce au partenaire JUGETSUDO, la confiserie gagne ses lettres de noblesse, cautionnant la démarche louable des frères RIVALLAIN d’exporter la qualité intrinsèque des produits français.

En bouche, le pop-corn de GRAMM’S procure une immense sensation jubilatoire. Le gourmet, n’ayant pas peur des mots, savoure délicatement chaque instant de cet ingrédient où le travail du chocolat est assuré par un maître en chocolaterie et le caramel est conçu à base de beurre salé…à titre d’exemple spécifique.

Soucieux de valoriser le terroir de la Bourgogne, les deux mentors de GRAMM’S et leur acolytes exercent leur art avec une maîtrise parfaite. De nouvelles recettes de produits déclinés autour des fruits et des légumes (si, si !), enrobées d’une fine couche de chocolat, préfigurent un printemps exceptionnel. Et autant de réussite pour la jeune TPE qui devrait vivre de nouvelles évolutions structurelles cette année…

 

Le CIFA de l’Yonne a été le théâtre d’une saine confrontation en ce début de semaine. Celle devant opposer cinq jeunes candidats, âgés de moins de 21 ans, qui se sont disputés via huit épreuves à vocation technique le titre de l’ « Un des meilleurs apprentis de France » du territoire de l’Yonne, catégorie mécanique.  

AUXERRE : En apprentissage au CIFA de l’Yonne ou au lycée Louis Davier de Joigny, cette demi-douzaine de prétendants à la suprématie territoriale ont su rivaliser de talent pour s’extraire du lot et tenter de gagner ainsi l’une des distinctions qualificatives pour les épreuves régionales, voire nationales.

Se disputant âprement cette sélection, tous espèrent décrocher le précieux sésame, la médaille d’or, celle d’argent ou la breloque de bronze, qui récompenserait les efforts fournis durant l’épreuve. Celle-ci englobait des ateliers d’injection, de boîte de vitesse, de métrologie, de circuit de charge…

Un sabir que seuls les exégètes de la chose mécanique maîtrisent à la perfection, il va de soi !

Il en est ainsi des organisateurs (Philippe CATHELIN, formateur au CIFA) et des membres d’un jury de professeurs ou de professionnels de la mécanique (Jérôme BOURBON, Mickael MICHAUT, Tony MORENO, Anthony BUREAU et Christophe PLINGUIER).

On notera la présence parmi ce jury d’experts de l’automobile de la jeune Elisa PERE, elle-même ancienne apprentie du CIFA et ex-Meilleure apprentie de France.

Plus de six mille candidats s'inscrivent chaque année, et ce, dans plus de 90 métiers, à ce concours de brillance nationale. In fine, 344 de ces jeunes gens obtiennent le Graal en glanant des médailles or, argent ou bronze.

Quant au suspens, il demeure intégral. Le verdict définitif ne sera connu que fin mars.

 

Page 1 sur 41
Bannière droite accueil
Bannière footer