Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Erigé sur une ancienne zone industrielle, le concept novateur du leader du négoce et de la distribution d’équipements et matériaux destinés à la construction et au bâtiment aura pour objectif de réhabiliter un secteur géographique essentiel de la capitale de l’Yonne, sa rive droite. Comprenant un show-room de 3 000 mètres carrés, une salle de réception, un espace de restauration, des surfaces commerciales, et même un parking couvert de mille mètres carrés, le projet atypique de Frédéric GOURMAND, responsable de la société familiale éponyme, et de son beau-frère, Romain TERNAND, sera aussi créatrice d’une dizaine d’emplois supplémentaires sur la place…Un chantier qui devrait voir son terme au cours de l’exercice 2018/2019…

 

AUXERRE : Le renouveau, tant espéré, du quartier Rive droite d’Auxerre se préfigure à l’horizon 2018 ! Grâce à l’élaboration d’un concept entrepreneurial unique, de très belle envergure, ouvert à l’esprit d’initiative et à la dynamique du territoire qui devrait révolutionner durablement cette zone fréquentée de la ville.

En acquérant les trente-cinq mille mètres carrés de surface où étaient implantées autrefois les vétustes constructions de la société FULMEN, en partie démolies aujourd’hui, et avec le concours de l’agence économique, YONNE Développement, Frédéric GOURMAND, quatrième représentant d’une génération d’entrepreneurs aguerris, aux manettes de l’enseigne BigMat GOURMAND, et son beau-frère, Romain TERNAND, à la tête de la PME du même nom, ont décidé de contribuer à leur manière à ce retour en grâce de l’attrait économique dans ce quartier, parfois oublié des schémas de développement actuels alors que le potentiel existe bel et bien.

« Ce secteur d’Auxerre devrait connaître une très nette évolution dans son approche commerciale avec cette configuration attrayante : cela représente un très sérieux challenge à relever à nos yeux, précise Frédéric GOURMAND, confiant au vu de l’important défi qu’il a choisi de relever en compagnie de son proche parent. Depuis longtemps, nous réfléchissions sur l’émergence d’un concept commercial unique en France en y adossant de la modernité, de l’innovation et davantage de prestations et de services incluant les technologies… ».

Un projet mûrement réfléchi aux multiples possibilités…

Dans sa phase de concrétisation, le concept s’articulera autour d’une vitrine commerciale imposante, de trois mille mètres carrés, disposée en différents univers distincts selon les pôles d’intérêt de la clientèle, professionnelle ou particulière. Un drive s’adjoindra à ce dispositif marketing très bien étudié. Quant au statut du parking couvert, il se justifiera amplement pour faciliter le transbordement des marchandises du magasin aux véhicules à l’abri des intempéries, dépareillant les zones d’utilisation des usagers ce qui permettra d’éradiquer la dangerosité existante sur ces endroits tampons où peuvent circuler de petits engins de manutention.

« Nous voulons rendre plus accessibles ces structures de négoce à un public féminin, ou aux personnes exerçant des activités de bricolage par pur plaisir, en cassant les codes un peu « machistes » que l’on trouve parfois dans cet univers professionnel… ».

Un souci de polissage en matière de communication qui expliquera aussi la présence d’un espace de petite restauration, générée avec l’aide complice d’un spécialiste de la sandwicherie et de la collation à emporter, et l’apport d’amplitudes horaires plus souples, y compris entre 12 et 14 heures afin de profiter du flux de fréquentation orchestré par les entreprises environnantes au futur complexe, voire une main tendue aux apprentis du CFA Bâtiment, localisé non loin de là.

Le futur complexe, et c’était une demande des deux porteurs de projets faite à leur architecte, M. GOULARD, accueillera également un espace réception proposé à la location. Entreprises mais aussi structures associatives pourront y tenir des colloques, des séminaires et des assemblées générales à satiété selon leurs besoins.

Alors que les travaux reprennent leurs droits après plusieurs semaines d’interruption imputables à la dépollution du site (désamiantage), la livraison de ce concept à forte valeur ajoutée économique est prévue courant 2018.

In fine, l’ensemble structurel, après réhabilitation des lieux tout en conservant l’ossature architecturale initiale, s’intégrera avec la présence d’autres enseignes : KILOUTOU, l’une des plus belles vitrines de France, VITALO, le concept de remise en forme à base d’exercices de pédalages sur des cycles positionnés dans l’eau (sa responsable Mme CASADO croule sous les réservations tant le succès est omniprésent) ou le centre d’affaires qui jouxte le complexe où exercent à l’heure actuelle le spécialiste des services à la personne, DOMIFAMILLE et d’autres entreprises.

BigMat GOURMAND, une entreprise de poids avec une centaine de collaborateurs…

Avec ce complexe innovant, l’entreprise Icaunaise, basée à Auxerre mais aussi à Saint-Florentin, devrait créer une dizaine de postes supplémentaires. Et y transférer le siège social directionnel, celui de son GIE (groupement d’intérêt économique) qui accueille en son sein les cellules stratégiques de l’entreprise : la gestion, la comptabilité, la vente, la qualité, la direction…Pour autant, elle ne se séparera pas du site existant.

Gros faiseur dans les domaines du second œuvre et de la construction, BigMat GOURMAND réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 30 millions d’euros, dont 70 % sont imputables à la vente d’une kyrielle de produits à destination des professionnels. Le reliquat concerne les particuliers, prioritairement des bricoleurs avisés, soucieux de bénéficier de conseils qualitatifs et d’exercer leur passion avec l’aide de matériaux fiables et performants.

Jouissant d’une solide expérience autour de la couverture, la zinguerie et l’étanchéité, BigMat GOURMAND travaille avec les leaders de l’isolation et de la conception de plaques de plâtre tels que Saint-Gobain, Isover ou Weber. Entretenant au passage de saines relations partenariales avec les industriels.

Des atouts majeurs qui font de cette structure centenaire, adhérente de ce groupe d’indépendants depuis 1982, un acteur incontournable des milieux du bâtiment et de la construction. Aujourd’hui, le groupement rassemble plus de 110 adhérents pour 330 points de vente en Europe, répartis dans sept pays dont la Belgique, la République tchèque et récemment la Slovaquie.

Ancien membre du directoire national, Frédéric GOURMAND a su profiter de ces multiples expériences pour insuffler une dynamique positive au développement de son entreprise, fédérant l’ensemble de ses collaborateurs derrière ce nouveau projet.

Malgré la conjoncture complexe observée sur le marché de la construction au début des années 2010, BigMat GOURMAND enregistre une recrudescence de ses activités. Ce qui lui aura permis d’initier ce GIE, conçu autour d’un noyau dur, et composé d’une quinzaine de membres, dans le but de se doter d’une plateforme de stockage importante et d’un centre de contrôle et de gestion à la performance inégalable.

Présente pour la sixième fois consécutive, Porte de Versailles du 28 octobre au 01er novembre, la PME de Saint-Julien du Sault (Yonne), spécialisée dans l’importation, le conditionnement et la distribution de fruits secs auprès des circuits professionnels et grossistes, filiale du groupe STELLIFERI (FERRERO)-leader européen de la transformation de noisettes avec 40 000 tonnes par an, expliquera les vertus nutritionnelles de sa gamme de produits (amandes, noisettes, etc.), faisant florès auprès des artisans de la filière des métiers de bouche (chocolatiers, pâtissiers, restaurateurs…) qui les utilisent abondamment dans leurs recettes. Une excellente opportunité pour le dirigeant de la société, Benoît CHAIX, de montrer le savoir-faire et le succès d’une entreprise, âgée de 75 ans…et d’expliquer la stratégie de « FRUITS SECS DU WEB », seconde entité distributrice via le numérique à destination de la clientèle de particuliers…

 

PARIS : Les artisans de la pâtisserie, chocolaterie et confiserie auxquels il est nécessaire d’ajouter les industriels de l’agro-alimentaire, les transformateurs, les biscuitiers, et les grossistes constitueront les cibles privilégiées que l’entrepreneur de cette PME de huit salariés rencontrera sur le stand prévu à cet effet. Avec un chiffre d’affaires annuel de 11 millions d’euros, SILVAREM importe, conditionne et distribue des fruits secs et séchés auprès des circuits traditionnels des métiers de bouche. Soit près de 1 200 tonnes annuelles de fruits secs dont 80 % de noisettes et d’amandes. Des produits en provenance pour l’essentiel d’Italie, de Turquie et des Etats-Unis…

Certifiée ISO 22 000 (norme de la sécurité alimentaire), SILVAREM privilégie les produits qui intègrent le moins de conservateurs et développe une gamme bio qui séduit de plus en plus de consommateurs. L’entreprise possède également une forte clientèle d’industriels. 20 % de ses partenaires sont issues de la filière distribution avec quelques références parmi ceux-ci, à l’instar de POMONA.

Côté communication, le lancement du nouveau site web au 01er octobre (www.silvarem.com) draine d’autres amateurs de fruits secs et optimise la relation existante avec les 800 clients en France. Parmi les informations que dévoilera le nouveau site : on relèvera une note de conjoncture des marchés, la présence de fiches techniques sur les diverses références qui composent cette gamme de 500 produits et la politique tarifaire.

Vitrine numérique distincte, FRUITS SECS DU WEB se propose de commercialiser fruits secs et séchés auprès des particuliers, à partir de petits conditionnements de qualité identique à un tarif imbattable. FRUITS SECS DU WEB répond aux exigences les plus élevées, en offrant des délais optimums de livraison vers n'importe quelle destination de France.

La présence au Salon d’un client fidèle : MAZET CONFISEUR…

Entreprise centenaire, la Maison MAZET est une confiserie artisanale à la notoriété reconnue qui dispose de plusieurs points de vente à Montargis, siège social, mais aussi à Paris. Elle réalise un chiffre d’affaires de 5,5 millions d’euros à l’année et emploie 44 collaborateurs.

Spécialiste de confiseries délicates au chocolat ainsi que de la célèbre « Prasline Mazet de Montargis », amande caramélisée selon une recette de 1636, la structure artisanale portée par Benoît DIGEON se distingue par le label, « Entreprise du patrimoine vivant », obtenu en juin 2016. Elle est aussi l’un des plus fidèles clients de SILVAREM, incorporant dans ses recettes de confiserie de nombreux fruits secs.

« Notre besoin annuel en fruits secs est de 50 tonnes, précise Benoît DIGEON, dont 80 % proviennent notamment pour les amandes et les noisettes de SILVAREM. Cette entreprise est respectueuse des normes de qualité et propose une traçabilité de ses produits. SILVAREM nous accompagne dans le suivi des normes qualitatives alimentaires. C’est une réelle plus-value à notre égard. A l’instar de l’ensemble de nos partenaires qui nous fournissent le chocolat, le sucre, etc. ».

Conditionnées selon les besoins des clients, et sélectionnées selon des critères qualitatifs très stricts, les amandes et noisettes de SILVAREM seront ensuite grillées ou caramélisées, voire enrobées de chocolat et ses multiples variantes (une douzaine de recettes différentes) pour la conception des savoureuses merveilles de ce professionnel qui exporte de plus en plus vers le Japon, les Etats-Unis et l’Australie.  

Les valeurs nutritives des fruits secs et séchés, et les bienfaits du chocolat

Les fruits secs oléagineux à coques (amandes, noisettes,…) et les fruits déshydratés (abricots, raisins secs,…) sont excellents pour la santé, s’ils sont consommés régulièrement et en petites quantités au sein d’une alimentation variée et diversifiée. Consommés bruts, ils s’intègrent parfaitement dans une cuisine originale et exotique, relevant les saveurs, les couleurs et les textures de nos recettes.

Leurs teneurs élevées en micronutriments (minéraux, vitamines, polyphénols) et en fibres en font des aliments de choix pour préserver notre santé : une alimentation riche en fibres qui préserve de l’apparition de nombreuses maladies chroniques (surpoids et obésité, diabète, maladies cardiovasculaires, certains cancers). Plusieurs mécanismes bénéfiques sont mis en avant : régulation du transit intestinal, piégeage du cholestérol alimentaire, régulation des pics de glycémies postprandiale, régulation de la faim et de la satiété, limitant le grignotage et la prise de poids, équilibre et diversité du microbiote intestinal.

Certains fruits secs ont un pouvoir antioxydant intéressant permettant de réduire le stress oxydatif et le vieillissement cellulaire.

La composition des fruits secs oléagineux en matières grasses de bonne qualité (acides gras mono et polyinsaturés) et leur richesse en fibres constitue la base d’une alimentation de prévention des risques cardiovasculaires. En février 2017, le Haut Conseil de la Santé publique a d’ailleurs proposé d’inclure un nouveau repère de consommation dans le Programme National Nutrition Santé (PNNS) : « Une petite poignée de fruits à coque par jour ».

Leurs bienfaits nutritionnels sont souvent exploités dans des alimentations particulières : la teneur élevée en calcium des amandes dans une alimentation sans produits laitiers, la teneur en protéines des oléagineux chez les végétariens pratiquant la complémentation protéique, l’utilisation de purées d’oléagineux dans les alimentations sans produits laitiers ou sans œufs.

Enfin, les fruits secs déshydratés sont les aliments du sportif par excellence. Ils boostent le sportif pendant l’effort grâce à leurs minéraux intervenant dans la contraction musculaire et à leurs sucres simples rapidement assimilables tout en évitant troubles digestifs et lourdeur pendant l’effort du fait de l’absence de matières grasses.

Aliment plaisir, le chocolat doit se déguster avec parcimonie, privilégiant qualité et teneur élevée en cacao, en mettant tous nos sens en éveil. Contenant des polyphénols antioxydants, il est aussi connu pour être un antidépresseur naturel grâce à sa teneur intéressante en magnésium (antifatigue et décontractant) et des substances intervenant dans le mécanisme du plaisir.

TANZANIE : L’élu breton paraplégique, Yann JONDOT, a vaincu le plus haut sommet d’Afrique, au terme d’un périple époustouflant, conçu et réalisé en compagnie des sportifs de l’extrême, Isabelle CHEMIN et Arnaud CHASSERY.

 

Mardi 24 octobre aux alentours de 15 heures, et sous un temps clair et dégagé, ils ont atteint les 5 595 mètres de ce monstre de l’alpinisme, avec beaucoup d’émotion mais aussi de joie.

 

Ce fabuleux exploit, significatif du dépassement de soi-même, était à la base un défi insolite au service de la cause du handicap et de l’accessibilité nécessaire à tous. Un défi qui fera date indiscutablement !

Alors qu’une dizaine de postes sont à pourvoir à l’heure actuelle au sein des études notariales du territoire (notaires assistants, négociateurs, comptables…), la profession n’a pas boudé son plaisir de congratuler les jeunes récipiendaires du brevet de technicien supérieur. Et de les encourager à poursuivre avec assiduité vers la voie qui les conduira, peut-être, au bout du chemin, parmi l’une des 57 études du département…

 

AUXERRE : Dix-huit étudiants de la filière BTS Notariat de l’établissement privé d’Auxerre ont reçu leurs précieux sésames de fin de cycle lors de la clôture des Universités du Notariat ce 25 octobre dans les locaux du groupe scolaire.

Le vice-président de la Chambre départementale des Notaires de l’Yonne, Me Laurent TOPIN, procédait à la remise des diplômes en compagnie du directeur du pôle BTS, Alain NOEL.

Saluant avec empathie les performances éducatives de ces jeunes gens, le représentant de Me Jean-Marie ODIN, président de la Chambre des notaires, excusé, évoquait l’intérêt pour sa corporation de pouvoir compter sur la présence motivée de jeunes pousses, parmi les 57 études notariales du territoire, lors de stages fructueux.

Ceux-ci, obligatoires, sont effectués durant huit semaines au terme de la première année du cursus, et pendant quatre semaines dès l’année suivante. « Cette immersion est bénéfique à plus d’un titre, expliqua Me Laurent TOPIN, devant ses confrères attentifs, c’est la meilleure manière d’appréhender la vie professionnelle dans sa réalité et de sortir du cadre parfois trop théorique des cours magistraux… ».

Plusieurs professionnels de ce corporatisme juridique enseignent depuis l’ouverture de ce cycle supérieur aux étudiants de l’option notariat à Auxerre. Formation unique sur le département, elle permet de préparer les jeunes gens à l’une des étapes fondamentales de la filière : celle de clerc de notaire que les étudiants approfondiront au sein de l’Institut des métiers du notariat à Dijon ou à Paris. Ce ne sera alors qu’un prélude à de longues études de niveau Bac + 7 avant d’obtenir le titre distinctif de notaire…

Les membres du jury de ce Grand Prix des Métiers d’Art départemental ont rendu leur verdict ce 19 octobre au soir à l’issue d’une épreuve serrée, devant désigner le professionnel qualifié pour les joutes régionales. Peintre décorateur, doreur et restaurateur de son état, Joël HENRION défendra les couleurs de l’Yonne en espérant, pourquoi pas, obtenir le précieux sésame qu’il l’amènerait encore plus haut…

AUXERRE : Réuni dans les locaux auxerrois de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, le jury présidé par Jean-François LEMAITRE, hôte de ces lieux, aura eu fort à faire pour départager les excellents dossiers mis en compétition à l’occasion de cette épreuve qualificative pour le Grand Prix de Bourgogne.

Autour du président de la chambre consulaire, le vice-président du Conseil départemental Jean MARCHAND, la directrice d’agence du Crédit agricole Léa BOIZARD, Bénédicte DIETZ des Ateliers d’Art de France et Damien BONVARLET, président de l’association des artisans d’art de l’Yonne, devaient analyser chaque dossier avec beaucoup d’intérêt. Le jury profitait de l’œil avisé de Sarah MONNIER, lauréate 2016 de ce Grand Prix des Métiers d’Art.

Organisé sur un rythme annuel par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, ce Grand Prix des Métiers d’Art, à destination des professionnels de cette filière, promeut l’excellence des savoir-faire de ces perfectionnistes du travail de qualité. Souvent situés à mi-chemin entre artisanat pur et activités où l’art tutoie les sommets.

Lors de cette édition 2017, ce sont les métiers de la tradition qui avaient été choisis pour se placer sous le feu des projecteurs. Parmi les autres dossiers candidatures, on relevait la présence de Corinne MORIANO, encadreur à Vermenton, Vincent MARINESSE, joaillier à Auxerre, Armelle SABATIER, encadreur à Dracy et Lise GRANDJONC, laqueur à Tonnerre.

« Sont considérés comme appartenant au secteur des métiers de la tradition, les professionnels qui consacrent, tout ou partie, de leur activité, à la réalisation d'objets d'art traditionnels de qualité, en petite et moyenne série, et selon le respect des matériaux et des techniques traditionnelles » devait rappeler dans son préambule introductif, le président Jean-François LEMAITRE.

In fine, le lauréat n’est autre que Joël HENRION qui devait présenter un dossier sur le travail de réhabilitation mené sur la décoration de la maison natale de l’écrivain Colette à Saint-Sauveur en Puisaye. Un chantier réussi qui lui permettra de défendre ses chances au Grand Prix régional fin novembre à Dijon…

Page 1 sur 11
Bannière droite accueil