Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

La déclinaison ludique et goûteuse du concept événementiel phare de la JCE d’Auxerre, en cette année 2018, se poursuit ce samedi 20 octobre. En invitant le viticulteur Gérard PERSENOT à partager sa passion de la viticulture et de l’œnologie, l’association maintient le rythme de ses rendez-vous calendaires, très prisés et baptisés avec un trait d’humour, « Tous les VINgt du mois » ! 

AUXERRE : Mettre sous le feu des projecteurs consuméristes un vin local en seconde partie de journée, lors d’un afterwork, reste la géniale trouvaille des membres de la Jeune Chambre Economique d’Auxerre cette année.

Le concept a su séduire une large frange de la population locale. Tant est si bien que le principe de ces rendez-vous formalisés le 20 de chaque mois n’aura pas connu de pause estivale durant la période caniculaire de juillet et d’août !

L’automne frappe, timidement, à la porte. Il n’empêche que les représentants de la JCE ne se laissent pas désemparer par les affres de cet été indien qui ne cesse de se poursuivre. Ce samedi, à partir de 18 heures, c’est au bar « Le Bistrot des Amis » qu’ils vous convient à venir découvrir la passion d’un viticulteur de bonne tenue, Gérard PERSENOT, du domaine viticole éponyme.

En sa compagnie et autour de ses succulents nectars, ce sera une excellente occasion de célébrer le premier anniversaire de cette formule, la plus vineuse, de la saison autour d’aligotés élevés à Saint-Bris et d’Irancy !

Campagne de sensibilisation oblige afin de présenter les nouveautés de son catalogue 2019, la société de transport autocariste de Seine-et-Marne multiplie sa visibilité en cette période automnale sur le territoire icaunais qu’elle a investi depuis plusieurs années. Présente à la 44ème Foire exposition de Toucy et au deuxième Salon des seniors d’Auxerre, PROCARS donne, de manière complémentaire, deux autres rendez-vous à sa clientèle et à ses prospects, les 25 et 27 octobre…

PROVINS (Seine-et-Marne) : Période chargée pour les différentes enseignes de PROCARS en ces instants d’été indien qui n’en finissent pas de perdurer ! Et de faire penser aux vacances !

La campagne visant à promouvoir le nouveau catalogue 2019, édité à l'enseigne ALBA VOYAGES, suppose le déploiement de beaucoup d’efforts afin de le faire connaître à l’ensemble du grand public. Et en cette époque automnale, les moyens de rencontrer les aficionados de voyages qui choisissent des autocars de grand standing pour découvrir l’Europe et l’Hexagone ne manquent pas !

Ne serait-ce que sur le second salon des seniors concocté par Centre France Parc Expo, à Auxerre, où les Cars MATHIEU et ACKERMANN VOYAGES étaient dignement représentés par quatre collaboratrices du groupe francilien.

Nombreux furent les visiteurs à découvrir les subtilités de cette volumineuse brochure, faite de papier glacé conçue à l’en-tête ALBA VOYAGES et éditées à 4 000 exemplaires.

L’une des représentantes de la société de transport prodiguait aussi de judicieux conseils destinés à satisfaire les férus de destinations lointaines, notamment sur le mode opératoire relatif au service de billetterie d’avion.

Après la foire commerciale de Toucy, PROCARS et ses différentes marques ont confirmé leur participation à la foire de la Saint-Simon à Charny le 27 octobre. Deux jours auparavant, le 25, la salle des Jonchères de VENOY fera sans doute le plein de visiteurs fidèles et curieux de découvrir les nouveautés alléchantes de la saison prochaine.

Espace consacré à la pratique et au développement de l’économie sociale et solidaire (ESS), La RECYCLERIE a validé son acte de naissance de manière officielle le 06 octobre lors d’une cérémonie protocolaire permettant aux acteurs institutionnels et économiques de PUISAYE-FORTERRE d’inaugurer ce processus. Opérationnel depuis le printemps, ce site, élaboré avec le précieux soutien de la Communauté de communes et l’aide de la Région, favorise l’essor de l’économie circulaire et la création d’emplois en accueillant déjà trois structures associatives : TOUCY ENTRAIDE, LA RECYCLERIE et BONJOUR CASCADE…

TOUCY : Employant près de 2,5 millions de salariés en France, soit 12,8 % de l’emploi privé, l’économie sociale et solidaire (ESS) connaît un net regain de croissance depuis plusieurs années. Par ce concept novateur, il faut entendre le développement de structures où agissent des entreprises organisées sous la forme de coopératives, mutuelles, associations ou fondations dont le fonctionnement interne et les activités s’inspirent d’un principe puisé autour de la solidarité et de l’utilité sociale.

Adoptant des systèmes de gestion, participatifs et démocratiques, ces entreprises proscrivent le profit individuel en réinjectant leurs résultats dans leur outil de production. Un cercle éminemment vertueux qui a trouvé grâce aux yeux du président de la Communauté de communes, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI. Adoubant l’existence de ce concept sur son territoire, l’élu icaunais a précisé que « ce principe économique à base de réutilisation possédait de l’éthique et du sens ».

Une opération indolore pour le porteur du projet…

Face à ce projet de 100 000 euros, dont il a eu connaissance courant 2017, le président communautaire ne cache pas son enthousiasme. Avec l’aval du conseil, obtenu en novembre, il est en quête de terrain susceptible de pouvoir accueillir la future structure. En friche depuis plusieurs années, l’ancien site qui accueillait autrefois les établissements du distributeur de produits pétroliers PLOTON, face à l’hôtel d’entreprises de la Chambre de Commerce et d’Industrie, apparaissent très vite comme une excellente opportunité.

La CCI et l’organisme institutionnel trouvent un accord sur l’acte d’achat de ces surfaces utiles à l’exploitation du futur concept. Propriétaire du site, la communauté de communes loue ensuite le terrain à La Californie, la structure exploitante du projet.

Réalisant ainsi une opération blanche et indolore puisque le montant des loyers couvre les frais engagés. De surcroît, une demande de subvention auprès de l’Etat dans le cadre de la DETR (dotation des équipements ruraux) à hauteur de 30 % a été faite.

Une cinquantaine de bénévoles déjà mobilisés sur le site…

Aujourd’hui, une cinquantaine de bénévoles se mobilisent pour faire vivre décemment les trois associations, créées en mars 2018, qui y développent déjà de l’activité. Complexe facilitant la récupération, la valorisation et le réemploi d’objets et matériaux, le lieu de ressource géré par l’association La Californie s’étale sur un ensemble immobilier comprenant un hangar de 600 mètres carrés, un bâtiment faisant office de boutique avec son hall d’exposition de 220 mètres carrés, un garage de 95 mètres carrés et une remise, plus petite, de 42 mètres carrés. La structure pilote déjà un projet connexe à Saint Amand en Puisaye.

Ravagé par les flammes dans la nuit du 10 octobre, l’atelier de fabrication du Meilleur ouvrier de France et champion du monde des desserts Pascal CAFFET à Pont Sainte-Marie a été entièrement détruit. Ce contexte de crise induit la prise de mesures managériales décisives en termes de stratégie et de réorganisation. S’il ne reste pas grand-chose des mille deux cents mètres carrés de l’entrepôt, parti en fumée à l’issue de ce sinistre, la volonté de se relever, elle, demeure intacte pour l’entrepreneur aubois…

TROYES (Aube) : Emu par l’élan de sympathie et de solidarité qui s’est manifesté depuis cette nuit funeste du 10 octobre, Pascal CAFFET travaille à la remise en place de son atelier de fabrication. Celui-ci a été totalement décimé à la suite de cet incendie dont on ignore encore les causes.

Le sinistre s’est déclaré au cœur de l’entrepôt qui abrite les laboratoires où sont élaborés les confiseries, les tablettes, les pâtisseries et les bonbons à base de chocolat.

Avec cette destruction massive, c’est le bâtiment névralgique de la société qui a été affecté. La boutique commerciale, située à proximité de l’édifice dévoré par les flammes, a subi de nombreux dégâts. Elle sera fermée au public pour une durée indéterminée.

Une structure qui emploie 65 salariés…

Depuis cet incident majeur, le chef d’entreprise de l’Aube s’attèle à remettre sur pied la production. Toutes les autres vitrines de la Maison CAFFET implantées en France (une douzaine de points de vente) restent fonctionnelles. Elles poursuivent leurs activités malgré ces aléas.

Pascal CAFFET venait de présenter il y a quelques jours à la presse et à sa clientèle sa nouvelle collection de confiserie au chocolat, en lançant le « 001 Caffet », un subtil alliage de chocolat noir à base de fèves de cacao en provenance du Venezuela et de Madagascar.

Employant soixante-cinq collaborateurs, la Maison Pascal CAFFET réalise un chiffre d’affaires annuel de 8 millions d’euros. Elle exporte ses produits et son savoir-faire vers l’Italie et au Japon, deux pays où elle possède plusieurs magasins.

 

 

Intéressée par les ferments dynamiques qui se développent autour de ce territoire oriental de l’Yonne, la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté croit beaucoup en la pérennité du Tonnerrois, qu’elle qualifie de « petit concentré de Bourgogne ». Et même si son tissu économique a eu à souffrir par le passé d’une conjoncture peu favorable à son développement, aujourd’hui, la représentante de l’exécutif régional constate que ce bassin, qu’elle a eu le loisir de visiter il y a quelques semaines, se reconstruit. En misant sur la force de ses différents acteurs…

TONNERRE : « Il serait judicieux d’opérer un rapprochement économique entre le Tonnerrois et l’Avallonnais afin d’y développer un vrai contrat de territoire… ». Vantant les bienfaits de l’attractivité des territoires qu’elles découvrent à chacune de ses sorties officielles, la présidente de la Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite DUFAY a ressenti une dynamique bien réelle à l’issue de sa visite du Tonnerrois récemment.

Elle a eu l’opportunité de pouvoir s’immerger au plus près des acteurs de l’entrepreneuriat de ce bassin comptant près de 20 000 âmes. En étant accueilli par Alain LAPLAUD, président du Comité de développement économique du Tonnerrois (CDT), lui-même entrepreneur et de plusieurs adhérents de l’AET, l’Association des entrepreneurs du Tonnerrois (AET). Ces derniers ne manquaient pas d’arguments pour évoquer leurs besoins, nécessaires à leur essor.

Soucieuse d’initier des opérations favorables au développement des territoires ruraux et semi-ruraux (« La Région s’intéresse vraiment à la croissance de l’ensemble des contrées qui la composent… »), la représentante du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté propose une politique d’appui aux communes qui encouragent la promotion et le retour des commerces de proximité dans les centres bourg.

Dynamiser l’attractivité du territoire en développant ses atouts…

« La problématique est tangible, constate-t-elle, la disparition des commerces de proximité nuit à l’attractivité économique d’une ville. Il est nécessaire de ne plus activer des zones commerciales à l’extérieur des agglomérations… ».

Analysant ce qu’elle a vu de Tonnerre et de ses environs, l’élue régionale estime que plusieurs atouts, y compris ceux de la culture et du tourisme, peuvent être exploités pour inciter, pourquoi pas, la population francilienne à résider davantage en Bourgogne septentrionale. Faisant peut-être venir dans cette escarcelle quelques investisseurs.

« C’est clair, affirme-t-elle sans ambages, si les campagnes se numérisent, les villes auront du mal à résister… ».

Se considérant comme une visiteuse étrangère au microcosme local, donc ne possédant de quelconque a priori, Marie-Guite DUFAY a senti la beauté des lieux. « Cette découverte de Tonnerre, c’était important pour moi. Et ce qui compte, ce n’est pas le passé. Mais bel et bien, le présent et l’avenir ! ».

D’où l’idée de construire de nouvelles bases de réflexion et de travail. Et d’échanger avec l’ensemble des acteurs institutionnels et économiques du secteur. En écoutant avec intérêt leurs attentes tant au plan de l’aménagement du territoire, afin de poursuivre le désenclavement, qu’au plan du recrutement, ce qui reste une épine douloureuse dans le pied de moult entrepreneurs.

« Je sais, conclura la première dame de Bourgogne Franche-Comté, que tôt ou tard, le renouveau du Tonnerrois reviendra avec son pouvoir d’attraction auprès des partenaires de l’économie ».

Page 1 sur 23
Bannière droite accueil