D’un point de vue comptable, les mélomanes avertis s’y retrouveront. Une programmation artistique s’étalant sur trois jours et autant de groupes (voir un peu plus !) qui se présenteront sur scène afin de redonner ses lettres de noblesse à cette musique aux racines américaines. Qu’il soit « manouche », new-Orléans, free, bip-bop, s’inspirant du classique ou de fanfare, le jazz, en variante second  festival, donnera donc le « la » de cet été musical en Forterre !

 

DRUYES-LES-BELLES-FONTAINES : Elle possède plusieurs cordes à son arc, l’association « Lumières de Druyes » ! Façon « harpe » ou kaléidoscope selon le choix, puisque originellement elle est à l’initiative d’un festival de jazz, inauguré en 2021, reconduit cette saison avec le retour de la période estivale.

Si l’an passé, deux cents spectateurs avaient assisté à ce primo évènement de belle facture, la doublette organisationnelle de ce projet (Didier GILBERTAS et Emile LUGGER) espère voir les rangs de ce public d’aficionados ou de néophytes se renforcer durant ces premiers jours de juillet aux airs de grandes vacances.

 

 

De nouveaux sites pour accueillir les artistes…

 

Nouveauté pour cette édition : son changement de décor. L’an dernier, les instrumentistes se livraient sans retenue mais avec passion tout en respectant les codes ultra sophistiqués de l’interprétation jazzique proposant ainsi de jolies prouesses face à un public ravi, dans l’enceinte du château médiéval ; il n’en sera rien cette année.

Pour de simples raisons de sécurité, l’organisation a préféré transposer le rendez-vous culturel, un cran en dessous au plan géographique, passant des hauts de Druyes à sa partie basse, non loin des sources et de sa zone aquatique familière des promeneurs.

Précisément, c’est au Parc de la mairie, espace végétal jouxtant l’édifice et disposant d’un agréable point de vue sur l’aqueduc en perspective, que se produiront deux des artistes de ce festival : le groupe ZIG ZAG et SENECIO.

La fraîcheur de l’église Saint-Romain sera peut-être salvatrice en cas de fortes températures pour celles et ceux qui s’émerveilleront devant la prestation de l’ensemble Maria HELLER TRIO, avec chant, guitare et piano. Idéal à entendre en bénéficiant de l’acoustique de l’édifice religieux !

 

Musiques du monde et folklore des pays de l’Est : c’est du pur ZIG ZAG !

   

Proposant un set très représentatif des musiques du monde avec un Pierre VINAY qui excelle d’ordinaire au violon, ZIG ZAG ouvrira le bal de cette deuxième édition dès le vendredi soir. Des airs du folklore des pays de l’Europe de l’Est s’additionneront avec des morceaux choisis de répertoires plus cosmopolites, fleurant bon les sonorités du Brésil et de l’Amérique du Sud.

Entre improvisations et airs plus connus interprétés avec des arrangements hyper léchés, ZIG ZAG apportera son groove à cette soirée initiale. De très bon augure pour les festivaliers !

Le lendemain, outre le rendez-vous de fin d’après-midi en l’église Saint-Romain avec Maria HELLER TRIO, c’est une immersion subtile dans l’univers du maître du boléro (Maurice RAVEL) qu’inviteront au partage les membres de SENECIO.

 

 

Les oeuvres de Maurice RAVEL proposées en version jazz…

 

Endeuillé en novembre dernier après la disparition brutale de leur pianiste, Per Aage BRANDT, le combo se produira sous la forme d’un quartet uni comme les cinq doigts de la main, dans son approche musicale.

Une cohésion scénique et auditive mise au service de la découverte, notamment cette réinterprétation des œuvres de RAVEL de manière jazzy. Les amateurs (et les connaisseurs – ils sont légion dès que l’on parle de jazz -) retrouveront avec plaisir sur scène François CANARD, au sax ténor, Gérard BOUQUIN à la contrebasse, Vincent FAUVET au piano et Frédéric FIRMIN, derrière les fûts de la batterie. Le plus bel hommage, en somme, à rendre à leur compagnon trop tôt disparu…

Mention toute particulière pour la journée dominicale. Avec la déambulation sonore et colorée du « HI HAT BRASS BAND », en promenade quasi bucolique dans les axes principaux du village dès 11 heures.

Le groupe a choisi la rue pour pouvoir mieux s’exprimer avec ses cuivres. A ne manquer sous aucun prétexte pour cette bonne humeur, transmise à celles et ceux qui prêteront une oreille plus qu’attentive lors de leur passage !

 

 

 

En savoir plus :

 

Festival de Jazz à Druyes

Programme :

Vendredi 01er juillet à 21 h : ZIGZAG Jazz du monde avec Pierre VINAY au violon.

Samedi 02 juillet à 17 h : MARIA HELLER TRIO, chant, guitare, piano en l’église Saint-Romain.

Samedi 02 à 21 h : SENECIO « Ravel in Jazz » avec François CANARD au saxophone.

Dimanche 03 juillet dès 11 h : la fanfare HI HAT BRASS BAND en promenade dans les rues du village.

Dimanche 03 juillet à partir de 07H30 : brocante musicale avec disques vinyles, CD, matériels de Hifi, instruments de musique…

Tarifs :

Un concert 10 euros, Pass trois concerts : 15 euros. Accès libre aux moins de 14 ans.

 

Thierry BRET

 

Il faut croire que la « patrie » icaunaise est en réel danger ! Que la mobilisation des électeurs inféodés à la cause présidentielle, ses opposants au nom du sacro-saint principe du « front républicain » – et surtout les abstentionnistes – doit être totale lors du second tour des législatives ce dimanche 19 juin. Face aux trois candidats du Rassemblement national, qui ont réussi à se hisser sans l’once d’une difficulté pour l’ultime joute. Les députés sortants de l’Yonne abattent leurs atouts (de luxe) en invitant Edouard PHILIPPE et François BAYROU à venir s’exprimer à Tonnerre. Pour mieux haranguer les troupes et les convaincre à se déplacer dimanche ?

 

TONNERRE : Casting politique de haute volée à l’Hôtel-Dieu de Tonnerre, ce mercredi en fin d’après-midi ! Un plateau de premier choix, façon « Grands crus », pour les suiveurs de la chose publique qui espèrent se mettre quelques bonnes phrases croustillantes entre les deux oreilles ! Au-delà de leur motivation personnelle.

Pour cet unique rendez-vous d’entre les deux tours, les représentants de la majorité présidentielle dans le département n’ont pas hésité à mettre les petits plats dans les grands, conviant deux ténors de la politique hexagonale à se rendre dans l’Yonne lors d’un meeting de soutien.   

 

 

L’émancipation d’Edouard PHILIPPE via de nouveaux « Horizons »…

 

Le premier d’entre eux se nomme Edouard PHILIPPE, emblématique Premier ministre du début de la gouvernance MACRON, qui bénéficie depuis d’une cote d’amour côté popularité flirtant avec les sommets – y compris chez les Républicains et les centristes de droite ! – et qui se sera quelque peu émancipé en posant les jalons d’un nouveau parti, « Horizons ».

Une formation à laquelle s’est rallié il y a peu le député sortant de la seconde circonscription, André VILLIERS (ex-UDI) qui a viré en seconde position (29,22 %) au soir de la journée dominicale du 12 juin, précédé par la RN Audrey LOPEZ (30,72 %).

 

 

 

Une éminence grise très écoutée par le chef de l’Etat : François BAYROU…

 

Le second n’est autre que le président du Mouvement Démocrate (MoDem) François BAYROU, éminence grise de la vie politique française très écoutée par le chef de l’Etat, qui fera entendre sa voix, en souhaitant optimiser positivement celles de ses concitoyens dans les urnes, dimanche prochain.

Croisera-t-il lors de ce court déplacement à l’est de l’Yonne le toujours président départemental du MoDem Pascal HENRIAT, ce dernier ayant choisi de soutenir le candidat des Républicains, Guillaume LARRIVE, éliminé dès le premier tour sur la circonscription de l’Auxerrois et de la Puisaye ? Sans doute que non !

Le maire de Pau aura en revanche l’opportunité de saluer celle qui représente ses couleurs orange dans cette course effrénée à la députation, Michèle CROUZET, qui a obtenu 21,52 % des suffrages dans la troisième circonscription où elle devra affronter comme adversaire le très médiatique Julien ODOUL (RN) qui la devance tout de même de 13,65 %, soit 5 783 voix.

 

 

Conforter les actions des deux députés sortants…

 

La vaste salle de l’Hôtel-Dieu, l’un des édifices patrimoniaux incontournables de Tonnerre, devrait crouler sous le nombre de visiteurs – pas touristiques cette fois-ci au grand dam de l’agence Yonne Tourisme ! – curieux d’entendre et de voir ces sommités de la politique décliner leurs arguments non contradictoires et favorables au locataire de l’Elysée !

De grands moyens en termes de communication pour conforter les programmes défendus par les deux députés sortants, en ballotage plus ou moins favorable, avant que ne soit livré l’épilogue de ce dernier acte électoral ponctuant 2022.

 

Thierry BRET

 

 

Portée sur les fonts baptismaux l’été dernier, l’association « NumYco » a officialisé son inauguration dans les locaux du Pôle Environnemental à Auxerre, en présence de nombreux fondateurs et partenaires. Relais départemental du cluster « BFC Numérique », l’entité icaunaise souhaite être reconnue comme une communauté pouvant accompagner et fédérer tous les acteurs de la filière numérique départementale. Contribuant de fait à ancrer le territoire dans le XXIème siècle et le faire changer de division pour accéder à l’élite…

 

AUXERRE : Association à but non lucratif, « NumYco » s’est forgée depuis sa création il y a moins d’un an, un rôle majeur dans l’écosystème numérique départemental. Pour son président fondateur, Alexandre FOULON, les missions dévolues à l’entité icaunaise sont multiples : « fédérer, informer, arrimer, promouvoir, développer, représenter et structurer toute la filière numérique… ». Ouf ! Excusez du peu ! Avec la vocation d’accompagner et fédérer l’ensemble des acteurs présents dans le département, qu’il s’agisse de start-ups, de TPE/PME, d’institutionnels et collectivités, mais également les chambres consulaires ainsi que les organismes de formation et de recherche, tout en s’appuyant sur les synergies locales existantes.

Bras armé du cluster « BFC Numérique » dans l’Yonne, « NumYco » se veut carrefour d’échanges pour faire notamment remonter au régional, les attentes des entreprises icaunaises en la matière, que ce soit pour les aider à monter en compétence ou leurs besoins internes. Avec déjà en perspective, la mise en place d’un certain nombre de moyens d’actions comme l’organisation d’ateliers, de salons et de conférences ou la sensibilisation des professionnels. Mais, il y a aussi celle du grand public aux impacts du numérique, la création d’une « veille communautaire » et d’espaces d’échanges autour de l’actualité numérique, ou encore, l’accompagnement des adhérents dans leur développement technologique, juridique et commercial.

 

 

Le but, rappelle Alexandre FOULON, étant bien de « créer une vraie communauté où tout le monde puisse travailler ensemble et faire grandir la filière numérique, en faisant émerger des produits innovants, de nouvelles collaborations, pour voir notre département devenir un véritable moteur… ».
A noter que les membres actifs de « BFC Numérique », bénéficient d’une remise de 100 % sur leur cotisation, sur simple présentation d’un justificatif de paiement de leur cotisation BFC Numérique datant de moins d’un an.

 

 

En savoir plus :

Ils ont dit…

Pascal HENRIAT (Conseil Départemental)
« Il y a aujourd’hui des start-ups, des entreprises, qui veulent quitter la région parisienne et qui se disent intéressées pour venir dans l’Yonne. Le but de l’association, c’est de fédérer, mais aussi d’aider et promouvoir toutes ces entreprises à venir exploiter le potentiel et l’attractivité de notre département… »

Paul-Antoine de CARVILLE (Communauté d’agglomération du Grand Sénonais)
« Le nord de l’Yonne compte de nombreux acteurs industriels et l’on a besoin d’accompagner nos entreprises à la fois pour les aider à digitaliser leurs process de fabrication, mais aussi leur donner les outils pour mieux rayonner… ».

 

 

Florence POULAIN (MEDEF 89 et UIMM 89)
« L’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie dans l’Yonne représente 260 entreprises. Pour nous, le cœur du numérique, c’est l’industrie 4.0 et nous travaillons beaucoup à développer tous les métiers et toutes les formations qui sont autour… ».

Arminda GUIBLAIN (Communauté d’agglomération de l’Auxerrois)
« L’on se doit aujourd’hui d’être novateur et porteur de nouvelles technologies. Les entreprises ont besoin de cette veille numérique, besoin d’être accompagnées et le fait d’adhérer à votre association va nous permettre d’être partie prenante de ces nouvelles techniques et pouvoir les proposer à toutes… ».

Guillaume LARRIVÉ, député : « grâce à cette alliance entre public et privé, l’on fait monter notre territoire de l’Yonne vers le haut avec une idée simple et stratégique : l’Yonne, c’est la Bourgogne près de Paris, pas pour subir la dégringolade de la banlieue parisienne mais pour se connecter positivement à la dynamique de la métropole francilienne… ».

 

Contact :

Renseignements : 06 44 27 91 41 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Dominique BERNERD

 

 

Il ne manquait que la téquila et les sombreros, couvre-chefs nécessaires pour se protéger du chaud soleil et de la touffeur limite caniculaire en ce milieu d’après-midi à l’Abbé Deschamps, pour accueillir l’invité de marque, reçu par Baptiste MALHERBE, directeur de l’AJ Auxerre. Un air de mariachi aurait également fait l’affaire pour ne pas dépayser le team-manager de l’équipe nationale olympique du Mexique, Francisco SERRA, de passage dans la ville icaunaise…

 

AUXERRE : C’est sûr, l’hôte du jour a dû apprécier la chaleur extérieure en coupant la climatisation de son véhicule de location, une agréable « C4 Citroën » à conduire sur la RN 77 depuis Troyes, son dernier lieu de passage, avant de fouler le sol auxerrois. Une température qui ne peut tout de même lui faire oublier les chaleurs torrides qui sévissent dans le centre du Mexique, son pays natal !

Team-manager de l’équipe nationale olympique de la nation qui arbore un aigle flamboyant sur son drapeau tricolore – le Mexique a conquis le titre en 2012 et le bronze lors du dernier tournoi à l’estampille des Jeux à Tokyo en 2021 -, Francisco SERRA ne se présente pas dans la capitale de l’Yonne pour y faire du tourisme. Même s’il a reçu un présent officiel de la part de Philippe LALA, directeur de Projet territorial du Département de l’Yonne, mettant en valeur notre terroir gustatif : une bouteille de chablis.

Ce personnage ô combien important dans l’organigramme de la Fédération mexicaine de football découvre le complexe sportif auxerrois en repérage. La formation vise naturellement la phase de qualification pour la phase finale des Jeux de Paris 2024. Elle vient d’ailleurs d’accéder à la troisième marche du podium du Tournoi Maurice REVELLO disputé à Toulon et à Aix-en-Provence ces jours-ci, avec l’équipe des U20.

 

Plusieurs villes dont Auxerre prêtes à accueillir la formation mexicaine…

 

Après Montpellier, puis Troyes, Francisco SERRA poursuit donc en solo son parcours initiatique lui permettant à chaque étape de découvrir de nouvelles infrastructures sportives, susceptibles de pouvoir accueillir la préparation préolympique de son équipe fétiche. Voyageant à bord de TGV et en véhicules de location, le team-manager, à la poignée de main chaleureuse et aux convenances de courtoisie établies, ajoute une étape supplémentaire à ce presque « Tour de France » des stades qui la conduit à Auxerre.

C’est là que Baptiste MALHERBE, directeur de l’AJ Auxerre, l’a accueilli sur le parvis de l’un des salons, avant de pénétrer dans l’enceinte pour y effectuer une visite en règle des installations. Une visite qui se prolongera du côté de Joigny et de Migennes, le lendemain. Avant que le dirigeant mexicain ne rallie en automobile la bonne ville de Bayeux (prendra-t-il le temps d’admirer la célèbre tapisserie ?) et de filer ensuite à Caen.

On l’aura compris plusieurs villes sont sur les rangs pour recevoir la formation mexicaine au printemps 2024 dans le cadre du programme « Terre de Jeux », concept auquel a adhéré le Conseil départemental de l’Yonne, ainsi que son corollaire « Relais de la flamme olympique ».  

Il aura soufflé un air très exotique en cette fin d’après-midi sur Auxerre, un vent chaud en provenance du Mexique avec son parfum fort prononcé de compétitions internationales et d’exotisme coloré…Aïe Caramba !

 

Thierry BRET

 

 

C’est la surprise du chef de ce premier tour des législatives dans l’Yonne ! Même si, dans son for intérieur, elle était convaincue mordicus de son succès au terme d’une soirée dominicale au suspense garanti qui restera à jamais gravée dans le marbre. Exit les deux favoris de ce scrutin, le député LR Guillaume LARRIVE et son challenger Victor ALBRECHT (Ensemble), Florence LOURY peut désormais caresser le rêve de siéger au Palais Bourbon…

 

AUXERRE : Aura-t-elle bénéficié de la lame de fond nationale provoquée par la récente création de la NUPES, ce rassemblement hétéroclite des forces de gauche pour contrer le pouvoir en place ? Ou de l’éparpillement local des voix de la « discorde » entre les deux favoris naturels de ce scrutin qui n’auront eu de cesse de se lancer des piques et invectives par meetings interposés au point d’en lasser peut-être leurs électeurs ?

Dans tous les cas, l’écologiste Florence LOURY a joué un sacré tour à sa façon aux deux prétendants à la qualification de ce second tour des législatives, renvoyant tous les pronostiqueurs du sérail à leurs chères analyses qui ne valaient in fine pas tripette !

 

 

Des clameurs trop effervescentes dans les têtes…

 

Qui aurait misé un seul centime d’euro sur la victoire confortable (24,25 %) de l’égérie de la protection environnementale et de la mobilité verte en ce 12 juin au soir ?

Personne, assurément ! Hormis, les quelques aficionados de la première heure qui ont toujours suivi et soutenu la conseillère municipale d’opposition d’Auxerre dans ses aventures et pérégrinations écologistes !

Une Florence LOURY qui n’en croyait pas elle-même de ses yeux, en consultant l’ultime slide affichant les résultats complets de ce vote vécu dans la première circonscription de l’Yonne, ni de ses oreilles quand les clameurs de ses supporters résonnèrent bruyamment dans la salle des pas perdus de l’hôtel de la préfecture aux alentours de 22 heures.

Provoquant la consternation, voire la tristesse des autres partisans des candidats éliminés qui ne se firent pas prier pour plier les gaules derechef et ignorer ainsi le buffet républicain tapissé de canapés et de coupes de champagne.

Question effervescence, les cachets d’Alka Seltzer devaient remplacer sans doute les bulles remplies d’oligo-éléments du précieux breuvage de la région voisine afin d’éviter le mal de crâne !

 

 

Le ralliement au front républicain pour bouter hors du jeu le RN…

 

Totalisant 9 339 voix, dont une grande partie provienne des bureaux de vote de la capitale de l’Yonne, Florence LOURY peut désormais envisager d’être investie d’une mission hexagonale de haute volée en s’installant à l’Assemblée nationale. D’autant, que le front républicain semble se mettre en ordre de marche autour de son patronyme puisque la sénatrice Dominique VERIEN, le président du Conseil départemental Patrick GENDRAUD, Mahfoud AOMAR et même Victor ALBRECHT, le quatrième prétendant qui termine au pied du podium avec 19,50 % des suffrages, ont appelé très clairement quelques heures après le verdict à voter en sa faveur afin de faire barrage au surprenant et peu médiatique Daniel GRENON, du Rassemblement National. Ce dernier finit néanmoins à la seconde place, avec 23,92 % des voix, soit 9 214. Pas très loin de la lauréate verte, à une longueur derrière elle avec seulement 125 voix d’écart !

 

 

« Renvoyer les profits faits aux entreprises » aux calendes grecques…

 

Toutefois, le plus dur commence pour la professeure d’éducation physique, normalement habituée aux courses d’endurance. Il faudra convaincre les abstentionnistes, grands vainqueurs de cette élection sans réelle saveur ni passion exacerbée. Le taux s’élève à 48,14 %. Ce qui n’est pas rien, en vérité.    

Dans un communiqué, adressé ce lundi, Florence LOURY en appelle « à tous les électeurs de gauche et écologistes, à tous les républicains (Républicains ?!), sincères épris des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité » à se rassembler derrière sa candidature. Sera-ce suffisant pour mobiliser les forces vives de l’électorat le 19 juin prochain ?

Le RN peut toujours l’emporter dans cette circonscription traditionnellement à droite, au vu des scores parfois impressionnants réalisés par le parti bleu marine dans les villages de Puisaye.

Celle qui désirait devenir sénatrice en septembre 2020 peut accéder dorénavant à la députation dans quelques jours. Soucieuse de proposer des textes de loi en faveur de la transition écologique tout en étant l’un des poils à gratter contestataire dans l’hémicycle contre les lois de la politique d’Emmanuel MACRON.

Histoire de renvoyer, selon elle, « la politique de droite et les profits faits aux entreprises du chef de l’Etat », qu’elle fustige, aux calendes grecques ; en préservant, nonobstant, la défense des intérêts des citoyens. Le pot de fer contre le pot de terre ?

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil