Le rayonnement de l’Auxerrois et de sa ville phare à l’international représente bien plus qu’une simple réalité. Quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense ! Le football et la viticulture, s’ils s’exportent très bien, au-delà nos frontières hexagonales, ne sont pas les seuls vecteurs d’attractivité et de communication qui ancrent chaque jour un peu plus la cité de Paul Bert vers l’universalisme. Culture, industrie, éducation, solidarité, tourisme…autant d’items qui seront abordés lors de la table ronde déclinée par la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des Echanges internationaux le 30 novembre prochain.

 

AUXERRE : Voilà une projection intéressante. Un peu inhabituelle quand on évoque le nom de la capitale de l’Yonne. Quelle est en réalité la place qu’occupent Auxerre, et par un effet gigogne légitime celui de l’Auxerrois, sur la scène internationale ? Une question qui mérite d’être posée à l’heure de la mondialisation à outrance et de la prégnance des réseaux sociaux, source de grands espaces évasifs. Même si les frontières sont quelque peu mises à mal depuis une vingtaine de mois, date des prémices de la crise sanitaire.

Nonobstant, si elle attire son lot de touristes en provenance parfois des quatre coins de la planète (il n’est pas rare de voir arpenter dans la contrée des habitants originaires des antipodes), Auxerre n’est peut-être pas la ville qui fait la plus parler de l’Hexagone hors de nos murs. Sans doute !

Mais, de là à imaginer qu’elle ne pèse rien à l’échelle du globe ce serait mal connaître celles et ceux de ces structures associatives, de ces entreprises, de ces artistes, de ces chantres de la pédagogie et de la formation qui ne tentent pas, tant bien que mal, d’y parvenir !

 

Se nourrir des expériences de structures associations et institutionnelles…

 

Aussi, fort de ce postulat, la Maison des jumelages, de la francophonie et des échanges internationaux a souhaité se pencher sur cette réflexion pertinente. En toute logique au vue de ce que représente réellement la structure de par ses diverses activités. Rappelons, au passage, pour celles et ceux qui seraient encore dans l’ignorance que ladite maison de la francophonie auxerroise est la cellule représentative de ce qui se passe en région Bourgogne Franche-Comté. Il suffit pour s’en apercevoir d’apprécier le savoureux cocktail concocté lors de la nouvelle édition de sa fameuse « caravane » qui sillonne bon nombre de départements de notre territoire.

Toujours est-il que le 30 novembre en début de soirée toute la lumière sera faite sur ce positionnement iconoclaste de la ville à l’échelle internationale. Accueillie dans l’amphithéâtre de la Fédération départementale du Bâtiment, la manifestation s’articulera en trois volets d’autant de tables rondes.

Le premier regard concernera le monde associatif où des entités aussi emblématiques que le Lions Club, Lune d’Afrique (on pense déjà au futur festival « Choco Vins ») ou l’AJ Auxerre viendront corréler de leurs interventions celle du comité de jumelages de Monéteau, organisme très actif dans les relations européennes.

 

 

Parler de l’international passe nécessairement par la lorgnette de la jeunesse. Qu’il s’agisse de l’IUT proposant ses filières pédagogiques pouvant conduire à la découverte d’une destination étrangère au lycée des métiers Vauban instigateur d’une relation privilégiée avec l’Espagne dans le cadre du programme Erasmus  sans omettre les Compagnons du Devoir, système éducatif qui incite à parcourir le monde pour en accumuler les expériences humaines, les témoignages seront riches et intenses.

A ce titre, Bourgogne Franche-Comté International sera également de ce rendez-vous : à la clé la connaissance des dispositifs permettant de travailler ou de s’investir dans des actions de solidarité ailleurs que dans l’Hexagone.

 

 

Les atouts économiques qui exportent le savoir-faire de l’Yonne…

 

Reste naturellement l’aspect de pure économie. Via l’industrie et le commerce, explicités par la CCI de l’Yonne. Via la filière viticole avec la jeune start-up VINO UP et son duo agréable de jeunes dirigeantes qui prodiguent conseils et expertises.

Via le tourisme avec l’agence de développement Yonne Tourisme qui travaille sur son nouveau schéma départemental pour 2022.

Via la Jeune Chambre Economique dont on ne présente plus les attraits pour ces jeunes incubateurs de leaders citoyens qui s’y manifestent. Via enfin le port de Gron et sa structure représentative, LOGI YONNE qui a su essaimer au Vietnam pour créer une filiale défendant les intérêts de la logistique tricolore.

Les ponts entre la France et l’Afrique, plutôt dynamiques dans l’Auxerrois, seront abordés par une consultante locale, esthète de la question, Ambre DELCROIX.

On parle aussi du groupe Saint-Joseph La Salle avec son fameux concours d’éloquence ouvert aux jeunes gens qui veulent s’exporter dans le monde. On évoque aussi la présence de SAUREA et son célèbre moteur solaire autonome, promus par le tandem de dirigeants Gilles et Isabelle GALLET-COTY…

Bref, tout ce qui a un attrait direct avec le monde et ses grandes latitudes se donne rendez-vous lors de cette soirée exceptionnelle où le Département, par le biais d’Isabelle FROMENT-MEURICE, vice-présidente en charge de la promotion touristique et culturelle et l’Agglomération avec l’un de ses porte-voix, son premier vice-président Christophe BONNEFOND, apporteront leurs visions.

Celle d’une ville d’Auxerre en recrudescence d’universalisme avec toutes les conséquences que cela induit…

 

 

En savoir plus :

L’Auxerrois à l’international

Tables rondes organisées par la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des Echanges internationaux.

Mardi 30 novembre à 18 heures

Siège de la FFB 32 Rue de l’Ocrerie à Auxerre

Entrée gratuite

Renseignements :

Tel : 03.86.51.75.97.

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site : https://jumelages-francophonie.com

   

Thierry BRET

 

Il a vécu son rêve. Rédiger de sa plume quelques réflexions personnelles en page de garde de son premier ouvrage dont il a vendu plusieurs exemplaires lors de deux séances de dédicaces. Un livre consacré, non pas à la biographie de son héros de jeunesse, le footballeur Djibril CISSE, mais à ses parures sportives. Un angle, certes original, qui a su séduire par ses anecdotes les férus de la discipline…

 

AUXERRE : L’ancien international de l’équipe de France et joueur émérite de l’AJ Auxerre, entre autres, imaginait-il un jour voir ses maillots dont il se revêtait sur les pelouses européennes tenir la dragée haute de l’actualité livresque ? Non, certainement pas !

Pourtant, on doit la genèse de cet ouvrage spécifique édité avec les moyens du bord à un authentique supporter du club de l’Yonne, vibrant pour les exploits de cet esthète de l’offensive depuis sa prime jeunesse.

Compulsant au fil des pages l’histoire de la quinzaine de maillots que l’emblématique attaquant français a porté au cours de sa carrière, Guillaume GARNIER offre à ses vêtements sportifs une seconde existence. Ponctuée de détails et de précieux renseignements qui ne peuvent que ravir les aficionados de la catégorie reine de tous les sports.

 

 

Une séance de dédicaces : une première à la vertu initiatique…

 

Il y a quelques jours, notre Dijonnais a rendu une visite plus que de courtoisie à la capitale de l’Yonne. Au « Bar de la Gare », tout d’abord, établissement relooké depuis peu par son propriétaire, Cyril PARMENTIER, où le garçon s’est initié à un nouvel exercice de communication inhabituel à ses yeux : la séance de dédicaces.

Là, au contact de passionnés venus acheter le fameux bouquin, le trentenaire fana de football s’est livré à cet exercice scriptural qu’il n’avait encore jamais pratiqué : lâcher ses sentiments et impressions via la bille d’un stylo sur la page de garde de son livre.

Des mots de remerciements, d’empathie, de complicité aussi avec celles et ceux qui partagent cette même passion du ballon rond, incarné par l’un de ses apôtres, Djibril CISSE.

Le temps de la séance photographique, et hop, Guillaume GARNIER, muni d’une place offerte par la direction de l’AJ Auxerre (merci à Baptiste MALHERBE !) s’en va s’installer dans l’une des travées de l’Abbé Deschamps pour y encourager l’équipe fétiche opposée lors de cette journée de championnat au Pau FC.

 

 

Des mots pleins d’empathie à l’égard de l’ancien coach Guy ROUX…

 

Puis, c’est la rencontre avec d’autres supporters à l’Espace culturel LECLERC. Deuxième séance de dédicaces de la journée ! Décidément, le néophyte en littérature se prête au jeu, avec le concours de Jérôme CHAUFOURNAIS, responsable de l’enseigne, qui lui a ouvert toutes grandes les portes de la boutique pour mieux l’accueillir.

Là aussi, dans le magasin auxerrois, le contact est facile avec les amateurs de livres. Guillaume GARNIER a la chance de voir son opus trôner en bonne position sur les étals du commerce, non loin de la dernière publication écrite par Guy ROUX. Respect !

Guillaume GARNIER n’aura pas eu la chance de croiser le charismatique entraîneur de l’AJA durant son court périple auxerrois. Mais, ce n’est que partie remise. D’ailleurs, l’intéressé a pris soin de lui offrir son livre en pesant chacun de ses mots en ce qui concerne la dédicace. Un geste qui devrait plaire à la célèbre figure de proue du navire AJA…

 

Thierry BRET

 

 

 

On ne les a pas comptés ! Mais, la nouvelle centrale solaire de Dijon-Valmy, devant être inaugurée en grandes pompes le 25 novembre prochain, accueille près de 43 000 panneaux photovoltaïques. Ce qui a nécessité une implantation physique sur 16 hectares de terrain. Sa capacité totale de production est équivalente à 15,5 MWc. De quoi produire les besoins annuels en électricité d’environ huit mille habitants…

 

DIJON (Côte d’Or) : Il reviendra au président-maire de Dijon Métropole, François REBSAMEN, de découper le traditionnel ruban lors de l’inauguration officielle de cette centrale solaire dont la genèse remonte à 2007.

Aux côtés du PDG d’EDF Renouvelables, Bruno BENSASSON, en charge du développement du pôle des énergies renouvelables, du préfet de Région Fabien SUDRY et du directeur de l’action régionale EDF Bourgogne Franche-Comté, Yves CHEVILLON, l’élu de Côte d’Or aura sans doute un petit pincement au cœur devant le travail accompli. En effet, enfin concrétisé, ce projet marque la volonté de Dijon Métropole de favoriser le développement des énergies renouvelables sur son territoire. Son cheval de bataille.

 

 

D’ailleurs, originalité, la population a été associée à la conception de ce nouveau mode de production énergétique. Via une campagne de financement participatif citoyenne qui aura permis de récolter près de 200 000 euros !

Située sur l’ancien centre d’enfouissement technique de Dijon-Valmy, où étaient autrefois entreposés les gravats et autres détritus de chantiers de construction, cette centrale solaire photovoltaïque aura permis du fait de son installation de réhabiliter ce site de stockage durant l’été 2020.  

L’épilogue de ces travaux se fera donc le jeudi 25 novembre à partir de 11 heures avec cette cérémonie officielle.

 

Thierry BRET

 

 

A l’aise dans ses baskets, l’entrepreneur Baptiste CHAPUIS ! On l’a vu sillonner méthodiquement chacune des allées des RIDY (Rencontres industrielles de l’Yonne) en bon professionnel de l’immobilier qu’il est avec sa pile de calendriers à l’estampille de sa société (123 Immobilier) sous le bras. Objectif : en distribuer le plus possible autour de lui ! Car, il l’affirme haut et clair : il ne manque pas de produits à proposer à la transaction !

 

AUXERRE : Serait-ce la bosse du commerce dont il aurait hérité l’ADN et les principes vertueux de la part de ses géniteurs, ses parents Evelyne et Didier CHAPUIS dirigeants des FESTINS de Bourgogne ou la résultante de plusieurs années d’adhésion au sein de la Jeune Chambre Economique dont il est l’une des chevilles ouvrières à Auxerre ou du BNI à Migennes dans lequel il gravite ? Dans tous les cas, Baptiste CHAPUIS ne laisse personne indifférent dans les milieux névralgiques que représentent les réseaux d’entrepreneurs de l’Yonne où se réalise le business !

On l’aura encore constaté de visu sur le stand de la JCE d’Auxerre aux RIDY, mettant en exergue les activités de ce mouvement d’incubateurs de talent (comme ils se plaisent à se définir) : le jeune homme ne manque pas d’allant pour créer des opportunités favorisant le sens du relationnel, impulser une dynamique aux diverses associations dont il est membre, et surtout mettre en exergue en la vulgarisant la corporation dans laquelle il évolue avec brio depuis plusieurs années : le secteur de l’immobilier.

 

L’importance des calendriers à l’estampille de la société !

 

« 123 Immobilier », sa marque de fabrique fétiche, forte de ses quatre vitrines commerciales (deux à Auxerre, une à Migennes et l’autre à Appoigny), fait désormais figure de place forte incontestable pour tout ce qui touche de près ou de loin à la négociation et à la transaction immobilière dans la partie centrale de l’Yonne.

Contrairement à d’autres de ses concurrents qui peinent à entrer de nouveaux biens à proposer sur le marché, la structure dont il préside la destinée ne connaît nullement ce souci existentiel.

« Chez nous, on a des produits à la vente sur la zone géographique du Centre Yonne, concède-t-il, à Auxerre, naturellement, mais aussi du côté de Joigny, de Migennes, sur l’Auxerrois… ».

Se mouvant comme un poisson pilote dans les travées du parc des expositions auxerrois où sont accueillies ces vingtièmes Rencontres industrielles, Baptiste CHAPUIS établit des contacts utiles, discute avec les gens, prend soin de glisser sa carte de visite au détour d’une simple conversation.

Et puis, il y a la distribution de ces fameux calendriers 2022 à l’estampille de sa société. Les septièmes depuis qu’il a opté pour ce support de communication dont il inonde déjà la ville depuis plusieurs semaines en les mettant à disposition du premier chaland qui s’aventure dans les rues de la capitale de l’Yonne où sont implantées deux de ses agences. Astucieux !

 

 

Le haut de gamme de la technologie au service du site Internet…

 

Aux RIDY, il discute avec ses homologues, des chefs d’entreprise positionnés toutefois sur le registre industriel. Ils sont en recherche de cadres, de main d’œuvre qualifiée qu’il sera nécessaire le plus souvent de faire venir d’ailleurs, des départements limitrophes, de l’Ile-de-France voisine. Alors, nécessairement, il faudra bien évoquer tôt ou tard les aspects du logement…

Dans le fil de la conversation, Baptiste CHAPUIS (il a su se faire un prénom tout comme son frère Matthieu qui a développé au sein de FESTINS la marque de prestation de services en restauration TOQTOQUE) parle de son site multimédia.

Novateur, performant, doté d’une fonctionnalité enrichie de services supplémentaires depuis peu. Un outil que l’intéressé considère comme du haut de gamme dans sa configuration mais tellement simple à utiliser pour le quidam.

« C’est la passerelle de rencontres entre les investisseurs, les acheteurs et les vendeurs, confie l’entrepreneur trentenaire, qui comprend des alertes automatisées sur les produits, permet de réaliser ses propres estimations de biens, et est actualisé au quotidien… ».

Un passage numérique obligé qui semble porter ses fruits depuis la mise en service de cet outil.

 

La signature électronique : cerise sur le gâteau pour la clientèle internationale...

 

Le système fonctionne tellement bien que les desiderata des acheteurs (environ plus de 400 à date) croisent ceux des vendeurs (130) suscitant du trafic dans les ventes immobilières à concrétiser.

Quant aux profils des néo acquéreurs, ils sont disparates. Mais, une grande majorité d’entre eux proviennent de la région francilienne, en quête de villégiature tranquille dans un petit coin de verdure reculé, loin des nuisances opaques de la capitale et des cités dortoirs de banlieues.

Cerise sur le gâteau ou miracle de la technologie numérique : des clips vidéo sont intégrés dans le dispositif de présentation des biens à la vente. De même, les futurs acheteurs peuvent découvrir à l’aide d’une visite virtuelle à 360 ° chacune des pièces des biens ! On joint l’aspect ludique à l’agréable en optimisant le gain de temps nécessaire pour se rendre de facto sur les lieux des habitations.

Une autre facette de ce nouveau concept, c’est l’usage de la signature électronique. A l’instar de ce que pratiquent désormais les établissements bancaires. Voire les études notariales.

« Certains de mes clients vivent en Inde, aux Etats-Unis, au Canada ou dans d’autres territoires de l’Europe, précise Baptiste CHAPUIS. Ce procédé a totalement révolutionné le métier. Compromis de vente, bail, état des lieux, accord authentifié…tout peut se signer maintenant avec ces processus technologiques… ».

Pourtant, l’entrepreneur de l’Yonne n’en oublie pas la relation humaine. Il aime les contacts et le démontre lors de sa visite aux RIDY.

Se satisfaisant aussi des milliers de visites obtenues depuis le lancement de la nouvelle configuration du site sur la toile.

Quant aux nombreux avis alimentés par les clients et prospects sur Google, ils représentent à ses yeux des indicateurs pertinents sur le degré de sympathie et d’efficacité de ses équipes amenées à répondre aux attentes des visiteurs.

En attendant d’ajouter une hypothétique cinquième vitrine commerciale dans son escarcelle, Baptiste CHAPUIS en bon gestionnaire qu’il est ne désire qu’une seule et unique chose quand on lui parle d’avenir : consolider l’existant !

 

Thierry BRET

 

 

 

La sécurité routière, c’est l’affaire de tous ! L’adage vient de se vérifier une nouvelle fois avec l’attribution des trophées « Les Pros ont du talent ». Une initiative nationale qui livre son verdict pour la cinquième année consécutive. Permettant à trois TPE de se distinguer pour leurs actions déployées en faveur de l’amélioration des comportements routiers de leurs collaborateurs. Parmi elles : SIMON & CIE, basée à Avallon…

 

PARIS : Emu de se retrouver en pareille circonstance sous le feu nourri des projecteurs, Christophe BERTRAND ? En son for intérieur, vraisemblablement ! Satisfait du travail accompli avec son équipe depuis qu’il est signataire de la « Charte des sept engagements » de la sécurité routière. Un document dont il a paraphé les pages, convaincu de leur pertinence, le 17 novembre 2020.

Alors recevoir le trophée argent de ce challenge annuel « Les Pros ont du talent » des mains du délégué adjoint à la Sécurité routière David JUILLARD lors d’une cérémonie concoctée dans la capitale le ravit pleinement.

Soucieux du bien-être de ses salariés, treize personnes qui exercent leurs compétences au sein de cette TPE spécialisée dans la fabrique de produits et supports de communication en plastiques souples, le dirigeant de la SAS a fait le choix, très judicieux, de prendre des initiatives. En matière de sécurité routière. Un sujet primordial pour tout entrepreneur qui se respecte.

 

356 personnes décédées en 2020 sur leur trajet professionnel…

 

On ne cesse de le marteler mais les accidents de la circulation demeurent, et de loin, la première cause de mortalité au travail en France. Ne serait-ce que sur l’exercice 2020, 16 900 d’entre eux (38 % de l’ensemble de ces sinistres) ont impliqué un usager sur le trajet domicile/travail ou sur un parcours professionnel.

Le bilan s’avère donc très lourd. Avec la perte de 356 personnes, tuées lors de ces déplacements (878 si l’on comptabilise l’ensemble des victimes inhérentes à un accident de la circulation) dont les trois-quarts (265) sur un trajet ralliant le domicile au lieu de travail.

Conscient de cette réalité, Christophe BERTRAND a considéré logique de s’impliquer dans cette démarche salvatrice pour les vies humaines. Il aura suffi d’une explication de texte fournie par la sous-préfète de son secteur géographique, Cécile RACKETTE pour que l’entrepreneur adopte la bonne méthode en rejoignant le groupe de signataires de cette fameuse charte.

Le responsable de SIMON & Cie se dote des outils mis à disposition sur le site Internet de la Sécurité routière pour étoffer sa stratégie visant à sensibiliser son personnel. Quiz, affiches, flyers, films, modules interactifs, check-lists…rien ne manque à sa panoplie de parfait pédagogue sur la question sécuritaire.

 

 

A raison d’une rencontre mensuelle avec le coordinateur sécurité routière, le patron aborde la thématique du risque routier professionnel. Les enveloppes contenant les feuilles de paie s’enrichissent de nouveaux documents, des quizz se rapportant à l’item du moment.

Se prenant au jeu, les collaborateurs (8 sur 13) les retournent à la direction de l’entreprise une fois remplie. Les réponses adressées de manière anonyme servent de trame de réflexion à la réunion de travail suivante.

Créant ainsi de l’émulation et de la cohésion autour d’un thème que personne ne peut ignorer. Bientôt, ce sont des affiches de la campagne « Employeurs engagés » qui seront placardées dans les points névralgiques de l’entreprise.

Histoire de rappeler à tous, et à n’importe quel moment de la journée, que la vigilance doit régner en maître dès que l’on prend la route. En faisant attention à soi et surtout aux autres.

 

En savoir plus :

Les trophées or et bronze de ce challenge reviennent respectivement à l’entreprise V2A Automation & Process (concepteur de services en automatisme industriel) basée à Villefranche-sur-Saône et à la société ID. de VILLE, un bureau d’études en urbanisme, localisé à Bordeaux.

Le 11 octobre 2016, 21 grands chefs d’entreprise s’engageaient publiquement en faveur de la sécurité routière en signant sept engagements forts pour la sécurité des déplacements professionnels de leurs collaborateurs. Ils sont plus de 1 800 à date dans l’Hexagone.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil