Soixante-dix personnes mobilisées à cet effet, une douzaine de véhicules formant la caravane logistique, vingt-et-un cantons qui seront visités et une quarantaine de disciplines à découvrir qui, au bout du compte, égayeront l’emploi du temps de jeunes gens de la tranche 6/17 ans jusqu’à la mi-août. Après deux annulations successives, imputables à la crise sanitaire, le grand « barnum » du Département de l’Yonne refait surface sous le chaud soleil de l’été. Un évènement apprécié de tous…

 

PONT-SUR-YONNE : Bien avant dix heures montre en main, et aux abords du stade municipal inondé de soleil, la foule ronge son frein. Les enfants, surtout qui gesticulent et piaffent en virevoltant tels des moineaux d’en découdre au plus vite avec l’une des disciplines proposées en cette journée inaugurale !

A croire qu’ils attendent avec une impatience non feinte le retour tant espéré de cette programmation si ludique qui fleure bon la période estivale. Le « grand » retour, devrait-on dire !

Car, après deux années consécutives de disette et surtout d’absence totale du calendrier des manifestations – merci la COVID 19 ! -, parents et enfants se retrouvent enfin réunis sur un complexe sportif aménagé dans l’esprit de ce rendez-vous afin de pouvoir pratiquer de manière gratuite une kyrielle d’activités, parfois des plus originales et aux antipodes de leur ordinaire.

 

 

Lutter contre les inégalités territoriales, l’une des raisons d’être de l’évènement…

 

Pour cette édition 2022, les organisateurs – c’est-à-dire le service ad hoc qui porte le projet au sein du Conseil départemental de l’Yonne – n’ont pas mégoté sur les animations. De la plongée à l’escrime, du judo au biathlon avec carabines laser ou de la tyrolienne au mur d’escalade, le choix s’est voulu multiple, simple mais presque déroutant pour les néophytes un brin apeurés qui s’essaient tant bien que mal au maniement de quads et à la mini-moto !

« Yonne Tour Sport » représente une indéniable institution dans le paysage des évènementiels estivaux qui nous reviennent chaque année à pareille époque. Un concept éprouvé et rôdé dont les organisateurs connaissent le moindre morceau du puzzle, qui au jour le jour, va cheminer à travers le territoire dans vingt-et-un cantons de l’Yonne. Au total, ce seront 27 localités qui recevront la visite insolite de ce « grand barnum » de la pratique sportive et de la cohésion sociale, accessible à tous.

Permettre aux enfants vivant dans les zones rurales de bénéficier d’activités ludiques répond au premier critère justifiant cette opération portée par l’organe institutionnel départemental. Ceux qui sont visés, sont ceux qui ne partent pas en vacances. Le lien social est l’autre vecteur qui explique le succès de cette animation, décidément toujours aussi populaire.

De manière plus globale, le « Yonne Tour Sport » répond aussi à la vocation initiale du Département de lutter contre les inégalités territoriales et le maintien du service public en milieu rural.

Durant six semaines, au plus fort de l’été, rien n’arrêtera le périple journalier de ce rendez-vous si cocasse à l’allure de « cirque » - et ce n’est pas péjoratif, loin s’en faut ! – devant apporter de la joie et du bonheur aux plus jeunes. La formule se voulant la plus souple et pratique possible pour les familles qui peuvent inscrire leur progéniture selon des modules horaires très précis.

 

 

 

En savoir plus :

 

Voilà la liste non exhaustive des activités proposées qui peuvent varier selon les intempéries, le personnel disponible et la place sur site : trampoline aérien, trampoline 6 places, Biathlon/Tir à la carabine laser, murs d’escalade (9 m et 4 m), tir à l’arc, VTT Trial, VTT parcours Savoir Rouler à Vélo (SRAV), trikkes, trottinettes, balance bike, sumo, judo, kart à pédales, tyrolienne, home-ball, disc-golf, sports collectifs (football, handball, basket-ball, rugby...), quads et mini motos sur parcours, piste de BMX, break-dance, pana-foot, golf, boxe, hockey, escrime, tchouk-ball, canoë sur les sites adaptés, parcours de motricité, Training Tour, petit toboggan, UFO Street, etc.

 

 

Le calendrier :

 

JUILLET

 

  • Lundi 11/07/22 PONT-SUR-YONNE
    Rue de la résistance -Stade de football
  • Mardi 12/07/22 CHABLIS
    Stade - Avenue des enfants de Chablis
  • Mercredi 13/07/22 APPOIGNY
    Parc Communal - Rue du Gué de la Pucelle
  • Vendredi 15/07/22 MIGENNES
    Stade Lucien Masson
  • Lundi 18/07/22 AVALLON
    Centre-ville - Rue Mathé
  • Mardi 19/07/22 SAINT-FLORENTIN
    Stade Jean Lancray
  • Mercredi 20/07/22 MONÉTEAU
    Stade -Tennis - Quai
  • Jeudi 21/07/22 ANCY-LE-FRANC
    Parc Gymnase - Caserne des pompiers
  • Vendredi 22/07/22 CHEVANNES
    Salle Polyvalente - Rue des Écoles
  • Lundi 25/07/22 MONTHOLON (AILLANT-SUR-THOLON)
    Rue du Gymnase - Stade de football
  • Mardi 26/07/22 TONNERRE
    Le Pâtis - Rue du pâtis
  • Mercredi 27/07/22 LES VALLÉES DE-LA-VANNE (THEIL-SUR-VANNE)
    Route du Miroir - Salle des Fêtes
  • Jeudi 28/07/22 VENOY
    Espace des Joinchères - Stade - Salle des Fêtes
  • Vendredi 29/07/22 CUDOT
    Mairie - Rue du Château

 

AOÛT

  • Lundi 01/08/22 VILLIERS-SAINT-BENOÎT
    Le Pâtis - Rue Paul Huillard
  • Mardi 02/08/22 CHEROY
    Parc Höhenkirchen - Rue Jean Moulin
  • Mercredi 03/08/22 ANNAY-SUR-SEREIN
    Mairie - Parc - Grande Rue
  • Jeudi 04/08/22 MALAY-LE-GRAND
    Chemin de Covequelee - Salle des Fêtes
  • Vendredi 05/08/22 DEUX RIVIÈRES (CRAVANT)
    Rue des Fossés - Terrain de sport - Salle des Fêtes
  • Lundi 08/08/22 QUARRÉ-LES-TOMBES
    Parc - Rue des Écoles
  • Mardi 09/08/22 SAINT-SAUVEUR-EN-PUISAYE
    Rue des Renards - Parc du Château
  • Mercredi 10/08/22 ROGNY-LES-SEPT-ÉCLUSES
    L’île - Accès par Rue Léon Jaupitre
  • Jeudi 11/08/22 DIXMONT
    Terrain Communal - Rue de la Porte du Bois – City Stade
  • Vendredi 12/08/22 MONTILLOT
    Gymnase - Stade - Salle polyvalente - Rue des Framboisiers
  • Lundi 15/08/22 VINNEUF
    Plan d’eau des Graviers
  • Mardi 16/08/22 SAINT-CLÉMENT
    Rue des Vignes - Stade - Dojo
  • Mercredi 17/08/22 SAINT-GEORGES-SUR-BAULCHE
    Collège Jean Bertin - Complexe Sportif du SIVOS

 

 

Contact

Direction Jeunesse, Culture et Sports du Département de l'Yonne
Tél. : 03. 86. 72. 88.50.

 

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thierry BRET

 

Des justaucorps et des tutus tournoyants sur la scène du théâtre de Verdure ! Non, ce n’est pas le vœu pieu de quelques férus de danse classique qui aimeraient que leurs désirs se transforment en acte par le biais d’un spectacle se produisant à Saint-Florentin. La réalité dépasse parfois ce qui aurait pu passer pour de la fiction ! La preuve, le 16 juillet, avec « Jeune Danse », manifestation chorégraphique qui clôturera de toute beauté une semaine de stage intensif consacré à la discipline…

 

SAINT-FLORENTIN : L’affiche est lumineuse. On y voit un couple de danseurs effectuer l’un de ses mouvements chorégraphiques dont lui seul possède le secret de l’exécution. Sont-ils novices ou professionnels ? De simples amateurs ou des habitués du ballet ? Quoi qu’il en soit, le spectacle promet d’être de toute beauté !

Il sera servi par de jeunes talents parés à s’engager dans la vie active, avec la pratique assidue de cet art que représente la danse comme seul et unique  objectif.

Depuis plusieurs mois, le projet porté par « CYDALISE & Cie » se peaufine de manière inéluctable. Il y eut au démarrage la période du recrutement pour la structure associative. Celui où ces jeunes gens devaient être prêts à s’impliquer dans le projet. La promotion de la danse, via un stage assuré par des maîtres de la discipline. Un stage qualifié de pluriel puisqu’englobant une noria de spécialités artistiques : la danse, certes, mais pas seulement.

On y trouvera de la musique, des arts plastiques, le théâtre, le tout adossé à des connaissances numériques, organisationnelles, managériales…Un concept original qui aura été soutenu par les organismes institutionnels du cru dont la Ville de Saint-Florentin et la Communauté de communes Serein et Armance.

 

 

Une palette de jeunes talents de très grande qualité sur scène…

 

Samedi soir, alors que l’astre diurne descendra du ciel de façon progressive en se rapprochant de l’horizon, les aficionados de ballets découvriront le fruit de ce travail si méticuleux et réussi, élaboré en présence de professionnels.

Le théâtre de Verdure en sera leur antre. Aux alentours de 21h30, pas avant. Le spectacle accueillera une quarantaine de jeunes gens, en parcours professionnel, provenant de l’Yonne mais aussi d’autres horizons. Ce sera un patchwork de pas de deux classiques, de chorégraphies contemporaines, mais aussi de figures expressives de jazz ; sans omettre les créations inédites nées de réflexions personnelles de danseurs émérites qui ne demandent qu’à vivre leurs rêves.

Parmi ces jeunes gens, citons celles et ceux qui évoluent au sein du Jeune ballet Christian CONTE. L’un de ses étudiants, Raphaël CHABRIN, formé à cette école, a rejoint en septembre le prestigieux établissement Marinsky de Saint-Pétersbourg en avant-dernière année d’apprentissage. En outre, plusieurs anciens élèves de Mireille LETERRIER, professeure de danse classique, danseuse de ballet et à l’origine du projet depuis son installation en 2021 dans le Florentinois, se distingueront. Ils se perfectionnent au sein des plus grandes écoles européennes à Bruxelles ou à Salzbourg. Aux côtés des plus jeunes danseurs, tous devraient faire de véritables merveilles.

 

 

« CYDALISE & CIE » : tout en faveur de la transmission autour de la danse…

 

Dès le 11 juillet, et avant de les applaudir sur la scène du théâtre de Verdure, le public peut assister gracieusement à la mise en route corporelle de ces danseurs – leur « réveil » - à la salle Daullé où se déroulera cette initiation de haute voltige. Il aura la faculté d’apprécier le travail de transmission exécuté par Edward ARCKLESS, danseur, professeur et maître de ballet ayant réalisé sa carrière au Royal Opéra de Londres ainsi qu’Alexandre NIPAU, de la compagnie  PRELJOCAJ où ce dernier endosse le rôle de professeur de classique, de danse contemporaine et de jazz. Quant à la partie logistique et organisationnelle de ce savant programme chorégraphique, on la doit à Mireille LETERRIER.

Une personnalité de renom, titulaire d’un premier Prix de danse classique au Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Paris dès l’âge de 17 ans, reconnue par ses pairs aux quatre coins du globe et qui préside la destinée de cette nouvelle association culturelle à l’appellation si onirique et si poétique : « CYDALISE & Cie ». Le surnom d’origine hébraïque – Dieu est plénitude – donné à une jeune femme qui a désigné ses compagnes et inspiratrices, à la fois amantes et muses, comme poètes et artistes…

Apparue en mars 2021, la structure est présidée par Mireille LETERRIER ; cette dernière étant animée d’une passion viscérale : la transmission de cet art si subtil que représente la danse, dans le sens noble du terme.

« C'est ce qui m'anime encore actuellement, confie-t-elle avec le sourire.

Puis, de quelques mots, elle évoque le rôle déterminant d’Edward ARCKLESS dans ce dispositif : « il a accepté de venir au stage en tant qu'enseignant et maître de ballet. Il est un exemple vivant. C'est un honneur incroyable de l'avoir parmi nous. Il représente toute une filiation de l'enseignement dans ce qu'il a de plus pur, de plus abouti... ».

 

 

En savoir plus :

Le cours accueillant toute personne désireuse de participer à l'éveil corporel du matin, de 09h à 10h, est gratuit. Il ne s'adresse pas qu'à des danseurs. Il sera ouvert à tous et à toutes, jeunes et adultes.

Pour celles et ceux qui le souhaitent, et sur demande, il sera possible d'assister en spectateur au stage.

Une exposition de photographies et œuvres diverses sur la danse sera présentée dans le hall de la salle Daullé à Saint-Florentin.

Le vendredi 15 juillet à 15 heures 30, à noter une conférence dansée par les stagiaires qui se déroulera à la salle Daullé.

La générale (sauf pour les parents dont l'enfant choisi pour la représentation de « La Bayadère » sera présent sur scène ce soir-là) ne sera pas publique.

 

Contact :

Saint-Florentin Jeune Danse

Théâtre de Verdure

Jardin de l’Octroi

21h30 le 16 juillet

Entrée : 10 euros et 5 euros pour les moins de 12 ans.

Billetterie à l’Office du Tourisme de Saint-Florentin au 03.86.35.11.86.

Organisation : CYDALISE & Cie.

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Tél. : 06.73.35.74.20.

 

Thierry BRET

 

Voilà un club service qui respire la santé ! Les projets de manifestations fourmillent dans les têtes de ses dirigeants alors que le programme établi de la future saison, 2022/2023, vient d’être esquissé avec beaucoup de certitudes par son nouveau président. Une figure connue des milieux associatifs de Puisaye, en la personne de Jean-Pierre GERARDIN. Ce dernier succède à Monique CARRE qui aura rendu son tablier vendredi soir au terme d’une passation des pouvoirs des plus conviviales…

 

CHARNY-OREE-DE-PUISAYE : Seraient-ils des stakhanovistes en puissance de l’œuvre humanitaire et de l’action sociale à réaliser sans cesse, les membres du Rotary Club de Puisaye-Forterre ?! Qu’on en juge, plutôt !

Inscrivant déjà au calendrier de la prochaine saison 2022/2023 un salon des vins au profit de l’association Cap Saint-Martin, un loto, une conférence scientifique, une opération vente de saumon, la participation au Bric-à-brac de Mézilles…, ne voilà-t-il pas que ses dirigeants expriment la ferme intention d’y ajouter d’autres évènementiels caritatifs à leur programme, particulièrement chargé, déclinables sur leur territoire de prédilection : la Puisaye-Forterre !

Visiblement, les réflexions vont bon train pour peaufiner d’autres de ces précieux rendez-vous, synonymes de présence altruiste sur le terrain. Mais, in fine, ne serait-ce pas le propre d’un club service respectueux de sa charte originelle et de ses engagements que d’être là aux côtés des plus précaires, des plus malades, des plus âgés, des plus jeunes qui ont eux aussi besoin de cette main tendue ?   

 

Un encouragement permanent vers la jeunesse grâce au club INTERACT…

 

Les jeunes, précisément, ce sont aussi ceux qui fréquentent le club INTERACT. Une structure associative, apparue au niveau mondial en novembre 1962 – soixante printemps déjà au compteur ! – qui regroupe de jeunes pousses en herbe, futur vivier du grand mouvement international qu’est le ROTARY.

Localement, le lycée de Toucy accueille l’une de ses antennes pour néophyte de la solidarité et de la tolérance. Ouvrant ainsi la porte aux adolescents et pré-adultes de 14 à 18 ans pour qu’ils apprennent les rudiments concrets de la générosité constructive au service d’autrui.

Encouragés par leurs « tuteurs », leurs pairs du club de Puisaye-Forterre, ces jeunes gens – pensent-ils franchir un jour le cap du ROTARACT l’entité leur permettant de peaufiner leurs gammes implicatives entre 18 et 31 ans ? – ont ainsi récolté la coquette somme de 1 416 euros de dons, lors d’une soirée spéciale organisée au Château de Saint-Fargeau. Cette enveloppe financière sera reversée ensuite en faveur d’enfants ukrainiens sous l’égide de l’UNICEF.

 

Une intronisation permettant de donner le tempo de la nouvelle saison…

 

Bien sûr, le successeur de Monique CARRE – cette dernière aura présenté un bilan des plus honorables après une saison qui fut encore émaillée de la présence symptomatique de la COVID-19 – ne manqua pas de saluer l’extraordinaire travail effectué par les conjointes/conjoints des membres. Une plus-value indéniable à la réalisation de belles entreprises conceptuelles.

Si Hélène MAZET, représentante du gouverneur François PROT, excusé pour cette cérémonie protocolaire, devait se réjouir de la bonne dynamique vécue au sein de ce club, elle prodigua maintes attentions à la nouvelle recrue du jour, Hervé SAUZAY, intronisé selon les us et coutumes rotariens au terme de cette excellente soirée.

L’un des souhaits de Jean-Pierre GERARDIN étant justement le renforcement des effectifs, priorité sera donc sienne cette saison pour enrichir le noyau de Rotariens de plus en plus omniprésents sur le théâtre des opérations de la vie locale.

 

Thierry BRET

 

Il manie aussi bien le verbe que la truelle Christophe BONNEFOND, le maire de la commune située en périphérie d’Auxerre ! Et gare au ciment qui déborderait un peu trop de la première pierre, posée avec le concours énergique de Jean-Luc SUAREZ, fondateur de la société HERACLIDE, lors de cette cérémonie protocolaire. Une pierre qui symbolise l’édification de la future résidence de 23 logements devant sortir de terre courant 2023. Une véritable solution de maintien à domicile…la troisième voie, en somme.

 

VENOY : Et si l’alternative à la toujours délicate gestion des personnes âgées confrontées à leur maintien à domicile avant de se rendre en EHPAD s’apparentait à ce projet de construction résidentiel qui vient de prendre son essor dans la proche localité d’Auxerre ?

Implantée à deux cents mètres à peine du cœur du bourg, où se concentrent les commerces installés autour de la place de la mairie, la future infrastructure élevée sur deux étages devrait accueillir ses premiers locataires au cours de l’année prochaine. Si tout va bien, selon la formule consacrée !

Les premiers coups de pioche sont attendus au début du mois d’octobre. Petit à petit, les T2 et T3 prendront corps dans ce bâtiment flambant neuf, s’ouvrant sur la rase campagne à proximité de là, non loin de l’école.

Conformément aux us et coutumes en vigueur dans ce qui touche de près à la filière du bâtiment, la pose de la traditionnelle première pierre aura réuni en fin de matinée, ce jeudi, sous de belles éclaircies ensoleillées, les acteurs, élus et futurs partenaires de ce projet.

 

 

Une première structure construite en Bourgogne qui en appelle d’autres…

 

« Nous tenions à réaliser la pose de cette première pierre depuis un moment déjà, confie Christophe BONNEFOND, micro à la main, évoquant la mission quasi régalienne de sa localité d’essayer de ramener le plus de services possibles à la population et qui soient accessibles à tout le monde. Une commune, forte de ses deux mille habitants éclatés sur dix-sept hameaux, qui développe aussi le plus d’initiatives en faveur de la préservation de son système scolaire.

Le projet du jour, cette résidence où fleuriront ces vingt-trois logements dans quelques mois, est le fruit d’une rencontre constructive entre le vice-président du Département de l’Yonne et Jean-Luc SUAREZ, fondateur et l’un des trois dirigeants associés de cette société HERACLIDE, apparue il y a peu dans le microcosme de ce secteur d’activité.

C’est depuis l’Allier, précisément à Vichy, cité toujours autant effervescente avec ses « eaux » revigorantes que sont accueillis les bureaux de l’entité francilienne. Là, où l’homme d’affaires Jean-Luc SUAREZ envisage avec moult stratégies de poser et développer ses jalons dans le territoire le plus septentrional de la Bourgogne.

Après Les Adrets, en Isère, et une implantation dans le département de l’Hérault, l’entrepreneur décide d’investir dans la construction d’un troisième concept de ces fameuses résidences senior non médicalisées, prenant leur envol.

Un concept positionné dans l’Yonne, le premier sans doute d’une longue série dans notre contrée régionale puisque de nouveaux édifices devraient éclore en Saône-et-Loire à Gueugnon et en Côte d’Or dans les trimestres à venir.

 

 

La quête de partenaires « intellectuels » qui s’adaptent au contexte icaunais…

 

Une résidence où la domotique bien anticipée sera reine et ne sera pas un énième établissement de service santé senior de plus mais plutôt une « troisième voie » indispensable au maintien à domicile « aménagé », offrant la sécurisation à ses pensionnaires ainsi que le confort.

Côté emploi, un poste de manager de résidence sera créé ; HERACLIDE s’appuyant sur les services d’aide à domicile existants avec les partenaires du cru pour assurer la logistique de la résidence toute l’année.

Un acte de pose de première pierre que la vice-présidente du Conseil départemental en charge des Solidarités, Elisabeth FRASSETTO, aime tout particulièrement comme cette dernière devait le préciser lors de sa prise de parole : « c’est la convergence des planètes, devait-elle ajouter, il y a un projet local qui s’inscrit avec un support de professionnels. Il va exactement dans l’esprit du Schéma départemental autonomie qui a été préconisé par l’institution : à savoir le prolongement au maximum de la vie de nos seniors chez eux. ».

Puis, l’élue rappellera que le Département recherche en priorité des partenaires « intellectuels » sur ce type de projets, faisant montre de volonté et de souplesse dans la manière d’appréhender le sujet. « Le dossier de Venoy avait tout à y gagner ! », souligna-t-elle.

Quant à la politique tarifaire, celle des loyers qui devrait être pratiquée lors de la mise en service de cette résidence, Elisabeth FRASSETTO s’est dite très vigilante à cette stratégie : « en effet, l’Yonne est un territoire où la population qui y est vieillissante s’est quelque peu paupérisée. Nous ne devons pas l’oublier ! ».

Moyennant quoi, des résidences seniors qui auraient pour principe de se réserver à une élite financière en adoptant des tarifs trop élevés s’inscriraient dans l’irrecevabilité aux yeux de l’élue départementale. Un item qui n’est pas celui qui sera décliné visiblement par la direction de la société à l’appellation grecque !

 

 

En savoir plus :

 

Parmi les personnalités ayant assisté à cette cérémonie protocolaire, citons :

Christophe BONNEFOND, vice-président du Département et maire de Venoy,

Elisabeth FRASSETTO, vice-présidente du Département en charge des Solidarités,

Arminda GUIBLAIN, conseillère départementale et maire de Monéteau,

Catherine BUISSON, directrice générale de la société HERACLIDE,

Jean-Luc SUAREZ, directeur général de la société HERACLIDE,

Marc BERNIS, responsable du marketing et de la communication de HERACLIDE.

 

Thierry BRET

 

C’est sûr : on en saura davantage sur le nouveau lieu d’affectation et les fonctions qui lui seront confiées au soir du 19 juillet ! Pour l’heure, et sans extrapoler sur la suite, contentons-nous de dire que le commissaire divisionnaire et directeur départemental de la Sécurité publique de l’Yonne, Raphaël JUGE, s’acquittera donc définitivement de sa mission icaunaise après bientôt trois ans de présence prochainement.

 

AUXERRE : Et une, et deux, et trois années en terre de l’Yonne, mais pas davantage, avant de refaire ses valises et de se rendre sur son futur lieu d’affectation ! C’est ce que vivra d’ici quelques jours, au cœur de la période estivale, Raphaël JUGE, commissaire divisionnaire de son état, directeur départemental de la Sécurité publique de notre département.

Celles et ceux qui ont été les bénéficiaires du petit « bristol », émanant de la préfecture de l’Yonne, arrivé dans leur boîte aux lettres ces jours-ci ont sans doute été surpris de la nature officielle du message préfectoral.

Le départ d’une nouvelle personnalité de notre territoire mais ceci étant d’une logique implacable au cœur de l’été, époque bénie des nominations et des promotions.

 

 

Après un séjour de trois années (déjà !) à la tête du district de Boulogne-sur-Mer, Berck et du Touquet et une nomination au pays des cèdres, au Liban, le policier parisien succédait en septembre 2019 à Thomas BOUDAULT, lui-même nommé chef de district et commissaire central de Palaiseau, en Essonne.

Il y a quelques jours encore, Raphaël JUGE, assistait aux côtés de Marion AOUSTIN-ROTH, directrice du cabinet du préfet de l’Yonne, et son homologue, le colonel Christophe PLOURIN, à une conférence de presse explicative sur les bienfaits de l’opération « Tranquillité Vacances ».

Agé de 47 ans, Raphaël JUGE qui aura œuvré autour de l’ordre public, de l’investigation et du renseignement quittera l’Yonne avec le sentiment du devoir accompli. Prêt à vivre de nouvelles aventures professionnelles…

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil