Ça y est ! Le conflit russo-ukrainien risque désormais d’enflammer l’Europe. Une possibilité, que personne hélas, ne peut plus écarter. Le jeu des alliances peut faire dégénérer très vite cette confrontation localisée en Troisième Guerre mondiale. Pour l’instant, la Chine et l’Inde se limitent à des accords économiques. L’embrasement de la planète ne se cantonne pas aux seules batailles du Donbass…

 

TRIBUNE: La Chine a prévenu : personne ne pourra l’empêcher de reprendre Taïwan, qui historiquement, est une province chinoise. Joe BIDEN veut jouer les troubles fêtes. Il a annoncé début juin que les Etats-Unis aideraient les insulaires si leur intégrité territoriale était menacée.

Plus à l’ouest, rien ne va plus entre Téhéran et Tel-Aviv. Israël répète depuis longtemps : « Nous ne permettrons pas à l’Iran de posséder la bombe atomique ». Des menaces de conflit nucléaire sont donc prégnantes. La volonté d’avoir la bombe atomique remonte au temps du shah. Les mollahs n’ont fait que suivre le mouvement. Deux inconnus demeurent, toutefois : Israël reste malgré tout divisé sur une intervention musclée. Quant à l’attitude des Etats-Unis, elle demeure incertaine. Le gouvernement de Joe BIDEN prolonge les positions d’OBAMA, à savoir ne pas permettre aux Israéliens d’intervenir directement et militairement. En contrepartie, ils renforcent l’armement de l’Etat hébreu en missiles anti-missiles.

 

 

Des luttes d’influence entre voisins au Moyen-Orient et en Afrique…

 

Dans la foulée, il est possible que la Turquie et l’Egypte souhaitent, elles aussi, avoir leur propre arsenal nucléaire. De quoi attiser les passions (et surtout les tensions) en y impliquant l’Occident et Israël !

Le Moyen-Orient est confronté, d’une part, à une forme inédite de lutte d’influence entre les puissances régionales – l’Arabie saoudite, l’Iran et la Turquie – et, d’autre part, aux activités des acteurs non étatiques impliqués dans la guerre en Syrie et en Irak. Ce nouveau rapport de force a engendré un dilemme de sécurité. Par ailleurs, les crises et les conflits en Irak, en Syrie et au Yémen ont provoqué une situation chaotique. Le conflit israélo-palestinien reste, quant à lui, une poudrière qui n’est pas prête de se calmer.

 

 

L’Afrique, enfin, est le continent qui a connu, depuis les cinquante dernières années, le nombre le plus important de conflits, avec un bilan que certains estiment à près de dix millions de morts. Il s’agit plus de luttes entre états que de guerres civiles. Les territoires revendiqués par les uns et défendus par les autres sont souvent riches en ressources naturelles. Vient s’ajouter la lutte armée des terroristes islamistes.

 

 

Les Etats-Unis au bord de la guerre civile ?

 

Actuellement, de nombreux spécialistes annoncent une guerre civile aux Etats-Unis d’ici deux à trois ans maximum. L’assaut du Capitole par les Républicains, après la défaite de Donald TRUMP aux élections présidentielles, démontre la violence des rapports entre Démocrates et Républicains.

La possibilité de supprimer le droit à l’avortement pour les états, ajoute de l’huile sur le feu. Les états américains sont prêts : certains vont interdire aux femmes la possibilité d’avorter tandis que d’autres vont instaurer la double peine.

Les femmes qui se feraient avorter dans un autre état se verront punies par la justice dès leur retour chez elles ! La loi fédérale américaine va permettre ainsi la privation d’une liberté fondamentale. Ce n’était pas arrivé depuis 130 ans : encourager la discrimination raciale !

Les Américains risquent de s’affronter sur fond de crise économique et financière, avec un président qui se mêle de tout et donne des leçons de démocratie à qui veut l’entendre au reste du monde.

Faire du vélo lui sied nettement mieux, même si sa dernière sortie lui a causé une entorse !

 

Jean-Paul ALLOU

 

 

 

Acteur de la sécurité incendie mais aussi du diagnostic, du conseil et de la formation sur le territoire de l’Yonne et de l’Aube, auprès des structures publiques comme celles du privé, le groupe DAVEM (SSITEK, CFPI, PROTEKFLAM) autofinancera d’ici peu des travaux d’agrandissement de ses locaux auxerrois. Un sérieux plus qui mènera la société à doubler ses possibilités structurelles…

 

AUXERRE: Si tout se déroule pour le mieux, le dossier sera définitivement clos en 2023 ! Avec en substance, un doublement des surfaces actuelles (plus de deux cents mètres carrés supplémentaires) qui permettra au groupe DAVEM de se doter de locaux professionnels de belle envergure.

Preuve que les choses évoluent plutôt dans le bon sens : le permis de construire vient d’être signé ; il est désormais en consultation auprès des spécialistes du foncier.

L’annonce de ce futur chantier, effectué dans un futur proche au siège de la société, sis chemin de halage de La Maladière à Auxerre, a été faite par le dirigeant de l’entité, son président-fondateur, David CHOMAT.

In fine, les nouveaux locaux relookés à la sauce de l’agrandissement devraient tutoyer avec les cinq cents mètres carrés de surface, accueillir davantage de bureaux et être pourvus d’une aire de stationnement pouvant recevoir jusqu’à trente-sept véhicules.

 

 

La zone parking sera également équipée de deux bornes de recharge électrique. L’investissement de ce projet de construction est estimé à 250 000 euros. Le groupe DAVEM en assurera l’intégralité du financement avec ses fonds.

Rappelons que le groupe DAVEM et ses trois marques disposent aussi d’une nouvelle antenne localisée à Sens depuis le 01er avril. Troyes est le troisième pôle d’intérêt de ce spécialiste de la sécurité incendie. Le groupe intervient dans de nombreux secteurs pour y garantir le respect des règles sécuritaires : les centres hospitaliers et les EHPAD, les industries, l’hôtellerie-restauration, les centres commerciaux, etc. Il emploie dix-huit collaborateurs…

 

Thierry BRET

 

 

C’est de l’or en barre. Une pépite parmi les pépites. Le saint du saint de la haute couture à la sauce franc-comtoise. Créateur, styliste et chef d’entreprise, le talentueux garçon originaire de Besançon a séduit le jury du concours Talents BGE 2022, en glanant deux distinctions, le prix de l’artisanat et le prix de la popularité sur Facebook. Du grand art !

 

JOIGNY : La classe et la distinction. La maturité et le professionnalisme. Le coup de patte, aussi, à l’appréciation visuelle de la robe de mariée, issue de son imaginaire créatif devant subjuguée par la suite le jury.

A la tête de sa structure entrepreneuriale, curieusement baptisée « L’Engrenage » - mais on comprend très vite le sens au fil de ses explicatifs, le Bisontin Bertrand ROMUALD a survolé la récente édition du concours des Talents de la BGE où une vingtaine de chefs d’entreprise régionaux concouraient dans une demi-douzaine de catégories. Nous y reviendrons dans un prochain article pour en donner les impressions d’ensemble.

Parmi eux, catégorie « artisanat » : Bertrand ROMUALD, garçon bourré d’audaces et d’ingéniosité qui, il est vrai, s’est taillé une solide notoriété sur son secteur de prédilection depuis une dizaine d’années.

 

 

Pas étonnant qu’il ait empoché deux titres au terme de ce concours, globalement de très belle facture.

Ingénieux, doué, ayant le sens du marketing et la bosse du commerce, il est normal après coup de retrouver le jeune homme sur ce piédestal, auréolé de succès et félicité chaleureusement par les organisateurs de la cérémonie (Arnaud MERIC et Eric FREYSSINGE pour la BGE) et les partenaires de cette belle opération incitative à l’expression artisanale et à sa promotion (Banque Populaire,  Crédit Agricole, Région, CERFRANCE, FIDUCIAL…).

Ce jeune créateur de mode figure de très belle manière dans « l’engrenage » de la réussite ! A suivre de très près !

 

Thierry BRET

 

 

Le paraphe du document est électronique. Qu’importe, en vérité ! Sa valeur officielle n’en est que bien réelle. Il unit sous la forme d’une promesse de ventes la Communauté de l’Auxerrois et l’un des spécialistes hexagonal dans le développement de plateformes logistiques. Un nom à retenir : VIRTUO INDUSTRIAL PROPERTY. Pilotée par Grégory BLOUIN, la structure doit acquérir pour 6 millions d’’euros près de 142 000 mètres carrés de terrains, situés dans la zone d’activités économiques « Aux R_ Parc ». Objectif : y accueillir des entreprises positionnées dans la logistique ou la distribution…

 

APPOIGNY : Deux bâtiments supplémentaires devraient sortir de terre dans un horizon temporel, encore non précisé, de la zone d’activités qui borde l’autoroute A 6, au nord d’Auxerre.

L’un fera 37 000 mètres carrés. L’autre, plus petit, nécessitera seulement 25 000 mètres carrés de surface. Seulement ? Suffisamment, en tout cas, pour y recevoir des spécialistes professionnels exerçant leur savoir-faire dans le domaine de la logistique et de la distribution ! Porteurs d’emplois, il va de soi !

Après le protocole d’accord initial qui fut signé en fin d’année de 2021 entre la Communauté de l’Auxerrois et VIRTUO INDUSTRIAL PROPERTY, une nouvelle étape a donc vu le jour dans ce long processus qui permet de rapprocher les deux partenaires de leur objectif final.

 

Plus de 6 millions d’euros qui reviennent à la collectivité…

 

L’opération s’est déroulée ce lundi, en début d’après-midi. Les promesses de vente de 14 hectares de terrain ont été entérinées entre les deux signataires, en présence de Crescent MARAULT, président de l’organe institutionnel et de Grégory BLOUIN, président-fondateur de la société. Sous le regard du maire d’Appoigy et conseiller départemental, Magloire SIOPATHIS et du conseiller communautaire et adjoint à l’urbanisme, Nordine BOUCHROU.

Une signature aux retombées économiques plutôt juteuses à l’avenir pour la collectivité icaunaise, avec plus de 6 millions d’euros qui tomberont dans son escarcelle.    

Une fois les permis de construire déposés, VIRTUO INDUSTRIAL PROPERTY pourra entreprendre l’édification de ces deux bâtiments qui bénéficieront de la qualité paysagère et environnementale.

 

 

Une démarche « développement durable » dans la construction des bâtiments…

 

Créée en 2010, la structure dont le siège social est à Paris dans le XIIème arrondissement, apparaît déjà comme un incontournable acteur de l’immobilier logistique. Parmi ses clients, figurent des poids lourds de référence tels que DARTY, NEXITY, LIDL ou…AMAZON.

La société va injecter 60 millions d’euros à la réalisation de ce projet, tout en se chargeant des travaux et de leur suivi, sans omettre l’installation des futurs utilisateurs sur ce nouveau site.

Un de plus, d’ailleurs pour VIRTUO qui possède déjà des infrastructures similaires et de belle taille dans le nord de la France, près de Lille, dans la région parisienne, mais aussi en Arles ou à proximité de Marseille.

Se considérant comme un expert de l’immobilier logistique, VIRTUO emploie à date une vingtaine de collaborateurs. Quant à sa griffe, elle la décline ostensiblement avec une démarche « développement durable » prégnante, en proposant des bâtiments neutres en matière de carbone.

 

 

De la fiscalité et des emplois supplémentaires sur l’Auxerrois !

 

A l’issue de la signature, Crescent MARAULT devait souligner que « ces futures installations amèneraient de la fiscalité, des emplois supplémentaires et de l’activité pour les entreprises locales ».

Il a par ailleurs fait remarquer qu’auparavant, « les entreprises désireuses de s’installer sur le site ne le pouvaient pas car la zone d’activités telle qu’elle avait imaginée initialement ne le permettait pas à partir d’une promesse de vente… ».

De son côté, Grégory BLOUIN a affirmé que « cet investissement était en phase avec la stratégie développée en France par VIRTUO ; Auxerre se prévalant d’une situation idéale sur l’autoroute A 6, un axe de transit de marchandises important pour desservir la France ».

La disponibilité et la qualité de la main d’œuvre locale apparaissent aussi comme d’indéniables atouts pour le dirigeant d’entreprise, justifiant ainsi sa future implantation.

 

Thierry BRET

 

729 voix de différence. Pas une de plus, pas une de moins ! Une paille à l’échelle de la statistique et des suffrages exprimés au soir de ce second tour à l’incertitude totale sur cette circonscription. Suffisamment, néanmoins, pour hisser sur la plus haute marche du podium un presque illustre inconnu à l’estampille du Rassemblement National  qui siègera désormais au Palais Bourbon ! En remplacement de Guillaume LARRIVE…

 

AUXERRE : On le cherche mais on ne le trouve pas ! Visiblement, il n’est pas encore dans la salle des pas perdus de l’hôtel de la préfecture. Sans doute, tout auréolé de ce succès pour le moins inattendu si l’on s’en réfère aux candidatures initiales qui briguaient la première circonscription de l’Yonne avant le 12 juin et pas des moindres. Savoure-t-il en parfaite intimité ces moments de délectation avant de plonger dans l’arène ?

Il est vrai que la victoire de Daniel GRENON, non discutable au vu des écarts définitifs, représente un séisme abyssal pour le territoire de l’Yonne dont l’épicentre se situe à Auxerre.

Agé de 73 ans, ce béotien de la politique, investi par le Rassemblement National quelques jours avant que ne débute la campagne officielle des législatives 2022, a réussi le coup de Jarnac du siècle !

Certes, les puristes auront pu remarquer son patronyme en 2021 – il y a peu en effet ! – lors des élections départementales et régionales sur les listes du RN. Un petit tour et puis s’en va, sans réel succès à la clé !  

 

 

Un retraité propulsé sur le devant de la scène politique…

 

Cette fois-ci, il l’emporte d’une courte tête, certes, mais il l’emporte quand même sur sa rivale écologiste Florence LOURY, inféodée à la NUPES, la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale qui avait viré toutefois en tête après le premier tour.

L’ancien commerçant, aujourd’hui en retraite de ses activités d’épicier, se trouve propulser sous le feu des projecteurs, devenant de facto le nouveau parlementaire de cette circonscription. Le deuxième député RN élu dans l’Yonne après son chef de file, Julien ODOUL.

Que sait-on de lui, exactement ? Tellement peu, à vrai dire ! Au-delà de ce score de 51,10 %, obtenu sans doute avec un report des voix de la droite républicaine et des souverainistes de Reconquête, Daniel GRENON avait déjà fait sensation la semaine dernière, terminant à la seconde place du premier rendez-vous électoral avec seulement 125 voix d’écart de retard par rapport à la gagnante verte.

Une qualification qui lui permettait de rendre hors course les prétentions électives du député sortant Guillaume LARRIVE, pourtant double lauréat par le passé de ce scrutin !   

 

 

 

 

Un adhérent du « Front national » depuis toujours…

 

Adhérent aux idées initiales du « Front national » historique, investi dans la vie associative locale, Daniel GRENON en sa qualité de commerçant aura su également tisser les fils de ce maillage territorial en Puisaye durant sa carrière qui lui offre aujourd’hui la reconnaissance politique. Et le plein de voix.

Un peu avant 22 heures, accompagné de son épouse, le nouvel élu descendait tranquillement les marches de la grande salle préfectorale. Suivi par quelques journalistes qui ont fait crépiter leurs flashs et tourner leurs caméras pour ne pas perdre une miette de cet évènement.

Un léger sourire aux lèvres, vêtu d’une chemise blanche immaculée, il va fendre presque de manière timide et discrète l’assistance qui ignore encore qui il est !

Direction le petit buffet dressé près des fenêtres d’où la vue surplombe les rives de l’Yonne. Son épouse le suit. Le couple échange quelques mots avec le personnel chargé du service avant de se désaltérer d’un verre d’eau minérale effervescente. Le champagne, ce sera pour plus tard !

 

 

Les félicitations « républicaines » du préfet Pascal JAN…

 

A ses côtés, le préfet de l’Yonne, Pascal JAN, en fait de même dans cette fournaise presque suffocante qui tourne déjà à l’orage. Au sens propre comme au figuré puisque parmi l’assistance, certains semblent avoir la gueule de bois sans pour autant avoir consommé d’alcool et règlent déjà quelques contentieux qui s’étaleront sur la voie publique, n’en doutons pas, d’ici peu !

Quelques mots sont ainsi échangés entre les deux hommes : le représentant de l’Etat félicite selon les usages républicains le néo-parlementaire. Séance photographique à l’appui !

Les interviews se succèderont ensuite auprès des médias : elles donneront l’opportunité au nouvel élu de remercier ses électeurs (et ceux de la droite républicaine au passage !) et de montrer sa confiance pour la suite. De son côté, son suppléant, Pascal BLAISE (Avenir Français) multipliera contacts et présentations auprès des forces en présence dans la salle, à savoir le landerneau de la sphère politique locale.

Comme il devait le dire, en aparté, sous forme de boutade : « la « loose » a changé de camp » ! La boule au ventre, les regrets, les atermoiements et les règlements de compte accompagneront jusqu’à tard dans la nuit les perdants. Ainsi va la vie politique…

 

Thierry BRET

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil