Ce n’est in fine un secret de polichinelle pour personne. Et surtout pas pour les aficionados de l’actualité automobile qui suivent scrupuleusement le moindre petit doigt qui bouge au gré des stratégies économiques dans le microcosme. Supposée dès le début de l’automne, l’acquisition par le groupe JEANNIN Automobiles de quatre vitrines commerciales jusque-là à l’estampille de la société ROSE en Seine-et-Marne s’est donc concrétisée ce premier janvier. Un acte d’achat qui est désormais officiel…

 

AUXERRE : Les informations bruissaient avec plus ou moins de certitude depuis un moment dans le landerneau de l’activité automobile. Plus exactement depuis le mois de septembre selon une note émise par l’Autorité de la Concurrence.

Il aura donc fallu s’armer de patience et attendre que les transactions se concluent de manière définitive pour que le dirigeant du groupe JEANNIN Automobiles valide enfin l’acquisition de quatre nouvelles concessions implantées en Seine-et-Marne.

Accueillant les marques Volkswagen et Audi, ces points de vente appartenaient jusque-là au groupe éponyme piloté par Jean-Louis ROSE. Une famille toute acquise à la cause automobile.

Les droits à la retraite de ce dernier ont sans doute accélérer le processus de cession de l’activité entrepreneuriale. Localisés en périphérie de Melun et de Fontainebleau, ces points de vente offrent de réelles perspectives pour le distributeur de l’Yonne, déjà présent au sud de l’Ile-de-France depuis 2016 avec Nissan. Une présence qui se renforcera deux années plus tard avec la gestion des enseignes Seat, Skoda, Mazda et Suzuki.

 

 

La reprise d’un groupe pesant 69 millions d’euros de chiffre d’affaires…

 

L’ajout à son escarcelle du groupe ROSE est synonyme d’excellentes perspectives pour le dirigeant Yves JEANNIN. Non seulement, la structure salarie 88 collaborateurs qui auront atteint leurs objectifs en commercialisant 1 580 véhicules neufs et près de mille véhicules d’occasion l’année dernière malgré le contexte de crise économique que l’on connaît. Mais en outre, l’entreprise rachetée pèse à date 69 millions d’euros de chiffre d’affaires. Preuve de sa rentabilité.

Stratégiquement, JEANNIN apparaît plus fort que jamais sur ce territoire de conquête de parts de marché que représente la Seine-et-Marne, porte d’entrée légitime sur l’Ile-de-France. Avec sa diversité protéiforme reposant sur une offre commerciale articulée autour de plusieurs marques, l’entreprise de l’Yonne continue de progresser là où bien d’autres de ses concurrents piétinent en faisant du surplace.

Le groupe aux 26 concessions qui développe depuis peu les produits MG et Cupra conforte ainsi sa brillante 65ème position au classement des cent principaux groupes de distribution automobile en France.

Réalisant un chiffre d’affaires de 205 millions d’euros en 2020, JEANNIN Automobiles qui agit sur un terrain de jeu englobant l’Aube, la Seine-et-Marne et l’Yonne, a obtenu des résultats plus qu’honorables l’an passé avec la vente de 11 000 véhicules neufs et d’occasion, et des activités générant au passage un flux de 70 000 véhicules dans ses ateliers.

 

Thierry BRET

 

 

Insatiables Français ! Ils font la fine bouche côté vaccinal, hésitant sur le choix de la troisième dose et son antidote approprié alors que dans le même temps seulement 11 % de la population africaine a bénéficié d’une piqûre pour tenter de juguler le mal. Nous sommes des enfants gâtés, bien cachés derrière notre masque. Pour l’éternité ?

 

BILLET :

 

Lundi

 

Il y a tout juste un an, Mauricette, 78 ans au compteur, entrait dans l’Histoire, première personne vaccinée contre la COVID-19 en France. Un quart d’heure de gloire retransmis en direct par toutes les chaînes d’information en continu. Ce dimanche-là, 175 décès supplémentaires avaient été enregistrés en 24 heures, pour un total de 24 620 patients hospitalisés. Le couvre-feu était de mise et la fermeture des bars et restaurants maintenue, de même que tous les lieux culturels. Une fin d’année de crise partagée entre la crainte d’une troisième vague et l’espoir né de ce début de campagne vaccinale. Un an plus tard, alors que 90 % de la population majeure en France est désormais vaccinée, seulement 11 % de la population africaine a pu bénéficier d’au moins une dose et sans possibilité aucune bien sûr, de faire la fine bouche en privilégiant telle technique par rapport à une autre. Nous sommes des enfants gâtés mais ne le savons pas…

 

 

Mardi 

 

Il était le visage du mouvement anti-apartheid le plus connu après Nelson MANDELA. Disparu à l’âge de 90 ans, l’archevêque anglican Desmond TUTU était de tous les combats : dénonçant le régime ségrégationniste et inégalitaire en vigueur en Afrique du Sud jusqu’au début des années 90, luttant contre le réchauffement climatique et les dérives du gouvernement de l’ANC, pour le droit à l’euthanasie, ou la défense des communautés Gay et LGBT… L’ancien président de la commission Vérité et Réconciliation, connu pour son franc parlé et son intégrité, était devenu de son vivant l’icône et l’autorité morale de la nation Arc en Ciel, récompensé en 1984 par le Prix Nobel de la Paix. Saluons la mémoire d’un homme de bien, doté d’une vision chrétienne humaniste aux antipodes des crimes commis par certains dans le cadre de leur mission religieuse.

 

Mercredi 

Suite aux annonces de Jean CASTEX, interdiction de boire ou manger dans les salles obscures et théâtres pour une période de trois semaines ! Si la vente de pop-corn et autres friandises fait le bonheur des propriétaires de salles, une telle mesure ne pourra que ravir toutes les personnes atteintes de misophonie (j’en suis !). Non ce n’est pas une maladie honteuse ! Mais, le syndrome de ceux pour qui la mastication d’un seau de pop-corn par son voisin cinéphile pendant tout le temps de la séance, s’apparente à une véritable torture ! Merci monsieur le Premier ministre et merci au variant OMICRON grâce à qui je vois enfin se réaliser mon rêve : interdire la bouffe au cinéma !

 

 

 

Jeudi

 

L’ouvrage fait plus de 700 pages et s’intitule « Anéantir ». Un titre en osmose avec le climat passablement anxiogène que nous vivons depuis bientôt deux ans et au secret bien gardé puisque les médias avaient interdiction d’en parler avant ce jour. Michel HOUELLEBECQ le plus punk des écrivains français a encore frappé, passé maître dans l’art de décrire les angoisses existentielles de personnages qui lui ressemblent un peu. Prophète désabusé et nihiliste forcené, le prix Goncourt 2010 fera comme à son habitude un carton dans le monde éditorial, avec un premier tirage annoncé à 300 000 exemplaires, faisant de lui l’un des auteurs contemporains les plus vendus et les plus attendus. Pas mal pour quelqu’un qui fuit les médias et ne donne plus d’interviews depuis des années… Nul doute que parmi les candidats à la course présidentielle, nombreux sont ceux prêts à signer un chèque en blanc pour un tel plébiscite !

 

 

Vendredi

 

Il suffit d’un rien parfois pour redonner quelques couleurs à un matin de grisaille. Comme ce distributeur de sourires, croisé en chemin sur un panneau d’affichage au coin d’une rue à Auxerre. Une initiative altruiste et bienveillante à saluer comme il se soit et à rapprocher de ce proverbe maure : « Offre un sourire à un inconnu, l’inconnu te sourira »…

 

Samedi

 

La formule est consacrée et résonne telle un mantra en ce premier jour de janvier, « Bonne année, bonne santé » ! On appuie sur le bouton reset, on efface tout et on avance, empli de bonnes résolutions. Mais l’actualité nous renvoie un jour sans fin, à l’éternel recommencement : déjà trois féminicides enregistrés et plus de 800 voitures brûlées durant la nuit de la Saint-Sylvestre, un variant qui n’en finit pas de se répandre, un ZEMMOUR qui ne cesse de l’imiter, des candidats qui polémiquent… Comme un petit air de déjà vu, mais qu’importe, faites le plein de positif en ce début d’année ! Euh…, en fait, non ! Pas trop de positif !

 

 

Dimanche


Dimanche 02 janvier 2033… : « Mamie, mamie, c’est quoi un bisou ? ». C’était bon, c’était chaud, c’était avant… « Mamie, mamie, c’est quoi un câlin ? ». C’était doux et caressant, si tendre que cela aidait à porter le monde. Maintenant, remets ton masque, tu as fini de dîner, il est l’heure d’aller au dodo…

 

Dominique BERNERD

 

Premier rendez-vous économique important à l’hôtel de ville de Joigny, ce jeudi au beau milieu de l’après-midi ! La visite du directeur de la Banque des Territoires Olivier SICHEL servira de prétexte à la signature de deux conventions avec en substance le cofinancement d’une double étude et une ingénierie de projet. Explications…

 

JOIGNY : Voilà un évènement qui ne peut susciter que de l’intérêt pour celles et ceux qui suivent le développement économique de la ville dirigée par le vice-président de la Région, Nicolas SORET.

Aux alentours de 16h30, ce jeudi 06 janvier, seront signées deux conventions de partenariat entre l’élu de l’Yonne et le directeur national de la Banque des Territoires, Olivier SICHEL.

Accueilli dans l’un des salons de la municipalité, le représentant de la Banque des Territoires apposera sa griffe au bas de deux documents, confirmant le soutien et l’accompagnement de plusieurs initiatives locales par l’organisme.

 

 

A commencer par le cofinancement de deux études qui concernent le réaménagement des quais de l’Yonne et celui d’un jardin maraîcher d’insertion. Il sera également question d’une ingénierie de projet se rapportant au renouvellement urbain du centre ancien et du quartier de La Madeleine. L’objectif étant d’en améliorer le cadre de vie pour optimiser la vie de ses habitants. Le respect de l’environnement servant de fil d’Ariane à ces divers projets. Précisons enfin que le montant global de ces travaux s’élève à 126 000 euros.

 

Thierry BRET

 

 

Le groupe avait quitté le métier d’armateur en 1988, date de la cession de la Navale Caennaise. C’est dire si le rachat des parts du capital détenus jusqu’ici par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne revêt de la plus haute importance pour l’entité doublement centenaire. Plus que jamais, la structure familiale dirigée par Guillaume BLANCHARD renforce sa position au sein de LOGIYONNE…

 

GRON : La corbeille de la mariée n’en est que plus séduisante après cette transaction financière réalisée fin 2021. Surtout que ce couple entrepreneurial présente un joli pédigrée depuis le début de leur existence. Si l’entité icaunaise LOGIYONNE ne date que de 2010, que dire en parallèle du groupe SOGENA qui est issue d’activités de transports maritimes dont les origines remontent à…1828 !

Par ce tour de magie capitalistique n’ayant rien de providentiel qui lui a permis d’acquérir les 34 % du capital possédé jusque-là par la CCI de l’Yonne, la structure spécialisée dans la logistique portuaire accède désormais à 49 % du capital de LOGIYONNE, la plateforme qui assure le développement et l’exploitation du Port de Gron, près de Sens. Les 51 % du capital restant sont détenus par la holding de Didier MERCEY, l’homme en forme olympique du moment côté business sur notre territoire.

 

 

Une alliance prometteuse avec un groupe qui pèse 66 millions d’euros de chiffre d’affaires…

 

Il y a peu, Guillaume BLANCHARD, directeur général de SOGENA, s’est rendu dans l’Yonne afin de formaliser la transaction de ce rapprochement plutôt prometteur sur le papier. Il devait y rencontrer Alain PEREZ, à l’époque encore président de la chambre consulaire, et Didier MERCEY, pour valider cet accord.

L’opération est intervenue avant le lancement de la SAS LOGISHIP, autorisant de surcroît LOGIYONNE et son actionnaire à devenir armateurs. Dans le but d’exploiter la liaison régulière de colis lourds entre les infrastructures portuaires de Normandie (Le Havre, Rouen) et de l’Yonne. Voire à ce titre, l’article publié dans nos colonnes le 23 décembre 2021 sur le bateau « Exelmans », bientôt rebaptisé « Le Bourgogne ».

Pour SOGENA, ce n’est que du bonheur. Non seulement, le groupe dont le siège social est implanté à Caen, renoue avec le métier d’armateur qu’il avait lâché en 1988.

Mais en outre, il ajoute une corde supplémentaire à son arc au niveau de ses prestations et services. Pour mémoire, SOGENA développe un ensemble de compétences liées au passage des marchandises sur les ports à l’instar de la manutention, du stockage, du transit et des douanes, de la consignation, de l’agence de ligne ou encore de la commission de transport international.

Au terme de 2021, SOGENA pesait plus de 66 millions d’euros de chiffre d’affaires et employait 440 collaborateurs répartis sur une trentaine d’implantations.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Cinq ans après la dernière épreuve, la Coupe du Monde de ski de fond fera une étape remarquée dans la station jurassienne de Prémanon/Les Rousses du 14 au 16 janvier 2022. La Région Bourgogne Franche-Comté suivra cette compétition de près. Profitant de l’évènementiel pour y signer une convention de partenariat avec la Fédération française de ski…

 

PREMANON/LES ROUSSES (Jura) : Si toutes les conditions sont enfin réunies, cela devrait être la fête du ski de fond durant plusieurs jours en Franche-Comté, du 14 au 16 janvier !

En effet, les passionnés de cette discipline sportive à la forte potentialité physique et d’endurance auront des yeux de Chimène pour la fine fleur de l’élite mondiale en démonstration sur les pistes du massif jurassien.

D’autant que cinq années se sont déjà écoulées depuis la dernière venue de ce grand barnum de la compétition internationale.

Fidèle à son habitude, l’équipe de France devrait briller dans ces différentes épreuves se déroulant au stade nordique des Tuffes : un sprint libre dès le vendredi, un individuel libre disputé le lendemain et une poursuite classique programmée le dimanche.

La présidente de la Région Marie-Guite DUFAY, en bonne franc-comtoise, ne manquera pas ce rendez-vous d’exception. Présente dans la station, elle profitera de sa venue pour rencontrer les dirigeants de la Fédération française de ski, notamment sa présidente, Anne-Chantal PIGELET-GREVY, avec laquelle elle signera une convention de partenariat où sera associée une troisième structure, l’Ecole nationale des Sports de montagne. Son président Manuel BRISSAUD sera lui aussi de la partie pour couronner cet accord offrant de nouvelles opportunités pour notre territoire…

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil