Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

La fracture numérique ne prendra pas le dessus, c’est sûr ! La Poste, dans un esprit citoyen et actrice de l’inclusion numérique éthique via le plan France Relance, s’engage à la résorber ! Et de belle manière, en y installant dans l’un de ses bureaux, près d’Auxerre, une conseillère ad hoc ! Ancienne factrice et guichetière, Mélanie G’SSIR est cette personne qui fera montre dorénavant de pédagogie et d’écoute, venant en aide aux habitants…

 

MONETEAU : Belle reconversion que celle-là ! Autrefois factrice et guichetière, Mélanie G’SSIR officie désormais en qualité de conseillère numérique pour le compte de la grande maison postale. Celle qui est proche de la population. Celle qui déploie son supplément d’âme pour apporter pédagogie, service et proximité. Comme c’est le cas dans le bureau de la commune périphérique d’Auxerre.

C’est ici, dans le fief de la conseillère départementale et édile des lieux, Arminda GUIBLAIN, que le Groupe au logo jaune vient d’ouvrir un espace spécifique, « l’Etape numérique ». On dirait presque l’appellation d’un cyber café où l’on se sustenterait de choses gourmandes au palais en sirotant un petit noir tout en surfant sur la toile !

Ici, tout est connecté ! Lutte contre l’illectronisme, oblige ! L’espace, des plus cosy et confortable, peut accueillir jusqu’à huit personnes. Mais, aussi et uniquement sur rendez-vous, en individualité afin d’y recevoir des conseils personnalisés.

C’est l’antre de Mélanie. C’est jour de fête pour la jeune femme, au centre de beaucoup d’intérêts ! Logique, la direction régionale, pilotée par une Sylvie GUILLAUME au top de sa forme, a mis les petits plats dans les grands pour expliquer en long, en large et en travers au cours d’une cérémonie protocolaire le rôle et les missions qui incombent à la nouvelle conseillère. Même le président de la Commission départementale de Présence Postale Territoriale (CDPPT), Gilles DEMERSSEMAN, écoute avec grande satisfaction les explicatifs.

 

Réduire la fracture numérique : un enjeu capital !

 

Elle a dû suivre une formation particulière, Mélanie G’SSIR pour occuper la fonction. Sans doute, avec une phase de psychologie poussée car il n’est pas aussi simple pour les personnes désireuses d’en connaître davantage sur le numérique et ses innombrables opportunités d’évoquer leurs carences et leurs fragilités. Car, c’est bien de cela dont il s’agit. De cette fracture numérique que jadis évoquait déjà dans ses propos, à l’instar de la fracture sociale, – le corollaire existe aussi manifestement – le regretté Jacques CHIRAC.

Mélanie, elle, doit identifier ces difficultés numériques qui concernent bon nombre de citoyens. Les invisibles de l’emploi et de la couverture sociale comme les seniors ou les personnes en situation de handicap. Sans oublier, les ressortissants étrangers qui ne maîtrisent pas forcément bien notre langue. Les initier aux usages pratico-pratiques du quotidien – non, elle n’en fera pas des programmateurs avérés ! – est son bâton de maréchal !

Elle le dit d’ailleurs : « Je suis heureuse d’accompagner et d’aider les usagers pour une satisfaction client optimale ». Un discours, un brin marketing entre les lignes, mais tellement vrai dans son application quotidienne dans la bouche de la responsable de l’espace médiation numérique local !

 

 

Accompagner chaque année un million de nos concitoyens…

 

Quant à la déléguée territoriale de La Poste dans l’Yonne, Christine MORANGE, elle embraie sur le même registre vocal : « cette « Etape numérique » est une excellente opportunité pour Monéteau et ses environs afin de pouvoir profiter d’ateliers numériques gratuits, ainsi que des accompagnements individualisés… ».

A ceci près que la déléguée territorial a lâché le mot magique : la gratuité !

Fin novembre 2023 : La Poste avait installé une centaine de ces espaces dédiés sur l’Hexagone, privilégiant les zones rurales et les quartiers prioritaires de la ville. Comprenant bureaux, ordinateurs et grand écran. En parfaite cohérence avec son engagement en faveur de l’inclusion numérique. Prévoyant de créer via ce dispositif judicieux 4 000 places de conseillers numériques à l’image de Mélanie. In fine, le groupe hexagonal envisage l’accompagnement chaque année d’un million de personnes en déshérence numérique. Un sacré plus que ne manquent pas de relayer les collectivités locales, comme Monéteau, afin d’en informer le public. Soit à l’accueil de la mairie ou sur des panneaux électroniques. Un sacré challenge, en vérité…

 

 

En savoir plus :

L’Etape numérique de Monéteau propose :

  • L’accompagnement et la formation aux outils essentiels du monde numérique : découverte des fonctionnalités simples d’une tablette ou d’un ordinateur, création d’adresses mail, prise de RDV médicaux en ligne…
  • L’apprentissage des usages du numérique : premiers pas dans la programmation informatique, sensibilisation aux bonnes pratiques sur les réseaux sociaux….
  • La formation aux compétences numériques professionnelles : accompagner le retour à l’emploi et la réinsertion professionnelle (outils collaboratifs et bonnes pratiques du numérique dans le monde professionnel…).

Outre l’Etape Numérique du bureau de Poste de Monéteau, Mélanie G’SSIR se déplace également dans les bureaux de poste d’Auxerre ZAC Saint-Simon, Toucy, Champs-sur-Yonne et Saint-Georges-sur-Baulche pour exercer sa mission. 

Rappel de l’horaire d’ouverture du bureau postal : du mardi au vendredi de 09h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Une nouvelle installation, c’est un grand moment dans la vie d’une entreprise. Micro bien calé devant son visage, Lionel MION déroule, sans trop sourciller, son discours qu’il propose aux nombreuses personnes présentes à cette soirée inaugurale. Celle d’un nouveau bâtiment. Ergonomique, bien conçu et évidemment fonctionnel. Le nouveau siège de ID’EES 89, filiale du groupe éponyme, et référence structurelle dans le milieu de l’insertion depuis son avènement en 1990, méritait bien une cérémonie…

 

MONETEAU : Séquence nostalgie : elle est déjà loin, la première expérience entrepreneuriale vécue dans la rue Camille Desmoulins. Quelques clichés de l’époque, en noir et blanc, exposés sur les murs de la grande pièce faisant office de hall d’entrée confirment les dires du directeur de l’antenne icaunaise de l'entreprise ID’EES 89, Lionel MION. « Vous pouvez le voir, il se faisait déjà de très belles choses à l’époque ! ».

Puis, il y eut l’installation de l’entité dans des locaux de la rue Gérot, sur le site historique des anciennes usines GUILLIET à Auxerre. Un univers de 5 000 mètres carrés, un tantinet vétuste mais qui fera office de très belle vitrine pour ce spécialiste de l’agencement et de la menuiserie, employant une majorité de collaborateurs en insertion professionnelle.

Désormais, c’est au 43 avenue de Paris, dans la localité voisine de la capitale de l’Yonne que l’entreprise trouve sa place, avec ces locaux flambants neufs, à l’impeccable esthétique.

 

La genèse de ce concept novateur, encouragé par beaucoup

 

Aux côtés de nombreuses personnalités du sérail, de la maire de la localité d’accueil, Arminda GUIBLAIN, de la secrétaire générale de la préfecture, Pauline GIRARDOT, et de Patrick CHOUX, directeur général du groupe et cheville ouvrière de son développement, Lionel MION lance ainsi la soirée protocolaire, agrémentée d’une courte vidéo de présentation – un court métrage plutôt bien ficelé et rythmé – lui permettant de poser le décor.

Si les patronymes de quelques fervents acteurs et supporters historiques de la société d’insertion résonnent dans la salle par le biais des enceintes (celui de Jean-Pierre SOISSON, notamment, qui aura toujours soutenu la belle initiative permettant aux défavorisés de l’emploi de retrouver une salvatrice porte de sortie…), Lionel MION n’en oublie pas de revenir au présent, expliquant la genèse de cet emménagement dans ces locaux admirés en ce jour inaugural par le public. Et des indéfectibles acteurs économiques de l’enseigne, en les citant, Pierre CHOUX, Patrick CHOUX, directeur général ou encore Christophe MATHEY, directeur administratif et financier.

Sans omettre un nécessaire salut à l’ensemble des collaborateurs qui ont su réaliser des prouesses homériques en assurant un déménagement pendant que l’unité de production demeurait opérationnelle.

 

 

Se servir des expériences réussies sur la Côte d’Or…

 

Employant aujourd’hui 107 salariés, 24 permanents et 83 salariés en CDD insertion, ID’EES 89 fait aussi de la place pour former des alternants, au nombre de deux à date. Deux domaines d’activités justifient sa présence dans le monde du travail : les services dont le secteur nettoyage et propreté des locaux professionnels, particuliers et collectivités ainsi que le secteur tri et valorisation des déchets depuis 2015 sur le site d’Ormoy pour le compte de la COVED PAPREC. La télérelève des compteurs d’eau fait également son apparition au bénéfice de SUEZ

« On s’appuie sur les compétences qui ont été déployées sur la Côte d’Or avec ID’EES 21 afin d’optimiser nos interventions sur le territoire de l’Yonne, ajoute Lionel MION, démontrant la parfaite symétrie entre les différentes structures que possède ce groupe d’envergure régional. Cela nous permet d’appréhender les nouveaux marchés avec beaucoup de sérénité ! ».

Puis, le responsable de l’antenne de l’Yonne évoqua l’autre axe prioritaire du groupe : le bâtiment. Celui-ci comprend cinq secteurs d’activité : un atelier de menuiserie, servant à la fabrication et la conception de mobiliers servant ensuite à l’agencement de locaux professionnels mais aussi pour les collectivités sur appel d’offres, un atelier qui pratique à bon escient les principes vertueux de l’économie circulaire avec des matériaux de récupération de chantiers. La pose de menuiserie (portes, fenêtres, huisseries…) mais aussi de cuisines, la peinture, plâtrerie et cloisons, le carrelage et la faïence constituent les autres déclinaisons de ce pôle bâtiment, décidément en verve.

Cette réorientation des champs d’application du groupe sur son territoire date de 2022. Elle sera naturellement confortée avec l’appui de ce nouveau bâtiment qui recevra en son antre d’ici quelques semaines un show-room illustratif, permettant à la société de présenter son savoir-faire en accueillant davantage de public.

« Un show-room qui sera utile afin de valoriser les compétences et le savoir-faire des salariés, y compris ceux qui sont en insertion professionnelle, explique Lionel MION,

Ce projet pédagogique et entrepreneurial au service de l’insertion est un moyen d’accéder à l’emploi durable… ».

En sus, la coordination de tous les acteurs intervenants sur les chantiers est également assurée par ID’EES 89 : une incontestable plus-value pour mieux se démarquer à l’avenir.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Retrouver le sourire. Parce que l’on existe, enfin. Même si le hasard de la vie nous a poussés vers un point de non-retour, fléau des crises économiques : le chômage. Avec les affres de l’angoisse et de l’oubli qui vont de pair. Peut-être, mais pas pour tout le monde si l’on en croit les vertus d’une animation qui prend du corps et de l’importance chaque année, sous l’impulsion du PLIE, le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi : un fameux « Tapis Rouge »…

 

AUXERRE : Il n’y a pas que sur la Croisette que l’on valorise les gens ! Ici, aussi, dans l’Yonne, grâce à cette très belle opération, baptisée « Tapis Rouge », en référence au clinquant revêtement qui accueille les pieds des stars du septième art à Cannes. Neuf ans que cela dure. Et les demandeurs d’emploi de l’Auxerrois n’en sont pas encore rassasiés !

Un concept plein d’empathie et de bons sentiments, à l’origine. Qui a su humaniser au fil du temps les relations à l’autre dans ce vaste maelström de l’existence moderne qui se nomme la recherche d’un travail. Pas si facile que cela, en vérité, que l’on soit une jeune pousse fraîchement émoulue de l’école ou un senior sur le retour d’âge qui a vu son départ à la retraite s’éloigner un peu plus au printemps dernier et qui doit encore trimer afin de subsister !

Alors, si sur le papier, améliorer son look, sa prestance physique et son code vestimentaire ne figurent pas parmi les priorités existentielles de ces décrochés de la vie active qui pointent à Pôle Emploi depuis des lustres pour certains, il n’empêche qu’au niveau du moral, qu’est-ce que cela fait du bien de se sentir de nouveau quelqu’un, pris en main par de sympathiques esthéticiennes ou des coiffeuses, le temps d’un relooking pertinent ! Même les hommes y ont goûté avec une relative appréhension : ils ne sont pas prêts d’oublier !

 

 

« Etre bien dans ses baskets, c’est être bien pour rechercher un emploi ».

 

Evidente, la formule sied très bien à cet exercice annuel. Ne devrait-il pas être réitéré tous les mois tellement les besoins de compassion et d’écoute sont énormes du côté de cette caste de la population que l’on appelle les chômeurs ? Une quarantaine d’entre eux ont eu ce privilège de se voir dérouler le tapis rouge, dans les locaux du CIFA de l’Yonne, le centre de formation où l’esthétisme, la coiffure, la technologie règnent en maître.

Responsable du Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi (PLIE) de l’Auxerrois, Wilfrid RICHEBOURG rappelle de quoi est fait ce noble tapis. Presque d’Orient avec son côté des mille-et-une nuits, salvateur au bien-être de ses bénéficiaires !

« Tapis Rouge, c’est une journée complète divisée en deux temps : celui des ateliers, programmés le matin, et les simulations d’embauche l’après-midi… ».

Esthétique, coiffure, aide à la réussite de son entretien d’embauche, soigner sa e-réputation intègrent ce programme que les « invités » du PLIE suivent à la lettre. Y prenant du plaisir lors des séances de maquillage pour les femmes et les soins du visage pour les hommes, des mises en beauté assurées par les élèves du centre de formation icaunais.

Le tantôt est consacré aux entretiens, en situation d’embauche en présence d’une dizaine de professionnels des ressources humaines. Des représentants des secteurs de l’industrie (la filière recrute à tours de bras), du nettoyage, de l’intérim, de la santé. Un exercice oratoire qui s’avère toujours stressant pour les plus émotifs. Il est donc recommandé de bien le préparer…

Oublier les tracas du quotidien et ne penser qu’à soi demeure le leitmotiv de ce rendez-vous. A la fin de la journée, les « laissés pour compte » (à tort) de la société reprennent confiance et sont de nouveau motivés.

Prêts à traverser la rue afin d’y décrocher un job ! Mais, pas tout seul, avec le concours de Pôle Emploi, la Mission Locale, le PLIE et l’APF France Handicap ! Et du CIFA, évidemment…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il se fraie tant bien que mal un passage parmi les nombreux candidats à l’emploi, le préfet de l’Yonne. Le hall d’entrée de la Maison de l’Entreprise serait-il donc trop exigu pour accueillir un tel évènement, programmé sur un tantôt ? Victime de son succès, c’est sûr ! Car, ce job dating, décliné avec le concours du Département, de l’Etat et de Pôle Emploi, dans le cadre de la Semaine de l’Industrie, s’apparente à une véritable réussite pour ses organisateurs. Pascal JAN s’y est donc attardé, prenant soin de discuter avec la douzaine de recruteurs comme avec celles et ceux en quête du précieux Graal…

 

AUXERRE : La prochaine fois, il faudra pousser les murs ! Ou envisager l’extension du bâtiment – dites donc, Monsieur Claude VAUCOULOUX, est-ce que cela est prévu dans la feuille de route budgétaire de vos prochains travaux ?! – afin de pouvoir accueillir plus sereinement la cohorte de demandeurs d’emploi, munis de leurs CV, à la recherche d’un poste dans l’une des entreprises industrielles de l’Yonne, invitées à les faire connaître ! Car, de mémoire de conseillers de Pôle Emploi, présents à la manifestation, il y a belle lurette que l’on avait connu un tel succès en matière de fréquentation, hormis les étudiants, dans le hall d’entrée de l’édifice accueillant l’IFAG et l’ITII.

Qui a dit que les emplois proposés dans l’industrie n’intéressaient personne ! A cette affirmation, totalement erronée – on entend déjà les cris d’orfraies poussés par Jean-Marc DENIS ou Florence POULAIN ! -, la réponse, évidente, a été donnée par la présence, très nombreuse, de ces candidates et candidats, de tout âge et de tout profil, y compris les seniors – oui, oui, vous savez ces personnes d’un certain âge, parfois canonique de 45 ans et plus comme le caractérise si bien l’INSEE dont plus personne ne veut ! – qui se sont précipités tel un ours brun sur un pot de miel à la recherche d’une douce sucrerie !

En l’occurrence, un travail ! Un vrai. Pas un ersatz de job à la petite semaine. De surcroît, de la valeur sûre à ajouter sur son cursus, à vivre dans le monde industriel. Celui qui fait rêver. Celui où la technologie confère un supplément d’âme et une certaine noblesse au poste choisi. L’industrie et ses milliers d’emploi à pourvoir (près de 60 000 en France à l’instant « t »), à l’heure de la ré-industrialisation de l’Hexagone.

 

 

Il fallait jouer des coudes aux abords des stands

 

Défenseur de l’attractivité territoriale – elle commence naturellement sous le prisme de l’économie et de son corollaire légitime, l’emploi -, le préfet de l’Yonne Pascal JAN s’est rendu sur place, dès l’ouverture des portes de la Maison de l’Entreprise. Accompagné de deux responsables de Pôle Emploi, Yves HUTIN, son directeur départemental et Séverine DUTREIX, responsable du bassin de l’Auxerrois. Le haut fonctionnaire est venu et il a vu ! Sans doute un peu surpris de l’engouement…

La douzaine d’entreprises, présentes à ce rendez-vous (et pas des moindres s’il vous plaît à l’instar de MACORS, DAVEY BICKFORD, DYNAPACK, CHARLATTE, VERPACK, SAFRAN…) n’ont pas lésiné sur les prises de rendez-vous individuels, discutant avec chacun des prétendants à la vie active, prenant des mains des candidats les fameux CV, distribuant les cartes de visite en proposant peut-être davantage à quelques-uns si affinité ! Il fallait jouer des coudes pour gagner tel ou tel mange-debout, ustensile facilitant la rencontre. Voire s’armer de patience avant d’évoquer son cas personnel.

De son côté, Pascal JAN s’entretiendra avec chacune et chacun des représentants des ressources humaines, ou des dirigeants de société, venus rechercher la ou les perles rares dont ils ont impérativement besoin à leur développement. Avant d’échanger avec des demandeurs d’emploi qui lui ont expliqué leur situation.

Preuve, s’il était nécessaire de le démontrer, que le secteur industriel est un gros pourvoyeur de jobs et que l’on peut toujours faire carrière dans le département le plus septentrional de la Bourgogne.

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La crise sanitaire est passée par là et nombre d’interrogations se posent aujourd’hui, sur le sens même du travail et de ses différentes dimensions. Phénomène conjoncturel ou réel changement de paradigme, notamment auprès des jeunes générations ? Les « Entretiens d’Auxerre 2023 » ont donné lieu à une table ronde sur le sujet, avec pour invités, deux sociologues de renom, Jean VIARD et Roger SUE…

 

AUXERRE : Selon une enquête de la fondation Jean-Jaurès, rappelée en préambule de la table ronde par la sociologue Anne MUXEL, 42 % des salariés souhaiteraient aujourd’hui voir leur activité salariale partagée entre bureau et télétravail.

Les changements apparus dans la façon de vivre le travail, après la COVID sont bien réels, notamment auprès de tous ces « démissionnaires silencieux », qui ont fait le choix de changer de vie, en s’affranchissant du travail, privilégiant avant tout la réalisation de leur vie personnelle. Adhésion implicite aux thèses développées par Paul LAFARGUE dans son pamphlet, « Droit à la paresse ». Pour autant, se dirige-t-on vers la fin du travail, alors même, rappelle le sociologue Robert SUE, « que nous vivons dans une société qui se définit par le travail. On a même parlé de « religion » du travail… ». Avec in fine une contradiction entre le fait que nous ne disposons pas aujourd’hui de substitution à ce modèle, « si vous enlevez la question du travail aux politiques, il leur reste quoi ? ». Et le constat d’une évolution ne nous plaçant plus dans une « société du travail ».

Selon le professeur émérite à Paris-Cité, trois éléments ont fait bouger la machine, à commencer par le télétravail, « le travail à distance fait la distance au travail », mais aussi la COVID, « qui a mis sur le devant de la scène non seulement les vraies valeurs mais aussi la promotion de la santé pour le bien commun… ». Avec en filigrane, cette question à la dimension environnementale, « travailler pourquoi faire ? ».

 

Un salarié que l’on ne voit pas, ne travaille pas !

 

Pour son comparse Jean VIARD, le travail se définit avant tout comme un élément de fierté : « c’est fondamentalement l’appropriation d’un projet de construction avec les autres, une forme d’utilité… ». Avec là encore, cet élément nouveau apparu après la pandémie, « où nombre de gens n’ont pas travaillé et 40 % d’entre eux s’en disaient très heureux… ».

Une révolution accentuée là encore par le désir du télétravail, « 25% des gens en bénéficient, 60 % des gens en rêvent », même s’il y a à faire en la matière : « en France, on considère encore aujourd’hui qu’un salarié que l’on ne voit pas, ne travaille pas ! ».

 

   

Trouver un travail qui ait du sens

 

Travailler encore, mais comment et surtout, pourquoi ? Avec, dans une économie jusque-là fondée sur la croissance, un nouvel item, celui de la question écologique et environnementale, susceptible d’interférer sur le sens de la production par le travail.

Selon Roger SUE, « l’on revient à l’interrogation qui fut celle du temps du COVID, celle du bien commun. La croissance sans fin est aberrante et le travail pour le travail est devenu une aberration… ». Avec l’idée que le travail utile socialement, ne passe pas nécessairement par un « moment salarial… Comment intégrer cette société civile dans la production ? ».

Pour le sociologue, les jeunes sont aujourd’hui confrontés à un défi, « que nous entrevoyons, mais qu’eux vont vivre in vivo, notamment pour tout ce qui concerne l’environnement : la recherche d’une voie alternative… ».

Un mode qui ne serait pas forcément salarial et permettrait de pouvoir se projeter dans le bien commun : « cela existe avec le service civique qui est une forme de contribution importante et capitale à la production du bien commun, mais au nom de quoi est-il réservé aux jeunes ! ».

Appelant à inventer un statut du volontariat où chacun pourrait participer tout au long de sa vie, complémentaire d’une activité salariée : « je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas cumuler l’un et l’autre. Les jeunes de plus en plus, mettent l’accent sur le fait qu’ils veulent bien trouver un boulot, mais il faut qu’il ait une utilité sociale, qu’il ait du sens… ».

 

 

A quand un véritable statut de l’étudiant en France ?

 

S’interrogeant également sur le sujet, Anne MUXEL est revenue sur ce nouveau rapport qu’ont aujourd’hui les jeunes générations face au travail, en quête d’impératifs en phase avec leurs valeurs, liés notamment à l’écologie et aux préoccupations environnementales, « qui poussent bon nombre de jeunes même après de grandes études, à refuser au bout d’un moment des postes qui leur demanderaient d’agir de façon contradictoire avec les impératifs éthiques auxquels ils souscrivent… ».

Si l’on voit ainsi émerger de nouveaux repères, attention prévient Jean VIARD, à ne pas creuser un peu plus le fossé pouvant séparer les jeunes ayant décroché très tôt avec l’école, des étudiants qui réussissent le mieux : « que tu ne veuilles pas travailler chez Total, je le comprends très bien, va dans une start-up pour essayer de faire avancer la place écologique des entreprises dans la société ! Quand on met en avant un tel refus, il faut faire attention au discours, face à des gamins qui n’ont pas pu faire d’études et ne se demandent même plus pourquoi ils votent au RN ! ».

Pour le directeur de recherche au CNRS, spécialiste des transformations dans notre société, il serait important de créer un réel statut étudiant pour tous les jeunes de 16 à 26 ans, autorisant des aller/retours entre le travail et les études, « comme en Belgique, où les jeunes peuvent travailler pour 4 000 euros par an sans aucune charge… ».

De conclure, avec cette dernière interrogation : « pourquoi n’a-t-on pas droit à un certain nombre d’années d’études si l’on a arrêté l’école à 14 ans, après s’être aperçu que l’on avait déconné et que l’on souhaite apprendre un job ? ». 

 

Dominique BERNERD

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil