Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Leitmotiv du jour pour la direction : prendre le temps de partager avec les collaborateurs de la Mission Locale auxerroise. Autour d’un café, d’un thé et d’une viennoiserie, fort appétissante au passage ! On aura reconnu les gourmandes qui n’hésiteront pas à prendre plusieurs de ces succulents auxiliaires de convivialité ! Ce n’est pas tous les jours que la structure s’accordait une pause. D’autant qu’à la clé, il y avait surtout le label récemment obtenu à célébrer !

 

AUXERRE : Large sourire affiché sur le visage, Pauline GIRARDOT n’aura pas caché sa fierté à l’issue de la célébration quasi informelle qui réunissait dans les locaux de la Mission Locale d’Auxerre l’ensemble des collaborateurs et des partenaires institutionnels, trop heureux de se retrouver là pour un temps d’échange inhabituel.

Une « pause », comme devait la qualifier le directeur des lieux Olivier HEMARD, nécessaire pour apprécier la joie et surtout toute la pertinence du travail accompli autour de cette récente labellisation. Un titre de gloire qui fait de l’établissement au service, via l’accompagnement, de plus de 2 000 jeunes chaque année vers une insertion durable et personnalisée, la seule et unique Mission Locale de Bourgogne Franche-Comté à pouvoir s’enorgueillir de posséder désormais une telle distinction.

Présente avec onze lieux d’accueil sur le bassin de l’Auxerrois, comptant une trentaine de collaborateurs, la Mission Locale n’a donc pas manqué ce rendez-vous avec la postérité.

A l’issue d’un long travail de fourmi – un audit établi sur près de onze mois comprenant 35 items différents avec les certificateurs de l’AFNOR ! -, il était dans la logique des choses de prendre une respiration, jugée salvatrice à l’approche des congés estivaux.

 

 

Commentaires de la directrice de cabinet de la préfecture Pauline GIRARDOT : « je ne suis pas du tout étonnée que ce soit la Mission Locale de l’Auxerrois qui ouvre la voie, autour de son directeur Olivier HEMARD et de ses équipes, il existe une véritable dynamique. Ce n’est donc pas une surprise… ».

Cela n’empêchera nullement la représentante de l’Etat de discuter avec l’ensemble des collaborateurs présents à cette animation et de se dire ravie pour tout le travail fourni.

Une date du 04 juillet qui devrait restée graver dans les mémoires de celles et ceux qui officient au sein de cet établissement puisqu’elle correspond à la confirmation de ce label. Il faudra désormais attendre de deux à quatre ans pour que la Mission Locale de l’Auxerrois soit de nouveau auditée par un cabinet indépendant exerçant son expertise au profit de l’AFNOR.  

Originalité, un « paper-board » recueillait les commentaires de chacun des participants à cette célébration sur des post-it ; une manière testimoniale de mettre de l’eau au moulin de l’analyse et du ressenti en placardant quelques mots ou des phrases sur le tableau, placé idéalement à l’entrée du bâtiment.  

     

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Major des majors ! Cela en jette sur la carte de visite, incontestablement. Le meilleur des meilleurs. Le saint des saints, bref, la quintessence de l’excellence, si chère à l’esprit de la grande maison qu’est devenue en près de cinquante ans, le CIFA de l’Yonne. Entre Lily-Rose MARTENS et Alexandra DUFOUR, le cœur du public a balancé lors de la remise des prix. Deux lignes de vie différentes, certes, mais avec beaucoup de similitude entre ces jeunes filles, promises à un avenir rayonnant…

 

AUXERRE: « Oh les filles, Oh les filles ! ». Le groupe « Au Bonheur des Dames » n’avait qu’à bien se tenir en 1974 en interprétant ce fameux morceau, passé depuis à la postérité, encensant, et ce bien avant l’heure, la place prédominante de la gent féminine dans notre société. Une place depuis confortée dans toutes les strates de la vie sociale et professionnelle hexagonale, y compris dans la formation, via l’une de ses filiales phare, l’apprentissage.

Deux de ses représentantes icaunaises ont eu droit aux honneurs officiels lors de la traditionnelle cérémonie de la remise des prix, déclinée au centre de formation professionnel du CIFA de l’Yonne, il y a peu. Deux jeunes filles que les médias connaissent déjà presque sur le bout des doigts, tant les titres glanés çà et là de par leur pugnacité à accomplir des concours et à relever les challenges nous sont familiers ! Des apprenties, tout simplement. L’une a été sacrée lors du concours de l'Amicale des Cuisiniers de France meilleure apprentie de France dans sa spécialité, la cuisine. L’autre a pour particularisme de collectionner les titres de major des majors, comme ce fut déjà le cas en 2022 !

Leurs patronymes : Lily-Rose MARTENS et Alexandra DUFOUR !

 

Une véritable « Engagée de l’Yonne » selon Dominique VERIEN !

 

Non seulement, la première des susnommées a obtenu le « Graal » suprême offert par le CIFA de l’Yonne, ce titre de major des majors qui augure de belles perspectives tant pédagogiques que professionnelles mais en outre elle s’est vue décerner le trophée récompensant des « Engagées » de l’Yonne, une distinction mettant en lumière ces femmes qui permettent à notre territoire de rayonner bien au-delà de nos frontières. C’est l’instigatrice de ce trophée, la sénatrice Dominique VERIEN, qui devait remettre la récompense à l’issue de cette cérémonie placée sous le sceau des Jeux olympiques de Paris à la jeune fille, souvent distinguée lors de cette soirée.

 

 

A 20 ans, la demoiselle qui avait déjà obtenu son baccalauréat général avec une moyenne de 17, avait ajouté en guise de corde à son arc, le CAP cuisine obtenu en un an, l’année dernière. Avant de décrocher la Lune comme meilleure apprentie de France de la catégorie cuisine. La quatrième jeune femme française à déposer ce titre plus qu’honorifique dans sa besace en seulement 69 éditions ! Une réussite qui en appelle d’autres, tant au CIFA où Lily-Rose suit une spécialisation dans les desserts qu’au restaurant familial, tenu par son paternel, à Troyes, le « Midi O’Halle ».

 

Le savoir-être et les chiffres, la recette du succès d’Alexandra DUFOUR

 

Tout sourire et la parole facile aux côtés des personnalités devant se succéder sur la scène, Alexandra DUFOUR est l’autre versant de ce titre de major des majors 2024. Une fervente adepte de l’alternance qui accumule le nombre des années d’apprentissage au CIFA de l’Yonne qui est devenu sa seconde maison !

Suivant un cursus dans les métiers de bouche (la pâtisserie, notamment), la jeune fille s’est orientée ensuite vers le bac pro animation et gestion des entreprises, en épousant peut-être un jour les traces de son père, artisan.

Cette adoratrice des chiffres est aussi une férue du « savoir-être », notion qui plaît beaucoup aux responsables du CIFA qui savent récompenser celles et ceux des sujets qui y sont sensibles, mais aussi aux employeurs qui aiment embaucher ce type de profil dans leurs entreprises…Les filles de l’excellence de cet été 2024 !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il en rêvait depuis très longtemps. Lui, l’homme de tous les défis. Se retrouver désormais dans un cadre professionnel, ergonomique et spacieux, lui permettant de s’épanouir aux côtés de ses trente-cinq collaborateurs. Car, elle a bien évolué, la « petite entreprise » de Gaëtan QUILLIN qui ne connaît pas la crise, depuis ses origines, datant du 01er octobre 2019. 1,2 million d’euros plus tard et après plusieurs mois de patience, le traiteur auxerrois qui ne cesse d’étendre son aura sur le territoire de l’Yonne, vient de s’installer dans ses nouveaux locaux. Le prétexte idéal pour une soirée inaugurale réussie…

 

MONETEAU : Certes, le nom de la société est simple. « QUILLIN Traiteur ». Facile à retenir, dirons les uns ! Pratique à commercialiser, dirons les autres ! On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, dixit le fameux adage. Pourtant, au-delà de ces considérations de pure sémantique marketing, cela n’empêche nullement le nom de cette société, spécialiste de la réception, de l’évènementiel dans sa phase traiteur, de se faire depuis sa création une solide réputation dans le landerneau auxerrois. En cinq ans, la boîte vole de ses propres ailes et pas du tout en rase-motte ! Bien au contraire.

Installée à l’origine à Augy dans des locaux que le garçon supposait trop grands à son goût mais qui s’avérèrent très vite trop étroits, la jeune entreprise relève tous les challenges. Normal pour cet entrepreneur, issu d’une famille où la cuisine se vit de manière passionnelle. Gaëtan QUILLIN, lui-même, fourbit ses armes auprès de grandes toques de l’Yonne, apprenant le métier sans relâche, pugnace et créatif. Son parcours l’atteste. Les nombreuses récompenses, glanées çà et là, aussi !

Lui vient alors l’idée de changer d’air. De trouver cette parcelle de terrain, elle est d’une superficie de 3 100 mètres carrés, dans l’une des zones artisanales et industrielles de Monéteau où il sera bon de s’installer, histoire de développer ses activités et de surcroît, son chiffre d’affaires.

 

« Si je ne fais pas ce projet maintenant, je ne le ferais jamais… »

 

Septembre 2023 : Gaëtan QUILLIN acquiert ce terrain à l’Agglomération de l’Auxerrois. Coût de la manœuvre : 1,2 million d’euros avec l’installation du bâtiment, flambant neuf qui a été inauguré en grande pompe en présence des élus (Crescent MARAULT, Christophe BONNEFOND…) mais aussi des institutionnels. Les représentants de l’association « INITIACTIVE 89 » aident au financement de ce projet, couplé par la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté et des Pays de l’Ain. Un établissement bancaire en qui Gaëtan QUILLIN accorde toute sa confiance.

« Je l’ai dit à Benoît, mon conseiller commercial bancaire. Si vous ne me faites pas confiance maintenant avec l’apport que j’ai aujourd’hui, je ne ferais jamais ce projet. Je ne suis l’héritier ni le fils de personne : mes parents m’ont seulement appris à me lever le matin… ».

Respect quant à la volonté de ce jeune entrepreneur lucide qui ne perd pas le nord…

 

 

La réussite, c’est une affaire d’équipe !

 

Humaniste et généreux, Gaëtan QUILLIN. Ses premières pensées, quand on lui parle du chemin parcouru depuis cinq ans, vont à ses bras droits, de fidèles lieutenants, prénommés Edouard et Camille. Ils se reconnaîtront.

Puis, à son équipe, exerçant son savoir-faire aux côtés de Guillaume COLLET, chef de cuisine, Alexis ROLLET, chef de réception – il quittera prochainement la structure après être partie prenante depuis le début de l’aventure -, mais aussi Amélie, Alexandre, le second de cuisine depuis deux ans, Myriam, la responsable de l’alimentation du groupe pro de l’AJ Auxerre (c’est cela aussi « QUILLIN Traiteur » !), les chefs de parties, Bruno et Kylian, etc.

Le chef d’entreprise n’oubliera pas de remercier les 37 serveuses et serveurs sous contrat qui travaillent à la réussite de sa société.

 

 

Etre arrivé en haut mais il faut y rester !

 

Bien sûr, Gaëtan eut une pensée émue pour sa compagne, Sarah.

« Ce n’est pas toujours facile de vivre à mes côtés et de supporter ce mode de vie à cent à l’heure mais tu m’accompagne toujours de la meilleure façon dans ma vie professionnelle et personnelle… ».

Si ce n’est pas une belle preuve d’amour, çà ?! Poursuivant dans l’émotion, l’orateur se souvint de toutes celles et ceux, trop tôt disparus, qui laissent une place béante dans les cœurs, aujourd’hui. Avec humilité et pudeur. « Je pense à toi, maman, qui m’a quittée bien trop tôt... ».

Sans oublier son grand-père qui lui dit un jour lorsque le jeune homme gagna son premier concours de cuisine à 15 ans : « c’est bien « p’tit gars », tu es arrivé en haut mais attention le plus dur est d’y rester… ».

Place au plus dur pour Gaëtan QUILLIN, entre sagesse, humilité et…succès !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

D’année en année, l’évènement porté par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne prend de l’ampleur, accueillant en ces murs – ceux du « Skénét’eau » qui s’y prêtent très bien en termes de fonctionnalité – l’ensemble des acteurs de la création/reprise d’entreprises du territoire icaunais. Un rendez-vous 2024 qui aura aussi fait la part belle à la franchise, illustré par une conférence sur cette thématique qui passionne de plus en plus les porteurs de projets…

 

MONETEAU : Il arbore le sourire des grands jours, Thierry CADEVILLE ! Logique : plus de cent vingt-personnes ont répondu par l’affirmative à l’invitation de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne à l’occasion de cette nouvelle édition de la manifestation « Monte ta Boîte », cinquième du nom, se déroulant ce jour dans la salle vedette de la bourgade proche d’Auxerre, le « Skénét’eau ».

Un lieu d’accueil coutumier pour cet évènementiel qui draine chaque année la plupart des acteurs de la création/reprise d’entreprises, des entités institutionnelles possédant suffisamment de pistes informatives pouvant satisfaire celles et ceux qui rêvent d’entreprendre. Ou de reprendre une structure puisque la thématique de la reprise figure en bonne position sur le champ des possibles aujourd’hui.

A ce propos, le président de la CCI 89 rappela que la reprise d’entreprises représente un vrai challenge pour le département de l’Yonne. « On s’attend sur le territoire régional qu’il y ait 1 500 entreprises à reprendre par an sur les dix prochaines années – au bas mot, 15 000 entreprises in fine ! -, c’est-à-dire 200 entreprises dans l’Yonne, grosso modo une par jour ! ».

 

 

70 % des créations ne passent pas le cap des trois ans !

 

De réelles perspectives encourageantes pour les porteurs de projets icaunais qui se doivent d’intégrer cette donnée statistique importante dans leur mode opératoire. Un sacré challenge à relever pour les futurs entrepreneurs mais également pour celles et ceux qui sont en recherche d’emploi, car il y aura de l’avis de Thierry CADEVILLE, de nombreux jobs à pourvoir à la clé.

La reprise, une solution à privilégier ? A coup sûr quand on sait que 70 % des néo-sociétés apparues avec la création ne passent pas le cap des trois premières années d’existence. Un chiffre qui ne s’applique pas à la reprise d’entreprise, bénéficiant de davantage de sécurité avec le chiffre d’affaires déjà connu, la clientèle toute faite à développer, la notoriété de l’enseigne, le personnel déjà présent et formé…

Ici et là, les visiteurs prennent le temps de chercher de l’information si précieuse à leur feuille de route organisationnelle. S’installant à l’un des stands placés sur le pourtour de la grande salle, méconnaissable de sa configuration habituelle lorsqu’elle accueille le public venant applaudir un spectacle.

 

 

Un panel éclectique d’acteurs de la création/reprise…

 

Dans un environnement divisé en différents pôles, le public aura eu le choix de découvrir les informations fournies par les spécialistes du juridique et du social (URSSAF, Ordre des Experts-Comptables, France Travail…), de la banque et de l’assurance (Banque Populaire, Crédit Agricole, MAIF, Harmonie Mutuelle…), des spécialistes de l’emploi, à l’instar d’ « Initiactive 89 » ou d’AuxR_Lab/Factory, du monde consulaire (Chambre d’Agriculture, Chambre Economique de l’Avallonnais, Centre de Développement du Tonnerrois…). Un excellent panorama pour en savoir plus sur les us et coutumes propres à la création/reprise de sociétés !

Des acteurs de la communication étaient également présents (BRAINYTECH ou LOOK PUB), on notera enfin la présence importante du réseau des franchiseurs, item dont on parlera beaucoup dans les travées.

 

 

Un nichoir offert mais pas de trajectoire de vol !

 

Parallèlement, il est judicieux de rappeler que la CCI de l’Yonne a mis en place un certain nombre de formations utiles aux porteurs de projets, notamment dans le domaine de la gestion. Indispensables avant de se lancer dans l’entrepreneuriat.

Difficile de savoir, en revanche, le nombre de projets ayant abouti aux termes des quatre précédentes éditions : Thierry CADEVILLE s’en explique : « on reçoit chaque jour dans nos services une dizaine de porteurs de projets ! Certains aboutissent, d’autre pas. Il faudrait faire un suivi institutionnalisé de l’ensemble pour connaître les tenants et aboutissants du dossier. La CCI offre un nichoir mais l’on ne suit pas forcément la trajectoire de vol… ».

Des entreprises qui une fois portées sur les fonts baptismaux pourront toujours être accueillies au sein des pépinières d’entreprises gérées par l’organisme consulaire – il en existe six dans l’Yonne ; elles représentent 450 emplois et environ 130 structures professionnelles qui sont hébergées – durant plusieurs mois, voire plusieurs années.

Dont le projet « OCTOPUS » qui accueillera sans doute d’ici la fin de l’année, outre les entrepreneurs, les apprenants avec les services du pôle formation de la CCI qui s’y installeront définitivement…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C’est une évidence : s’il n’existait pas, il serait nécessaire de l’inventer ! Qui ça ? Mais le GEIQ BTP, pardi ! Soit le Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification de la filière du bâtiment et des travaux publics. Celui qui intervient en Bourgogne Franche-Comté et qui tenait il y a peu à Auxerre, sa traditionnelle assemblée générale, une séance de travail et de réflexion suivie par une cinquantaine d’adhérents et de partenaires…Ambiance !

 

AUXERRE : Derrière chaque salarié, il y a des histoires. Une mission. Des voix. Le petit clip vidéo déroule sa présentation avec ses témoignages. Des femmes et des hommes qui vantent devant la caméra les mérites de cette structure. Face à une cinquantaine de personnes, assises dans les confortables fauteuils de l’amphithéâtre de la Fédération Française du Bâtiment 89 où est accueillie cette nouvelle assemblée générale du GEIQ BTP.

Jadis, on s’en souvient encore, dans l’Yonne, c’est un garçon du nom de Daniel CARTEREAU qui en assurait la promotion avec sérieux. Aujourd’hui, la structure régionale de Bourgogne Franche-Comté a pour capitaine de route, une autre figure Didier MICHEL. Un personnage emblématique de la vie institutionnelle et économique de notre territoire que l’on ne présente plus.

Ancien président de la FFB 89, ancien élu municipal sous l’ère de Guy FEREZ, dirigeant de la société éponyme, Didier MICHEL revient en ce début d’été 2024 comme au plus beau jour : il y a peu, il a succédé à Emmanuèle BONNEAU à la présidence du MEDEF de l’Yonne, on le retrouve ici, dans cette réunion professionnelle, sous l’égide de la présidence du Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification de la filière qu’il affectionne tant : le BTP !

 

La présence de trois partenaires financeurs

 

Mais, revenons aux images. Dans un silence de plomb, les témoins filmés narrent leurs expériences en termes de formation et de plus-values pédagogiques. L’ADN, même du GEIQ BTP ! A ce titre, en 2023, le groupement a accompagné 197 parcours professionnels. Cela représente au bas mot en moyenne 350 heures de formation et dix mois de contrat. Une accumulation de connaissances et de savoir fort utiles pour mieux rebondir dans la vie active.

Un chiffre est donné durant les travaux de cette session annuelle : 82 % ! C’est en pourcentage la part de salariés qui en fin de parcours ont pu trouver la solution d’emploi durable idoine en bénéficiant du concours de ce groupement dont les initiatives sont pleinement encouragées par de nombreux partenaires, à commencer par France Travail – une petite délégation est d’ailleurs présente dans la salle -, CONSTRUCTYS ou encore la DDETS, la Direction départementale de l’Emploi, du Travail et des Solidarités. Logique, ils en sont, entre autres, les principaux financeurs.

A date, ce sont 395 structures entrepreneuriales – ce n’est pas rien ! – qui ont rejoint ce groupement. Elles représentent l’ensemble des métiers du secteur BTP dont 50 % emploient entre dix et cinquante salariés. A titre d’exemple, les techniciens en fibre optique, les monteurs de panneaux photovoltaïques, comme le précisera Céline GUILLOT, directrice de l’organisme. Cette dernière animera la séance aux côtés de sa directrice adjointe, Céline RUFFLOCH.

 

 

 

Une mission largement remplie par l’organisme associatif

 

Evoquant la labellisation du GEIQ – axiome indispensable pour développer des contrats de professionnalisation -, le tandem souligna les efforts collectifs de l’équipe qui œuvre pour répondre aux besoins de main d’œuvre des entreprises adhérentes et pour l’insertion professionnelle durable des salariés. 351 heures de formation, soit une semaine par mois, c’est le nombre d’heures consacrées aux aspects sécuritaires du secteur. 139 000 heures salariés – un peu moins de dix mois de contrat – pour 71 % des salariés qui obtiennent une qualification reconnue par le ministère du Travail ou l’Education nationale, des chiffres très importants devait préciser Céline GUILLOT, « cette année, on a permis la signature de 120 contrats avec 98 % des effectifs qui étaient issus d’un public en insertion et en qualification, on a rempli largement les missions qui nous sont attribuées… ».

Des salariés qui pour 38 % ont plus de 26 ans, 10 % ont plus de 45 ans, un public accueilli de tous les âges. Sur les sorties de 133 salariés, 82 % ont trouvé à terme une solution d’emploi durable à l’issue de ces contrats de professionnalisation, 28 % ayant signé un CDI, 37 % un CDD de moins ou plus de six mois, 24 % ont poursuivi en contrat d’alternance.

 

 

Des valeurs du travail qui provoquent le coup de foudre…

 

Arrivée depuis peu à la tête de l’organisme professionnel, Céline GUILLOT souligna que pour elle, « le GEIQ représentait un véritable coup de foudre où elle retrouvait toutes les valeurs qui lui étaient chères, à savoir celles du monde du travail… ».

Des valeurs déclinables autour de l’humain et le sens du travail.

En seconde partie d’assemblée, plusieurs intervenants purent s’exprimer sur la scène de l’amphithéâtre. Tout d’abord, Maxime PASSOT, de la société « PCE Services » qui évoqua l’aide précieuse fournie par le GEIQ régional sur le recrutement de la main d’œuvre et de la montée en compétences de ses salariés dans le cadre des travaux de mise en place de la fibre optique dans l’Yonne.

Puis, ce fut le tour d’Eric COQUET, de l’atelier « Art et Vitrail », qui développa la mise en exergue des bénéfices collaboratifs entre son entité et le groupement d’employeurs. Avant de céder la parole à une Emmanuèle BONNEAU, ayant fraîchement rendu son tablier de présidente du MEDEF Yonne, pour se consacrer exclusivement désormais à son entreprise, implantée à Saint-Florentin, « BC Entreprise ». Des témoignages qui corroboreront l’impression du départ, vue de l’extérieur, s’il n’existait pas, il faudrait nécessairement inventer ce fameux GEIQ !

 

Thierry BRET

 

 

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99
Page 1 sur 169

Articles

Bannière droite accueil