Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Concert de klaxons, pétards assourdissants, cohorte de tracteurs, fumigènes… : la capitale de l’Yonne n’est guère habituée à autant de tumultes désordonnés dans ses rues ; elle qui coule d’ordinaire des après-midi si tranquilles à la « Derrick » ! Oui mais voilà : il ne faut pas hérisser le poil d’une filière professionnelle, celle de l’agriculture en l’occurrence, qui n’en peut plus d’entendre les sempiternelles promesses politiques non tenues alors que la situation économique des exploitants est de plus en plus exécrable.    

 

AUXERRE: Le temps tout d’abord, avec un vent froid accompagné d’une pluie battante, à ne pas mettre un journaliste dehors. Pourtant, nous y étions ! Trempés, rincés, mouillés jusqu’aux os ! Bonjour le rhume, bienvenue l’angine : ce soir, c’est sûr, la fièvre nous gagnera !

Ni les représentants des services de sécurité – des forces de l’ordre plutôt discrètes, par ailleurs, disséminées tout au long du cortège – mais ils étaient bel et bien là, oreillettes fonctionnelles et radio émetteur dans la main. A contrario, pas de visages connus et reconnus du monde politique local, absents de ce défilé, vrombissant de tracteurs et engins agricoles, qui empruntait l’interminable avenue Charles de Gaulle, au grand dam des malheureux automobilistes piégés pour un temps, pour mieux se diriger vers la première étape de ce raout syndicaliste, bon enfant et pacifiste : les locaux de la DDT, la Direction départementale du Travail de l’Yonne.

 

De la paille jetée à foison devant les entrées de la DDT 89

 

La tempête « Louis », puisque c’est d’elle dont il s’agit, se sera invitée à la fête avec ses sombres nuages noirs et ses vents tourbillonnants. Un décor digne de l’évènement ! Une manifestation curieuse, fait d’un attroupement de tracteurs tout phare allumé – environ soixante-dix engins de belle puissance, sonneries hurlantes pour certains d’entre eux – qui avait comme consigne de pénétrer dans la toute petite rue Monge où les riverains, yeux hagards derrière leurs fenêtres de salon, se demandaient bien étonnés ce qu’il arrivait dans leur paisible quartier à l’heure de la sieste digestive.

D’autant que le spectacle était garanti en face de leurs habitations avec ces ballots de paille (super, le symbole évoquant les faibles revenus des agriculteurs !) déversés à foison par les tracteurs et ses occupants devant les différentes entrées menant à la DDT. Voire, par-dessus les grilles de l’édifice administratif ! On dénombrait selon les sources officielles près de cent cinquante professionnels, requinqués comme un sou neuf, et trop heureux de faire entendre leur voix, celle de la colère, devant l’un des services de l’Etat, le siège départemental du travail.

 

 

Le ras-le-bol généralisé de toute une corporation

 

A 48 heures de l’inauguration par le président de la République Emmanuel MACRON ce samedi du Salon international de l’Agriculture de Paris, on peut dire que grâce à la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles de l’Yonne) et des JA (Jeunes Agriculteurs) la filière ne sera pas faite oubliée dans l’opinion publique locale ! Et les récentes paroles du Premier ministre Gabriel ATTAL n’auront pas vraiment apaisé les tensions persistantes depuis des lustres au sein de la corporation.

Le sentiment qui prédomine est simple : c’est le ras-le-bol généralisé ! Marre de cette inaction récurrente de la gouvernance qui semble penser pouvoir satisfaire les représentants d’une filière en totale souffrance, avec de simples effets d’annonce. Des paroles et encore des paroles. On connaît la chanson comme l’avaient interprété jadis feu la regrettée DALIDA en duo avec l’élégant Alain DELON de l’époque 70.

 

 

La balle est dans le camp de l’Etat et des acteurs politiques

 

A la manœuvre dans le placement circulatoire de ce bal de tracteurs, rue Monge, Damien BRAYOTEL, président de la section icaunaise de la FDSEA, est formel : « Nous ne voulons plus de promesses vaines ! Ce que nous attendons désormais, ce sont des actions concrètes ! ».

Sur le pont depuis plus de trois mois, les agriculteurs réclament un changement radical et immédiat sur des dossiers fondamentaux qui à date n’ont pas encore bougé d’un iota. Bien sûr, il y a le besoin d’une rémunération juste du fruit de leur travail. Naturellement, il s’agit de restaurer la dignité des acteurs de la filière. C’est certain : il faut assurer la pérennité de leur activité.

Force est de constater, toutefois, à quelques heures de l’évènement annuel qui va mobiliser l’ensemble de la profession, Porte de Versailles, que bon nombre des préoccupations demeure toujours sans l’once d’une réponse.

Arriveront-elles juste à temps et avant l’ouverture des portes du Salon 2024 ? Peu probable ! Même si la balle est clairement dans le camp et la responsabilité de l’administration et de l’Etat. Idem de la part des responsables politiques, qui étrangement pour celles et ceux qui occupent d’ordinaire les premiers rôles dans le sérail icaunais – peut-être à cause de cette météo des plus humides, capricieuses et peu engageantes – ils ne défilaient pas aux côtés de ces professionnels de la terre, celles et ceux qui sont pourtant fiers de nourrir les citoyens que nous sommes…

 

Thierry BRET

 

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

« Il voyage en solitaire, et nul ne l’oblige à se taire, il chante la terre… ». On a tous en mémoire l’ode poétique de Gérard MANSET, interprétée en 1975. Des paroles empreintes de liberté et de sérénité qui vont comme un gant à ce « Marcheur au grand cœur », puisque que tel est le surnom donné à ce natif du plat pays belge et membre du Lions Club International de Bruxelles Saint-Hubert, Jean-Marie VAN BUTSELE. Ce dernier a fait une double étape dans l’Yonne cette semaine. Traçant inlassablement sa route, sac de 20 kg sur le dos pour une noble cause : la récolte de dons pour lutter contre les cancers pédiatriques…

 

AUXERRE : Dites trente-trois ? Non, blague à part, notre sexagénaire au tonus d’airain et au moral d’acier – un visage de jeune homme avec les traits, certes, un peu tirés après une longue journée de marche dans la petite brise hivernale qui balaie l’Yonne – a choisi de rejoindre la localité de Palamos au cœur de la touristique Costa Brava – ah, ça fleure bon la période estivale et les tapas à déguster sans modération à l’aide d’une sangria sur l’une des superbes plages de ce littoral de la province de Gérone – non pour pas y conter fleurette en mode dilettantisme comme tout bon retraité qui se respecte, mais bel et bien pour y collecter des dons, servant à une noble cause. La lutte contre les cancers pédiatriques, ceux qui frappent cruellement la chair de notre chair, nos enfants.

Trente-trois ? Parce que ce marcheur impénitent, à la silhouette de pèlerin cheminant vers Compostelle – ça, c’est de l’autre côté de la péninsule ibérique ! – s’est donc lancé dans une folle aventure pédestre et en solitaire de plus de 1 100 kilomètres. 1 177 km avec précision répartis sur trente-trois étapes lui permettant de sillonner sa Belgique natale, l’Hexagone et un tout petit morceau d’Espagne ! Un raid, où il est accompagné en tout et pour tout d’un unique compagnon, son sac à dos chargé d’une vingtaine de kilos de produits strictement nécessaires. Pas de quoi acheminer toute une garde-robe, convenez-en !

 

Le soutien inconditionnel à la Fondation des Bâtisseurs d’Etoiles en Belgique

 

« Le Marcheur au Grand Cœur ». C’est comme cela que Jean-Marie VAN BUTSELE est surnommé dans sa royale contrée par la kyrielle de médias qui se sont entichés du personnage. Car, notre atypique sportif de l’extrême – d’une rare courtoisie et d’une joie de vivre à condamner définitivement à la fermeture tous les cabinets des psys et autres coaches en ressources bien-être mental ! – n’en est pas à une excursion près. Chaque année, il biffe sur son agenda, bien rempli en courses es qualité de guide de haute montagne (Mont Blanc) ou de conférences proposées auprès de clubs services et des associations, une période de temps nécessaire à l’accomplissement de son Graal personnel : décliner avec aisance altruisme et générosité, à plus de 70 ans, via ses randonnées au long cours, une opération caritative au service d’une cause. Notamment, celle défendue par la Fondation des Bâtisseurs d’Etoiles.      

 

 

Une structure accueillie en Belgique qui agit en faveur des enfants sans distinction pour que ces derniers puissent bénéficier des meilleurs soins médicaux. Des bambins et adolescents qui sont touchés par la maladie ou le handicap…

En provenance de Tonnerre où il fut accueilli par des membres de l’ancien Lions Club local – un réseau de cœur où l’humanisme est capital -, le marcheur solitaire arriva mardi en fin d’après-midi au terme de sa longue étape de transition, devant le conduire ensuite vers la Nièvre limitrophe, du côté de Chitry-les-Mines. Point de chute : Voutenay-sur-Cure.

 

 

Le coup de pouce de 500 euros des clubs Lions de l’Yonne

 

Conduit en voiture – une fois n’est pas coutume, cela fait aussi du bien de récupérer façon repos du guerrier sur le siège passager confortable d’une marque allemande -, notre singulier randonneur fut accueilli par les représentants de différents Lions Club de la zone départementale du district Centre Est 103, les deux structures auxerroises, Phoenix et Rives de l’Yonne, ainsi que les clubs d’Avallon et de Sens. Dont le président de zone, l’Auxerrois Pierre-Nicolas JOLIOT, très en verve dans ses propos de présentation.

Là, un peu fatigué, mais ravi d’être reçu avec gentillesse et sympathie, Jean-Marie VAN BUTSELE prit la parole quelques instants pour évoquer son périple physique et ses objectifs à atteindre en matière de collecte. L’an passé, sa grande traversée de la France l’avait poussé jusqu’à Monaco où reçu par la famille princière sur le Rocher il repartit avec une somme globale collectée au fil de ses pérégrinations de plus de 26 000 euros ! Encourageant pour la suite de ses projets !

Passionné de spéléologie, le cousin wallon obtint une coup de pouce supplémentaire de 500 euros à l’issue de cette soirée conviviale, où aux côtés des clubs Lions de l’Yonne, Jean-Marie VAN BUTSELE put apprécier la fraternité ambiante autour d’un bon verre de chablis et d’irancy, histoire de mieux s’imprégner des valeurs fortes de l’hospitalité icaunaise ! Promis, il reviendra !

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

« Morts pour la France » ! Devançant de quelques heures la cérémonie permettant aux dépouilles du résistant communiste, Missak MANOUCHIAN et de son épouse Mélinée, d’entrer au Panthéon avec les honneurs élyséens, le troubadour et barde icaunais Gérard-André salua en chanson ce geste ô combien symbolique de la France, expliquant et interprétant le fameux texte signé de la plume de Louis ARAGON aux Auxerrois. Une animation accueillie au pied de la statue de la poétesse, Marie NOEL, dont ARAGON publia un de ses poèmes dans « Les Lettres Françaises »…

 

AUXERRE : Une voix rauque, rocailleuse que l’on entend distinctement à quelques rues de là. Les effets vibratoires de la sonorisation qui amplifient le timbre de voix du plus anarchiste des compositeurs-interprètes, recensés sur notre territoire. Aussi rouge dans ses idées que sa célèbre parure de scène, même si là, elle est improvisée dans la rue, non loin du parvis de l’Hôtel de ville et au pied de la statue d’une Marie NOEL qui fut rebelle, elle aussi en son temps !

Un vent tourbillonnant et glacial à ne pas mettre un chanteur dehors. Aujourd’hui, point de guitare acoustique en guise d’accompagnement. Seul un micro en main, la tenue de scène obligatoire – son aspect rouge et noir servi pour les grandes causes – sa tessiture et sa présence physique qui vire à l’émotionnel.

En ce jour d’accession au Panthéon et à la gloire éternelle de Missak MANOUCHIAN et de son épouse Mélinée – mais aussi en souvenir des vingt-deux de leurs camarades, majoritairement communistes qui furent froidement exécutés il y a quatre-vingts ans de cela au Mont-Valérien -, Gérard-André a décidé de leur rendre hommage. A sa manière. En conteur, puisqu’il va expliquer à qui veut l’entendre – malheureusement devant bien peu de personnes et quasiment aucun représentant de la presse si ce n’est votre serviteur – ce qu’est cette chanson ayant été inspirée par ce drame et cette célèbre affiche rouge qui fut placardée par les Allemands dans tout Paris.

 

 

D’ailleurs, l’interprète brandit un fac-similé de cette fameuse publication où apparaissent les visages, identifiés par leurs noms, des vingt-trois sacrifiés, « morts pour la France ». Toujours fin et subtil dans ses explications, notre saltimbanque, artiste généreux et au grand cœur de « La Closerie », aura taclé avec jubilation les propos annoncés par le matin même sur les ondes de France Inter, où il était question de cette chanson « L’Affiche Rouge », écrite par…Léo FERRE ! N’en déplaise à ce grand poète (et anarchiste) de la chanson hexagonale, Léo aura mis en musique – ce qui n’est pas rien, par ailleurs – le texte à l’estampille de Louis ARAGON. Un texte qui fut distribué par la muse du chanteur, la plus Belge de nos artistes de l’Yonne, Andrée !

Celles et ceux des badauds qui le souhaitaient pouvaient inscrire, au feutre noir – toujours la symbolique des couleurs – sur un calicot quelques mots, dont « morts pour la France »…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il s’en réjouit d’avance. Logique, un tel évènement n’est pas accueilli dans l’Yonne, tous les jours. Pensez donc ! La finale hexagonale du concours du « Meilleur Jeune Boulanger de France » ! Et de surcroît, une épreuve qui sera reçue avec sa vingtaine de compétiteurs dans le saint des saints de l’apprentissage par l’excellence : le CIFA de l’Yonne. Autant dire que le président départemental du Syndicat des Boulangers-Pâtissiers et des Boulangers de l’Yonne, Laurent BISSON, attend cette période avec impatience…

 

AUXERRE : Concocté par la Confédération nationale des Boulangers de France, le concours du « Meilleur Jeune Boulanger » du pays est un rendez-vous qui compte dans la corporation. Un de ces challenges qui permet de rassembler la fine fleur de la filière, catégorie apprentis et alternants, qui auront le cœur à l’ouvrage et la rage de faire le maximum afin de l’emporter. Quatre jours durant, du 18 au 22 novembre, le Centre de formation de l’Yonne, le fameux CIFA qui en a déjà tellement vu au niveau des défis et autres confrontations, sera le point d’ancrage principal de ce double concours en vérité : celui du meilleur spécialiste de la vente en boulangerie et celui du meilleur jeune à la production boulangère.

Précédent d’une semaine la nouvelle édition du challenge culinaire national, le IRON COOK 2024, cher à son créateur, Marcel FONTBONNE, parti aujourd’hui sous d’autres cieux savoyards à profiter d’une retraite amplement méritée, cette épreuve mettant en exergue les fines gâchettes de la boulangerie, catégorie jeunes, devrait réserver quelques agréables moments et de belles surprises.

 

 

On sait déjà que la sélection nationale comprendra une vingtaine de candidats. Quant au dîner de gala, il devrait accueillir plus de trois cents personnes. Ailleurs qu’au restaurant d’application du CIFA, le Com des Chefs, qui ne peut en accueillir autant !

Naturellement, le président de la Confédération nationale de la Boulangerie Dominique ANRACT sera présent lors de la partie officielle de cette manifestation. Logique, il apprécie beaucoup de qui se fait au CIFA de l’Yonne, lui-même ayant des attaches à Villeneuve-sur-Yonne…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Dire qu’il n’y a que des avantages à l’utiliser à bon escient ressemble presque à s’y méprendre à une vérité de La Palice ! Que l’on soit généraliste, parents, patients ayant besoin d’être accompagnés, pharmaciens, infirmiers... : tous ne peuvent que constater les bienfaits émérites du nouvel outil, porté par le ministère de la Santé et de la Prévention : « Mon Espace Santé ». Sauf qu’à date, alors que 95 % des assurés de l’Hexagone disposent déjà d’un profil dédié, seuls 15 % ont réellement activé leur espace personnel en BFC ! Un curieux déficit qui fait l’objet d’un vaste chantier de sensibilisation et de communication auprès de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Yonne.

 

AUXERRE : Comment expliquer ce troublant décalage, à défaut cette sérieuse carence dans l’utilisation de ce nouvel outil, pourtant beaucoup plus approfondi et efficient dans ses performances que ne le fut jadis le fameux « DMP », le dossier médical personnalisé ? Manque d’informations ? Difficultés à la compréhension ? Tendance coutumière à la procrastination, chère aux Français ?!

Toujours est-il que la vulgarisation, voire la démocratisation de ce nouvel et précieux auxiliaire à l’amélioration des soins de nos concitoyens s’inscrit en lettres majuscules chez les responsables de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Yonne (CPAM) qui entendent bien mettre les bouchées doubles en cet an de grâce 2024 pour que les choses changent. De manière positive !

Une récente conférence de presse, concoctée par la direction de la communication de la grande maison l’a attestée, démonstration à l’appui : « Mon Espace Santé » - ce fameux outil numérique que 95 % des assurés hexagonaux possèdent à date – représente une magnifique opportunité de reprendre la main sur sa santé, aux côtés des praticiens et autres professionnels de la filière.

Oui mais voilà, aujourd’hui, ils ne sont que 15 % des habitants assurés de notre contrée, à titre d’exemple, à avoir activé l’outil, un sésame dont on ne peut manifestement plus se passer une fois l’avoir essayé !

 

Un appel solennel aux assurés pour activer leur Espace Santé

 

Le message direct et subliminal de la CPAM de l’Yonne – à l’instar de ses homologues départementaux du reste de la région – est donc clair : il faut rendre actif le système afin de le pérenniser et de l’utiliser.

D’autant que la Bourgogne Franche-Comté est loin d’être ridicule dans l’approche basique de ce concept. Six millions de documents ont déjà été enregistrés par les professionnels de santé sur cet espace, digne héritier et complément du DMP. Ordonnances, résultats d’examens et d’analyses, comptes rendus de radiologie,… : autant d’éléments factuels qui constituent aujourd’hui une importante base informative, consultable si l’assuré le désire par les professionnels des soins via la magie de l’informatique.

Mobilisés pour aller encore plus loin et faire en sorte que ce concept s’harmonise sur notre territoire vers le plus grand nombre de ses habitants, la CPAM, l’Agence régionale de Santé (ARS) et le GRADES (groupement régional d’appui au développement de l’e-santé) lancent un appel solennel à l’ensemble de la patientèle bourguignonne et franc-comtoise à franchir le Rubicon en activant d’un simple clic leur espace personnel !

D’autant que les fonctionnalités proposées par la plateforme témoignent de son  utilité. En parcourant et en alimentant lui-même cet espace sanitaire personnalisé et en le transmettant aux praticiens et aux acteurs de la filière, l’assuré gagne ainsi un précieux temps dans la transmission de ces données médicales, on imagine aisément le degré d’urgence, parfois.

« C’est simple, insiste Thierry GALISOT, directeur adjoint de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Yonne, les patients peuvent consulter, ajouter, organiser leurs documents et informations de santé comme ils le souhaitent, pour ne plus les perdre et les partager avec les professionnels de santé de leur choix et en toute confidentialité… ».

Vu sous cet angle, on n’a toujours du mal à saisir le fait que si peu d’assurés aient validé leur dossier !   

 

Déjà de nouvelles fonctionnalités sont envisagées en 2024…

 

Chez les médecins, l’apport de cet espace est vu d’un très bon œil. Financée dans le cadre du Ségur du numérique, la mise à jour du contenu informatif est fournie aujourd’hui par un praticien sur deux, en règle générale. Cocorico : la Bourgogne Franche-Comté s’en tire plutôt bien, au niveau des statistiques, puisque 60 % des généralistes ont alimenté de leurs renseignements précieux le dossier médical de leur patientèle.

Quant aux informations recueillies, non seulement elles bénéficient d’une sécurisation du système mais en outre, elles permettent de compléter le profil médical (allergies, traitements, contre-indications, poids, taille, groupe sanguin, tension, glycémie…) et de désigner une personne de confiance à prévenir en cas d’urgence.

En sus, il existe également un catalogue de services et d’applications de santé référencé par les services publics. Le concept est même déclinable sur smartphone via une application ad hoc !

Des aides – c’est toujours salvateur pour pouvoir utiliser ces outils numériques ! – sont disponibles avec des questions/réponses sur le site monespacesante.fr, une assistance téléphonique gratuite en composant le 3422 où des conseillers assurent la maintenance du dispositif du lundi au vendredi en journée ou, on n’arrête pas le progrès technologique, via des « tutos vidéo » pour apprendre à activer son espace personnel tout en découvrant l’ensemble des fonctionnalités majeures proposées.

 

 

De nouvelles perspectives se développeront dans les mois à venir. A savoir l’agenda de santé, qui permettra de centraliser en un seul endroit les rendez-vous médicaux et de les partager simplement mais en toute sécurité avec les professionnels de santé. Il est prévu de recevoir à terme des rappels se rapportant à la vaccination et aux dépistages. Notons aussi que la personnalisation sera plus affinée, selon les différentes étapes de la vie, notamment avec le volet des nouveau-nés et des enfants.

Précisions qui revêtent d’une grande importance : hormis les professionnels de santé qui y sont autorisés par la loi et les textes réglementaires, nulle autre personne n’a accès aux données portées dans cet espace personnel du patient. Ni l’Assurance maladie, ni les mutuelles. Toujours sous le sceau du respect du secret médical.

Bon, c’est simple : après une telle démonstration, il ne reste plus qu’à y souscrire de ce pas !

C’est facile, c’est gratuit et ça peut rapporter gros, surtout dans le cadre de ses propres consultations ou interventions médicales. Ne dit-on pas que la santé n’a pas de prix !

 

En savoir plus :

Le site monespacesante.fr ou l’application mobile sont consultables.

Le numéro de téléphone 3422 (service gratuit et prix d’un appel) fonctionne de 08h30 à 17h30 du lundi au vendredi. Pour les personnes sourdes et malentendantes, les conseillers sont joignables par une visioconférence sur la plateforme dédiée aux mêmes jours et horaires.

A voir sur You Tube les tutos vidéo pour activer son espace personnel, compléter et partager son profil médical…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil