Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

L’assureur mutualiste de l’Yonne vient de renouveler ses dirigeants. Du moins, trois d’entre eux. Ces derniers agissent en qualité de présidents parmi l’une des dix caisses locales répertoriées dans le département. Un changement de têtes, on ne peut plus logique en somme, car parfois la limite d’âge, 65 ans, rattrape les sociétaires ayant goûté avec célérité à la prise de responsabilités. Auxerre, Avallon et Pont-sur-Yonne accueillent ces nouveaux visages pour un mandat d’un an, reconductible après une assemblée générale…

 

AUXERRE : Du sang neuf, au sein du groupe assurantiel et de prévoyance de l’Yonne ! Pour y occuper l’une des fonctions essentielles de l’organigramme décisionnel de l’assureur mutualiste, à savoir le poste de président de caisse locale. Un rôle qui est éminemment stratégique et très représentatif en termes de communication, parfois même auprès des médias !

Ce fut le cas il y a quelques jours au siège social de GROUPAMA Paris Val-de-Loire en terre icaunaise avec la présentation officielle de ces heureux élus, et fiers de l’être, ayant pris leurs nouvelles fonctions à l’issue des assemblées générales des caisses locales se déroulant en mai dernier.

 

La volonté et la compétence du candidat bien avant la parité…

 

Trois nouveaux visages ou presque puisque l’un d’entre eux nous est particulièrement connu, celui de la dynamique et toujours souriante Ghislaine MOREAU que bon nombre de nos lecteurs connaissent bien, en sa qualité de présidente du Conseil des prud’hommes de l’Yonne, représentante de la CPME, la Confédération des petites et moyennes entreprises de l’Yonne et cheffe d’entreprise qui a su imposer sa griffe aux côtés de son conjoint, Franck GLAVIEUX, dans le monde de l’immobilier.

Un mandat supplémentaire pour cette hyper active de l’investissement, administratrice de la caisse locale d’Auxerre depuis maintenant six ans. Ghislaine MOREAU succède ainsi au viticulteur Julien ESCLAVY et entend bien apporter une impulsion à son mandat, en étant à l’écoute des sociétaires du groupe assurantiel.

La nomination de l’entrepreneuse à la tête de la caisse locale auxerroise n’est pas une surprise en soi, connaissant son degré d’implication dans la vie sociétale. Une ouverture de la parité au sein de GROUPAMA ? « Pas vraiment, rétorque Pascal MAUPOIS, président de la Fédération des caisses locales icaunaises, ce qui prime avant tout, ce sont la volonté du candidat et les compétences dans cette mission qui permet à l’élu de s’engager, de participer à la vie de l’entreprise… ».

   

Renforcer les liens territoriaux sur un secteur agricole…

 

Rien que sur le secteur auxerrois, le nombre de sociétaires qui s’investissent et suivent de près les activités de GROUPAMA s’élève à 5 647 personnes. Celui de l’Avallonnais en compte 2 963.

Quant à Pont-sur-Yonne, troisième caisse locale du jour à être placée sous le feu nourri des projecteurs, on en comptabilise 2 052. Pour être élu à la présidence d’une caisse locale, il faut avoir rejoint le corps des douze administrateurs au moins depuis douze mois et faire acte, ensuite, de candidature.

C’est le cas, manifestement, de Guillaume GALLOT. Une décennie après avoir intégré le conseil d’administration de la caisse locale de Pont-sur-Yonne, l’artisan maçon de Pont-sur-Yonne a pu s’installer dans le fauteuil présidentiel, avec un regard expert sur la fonction.

Pour lui, c’est sûr : assumer la présidence, c’est aussi avoir une vision stratégique sur ce secteur géographique de l’Yonne, aux connotations agricoles. « Je souhaite renforcer les liens territoriaux qui ont été mis à mal avec la période sanitaire délicate que nous avons traversée, explique-t-il, cette idée de mon action m’intéresse au plus niveau… ».

 

Appliquer les principes vertueux du mutualisme…

 

Plus discret – il est aujourd’hui retraité de la restauration – Jean-Paul BIERRY justifie son engagement par l’intérêt qu’il a accordé à titre personnel à cette mission sociétale que représentait pour lui son appartenance au conseil d’administration de la caisse locale d’Avallon. Une mission entamée depuis 2019.

« J’ai été élu vice-président de la caisse, souligne-t-il, j’ai apprécié le dynamisme de l’équipe locale… ».

On connaît la suite : Jean-Paul BIERRY, soucieux de s’appliquer à lui-même les principes vertueux du mutualisme (l’entraide, la solidarité, le relationnel, la proximité) n’aura pas hésité un instant avant de prétendre pouvoir jouer les premiers rôles lors de l’assemblée générale de sa caisse locale. Il a succédé à Laurence KOVAK et se satisfait de sa nouvelle situation.

Bref, trois nouveaux venus dans la sphère décisionnelle de GROUPAMA fiers d’être là…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Un temps à ne pas mettre un préfet dehors. Ni un journaliste, d’ailleurs ! De sombres nuages barraient l’horizon, au-dessus de la Puisaye et de la Nièvre lointaines, vu depuis Auxerre. Il n’en fallait pas davantage pour comprendre que tôt ou tard un violent orage allait s’abattre sur…Mézilles, théâtre de la visite préfectorale du jour, consacrée à un contrôle du respect des restrictions des usages de l’eau sur le territoire de l’Yonne. Un comble alors que de grosses gouttes devaient copieusement arrosées les participants !

 

MEZILLES : Le soleil auxerrois a laissé la place à de lourds nuages noirs du côté de la Puisaye ! Pas sûr que les conditions météo, jusque-là favorables, ne se gâtent point d’ici la fin de l’après-midi. Invité surprise de la visite du représentant de l’Etat en terre de Puisaye, l’orage, menaçant, ne devrait pas tarder à se manifester.

Prévu initialement à 17h45, près du petit cimetière de la commune dirigée par Michel CARRE, le rendez-vous proposé par les services de la préfecture en pleine campagne s’en trouve quelque peu perturbé.

Près du point de ralliement, on ne voit alors que parapluies et coiffes pour tenter de se protéger des gouttes drues qui tombent en forte averse. Une atmosphère vivifiante qui ne semble pas affectée, outre mesure, le préfet de l’Yonne Pascal JAN, qui tout sourire, est en grande discussion avec les représentants de l’OFB, l’Office Français de la Biodiversité et ceux de la Direction départementale des Territoires (DDT) en mission de contrôle.

 

 

Un arrêté préfectoral en application depuis le 03 juillet…

 

Prévoyant, Monsieur le Préfet ? Pour sûr ! La petite pochette dépassant de sa veste grise, assortie à l’unisson avec sa chemise bleu outremer, confère une parfaite note d’élégance dans le « dress-code » du haut-fonctionnaire. Toutefois, celui-ci a pris soin de chausser des bottes qui lui permettront de s’aventurer sans crainte dans les prés alentours encore imperméables à l’eau de pluie. Des bottes qui ne quittent jamais le coffre de son véhicule.

« Dès le premier jour de ma prise de fonction (avril 2022), je me suis rendu auprès des viticulteurs de Chablis qui avaient subi les affres du gel, confie-t-il, il a fallu que je m’équipe pour aller au plus près du terrain… ».

Une anticipation très avisée que la secrétaire générale de la préfecture, Pauline GIRARDOT, devait appliquer pour les mêmes circonstances !

Mais, cette fois-ci, ce n’est pas des dégâts provoqués par le gel dont allait parler le préfet de l’Yonne. Plutôt de sécheresse – une blague après l’arrosage en règle des participants de ce point presse ! – et du respect des restrictions de l’eau sur le territoire. Un arrêté préfectoral, datant du 28 juin, est entré en vigueur à compter du 03 juillet.

« La situation de sécheresse continue à se dégrader, explique le résident de l’hôtel de la préfecture, il a fallu renforcer les mesures de restriction d’usage de l’eau sur certains secteurs du département… ».

 

 

Contrôle des installations pour prévenir les actes de malveillance…

 

En outre, plusieurs bassins voient leur alerte sécheresse renforcée en complément des restrictions prises le 13 juin dernier. C’est le cas de l’Armançon amont, du Serein, du Cousin, du Tholon, de l’Yonne moyenne et de la Cure.

Des mesures restrictives qui induisent nécessairement un certain nombre de vérifications, assurées par les services de l’OFB, l’Office Français de la Biodiversité et de la Direction Départementale des Territoires (DDT).

Comme le rappela Pascal JAN à l’issue de cette inspection quelque peu humide.

« L’objectif était de contrôler cet ouvrage hydro et puis d’en vérifier les vannes. D’évoquer aussi les conséquences d’un non-respect des normes, ce qui n’est pas le cas ici, devait-il préciser, mais aussi d’observer s’il n’y a pas d’actes malveillants sur ces ouvrages – une énorme pierre en obstruait précisément le débit de l’eau – qui pourraient engendrés des conséquences sur la biodiversité, les poissons, etc. ».

 

 

Au-delà de la vérification minutieuse de ces différentes structures qui facilitent la bonne régulation des cours d’eau – ce qui a été réalisé à Mézilles est en tout point remarquable pour bien alimenter le bief -, c’est également une manière de placer sous le feu des projecteurs les fonctionnaires de l’Office Français de la Biodiversité, méconnus du grand public alors que leurs actions sont essentielles sur le terrain.

Le préfet de l’Yonne dont le credo sur ce sujet n’est autre que la sobriété souhaitait également sensibiliser par cette action et par le relais qu’en feront les médias qui étaient représentés ce jour sur l’importance de l’eau. « Elle ne sert pas simplement à nous abreuver, ajoute-il, mais il faut respecter sa quantité et son implication au niveau de la biodiversité… ».

 

 

 

S’approprier les comportements autour de la sobriété…

 

Quant aux nappes phréatiques, de l’aveu même de Pascal JAN, elles se situent encore à des niveaux inférieurs malgré les orages fréquents de cette fin de printemps/début de l’été. « C’est plutôt préoccupant, lâche-t-il soucieux. Ce n’est pas parce qu’il pleut, même abondamment, que la sécheresse prend fin. Ce contexte délicat, nous le vivons depuis le mois de mars. J’en veux pour preuve le premier arrêté préfectoral qui date du 10 mars 2023 ! Cela doit conduire chacun d’entre nous à avoir des comportements, sans instruction particulière, à optimiser des gestes de sobriété… ».

Et Pascal JAN de citer qu’un lavage de dents ne s’effectue pas en laissant le robinet qui coule, que les douches de courte durée (plus toniques !) sont à privilégier au détriment de la relaxation procurée par un bain, quant à l’arrosage des plantes, légumes et fruits, il n’est pas interdit mais il est recommandé de le pratiquer à certaines heures de la journée, en particulier tôt le matin ou en soirée. La population doit s’approprier les comportements responsables car malheureusement, ces situations risquent de perdurer très longtemps compte tenu de la courbe progressive du réchauffement climatique. Un message très clair et aussi limpide que l’eau pure de la rivière qui coule à Mézilles…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

L’impensable. Comme une traînée de poudre qui s’est étendue à la plupart des villes de notre département. Quatre nuits de violences, de haine et de dégradations, juste pour le plaisir de tout détruire et de nuire à autrui. C’est-à-dire aux citoyens que nous sommes tous. Avec ses conséquences humaines, établies par la préfecture de l’Yonne qui en trace déjà un premier bilan : cinq blessés parmi les forces de l’ordre dont un policier municipal et une dizaine d’interpellations, parmi les fauteurs de troubles. Sera-ce suffisant, enfin, pour ramener le calme dans l’Yonne ?

 

AUXERRE : Moins d’une dizaine de feux de poubelles ont été constatés au cours de ces dernières heures par les services préfectoraux de l’Yonne. Après trois nuits marquées par des violences et dégradations, parfois extrêmes, observées dans plusieurs villes de notre territoire, le retour au calme semble s’amorcer, au vu du bilan de la nuit dernière, celle de samedi à dimanche. Un calme en apparence, annonciateur d’une nouvelle poussée de fièvre ces jours prochains ? Peut-être ou peut-être pas.

Côté bilan, on déplore déjà cinq blessés parmi les forces de l’ordre qui sont intervenues sur les différents lieux de ces incidents. Du côté des fauteurs de troubles, une dizaine d’interpellations ont été procédées : remettront-elles un peu de plomb dans les têtes de ces jeunes écervelés qui ont pris un malin plaisir à tout casser pour le seul plaisir de détruire ?

 

A l’heure des premiers bilans, c’est déjà édifiant…

 

Le bilan global est édifiant. La préfecture a fait les comptes en ce jour dominical : une quinzaine de commerces saccagés à Auxerre, Migennes, Sens, Saint-Florentin avec la destruction du magasin de bricolage « WELDOM ». A Sens, dans le quartier des Champs-Plaisants, c’est le centre d’action social qui est parti en fumée à la suite d’un incendie. Une structure, estimée à 3 millions d’euros de budget à sa construction, selon les premiers commentaires.

Quant aux commissariats de police et aux brigades de gendarmerie, ils n’auront pas été épargnés par cette jeunesse hostile à l’ordre public qui n’a pas hésité à lancer des engins d’artifice sur les bâtiments, aussi bien à Joigny, qu’à Migennes, à Tonnerre ou à Sens.

Les particuliers, eux, ont eu à subir la destruction d’une vingtaine de véhicules personnels qui étaient stationnés au mauvais endroit. Les carcasses calcinées de deux bus traduisent le degré de violence de ces émeutes sans pareil, vécues dans le département depuis des lustres. Soixante-quinze feux de poubelles auront nécessité les sorties des sapeurs-pompiers du SDIS 89.

 

 

 

Les représentants de l’Etat se mobilisent sur le terrain…

 

Mobilisé dès les premiers mouvements de foule, le préfet de l’Yonne Pascal JAN s’est rendu, aux côtés de Paul-Antoine de CARVILLE, le maire de Sens, dans le quartier des Champs-Plaisants afin de témoigner de sa reconnaissance aux policiers nationaux et municipaux ainsi qu’aux sapeurs-pompiers qui ont fait face avec courage et pugnacité à un niveau de violence de forte intensité.

En parallèle, Pauline GIRARDOT, secrétaire générale de la préfecture a pu échanger avec les commerçants auxerrois du quartier Rive droite – elle était accompagnée de Crescent MARAULT, l’édile d’Auxerre – qui ont subi de sérieux dégâts dans leurs boutiques.

Un déplacement qu’elle poursuivra à Saint-Florentin, sur les lieux du sinistre du magasin « WELDOM » en compagnie du maire Yves DELOT, puis à Migennes aux côtés de François BOUCHER pour constater les dégâts subis par les commerçants du centre-ville et la municipalité. A chaque fois, elle réitèrera ses remerciements aux soldats du feu et aux représentants des forces de l’ordre, engagés dans des conditions particulièrement difficiles sur le terrain.

Signalons, pour être tout à fait complet sur ce dossier, que Rachid KACI, sous-préfet de Sens et Naïma RAMALINGOM, sous-préfète d’Avallon, se sont rendus respectivement à la brigade de gendarmerie de Joigny et à celle de Tonnerre en soutien aux élus respectifs et aux forces de l’ordre ayant subi ces attaques.

Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour les choses s’améliorent en cette fin de week-end et que le calme reprenne enfin ses droits…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Cette fois, ça y est ! Le souffle immémorial de l’olympisme, évènement sportif universel et séculaire, s’engouffre de toutes ses forces sur le territoire de l’Yonne. A douze mois de la cérémonie d’ouverture, accueillie à Paris ! Sept de nos villes ont été retenues par le Comité d’organisation national afin de recevoir comme il se doit le fameux Relais de la Flamme. Sept villes qui resteront ainsi gravées dans le marbre de ce rendez-vous exceptionnel…

 

AUXERRE : A la lecture de cette liste, on ne relève pas de réelle surprise. Avallon, Chablis, Migennes, Saint-Fargeau, Sens, Vézelay et Auxerre vont entrer ainsi dans la légende de l’olympisme et du sport hexagonal, accueillant à l’été 2024 la célèbre flamme, allumée quelques semaines auparavant en terre grecque, à Olympie, la cité antique où sont nées les premiers Jeux, synonyme de trêve et de paix.

Peut-être manquera-t-il quelques agglomérations de plus (Toucy, Tonnerre, Joigny, etc…) pour que la fête fusse complète ?

Quoiqu’il en soit, le Relais de la Flamme mettra en lumière la beauté et la diversité du territoire de l’Yonne durant cette traversée épique, prétexte à mettre en exergue les panoramas et la richesse culture de notre patrimoine.

 

 

Officiellement, la flamme (elle va parcourir des milliers de kilomètres à travers l’Hexagone en visitant plus de 400 villes) arrivera en terre de l’Yonne le 11 juillet. Soixante-huit jours de pérégrination dans tout le pays, avant d’arriver dans sa 53ème étape, le département le plus septentrional de la Bourgogne, et de remonter vers la capitale tricolore.

On nous promet une fête du sport in extenso pendant plus de deux mois – la flamme débarquera en France dans le port de Marseille à bord du célèbre trois-mâts, le navire-école, « Le Bélem » - il appartient toujours à la Caisse d’Epargne – le 08 mai – et davantage encore dès que les Jeux de Paris seront proclamés ouverts.

L’Yonne, avec fierté, est désormais à l’heure des Jeux. Qu’on se le dise !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Si elle n’existait pas, il serait impérieux de la créer, la structure associative répondant à l’appellation significative de « TRIODARTS » ! Une entité polymorphe dans ses orientations culturelles, multiples et variées, selon les appétences de sa responsable, une Nadia FENNIRI, toujours en quête de talents nouveaux et confirmés pour faire vivre la scène artistique dans ce secteur excentré, coincé entre Canal du Nivernais et Yonne. On s’en est aperçu ce dimanche encore avec le triomphe fait à l’humoriste Alexandre PESLE…

 

CHATEL-CENSOIR : La salle des fêtes locale ne paie peut-être pas de mine, vue de l’extérieur, mais qu’importe le contenant ! C’est surtout le contenu qui primait en cette très chaude journée dominicale, mettant en vedette la réception sur l’estrade de ce bâtiment un peu daté du comédien et humoriste, Alexandre PESLE (les NULS, les « Guignols de l’Info »), en représentation unique dans l’Yonne pour son « Pesle tacle » !

Le mérite en revient à une structure associative dite de proximité : « TRIODARTS ». Elle ne fut pas seule à accomplir ce prodige, faire venir une pointure de l’humour national en zone rurale. La municipalité a soutenu l’initiative de même que certains acteurs économiques du cru. Grand bien leur fasse ! La salle des fêtes était comble ; les spectateurs de ce one-man-show de bel aloi n’ont nullement regretté leur déplacement ; quant au contact avec l’artiste, il fut généreux et convivial à l’issue de cette prestation scénique d’une performance solide.

 

 

Un succès de plus à l'actif de TRIODARTS…

 

Au terme de ce show (chaud car l’artiste ruisselait à grosses gouttes après plus de cent-vingt minutes sur scène à se démener comme un beau diable et un trublion du verbe !), le public put disserter librement, le verre à la main, avec l’auteur de ces scénettes d’une franche véracité (parfois férocité). Se moquant de situations les plus cocasses qui forgent notre société.

Au four et au moulin, Nadia FENNIRI en profita pour présenter à l’assistance David BONHOMME,  président d’honneur de TRIODARTS ; ce dernier prit la parole afin de remercier l’ensemble des spectateurs venus des quatre horizons du département pour assister à cette représentation unique, servant de clôture au Festival de l’Humour en zone rurale, dont on célébrait la seconde édition. La première avait pour parrain l’année dernière SMAIN.

La séquence d’affiches dédicacées par l’artiste s’organisa à l’intérieur de la salle des fêtes : le soleil dardait trop fort de ses rayons ce milieu d’après-midi dominical qui restera dans les annales pour la structure, prête à vivre de nouvelles aventures culturelles…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil