Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

La sortie du palmarès étoilé « Michelin », puis de sa version papier en librairie, constitue chaque année un marqueur de l'actualité gourmande. Bien sûr, ce « jeune homme » de 123 ans que l’on peut trouver parfois un peu trop ou pas assez en matière d'avis, reste une référence à laquelle votre serviteur n'échappe pas d'ailleurs ! La version papier, après quelques errements passés, semble avoir enfin retrouvé quelques-uns de ses fondamentaux…

 

TRIBUNE: Une couverture rigide, un référencement alphabétique des localités, en lieu et place d’un ridicule classement régional ainsi que des hôtels, supprimés en 2022 (on se demande bien pourquoi ?!) : si « Bibendum » veut avoir l'air d’être dans le vent, il ne doit pas cependant négliger les basiques du succès qu'il constitua jadis avec soin d'ailleurs !

Un petit bémol pourtant : la catégorie « Bib gourmand » apparaît désormais sans limite tarifaire. Celle-ci constituait depuis 1997 (date de la création de cette catégorie) un marqueur aussi net que  précis : tel prix pratiqué en province, un peu plus cher à Paris.

Qu’en est-il de cette édition 2023 pour le département de l’Yonne ? C’est le statu quo. L’Yonne est à marée basse avec seulement deux « Bibs gourmands », accordés aux « Chenets » à Valloux et aux « Trois Bourgeons » à 

Chablis. Alors qu’il y en eut jusqu’à six, voilà peu ! Comment comprendre l'absence de cette distinction pour la bonne cuisine servie au « Rive Gauche » de Joigny ?

Du côté des tables étoilées départementales, elles sont au nombre de trois : « La Madeleine » à Sens, « Le Château du Vault-de-Lugny » ainsi que « La Côte Saint-Jacques » à Joigny. Cette dernière laisse désormais apparaître le nom prometteur du jeune neveu de Jean-Michel LORAIN, Alexandre BONDOUX, agir aux côtés de son auguste oncle, y constituant ainsi la quatrième génération de cette saga familiale. 

 

 

L’Yonne évolue en seconde division par sa présence culinaire…

 

Une nouveauté est à signaler : le référencement du « Noyo » à Auxerre. Cela avait été annoncé dans nos colonnes voici quelques semaines. C'est indéniable,  l'Yonne mériterait un peu mieux en termes de présence...

Difficile cependant de rivaliser avec des départements comme la Vendée, le Vaucluse, le Var, les deux Savoie, le Rhône, l'Alsace, les Pyrénées-Atlantiques, le Nord - eh oui ! - le Morbihan, le Maine-et-Loire, la Loire-Atlantique, la Loire, le Loir-et-Cher, l'Indre-et-Loire, l'Ille-et-Vilaine, l'Hérault, la Gironde évidemment, le Finistère, la Dordogne, la Charente-Maritime, le Calvados, les Bouches-du-Rhône ou encore les Alpes-Maritimes.

Ces départements constituent une sorte de « Ligue 1 » touristique, et nous ne sommes qu’en division inférieure avec seulement quinze adresses référencées. La Nièvre pointe, quant à elle, parmi les derniers du peloton avec cinq établissements…

 

 

 

Pas grand-chose à se mettre sous la dent en Bourgogne, côté nouveautés !


On peut penser aussi que nos dirigeants départementaux et autres collectivités pourraient impulser quelque chose en la matière, en essayant d'accueillir de jeunes talents culinaires et faciliter ainsi leur installation grâce à des aides. Que sais-je ?

Reconnaissons que cela ne semble pas à l'ordre du jour ! Même le magazine d'informations du Département a supprimé la petite chronique des tables locales, c'est dire !
Peu de nouveautés en Bourgogne, sauf en Côte d'Or où deux tables « bobos » dijonnaises émergent, une table au cœur du joli vignoble de Saint-Aubin, une auberge dans la belle bourgade de Semur-en-Auxois et aussi  « L'Auberge de Guillaume », sise à Vandenesse-en-Auxois. Le truculent chef MOF qui la dirige méritera sûrement notre attention gourmande l'année durant, avant le Michelin 2024 !

Le guide adore être là où on ne l'attend pas forcément. Là est aussi sa force !

 

 

Si deux étoiles étaient vaguement attendues dans la verdoyante Saône-et-Loire, il faut reconnaître qu'on les voyait attribuer ailleurs qu'à « L'Amaryllis », sise  à Saint-Rémy, au sud de Chalon-sur-Saône.

Après Sennecey-le-Grand, le chef Cédric BURTIN s'est établi dans ce paisible moulin, voilà une douzaine d'années. Ce cuisinier au fort joli parcours (il a été formé par le formidable Daniel DOUCET à Charolles, puis par Pierre ORSI à Lyon, enfin par Paul BOCUSE par la suite...) est valorisé par le « Michelin » pour sa cuisine sublime et ses sauces superbes.

Nous vous y emmènerons un de ces jours prochains, d'autant que le service y est décrit comme impeccable. Bravo à ce chef quarantenaire et sa brigade ! La Bourgogne compte désormais vingt-trois tables possédant une étoile, cinq tables aux deux étoiles (l'une devrait fermer néanmoins en cours d'année à Saint-Amour...) et une table trois étoiles à Chagny (« Chez Lameloise »).



Gauthier PAJONA

 

Dans la seconde partie de cette rubrique à paraître, gros plan sur le nouveau triple étoilé de cette édition, « La Marine », sur l’île de Noirmoutier…

 

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

« Quand deux préfets se rencontrent, qu’est-ce qu’ils se racontent ? » ! Le prétexte sémantique à cette visite du haut fonctionnaire de l’Etat en terre icaunaise, lundi après-midi à Auxerre, aurait pu inspirer cette phrase introductive, digne des virevoltants chansonniers de « La Revue de Presse », incontournable émission du paysage audiovisuel national que les seuls initiés – et bénéficiaires – de la chaîne « Paris Première » peuvent écouter à loisir ! Plus sérieusement, la venue de Franck ROBINE, préfet de Région, permettra de faire un point d’étapes sur les grands dossiers de l’Yonne suivis par l’Etat…

 

AUXERRE: Le 09 novembre dernier, une date forte en symbole pour les fidèles (ils sont toujours légion dans l’Hexagone) se réclamant encore de l’idéologie politique de feu le Général de GAULLE décédé à l’automne 1970, le nouveau préfet de Région, Franck ROBINE, effectuait son premier déplacement dans la zone la plus septentrionale de son territoire : le département de l’Yonne.

Un secteur dont il connaissait évidemment les grandes caractéristiques informatives, comme tout à chacun à la façon de cartes postales évidentes, entre Chablis et ses nectars à l’universalisme affirmé, Auxerre et son mythique club de football le plus souvent associé à la presque légendaire silhouette de son ancien entraîneur, Guy ROUX et Vézelay, dite la « Colline éternelle » sublimée par l’édification au Moyen-Age de sa célèbre basilique romane en souvenir de Marie-Madeleine, reconnue depuis par l’UNESCO.

Ce jour-là, le successeur de Fabien SUDRY, accompagné du  préfet de l’Yonne Pascal JAN, avait pris soin de s’immerger en profondeur parmi les dossiers importants dans lesquels l’Etat régional et l’Etat départemental sont investis, entre Auxerre, capitale du territoire à découvrir, et Vézelay où la délégation était accueillie par le maire de la localité, Hubert BARBIEUX.

 

 

L’Yonne et son fort potentiel d’attractivité économique et touristique…

 

On peut citer, pêle-mêle, l’évolution architecturale du quartier de Sainte-Geneviève avec l’ANRU, la rénovation du quartier du Batardeau sur les quais de l’Yonne, la station hydrogène implantée non loin de la pépinière d’entreprises de la CCI, l’Opération Grand Site (OGS) de Vézelay et sa mise en application, etc.

Lundi 13 mars, le préfet de Région Franck ROBINE – il s’en entretiendra par ailleurs face à la presse en début d’après-midi à la préfecture – dressera un état des lieux précis sur ces différents projets en les réactualisant quatre mois après son dernier déplacement.

Lui qui avait reconnu lors de sa précédente visite le fort potentiel de ce territoire en termes d’attractivité tant économique que touristique avait promis de revenir sous peu. Cette deuxième immersion concrétise ainsi la promesse faite d’alors !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Les pages de la plaquette se tournent à la simple pression de son index. Le résultat lui procure un petit sourire de contentement. L’ensemble se veut qualitatif et le bilan de l’année écoulée, résumé en une douzaine de feuillets que contient ce fascicule, est à la hauteur de ses espérances. Avec sa double casquette de trésorier (Yonne Développement) et président (Yonne Equipement), le Conseiller départemental François BOUCHER sait apprécier ce qu’il a sous les yeux. Un vadémécum satisfaisant dont peuvent être fiers les Icaunais…

 

MIGENNES: Il y croit dur comme fer. Il aurait tort de s’en priver ! Outil à forte potentialité d’attractivité économique pour notre territoire, le binôme Yonne Développement/Yonne Equipement vient de dévoiler sa plaquette institutionnelle, présentant ses excellents résultats obtenus sur l’année 2022. En qualité de président de la SEM (Société anonyme d’Economie Mixte) Yonne Equipement, l’édile de Migennes, François BOUCHER prend un peu de son timing très serré pour évoquer cette belle réussite du développement économique décliné sur notre département. Un concept qui fait équipe en toute logique avec l’association Yonne Développement dont il gère la trésorerie.

L’élu s’exprime, en résumant d’un trait pédagogique la genèse de ce dispositif d’accompagnement de projets immobiliers, qualifié par ses soins de « sur mesure », au bénéfice des porteurs de projets et entrepreneurs de tout horizon désireux de s’implanter en Bourgogne septentrionale.

« Le concept a pour vocation de construire des bâtiments ou de rénover des édifices existants afin de répondre aux besoins des chefs d’entreprises, souligne-t-il, dans un souci d’aménagement territorial qui ne peut être que profitable à notre département ».

 

Un binôme efficace et très complémentaire au service du territoire…

 

Visiblement, François BOUCHER se sent très investi par cette mission éco citoyenne. En qualité de « président bénévole », insiste-t-il le sourire aux lèvres.

« Vous savez, avec ce type de structure, on ne demande pas de dividendes sur les parts des actionnaires – 74,6 % d’entre eux sont issus du public et le reliquat provient du privé -. Tout est réinjecté dans les projets, nombreux, que nous engrangeons… ».

Parmi ces actionnaires de poids qui soutiennent la prolifique démarche favorable à l’attractivité économique : citons la Caisse d’Epargne, la Banque des Territoires, le Crédit Agricole, la Banque Populaire, la Région, le Département, de multiples EPCI, EDF, etc.

« Ce que j’apprécie dans ce mode de fonctionnement, poursuit le président de la Communauté de communes du Migennois, c’est cette dualité entre Yonne Développement qui détecte en amont les besoins entrepreneuriaux des dirigeants économiques en prodiguant ses conseils pertinents et Yonne Equipement qui s’attache à trouver les solutions adéquates dans leurs réalisations par le biais du foncier et de l’équipement infrastructurel à financer. C’est une vraie complémentarité au service de notre territoire… ».

 

Les friches industrielles et leur réhabilitation : une manne à exploiter…

 

Une stratégie qui s’avère payante à tous les étages et qui ne se cantonne pas aux seules limites de la terre icaunaise ! Bien au contraire, les cinq collaborateurs de ce binôme si spécifique, placés sous la houlette managériale de leur directrice, Clarisse MARTIN, multiplient les déplacements hors de nos frontières départementales, afin de se faire le relais utile lors de salons et autres événementiels de toutes ces initiatives, pavés de bonnes intentions.

Ce dispositif fer de lance pour le département de l’Yonne se promeut au quotidien en multipliant les salons et autres évènementiels nationaux afin d’attirer de nouvelles entreprises sur le territoire.

« On s’aperçoit, précise François BOUCHER, qu’il est nécessaire de se spécialiser dans la réhabilitation des friches industrielles. Nous le faisons depuis l’année dernière et cela est très vertueux au niveau économique afin de pouvoir bénéficier des aides de l’Etat. Redonner vie à un vieux bâtiment permet d’économiser du budget et de modérer les loyers des entrepreneurs… ».

Par chance, l’Yonne dispose de belles réserves foncières de ce type que compte bien exploiter à bon escient la SEM Yonne Equipement. Une réhabilitation de vieux bâtiments qui devient prioritaire compte tenu des contraintes inhérentes à la loi ZAN (Zéro Artificialisation Nette) et sa réduction drastique des surfaces constructibles pour les collectivités à l’avenir.

 

 

Une présence au SIMI 2023 à Paris déjà confirmée…

 

Parmi les autres avantages dont sont bénéficiaires les entrepreneurs : la possibilité de choisir son futur lieu d’implantation. « On peut présenter de trois à quatre sites différents, ajoute le président de la SEM, en prenant en compte des critères de sélection qui englobent le bassin de vie, les aspects routiers et les voies de circulation, l’accessibilité. Et puis, un autre aspect proposé par la SEM c’est de n’avoir aucun endettement sur la partie immobilière – les charges locatives – et de profiter de l’obtention de prêts, de la gestion des sinistres et de la possibilité d’acquisition du bâtiment grâce à une option d’achat… ».

Autant d’arguments qui font tilt dans les oreilles grandes ouvertes des néo-investisseurs intéressés par une implantation dans l’Yonne.

En 2023, le binôme institutionnel va poursuivre ses phases de prospection auprès des entreprises tout en veillant à répondre avantageusement aux attentes des décideurs économiques avec l’offre immobilière. L’organisme a d’ores et déjà biffé sur son agenda sa présence au SIMI 2023 (Salon de l’Immobilier d’Entreprise), programmé du 12 au 14 décembre prochain à Paris.

Mais, le côté lyonnais intéresse aussi le président BOUCHER. « On ne joue pas assez cette carte de visite vers l’axe méridional de l’Yonne pour nous promouvoir, explique-t-il, nous allons y remédier à l’avenir… ».

D’autres idées germent dans sa tête. L’accentuation de la stratégie digitale, le renforcement de la communication, la valorisation positive de notre département.

« La bonne tenue de la SEM Yonne Equipement est un baromètre positif pour le territoire icaunais, conclut-il, notre processus de fonctionnement est validé grâce à la certification Iso 9001, gage de qualité…c’est primordial ! ».

Les chiffres, quant à eux, plaident en faveur de l’organisme. En l’espace de deux décennies, il se sera édifié plus de 85 bâtiments sous l’égide de ce tandem Yonne Développement/Yonne Equipement que beaucoup de territoires nous envient. Soit 80 millions d'euros en investissement pour 150 000 mètres carrés de bâtiments construits ! 

Un cocorico synonyme de succès, tout à la gloire de l’Yonne…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Ils ne sont pas légion à la recevoir et cela reste un honneur qui sied bien à l’ancien patron du SDIS 89, le colonel Jérôme COSTE. Déjà titulaire de l’Ordre national du Mérite, le « soldat du feu », aujourd’hui retraité, a été fait chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur. Une distinction qui couronne toute une carrière au sein des sapeurs-pompiers, faite d’engagements et dévouement au service d’autrui. La cérémonie s’est déroulée en présence d’anciens collègues et amis ayant jalonné quarante ans durant, sa vie professionnelle au fil des différentes affectations.

 

ESCOLIVES-SAINTE-CAMILLE : Pour ses détracteurs, ce n’est qu’un « hochet de la République » épinglé à tort et à travers en retour de services rendus, là où ses thuriféraires y voient la plus haute décoration honorifique existante à ce jour, avec pour seul critère d’obtention, le mérite. Notamment par le biais d’activités au bénéfice de l’intérêt général et de la Nation exercées pendant au moins deux décennies. Une définition en symbiose avec le parcours de celui qui débuta sa carrière le 26 janvier 1981, jour de ses seize ans, en intégrant les rangs des sapeurs-pompiers volontaires d’Avallon, sa ville natale. Avant de la refermer le 30 mars 2022 avec le grade de colonel en qualité de directeur du Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS). La passion chevillée au corps « des camions rouges, des deux tons et de l’odeur du cuir dans les vestiaires », avec le bonheur d’en avoir fait un métier.

 

La para-médicalisation des secours par les pompiers est à conforter…

 

Dans son allocution, Jérôme COSTE est revenu sur les étapes de sa carrière, dédiant chaque élément de sa médaille aux différentes compagnies l’ayant accueilli successivement, au premier rang desquelles, les sapeurs-pompiers d’Avallon, « c’est à vous mes formateurs, vous mes copains d’alors, que revient le premier rayon de l’étoile de cette médaille ».

De son séjour ultérieur en Seine-et-Marne dans les années 90, où il put bénéficier d’un dispositif de formation continue sans pareil, l’ancien soldat du feu se souvient d’avoir été dès cette époque, « persuadé que la para-médicalisation des secours par les infirmiers sapeurs-pompiers était une voie d’avenir et alors que la pénurie médicale ne cesse de s’accroître sur notre territoire, leur place reste encore à conforter… ».

 

 

« Un monde consumériste plus prompt à revendiquer la paresse que le travail… »…

 

Suivront un premier commandement en qualité de chef de corps dans l’Ain et la découverte du réseau associatif, « ciment entre les hommes et véritable richesse du monde pompier », auxquels succédera pendant plus d’une décennie, une parenthèse jurassienne où il put mesurer l’importance de la fracture territoriale entre zones urbaines et territoires ruraux, d’où ce coup de griffe dans le discours : « à court terme, la distribution des secours dans les départements à dominante rurale est clairement menacée. Dit autrement, c’est une utopie et j’ose même dire que c’est une faute, que de voir appliquées des règles homogènes à des territoires dont les caractéristiques sont hétérogènes… ».

A l’heure où le volontariat est en berne un peu partout, y compris chez les sapeurs-pompiers, le discours du colonel COSTE résonne douloureusement : « c’est le socle sur lequel repose notre modèle d’organisation de la sécurité civile, à l’instar du bénévolat associatif… J’invite chacun, à repenser l’exercice d’activités de type bénévolat ou volontariat, dans un monde consumériste, par ailleurs plus prompt à revendiquer la paresse que mettre en avant la valeur du travail… ».

 

 

 

Pléthore de personnalités pour saluer un parcours hors du commun…

 

Ils étaient nombreux samedi matin pour entourer et fêter le récipiendaire du jour. Outre le préfet de l’Yonne, Pascal JAN, étaient présents notamment, le président du Conseil départemental Patrick GENDRAUD, la sénatrice Dominique VERIEN, le député André VILLIERS, le conseiller d’Etat et ancien député de la circonscription Guillaume LARRIVE ainsi que Christophe BONNEFOND, président du SDIS 89, Crescent MARAULT, président de la Communauté de l'Auxerrois et le maire de la commune, Philippe VANTHEEMSCHE. Tous venus saluer le parcours hors du commun d’un homme qui de son propre aveu, « n’a pas fait de grandes études » … Un Homme, tout simplement, avec un grand « H » !

 

 

En savoir plus : 

C’est le colonel Daniel ORY, président d’honneur de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, qui a remis les insignes de chevalier de la Légion d’Honneur à son frère d’armes, Jérôme COSTE.

Dans son discours, le colonel COSTE n’a pas manqué de saluer le rôle de son épouse Patricia et de sa famille, tout au long de sa carrière : « qui a quasiment tout géré à la maison et je n’en suis pas particulièrement fier ! ».

 

Le temps de son intervention, le préfet de l’Yonne, Pascal JAN, a salué l’action menée par Jérôme COSTE pour développer le volontariat : « il y a une problématique fondamentale à laquelle vous avez contribué, qui est celle du volontariat et on sait combien aujourd’hui, les sapeurs-pompiers volontaires, sont déterminants dans l’efficacité et l’efficience de ce service public que l’on doit aux populations… ».

 

Dominique BERNERD

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La fine fleur de l’excellence culinaire départementale s’est réunie ce lundi 06 mars en milieu d’après-midi lors de son assemblée générale dans l’un des cadres les plus emblématiques des arts de vivre et de l’esthétisme patrimonial à la sauce auxerroise : l’hôtel Ribière. Le temps d’une photographie, prise dans les jardins de ce lieu au charme si tranquille, et les chefs, garants de la tradition gastronomique icaunaise, devaient goûter à quelques salvateurs moments de décontraction, loin des fourneaux et de la folle ambiance du service…

 

AUXERRE: Ils étaient tous là ou presque, les membres de la prestigieuse Amicale des Cuisiniers de l’Yonne, réunis lundi tantôt à l’occasion de leurs retrouvailles annuelles, soit leur assemblée générale présidée par Jean-Marie LAMOUREUX, digne successeur de la figure de proue Daniel AUBLANC.

Des visages connus, de jeunes chefs aux talents certains, des retraités, aussi, qui n’auraient manqué pour rien au monde ce salvateur instant de convivialité et de camaraderie. Un rituel qui perdure depuis 1972, date de la création de cette vénérable institution qui accueille les professionnels de ces métiers de bouche et des arts de la table qui nous font tant saliver.

Véritables ambassadeurs du savoir-vivre à la sauce icaunaise, ces artisans chevronnés, en virtuoses de la cuisine traditionnelle et familiale dont certains possèdent encore les secrets de recettes bien gardées de leurs grand-mères participent avec entrain et dynamisme à bon nombre de manifestations régulières qui égayent la vie des Icaunais.

 

 

De nombreuses manifestations et un fascicule annuel contenant des recettes…

 

Participant à l’opération solidaire de la « Soupe des Chefs » de la Foire Saint-Martin, proposée par l’un des clubs service de la place (Lions Auxerre Phoenix), demeurant le fer de lance des attractions démonstratives et goûteuses déclinées lors de la Foire exposition d’Auxerre ou animateur de « Fleurs de Vigne », l’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne nous gratifie en sus chaque année d’un guide de très belle facture, dévoilant dans le moindre détail des recettes au fumet évident. Des plats faciles à réaliser et tellement bons à déguster une fois servis au fond de l’assiette !

Au cours de leurs travaux, les représentants de ce beau métier, vecteur de la brillance entrepreneuriale de l’Hexagone à l’étranger, ont reçu les encouragements de deux élus de la ville d’Auxerre, Crescent MARAULT, le premier d’entre eux et Isabelle JOAQUINA, adjointe en charge du Commerce et de l’Artisanat.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil